Version classiqueVersion mobile

Autos, idipsum

 | 
Dominique Doucet
, 
Isabelle Koch

La grammaire du soi

Approches stoïciennes et linguistiques de la réflexivité

Angelo Giavatto

Texte intégral

  • 1 Sur cette notion cf. M. Frede, « The Origins of Traditional Grammar », dans J. M. Rist, The Stoics, (...)

1Dans ce texte, nous nous occuperons d’un cas spécifique de réflexivité à l’intérieur des univers doctrinaux du stoïcisme et de la « grammaire traditionnelle1 » en Grèce, celui de la première personne du singulier. Plus particulièrement, nous partirons de quelques observations sur le pronom personnel ἐγώ (§ 1) pour aboutir à une analyse de la façon dont le stoïcisme et la grammaire exprimaient ce qui correspond à « moi-même » dans les langues modernes (§ 2). Enfin, nous étudierons la valeur des phénomènes de réflexivité de la première personne du singulier aux niveaux propositionnel et extralinguistique (§ 3). L’ensemble de ces questions nous permettra de comprendre dans quelle mesure le fait de faire de soi-même l’objet d’un acte de langage contribue à la perception et à la connaissance de soi.

ἐγώ

  • 2 Les Questions platoniciennes, écrites au iie siècle apr. J.-C., comportent dix sections. Chacune di (...)

2Notre point de départ sera un extrait de la dixième Question platonicienne de Plutarque2 :

  • 3 Plutarque, Questions platoniciennes 10, 1011C.

καὶ μὴν τῶν γε λοιπῶν ἡ μὲν ἀντωνυμία περιφανῶς γένος ὀνόματός ἐστιν, οὐχ ᾗ πτώσεων μετέχει μόνον, ἀλλὰ καὶ τῷ κυριωτάτην ἄμα τῇ φάσει ποιεῖν δεῖξιν ἐνίας ἐπὶ τῶν ὡρισμένων ἐκφερομένας · καὶ οὐκ οἶδ᾿ ὅ τι μᾶλλον ὁ ‘Σωκράτην’φθεγξάμενος ἢ ὁ ‘τουτον’ εἰπὼν ὁνομαστὶ πρόσωπον δεδήλωκεν. (T1)
En outre, parmi les autres mots, le pronom est éminemment un genre du nom, non seulement parce qu’il partage ses cas, mais aussi parce que certains pronoms, lorsqu’ils sont exprimés à propos d’objets définis, fournissent à l’expression une indication extrêmement spécifique. Je ne crois pas que celui qui a prononcé le mot « Socrate » ait désigné une personne d’une manière plus claire en l’appelant par le nom propre que celui qui a prononcé « celui-là »3. (ma traduction)

3Ce texte nous livre la conception standard du pronom à cette époque-là (cf. aussi infra T8). Il nous permet également d’isoler certains éléments qui reviendront tout au long de notre analyse :

  • la deixis (δεῖξις : la faculté de « désigner » un objet à l’intérieur d’un contexte) est un trait spécifique du pronom, lorsque ce dernier est utilisé pour des objets définis ;
  • tant les pronoms que les noms possèdent la capacité d’indiquer un objet ou un être humain : c’est leur parenté référentielle à laquelle s’ajoute la parenté morphologique (le fait de partager les cas) ;
  • l’expression κυριωτάτην et l’observation finale introduite par οὐ μᾶλλον confirment que le pronom démonstratif τουτον (« celui-là ») fournit exactement les mêmes informations que Σωκράτης (« Socrate ») lorsque les deux se réfèrent à la même personne. Les deux formes, « celui-là » et « Socrate », émanent d’une perception visuelle et, le cas échéant, d’une forme de connaissance préalable de l’être désigné, lequel à son tour est éclairci par cet acte de langage (δεδήλωκεν).

4Essayons d’appliquer cette théorie au cas du pronom personnel de première personne du singulier. Lorsqu’on prononce le pronom ἐγώ, la personne à laquelle le pronom personnel fait référence correspond au locuteur. Dans quelle mesure le sujet et l’objet de cet acte de langage sont-ils coextensifs ? Et quel est le degré d’éclaircissement (selon la terminologie relevée dans T1) que j’obtiens sur l’objet désigné ? En d’autres termes, si je me désigne moi-même quand je prononce ἐγώ, quels sont les degrés de connaissance de moi-même que cet acte de langage implique ?

5D’un point de vue stoïcien, la première question peut être abordée à partir d’un célèbre paralogisme de Chrysippe :

  • 4 Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII 189 (LS 37R).

εἴ τι λαλεῖς, τουτο διὰ του στόματός σου διέρχεται · ἄμαξαν δὲ λαλεῖς · ἄμαξα ἄρα διὰ του στόματός σου διέρχεται. (T2)
Si tu dis quelque chose, cela passe par ta bouche. Mais tu dis : un chariot. Donc un chariot passe par ta bouche4. (trad. Brunschwig-Pellegrin)

6Si le raisonnement n’était pas un paralogisme, la question pourrait être reformulée de la manière suivante : qu’est-ce qui passe à travers ma bouche, quand je dis « moi » ? Un autre moi ? Une copie de moi ? Une partie de moi ? La nature sophistique du paralogisme était néanmoins rendue évidente dans la théorie stoïcienne des composantes de tout acte de langage :

  • 5 Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, VIII 11-12 (SVF II 166 ; LS 33B).

