Version classiqueVersion mobile

Histoire du vers français. Tome III

 | 
Georges Lote

Deuxième section : la phonétique de la rime

Chapitre premier. La période de l’ancien français1

Texte intégral

I. Les voyelles et diphtongues orales.

  • 1 La matière se divise en deux parties. L’une embrasse l’ancien français proprement dit et s’étend ju (...)

1Dans le système de l’assonance, auquel ont été soumis les premiers textes de notre littérature, rien ne compte que la voyelle tonique du mot placé à la fin du vers. Au contraire, les consonnes dont elle peut être suivie n’ont joué un rôle apprécié qu’à partir du moment où la rime a été introduite dans notre poésie. Il suit de là que l’étude des voyelles est d’un intérêt primordial : elles forment, en effet, la base fondamentale et l’élément commun de ces deux phénomènes, dont la nature est la même et qui ne diffèrent lun de l’autre que dans le détail.

  • 2 Les sons dialectaux sont classés à la suite des sons français au moyen de lettres grecques.

2Les assonances de nos plus anciens textes ont donné lieu à de nombreux commentaires, dont les plus notables sont ceux de G. Paris. Sainte Eulalie est assonancé de deux vers en deux vers, mais six de ces vers se terminent par la finale ie : comme le poème est très court les renseignements phonétiques qu’il nous apporte ne sont par conséquent pas très abondants. La Passion nous montre des a mélangés avec des an, des e avec des en, ce dont les philologues ont tiré certaines conclusions. Saint Léger nous présente douze voyelles et diphtongues différentes à l’assonance, toutes masculines. Il n’y en a que huit dans Saint Alexis, auxquelles il faut ajouter des variétés féminines qu’on voit déjà paraître dans la Passion. La Chanson de Roland au contraire est plus riche, encore qu’elle n’épuise pas la série de toutes les toniques qui peuvent prendre place à la fin des vers, ainsi que l’a fait observer H. Suchier. Bien que tous ces poèmes se répartissent sur une durée assez considérable de deux cents ans environ, et qu’ils précèdent la grande éclosion du Moyen Age, ils ne sauraient être, dans un ouvrage aussi général que celui-ci, traités à part. On a donc préféré un exposé unique, où, rubrique par rubrique, ils pourront être représentés. En conséquence, les voyelles et les diphtongues seront étudiées une par une, avec l’indication de l’évolution qu’elles ont accomplie, et l’explication des principales combinaisons où elles sont entrées. Ensuite il conviendra de formuler les conclusions qui ressortiront de cette enquête, basée sur le français proprement dit, mais où les dialectes2, dont l’importance a été si grande dans les œuvres littéraires de l’époque médiévale, auront la part qui leur revient. Les transcriptions phonétiques, quand il y aura lieu, seront faites au moyen de l’alphabet dont se sont servis l’abbé Rousselot et J. Gilliéron.

  • 3 J’ai suivi l’ordre alphabétique en me basant sur l’écriture. Cette classification est bien évidemme (...)

3A3

4Le latin vulgaire a légué au français un seul a qui avait un timbre moyen. Plus tard ce son s’est ouvert devant l’r, le v ou le j (à), ou bien il s’est fermé en á. Dans ce dernier cas, il s’est formé par suite de l’effacement d’une s consécutive placée devant consonne (pasta > paste > pâte), ou bien il s’est imposé dans des mots qui n’appartenaient pas au fond primitif de la langue. Notre a provient :

  1. De latin entravé : caballum > cheval, quartum > quart.

  2. De latin libre dans les mots savants, comme pape, opaque, vivace.

  3. De figurant dans des mots empruntés à d’autres langues romanes où il est régulier, comme salade, muscat.

  4. De latin proclitique libre dans des mots employés ensuite en position tonique : malum > mal (cf. malum > met).

5α. De ᾳ latin libre devant l. Ce traitement est étranger au français proprement dit. Il est dû au fait que l’l, dans certains dialectes, recule son point d’articulation, et que l’extrémité de la langue, au lieu de porter contre les alvéoles des dents supérieures, s’applique plus en arrière contre le palais, ce qui transforme d’une manière plus ou moins sensible l’l normal en a. Alem > al est fréquent en Normandie. Wace (R. de Rou) présente altretal : cheval ; mal : mortal. On retrouve ces rimes, où se glissent des mots d’emprunt, dans beaucoup d’autres textes : ostal : seneschal ; temporal : senescal dans la Vie de saint Eustache. L’auteur de Pyrame et Tisbé écrit :

Quant fu issue de la sale
Et ele devaloit l’eschale (v. 632-3)

6E. Busch en a donné des exemples tirés d’ouvrages anglo-normands du xive s.: espirital : mal ; criminals : mals ; lécherai : chival, etc... Cette phonétique dépasse les frontières de la Normandie, elle n’est inconnue ni à Étienne de Fougères, ni à Benoît de Sainte-More, ni même au champenois Chrétien de Troyes, chez qui on découvre mortal, peitral, anperial, igal, mots qui, sans doute, ne sont pas tous savants.

7β. De ᾳ latin libre devant une consonne nasale. Ce fait est particulier au Poitou. Les formes fam, van, au lieu des formes françaises en ai, se rencontrent dans la Vie de sainte Catherine.

8γ. En Franche-Comté, il peut résulter du développement secondaire d’un è plus ancien, provenant lui-même d’un é primitif entravé dans les suffixes ĭttum et ĭtia, d’où, dans l’Ysopet de Lyon, solaz (solatium) : solaz (solittus) ; place : simplace (-ĭtia) : ou bien il peut être issu d’un è latin entravé. Cf. iguales : baies (bellas) dans le même texte.

9A : AI. Cette combinaison se présente dans nos plus anciens textes : masculine ou féminine, elle assone en a, et ai est articulé ᾳy :

Sanz Pedre sols seguen lo vai
Quar sua fin veder voldrat. (Passion, 42, ab)

  • 4 Thurot, Pron. Franç., t. I, p.292.

10Cette prononciation reste longtemps vivante, puisqu’elle nous est encore attestée dans certains cas non seulement par Th. de Bèze, mais encore en 1630 par Du Gardin qui la représente comme un trait wallon4. On en a des exemples en vers jusque dans les premières années du xiiie siècle ; des poèmes comme la Prise de Cordres, le Charroi de Nîmes, les deux rédactions du Moniage Guillaume, Doon de la Roche, admettent très volontiers le mélange a : ai ; Aucassin et Nicolette le fait encore. Cependant ai de bonne heure tend à prendre le son de ei (èy) pour aboutir à è. Le changement ainsi opéré n’est certainement pas tout à fait récent quand l’auteur de la Chanson de Roland nous permet de le constater : souvent il range ai dans les laisses en a : sunjat, Ais, mals, leuparz, asalt, etc. (L. 57) : souvent au contraire il le range dans les laisses en è : Ais, fer, paleis, serf, jamelz, ait, plait (L. 269). D’autres poètes, comme celui de la Prise de Cordres, et celui des Enfances Guillaume en font autant. Mais plus tard, sauf dans les dialectes de l’Est, ai ne rimera plus qu’en e : Chrétien de Troyes déjà le sépare complètement de a qui chez lui ne peut faire écho qu’avec lui-même.

  • 5 Wahlgren, Sur la question de l’i parasitique dans l’ancien français dans Mélanges J. Vising. 1925.

11Dans les finales -ail et -aille, qui représentent a + l mouillée (l), l’assonance se fait d’abord en a, mais la Chanson de Roland présente la laisse Burdele, resne, Valterne, escantelet, ventaille, etc. (L, 100), ce qui sollicite une prononciation ai-lle en e. Même remarque pour les terminaisons -ace et -age, écrites -aice et -aige, où l’i marque la palatalisation de Va devant la consonne qui suit : c’est à une époque tardive que certains de ces mots, placés à la fin du vers, laisseront supposer une prononciation en e sur laquelle il y aura lieu de revenir. Enfin, en Lorraine et en Franche-Comté, où un i parasi-tique s’ajoute bien souvent à l’a tonique5, la rime est généralement en a ; porchaisse : chasse se trouve dans la Guerre de Metz ; pourtant, en suivant les indications de l’écriture, cet ai peut être articulé ay ou e et rimer ainsi. Pour plus amples développements je renvoie à la rubrique AI.

12A : AN. La question sera examinée à propos de AN.

13A : AU. La diphtongue u, ou au résulte de la vocalisation d’une l devant consonne, et qui est primitivement accentuée sur son premier élément, s’accorde d’abord en a. Ainsi, dans le Moniage Guillaume II, le mot Guillaume trouve place neuf fois dans des assonances en a. Il en est de même pour sans (salsus) et pour aube dans Doon de la Roche, pour aut (altum) dans les Enfances Guillaume, etc. Dans les textes rimés cet au ne pourra plus être associé qu’avec lui-même ; cependant il ne se réduira à un son simple qu’à la fin du xvie siècle. Quant à l’au de l’Est et du Sud- Est, où l’u s’est développé devant un b ou une l étymologiques, il est rare qu’il rime en ; cependant diauble : profitable se rencontre dans la Guerre de Metz, à moins qu’il ne faille lire profitauble, selon les habitudes ordinaires de ce texte.

  • 6 Cependant une laisse en e des Enfances Guillaume contient le mot volage à l’assonance (v. 1794), à (...)

14A : E. Cette rime est assez tardive. D’une part l’a, surtout devant l et r, peut prendre un timbre si aigu qu’il peut presque se confondre avec l’e ouvert, et de l’autre celui-ci, qu’il soit originairement tel, ou qu’il le soit devenu à partir de é, peut s’ouvrir au point de ne pas être différent de cet a. Il en résulte une égalisation des deux sons et parfois des échanges dans la graphie. De telles combinaisons sont plus anciennes que le xve siècle, où on les signale généralement. On les rencontre pour la première fois chez Rutebeuf6 : large : sarge (= serge) ; armes : larmes (lacrimas > lairmes, lermes, ouvert en larmes, et qui a conservé cette orthographe) ; laverne : espergne (espargne). Cette prononciation est populaire à Paris, comme l’a fait observer Marot dans son édition de Villon. Mais elle existe aussi en Franche-Comté ; il y en a des exemples chez G. Priorat, estre : combattre ; ardent : pardent (= perdent) ; isneles : baies ; bele : apale ; elle n’est pas inconnue à l’anglo-normand.

15AI

16Cette graphie représente :

  1. A latin + yod : major > mai ; cantai (class. cantavi) > chantai : plaga > plaie, etc.

  2. La tonique du suffixe latin -arium dans des mots savants : contraire, ordinaire, sanctuaire, dromadaire, etc.

  3. Elle est le signe de ᾳ latin entravé devant l’l mouillée (l), rendue par ill dans le corps des mots, ou par il à la désinence : macula > maille ; muralia > muraille ; alium > ail.

17α. En Normandie occidentale, elle provient de ᾳ latin entravé devant une l qui se résout en y quand elle est suivie d’une consonne : *tripaliet < travail.

18β. Elle résulte de l’introduction après l’a d’un i parasitique, que cet a soit tonique et entravé (cf. p.142) ; saige, coraige, mairz quaitre, etc. ou qu’il soit atone dans des monossyllabes : lai, sai, jai. L’ai ainsi formé est un trait proprement oriental qui se manifeste au xiie siècle et se généralise à partir du xiii; il se propage dans un vaste territoire et ne pénètre que tardivement à Paris. Dans ce dernier cas, la prononciation a généralement été a, avec un son assez ouvert. Cette nuance de sens n’était pas toujours notée par l’écriture. Thibaut de Champagne écrit souvent coraje à la rime, mais on trouve chez lui coraige : sauvage, faice : efface ; le Roman de la Rose I présente toujours age et ache, sauf dans outraiges, couraiges, passaige ; le timbre de l’a ordinaire est sollicité dans certaines laisses du Charroi de Nîmes (1. 43 et 49), où guionaige, saiche, erraiche, enraige, saige se glissent au milieu de fins de vers en a. D’autres textes cependant prouvent l’existence, d’après l’écriture, d’une prononciation en ᾳy ou èy, qui évolue en è, mais qui peut, comme tous les è, avoir passé à è dans certaines régions. Si la graphie par e ne se rencontre pas dans le Poème moral, ainsi que le fait remarquer Cloetta, elle n’est pourtant pas inconnue ailleurs, et ege se substitue parfois à aige, comme eche à aiche ; il suffit de citer seche (sapiat) : teche (tache) chez Priorat. Ce dernier poète réunit aussi lai (illac) : delay (subst. verbal de delayer) : les Estampies françaises groupent vrai : jai (jam) : partirai ; j’ai déjà signalé scelaisse : desplaisse : porchaisse : chasse dans la Guerre de Metz. A l’époque ancienne, l’i parasitique ne se rencontre qu’exceptionnellement à l’Ouest ; par exemple Th. Pohl a rencontré chez Wace amasses : quidaisses, parlaissent : retornaissent, à côté de racontasse : masse, il a expliqué ces graphies en les attribuant à un copiste originaire du Nord-Est.

19Devant l, la prononciation est a à l’origine, et elle est demeurée telle, d’ailleurs (cf. Al : EI) après quelques hésitations. Dans les autres catégories (1 °, 2°, α) elle était primitivement ᾳy. L’évolution de la langue rend compte de bien des rimes qui, à première vue, pourraient surprendre.

20AI : A. Cette association est régulière à l’époque la plus ancienne des assonances, lorsque ai était articulé y, mais elle ne peut former une rime. Je renvoie à A : AI où le cas a été examiné.

21AI : E. Ai, prononcé y, s’est déjà ouvert (èy) à la fin du xie siècle, et bientôt il peut assoner en è. Puis il commence à devenir monophtongue dès les premières années du xiie, ce dont font preuve des échanges de graphie assez fréquents, dont le premier exemple se rencontre dans Saint Brendan. A partir de ce moment, on le voit peu à peu rejoindre tous les autres e, avec lesquels les poètes prennent l’habitude de l’associer.

22Ce fait pose la question de savoir quel a été le timbre de cet e issu de y primitif, et, d’une façon générale, quel a été le timbre des e français. Question fort obscure, qu’il est difficile de résoudre, car l’écriture ne nous renseigne pas. « J’aurais voulu distinguer l’e ouvert de l’e fermé, l’o ouvert de l’o fermé, écrit G. Paris dans son édition de Saint Alexis : mais il règne encore, au moins pour moi, trop d’incertitudes sur la répartition de ces deux paires de voyelles... pour que j’aie osé le faire.» Une telle remarque est surtout vraie pour l’e. Nous distinguons historiquement deux variétés de cette voyelle : l’e ouvert (è), provenant de l’ĕ latin entravé, et l’e fermé (é), issu soit de ᾳ libre, soit de ē, ĭ latins entravés. Tels sont les deux timbres à l’origine. Certains romanistes, lorsqu’ils rencontrent dans la suite ai rimant avec des é, supposent que ces é se sont ouverts, que père a été articulé père comme de nos jours, que mésse est devenu mèsse, mais que ai au contraire est resté ouvert. Il ne semble pas qu’il en ait toujours été ainsi. On peut en effet constater qu’aujourd’hui il y a des régions de France où le son è n’existe pas, et où il est toujours remplacé par é, des territoires ou ai est articulé è, en Lorraine par exemple et dans l’Ouest, où l’on dit mére, pérd, enfér, séc, léttre, láisse, páire, etc. Cette fermeture du son, dont il y a déjà des traces au xiie siècle, ne s’opère guère sur une grande échelle qu’au milieu du xiiie, mais nous ne pouvons la saisir que dans le cas ou ai s’accorde avec L’é issu de latin libre. Quand il fait écho à un è primitif, il est bien difficile de savoir si ces deux voyelles étaient restées ouvertes, ou si toutes les deux s’étaient fermées : de nombreuses actions analogiques peuvent bien s’être exercées tour à tour ; il est légitime de supposer que bien des, e originairement ouverts sont devenus fermés, puis se sont ouverts à nouveau devant consonne, ce qui serait le cas de fer, elle, enfer, faire, contraire et autres mots semblables, qu’il y a eu des flottements utilisés par les poètes, et qu’eux-mêmes parfois n’ont pas été très stricts.

23G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

24Les premiers exemples de l’équivalence de ai et de è, ainsi qu’il a déjà été dit (cf. A : AI, p.142) se rencontrent dans la Chanson de Roland. Ensuite les versifications développent ces mélanges, d’abord devant deux consonnes, en manifestant quelques nuances dans leur usage. Le moine Benoît, auteur de Saint Brendan et Philippe de Thaon se montrent encore assez timides : le premier ne rime qu’une fois ai contre e, devant deux consonnes dans termes : lermes (lacrimas > lairmes) ; le second présente maistre : Silvestre, paistre : beste. Thomas, auteur du Roman de Tristan, ne se permet d’unir ai et e que dans palestres : mestres, ou en voyelle entravée finale, pales : apres, lais (lxo) : apres, fes (fscem) : apres — association que Suchier a rencontré pour la première fois dans la Chanson de Croisade de 1146 — mais sans consentir à employer ai : e en syllabe ouverte. Jordan Fantosme, Chardri et Simon de Freine font souvent rimer ai et e. Sur le continent, on peut signaler mestre : senestre chez Etienne de Fougères, est : plaist, terme : lerme, estre : maistre chez Chrétien de Troyes, lais : travers, estre : maistre dans le Roman de Troie ; Magdalene : certene chez Guiot de Provins, maistre : destre chez André de Coutances, senestre : mestre chez Hélinant. On peut admettre le son è dans toutes ces rimes, surtout dans les plus anciennes : l’e y est en effet issu soit de l’è latin entravé (senestre est analogique de destre), soit de l’è dans des mots savants (beste et Magdalene) où il avait pris le même timbre.

25Cependant dans la seconde moitié du xiie siècle déjà, Jordan Fantosme confond é avec è, le Roman de Troie accouple set (septem) : bait (batit > bel) ; plus tard on rencontre ele : debonere, mene : souveraine chez Rutebeuf, fait : met chez Ph. de Beaumanoir, pere : plere, mere : brere dans le Roman de Fauvel ; Herbert le Duc, à la rime, écrit paire au lieu de pere. 11 faut ici considérer que ai sonne é. Mais, à partir du moment où de tels accords deviennent fréquents, nous ne pouvons plus savoir, à cause des influences analogiques, si ai : e riment en è ou en é, sauf, je le répète, quand il s’agit de l’é provenant de l’a libre. Il est permis de croire que le timbre variait selon les régions. Nous constatons pourtant que le son de l’ai se ferme définitivement dans certaines formes verbales, à la première personne des futurs et des passés simples de l’indicatif, ainsi que dans j’ai et je sai. Cumbatrai, dans la Chanson de Roland, assone en è avec les mots Pinabel, isuel, mais, plaiz, ait, fait, cerf (l. 277). Dès le début du xiiie siècle, il en est autrement. Une laisse des Narbonnais servira d’exemple :

Amis, fet il, or soient cist conté,
Andementiers qu’a l’ostel m’en iré.
Ne puis atandre tant qu’i soient nonbré.
S’i vos en faut, volentiers vos randré,
Tant que paié serez a vostre gré. (v. 1458-62)

26A peu près à la même époque, on relève esguardai : trouvé chez Gautier de Dargies, aé : ferai, aurai : volenté dans le Roman de Renaît, dirai : remiré, je sai : pensé, j’ai : volenté dans le Roman de la Rose, I. Cette prononciation a subsisté.

27AI : El. « Chez les Anglo-normands dit Suchier, ei (prononcé éy) est devenu ai (prononcé èy) surtout devant s, r, d, t, c’est-à-dire dans les terminaisons eis, eise, eire, eide, eit, eite, avant que ai se soit contracté en è ; il a donc participé à cette contraction.» Thomas, dans son Tristan distingue toujours ai de ei ; Jordan Fantosme et Chardri les mélangent assez peu souvent ; Gaimar, l’auteur d’Adgar et celui de la Vie de saint Thomas ne s’en font pas scrupule ; chez Augier, Suchier a relevé toleite : faite, fait : Beneeit, eit(habeat) : dreit, fait : reçait (recĭpit).

28Une remarque spéciale doit être consacrée à la terminaison -ail (fém. -aille) qui équivaut à a + l. En certains points du territoire, elle rime avec -eil et -eille (é + l), ce qu’on peut expliquer comme suit : ou bien, dans eil comme dans ail, la mouillure s’est détachée de bonne heure de la consonne pour former diphtongue avec la voyelle tonique, puisque, dans la Chanson de Roland, conseil et vermeille se rencontrent dans une laisse en ei, et les deux désinences se sont accordées en èy (dans l’Est eil évolue jusqu’à oil, cf. consĭlium > consoil) ; ou bien il est loisible de conjecturer que l’l restant telle, l’é de él s’est détendu jusqu’au point où il a rencontré l’a de al. Les échanges de graphies sont fréquents. On trouve peille (palea > paille) : conseille chez Et. de Fougères : d’autre part E. Busch a relevé, dans divers textes anglo-normands du xive siècle travaille : counsaylle, travaylle : mervaylle, oraille : esposaille, faille : merveille ; la Guerre de Metz présente de son côté mureille : aille, merveille : saille, saille : conseille. Au contraire, chez Chrétien de Troyes, ail ne rime qu’avec lui-même.

  • 7 Fr. Brunot, t. I, 4e éd., p.333.

29AI : Ol. Dans un domaine mal défini, qui comprend le Centre et l’Est de la France, mais qui ne s’étend ni au normand ni a l’anglo-normand, ai, quand il est arrivé au stade èy, a parfois suivi le sort de cette dernière diphtongue, qui a évolué en ǫy. On le rencontre donc parfois, avec la graphie oi en accentuation ascendante (wę), surtout derrière une consonne labiale, et ainsi, au xiiie siècle, il peut rimer avec toutes les diphtongues écrites oi, de quelque origine qu’elles soient, qui se confondent dans une même prononciation. Il reste d’ailleurs bien entendu que ai monophtongue peut aussi s’accorder avec le second élément de oi articulé wę. Fauvel, à côté de palaiz : balaiz, donne paloiz : galoys. D’autre part, dais et marais, au lieu de dois et marois, entrent déjà dans une laisse en ois de Florence de Rome : F. Brunot7 a cité un certain nombre de rimes semblables, j’aie : joie (Contes dév.), paie : envoie (ib.), voire : exemplaire (ib.), qui grant honte ait : repost s’estoit (R. de la Rose, I) ; on relève encore chez Jean de Meung veraies : joies, chez Rutebeuf moi : esmoi : mai, dans Fauvel vraie : guerroie, dans la Passion du Palatinus faire : gloire, retraire : gloire, etc.

30AU

31Cette diphtongue française a diverses origines. Elle provient :

  1. De è latin (class. ĕ), entravé par l + consonne ; dans cette position l’l se vocalise, tandis qu’un a se dégage après l’è, ce qui provoque la formation d’une diphtongue ęau qui passe ensuite à e; à ce point l’e est absorbé par la voyelle suivante dans le Centre de la France, tandis qu’il se consonnifie et aboutit à iau dans les dialectes du Nord-Est. Cette vocalisation commencée au xe siècle, ne produit ses effets à la rime qu’à partir du second quart du xiie siècle, mais souvent n’est pas notée dans l’écriture. Ex. castellus > chasteaus (picard castiaus), bellus > beaus (pic. biaus).

  2. De - lis, -les latins dans un certain nombre de mots où la conservation de cet a est dialectale ou due à une influence savante (cf. A, α, p.141) ; il s’agit donc de a libre + l vocalisée + s. Ex.: legales > leials, loiaus, regalis > reials, roiaus. Parfois 17 est maintenue dans l’écriture bien que la vocalisation soit déjà faite ; Sainte Catherine associe orientauz : mals, esperitals : charnauz.

  3. De a entravé par l et par l + consonne, 17 perdant sa mouillure devant cette seconde consonne et se vocalisant. Ex.: *tripliu(m) + s > travalz > travaux, salvum > sauf, alterum > autre.

  4. De a entravé devant deux l dont la première seule se vocalise. Cette rubrique ne concerne que le mot spatula > espaule, où le groupe consonantique t’l se change en ll par assimilation.

  5. De au latin dans des mots savants. Ex.: causa > cause ; cf. clause, fraude, etc.

32α. En Bourgogne, en Franche-Comté, en Lorraine, en Wallonie, et dans certains textes jusqu’en Picardie, de entravé par bl ou b’l, par suite de la vocalisation partielle ou totale du b. Ex.: tbula > tauble, et même taule, ambilem > amauble, amaule ; Priorat fait rimer faubles (= fbulas) : movaubles, et faubles : profitaubles ; li Dis dou vrai Aniel présente caritaules : veritaules. Le même phénomène se produit également quand a est entravé par ll ou l + yod ; cabllum aboutit à chevaul, triplium à travaul ; l’Ysopet de Lyon associe saule (= salla) : espaule, Girart de Roussillon baule : espaule. Il se manifeste encore quand l’ est libre devant l simple ; Priorat écrit taules (= taies, féminin) : paules (= palas), loiaul : aul (= *ale, au lieu de aliud).

  • 8 En Champagne, vŏlet est rendu par vialt, viaut, dŏlet par dialt, diaut. Chez Péan Gatineau, on trou (...)

33β. En Champagne, en Franche-Comté, en Lorraine, en Wallonie, même dans le Centre de la France, et dans l’Ouest seulement après 1280, de diverses voyelles françaises plus anciennes, suivies d’une l ou d’une l mouillée qui se vocalisent devant s ou devant une autre consonne. Ainsi è + l, é + l, ò + l, ié + l viennent converger en au ou iau et rejoignent les mots en a + l. Voici des exemples, avec indication des sons d’origine : dans Gautier de Coincy, hauz : con-sauz (= conseil + s) (a : é), haus : solaus (= soleil + s) (a : é) ; dans Rutebeuf, hiaume : royaume (è : a), oiziaux : maux (è : a), ciax (= caelos) : biax(ié : è) ; dans le Manuscrit bourguignon, ans (= ĭllos) : maus (é : a) ; dans Priorat, jovanciaux : iciaux (= ecce illos) (è : é) ; dans Philippe Mousket caus (= clidos) : sans (= sŏlidos) a : ò), consaus : faus (è : a), ceviaus (= capĭllos) : bliaus (é : a) ; dans Chrétien de Troyes, jaude (= *gĭlda) : chaude (é : a) ; oisiaux : biaux (è : è)8. De la sorte des mots latins aussi différents que oculos et melius peuvent aboutir à des formes qui s’accordent, et on lit dans Cligès :

Tant com il pueent la convoient
De la veüe de lor iauz,
Et par ce qu’il les puissent miauz
Et plus longuement esgarder. (v. 258-61)

34Ces égalisations sont plus ou moins étendues selon les dialectes.

35En Lorraine, -ěllos donne -és ou -eis avec chute de l’l ; -ĭllos au contraire produit -eaus et -iaus ; chez le champenois Chrétien de Troyes, -ěllus > iaus ne rime qu’avec lui-même, tandis qu’en Picardie -ěllos et -ĭllos finissent par se confondre en -iaus. Tous ces faits s’expliquent par une seule cause : l’l, avant de se vocaliser, déplace le point d’articulation de chacune de ces voyelles qui se fixent en a.

36γ) En Picardie, et à l’Est de la France, au représente parfois ŏ entravé par l + cons.; on a donc sŏlidos > saus, vŏlere + at > vaura ; de pareilles formes se rencontrent chez Chrétien de Troyes.

  • 9 Th. de Bèze nous dit au xvie siècle qu’on prononce bęaos en Normandie ; Meigret indique tchevos (c (...)

37La diphtongue au, on vient de s’en rendre compte, n’est pas primitive en français ; les mots d’emprunt où elle se manifeste n’apparaissent eux-mêmes qu’au xiie siècle ; elle ne se rencontre pas dans la liste des assonances de nos plus anciens poèmes, car ceux-ci sont antérieurs à l’époque où l’l a été vocalisée. Elle sonne ao pendant tout le Moyen Age, tandis que eau se prononce d’obord eao, puis oeo, o9 et iau, qui s’avance jusqu’à Paris au xiiie siècle, yo. Elle ne prend de bonne heure un son simple o que dans les régions du Nord-Est et du Sud-Est ; tabula, d’abord taule, se rencontre sous la forme tole en Wallonie ; Priorat écrit fole (= fbula) : parole ; mais on peut se demander si autre : porte, qu’on lit dans Beaumanoir, n’est pas un à peu près. La prononciation par o ne s’établira dans la langue littéraire qu’à la fin du xvie siècle. Tous les au riment ensemble ; ils s’accordent même avec eau et iau dès que, dans ces triphtongues, l’accent s’est fixé sur l’a.

38AU : A. La question a déjà été traitée : cf. p.143.

39È

40Il est le résultat :

  1. De è entravé du latin vulgaire (class. ě et è), sauf lorsque la première des deux consonnes formant entrave est une nasale : fęrrum > fer, hibęrnum > iver, tęsta > teste.

  2. De é latin dans les mots savants : il y a donc eu changement de timbre, ce que les assonances attestent dès la plus haute époque : dès la Chanson de Roland, prophète (prophēta) figure dans une laisse en è.

  3. De è dans des mots savants terminés en latin par -ěria, ěrium, manere, matere, mistere, cimetere.

  4. De è posttonique du latin classique dans des noms propres d’emprunt. Le Roman de Troie assemble Jupiter : enfer, Teücer : fer.

  5. De ò (class. ŏ) libre, diphtongué d’abord en ue, mais où le premier élément bilabial a disparu lorsque cette diphtongue, primitivement descendante, est devenue ascendante. La réduction ainsi définie est assez fréquente en anglo-normand. Suchier a cité demere (demorat, class. demoratur) : pere dans Augier. Avuec est devenu avec, qui a subsisté. Le Roman de la Rose II réunit vieille (*věcla) : veille (vŏleat), qui devrait être vueille, et qui se décompose en vèille.

  6. Depuis le début du xive siècle, de la diphtongue oi articulée qui perd quelquefois son élément initial. Croistre, souvent prononcé crestre, peut donc, à partir de cette époque, rimer avec děx-teram > destre et même s’écrire craistre — Sur AI : OI, cf. p.148.

  • 10 Il en est de même dans le Poème moral.

41Le son est primitivement celui de l’e ouvert. Dans les plus anciens textes, les terminaisons en è sont sévèrement séparées de celles en e fermé. La Chanson de Roland et le Couronnement de Louis maintiennent cette distinction, qui subsiste dans certains textes de date plus récente : Robert le Diable, à la fin du xiie siècle, ne mélange pas les trois e ; celui qui vient de libre et qui sonne é ne rime qu’avec lui-même10 ; les deux autres restent différents : on a d’une part pucele, bele, terre, querre, etc., qui sont en è, de l’autre dreche, destreche, letre, entremettre, etc., qui sont en é. Mais à cette époque, la confusion a déjà commencé, ainsi qu’on va le voir par ce qui suit (cf. È : É).

42È : A. Cette rime apparaît déjà au xiiie siècle : elle a été précédemment étudiée, cf. p.143.

43È : AI. Même observation, cf. p.145.

  • 11 A. Tobler, V. F., p.187, n.

44È : É. Il faut mettre ici à part des cas d’analogie évidents, comme senestre (= sinĭstram) : destre (= děxteram), dont a usé Benoît de Sainte-More, cesse (= cēssat) : presse (= prěssat) qu’on rencontre dans Li biaus Desconeüs, ou des échanges de suffixes, comme damei-selles (-ěllas) ancelles (ĭllas), qu’on relève chez Étienne de Fougères. Le cas visé est au contraire celui d’une assimilation qui commence de très bonne heure, d’abord en anglo-normand, et selon laquelle è se confond avec l’é issu soit de ᾳ latin libre suivi de consonne, soit de é latin entravé. Sans doute Thomas distingue-t-il els (= illos) de bels (= bellos), mais, devant l seulement, et non pas devant r, il unifie l’e qui provient de ᾳ avec celui qui est issu de ě latin entravé : il fait rimer nuel (= nucle) : flabel (= flaběllum), leele : damisele, leele : apele. D’autres poètes insulaires unissent sans scrupules des mots comme trover : iver, ce qui est assez fréquent dans la Vie de saint Auban. (cf. supra, E 5, demere : pere). Ces habitudes s’étendent bien vite au continent. On relève chez Étienne de Fougères misere : lere (= latro), miseres : peres, chez Benoît de Sainte- More misere : compere, chez Gautier de Coincy tel : chastel, chez Rutebeuf ele (= ĭlla) : belle, ele(= ala) : escuele, dans le Roman de la Rose II, puceles : esteles. Tobler11a donné toute une liste de rimes semblables, repérés chez divers poètes, fer : bouter, pert (= pret) pert (= pěrdit), prael : loiel, chastel : el, ostel : contel. A l’Est, Priorat ne se prive pas de rimes analogues. On peut dire qu’à la fin du xiie siècle, la confusion est déjà presque générale.

  • 12 Romanische Studien, t. IV, p.564.

45Il est facile de constater l’unification, mais beaucoup moins de savoir en quoi elle a précisément consisté. Quel était donc le timbre auquel aboutissait l’è et les deux é ? Dans le français correct d’aujourd’hui, l’ latin libre se divise en é et en è, tandis que l’é et l’è entravés sont toujours è. Faut-il croire que les trois sons avaient été ramenés à è ? Uhleman12l’a prétendu en invoquant les rimes de la Vie de saint Auban, tel : aignel, pautoner : fer, cruele (*crudlem) : novele. Rien n’est moins sûr. Il faut au contraire admettre que l’a suivi de consonne et les deux è latins, s’ils sont devenus uniformément è sur une partie du territoire, au Centre et à l’Est, sauf en Lorraine, où le son est é, ont marqué çà et là, ainsi que le note Suchier, une forte tendance à conserver ou à prendre devant toute consonne un son fermé, surtout dans l’Ouest et en Lorraine, où l’on prononce souvent encore aujourd’hui féve, pére, vért, belle. La graphie ne nous donne pas le moyen de savoir quels étaient les poètes qui unifiaient en è et ceux qui le faisaient en é (cf. AI : E, p.145).

46È : EI J’y ai fait allusion à propos de AI : EI, cf. p.147). J’ajoute que ei peut résulter de l’introduction après l’e latin, ouvert ou fermé, d’un i parasitique, analogue à celui dont on constate souvent la présence après a (cf. AIβ, p.144). Je renvoie ci-après à la rubrique EI. Pour -eil et -tille, rimant avec -ail et -aille, cf. ci-dessus, p.148.

47É

48L’e fermé français provient :

  1. De l’ latin libre. Il en est ainsi dès nos plus anciens textes, quelle que soit la consonne dont il est suivi bien qu’on puisse admettre que le son avait d’abord été è, stade de passage de a à é. Ex.: fba > feve, nvem > nef, nsum > nes, clrum > cler, ptrem > pere. A cette catégorie appartiennent des mots en -arem, *bacalarem > bacheler, pilarem > piler ; Phil. Mousket associe bace-lers : clers ; baceler : aler.

  2. De l’é entravé du latin vulgaire (class. ĭ et ē), sauf quand la première des consonnes qui suivent est une nasale ou dégage un yod. Ex. mittere >. mettre, cler(i)cum > clerc, consilium > conse-il.

  3. De ě latin libre dans les formes atones de l’imparfait et du futur organiques du verbe être, (ere, er, etc.), ainsi que dans des mots où l ‘ě se trouve en hiatus devant un u posttonique, comme Děum > Deu, Andraeum > Andreu, Greu, Matheu, qui peuvent se réduire à Dé, Gré, etc. par chute de l’u ; dans ce dernier groupe, c’est l’influence savante qui a empêché la diphtongaison de l’ě, à côté d’ailleurs des formes régulières Dieu, Andrieu, etc.; claritet : Deu se trouve dans Saint Léger (34 cd.) ; Saint Alexis rassemble dans une même strophe degret, reposer, ert, mesaler, blamer ; Rute-beuf rime ere ěrat) : mere.

