Version classiqueVersion mobile

L’homme présupposé

 | 
Raphaël Chappé
, 
Pierre Crétois

Sortir de la présupposition anthropologique ? L’homme subverti Figures de l’anti-humanisme

Carole Pateman : The Sexual Contract

Une lecture féministe des théories du pacte social

Anne Morvan

Texte intégral

  • 1 Carole Pateman, The Sexual Contract, Stanford, Stanford University Press, 1988.

1Je voudrais montrer, à partir d’une lecture de l’ouvrage de Carole Pateman The Sexual Contract1, comment la théorie féministe a élaboré un travail critique à propos des doctrines traditionnelles du pacte social, en mettant au jour dans ces textes le présupposé d’une nature humaine sexuée. Il ne s’agit bien évidemment pas ici de rendre compte d’une simple dénonciation – ou du moins pas seulement – de la domination masculine, qui serait à l’œuvre dans ces textes et qu’il faudrait traquer, mais plutôt de mesurer – et c’est là l’objet de mon propos – comment l’optique féministe dévoile des problèmes inédits dans les textes classiques.

2La lecture féministe permet notamment d’être attentif à la construction de l’état de nature, à la situation des femmes et des enfants dans cet état, au mariage : y a-t-il mariage dès l’état de nature, c’est-à-dire avant même l’institution du contrat social ? Il s’agit de comprendre quel « individu » est mobilisé dans les théories du pacte social : qui contracte ? Qui ne contracte pas ? Qui forme la société civile et politique ? Qui en est exclu ? À travers ces questions, il devient possible de s’interroger sur la nature humaine en tant qu’elle est à la fois présupposée et élaborée par ces théories politiques classiques. Un des principaux apports du féminisme consiste à montrer que c’est à partir d’une nature humaine sexuée que s’élabore le pacte social. Ce pacte social ne crée pas seulement la société civile mais aussi la distinction entre sphère publique et sphère privée (la famille). Les théories du pacte social sont à l’origine de ce partage, mais plus encore, elles sont à l’origine du fait que ce partage est considéré comme apolitique.

  • 2 Voir Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités, Paris, PUF, 2008, p. 79-108.

3Publié en 1988, l’ouvrage de Carole Pateman défend une thèse inédite et provocatrice : le contrat social présuppose et masque à la fois un contrat sexuel qui institue dans l’ordre politique moderne la sujétion des femmes. Je voudrais montrer que cette thèse fondamentale est indissociable d’un travail critique sur la dimension sexuée de la nature humaine dans les textes politiques classiques. Cependant, il faut également se demander si la lecture féministe de Carole Pateman ne reconduit pas elle aussi une définition figée de la nature humaine, réifiée dans des identités de genre. Carole Pateman, lorsqu’elle dénonce la nature masculine du « pur individu de l’état de nature », ne tombe-t-elle pas dans le même travers en appelant à la reconnaissance de la sujétion des femmes, donc d’une nature humaine féminine ? Sa thèse achopperait-elle sur la déconstruction du sujet du féminisme ? C’est notamment la thèse d’Elsa Dorlin2, pour qui un certain féminisme incarnerait une étape non aboutie, non achevée de la déconstruction du sujet, en persistant à substantialiser les qualités sexuelles. Or, je voudrais montrer qu’il est impossible d’affirmer trop rapidement que le texte de C. Pateman reconduit, de manière non questionnée, un substrat sexué de la nature humaine, puisque sa thèse permet de problématiser ce concept et ouvre ainsi de nouvelles perspectives critiques.

Le contrat social présuppose le contrat sexuel

4Le contrat qui scelle l’origine de la société politique est le contrat social : voilà l’histoire officielle. Or ce que veut montrer Carole Pateman, c’est qu’un contrat sexuel scelle tout autant l’origine des sociétés politiques. Il s’agit de déterrer l’histoire de ce contrat sexuel afin de montrer qu’il est partie intégrante de la genèse de l’ordre politique. Il n’est pas un élément périphérique ou secondaire de l’ordre social mais une de ses fondations. L’analyse de Carole Pateman se situe au niveau des principes du droit politique en tant qu’ils fondent l’ordre social lui-même. Il s’agit donc de déconstruire les textes afin de reconstruire l’histoire censurée de ce contrat. Seule une lecture féministe des théories du pacte social peut débusquer le contrat sexuel comme soubassement du contrat social. Nous verrons comment.