καὶ δὴ τῆς μὲν πρώτης δόξης προεστήκασιν οἱ ἀπὸ τῆς Στοᾶς, τρία φάμενοι συζυγεῖν ἀλλήλοις, τό τε σημαινόμενον καὶ τὸ σημαῖνον καὶ τὸ τυγχάνον, ὧν σημαῖνον μὲν εἶναι τὴν φωνήν, οἷον τὴν Δίων, σημαινόμενον δὲ αὐτὸ τὸ πρᾶγμα τὸ ὑπ᾿ αὐτῆς δηλούμενον καὶ οὗ ἡμεῖς μὲν ἀντιλαμβανόμεθα τῇ ἡμετέρᾳ παρυφισταμένου διανοίᾳ, οἱ δὲ βάρβαροι οὐκ ἐπαΐουσι καίπερ τῆς φωνῆς ἀκούοντες, τυγχάνον δὲ τὸ ἐκτὸς ὑποκείμενον, ὥσπερ αὐτὸς ὁ Δίων. τούτων δὲ δύο μὲν εἶναι σώματα, καθάπερ τὴν φωνὴν καὶ τὸ τυγχάνον, ἓν δὲ ἀσώματον, ὥσπερ τὸ σημαινόμενον πρᾶγμα, καὶ λεκτόν, ὅπερ ἀληθές τε γίνεται ἢ ψευδος. (T3)
Les Stoïciens défendaient la première opinion, en disant qu’il y a trois choses liées ensemble, « le signifié », « le signifiant » et« le porteur de nom ». Le signifiant est une émission vocale, par exemple « Dion »; le signifié est l’état de choses réel qui est révélé par l’émission vocale, et que nous saisissons en tant qu’il subsiste en conformité avec notre pensée, alors que ceux dont le langage est différent ne le comprennent pas, bien qu’ils entendent l’émission vocale; le porteur de nom est l’objet extérieur, par exemple Dion lui-même. De ces trois entités, deux sont des corps – l’émission vocale et le porteur du nom; mais le troisième est incorporel – l’état de choses signifié et dicible, qui est vrai ou faux5. (tr. Brunschwig-Pellegrin)

7Quand nous prononçons ἐγώ, quelque chose – c’est-à-dire un corps – passe à travers notre bouche. Ce corps-ci est le produit de l’articulation acoustique du mot ἐγώ, c’est-à-dire l’air qui est modifié et articulé par notre appareil phonatoire. À l’intérieur de cet acte de langage, je suis moi-même en tant qu’être réel le porteur du nom, comme Dion dans l’exemple du texte. Quel sera finalement le signifié, c’est-à-dire « l’état de choses réel qui est révélé par l’émission vocale et que nous saisissons en tant qu’il subsiste en conformité avec notre pensée, alors que ceux dont le langage est différent ne le comprennent pas, bien qu’ils entendent l’émission vocale » ? La référence au partage de la même langue impose d’interpréter l’acte de langage dans un cadre conversationnel. Imaginons le cas de deux locuteurs hellénophones (Théon et Dion). Si Théon prononce le mot ἐγώ, aussi bien lui-même que son interlocuteur Dion comprendront ce que le mot signifie, car ils partagent « l’état de choses réel » qui est révélé par l’émission vocale et qu’ils saisissent en tant qu’il subsiste en conformité avec leur pensée ; un troisième locuteur, s’il est βάρβαρος, ne pourra participer à ce partage du sens. Si c’est Dion qui prononce le mot ἐγώ, Théon et lui-même se comprendront également. Dans les deux cas, le porteur de nom a changé (Théon dans le premier cas, Dion dans le deuxième) : le denotatum, le τυγχάνον concerné est autre. Au niveau du signifié, on pourra supposer soit (α) qu’il demeure le même dans les deux cas soit (β) qu’il change à chaque fois. Selon les critères tirés du T1, on pourra dire que dans (α) c’est la dimension déictique du pronom qui prévaudrait, dans (β) la correspondance avec le nom propre. Dans ce dernier cas, le signifié porterait sur les attributs que l’on rattache à soi-même lorsqu’on emploie son nom propre : il faudrait envisager que le partage du sens se fonde sur l’existence de deux signifiés distincts du mot ἐγώ, « ἐγώ1-Dion » et « ἐγώ2-Théon », où le tiret ne porte pas sur la simple deixis mais aussi sur les informations concernant l’objet indiqué.

8Les stoïciens semblent avoir pris en compte cette question et avoir opté pour la première option :

  • 6 Galien, De placitis Platonis et Hippocratis, II, 2, 10-11 (SVF II 895 ; LS 34J). Pour situer cet ex (...)

οὕτως δὲ καὶ τὸ ἐγὼ λέγομεν κατὰ τουτο, δεικνύντες αὑτοὺς ἐν τῷ † ἀποφαίνεσθαι τὴν διάνοιαν εἶναι, τῆς δείξεως φυσικῶς καὶ οἰκείως ἐνταυθα φερομένης. καὶ ἄνευ δὲ τῆς κατὰ τὴν χεῖρα τοιαύτης δείξεως νεύοντες εἰς αὑτοὺς τὸ ἐγὼ λέγομεν, εὐθὺς καὶ τῆς ἐγὼ φωνῆς τοιαύτης οὔσης, καὶ κατὰ τὴν ἐξῆς ὑπογεγραμμένην δεῖξιν συνεκφερομένης. τὸ γὰρ ἐγὼ προφερόμεθα κατὰ τὴν πρώτην συλλαβὴν κατασπῶντες τὸ κάτω χεῖλος εἰς αὑτοὺς δεικτικῶς, ἀκολούθως δὲ τῇ του γενείου κινήσει καὶ ἐπὶ τὸ στῆθος νεύσει καὶ τῇ τοιαύτῃ δείξει ἡ ἐξῆς συλλαβὴ παράκειται, οὐδὲν ἀποστηματικὸν παρεμφαίνουσα, ὅπερ ἐπὶ του ἐκεῖνος συντέτευχε. (T4)
Nous disons aussi ἐγώ de cette façon, en nous montrant nous-mêmes à l’endroit où nous disons que réside la pensée, puisque la référence ostensive est alors indiquée de façon naturelle et appropriée. Et même sans user de cette référence ostensive à l’aide de la main, nous faisons un signe de tête vers nous-mêmes quand nous disons ἐγώ, puisque l’émission vocale ἐγώ est d’emblée de ce type, et qu’elle se profère en conformité avec la référence ostensive immédiatement effectuée. En effet, nous prononçons la première syllabe de ἐγώ en laissant tomber la lèvre inférieure vers nous-mêmes de manière ostensive ; quant à la seconde syllabe, elle se rattache également au mouvement du menton et au geste de la tête vers la poitrine, c’est-à-dire à ce type de référence ostensive ; et elle n’indique rien d’éloigné, comme il arrive au contraire dans le cas d’ἐκεῖνος [ « celui-là »]6. (trad. Brunschwig-Pellegrin)

  • 7 Ce qui fait la différence entre le fait de prononcer ἐγώ et le fait de prononcer διάνοια.

