Version classiqueVersion mobile

Fichte. Doctrine de la science

 | 
Max Marcuzzi

Commentaires et interprétations

Die absolute Kraft des Bildens

Alessandro Bertinetto

Texte intégral

  • 1 WL 1813, SW X, p. 9.

Die WL möchte […] Anspruch
machen auf die höchste Energie
der Einbildungskraft, eben auf die
absolute Kraft des Bildens1

1À la base du philosopher transcendantal fichtéen, il y a l’idée que la philosophie est le résultat de l’activité même (libre et spontanée) qu’elle comprend comme condition de possibilité de l’expérience et du savoir. La compréhension de la Doctrine de la science requiert et présuppose un exercice de liberté de type imaginatif, opératif, constructif, gestaltique, qui permet de saisir les opérations que la Doctrine de la science présente comme constitutives du savoir, comme les opérations constituant la Doctrine de la science même, qui, de fait, est elle aussi savoir : savoir concernant les modalités opératives du savoir, image autoconsciente et autoformatrice de l’image.

2Les facultés que la Doctrine de la science met en lumière comme conditions de possibilité du savoir et de l’expérience ne sont donc pas présentées par Fichte de façon factuelle – comme ce serait, selon Fichte, le cas chez Kant, qui n’aurait pas réfléchi sur sa démarche philosophique –, mais sont mises en évidence et « déduites » génétiquement au cours même de leur exercice. Le point de vue de la Doctrine de la science est donc « esthétique », au sens où l’imagination est comprise comme le lieu d’accès au discours philosophique à travers le discours philosophique même. L’exercice de l’imagination productrice constitue donc la condition même de la mise en œuvre de la Doctrine de la science.

3Le point de vue esthétique, au sens d’une esthétique avant tout orientée vers la production, sert de moyen d’accès au point de vue transcendantal, parce qu’elle permet de s’élever au-dessus de la conscience empirique en en comprenant la « force plastique », c’est-à-dire en comprenant en acte l’activité créatrice de ce Bilden dont l’exercice est condition de la réussite de la Doctrine de la science comme pratique de réflexion sur le Bilden en tant que condition de la conscience. En effet, Fichte conçoit l’image non seulement comme réflexe passif et copie, mais aussi et surtout comme Bilden productif et créateur : l’image reflète l’« absolu » dans la mesure où il forme, construit, donne figure à la réalité dont la conscience fait l’expérience. Une telle formation (Bildung) du réel est comprise comme « schématisme ».

4La Doctrine de la science, en se présentant comme Bildlehre, accomplit de façon consciente et cohérente l’autoréflexion grâce à laquelle elle thématise son propre point de vue, manifestant sa schématicité propre. Dans la déduction génétique de la construction schématique du savoir, elle se montre elle-même comme schème, comme image. L’imagination productrice se produit et se saisit ainsi elle-même comme l’intuition intellectuelle qui en est la modalité cognitive.

  • 2 Pour la logique d’une telle apparition, l’un des textes de référence demeure G. Rametta, Le struttu (...)
  • 3 J. G. Fichte, Die Wissenschaftslehre 1813, in SW X, p. 3-86 (= WL 1813).
  • 4 WL 1813, p. 81.