  • 3 Cf. Robert Filmer, Patriarcha, éd. J. P. Sommerville, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, (...)
  • 4 Cf. Andrew Michael Ramsay, Essai philosophique sur le gouvernement civil [1719], Londres, 2e éditio (...)
  • 5 Cf. Jacques-Bénigne Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l’Écriture Sainte, Paris, P. Co (...)
  • 6 Voir Aurélie du Crest, Modèle familial et pouvoir monarchique (xvie-xviiie siècles), Aix-en-Provenc (...)
  • 7 Carole Pateman, The Sexual Contract, éd. cit., p. 2.
  • 8 Idem.

5Pourquoi cette partie de l’histoire est-elle « manquante » ? Parce que l’ordre politique issu du pacte social se présente comme un ordre fondé sur la liberté politique et la justice. Or le contrat sexuel, selon C. Pateman, inaugure la subordination des femmes. C’est pourquoi il ne peut qu’être évacué des textes, puisqu’il institue ce que le pacte social combat et est censé défaire. En ce sens, la lecture féministe de C. Pateman a pour ambition de démontrer que l’ordre politique issu des théories contractualistes est un nouvel ordre patriarcal – mais qui n’apparaît jamais comme tel. L’inégalité entre les hommes et les femmes n’est pas un reliquat historique et factuel de notre monde moderne, mais elle trouve au contraire son origine dans le pacte social lui-même. La thèse de Carole Pateman peut surprendre : les théories du pacte social ne combattent-elles pas les thèses patriarcales de Filmer3, Ramsay4 et Bossuet5, qui, chacune à sa manière, enracinent le pouvoir absolu du roi dans le pouvoir du père sur ses enfants6 ? Contre ces théories patriarcales classiques, il s’agit d’affirmer la liberté radicale des individus, et contre l’identification de la figure paternelle et de la figure politique de la souveraineté, il s’agit d’affirmer liberté et indépendance naturelles des individus. Comment donc, dans cette perspective, les théories du pacte social pourraient-elles être interprétées comme des théories patriarcales alors même qu’elles combattent le patriarcalisme ? La thèse provocatrice de Carole Pateman se résume en une phrase : « The original contract constitutes both freedom and domination7 » ou encore : « The social contract is a story of freedom, the sexual contract is a story of subjection8 ». On peut dès lors préciser sa thèse : on ne peut comprendre la liberté civile moderne sans dévoiler son lien indissociable avec l’ordre patriarcal, c’est-à-dire la sujétion moderne des femmes.

  • 9 Voir par exemple Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité par (...)

6La lecture féministe de C. Pateman permet ainsi de révéler, d’une manière inédite, que le contrat social est un contrat sexué qui, sous couvert d’une définition universelle et abstraite de la nature humaine – incarnée dans la figure de l’individu – fait en réalité fonctionner une nature sexuée. L’état de nature permet en effet de forger la figure de l’individu délesté de toute détermination sociale, religieuse, etc., et même naturelle, dans la mesure où tous les individus y sont considérés comme fondamentalement indifférenciés (naturellement)9. Mais cette figure achoppe sur la différence des sexes. Pourquoi en effet seuls les hommes sont-ils à l’origine du contrat social ? Pourquoi la liberté civile est-elle un attribut exclusif des individus masculins ? La lecture féministe de C. Pateman permet seule de rendre visible l’histoire du contrat sexuel en pointant des passages particulièrement problématiques : ainsi la question de la différence des sexes et de sa signification dans l’état de nature, la question du mariage, c’est-à-dire des relations contractuelles entre maris et femmes, et la question de la famille, c’est-à-dire des relations entre parents et enfants.

  • 10 Voir Carole Pateman, The Sexual Contract, éd. cit., p. 23 sqq.
  • 11 Voir John Locke, Le second traité du gouvernement, trad. J.-F. Spitz et C. Lazzeri, Paris, PUF, 199 (...)
  • 12 Cf. Carole Pateman, The Sexual Contract, éd. cit., p. 84 sqq.