9Ce texte semble montrer que, dans l’analyse de l’acte de langage qui consiste à prononcer ἐγώ, les stoïciens entendaient préciser la nature et les limites du denotatum concerné. À partir de la constatation empirique qu’un geste de la main peut ou doit faire référence au même denotatum que le mot ἐγώ, ils affirmaient que l’articulation du mot ἐγώ comporte également, outre la deixis propre au pronom, une deixis gestuelle déterminée par l’appareil phonatoire. Toutes ces formes se réfèrent en effet au même porteur de nom: moi-même. Néanmoins, les deux désignations gestuelles apportent un ajout d’information: elles pointent non pas vers l’ensemble de la personne, mais vers l’endroit où réside notre pensée (διάνοια). C’est donc une partie de nous qui est le τυγχάνον de cet acte de langage. À cela correspond une précision sur le plan de l’« état de choses réel » qui « subsiste en conformité avec notre pensée », le σημαινόμενον. Celui-ci subsiste en conformité avec notre pensée (διάνοια), mais cette pensée est aussi le τυγχάνον de l’acte de langage en question. Le fait de prononcer le mot ἐγώ correspond à un acte de réflexivité pure où le siège de la signification, la pensée, s’indique soi-même en s’identifiant au locuteur en tant qu’unité de l’être humain7.

10La discussion sur la deixis d’ἐγώ se retrouve à Rome, où les arguments stoïciens sont repris par Nigidius Figulus (Ier siècle av. J.-C.):

  • 8 Nigidius Figulus fr. 41 Swoboda (23 Funaioli) = Aulu-Gelle, Noctes Atticae, X, 4, 1-4. Sur ce passa (...)

(sc. P. Nigidius) multa argumenta dicit, cur uideri possint uerba esse naturalia magis quam arbitraria. ex quibus hoc uisum est mepidum et festiuum : « “uos” – inquit – cum dicimus, motu quodam oris conueniente cum ipsius uerbi demonstratione utimur et labeas sensim primores emouemus ac spiritum atque animam porro uersum et ad eos, quibuscum sermocinamur, intendimus. at contra cum dicimus “nos”, neque profuso intentoque flatu uocis neque proiectis labris pronuntiamus, sed et spiritum et labeas quasi intra nosmet ipsos coercemus. hoc idem fit et in eo, quod dicimus “tu”, “ego” et “tibi” et “mihi”. nam sicuti, cum adnuimus et abnuimus, motus quidam ille uel capitis uel oculorum a natura rei, quam significat, non abhorret, ita in his uocibus quasi gestus quidam oris et spiritus naturalis est. eadem ratio est in Graecis quoque uocibus, quam esse in nostris animaduertimus ». (T5)
Nigidius avance de nombreux arguments susceptibles de prouver que les mots doivent plus à la nature qu’à l’arbitraire. Lun, entre autres, m’a paru particulièrement joli et bien trouvé. Je cite : « Quand nous disons uos [vous], le mouvement de la bouche est en quelque sorte adapté à la signification du mot lui-même : nous faisons une moue imperceptible du bout des lèvres et nous dirigeons notre souffle et notre haleine vers l’extérieur, c’est-à-dire vers nos interlocuteurs. Au contraire, quand nous disons nos [nous], la prononciation n’implique pas cette projection orientée du souffle vocal ni ce mouvement en avant des lèvres, mais tout se passe comme si nous retenions en nous-mêmes souffle et lèvres. Même contraste quand nous disons tu [toi] et ego [moi], ou tibi [à toi] et mihi [à moi]. Du reste, quand nous faisons oui ou non de la tête ou des yeux, le mouvement ne manque pas d’un certain rapport avec la nature de ce qu’il signifie ; c’est d’une façon analogue que le mouvement de la bouche et du souffle a quelque chose de naturel, dans les mots cités. Ce que nous avons remarqué dans les mots latins rend également compte des mots grecs »8. (trad. Baratin-Desbordes)

11Si Chrysippe abordait cette question dans un contexte psychologique portant sur la question du siège de la partie rationnelle de l’âme (T4), Nigidius se concentre sur la démonstration de la nature non conventionnelle du langage. Aussi, en prononçant nos, notre souffle et nos lèvres – qui déterminaient la deixis gestuelle d’ἐγώ – se meuvent-ils « comme si » (quasi ; cf. l’emploi du même mot à la fin du texte) ils étaient retenus en nous-mêmes.

  • 9 L’emphase était en effet l’une des fonctions principales du pronom personnel en grec : παιδεύω et ἐ (...)

12Il y a un dernier aspect de la théorie linguistique des stoïciens qui mérite d’être pris en considération. Il s’agit des implications plus spécifiquement ontologiques de l’acte de langage consistant à prononcer ἐγώ, notamment le rapport entre la deixis (d’ἐγώ) et l’existence du denotatum. En effet, si l’on se limite aux aspects déictiques du pronom sans considérer les emplois emphatiques de celui-ci, comme en T49, ἐγώ aide à comprendre un aspect apparemment contre-intuitif de la théorie de la modalité :

  • 10 Alexandre d’Aphrodise, In Aristotelis Analytica priora 177, 25-178, 1 (SVF II 202 a ; LS 38F).

