Version classiqueVersion mobile

Fichte. Doctrine de la science

 | 
Max Marcuzzi

J.G. Fichte Doctrine de la science Exposé de 18131

Traduction de Grégoire Lacaze

Texte intégral

  • 1 Je remercie le professeur Fuchs, responsable de l’édition des œuvres complètes de Fichte à l’univer (...)
  • 2 1re conférence.
  • 3 « Bewusstes » : litt. « (quelque chose de) conscient », non pas au sens où ce quelque chose serait (...)

1 2[17r] <Ak. 133 ; X, 3> Essence [de la Doctrine de la science]… Voir dans sa naissance le savoir, le savoir Un universel absolu ; donc le voir naître de quelque chose qui n’est absolument pas savoir, mais qui est ce dont il y a conscience3. – . Principe n’est pas principiat. Ils se disjoignent absolument. Complètement séparés.

  • 4 C’est-à-dire du savoir Un et universel, et non de tel ou tel savoir particulier.

2Il n’est question que de ce savoir4.

  • 5 Le retour sur soi (Besinnung, Besonnenheit) est une réflexion et un souvenir (une réminiscence), et (...)
  • 6 Complété suivant le manuscrit de Halle, p. 273.

3Ce dont il y a conscience = être. La Doctrine de la science n’est pas doctrine de l’être. – . Elle n’en est une que par malentendu. La plus célèbre des doctrines de l’être est celle de Spinoza. Il n’est pas revenu sur l’image, sur le penser5. (Il doit nécessairement y avoir un certain fondement, dont il nous faudra prendre connaissance, de ce ne-pas-revenir ; et il nous faudra nous en enquérir). – . Pour nous, le retour sur le savoir, la conscience de soi, est un état permanent, et le retour sur nous-mêmes est l’instrument d’un art conforme à des règles. <X, 4> Idéalisme transcendantal. Pure mise à part de l’être. La Doctrine de la science est exactement la même chose [que l’idéalisme6]. Comment pourrait-on en douter si l’on en fait l’épreuve en propre ?

  • 7 = « voir le savoir même dans sa naissance » (I.H.F.) Cf. supra.
  • 8 Le manuscrit de Halle ajoute : « La savoir de la Doctrine de la science devrait se comporter envers (...)

4Maintenant, si nous pouvons faire cela7, ce ne sera cependant qu’à l’intérieur du savoir même et par un savoir. – . Il faut donc qu’en lui-même le savoir puisse sortir au-dessus de lui-même : – Tout savoir. Pas de savoir qui serait simple savoir, s’absorbant en soi, et qui ne puisse pas aussi être ce dont il y a conscience et devenir, sous cette dernière forme, objet dans une Doctrine de la science. Cela est posé. – . Sinon, hors de la Doctrine de la science, le savoir sait purement et simplement, [il] est ce savoir, précisément, s’absorbant dans l’être qui se trouve là : ici [il est] lui-même ce dont un nouveau savoir a conscience : objet8.

  • 9 La Doctrine de la science est le savoir (subjectif) de tout savoir (objectif) : elle est donc le sa (...)

5En outre. Il semble qu’il en aille ainsi : si cette conscience et la conscience ultime et absolue de tout savoir est faite objet, alors elle n’est pas elle-même à son tour <X, 5> objet, ce dont il y a conscience ; parce qu’il faudrait alors qu’il y ait encore en dehors d’elle un savoir et une conscience supérieurs, subjectifs ; par conséquent, la conscience de la Doctrine de la science ne serait pas la conscience ultime et suprême9. – . On ne peut donc pas amener à soi dans une image quelconque cette conscience, de façon historique, mais il faut qu’on la soit et qu’on en fasse l’expérience soi-même de façon immédiate, précisément. Elle ne se connaît elle-même que du fait qu’elle est : on ne la connaît que dans l’être immédiat, et il n’y nulle autre façon d’en obtenir une image. <X, 6> S’expliquer : à l’intérieur de soi-même.

  • 10 Leçon peu sûre. I.H.F. glosait : « La Doctrine de la science concerne l’homme, et avec elle sont po (...)

6(Par conséquent, il n’y a pas non plus de preuve extérieure qu’une telle conscience soit, car une telle preuve poserait en effet une image de celle-ci. Preuve par le factum même. Les autres sont ridicules avec leurs exigences et ils exigent ce qui est complètement impossible ; ils sont ridicules avec leurs doutes : « comment vais-je m’en sortir ? » Tu t’en sortiras très bien. Il faut l’oser, précisément. Cela devrait donc réconforter ceux qui croient déjà connaître les dangers et les conséquences fâcheuses [de la Doctrine de la science] : – ils ne savent rien <Ak. 134> d’elle : ce qu’ils connaissent n’est qu’un fantôme. La Doctrine de la science requiert l’homme, a précisément un caractère10).

  • 11 Fichte joue sur le lien, en allemand, entre comprendre (verstehen) et entendement (Verstand). La Do (...)

7[17v] Or un tel voir du savoir serait un comprendre de celui-ci ; dans son fondement et à partir de lui, précisément. – . Décomposition [du savoir], qui mettrait en évidence d’où vient telle ou telle chose se trouvant dans l’unité du savoir. – . Mais le savoir à déduire (scientia phaenomenon) est lui aussi entendement11. Dans la Doctrine de la science, l’entendement se comprend donc ; et ce serait, de façon plus déterminée, notre tâche propre d’accomplir ce comprendre de l’entendement. – . Si cela est possible, l’entendement est alors compréhensibilité absolue de soi-même ; <X, 7> et c’est le plus haut concept où nous pouvons le saisir comme notre tâche propre.

  • 12 « tel qu’il se présente dans le savoir ordinaire et donné qui est pour la Doctrine de la science le (...)

8Autre exposition. L’entendement, pris dans sa première signification et simplement12, ne comprend pas rien ; il a sa fondation, son objet, qui n’est pas lui-même l’entendement, mais ce qui est compris en lui. Mais ce compris n’est en lui ou dans un savoir que pour autant qu’il est le compris. Cet objet inconnu et l’entendement sont par conséquent complètement fusionnés dans le savoir effectif, ils sont pénétrés l’un par l’autre, unis en une unité organique, et cette unité organique serait précisément le savoir effectif. Serait, dis-je : car la chose suivante s’ajoute encore. L’entendement, dans cette unité organique avec le compris, est compréhensibilité de soi-même. Nous obtiendrions donc, me semble-t-il, deux ou bien trois éléments dont le savoir que nous avons à déduire est composé. [1)] Le contenu, uni tout à fait organiquement à [2)] la forme-de-l’entendement. [3)] La compréhensibilité de ces parties et de leur unité synthétique, dans une unité synthétique avec le premier élément [unifié]. Tout cela constituerait donc l’unité intérieure du savoir tout entier. Nous aurions à établir celle-ci de façon distincte et déterminée. À partir d’elle, par simple <X, 8> analyse, nous déduirons le particulier.

  • 13 « nous n’aurions qu’à analyser cette unité ainsi posée » (I.H.F.).
  • 14 « Notre prochaine tâche est par conséquent la genèse de l’unité organique : une fois celle-ci posée (...)

9Or si je pouvais d’emblée établir cette unité, le chemin serait facile, et la méthode toute simple13. – . Mais nous avons autre chose à faire. Composer sous vos yeux cette unité organique à partir des éléments qui sont connus de moi, afin de la construire. On ne peut provisoirement pas rendre compte de cette construction : c’est au sein du travail même qu’il faudra que cela apparaisse et [18r] qu’on verra si nous avons procédé avec ordre et méthode. Mais cet ordre et cette méthode ne peuvent être indiqués à l’avance14.

10Deux remarques provisoires.

  • 15 « c’est-à-dire la force absolue de l’imager ; elle pourrait donc revendiquer une image de ce qui, d (...)
  • 16 Le verbe einsehen et le substantif Einsicht, traduits par comprendre et compréhension, sont toujour (...)
  • 17 Einsicht.
  • 18 Bilden (former, construit sur Bild, image, et généralement traduit ici par imager).
  • 19 Einsicht.
  • 20 « : l’imager Un » (I.H.F.).
  • 21 « mais il s’agit seulement pour cet homme d’être ce qu’il doit être, un honnête homme » (I.H.F.). C (...)

111) La Doctrine de la science exige la plus haute exactitude et acuité que l’homme peut mobiliser, et elle revendique le plus haut degré du pouvoir de penser. C’est l’analyse ultime ; car tout ce qui se présente in concreto en tout autre penser et savoir, dans quelque <Ak. 135> union synthétique que ce soit, est ici décomposé dans ses composants absolument simples. L’élément de l’imager de la Doctrine de la science est donc au-delà [de tout savoir effectif], tout comme sa façon de se rapporter à son objet, c’est-à-dire son séparer et son unir. <X, 9> [Son caractère] est bien énoncé [par cette formule] : ce qui est uni à l’intérieur du savoir factuel y est séparé, afin de faire naître cette union. – . La Doctrine de la science revendique donc la plus haute force créatrice de l’imagination, la force absolue de l’imagination, précisément15 ; et la plus haute force de détermination du jugement. – . Disons les choses autrement, relativement à l’objet. Savoir - image : image Une, de l’Un. Pourtant, [il y a] un multiple ; pluralité intérieure et close. Comment [naît] le multiple : [de] différentes formes-de-l’image ? Comment diffèrent-elles ? Seulement dans leur relation les unes aux autres, et il faut que cette relation des différentes formes-de-l’image les unes aux autres nous soit toujours présente pour comprendre16 la particularité. L’imager Un, dans la multiplicité de ses formes, d’après l’unité d’une loi. Cela est l’intuition et la compréhension17 auxquelles la Doctrine de la science prétend et qu’elle prétend engendrer librement puis retenir pour l’éternité. Elle exige de former18 son œil intérieur à cette façon de voir fixe. Vous voyez bien que c’est un nouveau monde de compréhension19, car la conscience habituelle ne <X, 10> voit que les images qui sont toutes prêtes, qui sont ainsi et ainsi, et voilà tout ; mais l’imager qui, à l’arrière-plan, les engendre, n’est pas vu, non plus que la loi d’après laquelle elles sont engendrées. Rien de ce qui a été fait jusqu’à présent ne nous y prépare, et ce qui est tiré des autres philosophies n’y est d’aucune utilité. Vous voyez de quelle attention et acuité il est besoin pour remarquer les distinctions extrêmement fines qu’il pourrait y avoir. – . Toutefois, pour ne pas sembler décourageant, il faut dire que, d’un autre côté, rien n’est plus facile que la Doctrine de la science si seulement on a la capacité de s’introduire dans son élément, et si l’on possède les aptitudes qui conviennent à cet élément et qu’on peut attendre de tout honnête homme : du sérieux, de la concentration, de la simplicité. Car dans le savoir habituel se présente [18v] une législation très diversifiée qui se contrarie fréquemment : et il faut que l’on démultiplie son regard et souvent qu’on le dirige simultanément dans des directions diverses. Mais ici, il n’en est pas ainsi. L’objet du regard est et demeure tout à fait le même20 ; la législation procède d’un unique point, clairement visible ; et tout particulier est expliqué, déterminé, tenu et porté par un particulier et par tout le particulier. La différence [entre la Doctrine de la science et le savoir habituel] se ramène donc à une seule chose : quand il s’agit du savoir habituel, l’homme est supposé faire beaucoup de choses ; dans la Doctrine de la science, il s’agit seulement d’être quelque chose (et rien de nouveau21) mais il ne s’agit justement pas de faire quelque chose. C’est pour celui qui s’abandonne avec confiance à l’évidence que celle-ci se fera d’elle-même.

  • 22 Deuxième conférence.
  • 23 Cf. p 36.
  • 24 « aus einem Gesetze des Müssens ». I.H.F. lisait : « aus einem Gesetze des Wissens », « à partir d’ (...)

12<Ak. 136 ; X, 11>2.).22Nous aurons à construire l’unité : nous, pratiquant la Doctrine de la science, sommes, suivant notre doctrine, suivant le concept de la Doctrine de la science, ceci : comprenant le comprendre même : étant donc l’expression et l’accomplissement de l’élément ultime de la compréhensibilité qui est présupposée comme un tel élément. – . Maintenant, il y aurait deux cas : ou bien nous pouvons conclure en partant de notre accomplir factuel [de la compréhensibilité] : cet accomplir a lieu, par conséquent il est purement et simplement possible et se trouve au pouvoir absolu du savoir. <X, 12> Ce serait une conclusion factuelle. Ou bien : dans l’unité du savoir, qui a été établie, se trouverait la loi en vertu de laquelle il faudrait que ce comprendre du comprendre soit nécessairement possible : en vertu de cette loi, la Doctrine de la science serait alors elle-même déduite comme une détermination nécessaire du savoir originaire. Nous procéderons de cette dernière façon. Et ainsi, la Doctrine de la science sera elle-même déduite de la loi fondamentale de tout savoir comme un composant nécessaire [du savoir] ; mais seulement à l’intérieur d’elle-même : elle a donc bien une image d’elle-même, ce que nous niions plus haut23 ; non pas en dehors d’elle-même, toutefois, mais en elle-même et par soi-même, et du fait qu’elle est. Celui qui possède la Doctrine de la science la connaît, bien sûr : d’ailleurs pas de façon simplement factuelle – le simple fait qu’elle est, et est ainsi ; mais il la connaît aussi à partir d’une loi disant ce qui doit nécessairement se passer24. Mais il faut dire aussi que cela n’est vrai que de celui qui la possède : et ainsi, la remarque que nous avons faite plus haut demeure valable, si ce n’est que ce qui y était dit de façon générale est corrigé par ce qui est dit présentement. Simultanément sont aussi écartés par là tous les doutes qui pesaient sur notre façon de procéder lors de la première construction, qui pouvait peut-être apparaître comme arbitraire et infondée. Si seulement nous parvenons à l’intérieur de l’unité, notre façon de procéder apparaîtra, à partir de l’unité même, en tant que nécessaire.

  • 25 C’est-à-dire : nous pourrons, quand les faits en auront montré la possibilité, nous dispenser d’avo (...)
  • 26 À une loi « à partir de laquelle elle se montrera comme nécessaire » (I.H.F.).

13<X, 13> [19r] Voilà qui suffit à titre de rappel. Passons maintenant à notre occupation suivante, au construire de l’unité. Quant à savoir comment nous-mêmes le pouvons, conformément à la remarque faite à l’instant et sur laquelle nous avons terminé les rappels, nous pourrons bientôt nous dégager de cette responsabilité25. Il faut que notre façon de procéder se prouve par son propre résultat, en nous conduisant à une loi26 : si elle ne le fait pas, elle s’effondre.

  • 27 Fichte se réfère ici d’une part au cours Sur la différence entre la logique et la philosophie elle- (...)

141.). En tant que fondation absolue du savoir, l’apparaître de l’absolu = l’apparaître absolu [est] accident de l’absolu, sans aucun être propre. Cela nous est bien connu grâce aux préparatifs précédents27 : si l’on a des doutes à ce sujet, c’est maintenant posé comme une hypothèse qui est encore exposée à toutes les vérifications par les lois qui s’y rapportent.

15<Ak. 137> Premier point : image de l’apparaître, sans aucune relation à la forme-de-l’entendement. (Que nous-mêmes pensions une telle image, nous voulons l’ignorer pour le moment.)

  • 28 Fichte attend de ses auditeurs qu’ils reproduisent intérieurement par eux-mêmes et pour eux-mêmes l (...)

162.). Cet apparaître n’est que dans la mesure où il se comprend. Dans la mesure où il est posé en tant qu’accident en l’absolu, il n’est aucunement (vous voyez que nous retirons par là notre première position et que nous la contredisons distinctement), car le « se comprendre » est la forme absolue de son être : par conséquent, dès que l’apparaître <X, 14> est, il est dans cette forme, fusionné avec elle et absorbé en elle. Synthèse ; au moyen de la forme-de-l’être. [L’apparaître a] d’abord [été] imagé sans aucun être : [il est] maintenant davantage déterminé par son admission à l’intérieur de ce concept [de forme-de-l’être]. (Je souligne intentionnellement chaque étape : car le pouvoir de reproduire soi-même ce qui a été dit en dépend28).

173.). Mais que signifie comprendre ? Poser cette question ne signifie pas que vous devez mentionner quelque chose sur le « comprendre », en indiquer un caractère partiel ; mais pour l’heure, vous devez vous transformer en une image complètement exhaustive du comprendre : ce qui serait précisément un comprendre du comprendre dans sa pure forme absolue, c’est-à-dire non pas ce comprendre-ci ou ce comprendre-là, mais seulement le comprendre, précisément.

  1. Ici commence alors l’essence de la Doctrine de la science – les deux premières remarques en indiquaient seulement le lieu : ce qui est propre à la Doctrine de la science, dont nous avons parlé jusqu’à présent. Nous-mêmes devons devenir, purement et simplement dans notre propre personne, une image29. Ici l’exactitude [est exigée].
  2. Comprendre – image fondamentale ; fondement du point d’unité que nous cherchons30 ; [19v] cette simplicité, qui doit être davantage déterminée par une loi, et en laquelle <X, 15> nous voyons déjà une double chose (le contenu : l’apparaître même ; et la compréhensibilité d’elle-même que nous-mêmes réalisons), [doit] devenir un multiple, par cette loi précisément31. Dès lors, comment comprendre la loi et la déterminité particulière par la loi, si l’on n’a pas compris l’unité absolue sans aucune loi ?
  3. Un comprendre en général – pur – il n’y en a pas, ce qui est déjà clair ici. Il est en effet la forme-de-l’être d’un autre : et nous voulons l’utiliser pour une synthèse. Il est donc clair que l’image à construire n’est pas l’image d’un quelconque factum se présentant dans l’intuition effective, mais qu’elle est purement et simplement une image engendrée par le comprendre du comprendre, une image qui n’est donc effective que dans la Doctrine de la science, et qui, en dehors d’elle, ne l’est pas. Ce n’est qu’à partir de cette image, et par une synthèse, que doivent être engendrées les images des facta effectifs. Qu’on n’anticipe donc pas et qu’on ne croie pas pouvoir la mettre en évidence dans l’intuition effective. Ce serait assurément faux.
  4. Au demeurant, cette image, au moins dans ses composants, n’est pas étrangère à ma salle de cours ; et même dans les cours préparatoires vous avez été exercés de diverses façons à la construction de cette image. C’est cette même image du voir, précisément, qui se présente dans Ak. <138> l’aperception. Seule la stricte séparation dans laquelle nous la posons ici est nouvelle.

18<X, 16> Construire soi-même. Je peux seulement montrer le chemin.

  • 32 3e conférence. « Passons maintenant à notre problème : qu’est-ce que comprendre ? » (I.H.F.).

19– .32Je dis : comprendre est être image d’une image, absolument uni à l’image de cet être (de l’être-image).

  • 33 Être, chez Fichte, c’est toujours reposer sur soi et s’absorber en soi (= s’identifier à soi, se pe (...)
  • 34 L’image est le « par » (Durch) de son imagé : elle est ce qui implique qu’un imagé soit posé. « Dur (...)
  • 35 Abréviation de Fichte : I = image (dans le manuscrit, « B » pour « Bild »).

20Deux composants principaux. Être - reposer [sur soi-même] et s’absorber dans soi-même33, absolument. – . Être seulement image d’une image 1.) Une image pose purement et simplement son imagé : elle est un « par » absolu34, le principe absolu de cet imagé. Celui à qui cela n’apparaît pas encore avec une évidence immédiate, qu’il l’apprenne. Que cela ne se produise pas chez certains, cela vient du penser affaibli et bavard que met en évidence la doctrine de l’imagination reproductrice, penser où l’on ne pense rien de façon vraiment sérieuse et où l’on n’applique pas son penser à quelque chose, mais où l’on reste toujours sur le point de le désinvestir. Avec de telles personnes, nous ne pouvons rien entreprendre du tout dans la Doctrine de la science ; elles sont rejetées de sa sphère dès le début. Penser sérieusement, énergiquement : poser avec sérieux [20r] et poser une image : il est alors bien clair que par l’image est posé son imagé. 2.) Maintenant, est ici posée l’image d’une image ; ce qui est imagé à partir de cette image est donc soi-même une image. C’est pourquoi l’être, qui est purement et simplement posé en tant que reposant sur soi, serait <X, 17> projection, enfantement d’une image à l’extérieur et à partir de soi-même. – I35 – I.

21Quant à savoir comment une telle image peut être et être en tant qu’image, cela n’est guère compréhensible. C’est proprement inepte et contradictoire.

  • 36 * Prognostikon pour l’ensemble. – . Celui qui n’est pas familiarisé avec cela ne doit pas se laisse (...)

22Mais passons à l’autre partie : cet être que nous avons décrit est lui-même à son tour dans l’image ; et l’unité consiste justement dans la fusion organique de l’être et de l’image. – . [Considérons] tout d’abord la forme de l’unité ; les deux termes, l’être et l’image se postulent l’un l’autre : l’être est l’imagé de l’image ; mais pas en tant que tel, c’est-à-dire que l’imager même, le projeter, n’est absolument pas à son tour dans l’image ; car sinon ne serait pas imagé un être, un absolu reposer sur soi-même, mais serait imagé I, un principiat. Un simple reflet passif, la répétition : mais la connexion est complètement rompue, et il y a un hiatus donné par la forme de l’image même : faute d’avoir une image de la connexion. Toute image de l’être est nécessairement ainsi. Dans notre précédent cours, nous avons beaucoup insisté sur cette loi36*.

  • 37 Manuscrit de Halle : « De façon immédiate, l’imager projectif, le projeter <saisi> en tant qu’être, qui es</saisi> (...)
  • 38 Manuscrit de Halle : « Donc suivant cette forme il y a, à l’intérieur d’une image et englobé par l’ (...)
  • 39 Ersehen : verbe construit sur sehen (voir), et qui, depuis 1805, exprime chez Fichte, exprime le mo (...)

23<Ak. 139> Passons maintenant au contenu. <X, 18> Qu’est-ce alors qui se trouve dans l’image supérieure ? De façon immédiate, l’imager en tant qu’un être dans cette forme37, et c’est en vertu de cet imager qu’est l’image. – . À l’intérieur d’une image est donc l’imager et le produit de cet imager : l’image38. À l’intérieur d’une image qui accompagne purement et simplement son être et est inséparable de celui-ci. – Donc, je pense, à l’intérieur d’un voir. Un voir-discursif39 est vu : Le premier [terme] est un [voir] génétique : le deuxième est un voir accompagnant cette genèse et l’exprimant. Un devenir-image, donc une image close dans une image qui est et qui pose immédiatement l’être de celle-ci.

  • 40 etwas Ersehenes.

24[20v] Ici, il m’importe tout d’abord de guider l’intuition. Notre regard repose sur cette image. En elle s’image un voir et un être de l’image I, donc sans doute ce que nous appellerions un voir de cette I en tant que quelque chose qui est vu-discursivement40. – En elle qui est. Entièrement à l’intérieur.

25<X, 19> Cette unité ne devient pas, mais elle est, et est le comprendre même, qui est comme l’apparition est et comme Dieu est. (Elle, la forme, est). Il n’est pas encore question du contenu. Voilà donc ce que nous aurions gagné : cette forme.

  • 41 C’est-à-dire « avoir une image du voir » (I.H.F.).
  • 42 « Selon nous, le voir ne devient pas dans le temps, mais il est purement et simplement et est la fo (...)
  • 43 Le voir.

261). Une considération polémique. Les autres [philosophies] font devenir le voir à partir d’un terme vu, des choses et du moi ; les choses font impression. C’est ce qu’elles prétendent : mais personne n’a donné une image d’un tel devenir et en général du voir. (Avoir son image41 est tout à fait propre à la Doctrine de la science. Toute autre philosophie se contente d’être cette image). Selon nous, purement et simplement : la forme-d’être absolue42 : bien que nous ne le43 regardions certes pas comme une donnée, mais à l’intérieur de son être, par la forme du comprendre, dans ses composants. Il apporte lui-même ses composants avec soi.

  • 44 einsehen.
  • 45 I.H.F. développe ainsi : « nous avons aussi admis que quelque chose est dans la forme du comprendre (...)
  • 46 « L’unité pose les parties ; il nous faudrait donc nous enquérir de l’unité de l’entendement, afin (...)
  • 47 « de l’essence de l’entendement » (I.H.F.).

272). Exercez-vous avec cette image. Il importe que vous compreniez44 que cela, et, si vous voulez, que seul cela est un voir. – . Or nous avons proprement dit que ce voir est le comprendre, donc précisément que tout voir est un comprendre. Mais nous ne pouvons prendre cela complètement au sérieux. Car, dans la forme du comprendre, quelque chose est. Où est à proprement parler, ici, le <X, 20> comprendre, et où est la trace de la fondation étrangère45 ? Unité : comment l’unité pose les parties46. Nous verrons cela demain, pour pénétrer plus profondément à l’intérieur de l’essence47.

  • 48 « il nous faudrait maintenant déduire l’image que nous avons présupposée, la déduire dans sa nécess (...)

28À proprement parler : déduire l’image, ce que nous avons posé maintenant48. [Ak. 140 ; 25r] Le tout est une analyse de la proposition : l’apparaître est dans la forme-de-l’entendement. Ce pourrait être la construction. Dans cette proposition, nous avons l’image d’une unité à partir de laquelle nous pouvons de nouveau procéder à l’analyse.

29 Ici nous n’avancerons rien de directement nouveau, mais nous donnerons à ce qui a déjà été dit une clarté comme jamais.

30Une unité. Celle-ci serait le comprendre même. Cette unité est purement formatrice, configuratrice d’un terme présupposé. En partie en vertu de ce qui a été présupposé, du [fait] que l’apparition est image en général, en partie à cause des conséquences qui se montreront aussitôt, il faudrait que ce terme présupposé soit une image. Or celle-ci est dans la forme du comprendre. Tout d’abord, cette image n’est elle-même que dans [cette forme] : l’être de l’image n’est pas éventuellement pour soi, comme si le comprendre ne s’y ajoutait et ne s’y rattachait qu’après-coup ; car le comprendre est lui-même l’être : c’est pourquoi dès que l’image est, elle est comprise ; être et être-compris sont <X, 21> la même chose, dans une unité absolue. Nous seuls les séparons pour les voir devenir.

  • 49 seine Bildlichkeit : sa qualité d’image.
  • 50 C’est-à-dire « cette compréhension » puisque entendement (Verstand) = faculté de comprendre (verste (...)

31Mais dire que l’image est comprise, signifie : elle est en tant qu’image ; son imaginalité49 en tant que [telle] est son essence. Cette imaginalité de l’image n’est manifestement, elle aussi, que dans une image : mais l’image de l’imaginalité n’est que par opposition au non-image, justement, c’est-à-dire par opposition à l’être. (Penser énergique. Imager en fait dans son devenir une telle image de l’imaginalité, un entendement de l’imaginalité : cet entendement50 de l’imaginalité n’est précisément [possible] que par [l’entendement de] son contraire). Donc : l’image présupposée par nous se dissocie purement et simplement dans son être-dans-l’entendement – dans l’imager-d’entendement – en quelque chose de double : image et être : tous deux sont bien sûr une seule et même chose, à savoir l’image qui est dans l’entendement, et ils ne diffèrent pas autrement que par la forme-de-l’image et par la forme-de-l’être.

32C’est dans cette forme, disais-je, que l’image est, c’est-à-dire : c’est aussi par cette forme que son être est achevé, circonscrit, et immanent. La séparation, que nous avons décrite, en la duplicité [de l’être et de l’image] est le sommet de la forme-de-l’être ; la séparation est donc sans être elle-même à nouveau imagée (réfléchie). L’unité n’est donc pas vue ; la scission n’est pas vue non plus ; mais elle est purement et simplement : la relation de l’image à l’être est. <X, 22> (C’est précisément l’être, que nous avons décrit [25v], de l’être à l’intérieur de l’image, le voir, dans lequel la forme-de-l’entendement n’est pas du tout un terme vu, mais seulement le fondement invisible de la détermination de l’être de l’apparition tout entière).

33(Intermède. Notre fin n’est sans doute pas de déduire, à partir des lois particulières que nous pouvons découvrir actuellement, une apparition quelconque dans le savoir. Par là, notre cours s’éparpillerait et perdrait toute unité systématique. D’abord l’image de l’unité. – On s’en tient au tout. Or on ne peut pas toujours avoir l’assurance <Ak. 141> que les images particulières sont correctement construites, et l’on ne peut donc pas non plus avoir l’assurance que les lois particulières sont correctement appréhendées : mais de cette façon, on n’en viendrait pas à une image correcte de l’unité. Là, on peut s’aider de façon détaillée par la conséquence, en posant par là l’image dans une connexion plus haute et plus connue en guise de correctif. Ce n’est qu’une aide superflue qui n’appartient pas à la chose. Il faut pourtant que plus tard la conclusion se présente encore une fois en tant que conséquence de l’unité établie. En voulant vous donner une telle aide, je fais cette remarque, utile pour l’avenir aussi, afin que personne ne s’y trompe. –

  • 51 « l’intuition de l’objet » précise I.H.F.
  • 52 I.H.F. donne un exemple qu’il a rendu célèbre : « Le poêle est, et je me représente le poêle, j’ai (...)
  • 53 Relation selon laquelle l’image est image de l’être.

34Dans ce qui a été dit, nous avons sans doute décrit dans sa forme pure l’intuition objective51. En celle-ci, il n’y a de façon factuelle absolument rien de plus qu’une image qui, là, pose un être qui est tout à fait identique à elle, l’image, et qui ne diffère d’elle que par la forme52. <X, 23> Tout observateur un minimum attentif trouvera en soi qu’il en est ainsi, et pour tout ce qui concerne cette observation je me permets de vous renvoyer sur le champ aux premiers cours d’introduction. Cette observation n’est que la condition de la philosophie, non la philosophie même : car la philosophie ne se contente pas de voir : « c’est ainsi », mais elle veut une loi en vertu de laquelle il faut que ce soit ainsi. Nous venons tout juste d’établir cette loi : et vous devez donc maintenant pouvoir concevoir ce phénomène, si vous m’avez correctement compris ; c’est la mise à l’épreuve de votre compréhension. Voici ce qui est en cause : il y a une image qui n’est pas par l’entendement, tout au moins eu égard à la façon dont celui-ci est pris ici ; mais cette image n’est que dans la forme de celui-ci ; or par cette forme, elle est scindée en être et en image : dans cette relation53. L’être-image immédiat, ou le voir, est par conséquent dans l’unité de cette scission ; c’est-à-dire qu’il est le voir des deux, à savoir dans cette relation. Le comprendre est précisément le facteur invisible de cet [26r] être-image formel. L’être n’est pas non plus projeté à partir de ce qui est connu en tant qu’image : celle-ci n’est pas le voir (l’être-image absolu), mais un vu qu’il va nous falloir expliquer sans délai. Mais les deux dans l’unité, et cette relation est en vertu de la forme-de-l’entendement qui saisit l’être-image Un. (Cette formule est extrêmement importante).

  • 54 « L’être du poêle est, selon cette philosophie, un être absolu en et pour soi, qui devient image en (...)
  • 55 L’image de l’être (du non-image) dissimule son être-image puisquelle ne donne l’être qu’en occultan (...)
  • 56 « Entendement » (« Verstand ») est construit sur la même racine que le verbe « comprendre » (« vers (...)
  • 57 Nachbilden. L’entendement est un imager-après-coup de l’image parce qu’il la présuppose (comme tout (...)
  • 58 « comprenant l’image, posant donc analytiquement un opposé de l’image = être : restant pourtant une (...)

35<X, 24> Disons encore la chose suivante pour expliciter ce qui a été dit. – . Comment expliquer des images de l’être ? Un problème insoluble pour toute philosophie dogmatique54. – . Comment l’être pourrait-il venir à l’image s’il n’était lui-même immédiatement dans l’image et s’il n’était rapporté à l’image, en tant que telle : [ce qui suppose] donc l’unité et relation qui ne peut pas devenir [mais qui est] purement et simplement, et absolument (c’est ainsi que vous devez en effet penser cela). Mais bien sûr, [cela a lieu] dans une image qui dissimule et nie son être-image, parce que sinon elle ne serait pas image du non-image55. Or cela [a lieu] dans l’entendement : qui n’est absolument pas un imager, mais seulement un comprendre56, un imager-après-coup57 de l’image en tant que telle ; et [qui est] par conséquent une unité absolument synthétique et analytique, purement et simplement par son essence58.

36Encore ceci. C’est en tant que concept absolu que nous avons décrit l’image de l’image en tant que telle. C’est <X, 25> sans doute une image particulière de l’entendement, une image déjà accomplie qui présuppose une activité de l’entendement – [image particulière qui ne se trouve] pas dans l’entendement absolu, mais dans le comprendre et l’imager de l’entendement ; dans la réflexion de son essence ; <Ak. 142> [cette image de l’image en tant que telle] ne surgit donc pas à partir de rien. L’entendement absolu est le faire qui fait justement de l’image une image, purement et simplement : [il n’est] pas l’engendrer, mais le saisir de l’image – image qui est sans lui et dont il est simplement la forme-de-l’être – en tant qu’image, avec son opposé, le non-image. (J’espère que, par la connaissance distincte de cette loi, nous avons bien atteint le cœur des choses et que, par là, celui-ci est indiciblement bien gagné ! – Considérez [ceci] : une image ne peut jamais être, si ce n’est en tant qu’image. L’être de l’image, parce qu’elle est précisément image, pose purement et simplement la forme-de-l’entendement. Celle-ci ne peut pas s’ajouter après-coup parce que sinon, auparavant, l’image n’aurait pas été image, mais être. Prendre l’image autrement est toujours un penser obscur et indéterminé. – . C’est ainsi que m’est venue l’idée que tout se passe comme si, dans la Doctrine de la science, l’absolu était immédiatement transformé en une image. Si l’absolu n’est pas entendement de lui-même, cela ne peut être : car ce n’est que dans l’entendement que l’image est. Notez bien, toutefois, [26v] cette proposition qui est, je pense, claire et décisive : le véritable point de connexion de l’absolu [d’une part] et [d’autre part] de l’image et de l’entendement, point de connexion qui est Un être, se trouve bien sûr plus haut, et il nous faudra le mettre en évidence en son temps.)

  • 59 4e conférence.
  • 60 Manuscrit de Halle : « de la pluralité à partir de l’unité de la forme de l’entendement ».

37 59Nous n’en avons pas encore entièrement fini avec la déduction60. Il manque encore un <X, 26> membre principal, comme nous allons le voir-discursivement dans la déduction même du prochain [membre].

  • 61 La forme de l’image et celle de l’être.

38Cette image Une, qu’il faut présupposer à la forme-de-l’entendement telle qu’elle est mise en place ici, (et que pour l’instant nous ne connaissons d’ailleurs absolument pas), est séparée par celle-ci en image et en être – tout en restant d’ailleurs ce qu’elle est – disions-nous ; image et être sont donc tout à fait identiques, et sont précisément l’image Une, séparée dans ces deux formes61, et ils ne diffèrent pas davantage l’un de l’autre que par ce que donne la différence des deux formes. Que donne alors cette différence ? C’est la question à laquelle il faut encore répondre.

  • 62 eingesehen.
  • 63 I.H.F. : « il n’y aurait pas d’opposition entre les deux formes ».

39Qu’est-ce qui se trouve dans l’être, pour commencer ? Reposer sur soi-même, absoluité ; par conséquent, dans la mesure où l’image est comprise dans la forme-de-l’être, elle est une image par soi-même : son être, donné et imagé, est le résultat de son « par soi » intérieur. En revanche, l’image en tant qu’image ne repose pas sur soi-même : elle n’est qu’une image-après-coup, un reflet mort et passif, comme nous l’avons déjà clairement compris62 plus haut. C’est donc cela qu’apporte avec soi la forme de l’opposition entre les deux formes. Dans la forme de l’être, [l’image Une] n’est donc pas une simple image, elle n’est pas une simple image [dont le caractère est de ne] pas [être issue] de soi-même, car alors elle serait semblable à l’image en tant qu’image, et il n’y aurait pas d’opposition63 : mais elle est image de l’image, ainsi que nous l’avons énoncé dans notre formule : une image qui n’est pas simplement image mais à laquelle s’ajoute ceci qu’elle est image à partir de soi, de soi, par soi. – . Comme plus haut, un voir-discursif, saisi dans un voir de celui-ci.

40<Ak. 143> Et ainsi, la déduction (dont nous avions entrepris la tâche) à partir de la forme-de-l’entendement est donc achevée à l’intérieur de ses limites, et elle est allée aussi loin qu’elle le devait ; et par là se trouve jetée une bonne fondation pour l’unité de l’image.

  • 64 « cette image intuitionnée en tant qu’image » (I.H.F.).
  • 65 Urbild.

41Addition. Ce n’est pas ce qui est intuitionné en tant qu’image qui intuitionne l’être ; ce64 n’est pas le voir, mais le vu. <X, 27> C’est maintenant expliqué ; par l’entendement est intuitionnée, à côté de l’image morte, une image vivante et qui se fait elle-même ; en tant qu’image-originaire65 de la première, laquelle n’en est que l’image-après-coup. D’où le voir-discursif vivant à l’intérieur du voir.

42[9r] Préparation à la prochaine recherche, c’est-à-dire que nous nous réservons le droit d’aiguiser [ce qui a été établi]. Pour l’heure, nous voulons seulement présenter le thème de cette recherche.

  • 66 « la fusion de l’apparition et de l’entendement » (I.H.F.).

43Par le travail que nous venons d’achever, avons-nous bien reçu l’apparaître, purement en tant que tel, dans le comprendre en tant que forme-de-l’être absolue de celui-ci ? Il importe de ne laisser subsister aucun être de l’apparaître à l’extérieur de l’entendement : [il faut que la] fusion66 [soit] pure : car sinon, l’entendement n’est jamais appréhendé de façon complète. (Cela nous retiendra encore un peu et appartient en propre à notre construction).

  • 67 I.H.F. reformule ici la question à laquelle Fichte va répondre : « avons-nous reçu l’apparaître pur (...)
  • 68 « À même l’image, nous présupposons donc ce que nous avons démontré hier. Nous disons : cette image (...)

44 67Visiblement pas. Nous avons présupposé une image en tant qu’étant et toute prête ; et nous l’avons formée par la forme-de-l’entendement. Mais d’où vient cette image ? Et ne porte-t-elle pas, dans son être-toute-prête et dans sa clôture mêmes, la marque qu’elle est à partir de l’entendement et qu’elle correspond dans cet entendement, en tant qu’être, à une image que nous pouvons aussi mettre en évidence dès maintenant, à même notre propre penser à nous, la Doctrine de la science, si nous voulons réfléchir ? Nous présupposons exactement la même chose que nous avions posée68 : <X, 28> quant à savoir comment cette image étante peut se différencier de celle qui était contenue dans notre considération, il pourrait ne pas nous être facile de l’indiquer.

45Donc : nous avons déjà l’apparition dans l’entendement, afin de la recevoir en lui : notre réception n’est donc pas la réception originaire : notre analyse n’est donc pas encore accomplie jusqu’au bout ; nous-mêmes sommes encore pris dans une concrétion factuelle, nous sommes nous-mêmes un entendement non-vu et sommes absorbés en celui-ci ; nous ne sommes donc pas encore Doctrine de la science.

46Expliquer la forme de cette image présupposée nous conduirait trop loin. Nous pouvons omettre cette explication ; on la trouvera à sa place dans la série [de nos analyses]. Mais l’erreur que nous avons commise, nous la connaissons. Peut-être d’ailleurs l’avons-nous commise à bon escient, pour apprendre par elle quelque chose dont nous avions besoin afin de procéder correctement : nous allons donc maintenant corriger cette erreur.

  • 69 « En tant qu’unité organique avec l’apparition » (I.H.F.).
  • 70 « En tant que seule forme-d’être possible de l’apparition » (I.H.F.).

47[Notre maxime contre cette erreur sera celle-ci : ] Ne pas laisser l’entendement s’ajouter à un terme déjà étant ; mais [le saisir] en tant qu’unité absolument organique69, en tant que seule forme-de-l’être possible70 donnant un étant en général.

48 Apparaître absolu. L’entendement ne le comprend pas, ne le forme pas, mais l’entendement l’est : et l’apparaître absolu est l’entendement : les deux passent complètement [9v] l’un dans l’autre, fusionnent l’un avec l’autre et ils sont le même être.

  • 71 « Cela doit désormais être la règle de notre penser » (I.H.F.).

49<Ak. 144 ; X, 29> C’est la règle d’un penser71. Qu’est-ce que cela signifie ?

50L’apparaître, ou l’entendement, se comprend purement et simplement en tant qu’image et se transforme par là en la duplicité d’un être et d’une image.

  • 72 Fichte thématise le « se » du « se comprend ».
  • 73 « Mais ce posé est l’entendement ou l’apparaître même, précisément : par soi et par sa forme, l’ent (...)

51 Se 72 : est-il correct de s’exprimer ainsi, tout d’abord ? Manifestement ; l’entendement, en tant que détermination progressive d’un objet en tant qu’image – et double – pose précisément une telle chose ; or [ici, l’objet en question] est précisément l’entendement ou l’apparaître même : par lui en tant qu’image, etc.73.

  • 74 I.H.F. ajoute ce développement : « Nous avons toujours dit qu’il importait de procurer à l’appariti (...)
  • 75 « Nous avons dit précédemment : la forme-de-l’être absolue de l’apparition est l’entendement. Maint (...)
  • 76 « Or cet être n’est évidemment que dans une duplicité, dans une relation, dans et par l’entendement (...)

52Donc premier et plus important résultat. C’est par l’entendement en tant que forme-de-l’être, que l’apparaître absolu obtient originairement un être immanent : un être pour soi.74(Auparavant nous ne considérions l’apparaître absolu qu’en tant qu’accident divin, sans doute tout à fait à tort : nous attendons encore une information à ce sujet : cet apparaître absolu est maintenant reposant dans lui-même et sur lui-même, mais pas par lui-même, du moins pas en tant que simple reposer sur soi-même, mais dans l’entendement. – Car l’entendement est le déterminer progressif de quelque chose ; il pose donc purement et simplement quelque chose par soi : il se donne la qualité d’une forme-de-l’entendement).75 Considérons-le ainsi. – . <X, 30> Il scinde : une unité subsistante qui demeure dans la scission76. –

  • 77 « Le moi se pose lui-même purement et simplement, a-t-on dit : c’était un écho de la proposition qu (...)

53C’est une très grande et très simple vérité. – . Apparaître absolu est précisément l’entendement : un tel entendement se pose par sa forme, il se donne lui-même un être : « se », un terme qui se trouve dans sa forme et qui est apporté par celle-ci, de sorte que nous ne pouvons l’intuitionner qu’à partir de lui77. –

54On en fera autre chose plus tard.

  • 78 5e conférence.

55[10r]78Dans ce qui précède, [nous avons considéré] la simple forme de l’entendement, du comprendre, sans aucune application. – . Cela ne doit pas être oublié, pour que nous ne croyions pas avoir gagné plus que nous n’avons effectivement gagné.

  • 79 De façon moins ambiguë : « ce n’est que dans et par cette forme de l’entendement qu’un non-étant es (...)
  • 80 Manuscrit de Halle : « l’entendement est établi comme ce à partir de quoi l’être devient, à savoir (...)

56Nous commençons maintenant à faire cette application. L’entendement ou le comprendre est la forme-de-l’être absolue. C’est-à-dire : ce n’est que dans et par cette forme de l’entendement qu’un non-être est et devient79. Puisque ce n’est pas de l’être absolu qu’il peut être question ici, [notre proposition signifie alors] : tout [être] non-absolu, précisément, <X, 31> l’être-là, n’est que dans l’entendement et par l’entendement, et sinon n’est pas. – . Devient ; pour nous80 ; il nous faut le voir naître à partir de l’entendement : il faut que l’entendement soit pour nous principe de l’être-là.

  • 81 « Depuis le début, nous ne reconnaissons donc l’apparaître qu’en tant que pris dans la forme-de-l’e (...)
  • 82 « Nous procédons donc ici avec une plus grande acuité que ce n’était le cas dans les précédents exp (...)

57Conséquences : 1) [Par là est compris] le sens de la critique de notre précédent procédé, critique par laquelle nous terminions la dernière heure de cours ; nous n’avons le droit de présupposer à notre description de l’entendement absolument aucun être-là. Puisque l’être-là [est] image, apparaître : nous n’avons pas non plus le droit de présupposer une image ou un apparaître. – Accident de Dieu ; dans la dernière heure de cours, [la question de savoir si nous avions encore le droit de le présupposer ainsi restait] indécise. Décidons-le maintenant hardiment. [Nous ne le pouvons] nullement ; car il serait toujours un apparaître extra-absolu : même s’il n’est pas un être substantiel, mais <Ak. 145> accidentel, il est pourtant toujours une extériorisation, donc un être-là81. Plus grande acuité, dès le début, que dans les précédents cours, qui récupéraient l’apparaître après coup82. Ce n’est pas important pour la vérité, mais pour la méthode, et donc, médiatement, pour la vérité ; ce n’est que de cette façon [que nous parvenons] à l’intérieur de l’unité synthétique.