7Il faut donc distinguer différents types de patriarcat10. Il n’est en effet pas question d’assimiler le patriarcalisme de Filmer, qui justifie toute autorité politique en l’inscrivant dans une généalogie qui remonte à la figure d’Adam, indissolublement père et monarque, à l’ordre patriarcal de Locke et de Rousseau, puisque ces deux derniers opèrent une rupture radicale entre le pouvoir politique et le pouvoir paternel11. Le pouvoir paternel, pour ces deux auteurs, n’est ni la source ni l’origine du pouvoir souverain, pas plus qu’il ne constitue la mesure de sa légitimité. Mais, pour C. Pateman, il ne faut pas identifier ordre patriarcal et pouvoir paternel. Le pouvoir paternel ne constitue qu’une dimension du patriarcat. Elle fait remarquer que l’homme, avant même de devenir un père, est d’abord un époux, c’est-à-dire un homme qui exerce (mais précisément au nom de quoi ? et selon quelles justifications ?) un pouvoir sur sa femme12. Selon C. Pateman, le pouvoir conjugal fonde le pouvoir politique moderne au même titre que le contrat social. C’est en ce sens que les théories du contrat inaugurent un nouvel ordre patriarcal.

  • 13 Cf. ibid., p. 27.

8La modernité n’a retenu qu’une partie de l’histoire : l’institution de la sphère publique, lieu de la liberté politique. Cela n’est possible que parce que le mariage et l’institution qui en découle, la famille, sont considérés, selon un tour de passepasse ou selon ce que l’on pourrait appeler une ruse de la théorie du contrat, comme politiquement non pertinents13. Le problème dans les textes classiques consiste en ce que contrat social et contrat conjugal apparaissent comme deux contrats séparés qui fondent deux sphères radicalement différentes : le contrat conjugal n’est pas considéré comme politique, pas plus que la sphère privée. Ce qui a une double conséquence : d’une part, l’exclusion de la domination masculine du champ politique, d’autre part, la dépolitisation du patriarcat (qui n’apparaît plus que comme un problème contingent de mœurs). Du même coup, c’est le sens politique de la distinction entre homme et femme qui disparaît.

  • 14 Ibid., p. 11.

9Il faut donc contester la dichotomie entre sphère publique politique et sphère privée prétendument apolitique. Il faut aussi s’interroger, et c’est ce que permet la lecture féministe de C. Pateman, sur la signification politique de l’existence même de deux sphères. Elles ne prennent leur sens que l’une par rapport à l’autre : elles doivent donc être considérées ensemble, en ce sens qu’elles sont à la fois opposées et dépendantes l’une de l’autre. On ne peut comprendre ce que signifie « naturel » (en tant que la sphère privée incarne la nature au sein même de la société civile), « privé » que par opposition au « civil », au « politique » et réciproquement. Les femmes ne participent pas au contrat social mais elles ne demeurent pas pour autant dans l’état de nature. Selon les termes mêmes du contrat social et du contrat sexuel, elles sont incorporées « dans une sphère qui à la fois est et n’est pas la société civile14 ». Pour C. Pateman, la sphère publique de la liberté civile ne trouve sa pleine et réelle signification que dans son rapport essentiel à la sujétion naturelle des femmes qui caractérise la sphère privée. Ou pour le dire autrement, ce que signifie être un individu, libre et participant au contrat social est révélé par la sujétion des femmes dans la sphère privée. C. Pateman révèle ainsi les relations qui unissent les concepts de contrat et de patriarcat. Que faut-il entendre par contrat ? Le principe de l’association, un des moyens les plus importants pour créer des relations sociales. Seuls les hommes sont des individus susceptibles de s’associer. Ils naissent libres et égaux, et se soumettent librement à l’ordre politique. Le contrat est le paradigme même du consentement volontaire. Mais les femmes ne naissent pas libres. Dans les représentations de l’état de nature, il demeure un ordre de domination entre hommes et femmes. Voilà ce qui est occulté et qui pourtant interdit de penser l’état de nature comme lieu exclusif de la liberté, sans aucun rapport de sujétion. Le contrat sexuel ne se borne pas à créer la sphère privée, il crée la distinction entre liberté et sujétion. C’est pourquoi le contrat social constitue en réalité l’un des ressorts les plus puissants par lequel la domination patriarcale se reproduit.