49α. De yod + a par réduction de à è. L’hésitation est ancienne dans des mots comme pitié, moitié, amitié, qui ont subsisté sous cette dernière forme, mais dont la diphtongue finale à cause de l’analogie des mots en -té, était souvent remplacée par é ; il y en a divers exemples dans le Castelain de Coucy ; le Vrai Aniel donne carité : pité. A partir du xive siècle, chièvre, marchié, laissier, bergier, ainsi que presque tous les mots analogues ont perdu le y de leur syllabe accentuée et sont devenus chèvre, marchè, laisser, berger, etc.; cette réduction était déjà habituelle chez les poètes anglo-normands depuis le milieu du xiie siècle : on en trouve les premiers exemples, dans Saint Brendan : chers : volunters, et dans Philippe de Thaon.

50β. De l’ + yod du suffixe -rium, de l’ě + yod du suffixe -ěrium, et, d’une manière générale, de ě + yod dans les dialectes poitevin et tourangeau, sans qu’on puisse savoir, dans ces deux derniers cas, si l’e représente une réduction de la triphtongue primitive iei, ou bien s’il s’agit d’une non-diphtongaison de lě latin, le yod s’étant partout effacé. La voyelle fermée qui subsiste en français rime avec celle qui est issue de l’ latin ou de l’ě entravé ou libre, prononcé localement é. La Vie de sainte Catherine donne primer : parler, cha-valler : cher, desputer : er (hěri), acer : fer (= fěrrum), empere (= impěrium, mot d’emprunt ancien) : chere. Péan Gatineau associe pree (= prěcat) ; demandée, peres : peres (= pějor + s), ere : impere. Le plus souvent ce traitement coexiste avec le traitement régulier. En outre, dans le Girart de Roussillon comtois, on trouve les formes ouvrer, conseiller, meurtrer, messaiger, etc., qui témoignent de la même particularité phonétique, dans laquelle Görlich ne voudrait voir d’ailleurs qu’un fait d’analogie.

  • 13 A. Tobler, V. F., p.187, n.

51γ. De l’ě et de l’ē latins libres, soit qu’ils n’aient jamais été diphtongues, le premier devant l’être en ie, et le second en ei, oi, soit qu’ils l’aient été primitivement et que la diphtongue, à l’état d’accentuation ascendante dans le premier cas, et descendante dans le second, ait été réduite à é, en perdant chaque fois son élément semi-consonantique. Comme les formes non diphtonguées coexistent souvent avec d’autres qui le sont, certains veulent voir dans ces dernières des importations françaises, interprétation que rejette Görlich pour la raison qu’il y a souvent équilibre entre les unes et les autres. Ce fait se rencontre en Angleterre, où E. Busch a relevé chez Pierre Langtoft trové : lé (laetum), antiquité : sé (sědem), veritez : pez (pědes) ; il s’agit ici d’un cas certain de réduction de diphtongue, et la question sera reprise plus loin (cf. β et IÊ : É, p.166). On le constate en Bretagne chez Étienne de Fougères, en Picardie, où l’auteur de Gautier d’Aupais, rime bere (bière) : amere, en Touraine, où Péan Gatineau écrit fer (fěrum) : alunger, soner, perre (pětra) : lesquerre, en Saintonge et en Poitou, où la Vie de sainte Catherine unit fer (fěrum) : fer (fěrrum), poestè : cé (cecum), même en Franche-Comté, où la non-diphtongaison est plus rare, mais où Girart de Roussillon présente pourtant les formes gref, tenent, querent, etc. Il a été souvent démontré, note Tobler13, que e, de ě, ae (ailleurs ie) non diphtongués, et e, de è (ailleurs ei,oi), non diphtongues, équivalent à é venant de a. Il en donne une série d’exemples tirés de divers poètes, parmi lesquels Beaumanoir (teve : levé, c’est-à-dire těpidum et lvat), les auteurs de l’Ysopet de Lyon et de Baudouin de Sebourg. Presque tous remontent à des ě. Il cite pourtant espere (= spērat, au lieu de espeire) : pere, qui est dans Baudouin de Condé. L’ē non diphtongué se rencontre en Poitou, dans la Vie de sainte Catherine, qui rend vidēre par veer, sapere par saver, mots dont l’e rime avec l’é issu de l’a latin. Il en est ainsi en Angleterre, non pas dans les Légendes d’Adgar, ni chez Gaimar, ni chez Jourdan Fantosme, mais chez Simon de Freine, qui présente veër (videre) : forveër (foris vire), veer : neer et dans les Fragments d’une Vie de saint Thomas, qui combinent amender : aver. Cependant espere pourrait bien être analogique des formes accentuées sur la terminaison, et veer, saver, etc. s’expliqueraient par une extension de la désinence de la première conjugaison. Beaucoup plus probants sont d’autres exemples, comme celui que E. Busch a relevé chez Pierre Langtoft, fez (= vĭces) : estez : parentez : veritez : heritez.

52A l’origine, les é 1° et 2° n’assonent pas ensemble, et l’on s’accorde généralement à penser que le premier était plus fermé que le second ; dès le milieu du xiie siècle ils commencent à devenir équivalents dans les textes anglo-normands. C’est également au cours de ce siècle que tous les e primitivement ouverts ou fermés, tendent à s’unifier, de telle sorte que tous ceux qui sont issus de l’a libre, de l’ĭ et de l’ē entravés peuvent non seulement s’accorder entre eux, mais aussi avec ceux en provenance de ě entravé, selon une prononciation commune en è ou en é, variable selon les lieux, et que nous ne pouvons guère situer avec précision (cf. 146 et 154).

53É : È. La question a été exposée p.152.

54É : EI. Je renvoie ci-après à la rubrique EIγ.

55É : IE. On se reportera à la rubrique IE.

56EAU

57Cette triphtongue a été examinée à propos de AU, p.149.

58EI

59Le diphtongue EI est issue :

  1. De é libre du latin vulgaire (class. ē et ĭ). Ex.: habēre> aveir, mē > nui, pělum > peil, pĭperem > peivre

  2. Du même é du latin vulgaire, libre et suivi d’une palatale, ou entravé lorsqu’une des deux consonnes de l’entrave est une palatale. Ex.: lēgem > lei, lēctum > teit, crēscere > creistre, dĭgitum > deit.

  3. De cet é devant l + yod. Ex.: consĭlium > conse-il, somnĭculum > somme-il. A l’origine, on a donc é + l mais ensuite la mouillure peut être détachée de la consonne et former diphtongue avec l’é ; cette conjonction est faite dans la rime merveilles : esteiles du Roman de Troie, et elle conditionne l’évolution de -eil en -oil, assez fréquente dans les textes de l’Est et qu’on rencontre chez Chrétien de Troyes. Le éy ainsi obtenu s’ouvre, devient èy, et peut alors s’accorder avec des finales en -ail ou en -aille ; le Lai de l’Ombre unit merveille : travaille ; on a de nombreux exemples semblables dans l’Est, surtout dans les textes messins, et aussi en anglo-normand, cf. Al : El, p.147.

60x. De è latin + yod. Ex.: prětial > preise (= prise). Ce traitement n’est pas proprement français, mais dialectal. On le constate dans les régions orientales, où le son est èy, ainsi que dans le Sud et l’Ouest, où la voyelle a rapidement tendance à se fermer en éy. On ne peut savoir s’il s’agit de la réduction d’une triphtongue primitive iei, ou si l’ě latin n’a jamais été diphtongué. Chez Étienne de Fougères, cet ei rime avec ò latin + yod, c’est-à-dire avec uei dont l’élément consonantique initial s’est perdu, deleit (delěctet) : neil (de *nneit, au lieu du français nuit), leit (lěctum) : neít.

61β. De ŏ latin + yod après effacement de la semi-consonne initiale, cf. α.

62γ. De a latin libre (français é) + i parasitique. Ce fait appartient surtout à la Champagne, mais on le rencontre également en Bourgogne, en Lorraine, en Wallonie, çà et là en Picardie, tandis qu’il est inconnu en Ile-de-France ; il n’apparaît qu’au xiiie siècle en Normandie, sans doute par importation : les rimes d’Étienne de Fougères, dedieiz : piez (v. 681), demoreir : commencier (v. 200) sont vraisemblablement dues au copiste. L’i parasitique ne se manifeste le plus souvent qu’en finale absolue. On lit hantey : plantey dans l’Ysopet de Lyon, mortey (= mortalem, après amuïssement de l’l) : citey chez Priorat, etc. Girart de Roussillon, devant consonne, présente des formes comme neis (= nsum), teil (= tlem). Le son est fermé en é ou éy, car, dans les Enfances Guillaume, ajornei, citei, ireiz, etc., sont mélangés dans diverses laisses avec des mots en é, aler, retrové, chanté, etc. La Guerre de Metz, présente conteir (= computare) : porter : bouter : porter, puis blamer : enflameir, etc.

63δ. De ē latin entravé + i parasitique, dans les mêmes régions. Priorat fait rimer seiche (= sĭccam) : saiche (= sapiat). Le fait se produit surtout devant e (ch).

64e. De ě latin entravé + i parasitique. Ce traitement est assez rare. Lui aussi appartient à l’Est. Le Poème moral écrit une forme beile (= bělla), et la Guerre de Metz donne veil (= vitěllum).

65Primitivement la diphtongue issue de l’ē latin (1 et 2) est fermée et sonne èy ; Görlich fait observer que, chez Étienne de Fougères et Péan Gatineau, elle ne rime pas avec èy (2) issu de ě + yod. Elle est représentée dans les assonances de Saint Léger et de la Chanson de Roland, mais elle est absente de Saint Alexis, Elle ne tarde pas à s’ouvrir en èy, et cet èy peut devenir è par suite de l’effacement de la semi-voyelle qui le termine. Elle rejoint ainsi ai, dont elle partage les variations de timbre (è-é) avec échange fréquent dans la graphie, et c’est à cette étape qu’elle s’arrête dans les régions de l’Ouest, Normandie comprise. Au contraire, au Centre et à l’Est par une transformation qui est un fait accompli vers 1150, et dont le Fragment de Jonas nous apporte le premier exemple au xe siècle avec la forme noiedz (nectos), elle accomplit à partir de èy, sauf devant consonne nasale, une évolution qui la mène à oi prononcé òy, point de départ d’un nouveau changement qui sera étudié plus loin. C’est ainsi que l’auteur de Saint Thomas de Cantorbery, poème anglo-normand, rend par ei des finales qui, en français moderne, se sépareraient en oi et en ai, mais qui pour lui sonnaient èy ou è, comme creire (= croire) : feire (= faire).

66EI : AI. Je renvoie à AI : EI, p.147.

67EI : OI. Cette rime n’est qu’une affaire de graphie. Comme l’écriture ne suit la prononciation que d’assez loin, il peut arriver que deux vers successifs se terminent l’un par ei, l’autre par oi, le premier représentant la forme ancienne, et le second la forme nouvelle.

68EU

69EU représente des sons de nature souvent différente, qui seront définis au cours de l’exposé suivant. Il traduit :

70Un ě latin en hiatus devant un u posttonique. Ex.: Děum > Deu. Les mots qui appartiennent à cette catégorie ont une forme savante, puisque l’ě n’y est pas diphtongué. On se reportera à la rubrique à E 3, p.154, où la question a été examinée, et à la rubrique IEU, p.167, qui en est complémentaire. Cet eu est primitivement diphtongue et est articulé éẅ. A ce stade il assone en é ou ne rime qu’avec lui-même ou avec EU 5.
Car cuident que seit aucuns deus
Qui se combate por les Greus. (Roman de Thèbes, v. 4814-5).
Il devient monophtongue et prend le son œ à la fin du xiie siècle, époque à partir de laquelle il s’accorde avec les oe d’autre origine.

71Un ŏ latin libre, mis en présence d’un u posttonique par suite de la disparition d’un k intervocalique. Ex.: fŏcum > feu, jŏcum > jeu, lŏcum > leu. Il faut admettre que c’est là le résultat de la réduction d’une triphtongue préexistante ueu, dont le premier élément a disparu dans feu et jeu, mais qui, par dissimilation, a produit des formes gieu, lieu, parfois simplifiées en giu, liu. Ces mots, selon les régions, revêtent d’ailleurs d’autres aspects assez variés, fue, leu, fou, lou, fu, lu, ju. Sarcŏphagum > sarqueu a été refait en cercueil au xiiie siècle par transfert du suffixe -euil. Le son de cet œ, primitivement diphtongue, mais différent du précédent, paraît avoir été d’abord oew. C’est seulement à la fin du xiie siècle qu’il est devenu monophtongue, sonnant œ et qu’il a pu s’accorder avec les autres œ : Thibaut de Champagne rime -eus (= -ōsum) contre feus (= fŏcus) et gieus (= jŏcus).

72Un ó du latin vulgaire (class. ŭ et ō) soit en hiatus devant u (dŭos > dous, lŭpum > lou), soit libre (flōrem > flour) quand la diphtongue primitive, d’abord écrite ou, puis dans le second cas o, est devenue eu monophtongue, d’abord en Picardie, dans la seconde moitié du xiie siècle, époque à laquelle elle a été articulée œ (neveu, honeur, deus, etc.). Cet eu n’est pas propre ni à l’Angleterre, ni à l’Ouest, ni au Poitou, ni à l’Est. Il ne pénètre en anglo-normand qu’à la fin du xiiie siècle, venant du continent. On le rencontre dans Girart de Roussillon et dans la Guerre de Metz, mais il n’y est qu’une importation, et il est absent des Estampies françaises.

73Un ò libre du latin vulgaire (lat. class. ŏ), qui avait d’abord produit un ue (plus anciennement uo) et qui aboutit à œ monophtongue seulement au xiiie siècle, avec un son fermé en finale absolue (mŏuet > meut), mais ouvert devant une consonne (nŏvum > neuf). La même voyelle, suivie d’une l vocalisée devant consonne, devient également oe à la même époque (volet > vuelt > veut).

74Un a latin, suivi d’une l vocalisée devant consonne (talis > tels > teus, mortales, mortels > morteus). Les formes qui appartiennent à cette catégorie ne se sont pas maintenues, car le pluriel a été refait sur le singulier. A l’origine, cet eu, prononcé éẅ, avait un é fermé et ne s’accordait qu’avec lui-même ou avec eu I.

756° Un é du latin vulgaire (class. ĭ et ē) entravé par l devant con sonne, et qui aboutit au même son, toujours à la même époque. Ex.:ĭllos > els > eus, capĭllos > chevels, cheveus.

76α. Un è du latin vulgaire (class. ĭ) entravé par l devant consonne. Alors qu’on a eau en français par suite de la vocalisation de l’l avec production d’un a transitoire (cf. AU 1, p.149), certains textes anglo-normands ne notent pas cet a et donnent simplement eu, soit peus au lieu de peaus (= pĕllis).

77β. En Poitou, un v placé devant l’s de flexion peut se vocaliser et former avec un antécédent non diphtongue avec diphtongue eu ; ainsi dans la Vie de sainte Catherine, greus (grevis) rime avec Deus.

78Ainsi qu’on peut le constater, notre œ moderne est relativement récent. De plus, tous les changements indiqués ci-dessus ne se sont pas opérés simultanément ; celui qui concerne l’ŏ libre (cf. 4) est notablement en retard sur les autres ; Chrétien de Troyes, bien qu’il unisse preu (= prōdem) : leu, neveu : jeu, venimeus : feu, ne fait pas rimer ŏ avec ō du latin, ce qui ne sera possible qu’assez longtemps après lui ; Péan Gatineau, qui n’écrit pas dans le même dialecte, mais qui est plus tardif, s’en abstient également. Il faut encore remarquer que le son nouveau ne s’impose pas dès l’abord à toutes les terminaisons où il triomphera dans la suite, et que l’ancien son est longtemps en lutte avec celui qui doit l’éliminer. En effet -ōrem est rendu par -or chez Chrétien de Troyes, chez Rutebeuf et dans le Roman de la Rose I, par-or et par -our chez Thibaut de Champagne, par -our dans le Castelain de Coucy, tandis que ces écrivains connaissent déjà -ōsum > eus ; et d’autre part Thibaut de Champagne, qui emploie toujours -osum > eus, a pourtant conservé une fois -ous dans le mot envious, tout comme Ph. Mousket associe tantôt signor : honnor, valor : folour, tantôt sereur : signeur ; les terminaisons -our, et -ous se rencontreront encore au xve siècle.

79Quoi qu’il en soit, et malgré les divergences qui se manifestent d’un poète à l’autre, voici des exemples qui montrent la confusion de sons antérieurement différents. Simon de Freine, beaucoup plus avancé qu’Adgar, chez qui l’l n’est pas vocalisée, réunit déjà, à la fin du xiie siècle, - lis, -ĭllos, ĕu (Dĕum), ŭ (dŭos) ; on rencontre chez lui les rimes suivantes, chateus (= capitles) : crueus (= cru-dles au lieu de crudēles), iteus : Deus, eus (=ĭllos) : deus (= dŭos) ; Ph. Mousket accouple neveu : Deu, espeus (= spō(n)sus) : teus, preus : teus ; Rutebeuf écrit leus : perilleus. D’autres poètes comme Jean de Meung, joignent ŏ libre et ō libre latins ; oeuvre (=ŏperam) : sequeure (= sucurrat) se trouve dans Guiot de Provins, au début du xiiie siècle ; beaucoup plus tard, les Cent Ballades joindront valeur : cuer, douceur : fuer (= fŏrum), oiseux : duelz, en conservant l’ancienne orthographe des mots en ŏ alors que le son à changé.

80I

81Cette voyelle française résulte :

  1. D’un í du latin vulgaire (class. ī), libre ou entravé, suivi ou non d’un yod. Ex.: rịpa > rive, vịsum > vis, vịlla > ville, scrịptum > escrit, mịca > mie. Sont incluses dans cette série les finales grecques α et εíα, qui ont abouti de bonne heure en latin à -ịa : soit d’une part des mots comme astrologia, María, sophía qui sont chez Prudence avec cette quantité, de l’autre des mots comme ironia, abbatia également attestés anciennement. Il faut ajouter que l’í du latin vulgaire peut-être produit par une métaphonie. Ex.: prē(n)sī (class. prehendi) > prīsī > pris, où l’ī atone final a fermé le timbre de la tonique.

  2. D’un ĭ latin dans le suffixe ĭtia, peut-être devenu ītia en latin vulgaire. Ex.: justĭtia > justice, malĭtia > malice. Il en est de même dans les mots savants. Ex.: lĭbrum > livre, Ovĭdius > Ovides.

  3. D’un é du latin vulgaire (class. ē ou ĭ) quand il est précédé d’une palatale. Ex.: cēra > cire, placēre > plaisir.

  4. D’un è du latin vulgaire (class. ĕ) quand il est suivi d’un yod. Ex.: mĕdium > mi, pectus > piz, matĕria (mot d’emprunt ancien) > matire. Il faut considérer l’i français comme la réduction d’une triphtongue primitive iei. Cet i assone avec les précédents. Dans le Pèlerinage ( L. 37), lit (= lĕctum) figure à côté de oït, gist, vis, etc. Il est propre à l’Ile-de-France, à la Normandie orientale, à la Picardie et à la Bretagne, tandis qu’au Nord-Est ĕ + yod donne ei (èy) sans diphtongaison de la voyelle (cf. EIα). Au contraire, dans un vaste domaine qui embrasse la Normandie occidentale, la Bretagne, la Touraine et qui atteint même la Bourgogne, la triphtongue, laissant tomber son dernier élément, est devenue ie, quelquefois e.

  5. De yod + ā 4- yod. Ex.: jcet > gist.

  6. D’une analogie, ce qui se produit notamment dans des formes verbales : intendēdit, formé d’après le parfait dēdi du verbe dare, a donné entendiet, puis entendit, d’après entendedisti > entendis ou d’après il dormit ; beaucoup de parfaits sont dans le même cas. Il peut résulter aussi d’un changement de conjugaison : morire (class. mort) a produit mourir. Les verbes sedēre, vidēre, cadēre (class. cadĕre) possèdent dans certaines régions un infinitif seir, sir, veir, vir, cheir, analogique des parfaits sist, vit, cha-it (cf. Vrai Aniel, garir : veir ; Saint Eustache, cheir : avenir). Le centre de ce dernier phénomène n’est pas la Picardie, comme on l’a dit, mais le Vermandois, la Flandre, le Hainaut ; il ne constitue qu’une apparition isolée dans l’Ile-de-France et la Franche-Comté ; on en trouve encore quelques exemples au xive siècle.

82G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

83α. De la finale -iée, qu’elle ait pour origine -ĕta (laeta, 1. vulg. lĕta > liée) ou yod + ta (ma[n]sionata > maisniée). Ce fait s’explique par l’accentuation primitive de la diphtongue le dont le premier élément était tonique ; devant l’e féminin, cette diphtongue s’est réduite à i :

Mes cuers navrez, ma char percie,
Tisbé, par vos despent ma vie. (Pyrame et Tisbé, v. 194-5)

  • 14 F. Brunot, Hist. de la l. fr.,t. I, p.312.
  • 15 Alors celle-ci pourrait bien être le fait du copiste.
  • 16 Cf. supra, t. II, p.102 sqq.

84Ici encore, il ne s’agit pas de phonétique exclusivement picarde : « Ce phénomène, note F. Brunot14, commence tout près de Paris et se rencontre jusque dans les textes du nord de l’Ile-de-France, comme Orson de Beauvais ; d’autre part il s’étend vers le nord-est, bien au delà de la Picardie.» En effet, parmi les poèmes qui servent de base à cette étude et où on constate cette particularité, certains sont picards, comme le Roman du Castelain de Coucy, le Roman de Fauvel et le Livre de la Passion ; mais sans parler d’Orson de Beauvais, les ouvrages de Ph. de Beaumanoir, la Passion du Palatinus et le Roman du Comte d’Anjou sont originaires de l’Ile-de-France, tandis que Pyrame et Tisbé est anglo-normand, le Livre des Manières breton, Aimeri de Narbonne champenois, Doon de la Roche lorrain, les Enfances Guillaume et le Poème moral wallons. Donc les exemples abondent, comme blechie (= blessée) : mie, beneïe : souhaidie dans Adam de la Halle, mie : lignie dans l’Estoire du Graal, etc. Souvent d’ailleurs la forme régulière coexiste dans le même texte avec la forme réduite15. Observons enfin que, sur un terrain plus étroit qui s’étend de la Wallonie à la Bourgogne, ce sont tous les français qui ont i pour équivalent ; on trouve dans ces régions des formes comme chivre, livre(= lĕporem), chevalir, pair. Priorat fait rimer moitie avec folie, compaignie avec pie (= pied) ; Girart de Roussillon présente anuï (= ennuyé) :fuï : l’Ysopet de Lyon associe pi(e)ce : nice (= nascium)16.

85β. De latin libre dans certains textes anglo-normands, où E. Busch a relevé des formes comme ptrem > pire, matrem > mire ; il s’agit là d’un développement tardif de l’ latin, souvent traduit par ie en Angleterre (cf. talem > tiel) ; ce ie, comme dans le cas précédent, a abouti à i.

86I : UI. J’ai déjà touché à cette question (cf. ci-dessus, t. II, p.102). Cette assonance ou cette rime ne devient possible que lorsque la diphtongue ui, au lieu de rester descendante (uy), prend une accentuation ascendante. L’ancien usage se maintient très longtemps, mais au xiie et au xiiie siècles, les exemples de I : UI, justifiés par la prononciation ị, qui est la nôtre, sont innombrables, cf. esperit : guit (Saint Brendan), deduire : martire (Philippe de Thaon) quir : venir (Simon de Freine), destruire : ocire (Roman de Troie) ; vit : deduit (Tristan de Thomas), ravi : autrui (Thibaut de Champagne), dite : cuite (Cortebarbe).

  • 17 Éd. Patrice Henry (S. D. A. T. F.), Introduction, p. xxiii.

87I : U. Cette rime est assez fréquente en anglo-normand. H. Suchier, chez Philippe de Thaon, a signalé lutte : embolisme ; J. Vising a relevé dans le Tristan de Thomas issirent : jurent, covine : une, etc. E. Busch, dans le Manuel des Pechiez, de Waddington, a signalé lune : fautisme, jurent : distrent, conust : vist. Cette particularité s’explique par le défaut qu’ont les Anglais de ne pas avancer suffisamment les lèvres quand ils articulent un son labial : alors u se confond avec i. Dans un poème qui appartient à une autre région, les Enfances Guillaume, on voit également les mots lue et true (v. 282 et 2014) figurer au beau milieu de laisses i...e ; l’éditeur17invoque l’exemple des Enfances Vivien, martire assone tantôt en i...e, tantôt en u...e, ce qui semble l’autoriser à conclure que la distinction de ces deux voyelles n’était pas très nette. Elle ne l’est ni plus ni moins aujourd’hui. Nous avons là un des nombreux cas d’accommodation dont le Moyen Age a été prodigue et sur lesquels il y aura lieu de revenir.

88

89Cette diphtongue française provient :

  1. De è libre du latin vulgaire (class. ĕ et e). Ex.: hĕri > hier, nĕpos > niés, celum > ciel. Primitivement on doit admettre que le son était iè, mais que la diphtongue s’est vite fermée et a pris le son ié, à en juger par les terminaisons avec lesquelles on l’associe dans les textes les plus anciens, et qui sont les deux suivantes.

  2. De yod + latin. Ex.: crum > chier, cpra > chievre, trac-talum > traitié, formes qu’on rencontre pendant tout le Moyen Age.

    • 18 Le passage de rium à ier fait difficulté. Plusieurs explications ont été proposées, qui se heurten (...)

    Du suffixe latin -arium18. Ex.: caballarium > chevalier, riparia > rivière.

  3. De è entravé du latin vulgaire (class. ě) dans un certain nombre de mots mal expliqués, tels que pttia > pièce, nplia > niece, trtium >

  4. D’analogies, comme preschiere (= predictor), jonglierres, bor-dierres qu’on trouve chez Jean Le Marchaut, flattiere, tribuliere, qui sont dans le Theophile de Rutebeuf, ou comme la rime defoliee : priee (prta), dont a usé Péan Gatineau, tandis que Priorat écrit durier : usurier et que Girart de Roussillon porte tiriés : empiriés.

90α. De l’è entravé (class. ḝ), en règle générale et sans qu’il soit question de la limitation ci-dessus indiquée (4°), en Hainaut et dans divers territoires de la Wallonie. Les mots qui subissent ce traitement riment soit avec des terminaisons en -é, selon des habitudes dont il sera rendu compte plus loin, soit avec des finales en -ié. Philippe Mousket présente coulombiel : biel, guerre : lierre, con-querre : Engletierre, bien qu’il sépare biel de miel et de fiel, ce qui n’est peut-être qu’un hasard. Le Vrai Aniel donne guerre : tierre, Baudouin de Condé guerres : tieres, tiere : entiere, tierre : riviere, Gui de Cambrai Jupiter : infier (= infrnunt), celiestre : priestre.

91β. De Va latin libre, en anglo-normand et dans les régions du Sud-Est. En anglo-normand, Saint Brendan n’en offre aucune trace, mais plus tard, au xiie siècle, la notation est fréquemment et ou ie ; on rencontre donc soit meere(= mtrem), peere (= ptrem), meer (= mre), anueel, soit tiel, hostiel, nief, piere (= ptrem), miere (= matrem). Il est vraisemblable qu’il ne s’agit ici que de pures graphies ; il est en effet admis qu’en Angleterre, depuis le milieu du xiie siècle, tous les ie étaient passés à : du même coup, pour les scribes, les, signes devenaient interchangeables. En Bourgogne et en Franche-Comté, il faut croire au contraire qu’il s’agissait d’une prononciation réelle. Priorat associe piez (= pdes) : piez (= plos) ; Girart de Roussillon donne des formes comme assies, naturiels, etc., cf. supra, IE, 5.

92γ. De l’é latin entravé, comme fēsta > fieste, et de l’e en même position, comme frrum > feer, fier. Ce sont là des graphies anglo-normandes, qui appellent les mêmes observations que pour le cas précédent.

93Tous ces ie riment ensemble ; d’ailleurs les trois premiers cas sont déjà confondus dans les poèmes de Clermont, dans les strophes de Saint Alexis, dans les laisses de la Chanson de Roland et du Pèlerinage. Ils ont un é fermé, qui commence à s’ouvrir à la fin du xive siècle devant consonne prononcée (mièl, fiel, chièvre), d’ailleurs sans que la nouvelle manière d’articuler réussisse déjà à s’imposer alors, tandis que cette diphtongue est restée ié(pié, congié) dans les mots privés de consonne finale.

  • 19 Cf. supra, t. II, p.104-105.

94IÉ : É. On sait déjà que l’accentuation de était primitivement descendante (ie), et qu’elle est devenue peu à peu ascendante (yé) à partir du début du xiie siècle19. Ce changement de prononciation explique qu’on ait pu faire rimer ié avec é, ce que s’interdisaient nos poèmes les plus anciens. Assurément beaucoup d’écrivains pendant longtemps s’en abstiennent, par exemple l’auteur d’Orson de Beauvais, celui du Roman du Mont-Saint-Michel, celui de Robert le Diable, Étienne de Fougères, Hélinant. Mais, à mesure que la nouvelle manière d’articuler se répand, les versificateurs en tiennent compte de plus en plus, jusqu’au moment où elle l’emporte définitivement. Des poètes anglo-normands, Angier, Chardri, Jordan Fantosme, Adgar et l’auteur de la Vie de saint Thomas riment de cette manière, pour la bonne raison que les deux graphies représentent le même son é. Dès lors, il n’y a aucun inconvénient pour eux à écrire partout é ; Simon de Freine associe donc pez (= pdes) : levez, gref (= *gręvem) : suef, Eve : greve, mester : prester. Sur le Continent, l’accentuation ascendante conduit au même résultat (cf. E, γ, p.155), où à unir les terminaisons -ié et -é, rime à laquelle seules feront obstacles les exigences de la rime léonine. Le Charroi de Nîmes, qui est assonancé, introduit des mots en -ié dans des laisses en -é, et des mots en dans des laisses en -ié. On lit dans Pyrame et Tisbé :

La pucele s’est redreciée,
A deus mains a prise l’espée (v. 908-9)

95Voici d’autres exemples : laissiez : lever dans les Enfances Guillaume, enuié : parlé dans Saint Eustache, entiere : pere dans l’Estoire du Graal, alèrent : tournoiierent, chevauchierent : aresterent chez Philippe de Beaumanoir, etc. La diphtongue tend à perdre son élément semi-consonantique pour se réduire à la seule voyelle -é. Cependant, comme -ié résiste toujours, le changement ne se répand que là surtout où il est aidé par l’analogie. Pité au lieu de pitié est d’un emploi courant, à cause de l’influence qu’exercent de nombreux substantifs en -té, comme clarté et vérité : Rutebeuf unit virginité : pité, bien qu’il écrive toujours moitié et amistié. Pité ne se maintient pas. Mais -ié, à partir du xive siècle, sera peu à peu remplacé par après consonne palatale dans les terminaisons en -ié et en -ier ; comme un grand nombre de ces terminaisons appartiennent aux formes des verbes en -ier, il faut observer que les désinences voisines des verbes en -er n’ont pas été sans jouer un grand rôle dans la modification qui est alors intervenue (cf. É, α, p.154).

96IEU

97Cette triphtongue est de date relativement récente et ne se rencontre pas dans nos plus anciens poèmes. Elle est issue :

  1. De l’è libre du latin vulgaire (class. ḝ et e) mis en présence d’un u posttonique. Ex.: Dęum > Dieu, cecum > cieu (cf. EU, 1, p.159). Deu, forme savante parfois réduite à De, a régné pour ainsi dire sans partage jusqu’au xiiie siècle. *Squit (class. sęquitur), a abouti à sieut, puis à siut, qui a donné suit par transposition.

  2. De l’ò libre du latin vulgaire (class. ŏ) devant u posttonique. Il faut partir d’une triphtongue originaire ueu (ųeẅ), qui a produit įeu par dissimilation. Ex.: jŏcum > gieu, lŏcum > lieu (cf. EU, 2°, p.159).

  3. De l’è du latin vulgaire (class. et e), suivi d’une l ou d’une l vocalisées devant consonne. Ex.: celos > cieus, mlius > mielz > mieus.

  4. De l’ latin placé dans les mêmes conditions. On rencontre en effet en francien des formes comme tiens (= tlis), quieus (= qulis), ostieus (= hospitlis). De ce groupe il n’a subsisté que le mot pieu (= palus > afr. pels, puis pieus).

  5. De l’ò du latin vulgaire (class. ŏ) en pareille situation. Ex.: ŏculos > uelz > ueus, et, par dissimilation, yeux, seul mot qui ait subsisté de cette série.

  6. De l’í du latin vulgaire (class. ī) en semblable position. Ex.: gentīlis > gentieus, vīlis > vieus, fīlius > fieus, toutes formes fran-ciennes, où l’e est un son transitoire dû à la vocalisation de l’l, comme l’a dans le suffixe -llus > eaus.

98Tous les ieu riment ensemble. D’abord d’accentuation descen-cendante, cette triphtongue s’est transformée en une diphtongue accentuée yœ.

99IOU

100IOU est propre au pays de Tournai ; il est le développement de la diphtongue française ie lorsque celle-ci est suivie d’un u provenant le plus souvent d’une l ou d’une l vocalisées. Ph. Mousket apparie ious (ŏculos) : cious, vions (vclus) : mious, dious : mious.

101IU

102Cette combinaison de sons provient :

103De l’i du latin vulgaire (class. ī) en hiatus devant un u posttonique. Le seul exemple qu’on en cite est pīus (class. pīus). Ce mot ne se rencontre guère que dans Saint Brendan, toujours associé à leus (= lŏcus), auquel les manuscrits donnent généralement dans ce texte la forme lius :

Tres mil suz lui par divers lius
Munies aveit Brandans li pius. (v. 35-36)

104α. De la réduction, en anglo-normand et en picard, de la triphtongue ieu, issue elle-même de l’è tonique du latin vulgaire (class. et è), mise en présence d’un u posttonique. Ex.: cecum > ciu, nbulam > niule, qui se rencontrent dans Saint Brendan et dans Adgar, à côté de cieu et de nieule.

105β. De ò (class. ŏ), mis en présence d’un u posttonique. Il s’agit ici des mots étudiés sous les rubriques, EU, 1°, 2° et IEU 2°. En picard, les formes giu, lin, etc. sont très fréquentes.

106γ. De + l ou l + consonne dans le même dialecte. Ex.: mlius > mius, caelos > cius.

107δ. De ī + l ou l + consonne, toujours en Picardie. Ex.: vīlis > vius, gentīlis > gentius. En français au contraire 17 disparaît devant 17 et ne vocalise pas après ī.

108ε. De la terminaison īvus, également en Picardie. Ex.: rīvum > riu, intentīvus > ententius.

109Les formes hésitent très souvent entre ieus et Ph. Mousket présente gentius : baillius, fius : ententius, riu : griu, liu : baillu, pius : ententius, soutiu : baillu. Tobler a cité, dans Jean de Condé, gentius : volentius, gentieus : eutalentieus, dans Renard le Nouvel, fuis : escurieus, dans le Vrai Aniel, maladieus : ieus. De la sorte -īvus, -īlius, -lius, -us, -ŏcus peuvent rimer en picard. Primitivement d’accentuation descendante, iu a été accentué yu, ce que démontrent des fins de vers de Ph. Mousket, soutiu : baillu, liu : sarku, geü : liu.