  • 83 Le fondement est autre que ce qu’il fonde ; si l’entendement doit être vu en tant que fondement de (...)
  • 84 « Quelle sorte d’image serait-ce là ? On pourrait dire : l’image bien connue d’un pouvoir, d’une si (...)
  • 85 « Or si nous posions ce pouvoir en tant que commencement de l’être-là, alors nous le déposerions po (...)

582) L’entendement [est] fondement de l’être-là : donc, [il nous faut le voir] en tant que n’étant pas un être-là ; trouver une image au-delà de tout être-là83. <X, 32> Pouvoir84. – Mais nous posons celui-ci de façon objective, à nouveau, en l’affirmant sérieusement, nous lui donnons donc aussi à son tour un être ; mais toute la forme-d’entendement de la duplicité dans l’unité de l’image et de l’être s’y trouve. Pouvoir de pouvoir. – . On retrouve là la même difficulté85. Celle-ci consiste proprement en ce que nous devons aller au-delà de tout entendement avec l’entendement. – . Et cette difficulté ne prend jamais fin s’il ne se trouve pas quelque part dans l’entendement même une différence entre ce qui doit être tenu pour être-là, et ce qui ne le doit pas. – . Tous ces éclaircissements, il nous faut les attendre d’un examen rigoureux et soigneux.

59[10v] Plutôt que de vous faire de longs discours sur la forme, je vais donc simplement mettre en évidence l’entendement en tant que principe de l’être-là ou de l’apparaître même, et par là, je l’aurai sans aucun doute présenté dans son absoluité.

  • 86 C’est-à-dire que nous allons nous abstenir pour l’instant, de réfléchir sur notre position de l’ent (...)
  • 87 « de façon conséquente, parce que nous posons et objectivons l’absolu hors de nous et faisons donc (...)

60C’est d’ailleurs très facile. – . Tâche : penser ou poser l’entendement absolu ou le comprendre absolu. [Et ce faisant, laisser] pour l’instant notre poser là où il est86. Puisque nous posons [l’entendement] absolu, alors il est clair que nous anéantissons l’absoluité de notre propre penser, et que nous faisons de celui-ci le simple reflet de l’absolu précisément déposé [par notre penser]. C’est ainsi que nous procédons ; arbitrairement, si l’on veut : mais de façon conséquente87, et l’on en reste là désormais. <X, 33> La preuve de ce procédé prendra toute sa signification ; nous aurons à nous y rattacher. Ne l’oubliez donc pas. Maintenant, [procédons] énergiquement et très sérieusement.

  1. Absolu signifie : rien du tout n’est présupposé [à l’entendement], rien n’est posé à côté de lui, rien ne lui est associé, [mais il est pris en tant que] reposant purement et simplement sur lui-même.
  2. Comprendre signifie – je vais prendre la peine de passer par l’opposition pour rendre cela évident grâce à celle-ci – non pas comprendre en tant qu’image une chose quelconque, un X ; car en un tel cas, le comprendre n’est pas pensé absolument ; mais [comprendre signifie] purement et simplement comprendre en tant qu’image, c’est-à-dire en premier lieu poser en tant qu’image, et donc en général poser. – . – . Analyse : c’est dans les cas où la simplicité est grande qu’il faut noter les points [qui importent]. – . [Le] comprendre est l’absolument posé, sauf que ce n’est pas de lui que nous rendons compte ici, mais de ce qui se trouve en lui ; nous l’analysons, précisément. – . Je dis : 1)
  • 88 C’est-à-dire de l’être-posé (I.H.F.).

61Le comprendre est un poser de quelque chose. Qu’il est cela, [c’est] clair. Or ce posé n’est posé que dans la mesure où le comprendre est posé, dans le comprendre et par le comprendre ; et si l’on enlève celui-ci, alors celui-là disparaît aussi. Le comprendre est, de cette façon et en ce sens, fondement de l’être-là88 : et en aucune façon l’on n’admettra en tant qu’être-là un autre être-là que celui qui est posé dans le comprendre et par le comprendre. 2) Un poser de ce quelque chose en tant qu’image ; purement et simplement : du fait qu’il est comprendre. – . <Ak. 146 ; X, 34> Que signifie alors comprendre ? Être-image [du posé] en tant qu’image. – . Voilà le point principal. Je fais appel à toute votre attention. Analyser, je peux et je vais le faire avec circonspection. Rassembler les éléments dans l’unité de l’intuition, consolider cette intuition et la vivifier, c’est votre affaire. (Cette intuition n’est d’ailleurs elle-même qu’[un] élément) !

  • 89 « Comme cela s’est déjà passé plus haut ; le comprendre n’est, dans cette relation, que le reflet m (...)
  • 90 eingesehen.

62[7r] Il est image de cette image déposée, à savoir de son être, en tant qu’être : [en tant que] reposant sur soi. Comme cela s’est déjà passé plus haut, donc le reflet mort et passif89. – . Donnant le hiatus absolu dont tant de choses dépendent. Rendons cela plus distinct. Nous avons compris90 que le comprendre absolu pose, qu’il enfante ce X purement et simplement à partir de soi. Or ce poser se perd dans l’être-image ; il n’est certes pas directement contradictoire avec lui, mais il n’apparaît pas à l’intérieur de l’image ; dans la relation de l’image à elle-même ; dans une telle image, ce X est, et voilà tout. L’entendement n’éclot donc pas dans l’être-image. L’entendement lui-même, tel que nous le connaissons, et son être-image ne sont pas complètement identiques. Il faudra en prendre bonne note et s’en servir de point de départ pour ce qui suit.

63– . Ensuite : [on a vu] plus haut [que] cet être pose à partir de soi, de soi, par soi : – à savoir, face à l’image en tant que telle. Mais nous ne parlons pas de cette opposition ici. Ici, sous maint rapport, nous avons une tout autre <X, 35> image. Il ne faut pas les confondre ; car elles devront être une nouvelle fois réunies. – .

  • 91 = « le comprendre » (I.H.F.).
  • 92 « eu égard à sa forme » (I.H.F.).
  • 93 « Le comprendre est donc 1) image de cette image déposée en tant qu’étant ; 2) et image de celle-ci (...)
  • 94 « Ensuite, eu égard au contenu. Qu’est le comprendre, de ce second point de vue ? » (I.H.F.).
  • 95 Manuscrit de Halle : « non pas être et pourtant être dans la mesure où elle peut être l’être, à sav (...)

64Il91 est une image de cette [image] en tant qu’image. – . Tout d’abord, à cet égard92, cela va de soi, en ce qu’il est l’[image de cette image] et est uni avec elle, dans le même être-image Un et déterminé ainsi93. Ensuite, quoi94 ? Image [de cette image] en tant qu’image : il la comprend donc en général et dans son essence en tant qu’image. Or, l’image en général n’est que par opposition à l’être ; par conséquent, il pose l’image en tant que non-être et se rapportant pourtant à un être : l’être même, pour autant qu’il peut l’être sans l’être cependant : donc image, précisément95.

  • 96 « par l’être absolu et par l’être-posé de l’entendement même » (I.H.F.).

65Ce dernier, maintenant, l’être-image de l’image, du caractère d’image saisi à même l’image, est la véritable essence intérieure du comprendre ; et l’autre, l’image X, est seulement posée par son être absolu et son être-posé96. – . Saisissons-le maintenant dans cette différence :

661.) [Le] comprendre, dans la forme, [l’]essence intérieure de celui-ci, telle qu’elle se montre ici, [est] image de l’essence-de-l’image (concept) et image de l’être ou du non-image : les deux purement et simplement l’une dans l’autre et l’une avec l’autre, Une, les deux n’étant possibles qu’en tant qu’Une : l’image de l’être [n’est] rien que celle du non-image, et [celle] de l’image [n’est] rien que l’image du non-être : donc [le comprendre, dans son essence, est] un « se faire » intérieur et vivant, <X, 36> [7v] et un s’organiser des deux images l’une à même l’autre. Ce ne sont pas les images, ni l’une ni l’autre, mais c’est le « se configurer » intérieur des images l’une à même l’autre (dont l’image est propre à la Doctrine de la science, précisément, et n’est attendue <Ak. 147> que d’elle seule) qui est l’unité et la véritable essence de l’entendement. L’être des deux images est dans l’être-image du comprendre absolu ; dans l’être-image de celui-ci, dis-je : auquel fait face, conformément à une loi que je ferai valoir dans un instant, l’être de celui-ci, qui est justement la vie s’organisant de l’opposition de l’un à l’autre.

672) Cette essence intérieure du comprendre ainsi décrite pose maintenant une image étante de l’être = X, avons-nous dit, non pas à l’intérieur de sa forme, car celle-ci est épuisée, mais par son être dans cette forme, et en tant que telle. Dans cette forme, il est un comprendre, pas un poser : image d’une image dans son simple être-image, donc le simple reflet partiel de celle-ci : il présuppose donc un compris ; une image dont il réfléchit l’être. Il la présuppose ! Mais comment ce [terme présupposé] peut-il pénétrer à l’intérieur [de la forme du comprendre] ? Nous ne pouvons en effet absolument rien présupposer : [il nous faut donc] le concevoir en tant que l’absolu : en vue du non-poser, il lui faut poser : et ce, dans une autre qualité, non pas en tant que comprendre, mais en tant qu’être absolu du comprendre. (J’espère que c’est clair : c’était déjà vraiment clair plus haut, et ici la clarté est seulement renforcée).

  • 97 Fichte veut sans doute dire : de ce non-poser par un poser, ou poser en vue d’un non-poser.
  • 98 « le comprendre est, par son être, principe, créateur, de l’image X » (I.H.F.).
  • 99 « quant à la forme » (I.H.F.).

68Faisons-nous une image claire de ce poser par un non-poser97. Du fait que l’entendement est purement et simplement, est posée une image étante = X. Il nous faut donc dire que le comprendre est principe98. Mais par le comprendre dans la forme99, l’image est purement et simplement présupposée en tant que <X, 37> posée, et comme on l’a déjà dit plus haut, l’être-principe se cache nécessairement. Qu’est-ce que cela signifie ? Aucune image de l’être-principe n’est possible ; et par l’être de l’entendement est purement et simplement posé un tel être-principe dénué d’image et complètement invisible. Dire que, par son être, il est principe signifie : il est principe, purement et simplement sans image de soi-même et avec impossibilité absolue d’une telle image. (Notez bien cette formule. Quelle est l’importance du hiatus [entre être et image], vous le savez déjà en partie ; mais vous l’apprendrez encore bien plus au moyen [8r] de cette formule).

  • 100 I.H.F. synthétise ainsi le résultat : « Qu’est l’entendement ? Image de l’imaginalité. Que pose-t-i (...)
  • 101 « C’est cette image de l’imaginalité… » (I.H.F.).
  • 102 « il se voit, à même son produit, en tant que principe » I.H.F.).
  • 103 « das Gesicht ».
  • 104 « dans sa forme » (I.H.F.).

69En revanche, dans la forme-de-l’entendement est l’image de l’imaginalité en général. C’est ce qu’est qualitativement l’entendement. Qu’est l’image étante ? Image de l’image, et absolument rien de plus, – l’entendement est donc image de soi-même100 : l’image s’image, se scinde, tout en restant tout à fait la même à l’intérieur de la duplicité de la forme-de-l’entendement. C’est cette image101 qu’est l’entendement, et il la voit, car son voir n’est rien d’autre que cette duplicité ; l’entendement se voit donc médiatement en tant que principe (non pas objectivement, mais en s’absorbant [dans son être-image] et en y étant immanent102. – .) Une identité absolue, scindée en une duplicité ; et cette scission [est] précisément la vue103 : donc la vue [est] purement et simplement l’être-principe de l’entendement104 ; quant au contenu, image de l’image ; quant à la forme, duplicité : donc pure expression de soi-même.

  • 105 « car il faut que l’entendement pose l’image X comme un terme présupposé, par rapport auquel il se (...)
  • 106 L’exception que constitue notre image de l’être-principe, par rapport à la règle selon laquelle il (...)

70<Ak. 148 ; X, 38> – . Être-principe sans la moindre image de cet être-principe. – . [Or] nous l’imageons ; comment nous le pouvons, nous le verrons en son temps. [Une image de l’être-principe ne peut absolument] pas [avoir lieu] de façon immédiate dans le comprendre105 : C’est de cela que part la preuve, et elle vaut pour cela. Cette exception106 aussi deviendra extrêmement importante et [nous] conduira plus loin. Quant à savoir comment l’entendement absolu n’éclot pas par soi-même dans l’être-image et comment un hiatus est posé dans la connexion de l’être-image, c’est devenu clair par la forme du comprendre même.

  • 107 6e conférence.
  • 108 « et par son concept en tant qu’image » (I.H.F.).
  • 109 « c’est-à-dire une image qui se comprend par rapport à lui comme un simple reflet » (I.H.F.).
  • 110 « L’image X » (Manuscrit de Halle).

71 1073) Passons maintenant à l’étude plus précise de l’image étante et comprise - X, dont le principe est l’entendement absolu par son être, c’est-à-dire par l’absence d’image du principe. a.) [X est] plus que simple essence-d’image : n’éclosant pas par la simple essence-d’image et par son image108 : car [X] est ainsi compris dans une image qui pose son être comme étant indépendant de cette simple essence-d’image109 : – . L’imaginalité est son simple caractère par opposition à l’être ; caractère qu’il porte seulement dans le reste de son être en tant que forme de celui-ci. Elle110 est précisément image d’un être, et relative à l’être. b.) Ce qu’elle est, elle l’est absolument : car elle est par l’être du simple entendement ; que nous-mêmes avons absolument posé, et rien [d’autre] hormis lui. c.) Par là seulement et purement : l’entendement est principe invisiblement, et sans image ; [X] n’est donc pas <X, 39> déterminé par l’imaginalité (visibilité) et par les lois particulières de celle-ci, au cas où il devrait y en avoir. Elle est l’image absolue et inconditionnée, dont le principe est l’entendement ; principiat absolu de l’entendement absolu.

  • 111 = erreur « selon laquelle nous présupposions à l’entendement l’apparition en tant qu’accident de Di (...)
  • 112 « dans l’empirie » (I.H.F.).

72d) Comment [X peut-il être principiat] de l’entendement absolu ? Pourquoi [ne serait-il] pas, en général, [principiat] d’un principe absolu quelconque et, puisque en effet nous admettons toujours un être absolu à l’arrière-plan, pourquoi [X ne serait-il] pas principiat de l’[être] absolu, son apparaître ? (Par quoi nous retomberions dans l’erreur que nous nous étions promis d’éviter111). La question est fondée, et le doute aussi. – . L’entendement dans sa forme comprend simplement l’essence-d’image : il se donne donc simplement, en tant qu’être, la loi de projeter une image quelle qu’elle soit ; donc absolument pas une loi sur le contenu. Tout contenu est bon pour cela. (Vous savez qu’à un autre endroit112 on argumente effectivement ainsi). Allons-nous donc le laisser sans loi, [ou bien] le soumettre à une autre <X, 40> loi, à sa propre loi en tant qu’entendement ?

  • 113 Passage illisible dans le manuscrit. Peut-être « i.e. ».

73Revenons sur nous-mêmes. [L’apparaître absolu ou l’entendement absolu] est compris en tant qu’image de l’absolu. Cette compréhensibilité [en tant qu’image de l’absolu] est donc son fondement de détermination. Par conséquent, il lui faut être l’être qui peut être compris en tant que tel et qui peut apparaître avec évidence en tant que tel. La loi de l’image absolue X est la compréhensibilité de l’absolu : il lui faut donc poser purement et simplement par son être ce qui peut apparaître avec évidence en tant qu’image de l’absolu. Compréhensibilité [… ]113 sa loi objective. Ce que signifie une telle compréhensibilité, nous ne le savons justement pas encore et nous avons à le rechercher. <Ak. 149> Pour autant, il est toujours clair qu’elle ne peut pas être décrite intérieurement dans l’image, parce que le compréhensible ne peut être décrit dans l’image ; mais que, si elle est, elle est absolument.

  • 114 7e conférence.

74 114 Thèse : L’entendement absolu se comprend en tant qu’image de l’être absolu. – . « Se comprend » signifie : il est purement et simplement, et ne devient pas, image de soi-même en tant qu’image de l’être absolu.

75<X, 41> 1.). [Il] est [cette image], ne [la] devient pas, avons-nous dit, car nous l’avons posé en tant qu’absolu. – .

Image de soi-mêmeImage115mêmeêtre-imageabsolument116hors de117dans118119forme-du-moiimageimageunitémoi
  • 120 I.H.F. et le manuscrit de Halle insèrent ici un long développement sur la forme de l’aperception : (...)

76Forme-de-l’aperception120. J’espère que c’est maintenant clair, et que c’est bien retenu, car c’est moins facile à trouver qu’à comprendre après l’avoir trouvé. –

77<X, 44> 3.). [L’entendement absolu dans sa forme se comprend donc] en tant qu’image de l’être absolu. Et ce, dans l’intuition X. Or cette image est compréhensible, et, selon notre présupposition, elle a été comprise, en tant qu’image de l’absolu. Elle, cette image-de-l’intuition, amène avec soi et coïncide avec une autre image, l’image [du fait] qu’elle est image de l’absolu. – . Tout cela est le processus entier [qui se déroule] dans l’intuition, c’est-à-dire dans un être-principe sans image. En vertu de ce qui précède, que je vous demande de bien retenir.

  • 121 « puisque X n’est pas hors de son image » (I.H.F.).

784.). Il faut d’abord comparer les deux images qui se trouvent dans l’intuition objective : La première est l’image absolue : ne posant rien hors de soi : la seconde posant et imageant une image : image de X en tant qu’image de l’absolu : quant à sa forme, elle est purement et simplement image <Ak. 150> d’une image : n’étant pas et ne pouvant être sans cette autre image, dont elle est seulement l’exposant. – À son tour, l’image X (si l’on voulait la poser sans l’autre, ce qui, dans notre enchaînement, serait toutefois erroné121) n’est image de rien, sans aucune signification ; et ce n’est que par [23v] son exposant, et unie à lui, qu’elle devient [image] de l’absolu.

  • 122 « nous avons dit précédemment : l’entendement absolu est, purement et simplement par son être, prin (...)
  • 123 Einsicht.

79<X, 45> Résultat :122l’image de l’être dans l’entendement n’est pas du tout Une image, mais elle est une duplicité de l’image, une relation de deux images l’une à l’autre. Pour avoir un point d’unité de la compréhension123, le concept : lui-même, image formelle de l’être. Par sa propre possibilité et accomplissabilité il pose l’autre concept = X, dont lui seul peut être l’image factuelle, en tant que concept [ ; tandis que nous ne pouvons faire de X le point fondamental de l’unité, puisque celui-ci se pose seul]. –

  • 124 Manuscrit de Halle : « l’exposant ».

80La première image124 : une image de l’être, simplement en tant que celui-ci est ce qui est imagé dans une image possible, donc dans le concept général d’un imagé, précisément, et rien de plus ; [ce concept de l’être en tant qu’un imagé] fait face, dans la forme du véritable comprendre, à l’image de l’image en général, et est avec elle dans la relation réciproque qui a été décrite.

  • 125 Manuscrit de Halle : « X ».
  • 126 L’image « de soi-même en tant qu’image de l’absolu » (I.H.F.).

81L’autre image125, précisément, close en soi et achevée, par soi, n’est pas du tout image de l’être, et en somme elle n’est image en général que dans le comprendre. Or X, l’image qui est toute prête et stable, doit ici pouvoir être imagé dans l’entendement en tant qu’image de l’absolu : identique à cette image, s’il y en avait une ; purement et sans médiation. Mais X est <X, 46> principiat de l’entendement absolu. L’entendement est donc déterminé par la possibilité d’une image : d’une image de soi, du fait qu’il est image de l’absolu. Son pouvoir (du concept à engendrer) est la loi, qui lui est cachée à lui-même, de son être-principe en X. Lui, l’entendement, est, dans son absoluité, un imager purement et simplement déterminé par la possibilité d’une autre image126. Son pouvoir, qui lui est absolument donné – ce dernier dans l’image – est loi et fondement de détermination de son être, hors de l’image, ou aussi de l’être-principe hors de l’image. La compréhensibilité ou réflexibilité est la loi de l’être. (J’espère que cela est clair).

  • 127 Einsicht.
  • 128 bildet sich ab.
  • 129 « l’être de l’absolu » (I.H.F.).

82 (Beaucoup est gagné pour la clarté de la compréhension127. Dieu apparaît, se représente dans une image128. – . Pas si immédiatement. Mais dans la déduction de ces membres : [24r] Son être129 est une loi pour une liberté déterminée de l’entendement, à savoir la compréhensibilité de soi-même en tant qu’image de Dieu ; en vertu de cette compréhensibilité, loi de l’absolu se-construire en une image qui soit compréhensible en tant que telle. <X, 47> Il faut bien sûr imager et penser avec acuité tous ces concepts).

  • 130 « l’entendement, en tant qu’être, est… » (I.H.F.).
  • 131 « Immédiatement » (Manuscrit de Halle).
  • 132 Manuscrit de Halle : « l’exposant » ; donc, le concept.
  • 133 an sich.
  • 134 I.H.F. ajoute : « Dans la première moitié réside l’imaginalité en général ; dans l’autre, une certa (...)