5Fichte étend explicitement les potentialités créatives de l’imagination (de l’image comme « Kraft des Bildens ») à l’activité cognitive (ou mieux : poiético-cognitive) même. Une fois le concept de « chose en soi » réfuté sans ambages comme contradictoire, le savoir est alors entendu non pas comme représentation d’une « chose en soi », mais comme image et phénomène de l’absolu (qui apparaît en lui2), et donc comme formation et construction plastique de la réalité effective et du monde éthique à travers la production de visions idéales (Gesichte) ; la doctrine du schématisme est ainsi fondée comme développement cohérent de la doctrine de l’image, ou de l’imagination. Dans ce contexte, comme on cherchera à le montrer en se référant à la Doctrine de la science de 18133, une fois l’image factuellement définie, une fois sa structure articulée, l’image est alors présentée activement, génétiquement, à l’œuvre au cours même de l’exposition de la Doctrine de la science, qui se réalise elle aussi comme image. La Doctrine de la science, qui déduit génétiquement (ou : en acte) les conditions de possibilité de la conscience, dont elle met en lumière les lois structurelles (qui sont les lois de l’image), montre qu’elle procède elle-même en s’appuyant sur ces mêmes lois et qu’elle se comprend comme « schématisme de l’absolu4 ». La co-implication de l’intuition intellectuelle et de l’imagination productrice permet donc non seulement d’exposer génétiquement les conditions de possibilité du savoir, accomplissant du même coup, en acte, l’autofondation de la Doctrine de la science comme savoir, mais également de fonder à un niveau transcendantal le concept d’image grâce à son lien structurel et fonctionnel au concept de moi. Je m’arrêterai ici sur quelques aspects de cette question en me basant sur l’exposé de la Doctrine de la science de 1813, dont je tenterai une reconstruction sommaire dans le but d’expliciter les dispositifs conceptuels et argumentatifs de la Bildlehre.

  • 5 « Wir selbst nämlich schlechthin in eigner Person sollen werden ein Bild von dem Bilden jenseits al (...)
  • 6 WL 1813, p. 9, 10.
  • 7 WL 1813, p. 10.

6Le début de l’exposé offre une présentation factuelle du rapport entre conscience philosophique et conscience empirique. La philosophie, comme Doctrine de la science, livre une image de l’expérience dont la conscience empirique est privée. La conscience empirique représente factuellement le monde, le trouvant constitué comme une « chose en soi » qui lui fait face ; c’est-à-dire qu’elle n’a pas conscience de ce que la réalité n’est pas en soi, mais qu’elle est construite (gebildet) par le Bilden, qui est condition de toute expérience et de tout savoir factuel. Le philosophe doit s’élever à la compréhension de ce Bilden5. De cette façon, en tant qu’articulation cohérente de la pensée transcendantale, la Doctrine de la science offre une « image du voir » comme condition de toute représentation factuelle, tandis que « la conscience commune […] ne voit que les images [...] toutes faites ». La conscience commune perçoit ses objets comme des choses, mais ne voit pas « le processus formateur à l’arrière-plan, qui les produit, pas plus que la loi selon laquelle ils sont produits6 ». Et tandis que les autres systèmes philosophiques (dogmatisme, empirisme) se placent au niveau de la conscience empirique, dès lors qu’ils offrent seulement des images de choses et de faits, la Doctrine de la science met en lumière la genèse de la représentation de ces choses et de ces faits à partir de leur principe : le former (Bilden) absolu en tant que vivre : « dans la WL, l’objet sur lequel porte le regard est et demeure le même, le former un7 ».

  • 8 Cf. WL 1813, p. 12.

7Par ailleurs, la Doctrine de la science est, pour son compte, elle-même une détermination particulière du savoir originaire ; elle aussi est un « savoir ». Elle doit donc être déduite comme maillon dans la chaîne déductive qu’elle produit8. La compréhension de la fondation transcendantale du savoir factuel dans le Bilden est elle aussi factuelle ; et si on se limitait à offrir une telle fondation, on en resterait au criticisme kantien, qui ne s’est pas autolégitimé réflexivement. Il est au contraire besoin de comprendre l’opération de la Doctrine de la science génétiquement, dans l’exercice de son déploiement. La compréhension du Bilden ne doit pas advenir au travers d’une représentation d’objet, qui le « figerait » dans une image statique et factuelle sans le « voir » comme Bilden, fût-ce à travers son exercice actif et génétique. Et une telle auto-construction du Bilden ne doit (soll) pas être simplement attestée et communiquée factuellement, mais produite activement par celui qui participe au discours du Wissenschaftslehrer.

  • 9 Cf. à ce propos L. Pareyson, Fichte. Il sistema della liberta, Milanoi, Mursia, 1976 (2e éd.) p. 40 (...)