Χρύσιππος δὲ λέγων μηδὲν κωλύειν καὶ δυνατῷ ἀδύνατον ἕπεσθαι πρὸς μὲν τὴν ὑπ᾿ ’Αριστοτέλους εἰρημένην δεῖξιν οὐδὲν λέγει, πειρᾶται δὲ διὰ παραδειγμάτων τινῶν οὐχ ὑγιῶς συγκειμένων δεικνύναι τουτο μὴ οὕτως ἔχον. φησὶ γὰρ ἐν τῷ συνημμένῳ τῷ ‘εἰ τέθνηκε Δίων, τέθνηκε οὗτος’ δεικνυμένου του Δίωνος ἀληθεῖ ὄντι τὸ μὲν ἡγούμενον <τὸ> ‘τέθνηκε Δίων’ δυνατὸν εἶναι τῷ δύνασθαί ποτε ἀληθὲς γενέσθαι τὸ τεθνηκέναι Δίωνα, τὸ δὲ ‘τέθνηκεν οὗτος’ ἀδύνατον · ἀποθανόντος γὰρ Δίωνος φθείρεσθαι τὸ ἀξίωμα τὸ ‘οὗτος τέθνηκε’ μηκέτ᾿ ὄντος του τὴν δεῖξιν ἀναδεχομένου · ἐπὶ γὰρ ζῶντος καὶ κατὰ ζῶντος ἡ δεῖξις. εἰ οὖν μή<τε> τεθνεῶτος αὐτου ἔτι τὸ ‘οὗτος’ οἷόν τε, μήτε πάλιν [ἢ] ὑφίσταται ὁ Δίων ὡς δύνασθαι ἐπ᾿ αὐτου ῥηθῆναι τὸ ‘τέθνηκεν οὗτος’, ἀδύνατον τὸ ‘τέθνηκεν οὗτος’. (T7)
Chrysippe, disant que rien n’empêche que quelque chose d’impossible suive même de quelque chose de possible, ne dit rien contre la preuve énoncée par Aristote, mais il essaie de montrer qu’il n’est pas ainsi, au moyen de certains exemples composés d’une façon qui n’est pas valable. Il dit en effet que dans le conditionnel « Si Dion est mort, celui-ci est mort », qui est vrai lorsqu’on se réfère ostensivement à Dion, l’antécédent « Dion est mort » est possible, puisqu’il est possible qu’un jour il devienne vrai que Dion est mort; mais que « celui-ci est mort » est impossible. En effet, quand Dion meurt, la proposition« celui-ci est mort » est détruite, l’objet sur lequel porte la référence ostensive n’existant plus; car la référence ostensive s’applique à un vivant, et se dit d’un vivant. Ainsi, si l’on ne peut plus dire « celui-ci » une fois qu’il est mort, et si Dion ne revient pas à l’existence, de façon que l’on puisse dire de lui« celui-ci est mort », « celui-ci est mort » est impossible10. (trad. Brunschwig-Pellegrin)

13Appliquée au cas d’ἐγώ, l’idée selon laquelle « celui-ci est mort » est impossible une fois que l’objet de la deixis est mort devient claire. ἐγώ possède une valeur déictique, comme nous l’avons vu dans le T4 ; *ἐγώ τέθνηκα (* « moi, je suis mort ») est impossible non seulement parce que l’objet de la deixis n’existe plus, en accord avec les principes de T7, mais aussi parce qu’avec lui a également disparu le sujet même de l’acte de langage doté d’une telle valeur déictique.

Moi-même

14La notion d’impossibilité linguistique est mise en cause aussi dans un autre cas : le correspondant grec de l’expression française « moi-même ». Le dossier analysé dans ce paragraphe relève premièrement de la tradition grammaticale ancienne :

  • 11 Denys le Thrace, Grammaire [Technè grammatikè], § 17.

ἀντωνυμία ἐστὶ λέξις ἀντὶ ὀνόματος παραλαμβανομένη, προσώπων ὡρισμένων δηλωτική. παρέπεται δὲ τῇ ἀντωνυμίᾳ ἕξ · προσώπα, γένη, ἀριθμοί, πτώσεις, σχήματα, εἴδη… γένη τῶν μὲν πρωτοτύπων διὰ μὲν τῆς φωνῆς οὐ διακρίνεται, διὰ δὲ τῆς ὑπ᾿ αὐτῶν δείξεως, οἷον <ἐγώ> · τῶν δὲ παραγώγων, οἷον <ὁ ἐμός ἡ ἐμή τὸ ἐμόν>… σχήματα δύο, ἁπλουν, σύνθετον · ἁπλουν μὲν οἷον <ἐμου σου οὗ>, σύνθετον δὲ <ἐμαυτου σαυτου αὑτου>. (T8)
Le pronom est un mot employé à la place d’un nom, et qui indique des personnes définies. Il y a six accidents du pronom: la personne, le genre, le nombre, le cas, la figure, l’espèce. […]. Genres: dans les primaires, ils ne sont pas distingués par la forme, mais par la désignation qu’ils effectuent, par exemple ἐγώ [« je » (genre indifférencié)] ; mais dans les dérivés on a, par exemple, ὁ ἐμός [« mon, le mien »(masc.)], ἡ ἐμή [« ma, la mienne »], τὸ ἐμόν [« mon, le mien »(neut.)]. […] Il y a deux figures: simple et composé. Simple, par exemple ἐμου, σου, οὗ [« de moi », etc. (non réfléchi)]; composé, par exemple ἐμαυτου, σαυτου, αὑτου [« de moi-même », etc. (réfléchi)]11. (trad. Lallot)

  • 12 Cf. J. Lallot, La grammaire de Denys le Thrace, Paris, Éd. du CNRS, 19982, ad loc.

15Ce texte confirme d’abord la conscience qu’a le grammairien de la dimension déictique d’ἐγώ ; d’un point de vue morphologique, cela donne en même temps des informations sur le genre du pronom12. Ce texte introduit également la notion de figure (σχῆμα) simple ou composée du pronom. C’est dans le cadre de cette distinction que l’on retrouve le pronom personnel réfléchi ἐμαυτοῦ « de moi-même » (au génitif dans le texte analysé).