835.). L’entendement absolu se scinde tout d’abord en deux moitiés, en vertu de sa loi : être-image et être-être. La deuxième moitié est la simple négation de l’être-image, [la négation de] l’être dans l’image <Ak. 151> et en tant qu’imagé ; et la forme est être-principe, absolument. – . Or ces deux moitiés fondamentales se scindent à leur tour en deux membres. Tout d’abord, celle de l’être :130principe d’un terme qui est dans l’image – qui est en elle, donc dans l’intuition du [principe] objectivant, sans image du principe – c’est-à-dire qui est médiatement131 dans l’image, y est donné, parce que sinon l’autre moitié ne pourrait aucunement être X. Ensuite, un terme tel132 qu’il doit et peut être dans l’image, l’image de X même, en tant qu’image de l’être absolu. Principe de l’unité : donc principe de ces deux images d’un coup, bien qu’il ne soit pas principe de cette dernière dans l’effectivité (d’après une loi qui, maintenant, n’est pas encore accessible), mais assurément dans la possibilité. X est, en soi133, même si ce n’est pas encore dans une image accomplie, image de l’absolu ; et ce n’est que parce qu’il est cela qu’il peut, dans l’image, être compris ainsi ; mais dire qu’il est cela en soi signifie que, dans l’image, il est concevable ainsi. Ensuite, la moitié de l’image ; l’imaginalité est purement et simplement image d’elle-même, et elle se scinde ainsi : – Or ces deux moitiés fondamentales et leurs propres moitiés s’enchaînent à leur tour <X, 48> par le troisième ou cinquième membre, de sorte que X est conçu précisément en tant qu’imaginalité, et en tant que portant ce caractère134. Ce multiple dans l’unité absolue est ce qui est posé par l’entendement absolu. L’analyse est terminée.

  • 135 8e conférence.
  • 136 tout être-là, mais plus spécifiquement et principiellement, comme le précise I.H.F., l’être-là de l (...)
  • 137 « l’être-principe » (I.H.F.).
  • 138 « l’image est alors intuition, le principiat est vu en tant qu’étant et voilà tout » (I.H.F.).
  • 139 « l’être-principe » (I.H.F.).
  • 140 « cette image est alors concept » (I.H.F.).
  • 141 Le concept et l’intuition.
  • 142 I.H.F. rajoute cette précision : « La source de la distinction de cette relation est ce qui a été d (...)

84 135Remarques. 1.). Qu’est-ce qui est proprement gagné par cette analyse ? – Tout être-là est reçu à l’intérieur de l’unité de l’entendement et est expliqué à partir de lui136 : résidant dans une image de la réflexion, à savoir l’image que X est son image. Ce qu’il y a de suprême et d’ultime est donc déduit. [Nous pouvons aussi avoir] bon espoir de saisir [l’ensemble du savoir à partir de cette unité de l’entendement qui a été établie]. Bien sûr, nous en attendons encore les fruits. En particulier, il doit nous être devenu clair ce qu’est l’intuition dans sa différence d’avec le concept, et comment les deux s’enchaînent et sont posés l’un par l’autre. L’entendement est, par lui-même, [24v] principe de ce dont il est le principe de part en part, de l’image. Ici entre en scène un nouveau terme qui pourrait aussi être dans l’image :137et soit celui-ci n’est pas dans l’image : –138intuition : soit il139 est dans l’image : le principe en est naturellement l’entendement, par lui-même précisément, de l’imaginalité :140le concept : <X, 49> le concept est l’image absolue que l’entendement a de sa propre essence, de l’imaginalité précisément. Les deux termes141 sont purement et simplement inséparables, parce que l’image de l’imaginalité ne peut être que dans un reflet d’une autre image qui est précisément image, et dont il faut par conséquent que l’être-principe reste, de façon immédiate, hors de l’image142.

  • 143 an sich.
  • 144 Glose d’I.H.F. : « L’empirie est un comprendre ; mais le s’élever au-dessus de l’apparition vers so (...)

852.). La différence entre la précédente construction du comprendre et la présente a déjà été rappelée en passant. Saisissez-la maintenant de façon déterminée. Là-bas, le comprendre [a été imagé] dans sa simple forme, c’est-à-dire précisément en tant que forme ; donnant à quelque chose de présupposé <Ak. 152> la forme de l’image. Ici, [il est saisi] dans son absoluité, en tant que posant et en tant qu’enfantant à partir de soi ce qui est à former. – . D’où les différences qui se sont montrées dans les images que nous avons construites. Pourquoi [ai-je fait ce détour] ? Il fallait que la division absolue de l’entendement en une double forme, en général, de l’être et de l’image, soit d’abord mise en évidence dans la mesure où elle devait être une nouvelle fois reconnue dans notre construction et y être appliquée. – . Grâce aux cours antérieurs, vous êtes suffisamment familiarisés <X, 50> avec l’ensemble pour avoir à nouveau reconnu dans la première construction la forme de l’empirie, où l’image qui se trouve au fondement est purement et simplement divisée en être et en image : complètement identiques l’un à l’autre quant au contenu (dans l’image de l’objet, [l’image est] comme l’objet, et [les deux sont] de nouveau distincts en tant qu’image et objet : – ). La présente construction, en revanche, est semblable au comprendre au sens de l’intelliger. – . [Elle est semblable au comprendre pris au sens] du trouver d’un terme présent à l’avance, par exemple une apparition Y, en tant qu’image d’un être supérieur et caché, de l’être de l’apparition en soi143, comme nous nous sommes exprimés. – . Donc, cette allusion à deux formes fondamentales du comprendre complètement différentes l’une de l’autre.144 – . Quant à savoir comment, dans le comprendre réfléchissant ou intelliger, la même image X apparaît en tant que présente et posée, image qui, d’après l’analyse que nous venons de faire, n’est pas à présupposer à l’entendement absolu mais est posée dans la forme intérieure par cet entendement même, purement et simplement dans le comprendre ; et comment les deux façons de voir peuvent fort bien coexister : et comment ce coexister peut éventuellement être [21r] à nouveau le point d’union des deux formes fondamentales de l’entendement qui ont été établies ; tout cela <X, 51> ne se montrera que par la poursuite de notre recherche. Tout cela ne fait que nous confirmer ce que nous savons déjà, que nous ne possédons pas encore l’unité que nous cherchons, mais seulement ses éléments qui semblent être au nombre de deux, dans les deux formes de l’entendement. Ces formes se séparent ; et leur point d’unité pourrait être l’unité que nous visons. Cela à titre indicatif. Nous continuons cependant d’avancer sans préjugés dans notre construction provisoire, nous laissant guider par l’enchaînement de ce qui a été établi. –

86– . Nouvelle recherche. Qu’aujourd’hui nous ne pouvons bien sûr que commencer et préparer.

  • 145 einsehen.
  • 146 Einsicht.

87Jusqu’à maintenant, nous avons effectivement construit, nous avons pensé de façon auto-active, nous nous sommes donné un problème. C’est d’ailleurs ainsi que nous nous sommes toujours exprimés. Il est maintenant temps de réfléchir, de revenir sur nous-mêmes : nous ne devons donc justement pas être actifs, mais nous abandonner à quelque chose qui se fera pour nous dans l’image. – . Puisque nous comprenons145 purement et simplement de façon a priori et génétique, il est bien clair que l’on ne pourra pas en rester à cette façon de voir factuelle, mais qu’il va nous falloir reprendre cela dans une compréhension146 génétique, donc que cela n’est qu’un passage et que tout notre travail provisoire conserve son caractère fondamental de construction. – . C’est le troisième moment.

  • 147 J’adapte le texte allemand, où Fichte ne dit pas ce que la suite montre qu’il veut dire : « sondern (...)

88<Ak. 153> Nous avons posé absolument l’entendement : en tant que l’être-là unique et primordial, sans aucune présupposition. Or si cela est vrai en fait, et si nous le prenons au sérieux, alors notre poser n’est certes pas le fondement <X, 52> de [l’entendement absolu], car sinon celui-ci ne serait pas absolu, mais, inversement, et bien que notre poser soit dans le retour sur nous-mêmes que nous engageons maintenant, c’est l’entendement absolu qui, puisqu’il est l’être primordial et le fondement de tout autre être, est lui-même fondement de ce poser147. Par conséquent, en comprenant ce poser lui-même comme nous le faisons par là, on trouve qu’il est un se-poser de l’entendement absolu, en nous, semble-t-il ; cette dernière semblance pourrait bien rester encore inexpliquée par toute notre opération actuelle. Bref, notre poser de l’entendement absolu est un se-poser absolu de celui-ci ; et ce, aussi certainement que nous avons pensé ce que nous avons pensé, et nous ne voulons pas nous mettre en contradiction avec nous-mêmes. Ce qui serait le premier point. Lui, ce poser, est son principiat. L’entendement absolu est son principe.

  • 148 « comme un accident de celui-ci » (I.H.F.).
  • 149 « de l’entendement absolu » (I.H.F.).
  • 150 Manuscrit de Halle : « car nous avons posé l’entendement comme absolu, même intérieurement ».

89[21v] Ce poser, ou plus correctement (puisqu’il nous faut éloigner en pensée le moi, par rapport auquel il apparaît comme un poser148) cet être-posé est alors une simple image149, un reflet passif : par conséquent, il a déposé l’entendement en tant qu’absolu, même intérieurement150, c’est-à-dire [en tant qu’étant] purement et simplement par soi-même ce qu’il est : l’entendement [absolu] n’est donc absolument rien par l’image. – .

  • 151 « es » (neutre). Nous suivons I.H.F. qui lit : « l’entendement absolu ».

90Comment se fait-il que cette image semble être le principiat du « nous » qui, de façon étonnante, s’immisce et prend place ici, nous ne pouvons pas encore résoudre ce problème ici ; mais pour ce qui est de savoir comment il se fait qu’elle ne se montre pas en tant que principiat de l’entendement absolu, cela a déjà été résolu par ce qui précède. Il151 serait aussi de cette deuxième façon principe par son être absolu, <X, 53> mais dire qu’il est principe par son être signifie précisément : une image de cet être-principe n’est pas possible, il est dans l’être absolument invisible.

91Et ainsi, pour commencer, serait par là davantage déterminée l’image de l’entendement absolu que nous avons projetée plus haut. L’entendement absolu est, d’une façon tout à fait invisible, avons-nous dit, principe d’une image étante X qui est compréhensible en tant qu’image de l’être absolu. Maintenant : il est, de la même façon, précisément, principe d’une image de soi-même en général.

  • 152 « l’essence intérieure de l’entendement » (I.H.F.).
  • 153 I.H.F. développe ainsi ce passage elliptique : « dans cette image ne se trouve pas l’accompagnement (...)
  • 154 « Nous affirmions qu’il n’y a pas d’image de cet être-principe, alors que nous étions pourtant nous (...)

92D’une image en général, de soi. Qu’est-ce qui se trouve dans cette image ? Ce qui, là-bas, était dénué d’image : l’intérieur152, l’être-principe. En vue du comprendre, mais pas dans une image particulière153. Là-bas : dans l’image, partout seulement le principiat. Comme cela s’est montré : – . Nous avons toujours ajouté le principe ; parce que nous étions cette image du principe154.

93Donc l’entendement absolu, <X, 54> en dehors de la scission de son principiat en image et en être, se divise aussi lui-même, en tant que purement et simplement étant, en tant que substance et principe absolu, dans sa légalité, en être et en image.

  • 155 « ou en tant que substance des images mises en évidence » (I.H.F.).
  • 156 « elle » = « es » (neutre = das Bild, l’image). I.H.F. lit « er » = l’entendement : « Donc dans cet (...)
  • 157 « L’entendement serait donc, de cette façon, absolu à un double égard : dans notre poser et imager (...)

94<Ak. 154> En tant que principe155 : il ne parvient que par là à l’intérieur de l’image. Cette image le crée lui-même, avant toutes ses extériorisations, purement et simplement à partir de soi-même, dans l’image. – Elle est donc bien absolue, elle aussi, bien que, par rapport aux principiats absolus, elle se pose comme un simple reflet156. L’entendement est donc, de cette façon, absolu à un double égard : son être absolu se scinde lui-même, comme on pouvait s’y attendre. Ce n’est que dans l’unité de cette scission que nous aurions alors l’entendement absolu157. –

  • 158 9e conférence.
  • 159 ein sich selbst abbilden.

95 158[22r] Notre imager de l’entendement absolu [est] un « se représenter soi-même dans une image159 » de celui-ci. – . Le contenu propre et le nouveau produit [de cette image est] l’entendement en tant que principe : lequel être-principe restait complètement caché dans cet être-image d’abord décrit, et se trouvait à l’extérieur de l’image. C’est ce qui résulte de l’admission conséquente [de l’absoluité de l’entendement]. Quant à savoir si nous avons raison d’admettre tout cela <X, 55> et comment nous pouvons le prouver, il est patent qu’il faut encore attendre pour le déterminer.

  • 160 bildet sich ab.
  • 161 En latin : accidentellement.

96Il faut bien saisir ceci : ne pas en rester à la façon dont cela se présente d’abord au penser superficiel (contre lequel on est certes déjà prévenu par notre cours) – [penser superficiel pour lequel] l’entendement objectivement absolu, après qu’il est, se représente aussi dans une image160, entre autre ; accidentaliter161, de sorte qu’il pourrait aussi bien être objectivement sans [se représenter], même s’il lui arrive de le faire parfois : de sorte que l’être objectif soit indépendant de l’image, et inversement : mais les deux termes sont purement et simplement l’un auprès de l’autre : – .

97Comment donc penser cela ? Réponse : l’entendement en un sens supérieur, qui n’est véritablement absolu que dans l’unité synthétique, est principe d’une image de son être-principe.

  • 162 celui-ci = ce reflet

98Il est par conséquent – principe d’une image absolue de l’être-principe de soi-même. 1.). L’être-principe, en tant que tel, n’est que dans cette image, dans le reflet, car dans ce que nous avons appelé jusqu’à présent l’être-principe réel et objectif, il reste caché. Mais les images qui se trouvent en celui-ci162 ne sont à tout le moins des principiats que relativement à un principe, elles ne le sont donc aussi que dans cette dernière image. Et c’est ainsi que l’être-principe réel tout entier semblait en effet éclore dans cette dernière image et n’être qu’un terme imagé en elle.

  • 163 « avec tous ses principiats » (I.H.F.).
  • 164 I.H.F. ajoute cette glose : « Dans la première construction, nous avions l’entendement absolu en ta (...)

99<X, 56> Cela est donc saisi avec acuité. [2.).] Il reste que ces principiats, les images posées ici, sont imagés précisément en tant qu’images étantes, dans la forme de l’intuition ou de l’être ; et que l’entendement, par son être-image de l’être-principe, ne se pose pas en tant que lui-même principe, mais en tant que simple reflet de l’être-principe présent sans lui. Il en va donc ainsi : l’être-principe, avec tout ce qui est à son tour posé par lui163, n’est certes que dans l’image ; mais cette image est effectivement image d’un être-principe à partir de soi, de soi, par soi ; elle ne se reconnaît [22v] donc pas, au cas où elle se connaîtrait, en tant que soi-même principe, mais en tant que simple reflet passif de cet être-principe164.

100<Ak. 155 ; X, 57> Entendement absolu = image de soi-même comme d’un principe absolu : ce dernier se comprend à l’intérieur des limites de son essence.

  • 165 die Principheit : la qualité de ce qui est principe.

101Il est ainsi scindé en image et en être, au-delà de son être-principe et en lui, ce qui pourrait bien être 1.) une scission en l’[entendement] absolu, dans la mesure où, par « principe », on entend sans doute quelque chose d’important, à savoir principe de son être même, 2.) une véritable scission, dans la mesure où ici quelque chose réside en fait dans l’image, quelque chose qui ne peut se trouver qu’en elle, à savoir la principeté165 qui n’en est pourtant pas une, tandis que dans l’être se trouve quelque chose qui ne peut absolument pas être dans l’image, l’image y renonçant puisqu’elle se donne seulement pour le reflet passif : l’être-principe effectif. – .

  • 166 Manuscrit de Halle, p. 302 : « Dans l’ascension synthétique par la réflexion, nous sommes arrivés a (...)

102Nous sommes parvenus à ce point dans l’ascension synthétique par réflexion sur cela même qui a été accompli166. Ce point est infiniment important, et grâce à lui je me promets de vous introduire dans une clarté comme il n’en a encore jamais été répandue sur la Doctrine de la science. Par conséquent (en vue de la distinction, et puisque lors de la construction du point d’unité la méthode est encore libre), nous l’avons déduit par analyse de notre propre tâche, celle de la Doctrine de la science.

103<X, 58> 1.). [Notre tâche est de] comprendre absolument l’entendement même. Et puisque l’entendement est tout être-là, et que notre Doctrine de la science désire sans doute être là, elle est elle-même l’entendement. Nous voulons donc être et devenir un comprendre de l’entendement dans son absoluité. Donc, en somme : l’entendement lui-même doit se comprendre absolument.

104(C’est ce que nous présupposons en tant que possible : [quant à savoir s’il y a un tel se-comprendre de l’entendement] il nous faut attendre [pour le savoir]. La preuve de la possibilité, nous ne pouvons la fournir que factuellement.)

105 Mais comment faudrait-il que cela se fasse, et que serait un tel comprendre de l’entendement absolu ? –

1062.). Tout d’abord, négativement. Il ne nous est pas permis de présupposer un quelconque être ; car cet être ne serait rien d’autre qu’une image intuitive engendrée par l’être de l’entendement, cet être étant déjà présupposé ; nous aurions donc saisi l’entendement non pas dans son absoluité, mais dans une quelconque détermination donnée à nous et présupposée par nous.

107[11r] Dans l’entendement, à tout être correspond aussi une image que nous n’aurions alors pas non plus saisie. <X, 59> Mais nous ne sommes pas davantage autorisés à partir d’une quelconque image : car à celle-ci correspond un être qui ne serait alors pas co-saisi. – . C’est à comprendre ainsi : nous ne sommes pas autorisés à partir de l’image et de l’être, là où l’un pose l’autre et où l’entendement absolu s’atteste par leur juxtaposition. Or ce ne <Ak. 156> sont que des images intuitives, c’est-à-dire telles que leur principe est l’entendement par son simple être, sans aucune image de l’être-principe, donc dans son être invisible qui est précisément un être-principe. Dans tout cela, l’entendement n’est pas saisi absolument.

  • 167 Bildmässigkeit.

108Il ne serait saisi absolument que dans une image de ce qu’on a appelé l’être-principe dont il ne doit y avoir immédiatement aucune image, d’après notre affirmation jusqu’à présent (affirmation à laquelle on peut sans doute en rester, dans la mesure où l’image postulée par nous n’a pas besoin d’être une image de l’être-principe mais peut n’être qu’une image de l’image de cet être-principe, donc un image médiate). [Une image] de ce qu’on a appelé l’être-principe ; c’est-à-dire de l’être-principe-de-l’intuition, le plus palpable que nous connaissions : être-principe de l’image déterminée ; de l’image, qui plus est, en tant que simple image du caractère-d’image167 en général, ou concept pur.

109[Il nous faudrait donc saisir l’entendement] dans une image de cet être-principe. – . Étant entendu – car tout en dépend – qu’elle ne serait pas elle-même une intuition de cet être-principe : car si c’était le cas, alors l’entendement serait déjà devenu principe de cette intuition de son être-principe déterminé : nous aurions une intuition de l’être-principe, et nous nous contredirions directement en affirmant l’avoir saisi absolument : mais [il nous faudrait le saisir] dans un simple concept de cet être-principe, en lequel un être-principe intuitionnable de l’entendement ne serait pas seulement non-posé, mais serait même expressément <X, 60> nié. – Il faudrait qu’il en soit ainsi. – .

110Or un tel comprendre, s’il devait se prouver par le fait comme étant possible, (notez également cela, car c’est en effet notre tâche que de comprendre l’entendement absolu), un tel comprendre serait l’entendement absolu : – L’entendement absolu est donc le se-comprendre de celui-ci en tant qu’absolu. – . Pas un être absolu, où il cesserait [11v] d’être entendement et deviendrait Dieu, mais précisément un comprendre absolu – c’est-à-dire, puisque rien d’autre n’est là et ne peut entrer en lui, le comprendre de soi-même.

  • 168 10e conférence.

111 1683.). Positivement. – . La question est seulement de savoir comment est possible un tel concept que l’entendement a de soi-même en tant que principe absolu de l’intuition. – (Ne perdez pas de vue ici la différence, qui n’a encore jamais été posée de façon aussi aiguë, entre le principe effectif = principe de l’intuition, principe d’une image déterminée, et l’image de ce principe = concept).

  • 169 * Notez cette expression de la loi, le « par » de la conséquence : à savoir, la réciprocité du « pa (...)
  • 170 eingesehen.
  • 171 La glose d’I.H.F. est utile pour comprendre le lien avec le point suivant : « Par l’image est purem (...)

112 a.). L’image implique purement et simplement l’image de son imaginalité. Dès qu’une image quelconque est posée, image qui peut bien être une intuition et qui doit nécessairement l’être, est posée par l’être <Ak. 157> de cette image l’autre image, qu’elle est image ; et cette autre image est le concept, le concept absolu169*. <X, 61> C’est donc purement et simplement en cela que consiste la forme-de-l’essence intérieure de l’entendement. C’est ce que nous avons compris170 plus haut171.

  • 172 « Nous obtenons donc deux concepts absolus. a) Objectivement, le concept absolu est l’image de l’im (...)
  • 173 « ou du concept et de l’intuition » (I.H.F.).

113b.). L’entendement se comprend lui-même dans son essence : il comprend donc ce qui a été dit plus haut : il a une image de soi, et est une image, [image qui lui représente] qu’il est cette conséquence du concept à partir de l’être-image ; l’être-posé absolu de cette conséquence. Le « par » réciproque. – . Il en est donc ainsi : l’entendement se comprend lui-même, est image de soi-même : et ce, ici, dans le concept pur, donc [image] de son essence : scinde cette essence même dans la duplicité de l’image et de l’être. Or il est ce « par » de l’intuition et du concept : il est donc aussi l’image de celui-ci. – Objectivement, le concept absolu est l’image de l’imaginalité ; le concept-de-réflexion absolu (comme nous pouvons sans doute provisoirement l’appeler) est l’image de cette relation ; le « par » des deux, de leur connexion vivante172. – . C’est ce qui suit de notre présupposition. Nous avons immédiatement en main la preuve factuelle qu’il en est ainsi. Nous-mêmes sommes dans notre être présent le se-comprendre absolu de l’entendement. Mais précédemment et ici même nous l’avons déjà conçu en tant qu’identité absolue de l’image et de l’image de l’image173 ; et c’est donc ainsi qu’il se conçoit.

  • 174 I.H.F. ajoute : « possible, dans la mesure où il s’image précisément en tant qu’être-principe absol (...)
  • 175 « ou de l’être effectif » (I.H.F.).