8La réussite de la Doctrine de la science dépend ainsi de la libre réponse à l’invitation du philosophe à en exécuter les opérations. Fichte expose sa doctrine de l’image dans le but précisément d’effectuer et de communiquer cette auto-construction génétique de soi, qui déconstruit le savoir fondé sur des représentations d’objets. Si en effet besoin est de se construire une image du comprendre (du Verstehen en tant qu’activité du Verstand, de l’entendement), de ce comprendre qui est condition de possibilité de l’expérience et du savoir, y compris du savoir qu’est la Doctrine de la science, une telle image ne peut être une simple image fondée sur une représentation d’objets – sans quoi l’on en resterait au niveau de la conscience empirique ; il s’agit au contraire d’en produire une image génétique, auto-réflexive, consciente de son être-image, une « image vivante » du bildendes Leben (ou du lebendiges Bilden)9.

  • 10 Cf. WL 1813... Je me permets à ce propos de renvoyer à A. Bertinetto, L’essenza dell’empiria, Saggi (...)

9Une définition factuelle du concept d’image est présentée à titre préliminaire ici, définition qui a été formulée dans les écrits sur la Logique transcendantale de 1812, à laquelle l’exposition de 1813 renvoie explicitement10.

  1. L’image est avant tout comprise par opposition à l’être. L’image peut en effet être définie dans un premier temps comme quelque chose qui entretient un certain rapport négatif à ce dont elle est l’image. Image - non-être. L’image est la copie, et l’être ce qui est représenté en elle.
  2. Mais l’image ne pourrait pas être sans poser le rapport à ce dont elle est l’image (à son Gebildetes), c’est-à-dire à l’être. Ainsi, l’être même, qui apparaît comme l’autre de l’image, est posé par l’image. Ce qui semblait être le terme dérivé se révèle de la sorte être la condition de possibilité transcendantale de l’être. Et c’est l’être désormais qui n’est compréhensible qu’en rapport à l’image qui l’exhibe. Par ailleurs, ce rapport entre être et image est saisi dans une seconde image, l’image de l’image. En d’autres termes, l’image est rapport à un figuré (être) ; mais voir l’être comme être signifie le voir comme « projection d’une image11 ».
  3. Enfin, l’être de l’image (laquelle est opposition à l’être) et l’image de l’image (qui le fait apparaître) sont organiquement liés. L’un est condition de l’autre. Et leur rapport est posé par une image qui 1) saisit la création de l’image en rapport à l’être qu’elle configure et 2) se saisit en tant qu’image, et, ce faisant, saisit sa différence par rapport à l’être.

10Nous avons donc affaire à une structure de rapports à trois niveaux :

  1. image (non-être) vs être ;
  2. (image vs être) vs image de l’image ;
  3. image de la différence et de l’unité de l’être et de l’image : image de la projection gestaltique de l’être par l’image (Ersehen), voir du voir qui exhibe la genèse de l’image dans l’image. « Ein Bildwerden (SB-B) darum ist gebildet in einem abgeschlossenen Bilde - B312 ».

11B3 est donc le regard du Wissenschaftslehrer qui, saisissant l’image en tant qu’ image, la fait apparaître comme produit du Bilden vivant et créatif, qui la produit comme unité différente de l’être. Fichte écrit à ce sujet :

  • 13 WL 1813, p. 18. « Dans cette image I3 s’image un voir projectif, un voir de la deuxième image Ê I-I (...)

In diesem Bilde B3 bildet sich ein Hinsehen, ein Sein des zweiten Bildes BS-B [Bildsein-Bild], also wir sind ohne Zweifel das, was wir ein Sehen dieses BS-B als eines Ersehens genannt haben, ein Bild von ihm, dem seienden13 […].

  • 14 WL 1813, p. 19.

12Cette présentation du concept d’image que Fichte offre dans la première partie de la Doctrine de la science de 1813 a pour but de montrer que, comme indiqué plus haut, la particularité de la Doctrine de la science est de produire une image du savoir ou du comprendre, tandis que les autres philosophies se contentent d’être factuellement savoir14.

  • 15 WL 1813, p. 20.
  • 16 WL 1813, p. 18.

13Toutefois cette structure n’a été présentée jusque là que de façon factuelle et hypothétique, et doit être déduite génétiquement15. On retomberait sinon dans les apories de la pensée empirico-factuelle : on ne peut se limiter à représenter factuellement les conditions transcendantales et a priori de l’expérience comme image. On en obtiendrait en effet seulement une copie ‘mécanique’, qui ne saisirait pas ce qui est figuré comme processus génétique, mais seulement comme réflexe inerte et inconscient, et reproduirait ainsi, dogmatiquement, le dualisme de fait entre image et être, tandis que l’enquête transcendantale en pénètre la structure d’identité-différence. Il convient donc d’appliquer en retour la structure fonctionnelle de l’image à l’ (auto) compréhension de l’image : de cette façon, les conditions de possibilité de l’expérience sont génétiquement comprises au moment de leur génération au travers de la réflexion philosophique sur elles. C’est pour cela que Fichte, au terme du passage qui vient d’être cité, invite à se placer au point B3, c’est-à-dire à l’intérieur du voir génétique de l’image (Bild) en rapport au Bilden (« placez-vous entièrement au point de vue de B3 »)16.

  • 17 WL 1813, p. 24-26.
  • 18 Cf. J. G. Fichte, Vom Verhältniss der Logik zur wirklichen Philosophie, als ein Grundriss der Logik (...)
  • 19 WL 1813, p. 24.

14Les résultats de la recherche qui vient d’être achevée sont réélaborés du point de vue de B3. L’image a été comprise comme image, si l’on en a compris la Bildlichkeit, si s’est présentée une image de l’imaginalité en rapport à la non-imaginalité (ou à l’être). Cela signifie que la duplicité entre l’être (qui est absolu en tant qu’il repose seulement sur soi et qu’il est Durch sich) et l’image (qui est réflexe, copie, et dépend de l’être) a été comprise de cette façon au travers de l’image de l’image en tant que telle, ou comme le « concept absolu » ou l’« intuition intellectuelle »17. L’image, comme on lit aussi dans d’autres textes fichtéens18, est le concept absolu, parce que, comprenant le rapport entre être (Urbild, archétype) et Abbild comme mutuel et réciproque, elle exprime en soi la relation entre soi et l’autre de soi, ou configure la relation identitaire-différente entre identité et différence. Et elle est intuition intellectuelle, parce qu’au sens propre l’image coïncide avec l’opération de reconnaissance de l’image en tant qu’ image19, opération qui constitue comme telle l’entendement.

  • 20 « Durch den Verstand wird neben dem todten Bilde hingeschaut ein lebendiges und sich selbst machend (...)
  • 21 « L’entendement est l’apparaître absolu, et inversement l’apparaître absolu est l’entendement » (WL (...)
  • 22 Cf. WL 1813, p. 30.

15L’entendement, l’intuition intellectuelle, sont donc vus comme ce qui construit la relation imaginale entre Urbild et Nachbild, à la base de la structure transcendantale de l’image et de l’apparaître du monde phénoménal20. Le rapport entre phénomène et entendement est ainsi génétiquement compris comme rapport de co-implication originaire21. L’entendement est la forme du phénomène, l’autoréflexion du phénomène, et non pas quelque chose d’ultérieur ou d’extérieur à son égard – comme Fichte semble accuser Kant de l’avoir soutenu ; et Fichte affirme à ce propos qu’avec la proposition (récurrente dans les cours de Iéna) « Le moi se pose lui-même absolument », c’est précisément cette identité génétique de l’entendement et du phénomène qu’il entendait exprimer22.

  • 23 Cf. WL 1813, p. 43.

16Parvenue à ce point, l’analyse de Fichte se complique, et il n’est pas possible d’en offrir ici un compte-rendu point par point. En bref, l’entendement absolu, ou l’intuition intellectuelle, en son rapport réciproque au phénomène, est donc compris génétiquement comme image de l’imaginalité (Bildlichkeit) et de soi-même (ou comme Durchsichtigkeit absolue, soit comme moi). Autrement dit, elle est image qui, au moyen de son essence d’image, pose réflexivement et en retour l’image de son essence23. De cette façon se trouve explicitement saisie la réciprocité des concepts de moi et d’image, produit de l’intuition intellectuelle et produit de l’Einbildungskraft.