16Un exemple intuitif d’emploi de cette forme peut être trouvé, entre autres, dans un passage de la Syntaxe d’Apollonios Dyscole (II 105), lorsque le grammairien affirme que si l’on peut dire ἐμός εἰμι οἰκέτης (« je suis mon serviteur »), la transposition de cette phrase exigera un composé, c’est-à-dire : ἐμαυτου εἰμι οἰκέτης (« je suis serviteur de moi-même »). La question du composé devient plus complexe si l’on considère la possibilité que la réflexivité de cette forme pronominale puisse s’exprimer au cas direct. L’extrait suivant porte précisément sur cette ‘hypothèse morphologique’ :

  • 13 Apollonios Dyscole, Syntaxe II 141.

Quant à la malformation du cas direct [de ἐμαυτου], voici maintenant comment on peut la démontrer. Nous avons dit précédemment que les cas obliques renvoient aux cas directs, les verbes intermédiaires assignant l’activité aux directs et la passivité aux obliques, comme dans Διονύσιος ἔτυψεν Θέωνα [Denys (nomin.) a frappé Théon (acc.)], ἐγώ σε ἐτίμησα [moi je (nomin.) t’(acc.) ai honoré]. (La passivité qui affecte les obliques les fait passer au cas direct, le cas primitif se transformant en génitif accompagné de la préposition ὑπό : ἐγώ σε ἔδειρα ⇒ σὺ ἐδάρης ὑπ᾿ ἐμου [moi je (nomin.) t’(acc.) ai rossé ⇒ toi tu (nomin.) as été rossé par moi (gén.)].). Mais c’est aussi chose admise qu’on peut faire porter un procès non seulement sur une autre personne, mais aussi sur la sienne propre, et c’est à cause de cette construction qu’a été inventée la double figure du pronom : simple, pour le passage à une autre personne, composée, pour le retour du procès sur la même personne, qui à la fois subit et exerce le procès. (C’est pour cela qu’on a aussi appelé [le composé] « réfléchi », d’après la métaphore des corps qui se renvoient à eux-mêmes une image réfléchie ; on l’a encore appelé « auto-passif » ; on a montré que les personnes [désignées par des pronoms] simples sont « allo-passives », c’est-à-dire qu’elles subissent un procès dont l’agent est une autre personne. La forme [des réfléchis] est pleinement accordée à l’unification du signifié : c’est une personne unique qui exerce et subit le procès, et la forme est unifiée par la composition : ἐμαυτὸν ἔπαισα [litt. : j’ai frappé moi-même (acc. d’objet)], ὑπ᾿ ἐμαυτου ἐπλήγην [j’ai été frappé par moi-même]13. (T9) (trad. Lallot)

17Si les textes du § 1 ont porté sur la dimension sémantico-référentielle d’ἐγώ, avec cet extrait d’Apollonios Dyscole s’ouvre une section de la Syntaxe (II 141-146) qui étudie la valeur logico-syntaxique du pronom personnel de la première personne du singulier dans le cas particulier de l’expression « moi-même ». Cette section vise à démontrer l’impossibilité de deux formes pronominales :

18*ἐμαυτός (* « moimême1 », pourrait-on traduire, sans espace ni tiret), un nominatif tiré des cas obliques ἐμαυτου « de moi-même », ἐμαυτῷ « à moi-même », ἐμαυτόν « moi-même » (comme objet) ;

19*ἐγαυτός (* « moimême2 »), une sorte de nominatif « parfait » du pronom réfléchi, qui tiendrait compte, sur le plan de la composition, du nominatif ἐγώ.

  • 14 Apollonios fait référence à deux reprises (Pron. 69, 19 et 113, 17) à un vers des Metoikoi de Plato (...)

20Après avoir justifié au § 141 l’existence des formes ἐμαυτου, ἐμαυτῷ et ἐμαυτόν, Apollonios montre au § 142 que la phrase ἐμαυτὸν ἔπαισα (litt. « j’ai frappé moi-même ») est légitime car ἐμαυτόν exprime l’objet, tandis que ἔπαισα signifie le sujet ; en effet, argumente Apollonios, chaque forme verbale présuppose en elle-même un sujet, indiqué par sa désinence (cf. Pron. 70, 1-10). Par conséquent, la phrase *ἐμαυτὸς ἔπαισα (« *moimême1, j’ai frappé ») comporterait deux cas directs, celui exprimé par le pronom et celui exprimé par la désinence du verbe. Selon Apollonios, d’ailleurs, il serait impossible d’argumenter que la partie ἐμ- du composé *ἐμαυτός renvoie aux cas obliques (*ἐμ1αυτός2 ἔπαισα3 correspondant à * « moi-même2, j’ai frappé3 moi-même1 »), car il serait impossible de comprendre de quel cas il s’agirait, ἐμ- faisant partie des trois formes déclinées (§ 143-144 ; cf. Pron. 70, 11-19)14. Mais ce qui est encore plus intéressant est la justification, au § 146, de la malformation de *ἐγαυτός (* « moimême2 »). En effet, si elle existait en grec ancien, cette forme serait un précieux témoignage linguistique d’une réflexivité pure, indépendante de toute action et limitée par conséquent à la sphère du nominatif. Pour montrer que cette forme est aberrante, Apollonios se sert de la démonstration suivante :