110O

111L’o ouvert français provient :

112De l’ò (class. ŏ) entravé du latin vulgaire. Ex.: pŏrta > porte, fŏrtem > fort.

  • 20 C’est là ce qui explique l’imparfait de l’indicatif usité dans tout l’Ouest pour la première conjug (...)

113De la diphtongue latine u20, libre ou entravée. Ex.: urum > or, Pulum > Pol, *furga (= fbrica) > forge.

114Des voyelles latines ŏ et ō dans des mots savants, comme apostolicus, histŏria, memŏria, glōria, adjutōrium, etc., au xie siècle apostolies, historie, memorie, glorie, adjutorie, etc., qui ne prendront qu’ensuite leur forme moderne. Ils assonent en 0 dans Saint Alexis : apostolies, noise, joie, adjutorie, tolget (str. CI), memorie, tolget, joie, glorie, noster (str. CXXV) ; dans Saint Brendan, on rencontre encore glorie : storie, glorie : apostorie. D’autre mots d’emprunt à voyelle libre assonent aussi en ò, tels que, rose (= rŏsa), vole (= vŏlat), escole (= schŏla), noble(= nōbilem), devot (= devōtum), fors (= fŏris). Le Lai du Cor présente rose : ose (=usat), Thibaut de Champagne rose : chose. On doit ranger dans la même catégorie les noms propres latins en -or ; le Roman de Troie unit Hector : or, Nestor : tresor, or : Castor, defors : Nestors : Antenors : cors, ce qui d’ailleurs ne va pas sans exception.

115De o latin entravé dans quelques mots isolés qui ne sont pas savants. Quelques-uns d’entre eux sont mal expliqués ; parmi eux on peut citer flŭctum > flot, mŭttum > mot, gŭrga (class. gŭrges), nŭptias (class. nūptias) En voici quelques exemples à la rime, mot : ot, flos : enclos, gorges : forges dans Ph. Mousket. D’autres sont analogiques : ot (= habuit) est influencé par oy (= hbui) : il entraîne pot (= pŏtuit) et plot (= plcuit) : tous s’accordent en ò.

116α. De l’ŏ latin libre dans des régions du Nord et du Nord-Est, Picardie, Hainaut, Wallonie, Lorraine, quelquefois même Champagne, où la diphtongaison n’a pas toujours été faite ; fŏcum > fou se rencontre dans Sainte Eulalie ; Chrétien de Troyes associe joes (= gutas) : roes (= rŏtas) ; Ph. Mousket assemble aiol : fol. Il en est de même en Poitou, où, à côté de la diphtongaison régulière en ue, peut-être importée, Tendering a relevé dans la Vie de sainte Catherine les formes cor, bos, pos (= pŏtes), vol (vŏlet), lo (= lŏcum), fo (= fŏcum), ces deux derniers rimant avec so (= ecce hŏc).

117β. Des terminaisons -ucum et -vum en Champagne. Chrétien de Troyes réunit po (= pucum) : lo (= ludo), clos (= clvos) : anclos (= inclusum), bloe (= *blvam, germ. blw + a) : loe (= ludat).

118γ. D’une diphtongue plus ancienne oi, prononcée òy, qui a perdu son second élément, et qui peut avoir des origines assez diverses. Un des manuscrits du Moniage Guillaume I écrit mone (moine), essone (essoinè) dans des laisses en -one. Girart de Roussillon présente les formes glore, victore, memore, ystore : le Manuscrit bourguignon confond parfois cet ò avec ó, pavor : veor, avor : volor, arnois : avors, rois : borgeos, Priorat assemble voe (= vĭa) : bloe, soe (= sēta) : voe, l’Ysopet de Lyon veor : asseor. Le même phénomène, particulier au Nord-Est, à l’Est et au Sud-Est, se produit également dans le mot bois, en bas-latin boscus, assez mal expliqué ; réduit à bos, le Couronnement de Louis lui donne place dans une laisse en ò, et Ph. Mousket le fait rimer pareillement.

119δ. D’ĭ latin + l : on rencontre dans Rutebeuf capillos > chevols ; Chrétien de Troyes écrit chevol : col ; ce fait est la conséquence du déplacement de la voyelle par l’l avant la vocalisation complète de cette consonne.

120ε. D’ŏ latin libre, par réduction d’une diphtongue primitive oe très fréquente en anglo-normand, au lieu de ue. Ainsi s’expliquent certaines rimes que cite H. Suchier, avoc (= apud hŏc) : Haveloc chez Gaimar, iloc : Caradoc dans le Brut de Wace.

121O : Ó. Tous les o ouverts riment ensemble. Ils appartiennent le plus souvent avec deux premières séries (1° et 2°), tandis que les autres cas se présentent plus rarement, c’est-à-dire que des rimes comme cors (= cŏrpus) : tors (= turos), los (= ludes) : dos (dŏrsnm), qui sont dans Saint Brendan, forment des rimes normales et courantes. A l’origine l’o ouvert se distingue rigoureusement de l’y fermé. La séparation de ces deux voyelles est faite dans nos plus anciens poèmes, La Passion, Saint Léger, Saint Alexis, la Chanson de Roland, le Couronnement de Louis ; elle est maintenue par des auteurs plus récents, celui de la Folie Tristan, Hélinand et Thibaut de Champagne. Cependant l’o ouvert a tendance à se fermer à partir du xiiie siècle, c’est-à-dire qu’il accomplit la même évolution que l’e ouvert. Ce changement de timbre l’affecte surtout quand il est issu de la diphtongue latine au et qu’il est immédiatement suivi d’un e féminin, comme ludat > lòe > lóe > loue, transformation qui, pour ce verbe, est d’ailleurs aidée par l’analogie des formes accentuées sur la désinence (laudmus > lóons, louons).Il en a été de même quand u était libre devant une s sonore, comme pusat > pose. L’ò qui provient d’un ŏ latin entravé conserve le plus souvent son timbre (mŏrtem > mòrt) ; cependant lui aussi se ferme quand la première consonne de l’entrave est une s bientôt amuïe (hŏspitem > hoste). Dans certains verbes, et en position libre, ce changement est dû à l’influence des formes accentuées sur la désinence : ainsi l’o de demore, devore, acore (de ad + cŏr + are) où la voyelle latine n’est pas entravée et n’a jamais été diphtonguée en ue, assone ou rime toujours en ó, à cause de demorons, dévorons, acorons, ou l’o protonique est régulièrement fermé ; de même aproche, reproche, entosche (= intŏxicat) riment en ó, bien que leur voyelle accentuée remonte à un 0 du latin. Le mouvement devient général. W. Foerster, dans l’Ysopet de Lyon, a relevé sote (= sŏlta) : toute, hore : restore (= resturat), note : dote (= dŭbitat), etc. Au xiiie siècle on trouve un grand nombre de rimes semblables, fors : cors (= cŭrsum) dans le Roman de Renart, coulor : or, valor : or dans l’Ovide moralisé, cors (= cŭrsum), cors (=cŏrpus) dans le Roman de la Violette. Dès cette époque, en Wallonie, en Franche-Comté, dans le Bourbonnais et dans les dialectes de l’Ouest, on rencontre, pour l’o primitivement ouvert, des graphies en ou, comme chouse, repouse, Poul ; l’Ysopet de Lyon fait rimer ( !)prolougues : encour, chose : enclouse. Cela même explique que cet 0 puisse rimer avec l’ou issu de l’ô latin entravé, ainsi qu’on vient de le voir par un exemple tiré de l’Ysopet de Lyon. On sait d’ailleurs, qu’au xvie siècle beaucoup de gens diront et écriront chouse, clouse, etc. Aujourd’hui nous prononçons par o fermé en finale absolue (dévot, sot, avec ó), et par o ouvert lorsque la tonique est suivie d’une consonne réellement articulée (col, avec o), à moins que le son de la voyelle ne soit devenu grave quand une s subséquente s’est effacée devant une autre consonne (côte, de cŏsta, avec ó) ; de la sorte approche, reproche, etc., ont retrouvé leur timbre primitif.

122Ò : È. Il s’agit ici de rimes comme seches : roches qu’on rencontre chez Priorat. Elles ne sont qu’une apparence, due à une graphie négligée. Il faut lire soches : roches (= sĭccas et rŏccas), mots qui sont parfois écrits soiches : roiches. Ces dernières formes sont relativement récentes ; on en aura l’explication sous la rubrique suivante.

123Ò : OI. Dans nos plus anciens textes, lorsque la diphtongue oi, provenant de u latin + yod et prononcée òy, est encore descendante, c’est là une assonance tout à fait régulière. On peut en citer comme exemple la strophe CI de Saint Alexis, où le mot tolget est associé à joie et à noise. De telles fins de vers n’ont plus aucune raison d’être et sont éliminées par les poètes dès que la diphtongue oi devient ascendante.

  • 21 Les rimes de Girart de Roussillon que cite Görlich, secoire (subcurrat) : moure, plore : demoire so (...)

124D’autre part oi est aussi produit par un i parasitique, qui s’attache à diverses voyelles, de telle sorte que les groupes de sons ainsi formés aboutissent uniformément à oi. Bien souvent cet i, qu’on rencontre dans l’Est et le Sud-Est de la France, même dans le Roman de la Rose, n’est qu’une simple graphie (cf. AI, β, p.144). Oi alors, dans des mots comme choiche, broiche, roiche, se prononce simplement 0, et, comme tous les ò, peut se fermer en o21 et en u, ce qui amène des formes comme bouiche, rouiche. On est porté à admettre qu’ailleurs, comme le veut Görlich, oi peut représenter le son simple e, puisque, dès le milieu du xiiie siècle, oi articulé s’est souvent réduit à è : c’est ainsi que G. Paris a signalé, dans la Bible rimée de Macé de la Charité-sur-Loire, les formes batoisme, voirge, croiche, voive. Cependant il semble bien que l’i parasitique ait souvent formé diphtongue avec la voyelle précédente. Il s’introduit en effet après l’a, comme dans taiche (comme taché), après l’é, comme dans seiche (sèche), après l’ò, comme dans tresoir (tresor), après l’ó, comme dans boiche (boche, bouche), avec évolution de ai en ei, de ei en òi, au besoin même en ói, et réduction possible de oi à o (cf. Òγ), si bien que des mots comme tache, seiche, cloche, après avoir subi ce traitement, peuvent s’accorder entre eux, tache devenant taiche, teiche, toiche ou toche, etc. La diphtongue seule explique des rimes comme tresoirs (tesuros) : hoirs (*hēres, class. herèdes), qui se trouve dans Girart de Roussillon. On notera que ce oi est très fréquent dans les régions indiquées. En voici quelques exemples : soiche : quoiche, boiche : entoiche dans l’Ysopet de Lyon, floiches : toiches, boiche : aproiche dans le Roman de la Rose, et, avec réduction à o, descoche : floche dans l’Ysopet de Lyon.

125Ò : OU (Ò : U)- Cette rime est très fréquente à partir du xiiie siècle ; en réalité l’accord se fait soit en ó très fermé, soit en u, et la graphie peut être ou ; de la sorte un ò latin primitif en arrive à rimer avec des u de toute provenance. Il suffit de citer bouche : reprouche : aprouche, couche : reproche, boches : reproches chez Rutebeuf, touche : aproche, boche : atoche chez Chrestien de Troyes, aproche : couche chez Gautier de Coincy. On se reportera ci-dessus à la rubrique Ò : Ó, p.171.

126Ó

127L’o fermé tonique de l’ancien français remonte :

  1. A l’ó entravé du latin vulgaire (class. ō et ŭ). Ex.: tōrnant > tornent, mŭltum > molt.

  2. A l’ó libre du latin vulgaire dans les textes du xie et du xiie siècles. Ex.: colōrem > color, flōrem > flor, mots qui figurent à la rime dans le Roman de Troie. Dans la seconde moitié du xiie siècle, cet ó devient un eu, qui apparaît déjà auparavant dans quelques noms de lieu et de famille qui parsèment déjà le Domesday Book de Guillaume le Conquérant en 1086 ; eu a d’abord la valeur d’une diphtongue descendante, puis se réduit à une monophtongue à à partir du xiiie siècle. Certains mots, par suite d’influences diverses, comme amōrem amor, spō(n)sus > espos, lŭpam > love, ne changeront jamais leur voyelle en eu, mais la fermeront de plus en plus jusqu’au point u (amour, espous, louve, selon une graphie qui déjà au xiiie siècle deviendra presque définitive). Il faut noter qu’aux ixe et xe siècle, l’ó latin libre s’était diphtongué en ou, comme le prouvent *bellatiōrem > bellezour, sŭpra > soure, sŭa > soune dans Sainte Eulalie, et corruptiŭsum > correcious dans le Fragment de Jonas. Il en sera reparlé plus loin.

  3. A l’ò entravé du latin vulgaire (class. ŏ) lorsque la première consonne de l’entrave est une s bientôt amuïe. L’effacement de cette consonne, qui cesse parfois d’être articulée dès la fin du xie siècle, a pour conséquence la fermeture progressive de la voyelle. Ex.: tŏstum > tost, nŏstrum > nostre, aujourd’hui tôt et nôtre.

  4. A l’ò libre (class. ŏ)du latin dans les personnes verbales dévore, acore, demore, qui subissent l’analogie des formes accentuées sur la désinence (cf. supra, p.172) et où la voyelle tonique n’a jamais été diphtonguée en ue. Elle sonne au contraire ó. Déjà, dans Saint Alexis, demore s’accorde avec desidrose, angoissose, joiose, corroçose ; Chrétien de Troyes donne devórent : córent (cŭrrunt).

  5. A partir du xiiie siècle, à beaucoup d’ò français primitifs qui se sont fermés dans des conditions qu’on connaît déjà (cf. supra, p.171).

  6. Parfois à la finale -or de noms propres savants. Le Roman de Troie, présente honor : Antenor, honor : Prothenor, bien que souvent Benoît de Sainte-More donne à cette terminaison un son ouvert, cf. supra, O, 3, p.170).

  7. A un ói primitif, prononcé óy avec accentuation descendante, et où la seconde partie de la diphtongue est tombée. Ce fait est assez fréquent au Nord, à l’Est, et au Sud-Est, cf. pavor : veor O, γ, p.170.

  • 22 Ed. Chr. Storey.

128L’ó du latin vulgaire reçoit des graphies bien différentes dans les différentes parties du domaine français. Noté quand il est libre par ou aux ixe et xe siècles, c’est-à-dire diphtongué, dans Sainte Eula-lie et le Fragment de Jonas, il continu d’être traduit de cette manière dans les textes lorrains et bourguignons anciens lorsqu’il s’agit des suffixes -ōsum > -ous et -ōrum > -our, et ça et là en normand et en anglo-normand (menour, gelous, etc., dans le Lai du Cor). Dans ces deux derniers dialectes cependant, libre ou entravé, il est en règle générale rendu par le signe u jusqu’à la fin du xiiie siècle, c’est-à-dire par le même signe que le son issu de l’ū latin. Le manuscrit L de Saint Alexis22 pour ne prendre qu’un exemple écrit :

Bons fut li secles al tens ancienur ;
Quar feit i ert e justice ed amur;
S’i ert créance dunt or n’i a nul prut.
Tut est muez, perdut a sa colur ;
Ja mais n’iert tel cum fut as au cei surs (v. 1-5)

129Ici tous les u en italique sonnent ó. Mais la notation en usage dans le reste de la France est o pour toutes les positions, jusqu’à l’apparition, pour rendre la voyelle latine libre, de la diphtongue eu qui prend ensuite un son simple, et de ou qui exprime la voyelle entravée. La question soulevée par ces faits, en ce qui concerne le sort de l’ ō latin libre, est assez embarrassante. Voici la solution que propose E. Bourciez : « Il est permis de supposer que cet o (l’o français des xie et xiie siècles) avait légèrement le son d’une diphtongue car c’est devant un élément labial u, w, effacé ensuite, qu’il a dû devenir oe, écrit eu ».

130Répétons donc que l’ó latin libre et l’ó latin entravé aboutissent en français moderne à deux sons différents, le premier à ce (hōra > heure), le second à u, écrit ou (tŭrrem > tour), qui s’établit au xiiie siècle, mais que le premier lui aussi a souvent été ou, et que tous les deux, en cet état, ont été longtemps échangeables avec o ; Philippe Mousket écrit en effet signor : hounor, ounour : signour, ounour : signor, valor : folour, paor : frëour, serour : ounor, flour : auctor, Rome : some, Roume : soume, soffraitos : glorious, soffrailous : besou-gnous, desous : joious, etc. Or, quand ces deux ó latins, libre et entravé, sont encore en français au stade ó, ils sont équivalents ou traités comme tels. Certes, ils sont exactement distingués dans Sainte Eulalie, bellatiŭrem est rendu par bellezour, et culpas par colpes. Mais ensuite la confusion commence. Elle règne sans partage dans les poèmes assonancés, ce qui est assez singulier. La Chanson de Roland rassemble dans une même laisse plurt (plôret), tendrur, pour, traïson, jurs, taburs, tur, aurt (adôret), le Charroi de Nîmes proz, cort, baron, nom, orgueillos, toz, seignor, etc. Les premiers poèmes rimés se répartissent en deux groupes. Le plus nombreux réunit dans les fins de vers ces deux ó, de telle sorte que celui qui est oe pour nous rime avec celui qui est aujourd’hui u. Il se compose d’oeuvres qui appartiennent à toute la France, écrites par les poètes les plus divers, Benoît de Sainte-More, Wace, Guernes de Pont-Sainte-Maxence, Gaimar, Marie de France, Gautier de Dar-gier, le Renclus de Moiliens, Gautier de Coincy ; on constate encore le fait dans le Roman de Thèbes, le Lapidaire de Marbode, Girart de Viane, Aimery de Narbonne, Orson de Beauvais, Robert le Diable, Florence de Rome, le Roman du Castelain de Coucy, Renaud de Montauban, Floire et Blanchaflor, le Chevalier aux deux Épées. L’autre est formé par un petit nombre d’écrivains. Par exemple Gautier d’Arras, dans Ille et Galeron, fait rimer aux environs de 1160, d’une part canteor : empereor, plusors : flors, etc., et de l’autre court : lourt, dessous : vous. Cette différence est nettement marquée par Jean Bodel dans son Congé et dans le Jeu de Saint Nicolas, mais non pas dans la Chanson des Saxons. On la constate dans Guiot de Provins, au début du xiiie siècle, dans les Miracles de Notre-Dame et dans le Roman de la Rose. C’est évidemment la formation d’une langue commune qui a fait triompher cette distinction des deux ó latins, si longtemps mélangés. Cependant quelle explication peut-on donner de leur confusion ? La meilleure est sans doute que nous nous trouvons en présence d’un cas d’analogie : puisque ŏ et ō étaient identiques devant une entrave dont la première consonne était n (pŏn-tem > pont et mōntem > mont), que d’autre part ō libre devant nasale et ŏ libre en même position l’étaient également (bŏnum >bon et dōnum > don), on aura considéré que ó libre et ó entravé pouvaient être eux aussi appariés à la rime. Mais cette interprétation suppose chez les poètes beaucoup de science et des raisonnements bien subtils.

131Ó : Ò. je renvoie à O : O. p.171.

132Ó : U. C’est une rime anglo-normande ; et qui appartient en propre au Nord de l’Angleterre. Elle est imputable au défaut qu’ont les Anglais de ne pas avancer suffisamment les lèvres pour articuler l’u et de ne pas les arrondir comme il faudrait pour l’o. Alors les deux sons deviennent à peu près équivalents. La confusion se rencontre déjà dans Saint Brendan ; on ne la constate pas chez Jordan Fantosme qui tient compte sans doute de l’usage du continent ; Gaimar est presque toujours correct, malgré plus : vertuus ; le Mystère d’Adam présente dur (durum) : crïatur. D’autres textes au contraire se montrent très libres, comme la Résurrection du Sauveur et Gui de Warewic. Ce dernier texte est très riche d’exemples, rescus : retenuz, secure : desconfiture, venuz : angoissus, sus : religius, etc.

133Ó : ÓI. Il ne peut s’agir ici que d’une assonance. Elle est tout à fait exacte et se rencontre dans les anciens poèmes lorsque la diphtongue oi est encore descendante. La Chanson de Roland fait une place à juindre, defruisent, juintes, reconuissent, etc. dans des laisses en ó.

134Ó : OU (Ó : U). La question vient d’être traitée, cf. supra, p.176.

135G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

136OE

137Cette graphie qu’on rencontre en diverses régions, et qui est ancienne, se répand beaucoup aux xiiie et xive siècles. Elle représente tantôt ue, tantôt oi (cf. p.180), diphtongues auxquelles on se reportera. Disons tout de suite que oe est fréquent en anglo-normand au lieu de ue ; il provient, en accentuation descendante, de l’ouverture de Vu. Au Centre de la France, ce sert à marquer, au début du mot, qu’il ne faut pas lire ve, u et v étant représentés dans les manuscrits par le même signe u ; ainsi Chrétien de Troyes fait rimer oef : nuef. L. Jordan cite également, dans Ille et Galeron, suolent : voelent, duel : voel.

138ÒI

139La diphtongue òi, avec un o ouvert, est issue :

  1. De au latin + yod. Ex.: nusea > noise, gudia > joie.

  2. De latin mis en présence de la désinence -ui au parfait de certains verbes, c’est le cas de sapui > soi, placui > ploi, hbui > oi. Potui > poi est analogique de oi.

  3. D’un o latin, constitué par la chute d’un d intervocalique, dans vdo > vo, auquel a été ajoutée la désinence -is empruntée à -*possio > puis, d’où je vois, au subjonctif que je voise, et, par analogie, *stao (class. sto) > j’estois, au subjonctif que j’estoise.

  4. D’un ei français, prononcé èy, et lui-même produit par la diphtongaison de l’è libre du latin vulgaire (cf. supra, p.157, EI, 1). Cet oi se développe dans le Centre et dans l’Est, où il s’établit dès le milieu du xiie siècle, tandis que l’Ouest en reste à l’étape ei. Ex.: tēla > teile > toile, vēla > veile > voile.

  5. D’un ò ou d’un ó latin + yod dans des mots savants comme histoire, mémoire, gloire, etc. (cf. supra, p.170, Ò, 3). Une strophe de Hélinant présente les rimes foire : gloire : victoire, croire, boire, noire (XLVI).

140α. Dans certains dialectes, de au + c intervocalique qui se résout en yod. Ex.: paucum > poi (fr. pou, peu) auca > (franç, oe). La forme poi est fréquente dans les textes normands et picards : oie, qu’on rencontre déjà dans Brunetto Latini, vient sans doute du Poitou.

141β. Dans certaines régions de l’Est et de l’Ouest, de ŏ latin + yod. Ex.: nŏctem > noit. Sainte Eulalie présente cŏxit > coist ; Vénus la Déesse, poème wallon, associe anoie (= inŏdiat, fr. enuie) : joie, rime qu’on retrouve dans le Poème moral et Girart de Roussillon. En Poitou, la Vie de Sainte Catherine donne les formes oile, oi (hŏdie), oit (=ŏcto).

142γ. En Lorraine, dans le Sud-Est et en Champagne, de l’é du latin vulgaire entravé par l + yod ; la mouillure se détache de l’l ; il en résulte une diphtongue ei qui évolue vers oi. Ex.: consĭlium > consoil (fr. conseil), forme qu’emploie Chrétien de Troyes à côté de soloil, mervoille, etc. Consoil, paroilz, mervoille se rencontrent dans Girart de Roussillon.

143δ. D’un ò latin entravé après lequel s’introduit un i parasitique qui le plus souvent n’est pas prononcé, cf. supra, p.173.

144La diphtongue oi par o ouvert, primitivement prononcée òy, avec accentuation descendante, n’assone ni ne rime longtemps qu’avec elle-même. Dans Saint Brendan, et plus tard encore dans Chrétien de Troyes, elle est sévèrement séparée de la diphtongue oi par o fermé, primitivement prononcée óy. Articulée comme il vient d’être dit, elle peut perdre son second élément et se réduire à ó. Les différentes séries où elle se présente à l’origine (1°, 2°, 3°) s’augmentent ensuite des mots dont la tonique remonte à un é du latin vulgaire (4°). Mais, à ce stade, gaudia > joie, et tēla > toile ne peuvent encore s’accorder avec vōcem > voiz. Or les deux diphtongues oi, celle qui possède un ò et celle qui possède un o se transforment et prennent une accentuation ascendante we ou we qui les rend équivalentes et leur permet de rimer ensemble. Ce changement se produit d’abord dans le Nord de la France. Selon H. Suchier, les premiers signes de confusion se rencontrent dans l’Eracle de Gautier d’Arras aux environs de 1170, dans la paraphrase du Can-tiquedes Cantiques composée entre 1176 et 1181 par Landri de Waben, originaire de Montreuil-sur-Mer, et dans l’oeuvre de Jean Bodel ; elle existe également dans Aiol et dans Robert le Diable qui unit croistre : connoistre, connoist : poist. En Ile-de-France, c’est la Bible de Geufroi de Paris, en 1243, qui manifeste pour la première fois l’équivalence des trois oi issus de u + yod, de ē libre latin et de ó + yod. Tout naturellement, Ph. Mousket apparie an doi : roi, ambedoi : soi ; Ph. de Beaumanoir en fait autant, car l’unification n’est plus en question.

  • 23 Romania, t. XI, p.608. Cependant Metzke a relevé dans des documents franciens, dès la fin du xiie s (...)

145En outre l’accentuation ascendante a pour conséquence que oi prononcé we, avec un e moyen ou ouvert, peut-être même quelquefois fermé, se réduit souvent à e, ce qui est attesté dès le xiiie siècle par certaines graphies : il arrive que droit soit écrit dret, que croistre soit rendu par crestre ; dans le Roman de la Rose II on relève entre autres naire et craire bien que oi y soit encore séparé de e ; le Roman de Fauvel rime heent : recréent (= recroient), miroer : louer, menjouere : plere, menjoere : afere, loy : deboy (= délai), joer : terroer, paie : monnaie. Il est difficile de croire que ce phénomène soit plus ancien. Dans une laisse du Moniage Guillaume I, on trouve réunis les mots verais, pus-nais, benois, conroi, vienois, turquois, troi, maleoit, defois, cortois, os : mais l’exactitude de verais et pusnais a été justement contestée. D’autre part E. Metzke a invoqué les rimes celes : apostoiles, cloistre : estre, desespere : boire, erre : voire, poire, faire, chandele : apostoile, chandele : estoile, employées par Gautier de Coincy ( + 1236). A quoi G. Paris a riposté que, si oi a été articulé we dans les dialectes d’assez bonne heure, il n’en a pas été ainsi en Ile-de-France, où les rimes oi : e sont encore très rares au xive siècle, donc qu’il fallait lire çoiles, desespoire, chandoile23. On peut faire pourtant observer que, dès 1180, le Moniage Guillaume II donne dans une tirade en è le mot fres= (frois, v. 2579, avec 0). Il faut ajouter que, lorsque la transformation, de oi en we a lieu, le ue issu de l’o libre du latin en est encore au stade ut avant de passer à eu, qu’il est alors accentué sur la seconde partie de la diphtongue, si bien que pendant quelque temps ue et oi, parfois écrits oe l’un et l’autre, opèrent leur jonction et s’accordent ; le Roman de la Rose I présente nueve : reçoeve, nueve : aperçoeve, trueves : doeves.

146ÒI : AI : È. Outre ce qui vient d’être dit, on se reportera ci-dessus, p.148 (AI : OI) et p.151 (È, 5). Vaille : consoille, dans l’Ysopet de Lyon, et batailles : mervoilles chez Priorat, paraissent reposer sur une prononciation très fermé de l’a.

147ÒI : ÓI. La question est traitée dans les lignes qui précèdent.

148ÒI : OE. Même remarque.

149ÒI : UE. Même remarque.

150ÓI

151Cette diphtongue française provient de l’ó fermé du latin vulgaire (class. ō et ŭ) + yod. Ex.: vōcem > voiz, nŭcem > noiz, angŭstia > angoisse. Elle assone d’abord en ó, comme dans Saint Alexis, où l’on rencontre la série Rome, ome, redotet, reconoissent, encombrent, et elle est strictement distinguée de òi, qui assone en à. Puis ói et ói se rejoignent, et évoluent pareillement. Pour le détail de cette histoire, on consultera la rubrique précédente. Dans la graphie anglo-normande, cet oi est noté ui (cf. p.175).

152ÒU

153Cette diphtongue trouve son origine :

  1. Dans un libre latin mis en présence d’un u latin posttonique. Ex.: clvum > clou, fgum > fou, Pictavum > Peitou.

  2. Dans un u libre latin, en une semblable position. Ex.: pau-cum > pou (affaibli ensuite en peu), brucum > brou, habuit (*annit) > out, spuit > sont.

  3. Dans un ò libre du latin vulgaire (class. ŏ), toujours dans les mêmes conditions. Ex.: fŏcum > fou, jŏcum > jou etc., cf. EU, 2.

  4. Dans un ò latin entravé par l + consonne, par suite de la vocalisation de l’l. Ex.:*cŏl(a)pum >colp> coup, pŏllicem>polce>pouce.

  5. Dans la même voyelle entravée par deux l dont la première n’est pas latine, mais provient de l’assimilation à la seconde d’une dentale primitive. Ex.: corŏt(u)lat > croule, mŏd(u)lum > moule.

154α. Dans un ŏ libre, parfois, à l’Ouest. C’est la notation que présente çà et là, à côté de o et de eo, le Livre des Manières d’Étienne de Fougères : on la retrouve dans des documents angevins et tourangeaux, avec eu comme point d’aboutissement.

155β. Parfois, au Sud-Est et à l’Est, dans un ŏ latin suivi d’un b ou d’un v, ou d’une l non vocalisée, devant lesquels s’est développé un u. Dans Girart de Roussillon, on rencontre les formes voule (= vŏlat), frivoules, etc., ainsi que des rimes comme pouvre : recouvre (= recŭperat).

156En somme, à l’origine, bien peu de mots présentent cette diphtongue òu, prononcée avec une accentuation descendante et qui assone en ò avec des mots comme fort et mort, tandis qu’elle est soigneusement séparée de óu. La série devient beaucoup plus abondante lorsqu’elle s’augmente de tous les ou dont le second élément provient d’une l vocalisée. Cependant, au xiie siècle ce dernier òu s e ferme en óu et peut alors rimer avec tous les óu dont l’o est fermé Béroul dans son Tristan, associe dons (= dŭos) : tous (= tŏllitus, tŏltus). Ensuite la diphtongue devient monophtongue. Tous les ou se confondent en u. Gautier d’Arras, dans le Roman d’Eracle, fait déjà rimer vous (vōs) : fous (fŏllis). Au xiiie siècle l’unification de tous les ou s’achève, (cf. p.171, Ò : Ó.)

157ÓU

158Cette diphtongue française remonte :

159A l’ó libre du latin vulgaire (class. ō et ŭ) aux ixe et xe siècles, graphie qui ne se maintiendra ensuite que sur certains points du territoire, mais qui se généralisera à partir du xiiie siècle jusqu’au moment où ou sera remplacé par eu (cf. p.174, O, 2 et p.176).

160A l’ó libre du latin vulgaire mis en présence d’un ŭ latin post-tonique. Ex.: lŭ(p)um > lou, *dous (class. dŭōs), qui deviendra deus monophtongue au xiiie siècle. Il en est de même devant un v. Ex.: lŭpa > louve, rōbur > rouvre.

161A l’ó du latin vulgaire entravé par l + consonne, après vocalisation de l’l. Ex.: ŭltra > oltre > outre, mŭltum > molt > mont.

162Au même ó entravé lorsque la première consonne n’est pas une l. Dans cette situation, la notation la plus ancienne est ; on ne rencontre guère ou qu’à partir du xiiie siècle ; il est longtemps en lutte avec 0 qui disparaît seulement au xve Ex.: diŭrnum > jorn > jour, dŭbitat > dote > doute.

163Ici encore, très peu de mots se rangent primitivement dans cette catégorie, jusqu’au moment où elle reçoit un important renfort par suite de la vocalisation de l’l. A l’époque la plus ancienne, l’accentuation de cette diphtongue est descendante et elle assone en ó. Dans le Moniage Guillaume II, la même laisse réunit error, paor, bon, repont, poissons, desous, sous(= sōlus), etc... (XXXV), ou encore persone monde, coule (cŭculla), douce (douze), tesmoigne, coroce, par quoi l’on peut constater que ou n’est pas encore un son simple. De même dans Doon de la Roche, dons (duas), bout (bŭllit), sourt (surgit), derouz (diruptos) figurent dans des laisses en ó. Tout aussi caractéristiques sont ces rimes du Roman de Troie :

Tel noise font et tel tomoute (tumŭltum)
Que nus n’i poëit oïr gote. (v. 4537)
E si guarz bien qu’a tote gent
Seies larges, simples e douz,
E que les miens honors (honōres) sor toz. (v. 20730)

164Puis la diphtongue se réduit à un son simple u, qui se confond avec tous les u d’autres origine cf. Ò : Ó, p.171.

165OU : Ó (17 : O). On se reportera à la p.175.

166OU : U (U : U). Comme ló peut être noté ou monophtongue et prendre le son u, on rencontre parfois de pareilles rimes ; elles ont été expliquées ci-dessus (cf. Ó : U, p.177).

167U

168L’u français est issu :

  1. De l’ du latin vulgaire (class. ū) libre et entravé. Ex.:cūra> cure, nūda > nue, nūllum > nul.

  2. Il apparaît aussi aux troisièmes personnes du singulier et du pluriel des parfaits en -ui, par analogie avec la première. On a donc : il mut, il dut, il nut (nŏcuit), il valut, il tut, il but, etc. il crurent, il burent, il conurent, etc.

  3. Il se manifeste dans des mots d’emprunt ou il représente Vu latin. Ex.: tŭba > tube, stŭdium > estude, rŭdem > rude.

169α. Dans certaines régions, notamment en Wallonie et en Franche- Comté, comme plus anciennement en Angleterre, il peut résulter d’un ue primitif à accentuation descendante, issu lui-même d’un ŏ latin libre. On sait déjà que buf, cur, uvrent se trouvent dans Saint Brendan, au lieu de buef, citer, uevrent. Dans l’Est, si Priorat apparie pruevent : truevent, dans des mots proparoxytons il réduit la diphtongue et unit puples (= pŏpulus) : mubles (= mobiles) ; par vocalisation du p et du b, ces formes peuvent même être ramenées à pule et à mule.

170β. Dans les mêmes territoires, la diphtongue ui, elle aussi à accentuation descendante, peut perdre son second élément, quelle que soit son origine. C’est un phénomène fréquent chez les poètes anglo-normands. Chardry associe cestu : aparceü : lu, entendu : ennu etc.; on relève dans le Tristan de Thomas plus : us (= *ūstium), pertus : sus, chez Simon de Freine desdure : dure, obscure : lure, plus : pus, mut : nut. Il en est ainsi à l’Est ; on rencontre destrure : cure chez Priorat, destrure : nature dans l’Ysopet de Lyon, cude : multitude dans Girart de Roussillon, hus (= huis) : porveüs dans la Guerre de Metz.

171γ. En Picardie et parfois en Normandie, u est le point d’aboutissement de l’o libre latin mis en présence d’un u posttonique dans les mots lŏcum, fŏcum, jŏcum, sarcŏphagum (cf. EU, 2, p.159).

172U : Ó et U : OU. Je renvoie à la page 177.