Contrat social, sexuel et conjugal : l’exemple de Locke

  • 15 Cf. John Locke, Second traité du gouvernement civil, éd. cit.
  • 16 Voir les chapitres 6 et 7 du Second traité du gouvernement civil, éd. cit..
  • 17 Melissa A. Butler, « Early Liberal Roots of Feminism : John Locke and the Attack on Patriarchy », A (...)
  • 18 Cf. John Locke, Second traité du gouvernement civil, éd. cit., § 52.
  • 19 Cf. ibid., § 82.
  • 20 Cf. idem.

10Dans ce contexte problématique, Locke occupe une place paradigmatique dans la mesure où, d’un côté, il combat radicalement le patriarcalisme de Filmer, et en ce sens il est bien un théoricien anti-patriarcal, mais d’un autre côté, il produit des arguments dans Le second traité du gouvernement15 qui s’inscrivent dans un ordre patriarcal d’un type nouveau, moderne. Il opère une rupture radicale entre pouvoir politique et pouvoir paternel, mais dans le même temps, il fait du mariage un véritable contrat, qui précède le pacte social, et qui scelle la domination des maris sur leurs épouses16. Au premier abord, Locke peut apparaître comme un parfait ennemi du patriarcat. Il a même pu être considéré comme un des précurseurs du féminisme. C’est la thèse de Melissa A. Butler, dans un article important « Early Liberal Roots of Feminism : John Locke and the Attack on Patriarchy17 ». Les arguments sont connus : Locke pointe le fait que le cinquième Commandement ne fait pas seulement référence au père mais aussi à la mère, si bien que le pouvoir qui s’exerce sur les enfants est un pouvoir parental et non paternel18. Locke affirme aussi qu’une femme peut posséder ses propres biens19, et il introduit même la possibilité du divorce, quand les nécessités de l’éducation des enfants sont remplies20.

11Mais comment dès lors expliquer l’exclusion des femmes de l’institution du pacte social ? Melissa Butler ne dit rien à ce propos. Elle se contente de suggérer que ce silence de Locke sur la participation des femmes à la politique s’explique par le contexte de l’époque : il ne fallait pas risquer de s’aliéner l’audience masculine. Mais plus encore, pour Melissa Butler, l’individualisme lockien laisse entièrement ouverte la possibilité pour les femmes d’être intégrées au contrat social. Parce que l’individualisme de Locke est par essence universaliste et détaché de toute détermination, il est apte – de droit – à s’appliquer autant aux hommes qu’aux femmes.

  • 21 Cf. Zillah Eisenstein, The Radical Future of liberal feminism, New York, Longman, 1981.

12L’interprétation de Zillah Eisenstein21 est elle aussi une interprétation féministe libérale de Locke, mais elle s’attache davantage aux tensions du texte en ce qui concerne la situation des femmes. Zillah Eisenstein prend acte du fait que le père n’est plus le modèle du souverain, mais elle souligne aussi le fait que l’égalité politique et civile n’est pas accordée aux femmes. Certes, l’autorité sur les enfants est partagée par le père et la mère, mais cet argument sert d’abord à réfuter les thèses patriarcalistes de Filmer, jamais à promouvoir une quelconque égalité entre hommes et femmes. Le pouvoir paternel n’est pas politique, il n’est ni despotique, ni souverain. Mais jamais Locke ne remet en question le pouvoir des époux sur les femmes.