114<X, 62> c.). Cet entendement qui se conçoit ainsi se pose en outre ; au-dessus de l’image indiquée, il y aurait en plus une image de soi en tant que principe possible d’une intuition174. – . Tout d’abord : il serait cette deuxième image de lui-même tout aussi purement et simplement que la première, et elle co-appartiendrait à son essence absolue. Il ne deviendrait pas cette image mais la serait ; de même qu’il ne devient pas non plus image de l’imaginalité, et image de soi en tant que telle image, mais il l’est, précisément, purement et simplement par son être. [Elle] est posée ainsi : car, en vertu des précédents membres de la preuve, l’essence du se-comprendre absolu y est aussi posée. Que, par ailleurs, nous ne puissions pas mettre en évidence cette deuxième image de façon aussi factuelle que la première, il y a pour cela de bonnes raisons, qui se révèleront en leur temps. – . Ensuite : [l’entendement est] image de soi en tant que principe possible [d’intuitions]. Car cette image est concept pur, tout comme la première, c’est-à-dire une simple image-d’essence de l’entendement, sans la moindre expression d’un être donné. Car si ce devait être le cas, il faudrait alors que l’entendement soit devenu son principe : il ne serait donc pas simplement imagé en tant que principe, comme on l’exige, mais en même temps en tant que principiat. Pour le dire vite et bien : [dans cette image, ] il n’est question que de l’essence, de l’image pure ; et il n’est absolument pas question de l’intuition175. <X, 63> (Ceci est extrêmement important pour que l’acuité de la distinction, que nous avons gagnée, demeure aussi). – .

  • 176 Einsicht.

115<Ak. 158> d.). Maintenant, le principal, où se trouve précisément la profondeur de la clarté. Qu’est-ce qui suivra de cette compréhension176 ? L’entendement est, dans son image, la conséquence absolue et, en quelque sorte, ce qui ajoute le concept de l’imaginalité à l’image étante. Il est aussi, dans la même image, principe absolu de toute intuition et, hors de lui, il n’y en a aucune. Donc à l’intuition, dont il est le principe, se rattachera immédiatement, en vertu de l’être identique [de l’intuition et du concept], le concept [que cette intuition est image] : l’intuition sera comprise et intuitionnée en tant qu’image.

116Dans la première modalité, l’entendement est le concept absolu de toutes les images. Laissez les images être hors de lui : comment peuvent-elles venir dans son concept ? Mais non, elles ne sont pas hors de lui, mais c’est lui-même qui, dans une intuition-de-soi immédiate, est leur principe : et c’est ainsi qu’il devient aussi de façon immédiate par sa loi-d’essence leur concept, image de l’imaginalité en elles.

117L’entendement [est] image de l’image, s’il y a une image.

118Des mêmes images. Principe de [l’image] X : celle-ci lui est-elle accessible ? Oui, en tant que son principiat.

  • 177 entre les images et l’entendement.
  • 178 I.H.F. développe ainsi les trois dernières phrases : « si l’on pose que cet entendement qui conçoit (...)

119Pas de hiatus177. Donc aussi concevable178.

  • 179 seconde moitié « selon laquelle l’entendement se conçoit en tant que principe de l’intuition » (I.H (...)
  • 180 = avoir une « image de son être-principe » (I.H.F.).

120[12v] <X, 64> e.). [Nous allons atteindre] une plus haute clarté. Concept-d’essence que l’entendement a de soi, qui est absolu, précisément, et qui n’accompagne absolument pas l’intuition d’un quelconque être factuel. Donc, dans la première moitié [du concept-d’essence] ; l’entendement n’est pas image de l’imaginalité dans une intuition quelconque, car il n’y a pas une telle intuition qui ne pourrait pourtant elle-même être que par intuition : mais il est seulement image de soi-même en tant qu’image de toute imaginalité, de façon inconditionnelle ; ce qui, par rapport à la factualité, ne peut être énoncé qu’ainsi : si une intuition quelconque = X était donnée, [cette image] serait image de l’imaginalité qui est en [X]. Dans la seconde moitié [du concept-d’essence]179 : l’entendement n’est pas principe d’une intuition quelconque = X, mais qu’il le soit, cela réside seulement dans l’image de son essence ; il peut l’être. Quant à savoir s’il l’est ou s’il ne l’est pas, il n’en est absolument pas question ici. Mais s’il l’est, ce qu’il sera de façon tout à fait absolue, et donc de façon immédiatement invisible, il est alors posé qu’une image sera conçue en tant que telle : et puisque l’entendement est purement et simplement conçu en tant que principe de toutes les images, il sera conçu en tant que principe de cette image aussi. (À ce qui était impossible dans l’intuition immédiate180, précisément parce que celle-ci était immédiate, se substituera le concept qui vient s’interposer).

121f.). Tout le concept ici décrit image donc ce qui se passerait nécessairement au cas, qui est posé quant à sa simple possibilité, où l’entendement serait principe. <X, 65> Ce concept est donc simplement l’expression de la loi ou l’image [de la loi] : et celle-ci est purement et simplement, d’après notre présupposition ; et l’entendement absolu est image de sa loi.

122<Ak. 159> g.). Et cela nous amène donc à fournir une preuve qui n’est pas tant entreprise pour l’amour de la preuve que pour ce qui est à apprendre par la preuve.

123Je dis : nous l’avons très bien fait, nous avons accompli l’entendement absolu et l’avons correctement mis en place : Théorème : le comprendre absolu est être-image de soi-même en tant que principe absolu soumis à des lois.

124Tout d’abord, comprendre signifie intérieurement imager en tant qu’image : l’image absolue serait donc celle qui est immédiatement compréhensible [en tant qu’image] (celle qui apporte par soi-même l’image de son imaginalité). Une telle image est l’image d’une loi de l’imager absolu.

  • 181 « parce qu’alors cet imager ne serait pas absolu » (I.H.F.).

125Preuve : car si c’est la loi d’un imager absolu, alors elle saisit celui-ci sur le fait [de son accomplissement] et dans son être ; et elle s’imprime dans l’image qui se produit conformément à elle. – Mais elle n’est pas dans une image particulière. On peut aussi le dire ainsi : si cette loi est celle d’un imager absolu, [1r] alors il n’y a pas d’imager au-delà de celui-ci181 ; pas d’imager dont elle ne soit immédiatement la loi.

  • 182 « C’est justement ce qui se passe pour l’essence intérieure du comprendre » (I.H.F.).

126<X, 66> Si toutefois elle est dans l’image, alors une telle image n’est certainement pas un être. Elle est compréhensible par soi en tant que simple image, à l’extérieur de son être et opposée à son être.182 – . Ce qui serait le premier point.

  • 183 « à savoir le poser de l’être à partir de l’image, et l’image deviendrait intuition » (I.H.F.).
  • 184 Reformulation d’I.H.F. : « il faut donc que ce poser aussi, la connexion de l’être et de l’image, s (...)

127En outre : une image pose pourtant un être. Or si cet être était, précisément, purement et simplement posé, de sorte qu’il y aurait un hiatus (comme dans l’intuition), alors il resterait quelque chose d’incompris, quelque chose qui n’éclot pas dans l’image, qui n’est pas de part en part image183. Il faut donc que ce poser aussi soit dans l’image : est : de telle sorte que l’image pose l’être et inversement. – . L’intuition « moi ». Il se comprend.184Ce qui serait le deuxième point.

  • 185 « Est donc ainsi démontré ce qui devait l’être ; l’entendement absolu est a) être-image de soi-même (...)

128Il faut aussi que cet être soit de part en part image. Il est en effet l’être qui est séparé de la loi, l’imager : Mais en fait, celui-ci n’est pas sans la loi : donc il n’est pas du tout imagé dans l’être, mais dans une image. – En tant que simple pouvoir : [en tant que pouvoir] d’être, sous la loi, ce qui s’en suivra185.

  • 186 « un terme absolument concevable en tant qu’image ne peut se présenter qu’en tant que loi » (I.H.F. (...)
  • 187 « une image pose un être, mais cet être n’est pas un être, mais il faut qu’il soit aussi image ; or (...)

129Loi et pouvoir [sont donc] des images pures ; la loi, quant au contenu186 ; le pouvoir, quant à la forme187. <X, 67> [Comme nous l’avons] souvent montré. Inversement, des images pures [sont] loi et pouvoir.

130 Concept pur. Une image, qui se pose immédiatement en tant qu’image.

131 Essence : l’être, imagé par l’image de sa loi. – Pas d’image de la loi, sauf [de la loi] du principe absolument imageant ; [de la loi] de l’entendement : donc pas non plus de concept-d’essence, sauf celui-ci. Le concept absolu pose l’entendement : parce qu’il ne peut aller à rien d’autre. Si nous avons ce concept absolu, alors nous avons sans doute aussi celui-là.

  • 188 « puisque l’entendement n’est pas encore devenu principe mais est saisi antérieurement à tout son ê (...)
  • 189 « car il ne peut pas s’intuitionner, mais ne peut intuitionner que son principiat » (I.H.F.).

132Tel est le concept pur. Maintenant, comment se passe l’application de ces concepts purs, la subsomption ? Rendons plus compréhensible ce qui a déjà été dit plus haut. – . Dans l’image qui a été accomplie, l’entendement ne se pose pas du tout en tant que comprenant une image quelconque en tant qu’image ; car il n’y a pas une telle image188. Il ne s’intuitionne pas189, mais pense son <Ak. 160> essence, c’est-à-dire sa loi. Si l’on devait en venir à l’intuition, alors il faudrait que l’entendement devienne lui-même purement et simplement principe d’une image. Dès qu’il serait principe, naîtrait pour lui une image de l’imaginalité de cette image, en plus de l’image <X, 68> qu’il serait donc principe de cette image ; tout cela naîtrait pour lui, deviendrait ainsi pour lui, d’après la loi fondamentale de son être. Les concepts purs sont seulement des lois de l’être à l’intérieur de l’intuition-de-soi ; et l’on pourrait donc tout aussi bien dire, [des lois] de l’intuition-de-soi elle-même. Subsumer = être dans l’intuition, d’après les lois concevables de l’être.

  • 190 11e conférence.
  • 191 « Dans la Doctrine de la science, nous avons pour objet une unité absolue, le savoir, en tant qu’im (...)
  • 192 « C’est sur ce point qu’il nous faudra maintenant avoir en premier lieu les yeux fixés, sur la scis (...)

133[1v]190Une remarque générale. – . Seulement image191 : nous la scindons cependant en un divers et en un infiniment multiple. – . [Où cette multiplicité peut-elle se trouver ?] Dans les relations de ces images les unes aux autres. Image de l’image. – . Ces relations d’après des règles : en classes et espèces, et tout en dépendra. Nous y travaillons : il faut donc que cela réside dans notre point d’unité : la compréhension de l’unité et de la multiplicité des images. Jusqu’à présent, nous avons différencié le concept et l’intuition – et avons posé l’entendement même en tant qu’unité absolue des deux : le « par » des deux192. – .

134<X, 69> [Dans la mesure où l’entendement absolu est le se-comprendre de soi-même en tant qu’absolu, c’est-à-dire, en tant que principe, et où nous sommes nous-mêmes ce se-comprendre absolu], c’est dans notre propre âme qu’est présenté l’entendement absolu, le comprendre de soi-même en tant que principe absolu.

135Est la simple image de la légalité ; sans aucun comprendre se produisant effectivement d’après la loi, comme je l’ai montré. – . [La loi] du comprendre, veux-je dire ; si sa condition est donnée, c’est-à-dire si le principe s’extériorise, alors le principiat sera nécessairement compris en tant qu’image, d’après la loi. Image de l’image, [=] concept, précisément, et être une telle image = comprendre.

  • 193 La réflexibilité est donc la capacité d’être réfléchi, de se prêter à la réflexion, ou d’engager pa (...)

136= Être dans l’image, sans aucun être effectif, réflexibilité193, compréhensibilité. C’est en tant que tel que nous avons posé l’entendement absolu = c’est ainsi que l’entendement absolu, précisément, s’est lui-même posé dans notre présentation factuelle. – – . Bien sûr, nous nous sommes une fois encore élevés au-dessus de cette présentation, et à cet instant nous nous élevons au-dessus d’elle par une nouvelle réflexion. Mais conformément à la liberté qui est de mise ici, nous voulons laisser cela de côté et poursuivre d’abord cette présentation jusqu’à un certain point. – . Elle est image de la légalité d’un comprendre effectif, au cas où on en viendrait à un tel comprendre ; tel est le caractère de cette présentation. Cette image de la légalité, nous voulons continuer de l’élaborer jusqu’à un certain point. Cela détermine donc notre occupation prochaine. – .

  • 194 « à l’intuition X s’ajoute purement et simplement le concept qu’elle est image » (I.H.F.).

1371.). Posé que l’entendement devienne de fait principe vivant, il naîtra alors une intuition X et celle-ci sera purement et simplement conçue en tant <X, 70> qu’image en vertu de l’essence de l’entendement194.

  • 195 Le manuscrit de Halle dit : « et c’est là dedans que tout être etc. », soulignant par là que tout ê (...)

138[Ak. 161 ; 2r] Jusque là, tout est clair. – Notre preuve va jusque là et absolument pas plus loin : X imagé en tant qu’image ; l’entendement sera le concept de X et donc son intuition : et c’est avec cela que tout être venant ensuite éclora et sera clos195. – . La loi n’est absolument plus visible, ni dans l’image, mais hors de l’image, et [elle est] détermination de celle-ci. C’est d’ailleurs ainsi que l’entendement se perd lui-même dans l’image ; car, comme nous l’avons vu, celui-ci est uniquement l’image de son propre voir, sous la loi qui est également présentée dans l’image. – . Il est ici l’être formé et englouti dans sa forme, comme il l’était dans l’image que nous avions d’abord construite.

  • 196 einsehen.

139C’est ainsi ; et ce qui importe, c’est que vous le compreniez196 avec acuité.

140 Ne doit-il pas en être ainsi ? Tout d’abord, et à titre introductif : – à partir du concept d’image, on doit aussi pouvoir comprendre de façon médiate que l’entendement est principe de [l’image] – comme nous l’avons dit, certes de façon seulement provisoire et par pressentiment, davantage à partir de notre connaissance de l’enchaînement qu’à partir d’une déduction déterminée. Dire que [l’image] est comprise signifie que l’image stable de l’entendement est, à partir de ce concept, davantage imagée et progressivement déterminée par un ajout imaginal. Mais cela n’est absolument pas possible si, à côté de ce concept, une image stable de l’entendement n’est pas et ne persiste pas ; si <X, 71> elle est ainsi immergée et engloutie, comme nous le disons (cela en vue de l’explicitation).

  • 197 « cette image de l’entendement de soi-même, ce moi » (I.H.F.).

141Ensuite, et c’est la véritable preuve, la preuve aiguë qui a seulement été préparée par ce qui précède. N’avons-nous pas dit que l’être absolu de l’entendement, c’est qu’il se comprenne en tant que principe ; ce n’est pas qu’il se comprenne en général, mais que son comprendre et l’image, quoi qu’il puisse s’y trouver, soient accompagnés par l’image : « je suis le principe comprenant dans cette image ». Si nous prenons cela au sérieux, il ne nous faut jamais laisser cette image197 s’anéantir, mais il faut la poser comme ce qui est absolument persistant et indestructible dans toutes les autres déterminations du comprendre. – . Il nous faut la poser ainsi, de façon conséquente : c’est-à-dire que l’entendement absolu la pose précisément ainsi dans le concept pur de son essence.

  • 198 Einsehen.

1422.). Les conséquences sont faciles et se présenteront à propos quand nous avancerons. Mais ce qui importe au premier chef est le comprendre198 aigu de la preuve aiguë. [2v] Le nervus [probandi] consiste en ceci : l’indestructible forme-de-l’entendement, c’est qu’il se comprenne en tant que principe dans toutes ses déterminations. – . Et ceci, qu’il se comprenne, est le concept-d’essence absolu qu’il a de lui-même, concept qui ne devient pas, mais est.

  • 199 « Ce n’est qu’alors que ce qui s’était perdu dans l’intuition est restauré dans le concevoir » (I.H (...)
  • 200 Bildmässigkeit.
  • 201 « le concept de X en tant qu’image » (I.H.F.).
  • 202 « un concept du concevant dans le premier concevoir » (I.H.F.).
  • 203 « le premier énonce : X est une image ; le second : et qu’il est une image, je le conçois purement (...)

143Le résultat. Le concept-d’essence que l’entendement a de lui-même, concept que nous avons établi, est incomplètement appréhendé ; il faut donc le penser en lui ajoutant un nouvel élément. [Nous disions tantôt que l’entendement se comprend en tant que principe de l’intuition X, mais il nous faut maintenant ajouter : ] l’entendement ne se comprend <X, 72> absolument pas seulement en tant que principe de l’intuition, mais <Ak. 162> aussi en tant que principe du concevoir.199 – . – . a.). Se comprend proprement de soi-même, et nous aurions pu le dire d’emblée à partir du simple concept. Il se comprend en tant qu’un entendement qui, là, est principe de soi-même, de l’entendement, précisément : mais l’entendement est purement et simplement la duplicité de l’être et de l’image : de l’intuition et du concept. b.). [Clarifions] le sens [de cette affirmation] : c’est la loi de son être qu’il devienne – devienne, car il est conçu en tant que principe – image du caractère-d’image200, au cas où une intuition est ; la loi de son être n’est pas seulement qu’il devienne cela, mais qu’il devienne aussi en même temps image de soi-même comme étant cette image. – . Le concept qui naît conformément à la loi formelle de l’entendement au cas où une intuition est donnée, n’est donc pas, comme auparavant, un concept simple mais un concept double se rapportant à soi-même, un concept objectif comme premier composant201, et un concept de réflexion comme second composant202 : je conçois qu’elle est image ; se concevant en tant que concevant203. – c.) Maintenant, dans le cas où une intuition X est donnée : que se passera-t-il alors purement et simplement ? Réponse : l’entendement se transformera en une image de soi comme d’un concevant qui conçoit cet X en tant qu’image, dans son être, précisément. <X, 73> L’entendement aura donc une image de soi, et celle-ci ne sera pas perdue ; dans cette image, il ne se conçoit certes pas en tant que principe de l’intuition : mais il se conçoit pourtant : et [pour qu’il se conçoive aussi en tant que principe] il n’y aurait besoin que d’une loi d’une détermination progressive de cette image de soi, loi qui ne nous est bien sûr pas encore connue.

  • 204 « ce qui poserait en effet comme possible un ne-pas-se-faire-être et renverrait à un nouveau deveni (...)
  • 205 « l’entendement est la substance de son concevoir » (I.H.F.).

1443.). L’entendement se conçoit purement et simplement en tant que principe de l’intuition et du concevoir de celle-ci, en tant qu’absolu devenir-entendement par soi-même. Rendons-nous parfaitement distinct ce dernier élément, qui est nouveau. Nous avons dit : [l’entendement se conçoit en tant que] principe du concevoir, pour avoir dès le départ un concept solide ! Il s’agit maintenant d’examiner cela de plus près ! Est-ce tout à fait adéquat ? L’entendement est-il principe de son concevoir ? C’est ainsi que nous avons conçu la chose. Dès que l’intuition est, le concept se fait dans sa duplicité avec une [5r] nécessité absolue conformément à la loi. L’entendement ne se fait donc pas être ce concept204, mais il le devient ; il n’est pas principe, mais l’objet passif d’une transformation par une loi commandant avec nécessité. <X, 74> C’est ce qu’il est purement et simplement, et c’est donc ainsi qu’il est imagé dans son concept-d’essence. Avons-nous par hasard une expression connue pour cette forme d’image ? Oui : je dis : substance205 ; et ce qu’il devient sans aucune intervention de sa part est son accident. L’entendement est dans son concept-d’essence substance (à savoir, du concevoir) qui est principe de l’intuition.

145Substance, image d’un être simplement formel, [synthétisé] avec la possibilité absolue d’un devenir ; et d’un devenir [qui n’a] pas [lieu] par soi. L’image du devenir est image d’un être, qui n’est imagée qu’à travers son principe. Elle est donc abolie si l’image du principe est abolie. Cette image est réalisée dans l’imagination empirique, comme on l’a souvent indiqué.

  • 206 12e conférence.
  • 207 « moi est = substance ; X = accident » (I.H.F.).

146<Ak. 163>206Corollaria. Dans le concept-d’essence, tout être est imagé comme un devenir possible, en partie par l’entendement en tant que principe, en partie par la loi qui fait et qui saisit purement et simplement l’entendement même. (Que dans l’intuition aussi l’entendement puisse avoir une loi, nous le laissons de côté pour consacrer maintenant toute notre attention à la loi du comprendre). [Dans le concept-d’essence, ] tout être est aussi imagé en tant qu’accident de l’entendement ; car même l’intuition X est dans le concept et est intuitionnée à partir du concept. Or le concept « moi » n’est rien <X, 75> d’autre que la concevabilité du devenu en tant que tel.207 – .

1474.). Intermède. En décrivant l’image de la principeté, de la substance et de l’accident ainsi que du devenir, j’ai décrit des images de l’espèce qu’on a appelée des schèmes. Puisqu’il nous importe très proprement de différencier les espèces d’images et de les saisir dans une vue d’ensemble systématique, il devrait être fort instructif de nous informer du schématisme en général et de ses lois – du schématisme en tant que procédé particulier de l’entendement.

148L’entendement est par son être absolu – être, dis-je – principe d’une [5v] image = X. Celle-ci est image de l’être absolu même ; et cette image, au cas où l’on devrait en venir à elle en général dans l’effectivité, nous ne voulons pas l’appeler « schème ». –

149En outre : dès que l’entendement est en général, il est image d’une image ; car seul cela est ce qui est absolument compréhensible et compris par l’entendement.

  • 208 « puisque l’être de la loi exclut l’être-image » (I.H.F.).

150Mais la seule chose dont il peut être l’image dans cet être absolu, c’est une loi, parce que seule l’image d’une loi se pose purement et simplement en tant qu’image208. Loi d’un imager absolu. Ces concepts absolus, en tant qu’exprimant la pure essence intérieure de l’entendement, nous ne pouvons pas encore non plus les appeler « schèmes ».

  • 209 « l’entendement se conçoit lui-même en tant qu’image absolue de l’image, en tant que « par » récipr (...)

151En outre : l’entendement se conçoit lui-même en tant qu’image absolue de l’image, donc « par », identité. <X, 76> Lien209. Qu’est-ce ? Je dis : ici commence le schématisme ; cette identité est le premier schème. Donc ici attention ! car c’est ici qu’il faut chercher les lois du schématisme. –

  • 210 Complété par le manuscrit de Halle, p. 313.
  • 211 I.H.F. modifie singulièrement le texte du manuscrit : « ce concept qu’il a de soi est la première m (...)
  • 212 I.H.F. explicite la question en intercalant ceci : « Il n’y a rien entre X et le concept ; si l’int (...)
  • 213 « la loi de l’identité » (I.H.F.).
  • 214 Manuscrit de Halle : « entre X et le concept il n’y a rien d’intermédiaire. Mais ici l’entendement (...)
  • 215 « Ce que l’entendement a dans cette scission, c’est à chaque fois une loi. Celle-ci assume la forme (...)