173U : UI. Ces rimes s’expliquent par l’accentuation descendante de la diphtongue ui. Elles sont nombreuses en anglo-normand comme nuit : apparut dans Gui de Warewic. Elles le sont aussi en Ile-de- France, comme murmure : luire chez Guiot de Provins, conduire : dure, luire : nature, cuir : obscur chez Rutebeuf, etc. Bien entendu elles ne manquent pas dans le Sud-Est, comme duire : cure, déduire : verdure dans l’Ysopet de Lyon.

174Je rappelle que le signe u peut n’être qu’une notation du son qui provient de l’ó latin, cf. p.176.

175UE

176Cette diphtongue remonte à l’ò libre du latin vulgaire (class. ŏ). Ex.: bŏvem > buef, ŏperat > uevre, nŏvum > nuef, ŏvum (class. ōvum) > uef. Elle a succédé à un uo plus ancien dont les manuscrits nous ont conservé quelques échantillons et qu’on rencontre dans Sainte Eulalie (bŏna > buona, rŏgat > ruovet). Elle était à l’origine soumise à une accentuation descendante qui a quelquefois provoqué la disparition de son second élément (cf. Ò, ε, p.171 et U, α, p.183).

  • 24 C’est ce que soutient L. Jordan Altfr. Elementarbuch, p.92.

177Le son a hésité, semble-t-il, entre ųe et ųe, d’où la graphie oe, qui était surtout anglo-normande, mais qu’on retrouve dans le Roman de la Rose, à une époque où l’accentuation est d’ailleurs devenue ascendante (cf. p.180) ; ųe au contraire régnait sans partage à l’Est. Mais le changement d’accentuation a produit une diphtongue ẅę conservée jusqu’à notre époque, soit ouverte, soit fermée, dans les patois du Nord-Est, entre Lille et Mons. Ce ẅę évolue en ẅœ, qui devient oe monophtongue au xiiie siècle par suite de l’effacement de la semi-voyelle et qui sera écrit eu. Ainsi ŏ passé à eu, à partir de ce moment, rime peu à peu avec les eu de toute origine, issus soit de ò + u, soit de ó + u, soit de ó, soit de é entravé par l + consonne (cf. EU, p.159). Il faut noter que la graphie ue persiste pendant très longtemps après que la prononciation s’est déjà fixée en oe. Certains pourtant pensent que cette diphtongue n’est devenue monophtongue qu’au début du xve siècle24.

178En Wallon, mais dans des cas assez rares, lò latin peut aussi se diphtonguer devant entrave. On possède des formes comme mŏrtem > muert.

179UEU

180Les triphtongues n’ont pas subsisté en français, et nous n’avons plus de traces de celle-ci. Elle provient d’un ŏ latin libre suivi de l ou l + consonne de flexion, et elle aboutit à eu. Ex.: filiǫlus > filluels > filleus, sǫlet > suelt > seut, vǫlet > vuelt > veut, cǫlligit > queut (cette dernière forme se trouve dans Raoul de Houdenc). L’ęu dont il s’agit ici est d’abord prononcé ęẅ et assone avec les ęu d’autre origine, sauf avec celui qui provenait de l’a libre latin suivi de l + consonne de flexion, et avec celui qui était issu d’un latin en hiatus devant u posttonique (cf. EU, 6 et 1, p.159 et 160). Plus tard il devient monophtongue et s’accorde alors avec tous les eu, sans distinction. Au sujet de oculos > yeus, on se reportera à IEU, p. 168 ; ce mot rime avec mlius > mieus chez Guillaume le Clerc de Normandie dans le premier tiers du xiiie siècle.

181UI

182Cette diphtongue provient :

  1. D’un ūī latin dans quelques formes du latin vulgaire, *fūī > fui, *cūī cui, *illūī > lui.

  2. De ú du latin vulgaire (class. ū)+yod. Ex.: frūctum > fruit, lūcet > luist, minūtiat > menuise.

  3. De ò du latin vulgaire (class. ŏ) + yod. Ex.: nŏctem > nuit, bŏdium > pui, cŏrium > cuir. C’est là le résultat de la réduction d’une triphtongue plus ancienne représentée seulement dans de rares textes, comme le Roman du Mont Saint Michel.

  4. D’un è, d’un é, d’un ó du latin vulgaire (class. , ē, ō) appartenant au radical de parfaits forts et mis en présence de la terminaison -ui. Ex.: esttui (class. steli) > estui, bēbui > bui, mōvui > mut.

183α. En Normandie, de ŏ libre suivi de l qui dégage un yod en s’effaçant devant l’s de flexion. Ex.: ŏculos > UIZ. Chez Benoît de Sainte-More, Suchier a relevé uiz : viz (vivos), niz : nuiz (noctes), orguiz (germ. urgŏlius) : bruiz.

184β. Dans l’Est et le Sud-Est, d’un u latin après lequel s’introduit un i parasitique qui le plus souvent n’est pas prononcé. La Guerre de Metz présente la succession de rimes respanduit : descendus : rendus : deffendus ; l’Ysopet de Lyon associe duire : cure, déduire : verdure.

185A l’origine ui, prononcé ųy, est articulé avec une accentuation descendante et assone en u : conduiz et lui, dans le Pèlerinage, prennent place dans une laisse en u. Pour la même raison l’auteur de Gui de Warewic associe nuit : aparut, venus : pertus (= pertuis), tandis que Rutebeuf apparie obscure : luire, cure : nuire. Cependant, dès le xiie siècle cette diphtongue prend une accentuation ascendante dont le plus ancien exemple, martire : deduire, se rencontre chez Ph. de Thaon, et dont Benoît de Sainte-More fait grand usage (destruire : ocire, respit : nuit, cuit : desconfit etc...). Longtemps ces deux prononciations seront en lutte, jusqu’à ce que la seconde évince complètement la premiêre.

  • 25 L. Havet, 01 et UI français, dans Romania, 1874, p.332.

186Au Nord-Ouest du domaine de l’ancien français (en Angleterre), où l’ó latin libre est rendu par u, la graphie ui n’a d’autre valeur que óy. L. Havet25 a fait remarquer que dans nos premiers textes duinst, defruisent, reconuisent, bosuingn, anguisset, puing, juindre, assonent en ó. Dans Gui de Warewic, la rime puisse : anguisse (angoisse) est basée sur l’écriture.

187UI : I. Je renvoie à I : UI, p.164.

La voyelle féminine posttonique

188C’est de l’e muet (œ), qu’on appelle aussi e sourd, qu’il s’agit. Ou bien il est issu de l’a latin final, comme dans lana > laine, arma > arme, ĭlla > elle. Ou bien c’est le son sur lequel s’opère l’expiration de la voix après certains groupes de consonnes qui succèdent à l’accent. On notera en effet que tous ne s’en font pas suivre : par exemple rm, rn, rr ne l’exigent pas, et l’on a infĭrmum > enferm, diŭrnum > jorn, frrum > fer. D’autres au contraire l’entraînent régulièrement : pslmum > saume, cŭltrum > coltre. Il est indispensable aux proparoxytons : cŭrr(e) > courre, s(i)num > asne, jŏv(e)nem > juene, cor + t(i)cum > corage ; mais il ne l’est pas aux paroxytons, comme on peut le constater en comparant cŏmitem > conte avec pŏntem > pont ; cependant il se manifeste dans certains mots de cette dernière catégorie même lorsque deux consonnes latines se sont réduites à une seule en français : ptrem > pere, mtrem > mere. Cet e a une valeur étymologique quand il réprésente l’a latin posttonique ; ailleurs c’est une voyelle d’appui ou de soutien, qui, dans des mots comme ventrem > ventre, mem-brnm > membre, ne découle phonétiquement ni de l’e ni de l’u. Quelle que soit pourtant son origine, il divise le vocabulaire, au point de vue de la versification, en deux catégories ; les mots où il existe ne peuvent fournir que des rimes féminines, tandis que les autres, ceux dont il est absent, forment des rimes masculines.

  • 26 VB., p.59 et 151.

189Dialectalement, on peut signaler, dans quelques textes du Nord- Est, que tu, employé dans des propositions interrogatives, s’est affaibli en te, fournissant ainsi aux poètes des finales féminines pour leurs fins de vers. Tobler26 en a donné des exemples, parmi lesquels celui-ci : quels om ies le rimant avec bieste dans Baudoin de Condé ; ainsi a fait également Adenet le Roy au cours d’une laisse de Berthe aux grands pieds (v. 2216-2228) où on lit triste : traisis-te : le faisis-te : mesis-te : le jehis-te : garis-te : presis-te : l’antechriste. Il s’agit peut-être là d’une analogie, car on trouve les pronoms je, le et ce employés de la même façon par divers poètes du Moyen Age dans la même région.

II. Les voyelles et diphtongues nasales

  • 27 Pour plus de détails, je renvoie à mon article la Nasalisation des Voyelles françaises, publié dans (...)
  • 28 Quand j’écrirai voyelle + n, cela devra s’entendre également de voyelles + n ou + m.

190Plusieurs théories sont en présence au sujet de la nasalisation des voyelles27. La première est celle de G. Paris, qu’il a exposée dès 1872 dans son édition de Saint Alexis et qu’il a maintenue en toutes circonstances, notamment dans un article de 1881, puis en tête de ses Extraits de la Chanson de Roland, enfin dans un compte rendu provoqué par le travail de Uschakoff dont il sera question plus loin. Elle est basée sur le régime des assonances et peut se résumer dans cette règle : toutes les fois qu’une voyelle placé devant m ou n28 n’assone plus avec cette même voyelle placée devant tout autre consonne, c’est qu’elle est nasalisée. Ainsi a et e n’étaient pas nasalisés dans les Poèmes de Clermont, au xe siècle, mais ils le sont au milieu du xie dans Saint Alexis ã et ne se mélangent pas avec leurs variétés pures ni même, l’une avec l’autre ; l’assimilation de ces deux nasales est complète à l’époque de la Chanson de Roland, où elles sont confondues. On ne devient ô qu’à la fin du xiie siècle, ien ne passe à que dans la seconde moitié du xiiie. Quant à i et à u, ils n’absorberont l’n consécutive, en prenant d’ailleurs un autre timbre, qu’au xvie. Car a, e, o, oe ; sont en effet les seules voyelles susceptibles de se nasaliser en gardant leur nature, ce qui n’est pas le cas de, i, u, et u.

  • 29 Fr. Diez, Grammaire des langues romanes, 3e éd., trad. A. Brachet et G. Paris, 1874, t. I, p.202-3  (...)
  • 30 Publié par A. Neubauer dans les Romanische Studien, t. I, p.166 sq.; les traductions latines placée (...)

191Une autre théorie29 dont les signes précurseurs apparaissent déjà chez Diez, est celle de H. Suchier, qui a été d’abord formulée en 1882 par son élève H. Engelmann, et qui se dessinait d’ailleurs déjà dans un compte rendu de d’Arbois de Jubainville paru en 1872. Suchier n’entre lui-même en scène qu’en 1893, date à laquelle il publie son Altfranzösische Grammatik, où l’on trouve ces deux propositions : d’abord que la nasalisation s’est produite en même temps pour toutes les voyelles nasales que nous possédons encore, et sans doute au ixe siècle, comme le voulait Diez ; en second lieu, que l’assonance repose uniquement sur la concordance orale des voyelles toniques ; cela explique qu’on ait uni ain : an, ein : en, un : uin : u, ón : óin : ó, in : i, uen : ue, ien : ie. De ses deux propositions il justifie la seconde en s’appuyant sur une série de graphies, etridrent (strinxerunt) dans le Vocabulaire hébraïco-français d’Oxford, sur des rimes comme prince : rice, rencontrée chez Ph. Mousket, et sur d’autres faits de ce genre. Ainsi avait déjà procédé d’Engel-mann, qui avait cité d’autres formes contenues dans le même Vocabulaire30, abominat (abominaus), avenats (decens), treinat (trahens), koraus (fluentes), a venats (venientibus) etc. Telle est également la méthode qu’avait employée d’Arbois de Jubainville en se basant sur des diplômes mérovingiens.

  • 31 Grundriss, t. I, p.576.

192Quelques années après avoir pris position dans son Altfranzö-sische Grammatik, Suchier revient encore sur la question dans le Grundiss de Groeber31. Il le fait en ces termes : « Je n’hésite pas à donner raison à Diez, qui place déjà au ixe siècle la date de la nasalisation de l’o. Je crois que toutes les voyelles ont subi à la même date la nasalisation. Si l’e nasal et l’a nasal ne riment jamais en ancien français avec l’e et l’a purs, la cause en était que la nasalité leur avait donné un autre timbre mais non point parce que leur nasalité, envisagée comme telle, y faisait empêchement. La nasalité a rendu plus grave le timbre des voyelles ò, a, è, é, de telle sorte que ò est devenu identique à 6, è à è devant nasale, d’où, en ancien français, respŏndet > respónt, sagma > sauma > sóme, intus > énz.» Tout ceci est extrêmement bref, et même, pour reprendre l’expression de G. Paris, formulé d’une façon sommaire. Suchier se contente d’affirmer, sans distinguer ni préciser. Il discerne cependant que la nasalité a eu une certaine influence sur le timbre de la voyelle nasalisée et l’a quelque peu modifié ; mais s’étant ainsi avancé sur la bonne voie, il tourne court et s’arrête. La théorie, qui s’oppose directement à celle de G. Paris, a rallié quelques romanistes, notamment Meyer-Lübke et l’élève de celui-ci, E. Herzog, tandis que L. Jordan a cherché un compromis qui utilise les deux thèses.

  • 32 Zur Frage von den nasalierten Vokalen.
  • 33 Zeitschrift f. röm. Phil., t. XXII, p.539 (Herzog); Kritischer Jahresbericht, t. VII, I. p.232 sq. (...)

193Or, en 1897, entre l’Altfranzösische Grammatik de Suchier et les lignes très brèves qu’il a consacrées à ce problème dans le Grundiss de Gröber, Ivan Uschakoff fait paraître sur le même sujet un important article32 qui provoque une réponse de G. Paris dans Romania, et deux comptes-rendus en Allemagne, l’un d’E. Herzog, l’autre de G. Rydberg33. Uschakoff propose une explication qui diffère encore de celles que j’ai résumées. Il ne le fait pas sans quelque embarras, puisque, après avoir accordé à Suchier que la nasalité de toutes les voyelles est apparue à la même époque, « c’est-à-dire très tôt, certainement avant le xie siècle », ce qui ne peut signifier que la condamnation du système de G. Paris, il se contredit dans sa conclusion et en vient à admettre que a et e ont reçu plus tôt que les autres voyelles une sonorité nasale. A Suchier, il riposte que ce n’est pas la concordance du timbre oral des voyelles toniques qui permet d’associer les voyelles pures et les voyelles nasales ; tout se règle au contraire d’après le degré de nasalité de celles-ci. En d’autres termes, si, à l’origine, ã et n’assonent pas avec a et e (il néglige ici la Passion), tandis que ẽ, ũ, yẽ le font avec i, u, ye, c’est que dans ã et ẽ, la nasalité est forte, tandis qu’elle est faible dans ĩ, ũ, yẽ.

  • 34 C.-H. Grandgent, Introduzione..., p.165.
  • 35 De la nasalité en italien (1904), p.87 sq.

194Que faut-il penser de ce long débat ? Tout d’abord, à quelle époque commence la nasalisation des voyelles ? Il est certain qu’elle est beaucoup plus ancienne que le ixe siècle, puisqu’elle se rencontre déjà en latin, en témoignage de Priscien et de Marius Victorinus. Les graphies d’ailleurs sont éloquentes : on constate qu’il y a, en position entravée de la voyelle, hésitation fréquente entre \’m et l’n dont elle est suivie, c’est-à-dire que m et n n’ont plus un son distinct : seuper, quamta, nynfis etc. Mieux encore, il peut y avoir effacement total de la consonne nasale, ce qui se produit devant les consonnes labiales, dentales et fricatives, mais est de règle en latin vulgaire devant l’s : on rencontre en effet decebris, exeplu, occubas, iferos, infas, cojux, cosol, ifimo, ifra et bien d’autres. De pareils faits se constatent non seulement en Italie, mais encore dans les inscriptions d’Espagne et de Gaule. En position libre, la graphie ne nous révèle rien à l’intérieur des mots ; on écrit finis : fames, comme le plus vieux français écrit pome, dont cependant l’o était nasalisé. Au contraire, à la finale, l’m, qui n’empêche pas l’élision dans la poésie classique, n’est souvent pas noté dans les polysyllabes (dece, eoru, mecu etc.), tandis que dans les monosyllabes, il est parfois remplacé par n (quen au lieu de quem, cf. en français Adan, Jerusalen, flun). Le phénomène de la nasalisation est très ancien, puisque Plaute, ainsi que l’indique C.-H. Grandgent34, se sert fort souvent de la forme mostrare au lieu de monstrare. Il n’a même rien que de très naturel, car, dans des conditions semblables, il se reproduit dans des langues modernes qui passent pour ne posséder que des voyelles pures, G. Panconcelli-Calzia35 a mis en lumière de nombreux cas d’infection nasale dans les parlers italiens d’aujourd’hui ; celle-ci intervient à des degrés divers, et fort souvent sans que les auditeurs s’en aperçoivent.

195Il est donc impossible d’admettre que la nasalisation ait débuté au ixe siècle comme une espèce de maladie qui se serait attaquée d’abord à a + n et à e + n, et qui ensuite se serait étendue aux autres voyelles par une contagion à accès intermittents, sans qu’on puisse, ainsi que l’a remarqué Uschakoff, découvrir dans ses empiètements successifs le moindre rapport de cause ; il est invraisemblable qu’elle ait attendu, pour se soumettre i et u, le moment même où s’opère la dénasalisation devant les syllabes féminines, celui où pȏme devient pome. En outre occubas atteste un u nasal, iferos un i nasal ; il en serait de même pour l’u s’il avait existé dans la langue des Romains. Si ces voyelles manquent au français moderne, il ne s’ensuit pas que notre langue ne les ait jamais possédées. Malgré les assertions de G. Paris, tout le monde peut placer son organe phonateur dans la position de i, u, u, en accompagnant le souffle buccal d’un souffle nasal : les sujets affligés de nasonnement accomplissent à tout instant cette opération sans la moindre difficulté. Il est des patois qui utilisent de pareils sons : l’abbé Rousselot a recueilli ũ dans le Quercy et en Franche-Comté, ũ en Provence, dans le Var, ĩ dans la Charente, en Ille-et-Vilaine et en Franche-Comté ; il a reproduit ses tracés, où l’on peut voir à l’oeil nu que ces voyelles sont nasalisées, tout comme se nasalisent a, e, ou o ; d’ailleurs, me fait observer mon collègue Ch. Rostaing, ĩ, ũ et ũ sont courants dans toute la Provence.

196La voyelle nasalisée est traitée selon le degré d’ouverture ou de fermeture auquel elle est parvenue lorsque notre langue se constitue. Il importe d’insister sur ce fait qu’il est indifférent que le timbre oral soit ou non accompagné d’un souffle qui passe par le nez et qui d’ailleurs n’en modifie pas sensiblement le son fondamental : si l’ ĕ est libre, il se diphtongue en ie dans toutes les positions : bne donne bien, comme pdem donne pié ; si l’ŏ est libre, il se diphtongue en ue tant qu’il garde son articulation ouverte, si bien qu’on a tŏnet > tuent dans le Psautier de Cambridge, comme ŏpus > ués. Un cas très caractéristique et celui de l’é entravé en latin classique par n + s ; alors la nasalité envahit la voyelle et l’n disparaît ; mēnsem devient mesem avec une tonique nasalisée ; mais cette tonique est désormais libre ; elle suit par conséquent le sort de tous les è accentués libres ; on a donc nuis, de même qu’on a habēre > aveir.

  • 36 Il est pourtant deux faits qu’on pourrait être tenté d’invoquer contre l’hypothèse d’une nasalisati (...)
  • 37 Rousselot, Précis de prononciation française, 1902, p.47, fig. 37.
  • 38 G. Panconcelli-Calzia, op.cit., p.87 sq.

197G. Paris a cru qu’à l’origine de notre langue la nasalisation, encore incomplète, laissait toujours subsister la consonne, que, dans les terminaisons masculines, on prononçait bõn, et non bõ, comme aujourd’hui, qu’on disait pareillement rõmpe, bõnde. Les témoignages des grammairiens du xvie siècle sont assez confus. Le son moderne n’est défini avec netteté que par l’abbé de Dangeau à la fin du xviie siècle ; il nous atteste que la consonne, tout au moins dans le parler correct, avait été complètement absorbée par la voyelle antécédente. « On fredonne, dit-il, on fait un port de voix sur õ, ã etc.; si la consonne existait, on fredonnerait sur a ». On serait donc tenté de croire que l’effacement de la consonne n’est devenu total qu’au xviie siècle. Toutefois les graphies des inscriptions latines, puis celles qu’on rencontre au Moyen Age, poig, loig, soig, besoig dans Girarl de Viane au début du xiiie siècle, d’autres semblables dans d’autres textes, nous forcent à admettre que, très anciennement, dès qu’une voyelle se trouvait placée devant une consonne nasale, cette voyelle pouvait être pénétrée par la nasalité jusqu’à disparition complète de la consonne (poig représentant pȏy etc.). D’ailleurs le poète allemand Wolfram von Eschen-bach, à la fin du xiie siècle, ainsi que le note Suchier, n’entend pas d’n dans le nom de lieu Provins, qu’il transcrit par Provis. Il faut penser que toutes les prononciations qui ont cours aujourd’hui dans les diverses provinces étaient déjà représentées au Moyen Age. Il y a eu des endroits où l’on disait bȏn, et d’autres où l’on disait bȏ, avec des points intermédiaires de l’un à l’autre et des degrés dans l’infection nasale36. Ces faits relèvent de la géographie linguistique. Dans le Midi de la France, la voyelle peut être restée absolument pure devant m ou n. C’est en remontant vers le Nord qu’elle se nasalise, soit qu’elle s’attribue partiellement la consonne, soit qu’elle se l’incorpore entièrement, sans que celle-ci, au terme extrême de cette marche envahissante, conserve une existence autonome. Une inscription du mot conte en.rouergat, commentée par l’abbé Rousselot37, nous montre, après la consonne initiale, un o pur dans sa première partie, puis nasalisée au contact de l’n, qui est encore prononcée, c’est-à-dire que le tracé révèle la présence d’une diphtongue semi-nasale + n, tandis qu’au Centre et dans le Nord de la France, il n’y a qu’une voyelle unique ȏ, soit d’un côté koõntoe, de l’autre kȏtoe. C’est l’inexpérience des premiers phonéticiens qui ne leur a pas permis de nous renseigner exactement. De même, en Italie, les voyelles nasalisées que signale G. Pancon-celli-Calzia ne se rencontrent, avec des degrés divers, que dans l’aire géographique qui va du Piémont jusqu’à Rome, tandis qu’elles ne se manifestent pas plus au sud ; le phénomène, comme en français, peut aller jusqu’à l’absorption complète de la consonne nasale par la voyelle ; alors tonfo devient tȏfo, ponsò, passe à põsò, punsi à pũsi, sãnscrito à sàskrito, Manlio à Mãlio,38 etc. C’est l’étude des assonances et des rimes qui nous permet de nous rendre compte de l’évolution des voyelles nasales. A cet égard la dissertation de H. Engelmann, qui a malheureusement laissé la Passion en dehors de son enquête, est extrêmement utile, à cause du grand nombre de textes qu’il a examinés. Voici les faits principaux. A et an, ou ai diphtongue et an, assonent dans la Passion, où l’on trouve cantes : reswardet (49) et forsfait : oicisesant (44), mais sont séparés dans tous les poèmes de date postérieure. An et en, encore disjoints dans Saint Alexis, se mélangent à partir de la Chanson de Roland, sauf en normand, en picard et en wallon.

198De leur côté e et en sont appariés dans la Passion (crucifige : ensems, 57 ; Jherusalem : plorer, 66 ; veslimenz : ver 68), mais cessent de l’être ensuite. Sauf dans le Roman d’Alexandre et le Chevalier au Cygne, où les mots en -ien sont groupés, ien assone avec ie + consonne : donc, dans le Pèlerinage, on a Ogiers : travailier : congiet : soztient : torneier, etc., dans Hnon de Bordeaux, on rencontre Orliens : plenier : vient : conseillier, etc. Marchent ensemble i et in pendant tout le Moyen Age, d’où des séries comme pris : Pepin : vin : mescin : mis etc. (Ogier, v. 284 sq.), ainsi que ces rimes Prince : rice etc. que Suchier a citées. Dans Saint Léger, Saint Alexis, la Chanson de Roland, Gormond, Aiol, Aucassinet Nicolette, on s’unit avec ó, ainsi Saint Léger associe sermons : tresloz (6), raison : corroptios (32), passions : senior (30) ; mais on constate, dès la Chanson de Roland, un effort pour grouper à l’intérieur d’une même laisse les mots en -on, qui ne rimeront plus qu’avec eux-mêmes à la fin du xiie siècle. Quant à u enfin, il ne se sépare pas de un avant le xvie siècle ; jusqu’à cette époque, l’usage est celui de nos plus anciens poèmes, selon ce type que nous présente le Pèlerinage, dus : chanut : bruns : vestut : vertut :brun : festus : chanuZ : durs.

  • 39 L. Jordan, Altfranzösische Elementarbuch, p.60.

199Uschakoff, ainsi qu’il a déjà été dit, attribue à ã et à ẽ une nasalité très forte, tandis qu’elle aurait été très faible pour les autres voyelles. C’est pour cette raison, à l’en croire, que ã et n’assonent pas, dans nos textes les plus anciens, avec leur variété orale, au contraire de ce que font i, u et ie. Mais il ne tient pas compte des exemples que nous apporte la Passion. En outre, pour toutes les voyelles nasales l’afflux de l’air dans la cavité du nez peut être modéré ou augmenté, avec des variations qui peuvent aller pour chacune d’elles du simple au décuple, selon la nuance expressive que veut y mettre celui qui parle. L’illusion de Uschakoff a été partagée par L. Jordan, qui a voulu établir une différence entre les voyelles à simple coloration nasale (blosses Näseln) et les voyelles à pleine nasalité (voile Nasalierung)39 Toutes les voyelles, i, u, u comprises, oscillent tour à tour, selon la façon dont on les prononce, entre la simple « coloration nasale » et la pleine nasalité, avec toute l’exagération qu’on peut mettre dans celle-ci. L’i n’y est pas plus réfractaire que l’a, a justement remarqué E. Herzog ; il n’y a aucun empêchement à faire entendre ĩ de telle façon que, la plus grande partie du souffle s’écoulant par le nez, un miroir placé devant la bouche pendant l’émission sera à peine terni.

  • 40 Cf. supra, t. II, p.105.

200Le cas de la finale ien et un peu particulier. Cette diphtongue yẽ, à l’origine, se mélange aux ye de toute provenance, et la séparation ne s’opère que dans la seconde moitié du xiiie siècle. G. Paris, dans sa réponse à Uschakoff, a écrit que primitivement l’e de yẽ n’était pas nasalisé, soit parce que l’accent était alors sur le y, soit ce qui lui semble moins probable, à cause de l’action excercée par ce y. C’était à la première de ces interprétations qu’il préférait s’en tenir et elle se défend pour de fortes raisons que l’on connaît déjà40

201Mais cela ne signifie pas que le second des sons composants de la diphtongue restait en dehors de l’assonance, puisque tous les deux étaient issus de la même voyelle latine, ni qu’il n’était point exposé à subir la contagion de l’n. Nous reviendrons sur cet e de yẽ pour montrer quelle en a été l’évolution.

  • 41 Meyer Lübke, Historische Grammatik der französischen Sprache, p.70.
  • 42 L’abbé Rousselot a observé qu’à une certaine distance la nasalité n’était pas entendue et que l’on (...)
  • 43 Principes, p.571.

202L’a que le latin avait légué au français était a moyen ; ᾶ fut d’abord un a moyen nasalisé, et c’est pour cette raison que a et ã assonèrent : ce stade de la prononciation est celui que nous présente la Passion de Clermont. De même l’e nasalisé fut à l’origine un e fermé (é), sonnant comme il sonne aujourd’hui en Provence : cela rend compte qu’on ait pu l’associer avec l’é pur, et que le poète de la Passion ait écrit crucifige : ensems, Jherusalem : plorer, ce qui était parfaitement correct. Quant à celui qui figure dans la finale -ien, il faut en juger d’après ce qu’il était dans -ié et -ier. Or tous les ie assonent, dès Sainte Eulalie, qu’ils proviennent de yod + a, ou de l’ libre, ou du suffixe -rium ; l’é y avait un son fermé. Donc le timbre de cet e était le même dans -ien, qui ne différait primitivement de -ié, -ier que par l’adjonction d’un souffle nasal : cela explique donc que ye et yẽ aient pu se faire écho à la fin des vers pendant très longtemps ; même quand l’accent était sur l’y, l’ẽ et IV qui suivaient ce y n’étaient pas des voyelles étrangères l’une à l’autre, et, nasalisé mise à part, se correspondaient exactement, comme a correspondait à a. De même encore l’o nasalisé étaient un o fermé (ó), ce dont Meyer-Lübke s’est rendu compte41: voilà pourquoi on fait assoner pendant très longtemps la voyelle pure et la voyelle nasale. Quant à in et un, ils se faisaient entendre sous les espèces ĩ et ũ, sons auxquels le français proprement dit a plus tard renoncé, de telle sorte que pins et pis s’appariaient sans difficulté. Que la consonne nasale subsistât ou non derrière la voyelle nasalisée, cela n’avait nulle importance. En outre, le sentiment général ne considérait pas qu’un souffle passant par le nez pendant l’émission de la voyelle pût rendre l’assonance impossible, du moment que le timbre oral de cette voyelle restait le même42. Qu’on s’efforce donc de nasaliser un a moyen, un e, un o, et un u fermés : on peut se rendre compte que la sonorité n’est guère changée et que ces voyelles ainsi modifiées se distinguent à peine de leurs variétés pures. L’abbé Rousselot en a fait l’observation. « Remarquons, a-t-il écrit43 que l’écoulement de l’air par le nez... n’est très nettement senti... que joint aux voyelles ouvertes a, è, é,oe, o, qu’il ne modifie que très faiblement les voyelles très fermées i, u, u, et que pourtant, dans ce cas, il peut être considérable.» Il faut cependant corriger certains des termes de cette énumération : ce sont à, è, o, œ qui prennent une valeur assez différente quand on les nasalise, tandis que a, è, ó, i, u, u paraissent à peine changés. Ce dernier groupe est, en effet, le seul qui, une fois nasalisé, supporte l’assonance avec les variétés pures correspondantes.

  • 44 Romania, t. XXVII, p.300-I.
  • 45 La dénomination d’à fermé, avait reconnu l’abbé Rousselot, est sujette à la critique, car plusieurs (...)
  • 46 Ces chiffres et ceux qu’on trouvera plus loin ont été donnés par l’abbé Rousselot (Précis, p.48). J (...)

203Or, il se produit ce phénomène très remarquable que les voyelles primitivement nasalisées dans les conditions ci-dessus indiquées changent de timbre au cours de leur histoire et qu’elles prennent, au bout d’un certain temps, une nasalité plus grave. C’est ce dont G. Paris s’est parfaitement rendu compte, bien que ce ne soit pas là, au contraire de ce qu’il a écrit44, le signe de la nasalisation : celui-ci réside au contraire dans le passage de l’air à travers le canal nasal. L’a moyen nasalisé primitif est devenu ce que nous appelons un a fermé nasal, ce qui signifie qu’il a pris un timbre beaucoup plus grave, et que la partie postérieure de la langue ne touche le palais que très en arrière de la position de l’a moyen ; c’est-à-dire que la langue s’est abaissée. En raison de cette position articulaire, quelques phonéticiens, comme M. Grammont, donnent à cet a le nom d’ouvert, au lieu de celui d’a fermé qu’il reçoit habituellement45. La note caractéristique de l’a moyen étant de 1026 vibrations doubles à la seconde, celle de l’a grave n’est que de 91246. Quand le timbre de base, en d’autres termes le timbre oral de la voyelle nasalisée, a changé, et il a changé progressivement, l’accord avec la voyelle pure, qui ne s’était pas modifiée, est devenu impossible ; alors a et ã, n’ont plus assoné parce qu’ils étaient trop différents l’un de l’autre, indépendamment du fait que l’un s’accompagnait d’un souffle nasal et que l’autre ne le faisait pas. Voilà pourquoi a et ã, encore mélangés dans la Passion, sont séparés dès le milieu du xie siècle, comme on le constate dans Saint Alexis, et sont restés distincts depuis cette époque, malgré l’apparition d’un ά pur, analogue à celui qui est aujourd’hui à la base de notre ã, et qui s’est d’abord manifesté, semble-t-il, quand une s consécutive avait cessé de se faire entendre devant consonne, comme dans pasta > paste > pâte : la tradition, une fois solidement établie, a empêché toute modification de l’usage.

204De même l’e fermé nasalisé primitif (ễ) s’est d’abord ouvert et est devenu ễ. C’est-à-dire que le timbre de l’é étant de 1824 v. d. et celui de l’è de 1368, le timbre de cet e ouvert nasal, le même qui se fait entendre aujourd’hui dans notre finale -in (prononcée ẽ) est de 1348, sensiblement équivalent au timbre de è. Or un son de 1348 v. d. ne pouvait plus s’accorder avec un son de 1824. Ce changement était déjà accompli à l’époque de Saint Alexis, et voilà pourquoi, dans ce poème, é ne se mélange plus avec comme il l’avait fait dans la Passion. Mais, dit Uschakoff, si, selon Suchier, l’e nasalisé a pris le son de , qu’il a conservé en certains points du domaine français, une telle transformation d’après ses prémisses, n’éclaire pas ce fait que, lorsque e devant n ou m n’a pas le timbre de ᾶ, on ait évité d’associer cet e + n ou m avec è pur. Pourquoi donc entre (ĭntrat) ou tendre (tĕndere) n’ont-ils jamais assoné avec belle ou avec terre ? Il en propose une explication qu’il s’empresse au surplus, mais à tort, d’écarter : c’est que, suggère-t-il, bien que e + n fût séparé à l’origine de a + n, la qualité orale de l’e nasalisé était située entre é et è, ou peut-être entre è et a. Cette dernière interprétation, qui est la bonne, doit être tout au moins précisée. Il faut penser que la nuance de l’è nasalisé — on s’en rend compte aujourd’hui à l’oreille d’après in articulé — n’était pas la même que celle de l’é pur de belle et de terre, celui-ci beaucoup plus ouvert. L’e comporte en effet un grand nombre de variétés qu’on n’épuise pas toutes en disant qu’il peut être ouvert, moyen, ou fermé. Il est ouvert dans bonnet, mais il l’est d’avantage dans belle ; il peut avoir un son plus grave que celui dont la note caractéristique est de 1368 v. d. et tendre vers l’a moyen.

  • 47 Abbé Rousselot, Précis, p.44, fig. 15 A1 et 18 B1.
  • 48 Je liens à rappeler le texte de G. Paris (Remania, t. XXVII, 1898, p.303) « L’e de ie ne s’est pas (...)
  • 49 H. Suchier, Altfri. Gram., p.75.

205Cela même explique le passage de ẽ à ã. Si par la voie du nez, on fait passer un souffle d’une part sur un a moyen et de l’autre sur un è, on peut se rendre compte qu’au point de vue acoustique il est bien difficile de découvrir entre eux quelque différence. Ainsi l’ã du mot demander, prononcé par un Marseillais du peuple, est souvent transcrit actuellement par , alors qu’il s’agit d’un a moyen nasalisé, son que le français proprement dit ne possède plus. « La région d’articulation de , remarque l’abbé Rousselot47, est intermédiaire entre a et è. La langue se place 2 à 3 mm environ au-dessous de la position de è. Les mâchoires se rapprochent et les lèvres s’avancent : c’est un a labialisé nasal ». Il est donc évident que l’é primitif, qui s’était ouvert en ễ, continuait de se relâcher lorsqu’il fut accroché par ã, alors articulé par un a moyen. La rencontre a été enregistrée par la Chanson de Roland, où, pour la première fois, ã et ẽ assonent : la laisse 47 présente en effet la succession olifant : avant : Tervagan : espans : Rollant : gent : veirement : comant. Il y en a d’autres exemples dans le même poème. Sans doute s’agissait-il alors d’une voyelle qui possédait un son un peu plus aigu que notre â actuel ; c’est dans la suite — mais nous ne savons au juste à quelle époque —- qu’elle aura pris le son grave a que nous lui donnons aujourd’hui. En Normandie et en Picardie au contraire, ã et sont restés séparés parce qu’il n’y a pas eu entre eux de contact phonétique, le premier ayant pris sans doute un son grave tandis que le second demeurait encore fermé. Le changement d’accentuation de la diphtongue yẽ, accentuation qui peu à peu est devenue ascendante à partir du début du xiie siècle, n’est pas la cause de la nasalisation de l’e48,car la voyelle dont cette diphtongue est issue était nasalisée devant n dès l’époque latine. Si yẽ a cessé définitivement d’assoner ou de rimer avec dans la seconde moitié du xiiie siècle, c’est qu’alors son é, longtemps maintenu comme tel à cause de l’influence exercée par le premier élément de la diphtongue, qui avait un timbre aigu, s’est lui aussi ouvert, si bien que tout accord est devenu impossible. En somme yẽ a suivi avec quelque retard l’évolution de en, d’abord prononcé et qui, en passant par ễ, a abouti à ã. C’est le y qui a permis à la diphtongue yẽ de se fixer en au lieu de prendre un son plus grave. Cependant ce dernier état a été atteint d’assez bonne heure en certaines régions, ce qui achève de souligner le parallèlisme de et yẽ. Dès le milieu du xiie siècle, en anglo-normand et en normand, on rencontre des formes en iã, ce qui suppose que l’étape yẽ par è nasal, avait déjà été pratiquement atteinte dans ces régions, puisqu’elle y était dépassée. Selon Suchier49, les formes crestian, paian, figurent dans le Roman de Rou, et -ian rime avec an dans Gaymar. A considérer ces faits, on pourrait croire que yẽ, même après avoir changé de timbre, a longtemps continué d’assoner avec pour des raisons de commodité, à cause du petit nombre de mots qui présentaient cette désinence.

  • 50 D’une manière analogue, c’est un a fermé qu’a laissé apparaître à quand il s’est dénasalisé dans le (...)

206De son côté ó nasalisé (ỗ) qui assonait avec l’o fermé pur, n’a pas conservé ce timbre. La note caractéristique de cet ó, fixée par Helmholz et Koenig, est de 456 v. d. à la seconde ; elle est de 684 pour l’o moyen et de 690 pour õ, tel que nous le prononçons aujourd’hui. Cela revient à dire que notre ȏ est un o moyen nasalisé, très sensiblement, et c’est en effet un o moyen qui s’est manifesté50, aussitôt que la dénasalisation s’est produite, dans les finales féminines en -onne (couronne) et en -omme (pomme), dont la tonique était autrefois nasalisée. L’o moyen ne pouvait plus assoner avec l’o fermé, que celui-ci fût ou non recouvert d’un souffle qui passait par le nez : ici encore c’est le timbre de base qui a été déterminant et qui a décidé de l’accord ou du non-accord des voyelles toniques. On voit, par l’examen des fins de vers, que les poètes ont longtemps hésité. Les listes dressées par Engelmann prouvent que d’abord les poètes ont associé sans discrimination les mots en õ et en ó dans les laisses assonancées, puisqu’ ils ont eu tendance à les réunir en groupes compacts à l’intérieur des mêmes tirades, enfin que le mélange a complètement cessé, ce qu’on constate de fort bonne heure dans le Cantique des Cantiques, Raoul de Cambrai, Garin le Loberain et Fierabas, avant que la nouvelle règle ait été universellement adoptée.

  • 51 Au xviie siècle, on prononçait cependant eucore ĩ et ũ dans certaines provinces. Cf. Thurot, t. II, (...)

207In et un n’ont été séparés de i et de u qu’au xvie siècle. Uscha-koff a posé la question de savoir si le mélange à la rime des variétés pures avec les nasalisées ne provient pas du fait que les mots en -in et en -un sont assez rares : c’est également, nous venons de le voir, ce qu’on peut se demander à propos des assonances yé : yȇ. Les n suivis d’une consonne nasale surtout ne forment pas une longue liste, et, dans Guillaume d’Orange, la laisse de cinq vers citée par H Engelmann et construite sur cette finale est peut-être un cas unique. Les poètes auraient-ils opéré plus tôt la séparation de i et de ĩ, de u et de ũ s’ils avaient eu à leur disposition des rimes plus abondantes ? Ce qu’il y a de certain, c’est que, dans notre prononciation moderne, lorsque nous articulons le mot vin, nous ne faisons plus entendre un ĩ, mais un ễ, et que, quand nous disons chacun ou parfum, on n’a plus affaire à un ũ, mais à un œ. Il est également hors de doute que ĩ et ũ ont existé, ce que prouvent pour in les graphies latines précédemment signalées, et, pour in et un, les sons que nous conservent quelques parlers locaux. Dans cette série de la Chanson de Roland, hardiz : fin : persis : tenir : mis : petit : ait : faiblir (240), on ne saurait contester que la terminaison de fin était bien ĩ ou ĩn ; de même Basbrun était évidemment articulé Basbru ou Basbrun, uns sonnait ũs ou ũns dans cette autre laisse du même poème, dux : retenuz : venuz : renduz : uns : Basbrun : fust : canuz : cunfunduz (187). On peut également penser que i et û auront résisté plus longtemps que les autres voyelles nasales avant que leur timbre de base ne s’ouvrit en è et en œ51.

208Au xvie siècle, nous savons que le changement était chose faite par un texte de Charles de Bovelles, daté de 1533 et que cite Uschakoff d’après Thurot : « I vocalis... perfectum et integrum habet sonum, praeterquam ante liquidas m et n, quoties saltem unicam cum eis syllabam conflat, nam tum, virtute sequentium liquidarum m et n ; pene adsorptuse jus sonus, ab integro et perfecto cadit in dimidium. Ut in his: Fimbria, findo, imperfectum, ingenium, mutin, hutin, butin. V, quotiens vocalis est, nusquam ab integro labascit sono, praeterquam (sicut dictum caeterisin vocalibus est) cum liquidasanteit met n. Ibi enim ejus sonus paulo absorptus ab liquidis m et n, dimidiatur.» Mais cette prononciation neremonte-t-elle pas à une date antérieure ? Le Provis au lieu de Provins de Wolfram von Eschenbach nous montre bien qu’à la fin du xiie siècle aucun changement n’avait encore eu lieu, tandis qu’il en était autrement pour ã, pour et pour õ. Rydberg a apporté des exemples qui prouvent que la transformation s’est opérée à partir de 1250 environ. Il a cité des confusions de graphies tout à fait convaincantes : plin (plein), dans le Livre des osts du duc de Bretagne, au milieu du xiiie siècle, vainrent (vinrent) à Amiens en 1291, citadaing de Xainctes à Saintes en 1388, un traversain à Louviers en 1368, le letrain à côté de un letrin à Saint Pol d’Orléans en 1461, poaincts, poaints (points) à Rennes en 1477, saindic à Felletin en 1447-1479, etc., notations qu’on peut comparer avec celles de Palsgrave : poussein, boudayn, je raince, parallèles de je ceings, payndre, je faings que donne également ce dernier auteur. Les témoignages des grammairiens du xvie siècle nous permettent d’ailleurs de nous rendre compte que ĩ, en s’ouvrant, passa par un stade intermédiaire ễ, auquel il se maintient pendant fort longtemps avant de descendre à ễ. Pour un, Rydberg ne fournit pas d’exemples ce qu’il faut regretter ; il se contente de dire que le passage de ũ à œ n’a laissé que peu de traces, mais qu’on peut pourtant les suivre jusqu’au xive siècle : il résulterait de là que l’altération de ũ est postérieure à celle de ĩ. On doit donc admettre qu’en vers on a conservé la prononciation par ĩ et par ũ tant qu’on a rimé avec la voyelle pure, alors que dans la langue courante, et sur la plus grande partie du territoire, on disait déjà et œ. Les rimes du Moyen Age nous apportent trop d’exemples d’accommodations utilitaires, dont la théorie n’a d’ailleurs été faite qu’au xvie siècle, pour qu’on puisse douter que, pour ces voyelles nasalisées on n’ait pas procédé ainsi. Ces explications préliminaires une fois données, il vous reste à exposer quelle a été l’histoire des différentes voyelles françaises au point de vue de l’assonance et de la rime.

209AN et AN (A + nasale)

210Pour AN, on se reportera à AIN et AIN

211La voyelle nasale ã remonte :

  1. à l’ latin entravé par n ou m + consonne : grandem > grant, campum > champ.

  2. à l’ latin libre devant l’une ou l’autre de ces consonnes dans les mots d’emprunt : pelicanum > pelican.

  • 52 Cette dernière interprétation paraît être la meilleure. Aun en effet n’abolit pas complètement an, (...)

212Sur le son et son évolution, je renvoie à ce qui a déjà été dit (cf. p.196-198) ; la graphie, dès le xie siècle, est aun en Angleterre, sans qu’on puisse dire s’il s’agit là d’une prononciation réelle ou d’une manière diacritique d’indiquer que l’a ainsi transcrit n’est pas un a ordinaire52. Des mots comme blasme, reialme peuvent assoner en ã, ce qui se produit dans la Chanson de Roland, parce que l’a se nasalise quand il est placé devant une consonne ou l non articuléeet qui précède une consonne nasale. Pareillement, en raison de la confusion de et de ã, des rimes comme dame : esme sont pour la même raison très correctes. Cette confusion, déjà amorcée dans la Chanson de Roland, devient vite régulière dans le centre de la France ; le Charroi de Nîmes réunit en effet dans une même laisse gente : jovente : dolente : ventre : France : lance ; ainsi procède également l’auteur du Couronnement de Louis dès le début du xiie siècle. A l’Ouest il n’en est de même que cent ans plus tard environ ; selon Goerlich, la séparation existe encore dans le Livre des Manières, dans le Roman du Mont-Saint-Michel, chez Péan Gatineau et dans Benoît de Sainte-More ; elle se maintiendra en Normandie, en Picardie et en Wallonie, tandis que le mélange est de règle dans les textes lorrains et comtois. Il en résulte que les graphies bien souvent s’échangent. Déjà Saint Brendan associe ensample (exem-plnm) : ample ; Chrétien de Troyes unit fame : ame, jame (gemma) : dame, faîne : ragne (prononcé par n et non M), barbacane : assane(de assener).

213AN : A. Cf. p.194.

214AN : AIN. On se reportera à la rubrique AIN.

215AN : EN. Outre ce qu’on vient de lire, cf. p.188 et 199.

216AN : EN : ON. Cette rime est le résultat d’une confusion générale entre ã et õ. Cette confusion existe à peu près sur tout le territoire français et paraît être d’origine celtique (Carentan et Cha-renton, Argentan et Argenton, où la finale remonte au suffixe -oma-gum). Le Brut de Wace donne d’une part l’on : breton, non : en breton et de l’autre romanz : bretanz, en bretans : gaians ; le Roman de la Rose I fait rimer dente (dŏmitat) : consente ; Chrétien de Troyes associe Tristan : l’an (bŏmo). Priorat apparie torrant (tollere à la 3" p., pl. du futur) : corrant (currendo). En Poitou, Sainte Caterine assemble hom : fam (famem), homes : flammes, comte (cŏmputum) : cinquante.

217AIN et AIN, etc. (AI + nasale).

218La graphie ai, devant les consonnes nasales n, n, m, en terminaison masculine ou féminine, est issue :

  1. De l’ latin libre devant consonne nasale, sauf quand il est précédé d’une palatale ; Ex.: pnem > pain, lna > laine. Ici ai remonte, par diphtongaison de l’a, à. un ancien ae dont nous n’avons qu’un seul exemple, maent (mnet), dans Sainte Eulalie.

  2. De l’a latin devant une consonne nasale qui précède un yod, lui-même suivi de consonne ; Ex. sanctum > saint, frngere > fraindre.

  3. De l’ latin entravé par n + yod ou g + n intervocaliques : Ex : compnio > compaing, stgnum > estaing, Campnia > Champagne. Ici l’n est mouillée.

219α. En Franche-Comté et dans les territoires voisins, ain résulte souvent de l’introduction d’un i parasitique après l’a entravé par H + consonne (nch, ng), d’où des formes comme frainche, trainche et autres semblables, qu’on rencontre dans divers textes, notamment dans Girart de Roussillon : cet i est quelquefois nul ; parfois au contraire il se joint à l’a, de telle sorte que ai peut évoluer, en passant par ei, jusqu’à oi (ãyn > ẽyn > õyn).

220Cette identité de graphie dissimule des prononciations quelquefois différentes. Primitivement la diphtongue n’est assurée sans exception que dans quelques-uns des cas énumérés ci-dessus (1°, 2° et souvent α: elle sonne y, Or de même que ai s’est rencontré de bonne heure en Angleterre avec ei, articulé èy, puis è et parfois é, ainsi ᾷy a rejoint ẽy dans une prononciation commune qui était celle de cette dernière diphtongue : c’est là un fait caractéristique de l’anglo-normand et du français du Nord. Cette confusion commence au début du xiie siècle. Sans doute ne la constate-t-on pas dans le Comput et le Bestiaire de Ph. de Thaon, et il est notable qu’André de Coutances, dans sa traduction de l’Évangile de Nicodème, s’il écrit parfois aine au lieu de eine pour rimer en ᾷy, sépare pourtant ein et ain. Mais elle existe déjà dans Saint Brendan, où on relève quaranteine : semaine, chaeines : semaines, funtaines : pleines, meindres graindres, puis encore chez Gaimar, Jordan Fantosme, Angier, Wace, dans le Tristan de Thomas, chez Marie de France, Simon de Freine, Etienne de Fougères et bien d’autres, c’est-à-dire qu’elle est un fait général. Elle s’étend aux autres territoires du continent à partir de 1150 environ, à la Picardie, à la Champagne, à la Wallonie, à l’est et au centre de la France, avec des échanges de graphie significatifs.

221En Picardie et au sud de cette région, et et ai devant nasale s’unifient bien souvent en ᾷy, comme le prouvent cette laisse (142) de Renaud de Montauban, Karlemainne : remaigne : ceigne : ensamble : Flandre : Maine : Romaine : compaigne : ensemble, etc., et cette autre d’Amis et Amiles, parrain : pain : desirrans : approchant : gaaing : sains : Romains : serjant. Foerster attribue cette prononciation à la Champagne, en s’appuyant sur les rimes de Chrétien de Troyes, vilain : plein, frein : main, graindre : feindre, bien que ce fait puisse paraître douteux si l’on considère ces fins de vers de Thibaut de Champagne, daigne : pregne : montaigne : Alemaigne : soviegne : souf-fraigne : viegne : Champaigne. Cloëtta en fait autant pour la Wallonie, à cause des rimes vaine : Magdelaine, saine : plaine (plēna) du Росте moral, dans lequel cependant ē + entrave par n + consonne palatale est toujours transcrit par ein (vĭncere > veintre, pĭngere > peindre), jamais par ain, et où pēna(cf poęna), est rendu par poine à côté de paine, la succession des sons ayant dû être, ainsi qu’il a été dit, ᾷy, ẽy, õy. Plus à l’est, en Lorraine et en Franche-Comté, on articulait bien certainement ẽy, qui explique le passage à ȏy ; la preuve nous en est donnée par ces rimes de Priorat, main (mne) : sarain (seręnum), veinne (vnam) : certienne, tointes (tĭnctas) : ointes (unctas), restoindre : joindre. En Ile-de-France, on peut croire qu’il y eut hésitation entre y et ȇy, jusqu’au moment ou ẽy finit par s’implanter.

222La diphtongue d’ailleurs ne persiste pas comme dans ai devenu e, et le y tend à s’effacer de bonne heure, que l’on articule y ou bien ẽy. Déjà Saint Brendan associe Brendan : vilan, et le Mystère d’Adam aban : pan (pnem) ; la prononciation en ẽy aboutit à Mag-dalene : certene chez Guiot de Provins, mene : souveraine chez Rute-boeufj germene : demene dans Girart de Roussillon, Helenne : rengne (ręgnat) : Lorenne dans la Guerre de Metz. Ainsi les finales -ain, -ein, -aine, -eine se réduisent à et à ẽnoe dans la langue littéraire, c’est-à-dire que la diphtongue se transforme en une monophtongue ; on en vient à dire mẽ (main), plẽ (plain et plein), sẽnoe (saine), vẽnoe, (vaine et veine), jusqu’au moment où la dénasalisation fera des mots à désinence féminine ce qu’ils sont aujourd’hui. Cependant encore au xviie siècle, certaines prononciations continuent de maintenir la diphtongue.

223Les mêmes observations sont valables lorsqu’une m, au lieu d’une n est placée après ai : fmem aboutit à faim, prononcé fẽ.

  • 53 On notera en effet que la mouillure disparaissait devant l’s de flexion ou devant une autre consonn (...)
  • 54 Thurot, Pron. franc., t. II, p.495.

224Au contraire, lorsque ai est suivi d’une n mouillée, il faut distinguer et séparer les terminaisons masculines des féminines, en indiquant pourtant que dans les unes et les autres l’i, l’un des signes de la mouillure, l’autre étant le g, n’est généralement pas écrit à l’atone (gaagner, accompagner), qu’il l’est toujours à la tonique quand celle-ci se trouve en finale absolue (gaaing, compaing), qu’il ne l’est pas toujours dans les toniques féminines, où l’on rencontre tour à tour, pour traduire le n, les graphies ign, ingn, ngn, ng (gaigne, gaingne, gangne, gagne). La prononciation des désinences masculines est variable à l’origine, selon que l’on articule encore la consonne nasale ou qu’elle a disparu en transférant toute sa nasa-lité à la voyelle dont elle est précédée : elle est n ou y. Dans le premier de ces derniers cas, elle ne présente aucune diphtongue ; dans le second elle en présente une qui ne diffère pas de celle qui se manifeste dans d’autres catégories (1°, 2° et souvent α). Cependant cet ain (1°, 2° et souvent α) est devenu monophtongue, comme on le sait déjà, en prenant le son e. Cette prononciation, à cause de l’analogie graphique ou par un fait de phonétique syntaxique53, s’est étendue à l’ai placé devant l’n à la syllabe tonique des mots masculins. Ainsi gaaing, baing, mehaing, sont devenus gain, bain, mehain, avec timbre informe et disparition de la mouillure, fait que consacrera l’abolition du g. A quelle époque a commencé ce dernier changement ? De bonne heure assurément. Les dépouillements font défaut : mais on peut en juger par ce fait que ingnium > enging est déjà écrit engin et rime avec gardin (jardin) dans le Mystèri d’Adam, au milieu du xiie siècle ; la même graphie se retrouve à plusieurs reprises, toujours avant 1200, dans Ogier. L’ancienne prononciation par n a survécu sans doute pendant longtemps à côté de la nouvelle. Nous savons seulement que le g, encore noté au xvie siècle, y était pratiquement dépourvu de toute valeur phonique54.

225Dans les désinences féminines, les choses se sont passées d’une manière assez différente. Deux catégories se sont formées. Bẽ (baing, bain) a entraîné baigne qu’ont suivi quelques mots, avec une prononciation en nœ, où la voyelle tonique sera ensuite dénasalisée. Cependant le plus grand nombre de ces terminaisons (gaigne, mon-taigne, etc.), désormais privées de l’i qui figurait dans leur ancienne graphie, ont conservé le son étymologique , qui a subi plus tard une pareille dénasalisation. Mais ceci est une histoire assez récente.

226AIN : AN : EN. Tant qu’il est articulé yn, ain assone avec an et aussi avec en à partir du moment où celui-ci a pris le même timbre que celui-là. Ce stade est celui que présente la laisse suivante du Pèlerinage, estant : grizain : main : adrecieement : tent : ambiant (16) : il n’en est ainsi, outre ce texte, que dans la Chanson de Roland, Amis et Amiles et Ogier.

227AIN : EIN. On se reportera à l’exposé historique qui précède. Le fait est courant et régulier.

228AIN : IEN. Cette association est rendue correcte par la réduction de ain à une monophtongue prononcée ou ã qui s’accorde avec ien dont le second élément, avec accentuation ascendante, sonne de même ou ã. Voici quelques exemples, praingne : soviegne chez Cortebarbe, Bretaigne : retiengne : Charlemaine : remaingne : ensaigne : compaigne chez Rutebeuf, etc.

229AIN : OIN. Cette rime est possible des que ain est devenu mono-phtongue et que oin a transporté son accent sur son second élément, c’est-à-dire vers le début du xiiie siècle. En voici des exemples, saintes : jointes dans Rutebeuf, paintes : cointes dans le Roman de la Rose I, compaignes : ensoignes (Jnsignia + s) chez Priorat, cf. OIN, p.212.

230EIN et EIN

231La graphie ie, devant les consonnes nasales n et n, en terminaison masculine ou féminine, est issue :

  1. De l’é libre du latin vulgaire (1. class. oe, ē, i). suivi d’une consonne nasale, sauf quand il est précédé d’une palatale : Ex.: pēna (poena) > peine, plēnum > plein, Rēmis > Reims.

  2. De ce même é entravé par n + yod + consonne : Ex.: cĭnctum > ceint, pĭngere > peindre

    • 55 Ici l’n est mouillée. Cette n disparaît dans les désinences masculines et se maintient dans les fém (...)

    De ce même é, entravé par n + yod ou g + n : Ex.: tĭnea > teigne, sĭgnum > seing55.

232Les observations sont les mêmes que celles présentées à propos de ai devant nasale. Il n’y a à l’origine de diphtongue constante que dans les deux premiers de ces trois cas. On sait déjà que ai et ei s’échangent dans la graphie, et que la diphtongue aboutit à une monophtongue è, plus tard dénasalisée dans les désinences féminines. D’autre part, lorsqu’il est placé devant la consonne n, ei passe à oi (ẽy > õy), puis õy> wẽ dans les territoires de l’Est, d’où, outre les rimes de Priorat précédemment citées (p. 206), d’autres toutes semblables dans les poèmes d’origine sud-orientale, pointes (*pĭnctos) > ointes dans l’Ysopet de Lyon, fointe : enjointe, etc. dans Girart Je Roussillon. Il faut ajouter que dans le Sud-Est encore, la présence commune d’un i dans les graphies eine et eigne, avec évolution de la première de ces terminaisons jusqu’à oine articule õynoe, puis wẽnœ, a produit la prononciation wẽnœ dans la seconde (cf. OIN et OIN, p.212). Cette analogie nous est attestée par bon nombre de rimes, comme les suivantes de l’Ysopet de Lyon, besoigne : ensoigne, doigne (dignat) : vergoigne.

233EIN : AIN. Cf. AIN :EIN, p.208.

234EIN : EN. Il s’agit de l’assonance de ein avec l’ latin entravé par nasale + consonne ; cette assonance se fait en ẽ, c’est-à-dire qu’elle suppose qu’on articule d’une part ẽy et de l’autre ẽ. On ne la rencontre qu’à l’époque ancienne et dans dans des laisses fémi-minines. En voici un exemple tiré de la Chanson de Roland, enten-dent : aleine : peinte : feindre : enseigne : gente (1. 134).

235EIN : OIN. Il vient d’en être question.

236EN

237Il est issu :

  1. De è et de é du latin vulgaire (1. clas. et ē) entravés par nasale + consonne ; Ex. sntit > sent, prēndere > prendre, vendēmia > vendenge.

  2. De é dans les mots savants tirés de rēgnum et de rēgnare aux personnes accentuées sur le radical ; regne était primitivement prononcé rẽnœ.

238α. De é libre, sans diphtongaison, devant « en Poitou ; l’auteur de la Vie de sainte Catherine unit menz (mĭnus) : jutgemenz.

239En ce qui concerne ce son et son évolution, on se reportera à ce qui a été dit précédemment (pp.196, 199-200, et, rubrique AN, p.203). Lorsqu’il se confond avec ã, il en prend souvent aussi la graphie. Les poètes parfois conservent l’orthographe étymologique ; parfois au contraire il ne le font pas, et Rutebeuf. quand il lui plait, écrit rande, entandre, pénitance, faîne ; il rime saine (sēminat) : dame. La prononciation par è ne s’est maintenue qu’en Normandie et dans la région septentrionale. Il faut noter qu’au Moyen Age un nouvel ẽ. est apparu, provenant de la monophtongaison des diphtongues ain et ein (cf. p.207-208), ou, à partir du milieu du xiiie siècle, du développement de in.

240EN : AIN. Cf. AIN : AN : EN, p.208.

241EN : E. Cf. p.195.

242EN : EIN. Cf. EIN : EN, p.210.

243EN : AN : ON. Cf. AN : EN : ON, p.204.

244IEN

245Cette diphtongue nasale provient :

  1. De l’è libre du latin vulgaire et ae du latin classique) devant nasale. Ex. rm > rien, vnit > vient.

  2. De l’ latin libre devant nasale et après consonne palatale. Ex. cnem > chien, pagnum > paiien.

  3. Il est analogique de vnit > vient et de tnet > tient dans vnio > et teneo > au lieu de ving et de ting.

246Sur la prononciation de ien et son évolution, on se reportera à ce qui a été dit précédemment (cf. pp.195, 196, 200). L’accentuation de descendante, est devenu ascendante au xiiie siècle. Les formes en -ian au lieu de -ien, ailleurs qu’en Normandie, sont assurées dès cette dernière époque sur le continent et se propagent jusqu’à Paris ; elles seront courantes au xve siècle : l’auteur de la Vie de sainte Catherine écrit ancians : rectoricians.

247IEN : IE. Cette assonance (cf. p.195) est ancienne ; on la rencontre encore dans Garin et dans Renaud de Montauban ; elle disparaît ensuite, et ien ne rime plus qu’avec lui-même.

248IEN : EN. Cette rime se rencontre dans Marie de France, Wace et le Roman d’Eneas ; l’accord se fait en ẽ.

249IN et IN (I + nasale)

250Il s’agit du son qui est issu :

  1. De l’ ί libre du latin vulgaire (class. ī) devant consonne nasale : Ex. num > lin, prīncipem > prince.

  2. Du même ī devant n + yod on g + n intervocaliques. Ex.: scrīnium > escring, līneum > ling, vīnea > vigne. Ici l’n est mouillée.

  3. De l’è du latin vulgaire (class. ) devant n + yod, par formation d’une triphtongue iei réduite à i ; Ex.: ingnium > enging. Ici encore l’n est mouillée.

  4. De l’ĭ du latin classique (vulg. ē) dans les mots savants ; Ex.: dĭgnam > digne, simplum > simple.

251α. Dans les régions de l’Est et du Sud-Est, il peut résulter de l’ latin libre d’abord diphtongué en ie devant n, par suite d’une accentuation descendante qui a fait disparaître le second élément de diphtongue. Dans Girart de Roussillon, les troisièmes personnes analogiques du pluriel en ient de l’imparfait de l’indicatif et du conditionnel présent passent à int, d’où des formes comme puissint, desirint, irint (conditionnel de aller) ; le même poème donne Cris-tins (Chrestiens). L’Ysopet de Lyon rime chine (chienne) contre chine (eschine).

252Dans deux cas énumérés (2° et 3°), où ln est mouillée, ce n s’efface (cf. AING, p.207, EING, p.209, n., OING, p.212), lorsque la désinence est masculine ; il persiste au contraire si elle est féminine. L’i de ĩnœ conservera son timbre, malgré quelques traces d’une prononciation par ẽnœ, puis se dénasalisera. Quant à ĩ et à in souvent réduit à ĩy (lin, prince, escrin, engin, simple, etc., cf. 1°, 2°, 3°, 4°), ils s’égalisent en ĩ par perte de l’n mouillée dans les mots en ĩn, puis, de ce stade, ils descendent à ẽ, à propos de quoi on se reportera aux explications données précédemment (cf. pp.191 et 202).

253IN : I. Ces rimes sont courantes jusqu’au xvie siècle et s’accordent en ĩ, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un son que nous ne possédons plus.

254IN : UIN. Le seul mot en uin est juing ; la rime est possible dès que l’accent passe sur le second élément de cette diphtongue, et elle est naturellement en ĩ.

255OEN

256Cette graphie représente uen (cf. ci-dessous), comme oe représente ue (cf. p.178). La Chanson de Roland associe pruzdoem : estoel, assonance qui s’explique par une accentuation descendante, avec, dans le premier mot, un e fermé nasalisé.

257OIN et OIN (OI 4- nasale)

258La graphie oi devant consonne nasale provient :

259De l’ó du lat. vulg. (class. ō, ŭ) devant nasale précédant yod lui-même suivi de consonne. Ex.: pŭnctum > point, ŭngere > oindre, lōnge > loing.

260Du même ó entravé par n + yod ou par g + n intervocalique ; Ex. : pŭgnum > poing, testinōnium > tesmoing, verecŭnia > vergoigne, Bonōnia > Bouloigne. Ici l’n est mouillée.

261α. Dans les provinces de l’Est, de ei (ē libre du latin) devant nasale, par évolution que n’a pas accomplie le français ; Ex.: pēna (cl. poena) > poine (au lieu de peine), plēna > ploine (au lieu de pleine). Cette phonétique nous a fourni foin et avoine, qui sont empruntés aux dialectes orientaux, au lieu de fein et aveine.

  • 56 Il y a cependant quelques flottements. Un passage de Palliot (1608) cité par Thurot (II, p.527) nou (...)

262β. En Picardie, la forme est la notation de buen (bŏnum), mais seulement depuis la fin du xiie siècle. Il n’y a aucune unité de prononciation dans les cas énumérés. La diphtongue à l’origine n’existe nécessairement que dans deux catégories (1° et a, β étant mis à part), et elle sonne õy. Devant l’n mouillée au contraire, la prononciation est variable, selon ce qui a été exposé à propos de ai + n (cf. p.207) Le son est õn ou õy dans les terminaisons masculines, once dans les féminines. La diphtongue oen (1° et α), à l’origine descendante, a partagé le sort de oi et est devenue ascendante vers le début du xiiie siècle, avec le son wẽ. Quant a l’o placé devant l’n mouillée, l’analogie de graphie l’a trans formé lui aussi en we en finale absolue avec disparition de la consonne n (cf. ING, p.211), dans des mots comme tesmoing, loing, et le g signe de la mouillure primitive, finira lui-même par s’effacer, sauf dans coing et poing, où il n’a plus aucune valeur. Dans les dési-nances féminines, la résistance a été plus longue. Si wẽ s’y est établi de bonne heure (cf. ci-dessous OIN : EIN : AIN), dans des dérivés de mots masculins (empoigne, esloigne, tesmoigne), avec conservation de la consonne mouillée qui suivait, la prononciation par õnœ s’est maintenue, souvent dans ces dérivés même et toujours56 dans les autres mots de même terminaison, jusqu’au xviie siècle. C’est à cette époque que les désinences féminines se diviseront : un premier groupe se dénasalisera en wę, qui deviendra w, un autre en 0, avec conservation de l’n dans les deux cas.

263OIN : EIN et AIN. Cette rime repose sur l’accentuation ascendante, et l’accord se fait seulement par le second élément de la diphtongue. On trouve point : humaine dans Gautier de Coincy, compeigne : esloigne, poigne : sovraine, même soustiengne : besoingne, viengne : besoigne dans Rutebeuf (cf. p.312).

264OIN : O et ON. Ces associations sont les plus anciennes et s’expliquent par l’accentuation descendante de la diphtongue oi devant nasale. Elles sont fréquentes dans la poésie assonancée. Le Pèlerinage présente la série eslaisseront : vigor, dons : poign : mont : baudon, etc. (27), la Chanson de Roland barun : plurt : luinz : honur (177), Orson de Beauvais non : poig : Aclavons : passion (89).

265ON et ON (ON + nasale)

266Pour ON on se reportera à OIN et OIN, p.212.

267On résulte :

  1. Le l’ó du latin vulgaire (cl. ǭ et ŭ) libre ou entravé : Ex. pǭmam > pome, pomme, ŭndam > onde. Il a une origine analogique aux premières personnes du pluriel des verbes. Ex. chantons, d’après sumus > sons.
    Il en est de même à la 3e p. pl. des futurs, où il remonte à *aunt (habunt au lieu de habent). Il faut mentionner encore les formes verbales font, vont, estont, issues des formes du latin vulgaire *faunt, *vaunt, *staunt (au lieu de faciunt, vadunt, stant).

  2. De ū + n dans le suffixe gaulois -dūnum des noms de lieu. Ex. Lugdūnum > Lion. Parfois au contraire -dūnum aboutit à un, cf. Châteaudun, Melun.

  3. De ŭm primitivement atone des terminaisons latines dans les mots d’emprunt. Ex.: Philippum > Felipon.
    Dans les mots latins, toutes les finales en -um étaient prononcées õ au Moyen Age. Ph. Mousket associe sum (son) : verbum, tuo-rum : non, adjutorium : legion.

  4. De ū qui est parfois devenu ŭ en lat. vulg. dans un certain nombre de mots. Ex.: ūndecim > onze, quisque ūnum > chascon à côté de chascun, aliquem ūnum > alcon dans Benoît de Sainte-More. Ce phénomène est fréquent dans le Sud-Est. Girart de Roussillon présente Pharaon : chaon (= cadūnum) et Priorat tribon= tribūnuni) : bon.

  5. De l’o (class. ŏ) entravé par nasale + consonne. Ex.: pŏntem > pont.

  6. De l’ò (class. ŏ) libre devant « ou m lorsqu’il n’y a pas diphtongaison (cf. p.193). Ex.: bŏnum > bon, sŏnat > sone.

  7. De l’ò dans le mot d’emprunt thrŏnus > trone.

  8. De u + nasale. Ex.: *sauma (= sagma) > some, *aunculum (= avunculum) > oncle.

268Donc tous les o du latin vulgaire, ouverts ou fermés, assonent ou riment ensemble devant consonne nasale (cf. p.190). On en trouvera de nombreux exemples dans Engelmann ; qu’il suffise ici de citer hŏm : nŏn dans Gaimar, bŏne : persŏne dans le Roman de la Rose II, dōm : resŏne dans le Roman de Troie. En Angleterre la graphie est souvent oun, parallèle de aun pour an.

269ON : AN : EN. Cf. AN : EN : ON. p.204.

270ON : O. Cette assonance (cf. p.201) est courante tant que l’o de on est un ó. On la constate dans Saint Alexis, et elle est encore en vigueur pendant le xiie siècle ; Doon de la Roche, tout à la fin de cette période, l’utilise tout autant que la Prise de Cordres ou le Moniage Guillaume, ou les Enfances Guillaume, mais il n’y a déjà plus dans Orson de Beauvais qu’un seul exemple de mélange.

271ON : OIN. Cette assonance est régulière tant que, dans oin, la diphtongue est descendante. L’auteur de Saint Alexis écrit oreison : doinst : guariront (62), celui de Doon de la Roche unit poinz : rescost : douz (= dulcis), ce qui nous renvoie à ON : Ó.

272ON : OM. Le son est le même à la rime. On a nom : non dans Chrétien de Troyes.

273UEN

274La diphtongue uen provient de l’ò du latin vulgaire (class. o) devant consonne nasale. Ex. homo > uem, bŏnum > buen, cŏmes > cuens. L’accentuation, primitivement descendante, est devenue ensuite ascendante, ce qui a parfois amené la disparition de la semi-voyelle premier élément du groupe, l’uem (hŏmo) pouvant se réduire à l’em. Cette diphtongue, encore vivante au xiiie siècle, a disparu de la langue. Les mots où on la rencontrait formaient en effet une série peu nombreuse, et partout la forme du cas régime s’est substituée à celle du cas sujet ; uem a été remplacé par homme, cuens par comte, etc., ou bien, comme pour bons au lieu de buens, ce sont les formes proclitiques qui l’ont emporté, à moins que la nasale n’ait fermé l’ŏ. La diphtongaison (cf. p.192) paraît spéciale à la région du Nord, où l’ŏ avait conservé son timbre). Elle est inconnue à l’ouest ; en Wallonie, le Poème moral ne présente aucune diphtongaison à la rime, mais seulement à l’intérieur du vers, où uen, oen appartiennent au copiste, qui les a évidemment empruntés d’un autre dialecte, Chrétien de Troyes écrit cuens, tuens, suens, buens, mais jamais huem, au lieu duquel il emploie toujours bon, parfois ouvert en an (cf. AN : ON, p.204).

275UIN

276Cette diphtongue ne se rencontre que dans le mot jūnium > juing. Elle assone primitivement en u (cf. p.216) et perd sa consonne mouillée.

277UN

278Cette voyelle nasale est issue :

  1. De l’ú du latin vulgaire (class. ū) devant n. Ex.: ūnum > un, lūna > lune.

  2. De l’ŭ du latin classique dans des mots d’emprunt. Ex.: hŭmilem > humble.

  3. De l’ū du suffixe gaulois -dūnum dans certains noms de lieu. Ex.: Virodūnum > Verdun. Cependant il a existé une variante en u, puisqu’on a d’autre part Lugdŭnum > Lyon.

279Le son est primitivement u (pp.190 et 201) ; pour certains mots, on a hésité entre ũ et õ (cf. ON 4, p.214), puis ũ s’est ouvert en œ, qui est son timbre actuel. Les mots à terminaison féminine ont été dénasalisés.

280UN : U. Cette assonance ou rime est courante pendant tout le Moyen Age (cf. Engelmann, p.8).

281UN : UIN. Il n’existe qu’un seul mot en uin : c’est jūnium > juing ; il assone avec un tant qu’il est accentué sur le premier élément de la diphtongue.

III. Les Consonnes.

282La phonétique française se caractérise par la chute de toutes les terminaisons atones, l’a excepté, qui passe à l’e féminin, celui-ci ne devant pas être confondu avec l’e de soutien qui intervient à la fin des mots après certains groupes de consonnes. Ce sont d’ailleurs deux e (oe) qui produisent, comme on le sait, les rimes dites féminines. De cette chute des terminaisons atones résulte la disparition plus ou moins rapide de toutes les consonnes de flexion. Font pourtant exception l’s finale des substantifs, des adjectifs et des verbes (mūrus > murs, ūnus > uns, cantas > chantes), le t appuyé des désinences verbales (vĭdet > veit, dŏrmit > dort, au contraire de fuit > fu dès le début du xiie siècle, et de nouveau fut au xive par restauration étymologique), enfin le t non appuyé de la troisième personne du singulier de l’imparfait de l’indicatif et du conditionnel (debēbat > dēbeat > deveit, debere + ēat > devreit), ainsi que celui des formes ait et seit ; on doit remarquer à ce propos que le t de flexion, qui succède à l’e féminin provenant de l’a posttonique à la troisième personne de l’indicatif présent de la première conjugaison et à la même personne du subjonctif présent des autres conjugaisons, était encore articulé à l’époque du Pèlerinage et de la Chanson de Roland, puisqu’il empêchait l’élision, ainsi qu’on le constate dans ce vers de Saint Alexis.

Droit a Tarson espeiret arriver. (193)

283Il ne l’a plus été dans la suite et a disparu tout aussitôt. D’autre part il faut ici faire une place aux mots dépourvus en latin de désinence flexionnelle et qui se terminent par une consonne, tout au moins pour signaler que cette consonne disparaît, en général pour des raisons de phonétique syntaxique à l’exception de s, l, r (plūs > plus, nōs > nous, ml > miel, cŏr > cuer). C’est le cas du c dans des mots comme sic > si, illac > là, sauf dans quelques composés de hoc, avuec, senuec, poruec, iluec, et de m et n dans des mots comme jam > ja, non > ne, ce dernier du reste ne se rencontrant pas à la rime. Lorsque les mots appartiennent au type normal, c’est-à-dire lorsqu’ils sont soumis à la déclinaison ou à la conjugaison, la syllabe finale, en tombant, découvre dans le mot latin une ou plusieurs consonnes antécédentes, qui de leur côté bien souvent ont évolué et ont subi diverses transformations. De là un certain nombre de cas qui doivent être examinés.

  • 57 On écrit encore ce t au xive siècle en Picardie. À la même époque, le scribe des Estampies français (...)
  • 58 Le Roman de la Rue II, rejette volontiers la tradition graphique ; il écrit entouche : bouche, au l (...)

284Si le mot, après chute de la terminaison latine atone, ne présente en son extrémité qu’une seule consonne, quatre traitements se présentent. Certaines consonnes subsistent ; ce sont r, l, m, n, ces deux dernières tout au moins dans l’écriture amrum > amer, mortᾳlem > mortel, fmem > faim, bŏnum > bon). Au contraire t et d disparaissent (virtūtem > vertu, mercēdem > merci, pdem > pie). Quant au c qui fait suite aux voyelles a, e, i, il se résout en yod et •se combine avec la voyelle tonique (vercum > verai, prco > pri, amīcum > ami). Enfin les consonnes sonores autres que celles ci-dessus énumérées s’assourdissent (vīvum > vif, trbem > tref, clusum > clos) ; il en est de même dans les mots savants, malgré la.graphie : d’où la parfaite correction des rimes trop : Job, qui est dans Rutebeuf, trop : Jacob, qui est dans Gautier de Coincy, et qui toutes les deux s’accordent en op. Les mots qui échappent à ces règles ou bien ont obéi à des analogies, ou bien ont bénéficié de restitutions étymologiques, ou bien sont des emprunts. En principe, toute consonne unique, dans la situation qui vient d’être définie, se prononce devant un silence, c’est-à-dire à la fin des phrases ou à la fin des vers, ces deux places étant équivalentes, sauf lorsque, dans deux rimes qui se font écho, elle n’est plus qu’un souvenir graphique, comme il arrive du t et du d latins caducs, tous les deux encore notés t à la fin du xie siècle57. Quelques observations sont ici nécessaires. La première, c’est que l’m et l’n peuvent s’absorber complètement dans la voyelle antécédente qu’elles nasalisent. La seconde, c’est que, dans des prononciations négligées, les consonnes finales uniques commencent d’assez bonne heure à ne plus se faire sentir. Ce fait se vérifie en Poitou, où l’on rencontre bré (bref) : poestê dans la Vie de Sainte Catherine. Il est plus ancien au Nord et dans le Centre de l’Angleterre, où la désinence -ez des verbes est souvent rendue par é, et dans l’Est, où le Poème moral associe drecier : perier : rechinier : bien. Chez Ph. Mousket, poète wallon, on note tré : demonstré, estri : Flederi ; dans Guillaume de Dole, ensi : païs, autresi : assis, or : cors, estor : tors ; dans l’Ysopet de Lyon, on peut signaler meschief : enaschiez, derechier (derechief) : estachier, dans Priorat fichiez : derechief. Les exemples en sont beaucoup plus nombreux dans la Guerre de Metz, où l’on relève passaiges : rivaige, assaillit : faillis, di (dĭctum) : menti, à côté d’autres cas où la consonne est ajoutée indûment, comme roit (rēgem) : droit, vit (vil) : despit. Ce ne sont pas là des assonances : « D’une manière générale, écrivent les éditeurs de ce poème, les finales sonores s’éteignent en sourdes, et les sourdes tombent, d’autant plus facilement que le discours est plus familier et le style plus rapproché du langage populaire.» De telles rimes, ainsi localisées, restent pourtant exceptionnelles au xive siècle. Lorsque deux consonnes se suivent en finale absolue après la voyelle tonique, soit qu’elles aient été mises en présence par la chute d’une voyelle atone ou qu’il s’agisse d’un groupe primitif, la première s’efface le plus souvent devant la seconde, sauf t et d, qui, placés devant l’s de flexion, se combinent avec elle pour donner un son ts noté par un z, et qui se réduira ensuite à s (cf. Z, p.244). Parfois même ces deux consonnes peuvent être précédées d’une troisième, qui celle-ci demeure intacte. Le jeu de la déclinaison montre cette règle dans son plein fonctionnement. Dans les finales masculines, il produit en effet des doubles formes, l’une pour le cas sujet, l’autre pour le cas régime, puis, la déclinaison étant abolie, ces deux formes subsistent, l’une pour le singulier, l’autre pour le pluriel. On constate alors la disparition de la consonne à laquelle fait suite l’s de flexion, une fois que la voyelle atone est tombée. Par exemple le substantif cervus donne au sg. c. s. cers, c. r. cerf, et au pl. c. r. cerf, c. r. cers ; comme c’est le cas régime qui élimine l’autre, on a au sg. cerf, au pl. cers. Un grand nombre de mots se comportent d’une manière analogue : buef, bues ; nef, ues ; neif, neis ;enfern, enfers ; sac, sas ; charn, chars. Cette dualité se résout de deux façons : ou bien le singulier est refait sur le pluriel, comme enfer, enfers ; ou bien c’est le pluriel qui est refait sur le singulier, comme sac, sacs ; mais, dans ce dernier cas, malgré la modification de la graphie, l’ancienne prononciation persiste très longtemps dans le discours soutenu ; elle nous est signalée au xvie siècle comme correcte et se maintient encore aujourd’hui dans certains parlers provinciaux. Ainsi s’expliquent des rimes comme vils : vifs qui est dans Rute-beuf, et draps : bras qui est dans Froissart. Il faut lire d’une part is, de l’autre as. Indépendamment des accidents dus à la déclinaison et à la présence d’une s de flexion, la règle fonctionne encore, exceptions mises à part, quelle que soit la consonne qui occupe la seconde place, avec conservation — surtout dans les mots savants — ou non conservation par l’écriture, de la consonne antécédente. Septem aboutit à set, parfois écrit sept par restitution étymologique, bĭbit à beit, scriptum à escrit, parfois noté escript. Les terminaisons féminines se comportent de même ; on peut en citer comme exemples ; dŭbitat > doute, rŭpta > route. Donc le Roman de Troie unit setmes : pesmes, uitmes : pruismes, desire : sceptre ; Guillaume de Dole présente conseilt : let, angoisseux : seuls, Rutebeuf Adam né : dampné, Egypte : cuite, jovente : tempte, Froissart opposite : Égypte, esclame : dragme. L’s pénultième, qui subsiste dans la graphie, n’est plus prononcée depuis le xiie siècle, et même depuis la fin du xie à l’Ouest, depuis le xiiie à l’Est. Certains manuscrits anglo-normands la notent par une aspiration, soit h ou gh, d’où des formes comme miht, conught, etc., ou bien ils la rendent par un d, soit idle (isle), medler(inesler), etc. Généralement la physionomie des mots demeure inchangée58, mais les rimes prouvent que le son ne se fait plus entendre. En voici des exemples : blasme : France : lance dans la Chanson de Roland (assonent en à ) ; dist : vit dans le Brut de Wace ; blasme : Guillame dans Jordan Fantosme ; combatist : guenchit dans Gaimar ; dist : petit dans le Lai du Cor ; amatisle : crisolite dans Chrétien de Troyes ; arbaleste : saiete dans Benoît de Sainte-More ; point : doinst, dame : blasme dans Beaumanoir ; Sezile : isle, encontre : monstre, Crist : escrit chez Rutebeuf ; quaresme : escame (ã), proufit : souffist chez Froissart, etc. Les glossaires hébreux du xiiie siècle laissent toujours tomber l’s dans leurs transcriptions, ainsi que l’Elégie de Troyes de 1288.

285Mais il y a des exceptions. L’une d’elles concerne les groupes de consonnes dont la seconde est une l ou une r, et qui s’articulent d’une seule émission de voix. Il peut se produire parfois une assimilation de la première à la seconde, comme dans ptrem > pedre > pere, ou ptram > pierre, ou sptula > espalle, et c’est le cas le plus rare. Ou bien toutes les deux subsistent : bŭccula > boucle, capistrum > chevestre, prdere > perdre, vipera > guivre, labra > lèvre, vīvere > vivre, tbula > table, dŭplum > double, inflat > nefle. Une autre exception est celle qui s’attache au c et au g en position première ; ces deux consonnes, au lieu de conserver leur articulation occlusive, se résolvent en un yod qui se combine avec la voyelle tonique antécédente : factum > fait, ŏcto > uit, flagrat > flaire.

286L’r en pareille situation appelle d’importantes observations. Une prononciation soignée la maintenait devant l’s de flexion ou devant tout autre consonne ; on disait donc les fers, comme on disait la mort. Quand elle précédait une autre consonne, et que cette consonne venait à être suivie d’une s de flexion, c’était cette seconde consonne qui disparaissait tandis qu’elle même subsistait ; rcum aboutissait à arc, mais arcos à ars, comme artem à art et artes à arz, ars, d’où la confusion qui a déterminé le nom de la rue Saint-André des Arts au lieu de Saint-André des Arcs. Pourtant nous avons des preuves que l’r du Moyen Age, alors roulée, et non pas grasseyée comme de nos jours, était souvent assez faible. Dans les poèmes anglo-normands, elle s’accorde parfois avec l ; le Bestiaire unit nature : nule, l’Apocalypse itel : mer ; sur le continent, on trouve chiere : vielle dans l’Escoufle. Dans la langue courante, elle pouvait même s’effacer complètement. Boeve de Hanstone par exemple, sans marchander davantage, écrit sefs au lieu de serfs. Beaucoup de poètes, à l’occasion, la tiennent pour complètement nulle, et des rimes, en très grand nombre, nous permettent de conclure à sa diparition, sages : larges, malade : garde, chez Marie de France, sujornent : dunent chez Jordan Fantosme, dras : mars, Escoce : force, gros : hors dans le Lai du Cor. Le même phénomène se rencontre sur le continent, toujours, bien entendu, à côté de la prononciation normale, en Normandie, en Picardie, en Ile-de-France comme dans les territoires de l’Est, jurs : estrus, veirs : meis dans le Comput ; forest : désert, terme : pesme dans Saint Eustache ; vellarz : bras chez André de Cou-tances ; vas : mars (marcs) dans Florence de Rome ; Charle : espalle chez Etienne de Fougères ; chevaleros : meillors, barge : rivage, grosse : destorse dans le Roman de Troie ; lignage : large, quaresme : terme chez Beaumanoir ; atrage : rage dans le Poème moral ; arme : fame chez Rutebeuf ; rubis : safirs, siege : fierge chez Ph. Mousket ; dehors : los, avoirs :rois dans Guillaume de Dôle ; vertuous : naigeours chez Priorat ; même plussieux : yeux dans le Livre de la Passion. Le fait est donc général.

287Une nouvelle exception a trait à l’m et à l’n, qui, placées devant une autre consonne, nasalisent la voyelle antécédente. On a donc cmpum > champ, rumpere > rompre, respqndere > respondre. Un fait important à noter, c’est que les deux articulations nt, à la finale ent des verbes, ont été prononcées jusqu’au milieu environ du xiiie siècle ; à partir de cette époque, certains manuscrits n’écrivent plus l’n ; les glossaires hébraïques ne la transcrivent pas, alors que les signes graphiques leur en auraient donné la possibilité ; le t au contraire continue de se faire entendre et survit encore de nos jours dans les liaisons : « N quiescit in tertia persona verborum : aiment, aimeroient, aimassent », nous dit Th. de Bèze, qui confirme ainsi le témoignage de Palsgrave.

  • 59 Il arrive que ces règles sont troublées par diverses analogies : torkere (cl. torquere), d’abord to (...)

288En français proprement dit, lorsque l, m, n, n, s, lg, nk, rg, rk sont mis, par chute d’une voyelle atone, en présence d’une r ou d’une l subséquentes, il se produit l’épenthèse d’une autre consonne. Cette consonne est t après s sourde, nk et rk ; Ex.: dixerunt > distrent, vincere > veintre, carcerem > chartre. Elle est d après l, n, n, lg, rg, s sonore ; Ex. mŏlere > moldre, moudre, tnerum > tendre, cĭngere > ceindre, fŭlgura > foldre, foudre, trgere > terdre, cŏsere (class, consuere) > cosdre. Elle est b après m ; Ex. sĭmulat > semble, camera > chambre59.Cependant, en Picardie, en Wallonie, en Lorraine, en Franche-Comté et en Bourgogne, ces intercalations sont inconnues : au lieu de semble, on dit senle, et penre au lieu de pendre, ce qui change les possibilités de la rime.

289Le traitement le plus ordinaire de l’l devant une autre consonne, c’est quelle se vocalise et qu’elle forme diphtongue avec la voyelle-antécédente, avant que cette diphtongue se réduise elle-même à une monophtongue. Dans d’autres cas la diphtongue ainsi produite devant une s de flexion disparaît d’elle-même parce que le pluriel est refait d’après le singulier. Ainsi tles donne régulièrement tels, puis teus, puis redevient tels à cause du singulier. Donc il y a voca-lisation après a libre ; Ex. : qules > quels > queus et même quieus,. comme plos > pieus, d’où un pieu qui a subsisté. Il en est de même après libre. Ex.: celos > ciels > cieus ; ou après ŏ libre ; Ex.: filiǭlus > filluels > filleus, sŏlet > suelt > seut. Après ē, nous ne rencontrons que quelques formes en eu comme pĭlus > peus, vēlos> veus, où la diphtongue représente sans doute la réduction d’une triphtongue eiu plus ancienne ; elles ont disparu sous l’influence du singulier. Derrière l’ō libre, nous ne possédons que la forme sǭlus > sous, qui rime avec dous (dŭlcis) dans le Brut de Wace. Les faits sont analogues si la voyelle tonique est entravée ; Ex.: slvum > salf > sauf, bllus > beals > beaus, capĭllos > chevels > cheveus, avec la variante cheveols > cheveous, mŏllis > mols > mŭltum> molt> mout, pūlicem > pulce > puce, où l’l vocalisée se confond avec la voyelle précédente, d’où sepucre : mucre dans André de Coutances et nulz : venus dans les Miracles de Notre-Dame. Lorsqu’il y a création d’une diphtongue, la voyelle originaire assone-selon le timbre ouvert ou fermé qui est le sien jusqu’au moment où elle devient monophtongue et s’accorde avec toutes les autres-monophtongues de même sonorité : au xiiie siècle, tous les eu riment ensemble, et pareillement tous les ou. Ajoutons que la mouillure de l’l n’est pas un obstacle à sa vocalisation ; Ex.: triplios > travailz > travaus, vclus (vetulus) > vieilz > vieus, genŭculos > genoilz >genous ; en réalité il faut comprendre que l’l, devant la consonne de flexion, devient une l ordinaire qui suit la règle générale. Ce phénomène est ancien et on en a des exemples dès le xe siècle. A la rime, il se manifeste dans la première moitié du xiie, parfois avec conservation de l’ancienne graphie. Vising a relevé qu’il n’y en a aucun signe dans Adgar ; mais Gaimar associe enchasçout : volt, cas unique chez lui ; Wace présente mout (mŭltum) : amout (ambal) ; on rencontre d’autres faits semblables dans le Roman de Rou, chez Benoît de Sainte-More, chez Marie de France, chez Gautier d’Arras ; André de Coutances fait rimer Diex : ciels. La vocalisation devient de plus en plus fréquente à mesure qu’on approche de la fin du xiie siècle. Elle est sporadique chez Chrétien de Troyes, mais à peu près constante au début du xiiie chez Thibaut de Champagne, qui pourtant écrit encore velt, molt et colpes.

  • 60 On en a des exemples en anglo-normand. Cf. alme : dame (3557) dans Gaimar. En Beauvaisis, Philippe (...)

290Or le traitement dont il s’agit, s’il est celui que l’on constate le plus souvent dans le Centre de la France, n’est pas universel. L’l, dans de semblables conditions, peut aussi s’effacer. Ainsi que l’l, qui a perdu sa mouillure, elle se vocalise derrière l’i en picard, où l’on a vilis > vius,filius > fius, tandis qu’en francien elle disparaît, d’où des formes comme gentis, periz, seignoris, Rutebeuf apparie vis : vils, vils : devis. En Wallonie, dans la France de l’est, dans le sud du domaine et en Poitou, la chute après toutes voyelles, constitue la règle générale60. Chrétien de Troyes, s’il assemble faut : haut, unit d’autre part basme (blsamun) : blasme ; en Lorraine, il y a hésitation ; tantôt ĭllos est rendu par es ou eis, tantôt par eaus, iaus, ce dernier cas étant de beaucoup le moins fréquent. Même indécision en Wallonie ; les deux traitements se rencontrent dans le Poème moral, sans que les formes vocalisées prédominent. Il en est de même dans Girart de Roussillon, où l’on trouve des rimes comme esperis : peris (perīculos) et dans l’Ysopel de Lyon ; la disparition est plus rare chez Priorat, qui écrit pourtant vote (vŏltam) : cote (cŏstam) et qui donne quelques autres exemples semblables.

291Peut-être l’effacement de l’l ne s’est-il produit partant qu’après vocalisation ; il s’expliquerait alors par la réduction de la diphtongue (ou de la triphtongue) qui en serait résultée ; accentuée sur son premier élément, elle aurait perdu le second, ce qui arrive très fréquemment.

292On sait déjà qu’une consonne sonore latine, quand elle devient finale en français, s’assourdit (cf. p.218). Il en est de même des consonnes sonores qui sont précédées d’une autre consonne, que le groupe ainsi formé soit latin ou roman. Ex.: snguem > sanc, fri-g(i)dum > freit, rendit > rent, subinde > sovent, deunde > dont, orbum > orp. Beaucoup d’adjectifs masculins ont été refaits d’après le féminin (frigidam > freide, froide, d’où froid), ou retouchés d’après la forme latine, comme longum > lonc, devenu long. Toutefois, aussi longtemps que la consonne finale a été articulée, on lui a donné un son sourd malgré sa graphie. Il en a été de même dans les mots d’emprunt, où l’écriture conservait la consonne sonore ; les rimes de Gaimar, Hoiland : tenant, sunt : Eadmund, Harold : volt étaient donc très exactes. Une prononciation négligée, très ancienne et toujours en usage, que d’aucuns disent picarde ou normande, bien qu’on la trouve ailleurs, assourdissait de même la consonne posttonique dans les finales féminines en supprimant totalement l’e muet. Ainsi Priorat réunit grante (grante) : crevante. L’éditeur de l’Escoufle voit à tort une assonance dans la rime vache : barnage ; elle est au contraire tout à fait correcte si l’on consent à dire vae : barnae. On peut encore citer dans le même poème sache : rivage, barnage : patriarche, dans le Roman de la Violette forche : gorge, mace (picard, de mttia) : damage. L’auteur de la Vie de Saint Eustache rime tour à tour le nom de son héros avec damage, rivage, corage, passage, lignage. De tels exemples sont très nombreux. On trouve dans Girart de Roussillon vainche : trainche à côté de revainge (re + vindicare) : mainge et de vainge : rainge. Ainsi s’explique aussi la confusion de s avec ss, confusion dont il sera question plus loin (cf. p.241). Il existe d’autre part, on le sait déjà, des groupes de consonnes qui sont destinés à être articulés d’une seule émission de voix. Ce sont ceux dont le second élément est l ou r. Ou bien ces groupes existent déjà en latin comme dans cpra > chievre ; ou bien ils résultent de la chute d’une voyelle atone, comme dans spera > aspre ; ou bien la consonne qui forme syllabe avec 17 ou l’n est épenthétique, comme dans, trmulat > tremble (cf. p.223). Certains de ces groupes soulèvent quelques difficultés sur lesquelles il y aura lieu de revenir. Ce qu’il importe pour le moment de faire remarquer, c’est que le français a horreur des formations consonantiques. complexes et qu’il tend, dans des prononciations négligées, à laisser tomber la dernière des consonnes qui précédent l’e féminin final, avec assourdissement éventuel de la sonore qui subsiste : cinq francs la liv ou la lif, selon les régions, au lieu de livre. Dans certains dialectes au contraire, l’occlusive qui précède l’l disparaît tandis que cette l se maintient ; chez Ph. Mousket, peule représente pŏpulum et aveule traduit abŏculum. La chute de l’l en position seconde explique sans doute les rimes pople : Constantinoble ou oncles : adonques du même poète. La chute de l’r dans les mêmes conditions est beaucoup plus fréquente. Gaimar associe estre : feste, estre : teste, entrent : démentent, Ph. Mousket Flandres : glandes, ostes : vostres, Froissart oevre : prueve, troeve : oevre, livre : arrive, barbe : arbe (arbre), celeste : estre, Priorat trove : povre, muevent : huevrent, hautes : autres, l’auteur de Girart de Roussillon prestres : festes, traites (traditor + s) : venites. De tels faits sont très nombreux. Or, puisque l’r après consonne peut ne pas être prononcée, il n’y a aucun inconvénient à l’écrire quand elle n’est pas organique ; c’est une habitude courante en Angleterre, surtout dans le Sud, et assez répandue sur le continent, d’où evangelistres : ministres dans le Jugement dernier, evangelistre : chapitre dans le Roman de la Rose, celestre : destre dans le Manuscrit bourguignon et chez Froissart ; Priorat écrit même demande : gandre.

293G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

  • 61 Je classe les consonnes par ordre alphabétique.

294Les consonnes et groupes de consonnes appellent d’autre part un certain nombre d’observations particulières qui sont les suivantes61 :

295BL

296Ce groupe provient régulièrement d’un bl roman intervocalique ; Ex.: ḝbulum > hieble, tabula > table. Il peut également remonter à un pl latin ou roman. Ex.: dŭplum > double, *stŭpula > estouble. Après m et devant l, il résulte de l’intercalation d’un b. Ex. cŭmulat > comble.

297BR

298Ce groupe, qui en position intervocalique passe à vr, ne se rencontre que dans des mots où un br latin ou roman est précédé d’une autre consonne ; Ex.: ŭmbra > ombre, rborem > arbre, ou bien si le b, entre deux consonnes, est le fait d’une intercalation ; Ex.: remmorat > remembre. Dans le mot mrmor > marbre, l’m s’est transformée en b entre deux r.

299C

300Ce signe représente plusieurs sons différents :

  1. En finale absolue, c’est une explosive sourde (k), qui provient d’un c ou d’un g latins après consonne. Ex.: sccum > sac, frncum > franc, lrgum > larc, snguem > sanc ; dans ce dernier mot, le g a été rétabli par réaction étymologique.

    • 62 Je renvoie aux ouvrages de K. Beetz, Ch. Joret, G. Raynaud sur le c dans le dialecte picard ; on y (...)

    En normand et en picard62, le son est le même (k) après une consonne étymologique, toutes les fois que le c se trouve devant un e féminin posttonique provenant d’un a latin ; il correspond alors à un e français. Il est écrit tantôt c, tantôt qu ; mais les graphies par k sont également fréquentes et s’échangent avec les précédentes : G. Raynaud, Ch. Joret, K. Beetz ont cité touke, vake, cloke, planke, roke, etc., d’après tout un ensemble de manuscrits. Ainsi l’on a bŭcca > bouce, ou bouque, brnca > brance, ou branque, ou branke : ces graphies par qu ou par k indiquent l’articulation qu’il faut donner dans ces dialectes au c placé dans la position qui vient d’être définie. L’explosive sourde s’est d’ailleurs maintenue dans les patois modernes.

    • 63 Et aussi devant l’e et l’i toniques, position dont je ne m’occupe pas ici.
    • 64 Cf. Mussafia, dans Remania, 1889, p.529 sq. Les [formes verbales qui présentent les mêmes terminais (...)

    Devant l’e féminin posttonique63, le c ainsi écrit a souvent en français le son de l’s sourde, et a été antérieurement prononcé ts. Il provient alors : a) soit d’un groupe ky du latin vulgaire précédé d’une consonne ; Ex.: arciǭnem > arçon, lncea > lance, Frncia > France : b) soit d’un groupe -tya posttonique du latin vulgaire, pareillement appuyée ; Ex.: corrŭptiat > corroce, credantia > creance : c) soit des suffixes -icia substitué à ĭtia, - īcia et -cia, d’où richece, proece, pellīcia > pelice, *mincia > menace64, etc.: d) soit des suffixes, -itia et -itium dans des mots savants ; Ex.:justĭtia > justice, avarĭtia > avarice, servĭtium > service. Parfois la graphie ss a remplacé c, d’où ltiat > puis hausse, richesse, prouesse, etc. A partir du moment où ts a été réduit à s dans la prononciation, il a été possible de faire rimer ce avec se par une s sourde ; on relève donc dans Beaumanoir pense : penitance, desfense : pesance, esparses : garces, dans Gui de Warevic comence : pense, place : trenchasse, place : acuntasse, etc.

    • 65 G. Raynaud, Étude sur le dial. picard, p.323. « Cette particularité, dit F. Brunot à propos du pi (...)

    En picard dans une partie de la Normandie et en Wallonie, le c du cas précédent (cf. 3°) n’est pas articulé s, mais e, et ce e est la réduction d’un te (tch) plus ancien. « Le c palatal, écrit G. Raynaud65, c’est-à-dire le c suivi en latin de e ou de i, prend dans notre dialecte (en Vermandois) le son chuintant et devient ch, ainsi que ci et ti que nous étudierons en même temps.» Les deux graphies c et ch s’échangent constamment. G. Raynaud cite une quantité d’exemples de cette dernière orthographe, anchien, anchois, appartenanche, chassent, forche (fŏrtia), Franche, justiche, nieche, prinche, ser-viche, tierche ; Ch. Joret et K. Beetz en donnent d’autres. Ainsi l’on a clicem > calice ou caliche (mot savant), fciam > face ou fache, plteam > place ou plache, et les deux graphies peuvent se rencontrer à la rime, où l’accord se fait en € malgré la différence d’orthographe ; Ph. Mousket réunit acordanche : France, consenche : Provence, Rutebeut désespérance : remembrance : franche ; le Roman de Fauvel présente d’une part sache : trache, de l’autre blance : senefiance. Le timbre du c est le même en picard lorsqu’il correspond à un ts primitif français, écrit anciennement réduit ensuite à s, et qui provient soit de la finale latine-cem derrière consonne, soit de ky ou de ty posttoniques et non suivis de la voyelle féminine ; ici encore la graphie hésite entre c et ch ; on a donc clcem > calc,calch (fr. chalz), puis cauc, cauch (fr. chaus, chaux), brchium > brac, brach (fr. braz) ; mntio > menc, mench (fr. menz), sntio > senc, sench (fr. senz), etc. Bien naturellement certains e français, ceux issus de py posttonique et les autres, qui seront examinés dans la rubrique suivante (cf. CH, 2° et 3° et 4°), peuvent être eux aussi traduits par c en Picardie, d’où sace, sece (sēpia), aproce, mance ; le Castelain de Couci fait rimer sace : embrace, mance : doutance. Ces picards ont été uniformément notés ć par Suchier dans son édition d’Aucassin et Nicolete : traitiće, poslić, Franće, ćil, ćerf, canćon, cać, senć, commenća, etc.

  2. Le c se trouve dans des finales verbales, à la première personne de l’indicatif, il s’agit alors de formes refaites d’après des subjonctifs en -che de en -ce, propres à la Picardie, au Hainaut, à la Wallonie, mais rares ou même complètement inconnus ailleurs, ou d’après des subjonctifs en -ge, qui appartiennent surtout à l’Ouest, à la région picardo-wallonne, mais qu’on ne rencontre presque jamais en Lorraine et jamais dans le Centre. Cette notation c ne correspondait pas à k ; elle traduisait t, . Th. Linck a relevé par analogie, dans Ph. Mousket, au lieu du t qu’on attendrait, manc : demanc, porc : recorc.

301CH

302C’est notre € actuel, primitivement articulé te, puis réduit à un son simple. Il provient :

  1. D’un c latin, dur à l’origine (k), mais qui s’est mouillé très anciennement devant un a posttonique, et qui était lui-même précédé d’une consonne ; Ex.: rca > arche, lŭsca > losche.

  2. D’un c latin de même articulation et en même position, lorsqu’il est entré en contact avec une consonne antécédente, dans des mots proparoxytons, par suite de la chute d’une voyelle atone ; Ex.: pērtica > perche, manica > manche.

  3. Du même c latin devant la finale -um, lorsque ces dernières conditions se sont trouvées réalisées et que la consonne d’appui était sourde ; Ex.: pŏrticum > porche, domsticum > domesche.

  4. D’un groupe py posttonique du latin vulgaire ; Ex.: pia > ache, spiat > sache.

303CH : C. Cf. p.228.

304CH et QU ou K. Cf. p.227. Des rimes comme nice : rice (Cas-telain de Couci) donneront lieu à une observation spéciale (cf. p.280).

305CHE : GE. Cf. p.225.

306CL

307Ce groupe résulte d’un groupe cl roman, formé par la chute d’une voyelle atone, dans des mots proparoxytons latins, et qui s’appuie sur une consonne antécédente ; Ex.: bŭccula > bock, cĭrculum > cercle.

308CR

309Ce groupe ne se rencontre que dans des mots savants, comme acre, ou dans des mots d’emprunt proparoxytons et demi-savants, comme diaconum > diacre (ici c + n).

310D

311Cette consonne ne figure, en finale absolue, que dans des mots d’emprunt où elle est articulée t (cf. p.218). Devant l’e posttonique, qu’il soit d’appui ou féminin, le d est régulier quand il est appuyé ; il remonte alors soit à un d latin, soit, dans des mots proparoxytons, à un t qui doit être lui-même précédé d’une explosive sonore ; Ex.: mndat > mande, tpidum > tiède, cŭbilum _> coude.

312DR

313Ce groupe résulte :

  1. D’un dr roman précédé d’une autre consonne ; Ex.: prdere > perdre, > tndere > tendre.

  2. D’une intercalation, cas qui a été déjà examiné (cf. p.222) ; Ex.: pŏnere > pondre, plngere > plaindre, pŭngere > poindre

  3. D’un dn roman dans des mots proparoxytons demi-savants ; Ex.: ǭrdinem > ordre, anciennement ordene.

314F

315L’F provient, en finale absolue :

  1. D’un v ou d’un b latins, après chute de la désinence ; Ex.: pensīvum > pensif, trbem > tref.

  2. D’un d posttonique suivi de o ou de u dans un certain nombre de mots. Ex.: dum > muef, *bladum ( ?) > blef > blé ; au xive siècle, nidum présente la forme nif ; ce traitement est courant dans les mots d’origine germanique ; Ex.: allŏdum > alluef ; c’est la désinence -bŏd qu’il faut reconnaître dans des noms propres comme Rutebeuf, Quillebeuf, etc.

  3. De l’analogie féminine antīqua > antive, forme sur laquelle on a refait antif au masculin.

316FL-FR

317Lorsque les consonnes qui composent ces groupes sont déjà juxtaposées en latin, ou lorsqu’elles sont mises en présence par suite de la chute d’une voyelle atone, elles subsistent en position post-tonique ; Ex.: ĭnflo > enfle, *trĭfolum > trefle, sŭlfur > soufre.