  • α. la phrase ἐγὼ αὐτὸς ὕβρισα – « moi-même [avec séparation d’ἐγώ et d’αὐτός], j’ai insulté (quelqu’un d’autre) » – est possible ; il s’agit d’ailleurs d’une tournure très répandue en grec, où l’ajout d’αὐτός a une valeur emphatique ; β. *ἐγὼ αὐτὸς ὕβρισα ἐμέ – « moi-même, j’ai insulté moi » – devient ἐμαυτὸν ὕβρισα, « je me suis insulté moi-même » ; cela montre, selon Apollonios, que le pronom simple à l’accusatif ἐμέ implique toujours qu’une autre personne soit le sujet (par exemple dans ἐμέ ὕβρισας, « tu m’as insulté ») ; le composé ἐμαυτόν doit donc être considéré comme l’outil dont se sert la langue pour faire en sorte que l’action soit réfléchie ; cela implique une différence profonde entre les deux formes pronominales : ἐμέ diffère d’ἐμαυτόν car dans le dernier cas le même actant est agent et patient tandis que les deux rôles sont différents lorsqu’ἐμέ est l’objet ; γ. si on considère les trois cas ἐγὼ ὕβρισα (« j’ai insulté »), ἐγὼ αὐτὸς ὕβρισα (« moi-même, j’ai insulté »), *ἐγαυτὸς ὕβρισα (« *moimême2, j’ai insulté »), on observe que la composition de *ἐγαυτός n’impliquerait aucun changement de la valeur du pronom comparable au changement impliqué dans le passage d’ἐμέ à ἐμαυτόν : « je » est le seul sujet possible, qui en tant que tel ne peut effectuer l’action, sauf, bien évidemment, si on acceptait de renoncer au nominatif (dans ce cas, on reviendrait évidemment à la « réflexivité oblique » de β) ; δ. il s’ensuit que la forme *ἐγαυτός n’a aucune raison d’exister15.

« Communiquer avec moi-même »

  • 16 Notons que l’un des exemples proposés par Apollonios pour illustrer une action adressée au sujet lu (...)

21Dans la dernière étape de ce travail, nous essayerons de vérifier les résultats du § 2, en particulier l’impossibilité logico-grammaticale d’une réflexivité au cas direct, sur le plan de la praxis. Il s’agira d’analyser une action à laquelle on reconnaît un degré de réflexivité : l’action qui consiste à ‘communiquer avec soi-même’16. Nous prendrons comme pierre de touche les Pensées de Marc Aurèle, un texte stoïcien qui, comme les ouvrages d’Apollonios Dyscole, date de la période impériale. Notre point de départ sera une donnée documentaire : une partie de la tradition manuscrite attribue à cet ouvrage le titre τὰ εἰς ἑαυτόν, « écrits adressés à soi-même » (il demeure incertain s’il s’agit du titre effectivement donné par Marc Aurèle lui-même).

  • 17 Cf. ce que Marc Aurèle dit explicitement en IV, 24, 5 : δεῖ δὲ μὴ μόνον πράξεις τὰς μὴ ἀναγκαίας πε (...)

22En lisant les Pensées, on remarque que les douze livres qui les composent contiennent des réflexions inspirées par le stoïcisme et presque toujours caractérisées par un contenu moral, exprimées sous la forme soit d’un énoncé bref et très général (à la manière de ce qu’on appelle un aphorisme), soit d’une exhortation ou d’un ordre, ou encore organisée comme un argument plus complexe. Le lecteur se rend rapidement compte du fait que la personne à laquelle sont adressés toutes les exhortations, tous les ordres et toutes les questions est Marc Aurèle lui-même. En effet, Marc Aurèle écrit cette œuvre dans le but de maintenir vivants dans son âme les principes du stoïcisme pour régler ses actions et sa disposition envers le monde extérieur en fonction de ceux-ci17. Les Pensées se fondent donc sur l’hypothèse selon laquelle une forme d’écriture adressée à soi-même peut avoir une valeur performative : écrivant à soi-même, Marc Aurèle crée des propositions capables de déterminer un changement dans l’âme et dans le comportement du destinataire du texte, c’est-à-dire lui-même, et cela en accord avec le stoïcisme, auquel il adhére et auquel son destinataire, toujours lui-même, souhaite adhérer. Cette démarche se fonde donc sur un modèle pédagogique de transfert d’informations et de savoir, à ceci près que la personne qui bénéficie de ce savoir, le destinataire de l’écrit, est l’auteur lui-même.

23La légitimité de ce procédé, ainsi que ses articulations, se fondent sur une interprétation précise des retombées épistémologiques du langage et de ses effets sur la pensée :

  • 18 Pensées V, 16, 1-2.

οἷα ἂν πολλάκις φαντασθῇς, τοιαύτη σοι ἔσται ἡ διάνοια · βάπτεται γὰρ ὑπὸ τῶν φαντασιῶν ἡ ψυχή. βάπτε οὖν αὐτὴν τῇ συνεχείᾳ τῶν τοιούτων φαντασιῶν ·οἷον ὅτι, ὅπου ζῆν ἐστιν, ἐκεῖ καὶ εὖ ζῆν · ἐν αὐλῇ δὲ ζῆν ἐστιν · ἔστιν ἄρα καὶ εὖ ζῆν ἐν αὐλῇ. (T10)
Telles sont les choses dont tu reçois souvent la représentation, telle sera ta pensée, car l’âme est trempée par les représentations. Trempe-la donc avec une attention constante à des représentations telles que celles-ci, par exemple: « là où il est possible de vivre, il est là aussi possible de bien vivre. Or, on peut vivre à la Cour; donc on peut aussi bien vivre à la Cour »18. (trad. Meunier modifiée)

  • 19 Il s’agit d’un concept propre à l’épistémologie stoïcienne, où la notion de représentation joue un (...)
  • 20 Ce dernier point est confirmé par la φαντασία discutée dans le texte : « Là où il est possible de v (...)
  • 21 B. Williams, Shame and Necessity, Berkeley/Los Angeles/London, University of California Press, 1993 (...)

24Les contenus de la pensée sont déterminés par les représentations ; le verbe φαντάζειν et le nom φαντασία renvoient ici au sens de « représentation d’un objet ou d’un état de choses soit provenant de l’extérieur soit créée par l’esprit lui-même »19. L’individu est en mesure de créer des représentations capables de déterminer le contenu de sa pensée ; ces représentations ont une nature propositionnelle. La création d’un contenu de pensée sur la base d’une représentation a lieu par le contact fréquent et répété de celle-ci avec l’âme, qui est trempée, c’est-à-dire ‘colorée’, par les représentations. Celles-ci peuvent en outre se caractériser par une formulation syllogistique. Elles comportent donc un but démonstratif20. L’« autre intériorisé », pour utiliser une expression de Bernard Williams21, est un ‘autre dialectique’ qui aide Marc Aurèle à reformuler et à assimiler les doctrines. Dans ce texte réapparaît enfin la notion de pensée (διάνοια) qui était selon T4 le denotatum concerné lorsqu’on emploie le mot ἐγώ : ici la pensée est la partie de nous qui est déterminée par les représentations propositionnelles auxquelles elle est confrontée.