152Pourquoi l’entendement se conçoit-il lui-même ? Parce qu’il se scinde en lui-même en image et en être. Ce concept qu’il a de soi est [l’une des] moitiés de l’être, [la moitié-image]210 ; ce qui est conforme au concept dans la forme de l’intuition : dans la forme-de-l’être de l’image211. Qu’est le concept ? Loi de l’identité de l’intuition et du concept ! Si vous le posez dans le cas [d’une intuition X], alors le concept de ce X coïncidera purement et simplement avec X, sans aucun intermédiaire. D’où vient ici cet intermédiaire, cette identité expresse, ce lien212 ? Réponse : parce que la loi213 elle-même pénètre, purement et en soi, à l’intérieur de la forme de l’intuition, et assume ainsi l’être de celle-ci214. <Ak. 164> Or cet être de la forme de l’intuition est la matière schématique, que seule une loi assume là. – . Un schème naît donc par la scission de l’entendement purement et simplement en <X, 77> lui-même en image et en être ; donc également d’après une loi. Mais un schème est la loi même dans l’être de l’image ou dans la forme de l’intuition215.

  • 216 « là, l’intuition n’éclot pas avec le concept et le concept n’épuise pas entièrement la vraie intui (...)

153(Dans la forme de l’intuition, dis-je ; pas une vraie intuition, loin s’en faut ! La seule intuition que nous ayons jusqu’à présent, c’est encore et toujours le X inconnu. – . Ici, nous avons affaire au pur concept. Le concept, en effet, est expression de la loi, comme on l’a prouvé. Mais cette expression a elle-même lieu conformément à sa loi formelle, scindant en image (conformément à la loi) et en être : la loi. Les deux moitiés se fondent pourtant complètement l’une dans l’autre et ne diffèrent par rien d’autre que par ces formes ; comme nous l’avons également trouvé plus haut ; il en va tout autrement lors de la relation de l’image (ou du concept) à une vraie [6r] intuition X.216)

154Un schème est donc tout à fait concevable et peut être construit, car il n’est rien d’autre que le dépôt du construire dans la forme de l’être, dans la forme de l’image.

  • 217 « Car l’entendement absolu est un imager des lois : or un imager des lois est un schématiser ; l’en (...)
  • 218 « Le schématisme » (I.H.F.).

155<X, 80> Conséquences : 1.) Comprendre l’entendement signifie le concevoir dans sa légalité. – . Donc imager ses lois. Par conséquent l’entendement absolu, tel que nous l’avons présenté par nous-mêmes (mise à part la principeté que nous avons mise à part plus haut), et le schématisme, sont entièrement la même chose217. Il218 part de la scission en image et en être, donc de la réflexion. Réflexibilité et schématisme sont entièrement la même chose.

1562.). L’entendement doit se comprendre complètement / [il est] réflexibilité, et [il n’y a] rien en lui qui ne soit pas réflexible : il doit donc pouvoir schématiser le système de sa légalité toute entière, de sa forme intérieure. C’est justement ce que nous voulons faire. Ce schématisme accompli [est] la Doctrine de la science et, notre présupposition étant évidemment admise comme correcte, nous aurions donc déjà connu, prouvé, déduit la Doctrine de la science même, conformément à notre promesse. En tout cas : mis en évidence le lieu de la preuve.

  • 219 Manuscrit de Halle : « la moitié de l’être image ».
  • 220 Manuscrit de Halle : « l’objective, la moitié de l’être ».
  • 221 Manuscrit de Halle : « le dépôt (Niederlage) de cet imager, le rabattage (Niederschlag) de cet imag (...)
  • 222 « Une ligne naît quand un point se déplace continûment et laisse des traces derrière soi » (I.H.F.)
  • 223 « : le dépôt de cet imager est la seconde moitié ; le côté de l’être est l’être de cet imager, l’im (...)
  • 224 Le texte du manuscrit est ici fort difficile à traduire : « Dieser Stoff aber ist so gestaltet, wie (...)
  • 225 Développement de tout cela par I.H.F. : « Tout schème est, dans sa matière, l’imager immobilisé : l (...)

157<X, 77> À cet endroit, c’est fort clair : l’entendement = imager conformément à la loi qu’il a en lui et qui est la racine de son être ; par conséquent, l’entendement de l’entendement, en tant qu’aliénation-de-soi de l’entendement, [est] imager de l’imager conformément à la loi : donc imager non pas conformément à la loi même, mais seulement conformément à la forme imaginale de celle-ci. Cela est l’image en tant que première moitié [de la scission]219. Comment [définir] la seconde moitié220 ?221Description de la ligne <Ak. 165> avec ses traces222. <X, 78> Ce sont précisément ces traces qui constituent la seconde moitié, l’intuition de cette image dans l’être223. Qu’est-ce qui se trouvera dans cette seconde moitié – en tant qu’image, précisément, d’après laquelle cette première moitié est imagée ? Ce qui s’y trouve, c’est donc l’être, les traces, la concrétion de l’imager en général : et ce, purement et simplement en tout schème ; la matière, absolument Une et restant égale à soi, de tout schématisme. – . Mais cette matière est configurée de la même façon que, dans l’imager en tant que première moitié, l’imager se construit lui-même. Cette matière est donc configurable dans son unité selon les modalités que peut admettre l’imager même224. – . Dans l’exemple précédent. Dans l’unité effective de la loi, deux images [6v] sont purement et simplement associées l’une à l’autre dans l’unité organique de l’être-image. Dans le schème, le moyen-terme est interposé ; l’expression « que » ; devient un « par » réciproque ; celui-ci [est] la forme : échange225.

  • 226 « der Ausdruk (sic) das Gesez (sic) ». I.H.F. corrige : « l’expression de la loi ».
  • 227 Reformulation par I.H.F. : « L’image de l’être-principe, unie à la matière générale de l’image, don (...)

158Poussons plus loin l’examen : l’entendement se conçoit en tant que principe. <X, 79> [Principe] est un schème. L’expression [de] la loi226 dans la forme- absolue, en tant que fondement affirmatif et thétique d’un être. – . Unie à la matière générale, en tant que force, mais dans la simple image, sans aucune extériorisation de la force227.

  • 228 « durchaus ungebildet » : bilden, généralement traduit ici par imager, signifie couramment former ; (...)
  • 229 Einsicht.

159[L’entendement se conçoit en outre] en tant que substance ; c’est-à-dire en tant qu’imageable par la loi, en tant que force, mais actuellement encore complètement non-imagé/formé228, simple matière – c’est-à-dire la matière universelle de l’image, avec cette précision, en tant qu’imageable/formable par la loi qui s’y rapporte. Pure substance, sans aucun accident : seulement l’image de l’imageabilité/formabilité et de la configurabilité, les configurations possibles qui peuvent se produire là à l’infini en étant les accidents. À saisir ainsi. (Habituellement, tous ces concepts ne sont pas saisis de façon aiguë, ce qui a pour conséquence de barrer le chemin vers la compréhension229).

160[Nous avions en outre l’image du] devenir. – . Imager conformément à la loi. Le principe, dans l’image. C’est là que l’imager lui-même entre en scène : partout écarté et aboli si le principe est aboli ; déposé dans l’image objective. (Ce qui se montre précisément avec l’imagination : ) dans la construction de la ligne.

161Voilà pour les schèmes qui se présentent ici. Nous avons établi la loi et l’avons rendue claire pour rendre plus claires par cette loi les images qui suivent ; <X, 80> et pour permettre leur construction génétique. Ce n’est que par là qu’est assurée la conduite de l’imagination dans la Doctrine de la science. –

  • 230 « de tous les schèmes » (I.H.F.).

162Par cette présentation des schèmes, un terme qui leur est commun à tous est encore passé à travers les mailles du filet, et c’est lui que je veux énoncer pour terminer : le schème de l’être. C’est l’être de l’imager, les traces de celui-ci, dont nous parlions plus haut ; ce n’est donc pas l’image d’une quelconque loi particulière, mais l’expression même de la loi fondamentale de l’entendement, qui est de se diviser en image et en être. C’est la pure matière même230, sans la moindre imageabilité/formabilité. La substance de celle-ci en tant qu’imageable/formable, ce pour quoi il est <Ak. 166> besoin du schème d’un principe et d’un principiat et du schème d’un devenir, tous ces schèmes se subordonnant les uns aux autres, comme nous l’avons déjà vu.

163[3r] <X, 81> Nous avons vu ceci : au cas où l’entendement deviendrait principe d’une intuition = X, il faudrait alors que naisse purement et simplement dans le concept non seulement cet X, mais aussi le concept que l’entendement ou son représentant actuel [, le moi, ] est le concevant dans ce concept : d’après l’essence absolue de l’entendement même. Ceci donc, [le fait] que, dans le cas d’un moi, apparaisse purement et simplement le concevant dans le concept, cela réside dans l’essence [absolue de l’entendement] et doit être reçu dans notre concept-d’essence de celui-ci, concept que nous avons précédemment construit. – . Cela signifie, pour des raisons qui ont été très distinctement exposées et qui n’ont pas besoin d’être répétées : l’entendement se conçoit purement et simplement en tant qu’être imageable/formable, c’est-à-dire en tant que substance pouvant obtenir des accidents, en tant que <X, 82> matière complètement vide et indéterminée qui attend sa détermination de l’entrée en scène d’un X.

  • 231 « la loi à partir de laquelle la multiplicité procède nécessairement de cette unité » (I.H.F.).

164– . Aujourd’hui, nous voulons examiner ce qui est contenu dans cette compréhension : conclure à partir de cela. Subtilité des distinctions : comment peut-il en être autrement ? Nous cherchons le point d’unité en lequel se trouve toute multiplicité, la multiplicité quintuple et la multiplicité infinie ; et de telle façon que nous n’y trouvions pas cette multiplicité à l’arrière-plan, mais que nous connaissions de façon complètement a priori la loi231, avec une rigueur systématique par laquelle notre exposé actuel de la Doctrine de la science s’efforce d’être nouveau. – À celui qui omet ces distinctions il peut sembler que nous faisons du sur-place et que nous nous répétons : mais pour un tel auditeur, l’enseignement visé serait perdu. – . Ici se trouve en particulier l’essence de la réflexion et la loi fondamentale de toute disjonction, cette dernière appartenant d’ailleurs à la réflexion : où cette dernière chose n’est-elle pas discutée ! Mais nous nous efforçons d’aller vraiment en profondeur.

  • 232 « de l’intuition et du concept » (I.H.F.).
  • 233 « relativement à l’intuition X » (I.H.F.).
  • 234 « ce point du ‘se poser en tant qu’étant’ » (I.H.F.).
  • 235 « dans ce poser en tant qu’identité » (I.H.F.).
  • 236 = le « ‘par’ vivant de l’intuition par le concept, et inversement du concept par l’intuition » (I.H (...)

165Aussi la présente discussion part-elle à nouveau du point d’unité ; l’entendement se pose en tant qu’identité232 ; à savoir en tant qu’étant cette identité. À l’occasion du concept que l’entendement a de soi en tant que substance qui est principe233, ce point234 est présupposé, mais il n’a pas été souligné autant qu’il le faudrait compte tenu du besoin présent. Je vous ferai en effet remarquer la chose suivante : dans ce « poser »235, il se trouve même une double forme : celle du concept [, en laquelle est énoncé] : l’entendement est cela, identité, et rien d’autre : [deuxièmement] la forme de l’intuition objectivante : l’entendement est ceci : s’il est, alors l’identité est ; un <X, 83> « par » vivant est236.

  • 237 « l’être de l’identité » (I.H.F.).
  • 238 * Le « est » catégorique nude et simpliciter positum. Note de J. G. Fichte.
  • 239 « cette identité » (I.H.F.).
  • 240 « et pourtant l’entendement est posé en tant que cette identité, mais c’est seulement dans l’image (...)

166[Ak. 167 ; 3v] Dans la dernière considération [deux problèmes sont soulevés] : comment [cette identité est-elle] posée ? Qu’[est-ce qui y est posé] ? Comment ? L’être237 n’est pas posé : il n’est pas dit : l’entendement est238*, mais seulement : s’il était, alors il serait ceci239 ; pourtant il est posé dans son image240 ; car ce qui réside dans le concept, l’identité, n’est soi-même posé que dans le cas de cet être. – . L’entendement est, il est ceci et cela : cette dernière chose : pose l’être aussi, mais autrement que la première chose.

  • 241 « le dernier ‘est’, dans la proposition : l’entendement est ceci et cela, est un imager de l’être, (...)
  • 242 « Par contre, le premier ‘est’ n’est justement qu’image de l’être, à savoir dans la forme de l’intu (...)
  • 243 « dans le poser de cette identité » (I.H.F.).
  • 244 « Qu’en résulte-t-il alors ? Précisément un a, b, c, et voilà tout ? Non, mais à a, b, c sera purem (...)

167Sentiment obscur. Pouvons-nous introduire l’acuité du concept ? Le dernier imager de l’être, qui est manifeste à soi-même en tant qu’un tel imager241 ; qui donc, en se concevant, saurait que l’image objective dépend entièrement de lui et est complètement portée par lui, et devrait nécessairement être abolie s’il était aboli. La première image de l’être, dans la forme de l’intuition objective242 : une image qui est purement et simplement et qui ne peut pas ne pas être : et un être qui est purement et simplement image et qui ne peut pas ne pas être image : [cette image est donc] un complet s’absorber des deux l’un dans l’autre. Qu’est-ce qui est posé243 ? La dernière chose, précisément, cette absolue immanence, ce reposer sur soi-même, sans aucun devenir, de l’être-image en soi. La forme de l’image objective, la forme-d’intuition entièrement et complètement prête et déposée dans la forme du moi, dans l’identité, dans la forme de l’entendement, précisément, et faisant Un avec elle. [L’entendement absolu dit : ] Je suis purement et simplement image de moi-même ; je ne le deviens pas. – Par l’application, cela devient encore plus distinct : ce que je <X, 84> deviendrai, j’en serai l’image. Aperceptibilité en tant qu’essence absolue. L’imageabilité en soi-même, précisément, en tant que le substantiel, est par là purement et simplement posée comme essence absolue de l’entendement. Construisez-vous cela. Nous posons l’entendement purement et simplement en tant qu’une matière vide, pas en tant que principe, dans cette considération : nous n’avons donc, semble-t-il, rien posé. Maintenant, laissez cette matière devenir a, b, c etc. Qu’en résultera-t-il ? Précisément un a, b, c, et voilà tout ? Non, mais une image a, etc. et aussi une image que a est de cette matière244. Donc comment cette matière est posée : en tant qu’étant purement et simplement par soi image de soi-même. – Étant précisément l’identité du subjectif et de l’objectif. –

168Revenons en arrière : cette immanence de l’être-image ou être-moi est posée dans le concept, non pas en tant qu’étant, mais seulement en tant que représentée dans une image, et représentée ainsi. – Le concept s’absout donc complètement (c’est important) de toute causalité et de toute détermination de cette immanence, justement par le fait qu’il la pose en tant qu’immanence. L’entendement se conçoit en tant que reposant purement et simplement sur soi-même et en tant qu’étant en soi-même.

  • 245 « dans la mesure où, ici aussi, le concept se pose en tant que reflet de l’immanence originaire à s (...)

169[4r] (La même façon de raisonner que nous avons appliquée plus haut à l’occasion du concept de l’être-principe absolu, et qui là-bas était plus palpable, est ici complètement appliquée en soi-même à l’être-image245. – . C’est en même temps la continuation de la mise en valeur de ce qu’on a déjà fait valoir conformément à la première construction – simplement dans une nouvelle détermination – du fait que <Ak. 168> l’entendement posé objectivement est l’entendement absolu, et que ce que nous sommes n’est qu’un reflet passif projeté à partir de lui-même et dépendant de lui.) Comment est possible ce concept de légalité que nous construisons jusqu’à présent, et s’il est inconditionnellement possible, nous ne le savons pas encore. – .

  • 246 « que l’entendement en tant qu’absolue immanence à soi est imagé dans le concept » (I.H.F.)

170<X, 85> 2.). Retenez bien ceci246, en tant que point d’unité commun au sein duquel nous allons de nouveau faire des distinctions. L’entendement est conçu dans le concept de sa légalité ; il est donc un être-image reposant purement et simplement sur soi, clos en soi, qui ne tolère ou ne pose aucune image supérieure au-dessus de lui. Être-image ; dans la forme-du-moi, en tant qu’absolue forme-de-l’entendement. Pour autant, bien entendu, qu’il est en général ; mais nous avons rattaché cet être en général au fait que X soit.

  • 247 « c’est-à-dire au cas où X est » (I.H.F.).
  • 248 « l’entendement est tout son être dans l’image ; par conséquent, s’il est concevoir, alors il est c (...)

171 Dans ce cas247, le moi se conçoit tout d’abord en tant que ce qui conçoit : ce concevoir se trouve dans la forme de l’immanence, qu’on a décrite plus haut : de l’être-image248. – . Lui, le moi, est donc image de l’image du concept, précisément. Il n’y a pas d’autre concevoir que l’image du concept, absolument unie à l’image du moi, en tant qu’accident de celui-ci, et à celle de la substance.

172L’opposition rendra cela plus distinct ; mais puisque la proposition doit déjà être distincte et ce, d’autant plus qu’elle rend elle-même à son tour plus distincte la proposition principale d’abord établie ; nous la présentons alors à même son image.

  • 249 « Cette image est justement le représenter même. Dans le représenter, une image = X est purement et (...)

173C’est le représenter lui-même. En lui, une image = X. Concept de celle-ci en tant qu’image249 : – jusque là [tout est clair]. Mais d’où vient la chose qui doit être représentée dans l’image X et qui est imagée dans une nouvelle image à partir de l’entendement et en tant que son produit ? Réponse : le moi est purement et simplement une image de soi-même en tant qu’étant-image, en tant que substance par rapport à l’accident de l’image, à savoir de l’image de l’image, du concept. Le moi est le concevant, déterminé par le concept. C’est ce qu’il est intérieurement : il n’a pas à nouveau une image de soi : mais cette image même n’est possible que par l’opposition [4v] d’un Non-moi, <X, 86> opposition qui se réunit purement et simplement à l’image X dont le moi ne doit pas être la substance. – .

  • 250 de façon immanente.
  • 251 Le texte établi par I.H.F. se termine ici.

174Cela signifie : le moi est purement et simplement, immanenter250, et sans image supérieure, image de soi-même en tant que substance et porteur du concept. – Cette image ne se montre ici que dans son membre latéral, dans sa condition de possibilité251.

1753.). Si vous posez que le moi doit, ainsi que nous en avons posé la possibilité, se concevoir en tant que principe de X, alors il lui faudrait, face à toute chose, se concevoir comme le concevant : c’est-à-dire qu’il lui faudrait être une image de soi-même en tant que substance du concept de X, il faudrait qu’entre en scène l’image supérieure, précisément, et l’image immédiatement supérieure dont nous parlions à l’instant. – .

176Comment cela se produit-il ? Il faudrait que le moi soit purement et simplement image de l’imager.

Notes

1 Je remercie le professeur Fuchs, responsable de l’édition des œuvres complètes de Fichte à l’université de Munich, d’avoir eu l’amabilité de me communiquer avant parution officielle le texte du manuscrit de la Doctrine de la science de 1813. C’est ce texte que nous traduisons ici. Ce texte étant très lacunaire, nous le complétons afin de le rendre plus facilement lisible par des passages mis entre crochets. Nous signalons en note les gloses, souvent éclairantes, que le fils de Johann Gottlieb Fichte avait insérées dans son édition de l’œuvre. La pagination du manuscrit est signalée entre [], celle de l’édition de I. H. Fichte entre < >. (Toutes les notes sont du traducteur, sauf indication contraire.)

2 1re conférence.

3 « Bewusstes » : litt. « (quelque chose de) conscient », non pas au sens où ce quelque chose serait conscient subjectivement, mais au sens où, parce que nous le posons à l’origine du savoir, il est objet de /notre/ conscience.

4 C’est-à-dire du savoir Un et universel, et non de tel ou tel savoir particulier.

5 Le retour sur soi (Besinnung, Besonnenheit) est une réflexion et un souvenir (une réminiscence), et fondamentalement, un retour à soi consécutif à une absence – à une perte de soi. Dans la Doctrine de la science, le savoir revient à soi, se ressaisit, reprend ses esprits.

6 Complété suivant le manuscrit de Halle, p. 273.

7 = « voir le savoir même dans sa naissance » (I.H.F.) Cf. supra.

8 Le manuscrit de Halle ajoute : « La savoir de la Doctrine de la science devrait se comporter envers tout autre savoir de telle manière qu’en tout autre savoir est su que ce savoir est, et qu’en celui-ci s’absorbe l’être qui se trouvait là précédemment ».

9 La Doctrine de la science est le savoir (subjectif) de tout savoir (objectif) : elle est donc le savoir ultime au-delà duquel il n’y en a pas d’autre, par définition. I.H.F. donne ici un long développement personnel : « Nous présupposons le savoir universel, bien connu de tous. Celui-ci, en tant que système, en tant que tout de l’ensemble du savoir connu, est, clos en soi-même, reposant sur soi-même ; partout, il est précisément ce qui sait, en dernière instance, mais il n’est pas conscient de lui-même. Établissons maintenant l’idée d’une Doctrine de la science en tant que nouveau savoir qui doit être la conscience de ce premier savoir, et qui est donc pour ce premier savoir ce que celui-ci est pour ses objets. La question est : pourrait-il éventuellement encore y avoir, au-delà de cette conscience du savoir, une troisième conscience, une conscience de la conscience du savoir ? Non ; car si c’était le cas, nous n’aurions pas saisi avec acuité le concept de la Doctrine de la science qui a été établi, et nous ne saurions pas ce que nous avons dit. En elle, absolument tout savoir doit devenir objet, ce dont il y a conscience. Dès lors, si la Doctrine de la science devait elle-même devenir à son tour objet c’est-à-dire ce dont il y a conscience pour une conscience supérieure, ce troisième savoir = S3 serait alors la Doctrine de la science. N’est donc Doctrine de la science que ce savoir qui ne peut absolument pas devenir à son tour l’objet d’un nouveau savoir, mais qui n’est purement et simplement que conscience. Concevant et fondant tout autre savoir, il faudrait donc que, ce faisant, la Doctrine de la science se conçoive et se fonde elle-même simultanément. Si nous voulons utiliser, pour désigner cela, le langage bien connu du subjectif et de l’objectif, il nous faut alors dire : la Doctrine de la science reste, pour toute éternité, seulement subjective et ne devient jamais objective ».