318G

319En finale absolue, le g ne figure que dans des mots d’emprunt, comme Gog ou Magog ; il est alors articulé k (cf. p.218). C’est au contraire une gutturale sonore quand il est écrit gu devant un e, dans des mots savants comme prodigue, et naturellement, si l’e n’est pas prononcé, il s’assourdit en k. Parallèlement à ce qui se passe pour le c placé devant un e provenant d’un a posttonique latin, le normand et le picard, dans les mots de formation populaire, lui donnent la même articulation explosive et dure ; ces dialectes traduisent vĭrga par vergue.

320Mais en français, sauf dans les deux cas signalés ci-dessus, g devant un e atone, de soutien ou féminin, est une fricative sonore qui primitivement sonnait dj, plus tard réduit à et qui a son origine :

    • 66 Cf. P. Fouché, p.206.

    Dans un g latin posttonique, appuyé sur une consonne antécédente et précédant un a atone latin. Ex.: sŭrgam > sorge, fĭngam > fenge, d’où d’autres formes analogiques, proprement picardes et wallonnes, telles que tolge, parolge,fierge, muerge66, etc.

  1. Dans le c palatalisé de la finale latine atone -icum, -ico, lorsqu’elle est précédée d’un d ou d’une n, c’est-à-dire d’une consonne sonore. Ex.: mdicum > miege, jūdico > iuge, canǭnicum > cha-nonge.

  2. Dans le c palatalisé du suffixe -ticum. Ex.: silvlicum > salvage, herbticum > herbage.

  3. Dans les groupes latins by et vy posttoniques. Ex.: rŭbium > rouge, slvia > sauge.

  4. Dans des analogies diverses, comme mandūcat > mange, au lieu de mandue, d’après manducre > mangier.

321GE : CHE. Cf. p.225.

322GL-GR

323Ces groupes posttoniques et situés entre voyelles appartiennent à des mots qui sont entrés assez tard dans la langue ; ils remontent à cl et cr latins ou romans par sonorisation de la première consonne. Ex. : sēcale > seigle, abŏculum > avuegle, mcrum > maigre, alcrem

324> alaigre. Si l’occlusive c avait subi un traitement régulier, elle se serait effacée en dégageant un yod, comme mcula > maille, lcrima > lairme.

325I

326Il s’agit ici de l’i consonne ou y. Ce son est assuré à l’atone post-tonique dans un certain nombre de mots d’emprunt contenus dans nos plus anciens textes. Ex.:apostŏlicum > apostolie, glǭria > glorie, memŏria > memorie, pllium > plie, sacrorium > sacrrie. Ce y, dans les mots qui seront conservés, finira par se joindre à la tonique pour former avec elle une diphtongue, qui suivra le sort des diphtongues populaires semblables.

  • 67 Tobler, VB., p.151.

327D’autre part la consonne initiale du pronom personnel de la première personne a été parfois articulée y. A. Tobler67 en a donné un certain nombre d’exemples, di ie : mie, metra ie : ne retraie, siassaie : ke ferai ie. Le cas, fréquent dans les textes picards du xiie au xive siècle, est assez embarrassant. G. Paris en donnait cette explication qu’il s’agissait de ego > eo > io atone ; cela lui semblait beaucoup plus admissible que l’hypothèse selon laquelle le j de je se serait changé en y, transformation dont on n’a pas d’autre exemple. Ce qui confirme cette manière de voir, c’est que hoc ego est devenu en français oie ; les rimes oie : veoie (Roman d’Eracle, 536) et joie : oie (Fabliaux, IV, 190) en font foi.

328K

329On se reportera à C, 2°, cf. p.227. L Cette consonne, en finale absolue, remonte à l’l simple ou a 17 double du latin. Ex.: mĕl > miel, mŏllem > mol ; devant l’e féminin, il provient d’une l double. Ex.: blla > bele, nūlla > nule ; cette l double, la plupart du temps, a été rétablie dans l’écriture. Devant consonne, l’l s’est vocalisée (cf. p.223) ; parfois la vocalisation n’est pas notée par l’écriture, et la Folie Tristan par exemple associe surjurnout : Ysolt, amout : Ysolt ; cependant, dans certains dialectes, de l’Est de la France, en wallon et aussi en poitevin, l’l dans cette position s’efface purement et simplement (cf. p.224). Enfin des groupes romans tl et dl sont passés à ll, l dans un certain nombre de mots, comme rŏtulat > rolle, roule, mŏdulum > moule, sptula > espaule.

330Sur la rime de l et de l ; on se reportera à la rubrique l.

331Sur l résultant de cl et pl en picard, cf. p.226.

332LR

333Ce groupe ne se rencontre pas en français proprement dit, où l’on intercale un d entre les deux consonnes (cf. p.222) ; il est au contraire régulier en wallon et dans une partie de l’Est de la France, avec vocalisation postérieure de l’l devant l’r ; l’l peut aussi tomber devant l’r ou s’assimiler à cette consonne.

334L

  • 68 T. VI de son éd., p.129.

335Ce son est issu soit de l + yod (meliǭrem > meilleur, fŏlia > fueille), soit de yod + l (aurĭcula > oreille) perīculum > péril. Il est écrit ill à l’intérieur des mots et il à la finale ; de la sorte fīlium > fil ne se distingue pas de fīlum > fil. Les graphies varient d’ailleurs avec les régions ; on trouve parfois lh, et plus rarement hl. Le fait important à noter, c’est la démouillure précoce de cette consonne. Chrétien de Troyes ne connaît que les formes duel, vuel, vel, orguel, trait caractéristique du français parlé aujourd’hui dans le Nord de la France et qui a peut-être pénétré jusqu’à Paris ; Rutebeuf présente en effet les rimes merveilles : celles : belles : masselles : vermeilles, oeil : cel. On en relève des exemples très anciens en anglo-normand. L’auteur de Saint Brendan associe vil : eisil, peril : beril, soleil : peil (pĭlum), Gaimar unit fel : conseil, exil, gentil, Thomas apparie merveille : candele ; on rencontre des faits semblables dans le Roman de Thébes, les Ducs de Normandie, et le Mystère d’Adam. En Touraine, le Roman de Troie hésite : « Peril, observe L. Constans68, qui rime au régime pluriel trois fois en (jamais en is), rime au singulier avec il (illi), avec eissil, qui rime partout ailleurs avec l pure ; avec gentil, qui n’a, quand il est suivi de s, que des rimes en -is, et rime avec mil (mille) et fil. En Franche-Comté, Priorat écrit traval : che-val. Peut-être, dans un certain nombre de cas, s’agit-il de ces rimes imparfaites si fréquentes au Moyen Age. La démouillure est cependant indiscutable en Angleterre et en Wallonie. On sait déjà que l’l, dans l’Ouest et en Normandie, disparaît devant la consonne de flexion en dégageant un yod ; Cf. consĭlios > conseiz, tripliet > travail, tandis qu’en français, il perd purement et simplement sa mouillure, d’où mlius > mialz, consĭliet > conseil, puis se vocalise ou s’efface (mieuz et miez).

336M-N

  • 69 L’apparition d’une « inorganique à la finale de certains mots, comme amīcum > ami, parfois écrit am (...)

337Ces deux consonnes doivent être examinées ensemble. En position posttonique, et lorsqu’elles précèdent en français une e féminin ou de soutien, elles se conservent l’une et l’autre, qu’elles soient en latin intervocaliques ou appuyées. Ex.: clmat > claime, lūna > lune, plma > paume, ǭrnat > orne. Il en est de même en finale absolue, quand elles ont été découvertes par la chute d’une terminaison atone. Ex.: famem > faim, nomen > nom, bonum > bon. Pourtant, dans les monosyllabes, l’m a été écrite n. Ex.: rĕm > rien, tŭm (tuum) > ton ; elle subsiste, cela va de soi ; dans les mots savants. Ex.: Abraham, Adam. Ce qu’il y a de remarquable, c’est que m et n après voyelle tonique sont confondues à la rime. Le Lapidaire de Marbode donne nom : raison, Gaimar ban : Fuleham, Rutebeuf seson : hom, preudom : bandon, Jherusalem : va l’en, prendom : don, foison : hom. Ph. Mousket non : om, preudom : baston, non : renom, Kaam : an, André de Coutances Neptalim : transmarin. Il faut en conclure que la nasalisation de la voyelle tonique était complète69. Elle ne l’était pas dans le Midi, où l’m sonnait n à la finale des mots savants ; il existe des régions où l’on dit encore dominõn nostrõn (dominum nostrum). Une m française peut représenter une m double latine. Ex.: flmma > flame ; dans des mots semblables, l’m double a été rétablie pour marquer la nasalité de la voyelle tonique précédente. L’n double du latin subit le même traitement ; Ex.:pēnna > pene, penne. L’m française peut être également issue d’un groupe latin mn- ; Ex.: sŏmnum > some, sminat > sème, hŏminem > ome. Dans les mots savants au contraire, ce groupe subsiste d’abord, puis se réduit à nn ; EX.: colŭmna colomne, colonne, autŭmnum > automne, autonne, traitement qui est normal pour les mots populaires en Champagne, où l’on a fēmina > fenne.

338Pour la rime de n avec n, on se reportera à la rubrique n.

339M et N + consonne

340Plusieurs combinaisons doivent être examinées.

341M et n, suivies d’une autre consonne et précédant une syllabe atone dont l’e muet est féminin ou de soutien, remontent en français aux mêmes consonnes latines (mbulat > amble, tmplum > temple, respŏnderé > respondre), sauf que l’m, par tradition graphique, aboutit à n devant une dentale (sēmita > sente). Elles ont disparu l’une et l’autre de la prononciation en nasalisant la voyelle tonique antécédente.

342Lorsque l’m était suivie en latin d’une autre consonne qui est devenue finale en français parce que la terminaison atone est tombée, cette m a subsisté dans l’écriture ; Ex.: campum > champ. Mais, devant l’s de flexion, la seconde consonne s’effaçait, et la nasale au voisinage de l’s, était notée n, d’où campos > chans ; ici le pluriel a été dans la suite refait sur le singulier, d’où un champ, des champs.

343Le groupe ms ne se rencontre que dans des mots savants comme pense, réponse. Les groupes mr, ml, nr sont dialectaux ; ils n’appartiennent pas au français proprement dit, qui intercale une autre consonne entre la première et la seconde (cf. p.222).

344Nd latin subsiste devant tout e posttonique ; Ex.: mndat > mande, defēndere > defendre ; il passe au contraire à nt en finale absolue ; Ex.: mŭndum > mont, tandis que nt dans cette dernière position subsiste ; Ex.: mŏntem > mont. L’n est analogique dans des mots comme *pinctum (au lieu de pictum) > peint, d’après pĭngere > peindre.

345NL.NR

346Ces combinaisons, telles que ensanle(in + sĭmul), chanre(cmera), tenre (tenrum) sont étrangères au français proprement dit, qui intercale un b entre l’m et l’r, un d entre l’n et l’r ; nl et parfois nr remontent à des groupes romans ml et mr, où la consonne qui marque la nasalisation de la voyelle antécédente est écrite n devant l et r, la tradition graphique ne maintenant en général l’m que devant m, b, et p.

347N

348L’n mouillée a sa source soit dans yod + n, soit dans n + yod du latin ; Ex.: pŭgna > poigne, sĭgnum > seing, compnio > compaing, Brittnia > Bretaigne. Les notations de cette consonne varient suivant les provinces (gn, ign, ngn, nh). En finale absolue, ou bien elle peut se maintenir dans la prononciation, ou bien disparaître quand elle a complètement transféré sa nasalité à la voyelle dont elle est précédée, ne laissant subsister qu’un y. Dans cette position, elle ne rime d’abord qu’avec elle-même, et il en est ainsi jusqu’à la fin du xiie siècle. Mais alors la mouillure y peut elle-même disparaître, et le g qui la marquait s’efface peu à peu ; aujourd’hui il ne persiste plus que dans poing et coing, où il n’a que la valeur d’un souvenir (cf. engin, p.211). Dans Florence de Rome, līneum > ling est écrit lin et figure dans une laisse en -in, puis, dans le Bastard de Bouillon, aux environs de 1275, on trouve les rimes vilain : bain (baing) : plain : mehain (mehaing) ou lin (līnum) : engin (enging) : juin (juing).

349Dans les mots savants de terminaison féminine, gn était articulé n et conserva cette prononciation jusqu’au xviiie siècle. Le Roman de Troie associe regne : femme ; Froissart présente : digne : benigne : feminine, Priorat signes : buisines (buccīnas).

350Parallèlement à ce qui se passe pour l, la démouillure de l’n, dans ces mêmes désinences féminines de mots non savants est attestée de très bonne heure. On la rencontre en anglo-normand,’où Thomas écrit amene : ovraine (operanea > ovraigne), et où E. Busch a relevé Brettayne : semayne : payne, enseigne : centaine ; il a en outre signalé les graphies reigne (reine), semaigne, certaignes, ce qui est la preuve d’une confusion totale. Il en est de même dans le Nord de la France ; Ph. Mousket en offre de nombreux exemples, Gascogne : Narbonne, Campagne : Jehane, maintiegne : Briene. Le même fait se constate dans des poèmes du Sud-Est ; on trouve montaignes : fonteinnes, moigne (minat) : contraigne ; chez Priorat, poine : ensoigne, Lorraine : Espaigne, montene : arene, Madelegne : Aquitegne, Auverne : montene dans Girart de Roussillon, fontaigne : mal sainne dans l’Ysopet de Lyon. Le Roman de Troie présente de même maignent (manent) : acompaignent. Chez beaucoup de poètes, ces rimes peuvent d’ailleurs être considérées comme des rimes imparfaites ou d’emprunt.

351P

352Le p français devant l’e féminin ou en finale absolue remonte :

  1. A un double p latin ; Ex.: cppa > chape, drppum > drap.

  2. A un p latin appuyé sur une consonne antécédente et devenue terminal par chute de la désinence ; Ex.: *colpum > colp, coup, campum > champ.

  3. A un b placé dans les mêmes conditions ; Ex.: orbum > orp.

353PL

354Ce groupe a sa source dans un pl latin ou roman posttonique, mais ne subsiste que dans les mots savants ou demi-savants, tandis que les mots populaires transforment pl en bl (cf. p.227) ; Ex.: quadruplum > quadruple, populum > pueple.

355PR

356Ce groupe remonte à un pr roman posttonique appuyé sur une consonne antécédente ; Ex.: rumpere > rompre, sperum > aspre ou à pn des mots d’emprunt ; Ex.: pmpinum > pampre.

357QU

358On se reportera à C, 2°, p.227.

359R et RR

360R provient :

  1. D’une r simple latine ; Ex.: pūram > pure, prem > per, venīre > venir.

  2. D’une r double latine en finale absolue ; Ex.: tŭrrem > tor, crrum > char.

  3. D’un groupe tr ou dr intervocalique ; Ex.: ptrem > pere, rīdere > rire.

  4. Dans certains mots d’emprunt d’une l ; Ex.: navĭlium > navire, concĭlium > concire.

361RR a sa source :

362Dans l’r double latine ou romane intervocalique ; Ex.: trra > terre, quăerere > querre.

363Dans des groupes latins ou romans tr, dr dont la première consonne s’est assimilée à la seconde, sans qu’il y ait eu ensuite réduction de rr à r ; Ex.:pētra > pierre, hdera > (l)ierre.

364α-. En Normandie et dans l’Est, dans un groupe lr produit par la chute d’une atone ; aucune intercalation n’a lieu entre la première et la seconde consonne, et l’l s’assimile à l’r. Priorat présente torre (tŏllere) : secorre ; cette rr peut même aboutir à une r simple ; on en a des exemples en Wallonie et dans les Vosges. Le résultat est le même pour nr dans les futurs dorrai (donerai), merrai (menerai), torrai (tournerai), sejorrai (séjournerai).

365En finale absolue, toute r est prononcée au Moyen Age. Rute-beuf associe mer : amer (amre) :blasmer :reclamer, amer (amrum) : mer ; Guiot de Provins donne cler : porter : embler, sauver : mer, etc. La consonne double avait une articulation beaucoup plus forte que la consonne simple, ainsi qu’on peut encore l’observer aujourd’hui dans certaines régions du Midi. Sur la plus grande partie du territoire elles ne pouvaient rimer ensemble ; elles ne devinrent équivalentes qu’au xviie siècle. Cependant rr se réduit de bonne heure à r en anglo-normand, où cette consonne était faiblement prononcée sauf dans le Nord de l’Angleterre ; on le constate dans le manuscrit du Pèlerinage et dans les Psautiers. D’autres auteurs maintiennent la distinction dans l’écriture, mais sans en tenir compte pratiquement ; Jordan Fantosme fait rimer -aire et-eire avec -erre ; Philippe de Thaon unit ure (hǭra) : cure (cŭrrere). Ailleurs de tels indices sont plus rares ; on peut citer les formes du v. cŭrrere > corre, sauf justement l’infinitif, qui ne présentent qu’une r unique (corant), et noter que Chrétien de Troyes unit devorent :corenl (cŭrrunt), desirre montrent que dans cette province la différence est de bonne heure abolie ; on y rencontre tere à côté de terre, giere à côté degierre ; Ph. Mousket apparie aseurre : aventure ; la confusion est fréquente.

366R + consonne

367Il existe des cas d’amuïssemsnt de l’r devant une autre consonne (cf. p.221). Cependant elle se maintient le plus généralement. Lorsqu’elle forme groupe avec une consonne subséquente et que ce groupe est placé devant une consonne de flexion, ce n’est pas l’r qui tombe mais la seconde consonne ; Ex.: cŏrpus > cors, où le pa a été rétabli par réaction étymologique. Devant tout e atone final, les deux consonnes se maintiennent ; Ex.: arma > arme. Les combinaisons rn et rm appellent une observation particulière. Lorsque rn a été découvert par la chute de la terminaison latine posttonique, les deux consonnes ont d’abord subsisté ; Ex.: diŭrnum > jorn, fŭrnum > forn ; mais l’n s’est au contraire effacée devant l’s et le t de flexion, d’où fŭrnos > forz, devenu jours, tŏrnet > tort, qui a été remplacé par la forme analogique tourne ; elle a disparu au singulier des substantifs, car le singulier a été refait sur le pluriel. Déjà Gaimar rime jur : seignur, sujur : honur, Jwar : char ; Fantosme en fait autant, pur : relur : jor, amur : jor, jor : verrur ; le Lai du Cor donne jour : menur, cor : or. La même règle vaut pour rm ; vrmem > verm est devenu ver d’après le pluriel vers : dŏrmis, dŏrmit de leur côté ont produit dors, dort. C’est r qui a montré la plus forte résistance.

368S

369Ce signe peut avoir deux valeurs différentes. Ou bien il désigne un son sourd qui provient :

  1. De l’s de flexion. Ex.: mūros > murs, cŏrpus > cors, Crolus > Charles.

  2. De l’s latine intervocalique sonore lorsqu’elle a été découverte par la chute de la finale atone ; Ex.: clusum > clos, nsum > nes.

  3. De l’s latine sourde précédée d’une autre consonne et découverte dans les mêmes conditions ou suivie d’une atone féminine ; Ex.: ŭrsum > ours, bŭrsa > bourse.

  4. Les groupes latins sty et ty pareillement découverts ; Ex.: *ūstium > uis, prtium > pris.

  5. Du c latin intervocalique et devenu final par la chute de la désinence atone, quand il suit un a ou un ĕ latins toniques ; Ex.: pcem > pais, dcem > dis.

  6. De l’analogie ; Ex.: prophēta > projetes, fber > fevres où l’s du cas sujet est empruntée aux substantifs du type mūrus > murs. L’s dite adverbiale, comme dans ŭnquam > onques, est également analogique, d’après des adverbes comme plus, magis, etc. A la première personne de l’indicatif présent et à la deuxième de l’impératif des conjugaisons autres que la première, dans des formes comme j’atens, je rens, je dis, je crois, vois, bois, lis, l’s ne se répand qu’au xive siècle et gagne peu à peu du terrain. Elle est analogique d’autres formes où le thème verbal est terminé par une s ou un se qui aboutissent régulièrement à s, comme je fleuris, je nais, je conois, fleuris, conois, etc. Même remarque pour la première personne de l’imparfait et de certains parfaits (j’aimais, je descendis), l’s est due à l’influence de la seconde personne et à celle de la première personne de parfaits en -i comme mīsi > je mis.

370Ou bien il désigne la variété sonore de la même consonne.

371Il provient alors :

  1. De l’s latine située entre deux voyelles dont la seconde est un a atone qui devient e en français ; Ex.: clusa > close, cusa > chose.

  2. Du groupe latin ty dans les mêmes conditions ; Ex.: prtiat > prise, Sarmatia > Sarmise

372On notera que le son de l’s sourde, à l’intérieur des mots, était rendu par ss (je renvoie à cette rubrique), et qu’il le fut aussi par с lorsque ce signe cessa de se prononcer ts. Toute s, en finale absolue, était obligatoirement articulée, si bien que nsum > nés, ne pouvait rimer avec ntum > né ; telle est l’origine de l’interdiction d’unir aux fins de vers les singuliers et les pluriels, puisque dūros > durs et mūrum > mur présentaient entre eux la même différence. L’s a pour équivalent x, qui termine un certain nombre de mots comme voix, noix, croix, où il a remplacé un z- plus ancien, d’après les nominatifs latins vox, nuх, crux. Elle ne s’est accordée avec ce z lui-même que du moment où il a été prononcé non plus ts, mais s (cf. infra, p.245).

373L’s devant consonne, succédant immédiatement à la voyelle tonique, comme dans testa > teste, bospitem > oste, s’est amuïe de très bonne heure (cf. p.220).

374S : SS. On se reportera à la rubrique SS.

375S : Z. Je renvoie à la rubrique Z.

376SS

377L’s double possède le même son sourd qui est noté s à la finale ; on ne la rencontre qu’en position intérieure, entre deux voyelles. Elle provient :

  1. De l’s double latine intervocalique ; Ex.: lssa > lasse, gŏssa > grosse.

  2. De l’s simple latine ou d’un groupe ty précédés d’une l voca-lisée ; Ex.: flsa > fausse ; ltiat > hausse. Ici pourtant la graphie par c a parfois triomphé, comme dans slsa > sauce.

  3. D’un groupe latin sty posttonique ; Ex.: angŭstia > angoisse, frŭstiat > froisse.

  4. Des suffixes latins cia, īcia, ĭtia, dont le dernier a suscité des controverses. Cependant, dans les mots qui sont ainsi formés, la graphie ss s’est substituée à un c plus ancien, qui s’est parfois maintenu, comme dans mincia > menace, tandis qu’on a écrit faciam > fasse au lieu de face primitif.

378G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

  • 70 Même devant la tonique ; en effet Raoul de Cambrai donne connoissatis : nuissans, au lieu de nuisan (...)

379SS : S. Dans certaines régions, ces deux graphies sont réunies par la rime ou s’échangent, de telle sorte qu’il y a apparence d’accord entre la consonne sourde et la consonne sonore. Ce phénomène se constate surtout en Wallonie, en Picardie, et en Beauvaisis. Il s’explique par le fait que toute s avait tendance à devenir sourde70, en particulier en syllabe féminine atone où il est vraisemblable que des-prononciations négligées ne faisaient pas sentir l’e.

380Ainsi l’on trouve conoissent : envoisent, noisent : froissent, puisse nuise chez Beaumanoir, avarisse : malise, avarise : faintise chez Mousket, guise : gentelisse, Eglisse : serise dans la Guerre de on relève dans Y Évangile de Nicodéme, de Chrestien, ces. quatre vers.

Bel sire, quand vus m’enveastes
A Alixandre, me ruvastes
Ke par Jerusalem venise
E des noveles apresisse. (v. 121-124)

381Quant à Rutebeuf, il n’associe pas -ise et -isse, ni -use et -usse, mais il fait rimer -ouse : -ousse.

382TH

  • 71 Ou presque rien. A peine peut-on faire remarquer qu’en finale posttonique, le t latin appuyé subsis (...)

383Il n’y a rien71 à signaler à propos du t qui ne soit déjà connu. On doit mentionner pourtant que toute dentale intervocalique a suivi l’évolution t > d, puis a disparu. Cependant, avant de s’effacer complètement, elle a pris un son spirant noté th ou d, que certaines éditions modernes traduisent par d et qui est rendu en moyen anglais par des signes spéciaux. Th ou d, indiquant cette dentale caduque, n’empêchent pas la rime. Ils ne se rencontrent que dans de très anciens textes et n’y étaient certainement plus prononcés. Le ms. L de Saint Alexis donne les formes mustrethe, mandethe, contrethe, espusethe. Voici deux exemples des rimes que présente Saint Brendan :

Mais n’i truvent nule entrethe
U lur nef fust eschipede (v. 251-2)
— Tutes perdent les veüthes
Fors de la mer e des nues (v. 213-214)

384Sur TH remplaçant Z en Angleterre, cf. Z : S, p.245.

385TR

386Ce groupe, en position posttonique, provient :

387D’un groupe tr roman suivi d’un e de soutien ou féminin ; Ex.: prsbyter > prestre, lĭttera > letre.

388De l’intercalation d’an t entre diverses consonnes dont la seconde est une r ; Ex.: ssere > estre (cf. p.222) ; mais il peut être aussi analogique puisque prīserunt est représenté par pristrent, d’après distrent, au lieu de prisdrent qui serait régulier.

389D’un groupe roman tl dans des mots d’emprunt assez récents. Ex.: tĭtulum > titre, anciennement titele, title, apŏstolum > apostre, capĭtulum > chapitre, anciennement chapitle.

390Les tr de toute origine riment naturellement ensemble.

391V

392Le v français remonte, devant finale féminine :

  1. A p, b, v latins ; Ex.: rīpa > rive, faba > five, vīva > vive.

  2. A un groupe du ; Ex.: vĭdua > vedve, veve, devenu ensuite veuve.

  3. A un groupe qu ; Ex.: qua > eve, qua > ive.

393VR

394VR est issu, devant tout é muet posttonique, soit de br (lbra > lèvre), soit de pr (capra > chievre), soit d’un groupe roman vr (vīvere > vivre), toutes les fois qu’ils ne sont pas précédés d’une consonne qui conserverait les timbres primitifs (spérum > aspre, ŭmbra > ombre).

395Z

396Ce signe, qui était articulé ts, a son origine ;

  1. Dans d + s et t + s du latin ; Ex.: grndes > granz, amtis > amez.

    • 72 Cf. P. Fouché, p.184.

    Dans un c intervocalique latin que la chute de la désinence rend final, toutes les fois que la tonique antécédente est ē, ī, ǭ ; Ex.: pĭcem > peiz, berbīcem > berbiz, vǭcem > voiz ; ky et ty posttoniques, produisent le même résultat, d’où solrium > solaz, fcio > faz, martium > marz, tandis qu’il en est autrement si le c latin succède à un a ou à un e (cf. p.240, S 5). En Lorraine le z des terminaisons verbales mentio > je menz, placeo > je plaz s’est étendu par analogie à beaucoup de verbes qui n’y avaient pas droit : perdo > je perz, tropo > je troz, etc.72.

  2. Dans un c posttonique qui suit une consonne autre que s ; Ex.: dulcem > dolz, flcem > falz.

  3. Dans l’s de flexion suivant mn, nn ou rn ; Ex.:dmnus > danz, nnos > anz, diurnos > jornz.

  4. Dans l’s de flexion quand elle suit l ou n qui perdent leur mouillure ; Ex.: mlius > mielz, perīculos > perilz, pŭgnos > poinz, lōnge + s > loinz.

397Z : S. Dans nos plus anciens textes, z et s ne riment pas ensemble. La distinction est faite par Saint Brendan, par le Tristan de Thomas, par le Roman d’Eneas, par Chrestien de Troyes. La confusion apparaît déjà en anglo-normand au xiie siècle, chez un certain nombre d’écrivains parmi lesquels Philippe de Thaon, Gaimar et Chardry, tandis que d’autres poètes, comme l’auteur d’Adgar, celui de la Vie de saint Auban et Jordan Fantosme l’évitent presque toujours. En Picardie, et même en Beauvaisis, elle se manifeste à la fin du xiie siècle ; on la rencontre assez souvent dans Robert le Diable ; elle est courante dans Orson de Beauvais, dans Gautier de Dargies, tandis que Hélinant ne l’admet pas. Bientôt elle se répand dans le reste de la France. Le Poème moral ne présente à la rime que Abrahans : poissans, mais il semble bien que son auteur ne sépare s et z que pour obéir à la tradition. On constate le mélange dans une foule de textes qui appartiennent aux régions les plus diverses, dans l’Estoire du Graal, les Narbonnais, le Miracle de Théophile, la Vie de saint Eustache, la vie de sainte Catherine, Galeran, l’Escoufle, parfois avec une certaine timidité d’abord, puis sans réserve. Tantôt s et z sont associés, ce qui prouve bien qu’il n’existe plus entre eux aucune différence de prononciation ; par exemple, on rencontre chez Ph. de Thaon meis : feiz, avis : criz ; chez Gaimar purpens : denz, hors : morz ; dans le Lai du Cor Artus : muz ; dans les Narbonais cortois : serviroiz, pais : diz, trésors : desporz ; dans Galeran estouz : vous, tournois : exploiz ; dans Sainte Catherine seveliz : mis. Tantôt z remplace indûment s, comme eslaiz (eslais) : plez, preuz : euz ĭllos) dans Galeran. Tantôt on substitue s à z comme neveus : viens dans YEs-toire don Graal ; desers : cers, mors : defors, effors : cors dans Saint Eustache ; nés : plantés, refus : tenus, lauàamus : tenus chez Beauma-noir. Les Picards écrivent généralement par s (cf. nois, brebis, empereris, fois dans Aucassin et Nicolette) ; cependant z, lettre ornementale, reste longtemps en faveur, particulièrement aux xve et xvie siècles ; nous l’avons conservé à la deuxième personne du pluriel des verbes. Dans le Sud de l’Angleterre, cet ez des désinences verbales est souvent rendu par eth.

398X

399Ce signe, à la fin des mots, apparaît d’abord comme une abréviation de la terminaison en us dans les mots latins comme dans les mots français, et il a remplacé le signe 9 plus ancien. Mix, Damedix, pastoriax, damoisiax, mervellex, Index, tox, parmi bien d’autres, sont des graphies qui nous sont données par Aucassin et Nicolette. L’emploi de cet x se généralise au xive siècle ; puis l’on rétablit l’u dans l’écriture, et l’x, qui a le son de l’s, prend souvent la place de cette consonne (cf. p.241). Il y a parité de timbre entre s, x, et ç (celui-ci réduit à s), qui riment ensemble.

IV. Les Variations du Dictionnaire des Rimes.

400Il est temps de tirer la conclusion de l’enquête qui précède. On peut constater que la rime, tout au moins en principe, est étroitement dépendante de la phonétique de la langue, qu’elle lui est soumise et qu’elle lui obéit. Tous les sons de même timbre, les voyelles monophtongues ou diphtongues ainsi que les consonnes, s’accordent ensemble selon la prononciation qu’elles ont dans le langage courant. Ce principe, il est vrai, comporte de nombreuses dérogations sur lesquelles il y aura lieu d’insister particulièrement ; cependant, c’est sur ce fondement que repose tout l’édifice de la rime, si imparfait parfois, si branlant et si lézardé qu’il puisse être. Les plus magnifiques palais, eux aussi, ont souvent besoin de réparations, et il arrive que la belle ordonnance de leurs façades dissimule des fissures qu’un oeil attentif découvre sans peine, mais dont on ne peut faire remonter la responsabilité à l’architecte qui les avait conçus. Donc peu importe l’origine des sons, pourvu qu’ils soient homophones. Les terminaisons latines -ăgere, -jor, et, dans les mots d’emprunt, -ărium, qui, pour des raisons diverses, aboutissent toutes à un français -aire, s’unissent légitimement à la fin des vers ; faire, maire, contraire riment ensemble et continueront de rimer parce que leur prononciation suivra toujours la même évolution, la diphtongue y primitive étant devenue è ou, dans certaines provinces i. Pareillement -uriis, -ŏris proclitique, -ŏrpus produisent une désinence -òrs, de telle sorte que trésors, fors, cors s’accordent parfaitement. De même -iere peut être issu de yod + ram, ou du suffixe -riam, ou de -ram, ou, dans des mots savants, de -riam, si bien que chiere, rivière, fière, matière forment des rimes excellentes dès que les toniques respectives ont atteint le même point d’ouverture ou si elles sont toutes prononcées fermées, tandis que ptrarn > pierre est exclu de cette série tant que l’r double est articulée avec plus de force que l’r simple. On notera que parfois certaines particularités orthographiques dissimulent l’exactitude de l’homophonie, qui pourtant est réelle ; deus (dus) : ostels, qui se rencontre chez Chrétien deTroyes, peut surprendre à première vue : on doit se rendre compte que l’l était déjà vocalisée, mais que le scribe a conservé l’ancienne graphie, et qu’il faut lire deus : osteus.

  • 73 R. Bacon, Opus niajus, III, 44.

401C’est par le jeu régulier des lois de la phonétique que s’expliquent les classements du dictionnaire des rimes — qui ne sera d’ailleurs rédigé qu’à une époque très tardive — pendant les premiers siècles de notre littérature, sauf accidents ou dérogations. Quelques exemples serviront à le montrer. Appellre > apeler rime de plein •droit avec escoler, bacheler, sengler, coler, piler parce que ces derniers mots sont terminés en latin par le suffixe -rem et que -rem, -re subissent le même traitement, tandis que nos formes modernes en -ier ont une autre origine. Sai : n’en ai, qu’on découvre dans les Trois Aveugles de Compiègne, est très orthodoxe : sai (de *sio) éty-mologiquement ne possédait pas d’s. A la deuxième personne du pluriel de l’indicatif présent et du futur des verbes, -ātis, -ētis, -ītis du latin ont produit respectivement -ez, -eiz puis -oiz, et -iz. Cette dernière désinence n’est représentée que dans l’Est et par un petit nombre de formes ; nous ne connaissons plus que -ez ; mais eiz, oiz, et, par réduction de z à s, ois, ont longtemps survécu et fourni des quantités de rimes ; Etienne de Fougères en a usé ;feiz : passeraz, trovereiz : deiz se rencontrent dans le Roman de Rou ; Aiol présente vous metois : mois ; de pareils faits sont fréquents dans les textes de l’Est. Tŏrno donnait régulièrement je torn, qui rimait avec *cŏrnum > corn ; lvo donnait de son côté je lief, qui s’accordait avec brvem > brief ; prco > je pri, ngo > je ni se classaient parmi les fins de vers en -i ; lvo > je lef était homophone de clavem > clef ; trŏpo > je truef rentrait dans la même série que bŏvem > buef, ŏvum > nef, Aux trois premières personnes de l’imparfait de l’indicatif, -eve. -eues, -eve représentaient correctement les désinences -bam, -bas, -bat de la première conjugaison latine, si bien qu’on en pouvait tirer une rime pour fève, fèves (fba, fbas) ; ces formes sont courantes dans les textes de l’Est. A la première personne du pluriel du même temps et du conditionnel, on rencontre fréquemment la finale i-ie.ms, i-iens, devenue monosyllabique par réduction de la diphtongue, et qui remonte à-emus, imus du latin, tandis que -iamus du subjonctif présent avait abouti à -iens ; donc preniens pouvait rimer avec chiens ou avec des mots semblables ; ces terminaisons verbales ont longtemps persisté en Picardie, en Wallonie, en Lorraine, en Champagne et en Franche-Comté. Des infinitifs comme tacēre > taisir, placēre > plaisir, lucēre > luisir, nocēre > nuisir allaient de pair avec soupir et de nombreux verbes en -ir. Bĭbere > havre fournissait une rime facile à pĭperem > peivre ; scrĭbere >escrivre en offrait une à vĭvere > vivre. Le principe de l’exactitude phonétique entraîne cette conséquence, à une époque où la langue n’est pas unifiée, et où le parler de l’Ile-de-France n’a pas établi sa suprématie sur ceux des autres provinces, que chaque poète versifie selon le dialecte qui est le sien et celui de sa petite patrie. Un Picard rime en picard, un Champenois en champenois, un Lorrain en lorrain. Une s’agit pas seulement ici de traits généraux français qui peuvent se localiser en tel ou tel point du territoire, comme les imparfaits en -abam qui donnent normalement des terminaisons en -ève, mais encore de faits linguistiques spéciaux qui domiciliés dans une région donnée, sont inconnus ailleurs. Roger Bacon († 1294)73 a justement attiré l’attention sur cette diversité : « Nam et idiomata variantur ejusdem linguae quae apud Gallicos et Normannos et Picardos et Burgundos multiplia variatur idiomate. Et quod proprie dicitur in idiomate Picardorum horrescît apud Burgundos, imo apud Gallicos viciniores.»