25Ce type de dialectique se réalise à l’aide de différents outils, dont le plus explicite est le dialogue fictif entre les deux voix constituant la conscience de Marc Aurèle (cf. e. g. V, 1 et V, 6, 7). Dans un cas particulier, on lit notamment :

  • 22 Pensées VIII, 40, 1-2.

ἐὰν ἀφέλῃς τὴν σὴν ὑπόληψιν περὶ του λυπεῖν σε δοκουντος, αὐτὸς ἐν τῷ ἀσφαλεστάτῳ ἕστηκας. τίς αὐτός ; ὁ λόγος. (T11)
 – Si tu supprimes ton opinion sur ce qui semble t’affliger, tu te places toi-même dans la position la plus inébranlable. – Qui, toi-même ? – La raison22. (trad. Meunier)

26Ce texte confirme que l’opération de confrontation avec soi-même se fonde sur un modèle ‘dialectique’ qui comporte la séparation entre deux ‘voix’ du même sujet, dont l’une enseigne et l’autre se laisse persuader. Dans les Pensées, la nature de la partie qui livre les connaissances pour le perfectionnement du destinataire n’est pas explicitement thématisée ; néanmoins, il est raisonnable de penser qu’il s’agit de la partie de soi la plus avancée, c’est-à-dire celle qui s’est confrontée aux enseignements des maîtres et aux doctrines du stoïcisme. C’est en revanche la partie de soi qui nécessite d’être modifiée et améliorée, et à laquelle les enseignements s’adressent, qui est explicitement définie : il s’agit de la pensée (T10), de la raison (T11). Le soi auquel on est confronté est encore une fois la pensée ; en même temps, sur le plan de la communication, cette partie, la partie la plus pure de soi, est ‘reléguée’ dans une forme d’altérité qui s’exprime linguistiquement par l’emploi de la deuxième personne du singulier (T11). La réflexivité qui consiste à déterminer la partie de soi correspondant au ‘vrai soi’ est donc possible sur le plan purement descriptif (ou déictique, si l’on revient à T4) ; dès qu’une action réfléchie est envisagée, en revanche, par exemple l’action basique de la confrontation et de la communication avec soi-même, à ce modèle se superpose la réduplication – au moins empirique – du sujet sous forme d’‘autre’.

Conclusions

27Dans cette étude, nous sommes passé de l’analyse de « moi » à celle de « moi-même », jusqu’à l’étude de la notion d’« accomplir quelque chose portant sur moi-même ». Nous avons notamment pu observer que :

  1. La notion de « moi » se fonde sur un modèle théorique définissant principalement la partie de l’homme qui le représente de la manière la plus pure et la plus exhaustive possible : « moi » correspond donc à la pensée, c’est-à-dire à la διάνοια à laquelle s’adresse la deixis d’ἐγώ ou la raison à laquelle s’adressent les mots que Marc Aurèle formule pour lui-même ; dans les deux cas, la partie de soi choisie comme représentante du « vrai soi » est également la source elle-même de l’opération de reconnaissance d’un tel état de choses ;
  2. Ce modèle de réflexivité, une fois transféré sur les plans de la pratique linguistique (l’usage des formes pronominales) et de la dialectique (la confrontation avec soi-même) se révèle empiriquement insuffisant : sur ces plans, en effet, il ne peut y avoir de réflexivité que sous le mode d’une prédication fondée sur la distinction entre un moi actant (forme qui est en grec impliquée par le verbe conjugué) et un moi patient (par exemple ἐμαυτόν), ainsi que sous la forme de la « confrontation avec soi-même » qui doit emprunter ses instruments à la confrontation avec autrui.

Notes

1 Sur cette notion cf. M. Frede, « The Origins of Traditional Grammar », dans J. M. Rist, The Stoics, Berkeley, University of California Press, 1978, p. 27-75, repr. dans Essays in Ancient Philosophy, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1987, p. 338-359. Grammaire et stoïcisme étaient deux domaines étroitement liés ; cf. la mise au point de D. Blank & C. Atherton, « The Stoic Contribution to Traditional Grammar », dans B. Inwood (ed.), The Cambridge Companion to the Stoics, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 310-327.

2 Les Questions platoniciennes, écrites au iie siècle apr. J.-C., comportent dix sections. Chacune discute une citation tirée des dialogues de Platon, le plus souvent de la République et du Timée. La dixième et dernière de ces Quaestiones se développe à partir d’un passage du Sophiste (262c 2-7) que Plutarque résume ainsi : « Pour quelle raison Platon a-t-il dit que l’énoncé se compose de noms et de verbes ? » (la même affirmation se trouve dans d’autres passages du corpus platonicien ; cf. H. Cherniss, Plutarch. Moralia, 13/1 : Platonic Questions, On the Generation of the Soul in the Timaeus, Cambridge MA, Harvard University Press, 1976, p. 104 n. b ad 1009B). Plutarque justifie l’assertion de Platon en se fondant sur une interprétation strictement grammaticale de celle-ci : il essaie de démontrer que les autres prétendues parties du discours (dont le pronom), telles qu’elles sont reconnues par la grammaire traditionnelle, ne sont pas de véritables parties du discours, mais des éléments accessoires de celui-ci ; à cette fin, il a souvent recours à des arguments stoïciens.

3 Plutarque, Questions platoniciennes 10, 1011C.

4 Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII 189 (LS 37R).

5 Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, VIII 11-12 (SVF II 166 ; LS 33B).

6 Galien, De placitis Platonis et Hippocratis, II, 2, 10-11 (SVF II 895 ; LS 34J). Pour situer cet extrait à l’intérieur du contexte polémique d’où il est tiré cf. T. Tieleman, Galen and Chrysippus on the Soul, Leiden, Brill, 1996, p. 196-218.