10 Leçon peu sûre. I.H.F. glosait : « La Doctrine de la science concerne l’homme, et avec elle sont posés un devenir intérieur propre et un nouveau caractère ».

11 Fichte joue sur le lien, en allemand, entre comprendre (verstehen) et entendement (Verstand). La Doctrine de la science est un comprendre du savoir ; or tout savoir est une forme du comprendre, « entendement ». Il aurait presque fallu traduire Verstand par faculté de comprendre si l’introduction de la notion de faculté n’avait eu de trop lourdes conséquences philosophiques.

12 « tel qu’il se présente dans le savoir ordinaire et donné qui est pour la Doctrine de la science le phénomène » (I.H.F.).

13 « nous n’aurions qu’à analyser cette unité ainsi posée » (I.H.F.).

14 « Notre prochaine tâche est par conséquent la genèse de l’unité organique : une fois celle-ci posée, l’analyse est facile » (I.H.F.).

15 « c’est-à-dire la force absolue de l’imager ; elle pourrait donc revendiquer une image de ce qui, dans le savoir effectif, n’est jamais imagé » (I.H.F.).

16 Le verbe einsehen et le substantif Einsicht, traduits par comprendre et compréhension, sont toujours utilisés par Fichte pour désigner la compréhension philosophique qu’il s’agit, à chaque moment de l’exposé philosophique, de faire naître chez ses auditeurs. Il faut distinguer l’Einsehen (le comprendre philosophique) du Verstehen (le comprendre qu’est le savoir en tant qu’entendement – Verstand – et qui constitue ici l’objet de notre réflexion). Généralement, le contexte suffit à distinguer les deux registres, mais nous signalerons en note l’utilisation d’einsehen/Einsicht.

17 Einsicht.

18 Bilden (former, construit sur Bild, image, et généralement traduit ici par imager).

19 Einsicht.

20 « : l’imager Un » (I.H.F.).

21 « mais il s’agit seulement pour cet homme d’être ce qu’il doit être, un honnête homme » (I.H.F.). Cette glose résout de façon élégante le problème posé par l’affirmation de Fichte, qui pouvait sembler contradictoire avec l’idée, précédemment énoncée, que la Doctrine de la science ouvre un monde nouveau de compréhension et constitue, pour celui qui s’y livre, une promotion existentielle. C’est qu’il ne s’agit d’être, par la Doctrine de la science, que ce que l’on est destiné à être en vertu de la détermination fondamentale de l’homme. La Doctrine de la science exige de l’homme les qualités intellectuelles et morales qui lui permettent en même temps d’accomplir sa destination en tant qu’homme.

22 Deuxième conférence.

23 Cf. p 36.

24 « aus einem Gesetze des Müssens ». I.H.F. lisait : « aus einem Gesetze des Wissens », « à partir d’une loi du savoir ».

25 C’est-à-dire : nous pourrons, quand les faits en auront montré la possibilité, nous dispenser d’avoir à présumer (apparemment sans fondement) la possibilité de notre entreprise.

26 À une loi « à partir de laquelle elle se montrera comme nécessaire » (I.H.F.).

27 Fichte se réfère ici d’une part au cours Sur la différence entre la logique et la philosophie elle-même, valant comme esquisse de la logique et introduction à la philosophie, portant sur la Logique transcendantale, et d’autre part au cours sur les Faits de la conscience du semestre 1812/1813, qui avaient été tenus pour préparer à la Doctrine de la science.

28 Fichte attend de ses auditeurs qu’ils reproduisent intérieurement par eux-mêmes et pour eux-mêmes le contenu du cours qu’il leur propose. Ils n’ont donc ni à inventer la Doctrine de la science – Fichte l’ayant déjà fait, ce n’est plus à faire – ni à la suivre servilement, mais à se l’approprier.

29 = l’image du comprendre ; par là, la Doctrine de la science (comprendre du comprendre) commence donc en effet.

30 Passage elliptique qu’I.H.F. reformule ainsi : « C’est donc une image du comprendre que nous devons devenir. Il est bien clair que ce pourrait être l’image fondamentale que nous cherchons, l’image du point d’unité ; donc l’élément le plus profond et le plus intime de cet imager, la racine et le point nodal où il faut que se fonde tout ce qui est postérieur à cette image de l’unité que nous avons à engendrer ».

31 Nous avons modifié la ponctuation et rajouté les parenthèses pour rendre plus clair l’enchaînement des différents éléments de cette longue phrase qui, dans le texte allemand, est segmentée. – L’idée de ce paragraphe est simple : nous partons d’une image fondamentale et simple du comprendre, et c’est de cette image simple qu’il va falloir faire sortir toute la complexité du savoir, toutes ses déterminations, à partir d’une loi du savoir. Dans cette image simple, nous avons déjà discerné deux choses : le contenu du comprendre (l’apparition de l’absolu), et la compréhensibilité de ce même comprendre, compréhensibilité que nous attestons en assumant la responsabilité de comprendre le comprendre. Notre objet est donc le comprendre (de soi) de l’apparition (= la synthèse apparition + forme du comprendre ou de l’entendement), et en devenant image ou comprendre de cet objet nous donnons son branle à la Doctrine de la science.

32 3e conférence. « Passons maintenant à notre problème : qu’est-ce que comprendre ? » (I.H.F.).

33 Être, chez Fichte, c’est toujours reposer sur soi et s’absorber en soi (= s’identifier à soi, se perdre en soi). C’est pourquoi l’être implique une dimension de non-distance à soi fondatrice d’une distance par rapport au sujet à qui l’être apparaît (par son enfermement sur soi et en soi, l’être se retire en excluant le sujet qui le pose – scène primitive constitutive de la mise en scène de la représentation). Par là, l’être récuse toute mise en question du fondement, englouti qu’il est dans la massivité de sa factualité (nous sommes très proche du futur « en soi » sartrien). L’être représente la dimension de consistance et d’opacité qui s’oppose à la fluidité et à la liberté mobile de l’imagination. En tant que tel, il est constitutif de la forme de l’objectivité ou du non-moi. On peut alors s’étonner que la notion d’être soit appliquée ici au comprendre qui, comme comprendre de quelque chose (d’un objet) est plutôt du côté du subjectif. La seconde partie de l’analyse de la définition du comprendre permettra d’en saisir l’explication : l’être-image qu’est le comprendre est lui-même objet d’une image ; et dans la mesure où nous en parlons, où nous le définissons, nous en faisons nous-mêmes l’objet de notre réflexion et sommes donc cette image de l’être-image qu’il est.

34 L’image est le « par » (Durch) de son imagé : elle est ce qui implique qu’un imagé soit posé. « Durch » énonce ce à travers quoi ou ce au moyen de quoi quelque chose a lieu. Dire que l’image est le « par » de son imagé, c’est donc dire qu’elle est ce au moyen de quoi ou ce grâce à quoi l’imagé est posé. Le « Durch » est généralement, chez Fichte, le signifiant d’une relation conceptuelle, plus que d’une origine ontologique. Il est le caractère essentiel du concept, c’est-à-dire d’une relation entre deux termes qui sont pensés l’un par l’autre, l’un par rapport à l’autre. Il s’agit alors de la catégorie aristotélicienne de la relation : le père est pensé « par » le fils (par rapport au fils) et réciproquement bien que le fils ne soit pas l’origine réelle du père ; ce sont les représentations qui sont ainsi mises en relation en tant que telles. De même, le concept d’image pose celui d’imagé : l’image en tant que telle n’a de sens que par rapport à l’imagé en tant que tel : on ne peut la penser sans lui. Mais ici, Fichte va plus loin en faisant de l’image le « principe absolu » de l’imagé.

35 Abréviation de Fichte : I = image (dans le manuscrit, « B » pour « Bild »).

36 * Prognostikon pour l’ensemble. – . Celui qui n’est pas familiarisé avec cela ne doit pas se laisser détourner de le comprendre par son absence de relief. Pour celui qui ne voit pas la connexion, elle n’a pas de relief. Les conséquences l’apprendront. Note de J. G. Fichte.

37 Manuscrit de Halle : « De façon immédiate, l’imager projectif, le projeter <saisi> en tant qu’être, qui est purement et simplement là, et voilà tout ».

38 Manuscrit de Halle : « Donc suivant cette forme il y a, à l’intérieur d’une image et englobé par l’image, l’imager projectif et le produit de l’imager projectif, lequel est un être d’image inséparable ». Passage ambigu qui pourrait aussi se traduire par « lequel est inséparable de l’être de l’image ».

39 Ersehen : verbe construit sur sehen (voir), et qui, depuis 1805, exprime chez Fichte, exprime le moment discursif du voir qui, dans sa vision de soi, distingue et articule différents éléments donnés simultanément en lui ; plus précisément, il s’agit du moment où le simple voir, dans sa vision de soi, s’articule discursivement en termes de fondement/conséquence : le moment apophantique, le passage de l’intuition au jugement c’est-à-dire, en termes kantiens, à l’entendement. Dans la Doctrine de la science de 1812, ersehen est associé au concevoir (das Begreifen oder Ersehen), à la médiation (Vermittlung) (SW X, p. 448), au raisonnement (Schluss, p. 450 ou Schliessen p. 458), au Durch (p. 451), à la Folgerung (p. 452), et, last but not least, à la pensée discursive : « Kant’s Intuition, zum Unterschiede vom discursiven Denken ; welches letztere wir nennen Ersehen » (p. 477). C’est cette dernière phrase qui nous a décidé à traduire das Ersehen par voir-discursif, et le verbe ersehen par voir-discursivement.

40 etwas Ersehenes.

41 C’est-à-dire « avoir une image du voir » (I.H.F.).

42 « Selon nous, le voir ne devient pas dans le temps, mais il est purement et simplement et est la forme-d’être absolue de l’apparition » (I.H.F.).

43 Le voir.

44 einsehen.

45 I.H.F. développe ainsi : « nous avons aussi admis que quelque chose est dans la forme du comprendre, que l’entendement n’est que la forme d’un quelque chose quelconque. Or où est, dans le posé, le pur comprendre, et où est la trace de la fondation étrangère ? ».

46 « L’unité pose les parties ; il nous faudrait donc nous enquérir de l’unité de l’entendement, afin de voir comment cette unité pose les parties, et quelles parties en procèdent » (I.H.F.).

47 « de l’essence de l’entendement » (I.H.F.).

48 « il nous faudrait maintenant déduire l’image que nous avons présupposée, la déduire dans sa nécessité et en particulier dans la nécessité de ses parties » (I.H.F.).

49 seine Bildlichkeit : sa qualité d’image.

50 C’est-à-dire « cette compréhension » puisque entendement (Verstand) = faculté de comprendre (verstehen).

51 « l’intuition de l’objet » précise I.H.F.

52 I.H.F. donne un exemple qu’il a rendu célèbre : « Le poêle est, et je me représente le poêle, j’ai une image du poêle. Mais les deux termes, la représentation ou l’image du poêle, et le poêle, doivent être tout à fait identiques quant à leur contenu ; ils ne sont différents que par la forme, par le fait que je comprends ma représentation du poêle en tant qu’image, et que je comprends l’imagé dans cette image, le poêle, en tant qu’être ».

53 Relation selon laquelle l’image est image de l’être.

54 « L’être du poêle est, selon cette philosophie, un être absolu en et pour soi, qui devient image en moi, dans le moi : quant à savoir comment cela se produit, comment cette transformation a lieu, personne ne l’a encore expliqué » (I.H.F.).

55 L’image de l’être (du non-image) dissimule son être-image puisquelle ne donne l’être qu’en occultant le fait de cette donation par l’image. L’être se donne dans l’image comme indépendant de l’image, reposant sur soi etc.

56 « Entendement » (« Verstand ») est construit sur la même racine que le verbe « comprendre » (« verstehen »).

57 Nachbilden. L’entendement est un imager-après-coup de l’image parce qu’il la présuppose (comme toute forme présuppose son contenu).

58 « comprenant l’image, posant donc analytiquement un opposé de l’image = être : restant pourtant une seule chose, un entendement absolu – donc synthétiquement » (I.H.F.).

59 4e conférence.

60 Manuscrit de Halle : « de la pluralité à partir de l’unité de la forme de l’entendement ».

61 La forme de l’image et celle de l’être.

62 eingesehen.

63 I.H.F. : « il n’y aurait pas d’opposition entre les deux formes ».

64 « cette image intuitionnée en tant qu’image » (I.H.F.).

65 Urbild.

66 « la fusion de l’apparition et de l’entendement » (I.H.F.).

67 I.H.F. reformule ici la question à laquelle Fichte va répondre : « avons-nous reçu l’apparaître purement en tant que tel dans l’entendement ? ».

68 « À même l’image, nous présupposons donc ce que nous avons démontré hier. Nous disons : cette image présupposée est close, toute prête, étante ; c’est ainsi que nous l’avons pensée, nous étions donc l’image en tant qu’image, pour cette image en tant qu’être. Par conséquent, nous avons aussi déjà eu et présupposé exactement la même chose que nous avions déduite en tant que forme-de-l’entendement » (I.H.F.).

69 « En tant qu’unité organique avec l’apparition » (I.H.F.).

70 « En tant que seule forme-d’être possible de l’apparition » (I.H.F.).

71 « Cela doit désormais être la règle de notre penser » (I.H.F.).

72 Fichte thématise le « se » du « se comprend ».

73 « Mais ce posé est l’entendement ou l’apparaître même, précisément : par soi et par sa forme, l’entendement est donc, en tant que scindé, pourtant un » (I.H.F.). Pour notre part, nous relierions la dernière phrase à ce qui précède en disant : c’est par lui, l’entendement, en tant qu’image, qu’est posée l’apparition en tant qu’être.

74 I.H.F. ajoute ce développement : « Nous avons toujours dit qu’il importait de procurer à l’apparition son reposer sur soi et son subsister hors de Dieu, avec absoluité ; c’est maintenant fait : il réside en effet dans l’entendement, car celui-ci, en tant qu’il est un scinder et déterminer progressif, présuppose un terme solide à déterminer. Par conséquent, l’entendement étant posé, est alors aussi posé par lui et en lui un tel être reposant sur soi ».

75 « Nous avons dit précédemment : la forme-de-l’être absolue de l’apparition est l’entendement. Maintenant, par contre, nous disons de façon générale : l’entendement est, par soi précisément, forme-de-l’être absolue, parce qu’il est déposant, déterminant progressivement et scindant » (I.H.F.).

76 « Or cet être n’est évidemment que dans une duplicité, dans une relation, dans et par l’entendement, il n’est pas par soi-même ; car sinon il serait l’être de Dieu ; mais il est bien un terme subsistant solidement et reposant en et sur soi-même, qui est maintenant davantage déterminé progressivement » (I.H.F.).

77 « Le moi se pose lui-même purement et simplement, a-t-on dit : c’était un écho de la proposition que l’on a comprise, justement. Il faut que l’apparition ait son être et son reposer sur soi, et elle ne peut l’avoir qu’en elle-même ; sinon, nous dirions : cet être est-il devenu compréhensible par là ? Non, mais maintenant il l’est, dans la mesure où nous voyons comment l’apparition, par sa forme-d’être, l’entendement, se donne nécessairement pour soi un tel être reposant sur soi » (I.H.F.).

78 5e conférence.

79 De façon moins ambiguë : « ce n’est que dans et par cette forme de l’entendement qu’un non-étant est et devient un étant ; l’être est absolument créé à partir de rien, simplement par l’entendement » (I.H.F.).

80 Manuscrit de Halle : « l’entendement est établi comme ce à partir de quoi l’être devient, à savoir pour nous ».

81 « Depuis le début, nous ne reconnaissons donc l’apparaître qu’en tant que pris dans la forme-de-l’entendement ; et seule cette façon de faire nous permet de parvenir véritablement à l’intérieur de l’unité synthétique à partir de laquelle les différentes parties doivent être mises en évidence par analyse » (I.H.F.).

82 « Nous procédons donc ici avec une plus grande acuité que ce n’était le cas dans les précédents exposés de la Doctrine de la science, qui se contentaient de récupérer l’apparaître » (I.H.F.).

83 Le fondement est autre que ce qu’il fonde ; si l’entendement doit être vu en tant que fondement de l’être-là, il nous faut trouver une image qui nous le représente comme tel.

84 « Quelle sorte d’image serait-ce là ? On pourrait dire : l’image bien connue d’un pouvoir, d’une simple possibilité d’être-là » (I.H.F.).

85 « Or si nous posions ce pouvoir en tant que commencement de l’être-là, alors nous le déposerions pourtant aussi objectivement, à son tour, nous l’objectiverions, positivement, pour de bon ; nous lui donnerions donc aussi à son tour un être et un être-là, c’est-à-dire que, précisément, toute la forme-d’entendement de la duplicité de l’image et de l’être se retrouverait ici dans l’unité ; et si nous y réfléchissions, il se trouverait alors que nous n’aurions qu’un pouvoir de pouvoir : et l’on retrouverait là la même difficulté » (I.H.F.).

86 C’est-à-dire que nous allons nous abstenir pour l’instant, de réfléchir sur notre position de l’entendement absolu.

87 « de façon conséquente, parce que nous posons et objectivons l’absolu hors de nous et faisons donc de notre poser une simple image-après-coup et un simple reflet » (I.H.F.).

88 C’est-à-dire de l’être-posé (I.H.F.).

89 « Comme cela s’est déjà passé plus haut ; le comprendre n’est, dans cette relation, que le reflet mort et passif de ce qui est déposé » (I.H.F.).

90 eingesehen.

91 = « le comprendre » (I.H.F.).

92 « eu égard à sa forme » (I.H.F.).

93 « Le comprendre est donc 1) image de cette image déposée en tant qu’étant ; 2) et image de celle-ci en tant qu’image. Et ce, tout d’abord, eu égard à sa forme : il va de soi que toutes deux, l’image de l’être (l’intuition) et l’image du fait que cet intuitionné est image (le concept intellectuel), sont purement et simplement unies, et tous deux, intuition et concept, sont une détermination d’un seul et indissociable être-image en tant que quoi j’ai posé le comprendre » (I.H.F.).

94 « Ensuite, eu égard au contenu. Qu’est le comprendre, de ce second point de vue ? » (I.H.F.).

95 Manuscrit de Halle : « non pas être et pourtant être dans la mesure où elle peut être l’être, à savoir dans l’image et en tant qu’image ».

96 « par l’être absolu et par l’être-posé de l’entendement même » (I.H.F.).

97 Fichte veut sans doute dire : de ce non-poser par un poser, ou poser en vue d’un non-poser.

98 « le comprendre est, par son être, principe, créateur, de l’image X » (I.H.F.).

99 « quant à la forme » (I.H.F.).

100 I.H.F. synthétise ainsi le résultat : « Qu’est l’entendement ? Image de l’imaginalité. Que pose-t-il ? La même chose, l’image de l’imaginalité. Donc une seule et même chose se présente deux fois, subjectivement et objectivement ».

101 « C’est cette image de l’imaginalité… » (I.H.F.).

102 « il se voit, à même son produit, en tant que principe » I.H.F.).

103 « das Gesicht ».

104 « dans sa forme » (I.H.F.).

105 « car il faut que l’entendement pose l’image X comme un terme présupposé, par rapport auquel il se comporte comme un reflet simplement passif » [I.H.F.).

106 L’exception que constitue notre image de l’être-principe, par rapport à la règle selon laquelle il ne peut y avoir d’image de cet être-principe.

107 6e conférence.

108 « et par son concept en tant qu’image » (I.H.F.).

109 « c’est-à-dire une image qui se comprend par rapport à lui comme un simple reflet » (I.H.F.).

110 « L’image X » (Manuscrit de Halle).

111 = erreur « selon laquelle nous présupposions à l’entendement l’apparition en tant qu’accident de Dieu et en tant qu’un être-là qui ne serait pas par le seul entendement ». (I.H.F.).

112 « dans l’empirie » (I.H.F.).

113 Passage illisible dans le manuscrit. Peut-être « i.e. ».

114 7e conférence.

115 « car c’est son véritable point de naissance » (I.H.F.).

116 Qui se trouve sous la barre de fraction.

117 « car l’entendement ne le voit pas devenir » (I.H.F.).

118 dans la mesure où « l’entendement le reconnaît en tant qu’image » (I.H.F.).

119 « Dans le comprendre se trouve le ‘se comprendre en tant qu’image’ ; par conséquent, dans son être se trouve le se poser » (I.H.F.).

120 I.H.F. et le manuscrit de Halle insèrent ici un long développement sur la forme de l’aperception : « Par l’aperception absolue en tant qu’essence intérieure de l’entendement, on entend : 1) un être, un être reposant sur soi et immanent, qui se pose et s’image purement et simplement soi-même, qui apporte son image avec soi, y éclot sans pour autant perdre son être. Quelle sorte d’être pourrait-ce être, qui n’est et ne peut être que dans l’image ? Il faut qu’il soit lui-même un être-image ; car seul celui-ci a en soi la propriété d’apporter purement et simplement auprès de soi une image de soi-même, et ce n’est qu’en celui-ci qu’un être-là a la propriété d’être purement et simplement compréhensible à soi dans son caractère en tant qu’image. Il faut que cet être reposant sur soi, posé dans l’aperception, soit précisément lui-même une image. Il en va ainsi du moi pris de ce côté, du côté de l’être. 2) Considérons-le aussi de l’autre côté, du côté de l’image. Si la tâche était : construire un regard qui, dans l’unité absolue de son être, à la fois reste en soi et s’aliène soi-même, que serait-ce ? La prise en regard (Erblickung) d’une image. Cette dernière est tout à fait visible à soi, elle reste donc en soi ; car elle s’intuitionne elle-même en tant qu’étant, c’est-à-dire qu’elle n’est pas visible à soi de façon médiate, mais dès qu’elle est, elle est la visibilité, être et visibilité coïncident purement et simplement. 3) Or l’entendement originaire pose encore une image déterminée, une substance qui demeure, en laquelle cette relation de l’aperception est présentée. Ici, cette image est le moi ; le moi complètement transparent à soi. Qu’est donc ce moi ? Qu’est donc l’égoïté dans le moi ? Il est la transparence absolue. – En effet, la présupposition est celle-ci : le moi peut être et devenir diverses choses qui ne sont pas encore concevables pour lui, mais il ne sera que quand il sera quelque chose de déterminé à partir de ces diverses possibilités – mais quoi que je sois à l’avenir, cela se trouvera immédiatement dans l’image de moi-même. Et pourquoi tout mon être est-il purement et simplement dans mon image ? Parce que ce que je suis est image, et je ne puis être dans tous mes accidents rien d’autre qu’image ; mais l’image pose purement et simplement par son essence l’image de son essence. Qui est donc ce moi ? Il est l’image universelle du concept d’image. Et qui est le moi qui peut être diverses choses et qui y sera toujours transparent à soi ? L’image universelle de l’être-image dans la possibilité. Cette image est au fondement du je suis ; celui-ci contient deux choses : a) Je, c’est-à-dire la transparence absolue, l’être-image absolu, accompagné par l’image. b) Suis, c’est-à-dire cette transparence absolue s’intuitionne elle-même, se pose elle-même dans l’être, et c’est dans cette identité absolue du concept et de l’intuition – le concept absolu est le concept de l’image, et l’intuition absolue est l’être de l’image – que consiste justement l’essence la plus intérieure de l’entendement absolu même, qui ne devient pas mais est purement et simplement, comme l’apparition est, c’est-à-dire comme Dieu est ».

121 « puisque X n’est pas hors de son image » (I.H.F.).

122 « nous avons dit précédemment : l’entendement absolu est, purement et simplement par son être, principe d’une image X, à savoir d’une image de l’être absolu. Maintenant, par contre, il nous faut dire : » (I.H.F.).

123 Einsicht.

124 Manuscrit de Halle : « l’exposant ».

125 Manuscrit de Halle : « X ».

126 L’image « de soi-même en tant qu’image de l’absolu » (I.H.F.).

127 Einsicht.

128 bildet sich ab.

129 « l’être de l’absolu » (I.H.F.).

130 « l’entendement, en tant qu’être, est… » (I.H.F.).

131 « Immédiatement » (Manuscrit de Halle).

132 Manuscrit de Halle : « l’exposant » ; donc, le concept.

133 an sich.

134 I.H.F. ajoute : « Dans la première moitié réside l’imaginalité en général ; dans l’autre, une certaine détermination de l’imaginalité. Le membre de l’enchaînement est donc l’évidence que ce terme déterminé = X est image ; l’égoïté ou l’aperception ».

135 8e conférence.

136 tout être-là, mais plus spécifiquement et principiellement, comme le précise I.H.F., l’être-là de l’absolu : c’est d’ailleurs de lui qu’il est question dans la suite de la phrase.

137 « l’être-principe » (I.H.F.).

138 « l’image est alors intuition, le principiat est vu en tant qu’étant et voilà tout » (I.H.F.).

139 « l’être-principe » (I.H.F.).

140 « cette image est alors concept » (I.H.F.).

141 Le concept et l’intuition.

142 I.H.F. rajoute cette précision : « La source de la distinction de cette relation est ce qui a été dit concernant l’aperception qui pose par sa transparence à soi la non-transparence ».

143 an sich.

144 Glose d’I.H.F. : « L’empirie est un comprendre ; mais le s’élever au-dessus de l’apparition vers son fondement intelligible non-apparaissant est aussi un comprendre, qui semble être très différent du premier. Or la différence entre le comprendre de X, que nous avons établi dans la dernière construction, et le comprendre de Y dans les Faits [de la conscience], est que, dans la façon de voir les faits qui a été la nôtre jusqu’ici, un tel Y était quelque chose de présupposé et d’étant, auquel le comprendre ne s’ajoutait en quelque sorte qu’après-coup à partir d’un fondement supérieur. Or ici, X n’est pas présupposé mais distinctement mis en évidence en tant que produit du comprendre même ».

145 einsehen.

146 Einsicht.

147 J’adapte le texte allemand, où Fichte ne dit pas ce que la suite montre qu’il veut dire : « sondern umgekehrt, unser Setzen, das denn doch, in der Besinnung die wir jezt selbst anstellen, ist, ist, da jenes das allererste Seyn ist, und Grund alles andern Seyns, selbst Grund dieses Setzen » (ce que l’on pourrait traduire ainsi : « mais inversement, c’est notre poser (qui pourtant, dans le retour sur nous-mêmes que nous engageons maintenant, est) qui est, puisque celui-là est l’être primordial et le fondement de tout autre être, lui-même fondement de ce poser ». Ce n’est pas le poser qui est le fondement du poser, c’est l’entendement qui est le fondement du poser qui le pose. I.H.F. avait d’ailleurs corrigé le texte : « Mais c’est l’inverse : notre poser qui, pourtant, est aussi dans le retour sur nous-mêmes que nous avons engagé, serait, dans ce poser, non pas fondement de l’entendement absolu mais ce qui est fondé par l’entendement absolu ».

148 « comme un accident de celui-ci » (I.H.F.).

149 « de l’entendement absolu » (I.H.F.).

150 Manuscrit de Halle : « car nous avons posé l’entendement comme absolu, même intérieurement ».

151 « es » (neutre). Nous suivons I.H.F. qui lit : « l’entendement absolu ».

152 « l’essence intérieure de l’entendement » (I.H.F.).

153 I.H.F. développe ainsi ce passage elliptique : « dans cette image ne se trouve pas l’accompagnement de l’être-principe pris sur le fait, l’intuition d’un être-principe effectif, mais bien le principe en général, en tant qu’essence nécessaire de l’entendement, en vue du comprendre qui présuppose une image : donc en tant qu’être légal de l’entendement en général, mais pas dans une image particulière ».

154 « Nous affirmions qu’il n’y a pas d’image de cet être-principe, alors que nous étions pourtant nous-mêmes une telle image de lui. Cette contradiction se dissout maintenant : nous étions bien alors l’image qu’est l’entendement absolu de soi, dans son être-principe en général. Ainsi, nous avons toujours ajouté le principe à X et nous l’avons toujours pu, parce que nous étions nous-mêmes cette image du principe » (I.H.F.).

155 « ou en tant que substance des images mises en évidence » (I.H.F.).

156 « elle » = « es » (neutre = das Bild, l’image). I.H.F. lit « er » = l’entendement : « Donc dans cette image de soi-même, l’entendement est sans doute également absolu ; bien que, dans cette image, il se pose par rapport à ses principiats absolus comme un simple reflet ».

157 « L’entendement serait donc, de cette façon, absolu à un double égard : dans notre poser et imager antérieur, en tant que principe absolu de X, même s’il se perdait partiellement dans cette sienne absoluité, en ce que nous étions factuellement et sans en avoir conscience la première moitié de celle-ci. Maintenant, nous posons nous-mêmes objectivement cette moitié, et ce n’est que maintenant que nous en venons à comprendre son être absolu dans cette scission, précisément, en être absolu et en être-image absolu. Il faut donc dire désormais : l’être absolu de l’entendement se scinde lui-même. Dans l’unité de cette scission, nous obtenons donc d’abord le concept supérieur de l’être absolu de l’entendement ; à savoir, celui-ci est un concept synthétique, composé de moitiés d’abord en tant qu’être, en fait et en vérité, puis en tant qu’image, dans le simple reflet de cet être véritable » (I.H.F.).

158 9e conférence.

159 ein sich selbst abbilden.

160 bildet sich ab.

161 En latin : accidentellement.

162 celui-ci = ce reflet

163 « avec tous ses principiats » (I.H.F.).

164 I.H.F. ajoute cette glose : « Dans la première construction, nous avions l’entendement absolu en tant que principe de X ; pour autant qu’était l’intuition x. Maintenant, nous venons avec une nouvelle image et disons : cette relation, qui restait cachée dans la première façon de voir selon laquelle l’entendement est principe de X, se présente dans une nouvelle image ; l’être-principe ne se trouve donc que dans cette nouvelle image. X n’est principiat de l’entendement absolu que par rapport à l’être-principe de l’entendement absolu en général : la relation du principiat est donc exactement la même qui a lieu avec le principe ; X en tant que principiat n’est donc aussi que dans cette nouvelle image. Or, cette image de l’entendement absolu est en partie elle-même absolue, mais en partie image ou reflet de l’absoluité qui est au fondement. (Toute l’explication de la réflexibilité repose sur cette circonstance qu’on comprend qu’il se trouve bien dans l’image quelque chose qui ne réside pourtant pas complètement dans l’image. – Il en va ainsi de tout ce qui, dans ces régions supérieures, est élevé par réflexion à une loi auparavant inconnue ; c’est par l’image, et pourtant pas par l’image) ».

165 die Principheit : la qualité de ce qui est principe.

166 Manuscrit de Halle, p. 302 : « Dans l’ascension synthétique par la réflexion, nous sommes arrivés au point que l’entendement absolu est image de soi-même en tant que principe. Cela doit aussi se produire par genèse. C’est pourquoi je veux le déduire par analyse, tâche propre de la Doctrine de la science ».

167 Bildmässigkeit.

168 10e conférence.

169 * Notez cette expression de la loi, le « par » de la conséquence : à savoir, la réciprocité du « par » ; à partir de l’être-image (dans l’intuition), le concept ; à partir du concept, l’être-image. Note de J. G.Fichte.

170 eingesehen.

171 La glose d’I.H.F. est utile pour comprendre le lien avec le point suivant : « Par l’image est purement et simplement posée l’image de l’imaginalité, mais il faut dire aussi, à l’inverse, que par l’image de l’imaginalité est posée une image en laquelle seulement celle-là parvient à l’effectivité et à l’accomplissement. Remarquez l’expression de la loi, le « par » absolu de la conséquence, c’est-à-dire la réciprocité du « par » et de la conséquence : de l’être-image (ou de l’intuition) suit le concept, et du concept suit l’être-image ».

172 « Nous obtenons donc deux concepts absolus. a) Objectivement, le concept absolu est l’image de l’imaginalité même ; l’entendement objectif image l’image purement et simplement en tant qu’image : b) Le concept-de-réflexion absolu – comme nous pouvons sans doute provisoirement l’appeler, le concept subjectif – est l’image de cette relation de la conséquence, du « par » absolu des deux, l’image de sa connexion absolument vivante » (I.H.F.).

173 « ou du concept et de l’intuition » (I.H.F.).

174 I.H.F. ajoute : « possible, dans la mesure où il s’image précisément en tant qu’être-principe absolu, avant tout être-principe, ainsi que nous l’avons mis en évidence. – ‘L’entendement a donc une image de soi-même’ signifie donc une double chose : tout d’abord : il a une image de son essence intérieure et absolue, c’est-à-dire qu’il a une image de la conséquence absolue et de l’identité du concept et de l’intuition ; deuxièmement, il a aussi, en même temps et dans la même intuition-d’essence de soi, l’image qu’il est principe absolu d’intuitions ».

175 « ou de l’être effectif » (I.H.F.).

176 Einsicht.

177 entre les images et l’entendement.

178 I.H.F. développe ainsi les trois dernières phrases : « si l’on pose que cet entendement qui conçoit toute imaginalité deviendrait principe d’une image = X, que faudrait-il alors qu’il en résulte ? Il faudrait que cette image X ne se pose pas simplement en tant qu’image simple, mais qu’elle se pose en même temps dans le concept en tant que telle, en tant que pénétrée par le concept. – L’entendement est, dans l’identité de son essence, les deux, intuition et concept, et ainsi il devient immédiatement par la loi de son essence le concept de cette intuition. L’entendement est image de l’image, s’il y a une image : ce même entendement est principe de l’image X : celle-ci lui est-elle accessible ? Oui, en tant que son principiat, il n’y a pas de hiatus entre elle et l’entendement ; elle est donc aussi concevable en tant qu’image ».

179 seconde moitié « selon laquelle l’entendement se conçoit en tant que principe de l’intuition » (I.H.F.).

180 = avoir une « image de son être-principe » (I.H.F.).

181 « parce qu’alors cet imager ne serait pas absolu » (I.H.F.).

182 « C’est justement ce qui se passe pour l’essence intérieure du comprendre » (I.H.F.).

183 « à savoir le poser de l’être à partir de l’image, et l’image deviendrait intuition » (I.H.F.).

184 Reformulation d’I.H.F. : « il faut donc que ce poser aussi, la connexion de l’être et de l’image, soit dans l’image, parce qu’une image absolue doit être. Il faut donc que l’être et l’image soient imagés de telle sorte que l’image pose l’être et, inversement, que l’être pose l’image. Ainsi, l’intuition « moi » est quelque chose ; là, comme nous l’avons vu plus haut dans l’intermède sur l’aperception, l’intuition est pleinement et de part en part lumière. Il faut donc que, dans l’entendement absolu, l’image se comprenne en tant que moi ».

185 « Est donc ainsi démontré ce qui devait l’être ; l’entendement absolu est a) être-image de soi-même en tant que b) principe absolu, à savoir c) en tant que soumis à des lois » (I.H.F.).

186 « un terme absolument concevable en tant qu’image ne peut se présenter qu’en tant que loi » (I.H.F.).

187 « une image pose un être, mais cet être n’est pas un être, mais il faut qu’il soit aussi image ; or une telle image est un pouvoir qui attend son être de la synthèse avec la loi » (I.H.F.).

188 « puisque l’entendement n’est pas encore devenu principe mais est saisi antérieurement à tout son être-principe » (I.H.F.).

189 « car il ne peut pas s’intuitionner, mais ne peut intuitionner que son principiat » (I.H.F.).

190 11e conférence.

191 « Dans la Doctrine de la science, nous avons pour objet une unité absolue, le savoir, en tant qu’image, c’est-à-dire image de l’être en tant qu’unité absolue » (I.H.F.).

192 « C’est sur ce point qu’il nous faudra maintenant avoir en premier lieu les yeux fixés, sur la scission de l’intuition et du concept, et sur l’unité des deux, dans l’entendement » (I.H.F.).

193 La réflexibilité est donc la capacité d’être réfléchi, de se prêter à la réflexion, ou d’engager par soi-même une réflexion sur soi.

194 « à l’intuition X s’ajoute purement et simplement le concept qu’elle est image » (I.H.F.).

195 Le manuscrit de Halle dit : « et c’est là dedans que tout être etc. », soulignant par là que tout être apparaît dans le cadre posé et circonscrit par l’entendement.

196 einsehen.

197 « cette image de l’entendement de soi-même, ce moi » (I.H.F.).

198 Einsehen.

199 « Ce n’est qu’alors que ce qui s’était perdu dans l’intuition est restauré dans le concevoir » (I.H.F.).

200 Bildmässigkeit.

201 « le concept de X en tant qu’image » (I.H.F.).

202 « un concept du concevant dans le premier concevoir » (I.H.F.).

203 « le premier énonce : X est une image ; le second : et qu’il est une image, je le conçois purement et simplement ; en celle-ci l’entendement se conçoit donc en tant que concevant » (I.H.F.).

204 « ce qui poserait en effet comme possible un ne-pas-se-faire-être et renverrait à un nouveau devenir en-dehors de ce premier devenir » (I.H.F.).

205 « l’entendement est la substance de son concevoir » (I.H.F.).

206 12e conférence.

207 « moi est = substance ; X = accident » (I.H.F.).

208 « puisque l’être de la loi exclut l’être-image » (I.H.F.).

209 « l’entendement se conçoit lui-même en tant qu’image absolue de l’image, en tant que « par » réciproque et absolu de l’image, et de l’image de l’imaginalité de celle-ci, en tant qu’identité absolue des deux, en tant que lien de ce que nous avons appelé intuition absolue et concept absolu » (I.H.F.).

210 Complété par le manuscrit de Halle, p. 313.

211 I.H.F. modifie singulièrement le texte du manuscrit : « ce concept qu’il a de soi est la première moitié de son être dans sa duplicité de l’image et de l’être, la moitié qui est du côté de l’image. Ce qui se trouve dans le concept, ce qui est conforme au concept, dans la forme de l’intuition, c’est la seconde moitié qui se trouve dans la forme de l’être ou dans l’être objectif de l’image. C’est ce lien dont nous parlions, cette identité ».

212 I.H.F. explicite la question en intercalant ceci : « Il n’y a rien entre X et le concept ; si l’intuition est, le concept est alors co-donné par elle ; tous deux, intuition et concept, sont l’unité organique d’un regard. Mais ici l’entendement dit pourtant qu’il est l’identité ou le lien de l’intuition et du concept ; d’où vient ce lien ? ».

213 « la loi de l’identité » (I.H.F.).

214 Manuscrit de Halle : « entre X et le concept il n’y a rien d’intermédiaire. Mais ici l’entendement dit qu’il est l’identité. D’où vient celle-ci ? Là-bas elle n’est pas, parce que la loi de l’identité pénètre dans la forme de l’intuition dans son être ; en revanche, dans le second cas ce lien se produit parce que cette loi elle-même se trouve dans l’image ; elle n’est pas ; et elle se trouve dans l’image de deux manières : dans la forme d’image et dans la forme de l’intuition objective qui nous concerne ».

215 « Ce que l’entendement a dans cette scission, c’est à chaque fois une loi. Celle-ci assume la forme d’être de l’intuition, et elle est, dans cette mesure, schématisée » (I.H.F.).

216 « là, l’intuition n’éclot pas avec le concept et le concept n’épuise pas entièrement la vraie intuition » (I.H.F.).

217 « Car l’entendement absolu est un imager des lois : or un imager des lois est un schématiser ; l’entendement absolu est donc l’entendement schématique » (I.H.F.).

218 « Le schématisme » (I.H.F.).

219 Manuscrit de Halle : « la moitié de l’être image ».

220 Manuscrit de Halle : « l’objective, la moitié de l’être ».

221 Manuscrit de Halle : « le dépôt (Niederlage) de cet imager, le rabattage (Niederschlag) de cet imager précisément dans l’être, l’être de cet imager, ce qui est fixé, l’imagé lié ».

222 « Une ligne naît quand un point se déplace continûment et laisse des traces derrière soi » (I.H.F.).

223 « : le dépôt de cet imager est la seconde moitié ; le côté de l’être est l’être de cet imager, l’imager fixé et immobilisé » (I.H.F.).

224 Le texte du manuscrit est ici fort difficile à traduire : « Dieser Stoff aber ist so gestaltet, wie [er im] Bilden, als der ersten Hälfte das Bilden sich selbst construirt. Drum in seiner Einheit gestaltbar auf jede Weise, als das Bilden selbst möglich ist ». Nous avons adapté en tenant compte de la lecture d’I.H.F.

225 Développement de tout cela par I.H.F. : « Tout schème est, dans sa matière, l’imager immobilisé : l’imager en tant que matière, concrétion. Il n’y a donc pas de schème à moins qu’il n’y ait un fixer d’un certain imager, lequel est certainement conforme à la loi ; il faut donc que, dans le schème, la loi soit représentée comme dans sa matière. Comparons notre exemple précédent : dans l’effectivité de la loi, intuition et concept sont complètement fusionnés en une unité organique d’un être-image : X et son concept sont Un : dans l’intuition-de-soi de l’entendement, dans le schématiser, l’identité des deux entre en scène. Qu’est cette identité ? L’imager qui s’est déposé et qui est devenu un être stable au moyen de la forme objective de l’entendement. Son expression est tout à fait celle de la loi, l’identité des deux, le « par » absolument réciproque ; l’unité organique de l’intuition et du concept est imagée à même la matière de l’imager, à même la relation réciproque : et ce schème est ainsi composé de deux éléments : 1) des composants de tout schème, de l’imager transformé en matière, 2) de la forme de l’imager déterminé qui, en lui, est transformé en matière, c’est-à-dire l’image de la loi de la connexion absolue entre concept et intuition ».

226 « der Ausdruk (sic) das Gesez (sic) ». I.H.F. corrige : « l’expression de la loi ».

227 Reformulation par I.H.F. : « L’image de l’être-principe, unie à la matière générale de l’image, donne l’image de la force : (mais dans la simple image, sans aucune extériorisation de la force, car si la loi formelle était effectivement principe, alors elle serait dans l’être, l’être serait imagé d’après elle, et la loi ne se tiendrait pas là, à part, dans l’image) ».

228 « durchaus ungebildet » : bilden, généralement traduit ici par imager, signifie couramment former ; les deux sens doivent être conservés ici.

229 Einsicht.

230 « de tous les schèmes » (I.H.F.).

231 « la loi à partir de laquelle la multiplicité procède nécessairement de cette unité » (I.H.F.).

232 « de l’intuition et du concept » (I.H.F.).

233 « relativement à l’intuition X » (I.H.F.).

234 « ce point du ‘se poser en tant qu’étant’ » (I.H.F.).

235 « dans ce poser en tant qu’identité » (I.H.F.).

236 = le « ‘par’ vivant de l’intuition par le concept, et inversement du concept par l’intuition » (I.H.F.).

237 « l’être de l’identité » (I.H.F.).

238 * Le « est » catégorique nude et simpliciter positum. Note de J. G. Fichte.

239 « cette identité » (I.H.F.).

240 « et pourtant l’entendement est posé en tant que cette identité, mais c’est seulement dans l’image que l’entendement a de soi, dans cette image en tant qu’image de l’identité, que cette identité est posée en tant qu’étant » (I.H.F.).

241 « le dernier ‘est’, dans la proposition : l’entendement est ceci et cela, est un imager de l’être, qui est manifeste à soi-même en tant qu’imager » (I.H.F.).

242 « Par contre, le premier ‘est’ n’est justement qu’image de l’être, à savoir dans la forme de l’intuition objective » (I.H.F.).

243 « dans le poser de cette identité » (I.H.F.).

244 « Qu’en résulte-t-il alors ? Précisément un a, b, c, et voilà tout ? Non, mais à a, b, c sera purement et simplement liée une image de ce a, b, c, et une image de soi-même » (I.H.F.).

245 « dans la mesure où, ici aussi, le concept se pose en tant que reflet de l’immanence originaire à soi-même. » (I.H.F.).

246 « que l’entendement en tant qu’absolue immanence à soi est imagé dans le concept » (I.H.F.)

247 « c’est-à-dire au cas où X est » (I.H.F.).

248 « l’entendement est tout son être dans l’image ; par conséquent, s’il est concevoir, alors il est ce concevoir dans l’image » (I.H .F.).

249 « Cette image est justement le représenter même. Dans le représenter, une image = X est purement et simplement unie au concept de celle-ci en tant qu’image » (I.H.F.).

250 de façon immanente.

251 Le texte établi par I.H.F. se termine ici.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/12192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 848 octets

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search