  • 24 WL 1813, p. 44.
  • 25 WL 1813, p. 47, 48.
  • 26 Cf. WL 1813, p. 49.

17Ainsi l’entendement absolu, se comprenant comme image, se comprend comme image de l’autre de l’image, c’est-à-dire comme image (phénomène) de l’absolu24. Se comprenant comme moi (aperception transcendantale, Selbstdurchsichtigkeit), il pose la Undurchsichtigkeit, mettant ainsi en évidence dans le savoir le principe du savoir, dans l’image le principe de l’image25, qui, comme genèse du rapport entre intuition et concept, est intuitionnable et concevable seulement comme non-intuitionnable et non-concevable. Intuition et concept, simple image (dont le principe, ou le Bilden qui en est la genèse, n’apparaît pas) et image en tant qu’image (où l’image se comprend elle-même comme principe, comme Bilden), sont déduits de cette façon comme structurellement synthétisés en tout savoir26 et comme articulation de l’intuition intellectuelle (ou de l’entendement absolu).

18Il s’agit maintenant de réfléchir sur ce que la Doctrine de la science a obtenu jusque là. Les recherches sur l’image et sur l’intuition intellectuelle comme auto-compréhension génétique de l’image sont ainsi reproduites et comprises comme impliquées dans la déduction des conditions du savoir et de la conscience que la Doctrine de la science effectue. L’explication de l’entendement absolu ou de l’intuition intellectuelle exposée ci-dessus est ainsi comprise comme réflexe de l’entendement absolu qui se pose dans l’image qui en a été donnée. Fichte affirme à ce propos :

  • 27 WL 1813, p. 54.

Notre Bilden de l’entendement absolu est apparu […] comme un sich selbst Abbilden de celui-ci27.

  • 28 WL 1813, p. 55 sq.
  • 29 WL 1813, p. 60.

19La recherche, en d’autres termes, se retourne sur elle-même, faisant voir que les conditions de possibilité génétiques de l’image constituent la condition de possibilité de la recherche même sur l’image. Cette structure récursive est opératoire dans la circularité propre à l’imagination productrice (Principes de la Doctrine de la science) et dans la déduction génétique de l’intuition intellectuelle (Doctrine de la science Nova Methodo). Elle apparaît de façon évidente dans cette déduction génétique de la co-implication du Bilden et de l’intuition intellectuelle, qui est la compréhension de l’entendement absolu comme principe de l’image de son être-principe de soi-même28. En d’autres termes, la Doctrine de la science se reconnaît elle-même comme image de ce principe du savoir comme image de l’absolu, qu’est l’intuition intellectuelle ou l’entendement absolu. Or, puisque l’entendement absolu est conscience de soi ou image de soi comme entendement absolu29, et puisque nous, qui pratiquons la Doctrine de la science, sommes des images de l’entendement absolu, il s’ensuit logiquement que :

  • 30 WL 1813, p. 61.

Nous ne sommes en notre être présent, dans cette considération, rien d’autre que l ’autocompréhension absolue30.

  • 31 WL 1813, p. 58.

20La Doctrine de la science, de cette façon, fait par l’acte la démonstration de sa possibilité comme recherche sur les conditions de possibilité du savoir comme Bild31, étant donné que sa réflexion sur l’image – qui est elle aussi image – se trouve effectivement réalisée. L’hypothèse de départ : la structure tripartite de l’image en tant qu’essence du savoir-figurer (cf. supra point 1, a- c), se voit ainsi confirmée en acte.

21Parvenu à ce point, une fois démontrée en acte la connexion génétique entre la Doctrine de la science et l’entendement absolu ou intuition intellectuelle, Fichte présente la déduction génétique de l’aperception transcendantale comme condition de possibilité de la représentation, puis élabore la doctrine du schématisme, dont le but est d’expliquer la relation entre l’un et le multiple, l’absolu et l’expérience, la vie comme Bilden et les figures (Bilder) qu’elle produit.

  • 32 WL 1813, p. 62.
  • 33 WL 1813, p. 65.
  • 34 WL 1813, p. 68.