7 Ce qui fait la différence entre le fait de prononcer ἐγώ et le fait de prononcer διάνοια.

8 Nigidius Figulus fr. 41 Swoboda (23 Funaioli) = Aulu-Gelle, Noctes Atticae, X, 4, 1-4. Sur ce passage cf. W. Belardi & P. Cipriano, Casus interrogandi. Nigidio Figulo e la teoria stoica della lingua, Roma, Il Calamo, 1990, p. 161-163.

9 L’emphase était en effet l’une des fonctions principales du pronom personnel en grec : παιδεύω et ἐγώ παιδεύω correspondent respectivement aux propositions « j’instruis » et « c’est moi qui instruis ».

10 Alexandre d’Aphrodise, In Aristotelis Analytica priora 177, 25-178, 1 (SVF II 202 a ; LS 38F).

11 Denys le Thrace, Grammaire [Technè grammatikè], § 17.

12 Cf. J. Lallot, La grammaire de Denys le Thrace, Paris, Éd. du CNRS, 19982, ad loc.

13 Apollonios Dyscole, Syntaxe II 141.

14 Apollonios fait référence à deux reprises (Pron. 69, 19 et 113, 17) à un vers des Metoikoi de Platon le Comique (fr. 83 Kassel & Austin) où apparaît la forme ἐμαυτός, qui, néanmoins, n’était due qu’à un phénomène de licence comique. Comme G. Kaibel le dit dans ses observations inédites sur les fragments de la comédie ancienne citées par Kassel et Austin (Poetae Comici Graeci, 7, Berlin, De Gruyter, 1989, p. 468), dans ce vers la forme ἐμαυτός remplaçait ἐγὼ αὐτός (cf. infra n. 15) ; elle devait servir à mettre en évidence, sur le plan morphologique, l’ignorance linguistique de l’un des personnages de la comédie en question (« inquilinos induxit… soloece dicentes », C.G. Cobet, Observationes criticae in Platonis Comici reliquias, Amsterdam, Müller, 1840, p. 60).

15 Évidemment, cela n’empêche pas l’existence de l’expression ἐγὼ αὐτός, « moi-même » (cf. Pron. 70, 24-26) ; en effet, cette forme ne comporte aucune réflexivité, et par conséquent elle est une non-composition, comme le montre le fait qu’elle se trouve employée avec des verbes transitifs ayant comme objet un être différent ou un état de choses extérieur ; cf. e.g. Apollonios de Rhodes II 1054 : τὸ μέν τʼ ἐγὼ αὐτός ὄπωπα, « je l’ai vu moi-même ». De ce point de vue, ἐγὼ αὐτός ne doit donc pas être considéré comme le nominatif de ἐμαυτου (Pron. 71, 14, mais cf. en général 71, 14-19).

16 Notons que l’un des exemples proposés par Apollonios pour illustrer une action adressée au sujet lui-même qui l’accomplit était ἐμαυτῷ ἐλάλησα (litt. « j’ai parlé à moi-même ») ; cf. e.g. Pron. 67, 27.

17 Cf. ce que Marc Aurèle dit explicitement en IV, 24, 5 : δεῖ δὲ μὴ μόνον πράξεις τὰς μὴ ἀναγκαίας περιαιρεῖν, ἀλλὰ καὶ φαντασίας. οὗτως γὰρ οὐδὲ πράξεις παρέλκουσαι ἐπακολουθήσουσιν (« Et il faut supprimer non seulement les actions qui ne sont pas nécessaires, mais aussi les représentations. De cette façon, en effet, les actions qu’elles pourraient entraîner ne s’ensuivront pas », trad. Meunier modifiée).

18 Pensées V, 16, 1-2.

19 Il s’agit d’un concept propre à l’épistémologie stoïcienne, où la notion de représentation joue un rôle essentiel ; cf. e. g. SVF II 52-70 ; LS 39A.

20 Ce dernier point est confirmé par la φαντασία discutée dans le texte : « Là où il est possible de vivre, il est là aussi possible de bien vivre. Or, on peut vivre à la Cour ; donc on peut aussi bien vivre à la Cour ». D’un point de vue logique, il s’agit d’une formulation du type « si A, B ; mais A ; donc B ». Le terme A est particularisé dans la deuxième prémisse (de l’ensemble des lieux possibles à la Cour, donc du tout à la partie). La formulation du syllogisme est très rigoureuse, scandée par les particules δέ et ἄρα, cette dernière étant la particule d’inférence par excellence en grec. En effet, il s’agit d’une application de modus ponendo ponens, le premier argument indémontrable théorisé par les Stoïciens (cf. Diogène Laërce, Vies VII 80 et Sextus Empiricus, Adv. Math. VIII 224).

21 B. Williams, Shame and Necessity, Berkeley/Los Angeles/London, University of California Press, 1993, passim.

22 Pensées VIII, 40, 1-2.

Auteur

Université de Nantes, CAPHI EA 2163
Maître de conférences en philosophie ancienne à l’université de Nantes. Il a fait des études de philologie grecque et latine à Bologne et à Heidelberg. Après deux séjours de recherche à Cambridge (Faculty of Classics) et à Paris (CNRS, UPR 76), il a soutenu à Bologne en 2006 une thèse sur les Pensées de Marc Aurèle, publiée en 2008 chez Olms sous le titre Interlocutore di se stesso. La dialettica di Marco Aurelio. Entre 2008 et 2010, il a été Alexander von Humboldt Stipendiat au département de philosophie de l’université de Cologne. Parallèlement à ses recherches sur le stoïcisme, il s’occupe de Platon, dont il a traduit le Banquet pour l’éditeur Barbera en 2008, de Médioplatonisme (il a édité, avec X. Brouillette, le volume Les dialogues platoniciens chez Plutarque. Stratégies et méthodes exégétiques, Leuven, University Press, 2010) et de la relation entre grammaire et philosophie du langage dans l’Antiquité. Il prépare actuellement une nouvelle traduction commentée du Manuel d’Épictète, qui paraîtra chez l’éditeur Carocci, Rome.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search