13Selon C. Pateman, de telles lectures féministes, et d’abord celle de M. Butler, reconduisent in fine les interprétations traditionnelles du combat Locke / Filmer : dans une telle perspective, la société moderne, issue du pacte social, ne peut être considérée que comme post-patriarcale. L’interprétation de Z. Eisenstein rate aussi un élément essentiel puisqu’elle ne trace aucune distinction entre le pouvoir paternel et le pouvoir conjugal (elle ne fait de ce dernier qu’une sous-catégorie du premier). Or, la thèse de C. Pateman consiste précisément à montrer que ces deux pouvoirs sont de nature différente, cette distinction fondamentale donnant naissance l’ordre patriarcal moderne. Mais pour mettre en lumière ce qui éloigne le pouvoir paternel du pouvoir matrimonial, il faut être attentif, dans le texte de Locke, d’une part, au contrat conjugal et, d’autre part, à la séparation entre la famille et le politique. En un mot il est nécessaire d’exhumer l’histoire du contrat sexuel et de montrer que l’individu lockien, qui contracte, est un individu masculin.

  • 22 John Locke, Second traité du gouvernement civil, éd. cit., § 82, p. 59.

14Pour Locke, le mariage est un contrat qui existe dès l’état de nature. Le contrat conjugal donne naissance à une famille durable. Dans la société conjugale, nous dit Locke, les volontés de l’homme et de la femme peuvent différer : qui décide alors ? Qui fixe les règles ? La réponse proposée au § 82 est sans ambiguïté : « Or, puisqu’il est nécessaire que le droit de décider, c’est-à-dire de fixer des règles, appartienne à l’un ou à l’autre, il échoit naturellement à l’homme, puisqu’il est le plus capable et le plus fort22 ». Le pouvoir conjugal trouve donc sa source dans la nature : une plus grande force, une plus grande capacité.

15On pourrait objecter à C. Pateman que la suite du texte de Locke précise que ce pouvoir n’est ni politique, ni absolu (comme chez Filmer) : il est d’une part limité (il ne concerne que les intérêts communs de la famille), d’autre part, le mari ne possède pas le pouvoir de vie et de mort sur son épouse. Le pouvoir conjugal n’est donc pas un pouvoir souverain absolu, il n’est pas un pouvoir de type politique. C’est ce que Locke explique déjà dans le Premier Traité du gouvernement civil aux § 48 et 67 : l’assujettissement de la femme à son mari dans la famille n’est qu’une conséquence de la punition divine. On voit donc dans les textes de Locke différents arguments venir appuyer la subordination des femmes : arguments naturalistes et théologiques, mais en aucun cas, des arguments de type politique. Bien au contraire, les premiers visent à démontrer que le pouvoir conjugal n’est pas politique. Et c’est à ce niveau que l’interprétation de C. Pateman est particulièrement intéressante et originale, puisqu’elle seule pointe le paradoxe : le contrat conjugal ne crée aucun pouvoir politique et se borne à sceller la sujétion naturelle des femmes, mais, dans le même temps, il faut reconnaître que ce contrat fait advenir la première opposition politique entre, d’une part, la liberté des individus masculins et, d’autre part, la subordination des femmes.

  • 23 C’est ce que font Jean-Fabien Spitz et Christian Lazzeri dans leur commentaire de ce § 82 : « La pr (...)
  • 24 Cf. ibid., § 81, p. 58.
  • 25 Ibid., § 95, p. 70.

16C’est le contrat sexuel qui crée cette distinction conceptuelle dont le sens est politique. Or le but du contrat étant de créer la liberté politique et non l’assujettissement, on comprend pourquoi Locke insiste sur la dimension non politique du pouvoir conjugal qui s’exerce au sein de la sphère privée qu’est la famille. Mais comment sérieusement comprendre, dans la théorie lockienne, que l’assujettissement puisse revêtir une forme non politique et demeurer comme un reliquat naturaliste ? Peut-on vraiment se contenter d’interpréter le pouvoir conjugal comme une « simple commodité23 » ? La force du raisonnement de C. Pateman consiste à mettre en lumière ces tensions problématiques du texte : le mariage est un contrat24 mais il ne fait pas sortir de l’état de nature. On demeure ainsi dans un état pré-civil et par conséquent la dimension politique de ce premier contrat est niée. Au moment de l’institution du pacte social, on se situe donc dans un état naturel mais qui est en réalité déjà structuré par un contrat qui a assujetti la moitié de la population. Locke affirme ainsi : « les hommes étant, comme on l’a dit, naturellement libres, égaux et indépendants, on ne peut mettre aucun d’eux hors de cet état, ni l’assujettir au pouvoir politique d’un autre, sans son propre consentement25 ».