22Le point de départ est l’analyse de l’entendement comme image de soi. Que l’entendement soit image de soi signifie en effet 1) qu’il est image de l’imaginalité (Bildlichkeit), ou de l’essence de l’image comme non-être, et 2) qu’il est image de l’identité de l’intuition (pure image immédiate, non consciente de son être-image) et du concept (image réfléchie comme image), en tant qu’il est principe possible d’intuitions32. L’entendement, qui se comprend comme image absolue, qui contient immédiatement l’être-image de son imaginalité, se comprend donc comme Bilden (figurer) actif. Il saisit, d’un côté, la figure concrète du travail productif de son Bilden et, de l’autre côté, la loi du figurer absolu (c’est-à-dire libre)33. En d’autres termes, il comprend la genèse de la multiplicité des images-figures, à travers quoi la réalité est à la fois formée et représentée, à partir du moi (l’image une, relative à soi) qui organise la relation des diverses images-figures de la réalité. Celles-ci sont ainsi comprises comme articulations de l’« image fondamentale34 », ou de l’aperception transcendantale. De cette façon, l’aperception n’est pas simplement juxtaposée à des représentations déjà constituées, pour qu’elles soient élevées à la conscience (comme c’était le cas dans la déduction kantienne des catégories). Toute représentation est au contraire génétiquement comprise comme détermination du moi, qui, en tant qu’activité, est soit intuition intellectuelle (et donc conscience de soi active), soit Bilden productif.

  • 35 WL 1813, p. 70.
  • 36 WL 1813, p. 71.
  • 37 WL 1813, p. 72, 73.

23Certes, au niveau de la conscience empirique, l’entendement se perd dans son produit, ou dans les images intuitives singulières. Mais, si celles-ci sont reconnues comme images (ce qui se produit au travers de la réflexion génétique qu’opère la Doctrine de la science), l’entendement est reconnu comme principe35. L’intuition singulière est alors accompagnée de l’image « je suis le principe de compréhension dans cette image36 », et l’entendement se comprend aussi comme principe de la saisie conceptuelle de cette intuition37. De cette façon, le rapport entre pure image (intuition) et image en tant qu’image (concept), posé au début factuellement par une simple définition, est maintenant déduit génétiquement.

  • 38 GWL, p. 146-164. Cf. Principes de la Doctrine de la science, trad. A. Philonenko, Paris, Vrin, 1990 (...)

24Ce passage argumentatif expose par conséquent le lien génétique entre aperception et imagination productrice et fait le pendant à la « Déduction de la représentation » dans la Grundlage38.

  • 39 WL 1813, p. 75.

25L’activité figurative de l’imagination a été saisie en acte, et cette activité n’est rien d’autre que le schématisme, ce « procédé particulier de l’entendement » qui met en évidence la « loi d’un figurer absolu39 », grâce à quoi les catégories ou schèmes sont génétiquement formés.

  • 40 Critique de la raison pure, B 75, A 51. Ak. III, 75.
  • 41 WL 13, p. 77.
  • 42 WL 1813, p. 78.
  • 43 Cf. WL 1813, p. 78.
  • 44 WL 1813 p. 79, 80. Notons la façon dont Fichte déduit la catégorie schématisée de substance/acciden (...)
  • 45 WL 1813, p. 80.

26Le schématisme n’est pas compris comme moyen d’opérer la médiation entre sensibilité et entendement, phénomène et noumène. Dès lors qu’intuition et concept, comme Kant l’avait également déjà soutenu40, sont, comme tels, en rapport réciproque et organique, ces territoires de l’expérience humaine ne sont pas compris comme séparés, contrairement à la façon dont Kant les aurait pensés dans la première Critique. Ils sont au contraire originairement liés organiquement, et le schématisme n’est que l’explicitation de ce lien. Dans la Doctrine de la science de 1813, le schème est défini comme « la loi sous la forme de l’intuition », comme « le précipité du construire même sous la forme de l’être objectif de l’image, sous la forme de l’image41 ». En d’autres termes, le schème est le produit du figurer, fixé dans une représentation concrète et matérielle : il est un « former enchaîné » (gefesseltes Bilden42), qui doit toutefois se développer jusqu’à comprendre la loi de son propre être-schème. Le « schème du schème » est donc le Durch, la relation immédiate et réciproque entre intuition (fixation du figurer) et concept (compréhension de la fixation en tant que fixation du figurer43), autrement dit, la relation organique des deux réflexes, comprise comme entendement – le Verstand qui, comme nous l’avons vu, est le « facteur invisible » du voir-figurer. De cette façon, les configurations (Gestaltungen) singulières possibles, produites par l’activité figurative de l’entendement comme principe substantiel du savoir, apparaissent réflexivement comme l’image accidentelle de la Bildbarkeit (figurabilité) ou Gestaltbarkeit (plasmabilité, formabilité). En de telles configurations de l’expérience, montrées comme images, l’image de l’entendement apparaît ainsi comme principe de figuration, Einbildungskraft44. Et la déduction génétique de l’imagination s’accomplit à travers la mise en lumière des schèmes du devenir et de l’être : le devenir est vu comme l’agir figuratif et productif de l’entendement comme principe ; l’être comme le résultat, le produit du principe (comme le « principiat »), comme l’image qui assume une « objektive Gestalt45 ».

27L’opposition image/être qui a initialement servi à définir factuellement l’image est ainsi génétiquement ramenée à l’activité génétique de l’entendement-imagination (ou du voir-figurer). On peut logiquement en conclure que l’entendement absolu, en tant qu’autocompréhension de soi comme entendement, n’est rien d’autre que le schématisme (soit la loi de l’autocompréhension de l’entendement).

  • 46 WL 1813, p. 81.

Le schématisme part de la scission entre image et être, donc de la réflexion, en sorte que réflexibilité [c’est-à-dire l’auto-réflexion que l’entendement doit accomplir, soit l’intuition intellectuelle] et schématisme sont une seule et même chose46.

  • 47 WL 13, p. 81.
  • 48 Sur le rapport vie/image, que l’on me permette de renvoyer à A. Bertinetto : « “Sehen ist Reflex de (...)

28C’est pourquoi la Doctrine de la science est comprise comme « schématisme mené à bien (durchgeführte) de l’absolu47 », autrement dit comme l’analyse complète du savoir en tant que « voir-figurer ». Une analyse qui comprend génétiquement son propre procéder (dé) constructif comme absolu, du moment que, schématisant l’absolu comme principe de son propre schématiser (principe comme tel schématisable seulement en tant que non schématisable, concevable seulement en tant que non concevable), elle met en lumière les conditions de possibilité du savoir (imagination productrice, intuition intellectuelle, aperception transcendantale) comme ses propres conditions de possibilité. En se montrant elle-même comme résultat du « figurer vivant » qu’elle déduit comme condition génétique du savoir, elle se montre comme image de la vie, au double sens du génitif48 : son réflexe et sa configuration « plastique », formative.

Notes

1 WL 1813, SW X, p. 9.

2 Pour la logique d’une telle apparition, l’un des textes de référence demeure G. Rametta, Le strutture speculative della Dottrina della scienza, Genova, Pantograf, 1995, et du même, l’Introduction à la traduction italienne de J. G. Fichte, Dottrina della scienza. Esposizione del 1811, Milano, Guerini, 1999. Cf. également, à propos de la WL 1811, M. D’Alfonso, Vom Wissen zur Weisheit. Fichtes Wissenschaftslehre 1811, « Fichte-Studien » Supplementa, Amsterdam-New York, 2005.

3 J. G. Fichte, Die Wissenschaftslehre 1813, in SW X, p. 3-86 (= WL 1813).

4 WL 1813, p. 81.

5 « Wir selbst nämlich schlechthin in eigner Person sollen werden ein Bild von dem Bilden jenseits alles wirklichen Wissens » (WL 1813, SW X, p. 14).

