Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome III

 | 
Georges Lote

Deuxième section : la phonétique de la rime

Chapitre premier. La période de l’ancien français1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Les voyelles et diphtongues orales.

Dans le système de l’assonance, auquel ont été soumis les premiers textes de notre littérature, rien ne compte que la voyelle tonique du mot placé à la fin du vers. Au contraire, les consonnes dont elle peut être suivie n’ont joué un rôle apprécié qu’à partir du moment où la rime a été introduite dans notre poésie. Il suit de là que l’étude des voyelles est d’un intérêt primordial : elles forment, en effet, la base fondamentale et l’élément commun de ces deux phénomènes, dont la nature est la même et qui ne diffèrent lun de l’autre que dans le détail.

Les assonances de nos plus anciens textes ont donné lieu à de nombreux commentaires, dont les plus notables sont ceux de G. Paris. Sainte Eulalie est assonancé de deux vers en deux vers, mais six de ces vers se terminent par la finale ie : comme le poème est très court les renseignements phonétiques qu’il nous apporte ne sont par conséquent pas très abondants. La Passion nous montre des a mélangés ...

© Presses universitaires de Provence, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter