Version classiqueVersion mobile

Parures d’or et de gemmes

 | 
Valérie Gontero

Première partie. Le miroir du prince

Chapitre III. Largesse et circulation des présents

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des vêtements d’apparat aux appartements richement décorés, la richesse du prince se conjugue sur le mode de l’ostentation. Le palais recèle ses richesses – regalia et autres trésors d’orfèvrerie -, constamment ou périodiquement exposées à la vue de tous. Cette mise en scène apparaît comme un devoir : le spectacle de l’or et des gemmes constitue une promesse de largesse. En échange de leurs services et de leur fidélité, les hommes du prince peuvent espérer une redistribution partielle des richesses qu’ils contemplent. Cependant, l’exercice de la largesse, qui doit trouver le juste milieu entre prodigalité et avarice, ne se fait pas aveuglément. Dans l’espace urbain, la largesse sert de pierre de touche à l’exercice du pouvoir royal, comme nous l’avons vu : l’avarice et la thésaurisation se soldent par la destruction de la ville. À côté de ces exempta-repoussoirs, les romans antiques proposent au prince un mode d’emploi de la largesse, matérialisée par la circulation des présents. Il...

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search