6 WL 1813, p. 9, 10.

7 WL 1813, p. 10.

8 Cf. WL 1813, p. 12.

9 Cf. à ce propos L. Pareyson, Fichte. Il sistema della liberta, Milanoi, Mursia, 1976 (2e éd.) p. 408.

10 Cf. WL 1813... Je me permets à ce propos de renvoyer à A. Bertinetto, L’essenza dell’empiria, Saggio sulla prima « Logica trascendentale » di J. G. Fichte, Napoli, Loffredo, 2001 ; du même, « Philosophie de l’imagination – philosophie comme imagination. La Bildlehre de J. G. Fichte », in : J.-C. Goddard et M. Maesschalck (éds.), Fichte. La philosophie de la maturité (1804-1814). Réflexivité, Phénoménologie et philosophie, Paris, Vrin, 2003, p. 55-74.

11 WL 1813, p. 17.

12 WL 1813, p. 18. « C’est pourquoi un devenir-image (Ê I- I) est imagé dans une image close ».

13 WL 1813, p. 18. « Dans cette image I3 s’image un voir projectif, un voir de la deuxième image Ê I-I [Être Image-Image], et ainsi nous sommes sans aucun doute ce que nous avons nommé un voir de ce Ê I – I en tant qu’un projeté par la vue, une image de lui, l’étant ».

14 WL 1813, p. 19.

15 WL 1813, p. 20.

16 WL 1813, p. 18.

17 WL 1813, p. 24-26.

18 Cf. J. G. Fichte, Vom Verhältniss der Logik zur wirklichen Philosophie, als ein Grundriss der Logik und eine Einleitung in die Philosophie, GA II/14, p. 23, 17 ; cf. aussi J. G. Fichte, WL 1812, SW X, p. 448.

19 WL 1813, p. 24.

20 « Durch den Verstand wird neben dem todten Bilde hingeschaut ein lebendiges und sich selbst machendes Bild, als Urbild des ersteren, das nur ist Nachbild des letzeren. Daher das lebendige Erscheinen innerhalb des Sehens » (WL 1813, p. 27). (« Par l’entendement est vu projectivement, à côté de l’image morte, une image vivante, et se faisant elle-même, en tant qu’image originelle de la première, qui n’est qu’image après-coup de celle-ci. C’est pourquoi l’apparaître vivant [a lieu] à l’intérieur du voir ».)

21 « L’entendement est l’apparaître absolu, et inversement l’apparaître absolu est l’entendement » (WL 1813, p. 28).

22 Cf. WL 1813, p. 30.

23 Cf. WL 1813, p. 43.

24 WL 1813, p. 44.

25 WL 1813, p. 47, 48.

26 Cf. WL 1813, p. 49.

27 WL 1813, p. 54.

28 WL 1813, p. 55 sq.

29 WL 1813, p. 60.

30 WL 1813, p. 61.

31 WL 1813, p. 58.

32 WL 1813, p. 62.

33 WL 1813, p. 65.

34 WL 1813, p. 68.

35 WL 1813, p. 70.

36 WL 1813, p. 71.

37 WL 1813, p. 72, 73.

38 GWL, p. 146-164. Cf. Principes de la Doctrine de la science, trad. A. Philonenko, Paris, Vrin, 1990, p. 108 sq.

39 WL 1813, p. 75.

40 Critique de la raison pure, B 75, A 51. Ak. III, 75.

41 WL 13, p. 77.

42 WL 1813, p. 78.

43 Cf. WL 1813, p. 78.

44 WL 1813 p. 79, 80. Notons la façon dont Fichte déduit la catégorie schématisée de substance/accident en déconstruisant la tradition métaphysique du substantialisme. Le rapport substance/accident est compris comme modalité de l’articulation du voir-figurer.

45 WL 1813, p. 80.

46 WL 1813, p. 81.

47 WL 13, p. 81.

48 Sur le rapport vie/image, que l’on me permette de renvoyer à A. Bertinetto : « “Sehen ist Reflex des Lebens” : Bild, Leben und Sehen als Grundbegriffe der transzendentalen Logik Fichtes », in Fuchs, Ivaldo, Moretto (éd.), Der transzendentalphilosophische Zugang zur Wirklichkeit, Stuttgart, Frommann-Holzboog, 2001, p. 269-306, et du même : « Die Grundbeziehung von Leben und Sehen in der ersten Transzendentalen Logik Fichtes », in Fichte-Studien, no 20, 2003, p. 203-213.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search