17C. Pateman dévoile la dimension politique de l’état de nature et de la sujétion des femmes (faisant d’ailleurs ici jouer Locke contre Locke). Donc si la sujétion des femmes est politique, le pouvoir qui s’exerce sur elles l’est logiquement aussi, et C. Pateman peut ainsi affirmer que l’ordre politique qui naît du pacte social est un ordre patriarcal. Elle peut conclure :

  • 26 Carole Pateman, The Sexual Contract, éd. cit., p. 93.

During the genesis of civil society, the sphere of natural subjection is separated out as the non-political sphere. The non-political status of familial and private life is confirmed by Locke’s label « paternal power » for its constituent relationship. Sex-right or conjugal right, the original political right, then becomes completely hidden26.

18C. Pateman poursuit en affirmant que la dissimulation a été si bien faite que les commentateurs contemporains oublient que la sphère privée contient aussi (et trouve son origine dans) une relation contractuelle entre deux adultes.

En guise de conclusion : un contenu figé de la nature humaine ?

19La lecture féministe permet donc de dévoiler que l’individu engagé dans le contrat social est un individu sexué. Cette réflexion sur la nature humaine permet une lecture nouvelle de ces textes en portant une attention particulière à la situation des femmes dans l’état de nature et au contrat conjugal, le mariage. Le pacte social présuppose un contrat sexuel qui entérine l’assujettissement des femmes. Le but de C. Pateman consiste donc à montrer que la nature humaine qui fonctionne dans les textes politiques classiques n’est pas universelle et abstraite, mais qu’elle repose sur un substrat naturaliste et sexué, qui ne se révèle pas comme tel. La figure du « pur individu » est idéologique selon C. Pateman.

  • 27 Cf. Joanne Boucher, « Male power and contract theory : Hobbes and Locke in Carole Pateman’s The Sex (...)
  • 28 Voir Carole Pateman et Charles Mills, The Contract and Domination, Malden (Massachusetts), Polity P (...)

20Mais, à vouloir ainsi mettre en relief la situation des femmes dans l’histoire du pacte social, C. Pateman ne reconduit-elle pas une nature humaine substantialisée, voire naturalisée, du fait même de son ancrage essentiel dans le genre ? C’est ainsi que Joanne Boucher27 a pu reprocher à Carole Pateman son optique de lecture trop restrictive, en ce qu’elle se concentre exclusivement sur la question des femmes et du mariage, sans considérer les autres aspects des textes abordés. Cet excès de focalisation sur la détermination sexuée de la nature humaine proviendrait selon Joanne Boucher du parti pris féministe. Mais il me semble que cette critique est au moins en partie infondée, et ce pour deux raisons. Tout d’abord, C. Pateman se confronte à un véritable problème, qui l’amène bien évidemment, dans une certaine mesure, à sexuer la nature humaine. Son but, le cœur de sa thèse, consiste à montrer que la différence sexuelle (qui détermine le sens de ce qu’est « un homme » ou « une femme ») est une différence absolument centrale dans l’ordre politique moderne, notamment en ce qu’elle inaugure et institue l’opposition liberté / assujettissement. Dans cette perspective, on voit mal comment C. Pateman pourrait ne pas utiliser les catégories « homme », « femme ». Recourir à la catégorie « gender neutral », c’est-à-dire à une position de neutralité en ce qui concerne le genre, constitue une autre thèse, une autre position théorique qui, selon C. Pateman, reconduit la dimension idéologique du contractualisme. Cette neutralité est idéologique, en ce qu’elle masque une opposition de genre. Ce n’est pas la thèse féministe qui naturalise ou substantialise le masculin ou le féminin, mais au contraire, c’est la théorie contractuelle qui naturalise la catégorie « femme », en l’enfermant dans une sphère privée, prétendument non politique. C’est donc un enjeu stratégique et politique pour C. Pateman que de ne pas effacer la différence de genre afin de ne pas se placer aveuglément sur le terrain théorique du contrat et du « gender neutral ». En second point, il me semble que l’apport de C. Pateman dépasse la seule question du genre. À partir d’une lecture féministe, elle montre que le contrat institue à la fois liberté et assujettissement politiques. Cela l’amène à étudier les différentes formes que prend le contrat dans nos sociétés modernes, comme le contrat de travail, au sein du monde capitaliste28. Cela l’amène également à développer une thèse originale sur les rapports entre exploitation et patriarcat. En un mot, sa perspective ne repose pas strictement sur le genre.

Notes

1 Carole Pateman, The Sexual Contract, Stanford, Stanford University Press, 1988.

2 Voir Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités, Paris, PUF, 2008, p. 79-108.

3 Cf. Robert Filmer, Patriarcha, éd. J. P. Sommerville, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, trad. F. Lessay, dans Franck Lessay, Le débat Locke-Filmer, Paris, PUF, 1998.

4 Cf. Andrew Michael Ramsay, Essai philosophique sur le gouvernement civil [1719], Londres, 2e édition augmentée, 1721 (rééd. Farmington Hills, Michigan, Cengage Gale, 2009).

5 Cf. Jacques-Bénigne Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l’Écriture Sainte, Paris, P. Cot, 1709.

6 Voir Aurélie du Crest, Modèle familial et pouvoir monarchique (xvie-xviiie siècles), Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2002.

7 Carole Pateman, The Sexual Contract, éd. cit., p. 2.

8 Idem.

9 Voir par exemple Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, dans Jean-Jacques Rousseau, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1964, t. III.

10 Voir Carole Pateman, The Sexual Contract, éd. cit., p. 23 sqq.

11 Voir John Locke, Le second traité du gouvernement, trad. J.-F. Spitz et C. Lazzeri, Paris, PUF, 1994, et Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’économie politique, dans Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, éd. cit. Nous nous permettons de renvoyer à notre article « Pouvoir paternel et pouvoir politique : réfutation d’une analogie sophistique », dans Rousseau, Du contract social, ou Essai sur la forme de la République (Manuscrit de Genève), Blaise Bachofen, Bruno Bernardi et Gilles Olivo, éd., Paris, Vrin, 2012.

12 Cf. Carole Pateman, The Sexual Contract, éd. cit., p. 84 sqq.

13 Cf. ibid., p. 27.

14 Ibid., p. 11.

15 Cf. John Locke, Second traité du gouvernement civil, éd. cit.

16 Voir les chapitres 6 et 7 du Second traité du gouvernement civil, éd. cit..

17 Melissa A. Butler, « Early Liberal Roots of Feminism : John Locke and the Attack on Patriarchy », American political science review, no 72, 1978, p. 135-150.

18 Cf. John Locke, Second traité du gouvernement civil, éd. cit., § 52.

19 Cf. ibid., § 82.

20 Cf. idem.

21 Cf. Zillah Eisenstein, The Radical Future of liberal feminism, New York, Longman, 1981.

22 John Locke, Second traité du gouvernement civil, éd. cit., § 82, p. 59.

23 C’est ce que font Jean-Fabien Spitz et Christian Lazzeri dans leur commentaire de ce § 82 : « La prééminence du mari est donc de pure commodité [...] », dans ibid., note 196, p. 203.

24 Cf. ibid., § 81, p. 58.

25 Ibid., § 95, p. 70.

26 Carole Pateman, The Sexual Contract, éd. cit., p. 93.

27 Cf. Joanne Boucher, « Male power and contract theory : Hobbes and Locke in Carole Pateman’s The Sexual Contract », Canadian Journal of Political Science, no 36, 2003, p. 23-38.

28 Voir Carole Pateman et Charles Mills, The Contract and Domination, Malden (Massachusetts), Polity Press, 2007.

Auteur

Université de Franche-Comté,
Logiques de l’agir EA 2274, 35030, Besançon, France
Professeur agrégée de philosophie, doctorante en philosophie politique, membre du Groupe J.-J. Rousseau, elle est l’auteur de plusieurs articles sur les rapports entre la famille et l’État.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search