402Le français proprement dit ou francien, langue de l’Ile-de-France et plus particulièrement de Paris, ne réussira à évincer les dialectes qu’après une lutte qui durera plusieurs siècles et dont l’issue est restée très douteuse pendant les premiers siècles de notre littérature.

  • 74 Chrétien de Troyes emploie, selon son dialecte, les formesvaing, taing, praing à l’indicatif, vaing (...)

403Ici encore, pour faire sentir les divergences des parlers locaux et donner une idée des possibilités infinies de rimes qu’ils offrent, des exemples seront très utiles. L’ libre devant nasale subsiste en poitevin, au lieu de passera ai comme en français, d’où parlam (parau-lamus) : am (amo) dans Sainte Catherine, et ces finales peuvent parfaitement rimer avec des mots savants comme Adam, Abraham, ce que le français ne permet pas. Ce même dialecte confond très notablement ã et õ, si bien que les troisièmes personnes du pluriel sont au futur vengerant, parlarant, oirant, parfois écrites par -enl, ce qui autorise à les faire accorder avec tous les participes présents ; on en a aussi quelques exemples à l’Est, torrant (fut. de tollere) : cor-rant (currendo) chez Priorat, tandis qu’inversement l’Ysopet de Lyon donne onte : espaonte. Le suffixe -ĕllus, -llos aboutit à -iaus en Picardie, d’où des rimes comme biaus : nouviaus, qui dépassent même les limites de cette province, et qui sont différentes de la désinence française -eaus. L’ē suivi de l donne -eil en Ile-de-France, et son évolution s’arrête en ce point, tandis que, plus à l’Est, elle se poursuit en -oil ; la même voyelle, devant n et n, a le même sort ; il s’ensuit que des formes comme consoil, paroil, poine, ploine sont tout à fait normales en Champagne, Wallonie, Lorraine, Franche-Comté et Bourgogne ; la Passion du Palalinus apparie poine : Antoine, l’Ysopet doigne (dĭgnat) : vergoigne, pointes (pincts), ointes (ŭnctas) ; Priorat coing (cŭneum) : ensoing (insĭgnet) ; comme d’autre part, dans les dialectes du Sud-Est, ie + n passe volontiers à ei + n, ce qui produit des subjonctifs présents en -eigne, -aigne, -oigne dans des verbes comme tenir : venir et, par analogie, prendre74 ; il s’ensuit une complication des phénomènes phonétiques qui permet à l’Ysopet d’unir ensoigne : proigne. Toutes ces combinaisons sont interdites au français. Toujours dans l’Est. 1’i parasitique produit des formes en -re > eir, -tis > eiz, -alem > eil qui fournissent des rimes pour des mots dont la désinence provient de l’ē libre du latin ; les Estampies françaises joignent si me merveil : teil. Dans le Hainaut, ŏ entravé par l + consonne, qui devient ou en français, passe à au ; il en résulte <que sŏlidos > saus s’accorde parfaitement avec salvus > sans. L’an-glo-normand confond l’ō et l’ū latins, ce qui autorise Gaimarà associer seür, poūr. La phonétique des consonnes présente des particularités analogues ; aucune épenthèse se produit entre n et r en Champagne, en Picardie, en Wallonie, en Lorraine et en Bourgogne ; il en est le plus souvent ainsi, dans les mêmes régions, entre l et r, s et r, m et l, ce qui explique des rimes comme torre (tollere > fr. toldre, tondre) : secorre qu’on relève chez Priorat. L’énumération de faits semblables pourrait être allongée à l’infini ; on en trouvera •d’autres exemples dans la partie de ce livre qui est consacré à l’étude des sons de notre langue. Pourtant il faut encore signaler que la morphologie des dialectes, bien souvent, diffère elle aussi de la morphologie du français, ce <]ui leur donne, quant à la rime, des possibilités qui leur sont propres. Sans vouloir épuiser la liste de tous les cas qui se présentent, il est cependant utile d’en citer quelques-uns. Les formes mi, ti, si du pronom personnel, au cas régime tonique, sont différentes de met, tel, sei, moi, toi, soi du français ; elles appartiennent au Nord, à l’Est et au Sud-Est, c’est-à-dire que, dans ces régions, il est permis d’unir mi : ami, ti : parti, si : ainsi. En Ile-de-France, en Normandie et dans les dialectes de l’Ouest, les désinences de l’imparfait de l’indicatif de la première conjugaison, par une anomalie singulière, sont -oui, -oues, -ont, -ouent (= oẅe, oẅes, oẅt, oẅent), réduites à -oe, -oes, -ot, -oent et proviennent de -abarn, -abas, -abat, -abant ; les poètes en tirent des quantités de rimes inconnues aux dialectes de l’Est, qui retiennent -ève ; en Touraine, Péan Gatineau associe la troisième personne du singulier de cet imparfait avec la personne correspondante du parfait du verbe avoir ; on rencontre chez lui quitot : ot, ajuot : ot, délivrant : ont, amont : ont, encombrout : out, criout : ont. Cette forme elle-même du verbe avoir est out en francien, mais elle est au contraire ot dans divers dialectes ; Chrétien de Troyes écrit toujours ot, plot (plcuit), pot (potuit), l’o a le son ouvert. En Picardie, en Wallonie et en Lorraine, -isent est la désinence de la troisième personne du pluriel dans les parfaits en -si, d’où il disent au lieu de distrent, il misent au lieu de misdrent, mots qui peuvent rimer avec prtiant > prisent.

404En outre le principe de l’exactitude phonétique exige que l’accord des finales ne dure qu’autant qu’il est légitimé par la prononciation courante. Comme la prononciation évolue rapidement, les possibilités de la rime changent en môme temps qu’elle. Il s’ensuit que les listes de désinences homophones s’établissent et se modifient perpétuellement, que telles associations de sons qui étaient bonnes à une date donnée ne valent plus rien cinquante ans après et doivent céder la place à d’autres, qui se modifieront ou disparaîtront à leur tour. Il y a eu une époque à laquelle les diphtongues étaient accentuées sur leur premier élément ; puis l’accent s’est déplacé et s’est transporté sur le second. Ainsi nuit assonait primitivement avec vertu ; ensuite ce même mot, du moins le plus souvent, ne rime plus qu’en i. C’est au xiie siècle que ē libre passe de ey à òy de telle sorte que vĭa > voie peut désormais assoner ou rimer avec gqudia > joie, qui sonne également ôy, mais non- pas avec Trōja > Troie, qui sonne óy ; c’est seulement vers le milieu du xiiie siècle que toutes ces diphtongues de diverses provenances se rejoignent dans une même prononciation we, ce qui unifie des séries de rimes différentes. De même l’ŏ libre, qui avait produit au ixe siècle uo, modifié en ue au xie siècle pour passer ensuite à ẅe, évolue en passant par ẅœ jusqu’au point œ, qu’il atteint au xiiie siècle et où il se rencontre avec l’ō libre du latin, qui aboutit à la même époque au même timbre monophtongue ; à partir de cette époque mŏla > meule et gŭla > gueule s’accordent parfaitement, ce que ne faisaient pas, plus anciennement, mŏla > muele et gŭla > goule. Les phénomènes que l’on constate dans "le domaine consonantique sont du même genre : par exemple les premiers textes anglo-normands ne confondent pas z et s à la rime ; mais la substitution de la seconde de ces consonnes à la première permet d’associer des mots qui jusqu’alors n’avaient pu aller ensemble. L’anologie, qui est une déviation du principe phonétique, et qui consiste dans la fausse application de lois linguistiques à des cas qui n’en relèvent pas, est un fait extrêmement important et sur lequel on ne saurait trop insister. Elle aussi produit des changements et des révolutions dans la rime ; elle allonge, elle diminue, elle supprime même des listes de mots qui d’abord avaient accoutumé d’aller ensemble ; elle en forme d’autres qui jusqu’alors étaient inédites et elle apporte aux poètes des ressources que leurs prédécesseurs avaient ignorées. Mais d’autre part elle rend vieux et désuets des textes anciens en anéantissant des quantités de formes dont leurs auteurs, avaient usé, tandis qu’elle en introduit à son tour un bon nombre dont beaucoup ne vivront pas. Elle est un agent perpétuel de destruction et de création ; elle manifestera sa puissance tant que les grammairiens, procédant d’ailleurs empiriquement, n’auront pas donné à la langue le code de règles et de paradigmes auquel elle devra rester fidèle. Comme il leur faudra beaucoup de temps pour se mettre d’accord, l’analogie, sans subir aucune contrainte, exercera des ravages pendant des siècles. Ou bien elle succombera devant l’ancienne phonétique, ou bien, le plus souvent, elle en triomphera ; mais tout cela se produira au hasard, sans aucun système, car les arbitres, dépourvus de connaissances linguistiques, s’en remettront à un guide incertain et trompeur, à l’usage, dont on peut d’avance deviner les caprices, à moins qu’ils ne cèdent à de simples impressions.

405L’analogie peut avoir une origine très reculée et remonter au latin vulgaire. De bonne heure esse, velle, posse ont été remplacés par çssere, volēre, potēre qui sont à la source des infinitifs français estre, vjleir, pour. Notre mot traire vient de trgere au lieu de trhere, d’après gere, parce que ces deux verbes se rencontraient en leurs supins, trctum et ctum. De pareils faits n’intéressent pas l’histoire de notre rime, puisque l’altération est antérieure à la constitution de notre langue. Il en est autrement quand de nouvelles formes, créées dès le latin vulgaire, ont vécu en français à côté de celles qui étaient primitives et régulières. Ardēre, manēre, submonēre, formes classiques, ont abouti correctement à ardeir, maneir, somoneir, qui riment en -eir, puis en -oir, avec des mots comme habēre > aveir, ou nĭgrnm > neir. Cependant le latin vulgaire a inventé rdere > ardre, mnere > moindre, submonere > semondre, infinitifs dont le point de départ est faux, mais qui obéissent exactement aux lois phonétiques, et dont les deux derniers riment avec des mots comme plngere > plaindre, grandior > graindre, ou respŏndere > respondre. Ici le combat s’est terminé par l’anéantissement de tous les combattants. Mais il n’en est pas moins vrai que ces homophonies, pendant le Moyen Age, ont grossi des séries dans lesquelles puisaient les poètes, séries dont l’ampleur plus tard a été réduite quand ces verbes ont disparu de l’usage. D’autre part on sait que dans la conjugaison les formes de certains temps, diverses à l’origine à cause de la position de l’accent latin, se sont unifiées dans la suite ; on avait en effet mas > tu aimes, ammus > nous amons et tropas > tu trueves, tropmus > nous trovons ; or c’est la forme étymologique qui a prévalu dans tu aimes, tandis que l’analogie s’est exercée sur les deux premières personnes du pluriel ; au contraire la forme analogique l’a emporté dans tu trouves, d’après les personnes accentuées sur la terminaison ; donc trueves, treuves est devenu inutilisable, pendant que trouves qui désormais ne peut plus disparaître s’accorde avec douves et louves. Une autre analogie récente est celle qui, d’après l’infinitif chaeir, cheoir, de cadēre (class. cderè), a transformé cdo > je chié, cadis > tu chiez, cdit > il chiét, cdunl > il chiéent en je choi, tu chois, il choit, ils choient, homophones de toute espèce de mots en -oi, -ois, -oit et -oient, alors que les anciennes formes assonaient ou rimaient de façon différente.

  • 75 Lū de la première personne fui (l. fūï, class. fŭī ») a été transporté aux autres personnes pour c (...)
  • 76 Même phénomène au Nord-Est, où poeir fait au parfait tu poïs, nous poïmes, etc., deveir, tu desvis, (...)

406L’analogie peut être localisée, cantonnée dans certains dialectes tandis que d’autres l’ignorent. Parfois elle a pour cause la persistance de certains types latins. La conjugaison de la plupart des parfaits en -ui est caractérisée en français par la substitution d’un u accentué à l’f latin, d’après tu fus, nous fumes75, etc., d’où tu oùs, nous béâmes, nous conoûmes ; cet i au contraire s’est maintenu en Aunis et en Saintonge, et, sur habufsti > tu oguis, on a construit un paradigme spécial à cette région, j’ogui, tu oguis, il oguit, nous oguimes, vous oguistes, il oguirent76. De même, en Franche-Comté et dans l’Est, la troisième personne du pluriel du parfait, dans les verbes de la ire conjugaison, est en -arent, d’après la troisième personne du singulier en -a ; elle peut même être en -irent, par confusion de conjugaison ; levarent, chantarent, assemblirent, alirent se rencontrent chez Priorat et aussi dans Girart de Roussillon, qui inversement donne suffra, offra, ouvra, senterent, repenterent, tandis que la Guerre de Metz fait rimer ressamblirent : demandirent. D’autres cas d’anologie au contraire s’étendent à tout le territoire. Ce sont d’abord ceux qui ont leur origine dans des créations du latin vulgaire et qui par conséquent sont aussi anciens que la langue elle-même, comme fagere, construit d’après qgere, qui a donné faire, tandis que facere aurait produit *faistre. Ce sont en second lieu ceux qui ont pris naissance en français et qui ensuite ont chassé peu à. peu des oeuvres littéraires les formes dialectales, elles-même analogiques ou exactement phonétiques, à mesure que le parler de l’Ile-de-France a affirmé sa suprématie sur les autres : lutte très longue, poursuivie d’ailleurs avec un succès continu, mais qui n’a guère été terminée qu’à l’époque de Malherbe, lorsqu’il n’a plus été permis aux patois d’avoir accès dans les vers ni de fournir des rimes aux poètes ; déjà, à côté de poisse, poïst, poissent, qui appartiennent à son dialecte, Chrétien de Troyes connaît eùst, pleûsse, et fait usage de peùst à la rime. L’analogie s’est parfois exercée dans un sens tel qu’elle a eu pour résultat de changer la catégorie des rimes, de rendre féminine celles qui étaient masculines. Lrgum > lare, a disparu devant large, qui vient de larga : pllidum > pal a cédé la place à pâle, de pallida ; on sait déjà que forte, grande, verte et bien d’autres, refaits d’après les adjectifs de la première classe, ont éliminé fort, grant, vert, qui sont des féminines étymologiques, de telle sorte que forte s’est désormais accordé avec porte (pŏrta), tandis que fort était homophone de port (pŏrtum). Sont aussi devenues féminines les premières personnes de l’indicatif et du subjonctif présent, ainsi que la troisième personne de ce dernier temps dans les verbes de la première conjugaison ; dans Gui de Warewic on trouve encore jós ; mais déjà, une cinquantaine d’années auparavant, le Poème moral associe enclose : j’ose.

407Les confusions et changements de suffixes, si nombreux dans notre ancienne langue, s’expliquent par l’analogie. C’est elle qui a imposé bachelier, collier, etc. mots dont il a déjà été question, au lieu de bacheler, cokr, etc., c’est-à-dire que l’usage a substitué -rium à -rem. Mais elle sévit surtout dans la morphologie, qu’elle a profondément bouleversée et où de légères similitudes, parfois à peine indiquées, ont provoqué des modifications aussi considérables qu’étendues. Il serait assez vain de vouloir énumérer tous les cas qu’on peut relever et que cataloguent les ouvrages spéciaux, éditions de textes ou grammaires historiques. Il est nécessaire pourtant d’en signaler un certain nombre : par leur abondance, alors qu’il s’agit seulement d’un choix d’exemples, on pourra se rendre compte des remaniements incessants auxquels ont été soumises les formes de notre langue.

408Les substantifs et les adjectifs ont été atteints. Parmi les substantifs, des singuliers ont été refaits sur des pluriels et des pluriels sur des singuliers : baillif, baillis ; jorn, jors ; verm, vers sont devenus bailli, baillis ; jor, jors ; ver, vers ; d’autre part nef, nés est devenu nef, nefs. Parmi les adjectifs, longa > longe s’est changé en longue d’après le masculin longum > loue. Ce sont des reformations de singuliers sur des pluriels, dans des régions où l’l tombait devant l’s de flexion, qui expliquent ces rimes à Rutebeuf, tel, (lire : té) ; loiauté, té : osté, té : parenté, noé : cloè, anté : planté..

  • 77 Et aussi, par analogie, aux deuxièmes personnes du pluriel des parfaits, ainsi qu’à dites, faites, (...)
  • 78 D’où saison : faison chez Péan Gatineau, et, au futur, l’esperon : feron chez le même poète, etc.

409Si les pronoms n’en sont pas indemnes, tant s’en faut, c’est bien plus encore dans le domaine de la conjugaison que l’analogie a joué un rôle important. Elle a déterminé un grand nombre de désinences verbales, quelquefois avec des retentissements prolongés. Par exemple slis aurait dû produire *ez, comme hŏstes a donné oz. Mais sur stis le latin vulgaire avait construit esmes, représenté très correctement en ancien français par esmes, avec un e posttonique ; c’est cet e qui a été transporté à estes77, puis aussi à sŭmus > somes, lequel a entraîné faimes, aimes, iermes et aussi les désinences en -amesy -unies, -imes des parfaits, toutes formes propres à fournir des rimes féminines, mais qui, sans l’analogie, auraient été masculines. Or sumus est aussi représenté en français par soms et sons, ceux-ci rigoureusement phonétiques et qui n’ont pas survécu. Mais toutes ces terminaisons en -omes,-oms, -ons (ces deux dernières parfois privées d’s comme -iem, -ien, parce qu’on considérait l’ s comme l’apanage des secondes personnes) ont été transférées aux premières personnes du pluriel des verbes : chantomes est très employé au Nord et au Nord-Est de la France ; ailleurs on trouve cbantoms ou chantons, qui s’est maintenu, mais aussi chantant et chanton78. Il y en avait donc pour tous les goûts et cette diversité de formes offrait des possibilités de rimes qui nous sont maintenant inconnues. Cependant -ons a aussi chassé -ienis, -iens à l’imparfait de l’indicatif, au présent du subjonctif et du conditionnel, puis l’i de iens a été introduit dans ces finales en -ons, devenues ainsi -ions ; ce subjonctif iens s’est maintenu dans un certain nombre de parlers de la France actuelle ; il a été remplacé par ens dans l’Orléanais et le Berry (que nous chantens, que nous menens), souvent écrit ains (que nous menains). A la troisième personne du pluriel, sunt a donné sont, rimant avec unt > ont, fcunt > font, vunt > vont, stunt > estont, qui appartiennent au latin vulgaire, et avec les futurs, formés au moyen de ont ; mais ont se retrouve en terminaison accentuée, ailleurs qu’à la rime, dans les présents de l’indicatif de la Guerre de Metz, tandis que Péan Gatineau l’emploie, avec une valeur tonique, à l’imparfait du subjonctif ; il présente en effet les associations par lis sunt : sunt, tirissont : batissont, moslrissont : menissont, plantissont : mangissont, acha-tissont : portassont, remainsissont : sont, garantissant : sont, creussont : fussont ; partissunt : feissunt. Quant à nos désinences en -ent atone, elles proviennent de -ant, de la première conjugaison latine, un -ant qui a été transféré à toutes les autres, ce qui est également le cas du participe en -qntem, qui a remplacé -entent et -ientem. On notera encore, que à l’imparfait du subjonctif, asse, -asses, -isse, -isses, -usse, -usses des premières et secondes personnes du singulier, qui devaient être -as, -as, -is, -is, -us, -us ont évidemment été influencés par les personnes correspondantes de subjonctifs présents régulièrement terminées en -e et -es. Enfin, dans les futurs, les régions de l’Est, la Champagne, la Lorraine, la Franche-Comté et la Bourgogne, confondent perpétuellement ai et a de la première et de la troisième personne du singulier ; Breuer a relevé dans Girart de Roussillon les rimes parlerai(3e p.) : courroucerai (ire p.), dirai (ire p.) :départirai (3e p.) ; Priorat associe rai (3e p.) ; dirai (ire p.), deffandrai (3e p.) : aprandrai (ire p. ) ; l’Ysopet de Lyon ferai (ire p.) : grèverai (3e p.). On a voulu expliquer ces formes par l’i parasitique, adjoint à la troisième personne ; mais le Psautier lorrain donne je trovera, je divisera ; on rencontre dans la Passion du Palatinus :

Je met tout en votre baillie,
ors et avoir et quanque j’ai.
Seanz ferez ce que vaus plera (v. 62-64).

410où il faut évidemment lire fa, et plus loin, dans le même texte, percera au lieu de percerai :

Quant il de moy départira
Et piez et mains li percera (v. 907-8)

411Les différentes conjugaisons sont riches en analogies qui leur sont particulières ou qu’elles s’empruntent mutuellement. A la première, il suffit de mentionner pour mémoire l’addition de Ye aux premières personnes du singulier de l’indicatif et du subjonctif présents, ainsi qu’aux deuxième et troisième personne du singulier de ce dernier temps. Daus les autres conjugaisons, c’est Ys qu’on introduit à la première personne de divers temps, d’après les deuxièmes personnes, et aussi d’après les premières personnes de certains verbes où cette s avait une origine phonétique, comme finisco > je fenis, misi > je mis, d’où je dis, je dois, je crois, je disais, je dirais, je vis, je partis, etc., et, à la seconde personne du singulier de l’impératif, dis, fais, rends, etc., de telle sorte que nos formes modernes, placées à la rime, sont d’abord considérées comme des licences poétiques, tandis que de nos jours, c’est l’absence d’s qui passe pour une liberté indue. Or cette s, dont le premier exemple paraît être desdis : Cambrisis dans Raoul de Cambrai, envahit même la première conjugaison, et à une date beaucoup plus ancienne que ne l’a indiqué Knauer. Déjà Florence de Rome, au début du xiiie siècle, donne la forme je clains (clama). De l’indicatif cette s est transportée au subjonctif de cette conjugaison, où elle ne vivra pas davantage, mais où elle sont à la rime. On lit en effet dans le Roman de la Rose :

Vilonuie fait li vilains ;
Por ce n’est pas droit que je Vains, (v. 2094)

412G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

  • 79 Ce changement a été extrêmement avantageux pour les poètes, qui ont pu faire accorder ensemble tous (...)
  • 80 Il est parfois étendu aux autres conjugaisons. Cf. corroient : soient, soffroienl : voilloient, tra (...)

413D’autre part, d’après je puis, on a construit je truïs (tropre), je ruïs (jegre), je pruïs (probre) qui entraînent les subjonctifs que je triasse, que. je ruïsse, que je pruïsse. A l’imparfait, les désinences phonétiques de l’Est, en-ève, etc., et celles, particulières aux dialectes de l’Ouest, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en -bam > oue, oe,. etc. ont été remplacées par -ēbam, devenu -ēam par un fait de dissimulation provenant de verbes comme debēbam, habēbam, d’où -eie, -oie, et -eus, -oies aux deux premières personnes du singulier, mais. -eit, -oit à la troisième, sous l’influence ou bien de l’imparfait du subjonctif ou bien de sit > seit (-ont et -ot sont d’ailleurs privées d’e atone posttonique) avec une réaction de cette troisième personne sur les deux premières, changées ensuite en oi, ois, puis ois, ois à partir du xive siècle : en d’autres termes les désinences de la seconde conjugaison se sont substituées à celles de toutes les autres79 ;ainsi les rimes herolt (prononcer beroui) : amont du Roman de Rou, ou vont (volabat) : heroul, des Ducs de Normandie, sont tombées dans, l’oubli. Au parfait de la première conjugaison, de toute antiquité, la seconde personne du singulier est en as, au lieu de -ast, parce que, dans les autres temps, les secondes personnes sont en s, et la troisième personne est en -a, analogique de il a. A l’imparfait du subjonctif enfin, que nous chantissons, que vous chantissiez, qui ont précédé chantassions et chantassiez, sont analogiques de la conjugaison en -ir et ont duré jusqu’au début du xviie siècle, transformées d’ailleurs en -issions et -issiez. Tout ce résumé pourrait être de beaucoup augmenté : indicatif présent en -ois, subjonctif présent eu-oie80 dans le Sud-Est, autres subjonctifs présents comme que je partie (yoe) » que je paroige ou que je quitege, et d’autres encore, toutes ces formes n’ont rien d’étymologiquement pur, mais résultent d’influences diverses ; elles sont quelquefois, selon les régions, exclusives des formes régulières et quelquefois coexistent avec elles.

414Les verbes de la conjugaison en -ir eux aussi ont été souvent gravement atteints par l’analogie, au point que Priorat rime estanblisserent : accordèrent, à côté d’estanblirent : firent. L’un des phénomènes les plus notables est celui qui a rendu inchoatifs des verbes qui ne l’étaient pas à l’origine, selon un processus dont il y avait déjà des exemples en latin vulgaire. Donc de nouveaux types sont nés, qui ont d’abord vécu à côté des anciens, puis qui les ont fait disparaître : nutrīre a d’abord possédé un subjonctif présent régulier qu’il neure, qui donnait une rime à heure ; ce subjonctif présent a fait place à qu’il nourrisse, qui s’est accordé avec justice, malice dès que le c n’y plus sonné ts, ainsi qu’avec des imparfaits comme que je partisse, que je dormisse, dont la terminaison est d’ailleurs analogique. A l’indicatif présent la conjugaison primitive du verbe hatire > haïr (du germanique hatjan) était je hé, analogique de la seconde et de la troisième personnes, bientôt remplacé par je haz, analogique de facio > faz, tu hez, il het, nous haons, vous haez, il héent ; mais il existait certainement alors des formes inchoatives, représentées dans le Boèce provençal, dès le xe siècle, par le gérondif aïssent (v. 197), et dont on n’aura d’exemples dans des textes littéraires français qu’à une date assez tardive, d’où nous haïssons, vous haïssez, et, au subjonctif, que je haïsse, qui intéresse directement la rime au lieu de que je hée. On notera encore que, comme dans la conjugaison en -er, souvent des formes accentuées sur la terminaison ont influencé des formes accentuées sur le radical : il ouvre a remplacé il uevre (ŏperit), d’après ouvrir ; il souffre s’est substitué à il suefre. D’autres accidents ont frappé certains verbes. Salire latin avait un présent de l’indicatif ainsi constitué : je sail, tu sais, il sali, nous salons, vous salez, il saillent, où la première personne du singulier et la troisième du pluriel avaient une l étymologique (slio, sliuni) ; puis cette l a été transportée aux autres personnes : je saille, tu saiiles, etc.; il en a été de même pour l’indicatif présent de cueillir, anciennement je cueil, tu cuelz, il cuelt, il cueillent, changé dans la suite en je cueille, lu cueilles, etc.; il s’en est suivi que salir, devenu saillir, a des formes qui riment avec des formes des verbes en -ailler et des substantifs comme maille, que cueillir en possède de son côté qui s’accordent avec celles des verbes en -cuiller et avec des substantifs comme feuille.

415Dans les conjugaisons mortes les transformations n’ont pas été moins abondantes. Que je voise, qui sert de subjonctif à aller, a été construit d’après je vois, qui représente *vao (vdo) + is emprunté à je puis. Je muerc,je prenc, je renc, je vie (vivo), de bonne heure disparus, ont été refaits d’après ces subjonctifs en -ce ou -che si nombreux en Picardie, en Wallonie, en Bourgogne et en Franche-Comté, ou d’après ceux en -ge, qui appartiennent à l’Ouest, que je chiece (cheoir), que j’arge (ardre), que je morge (mordre), et qui ont eu une extension telle qu’on rencontre même que je manjuce (mangier) ou que je mege (mettre). Des premières personnes du singulier de l’indicatif présent ont été refaites sur les seconde et troisième personnes des mêmes temps. Vivo > je vif, qui se trouve dans la Chanson de Roland, est devenu je ti, d’après tu vis et il vit ; bibo > je beif, je boif a cédé la place à je boi, qu’on lit dans les Miracles de Notre-Dame, d’après tu bois, il boit ; l’impératif boif est dans Rute-beuf, mais on a boi dans les Moralités sur job ; j’escrif est la forme de Wace, mais Benoît de Sainte-More donne j’escri ; ainsi mŏrio > je muir s’est transformé en je meur et vleo > je vailenje ma, d’après tu meurs et tu vans. A la troisième personne du pluriel, on peut signaler il puelent (poeir), analogique de volunt > il vuelent, et qui est assez fréquent dans l’Est au xiiie siècle.

  • 81 Autres exemples dans H. Wolterstorff, Dus Perfekt der ^weiten sclnuachen Conjuration im Altfranzösi (...)

416Tous les verbes qui n’appartiennent pas à la conjugaison en -er se répartissent au point de vue de leur parfait, en quatre séries. La première série se caractérise par une terminaison en -ivi, ii, comme audii, audi > j’oïs, qui a provoqué la naissance de formations analogiques. La seconde est celle des terminaisons en -si du type misi (mittere) > je mis, et sur ce modèle on a fabriqué je fais (faillir), je vols (voleir), je chais (chaleir), je sols (soldré), ainsi qu’un grand nombre d’autres. La troisième est celle des finales en -ddi, sur le modèle de vēndidi refait en venddi, d’après ddi, parfait de dare ; elle a été étendue d’abord aux verbes dont le radical se terminait en nd, puis, par voie d’analogie à beaucoup d’autres ; les désinences étaient primitivement -i, -is, -iet, imes, -istes, -ierent, mais les troisièmes personnes sont devenues dans la suite –it et -irent, afin qu’on obtînt la même voyelle tonique dans tout le paradigme ; respondiet et beneisquiet (*benediskdit) figurent à l’assonance dans le Pèlerinage ; abatierenl : esquartierent se trouve dans les Ducs de Normandie81, etc. La dernière série enfin se compose des parfaits en -ui, avec une vingtaine de verbes qui se divisent en cinq types quelque peu différents entre eux, dont l’un, je voil (vǫliti), tu voulis ,il volt, il voldrent, a été refait en je voulues), d’après je valui, transformé en valus au xve siècle ; mais, en réalité, cette catégorie s’est trouvée augmentée, au cours des temps, par un certain nombre de formes analogiques. La même constatation est vraie dans l’ensemble pour tous les parfaits qui ont chevauché les uns sur les autres et se sont combattus réciproquement. Pour prendre un exemple, le verbe remnere > remaindre eut d’abord un parfait en -si, remnsi, remsi > je rentes ; mais on trouve de bonne heure je remains, tu remansis (

417Romam.de Rou) ; il remainstrent (les Sept Sages), parce que remaindre ressemblait à plaindre, dont le parfait était planei > je plains, et je remains a donné naissance, puisque l’imparfait du subjonctif marche toujours avec le parfait, à que je remanisse (Huon de Bordeaux), ce qui a entraîné la formation d’un nouveau parfait, je remansis. Mais on rencontre d’autre part dans des textes lorrains un parfait faible manui, dont Ph. de Beaumanoir d’une façon un peu surprenante, a fait usage. Enfin il a existé un parfait faible en -i, je remani, il remanit, qu’on découvre au xive siècle chez des écrivains liégeois. Les infinitifs enfin n’ont pas échappé à des reformations analogiques. En anglo-normand, -re p.isse fréquemment à -er et -er à-ir. En français, taire, plaire, nuire, luire ont éliminé les mots issus des mêmes temps latins par le jeu normal des lois phonétiques. Resplendre, de resplęndere, est devenu resplendir. Txere > tistre s’est changé en lisser au seuil de la Renaissance à cause de nous tissons, secorre. (succutere), en secouer à cause de nous secouons. Quérir apparaît au xiiie siècle et chasse querere > querre ; courir, dont on peut inférer l’existence à la même époque d’après la forme recourirons, donnée par une charte, remplacera cŭrrere > courre et donne naissance au parfait je courri qu’on découvre à la rime dans Girari de Roussillon. Les liens de parenté étroits qui unissent les futurs et les infinitifs ont enfin provoqué des confusions bizarres, en des créations qui ne se sont pas maintenues : on a tire baudre de je baudrai (bajulīre), boudre de je boudrai (bullīre), faudre de je faudrai (fallīre), ferre de je ferrai (ferīre). Ainsi aucune partie de la morphologie française ne s’est trouvée protégée contre de pareilles transformations qui ont gravement altéré la langue primitive par une application erronée de lois rigoureusement exactes.

418Dans ces conditions, le dictionnaire des rimes, au Moyen Age, ne ressemble en aucune façon à ce qu’il est de nos jours. A notre époque il se présente comme un catalogue dressé d’une façon définitive ou tout au moins quasi définitive. Autrefois il en était autrement : ce catalogue, que personne ne songeait encore à dresser par écrit, était soumis à des variations incessantes, qui étaient celles de la langue elle-même, alors en pleine évolution. On ne saurait mieux le comparer qu’à une toile de Pénélope perpétuellement faite et déiaite, sur laquelle apparaissaient à chaque instant de nouveaux motifs ornementaux, tandis que d’autres, dont la couleur s’était affaiblie ou faussée, étaient abandonnés pour toujours. Les listes des rimes, loin d’être stables, manifestent une extraordinaire mobilité. Les unes s’allongent, les autres se rétrécissent ; des contingents nombreux passent de l’une à l’autre. On y constate des quantités de naissances, comme dans les registres de l’état-civil, mais aussi beaucoup de décès, des cas de prospérité florissante, mais aussi de maladie et de dépérissement. Les pertes qu’on y relève résultent de causes très différentes. Tantôt il s’agit de changements qui sont intervenus dans la prononciation : par exemple il y a eu un temps où reïne rimait très correctement avec hermine ; mais reïne est devenu dissylabique, et y a pris le son de èy ou de e et a rejoint le groupe des mots dans lesquels et est articulé ainsi, comme veine, pleine, peine. Tantôt, dans telle catégorie donnée, il arrive qu’un terme isolé, pour une raison quelconque, ne suive pas l’évolution de ses congénères ; ainsi amor, d’abord homophone de tous les mots terminés en latin par la désinence -ōrem, dolor, flor, s’est séparé d’eux parce qu’il s’est fixé sous la (ovmsamottr, taudis que ses anciens associés ont changé-or (-our) en -eur. Tantôt ce sont des formes qui succombent, comme sereur, cas-régime de suer (sŏror), ou nies (npos), cas-sujet de neveu, et de pareils accidents sont particulièrement nombreux dans la conjugaison. Tantôt ce sont des mots qui cessent d’être usités et dont la langue perd le souvenir. On peut indiquer encore que les rimes •dialectales sont peu à peu chassées par le français : perde (percée) : vie ou restoindre (resteindre) : joindre finissent, dans leur pays d’origine, par se démoder et par ne plus avoir accès dans des textes littéraires, d’où rétrécissement des séries -ie et -oindre. Quant aux analogies, qui d’ailleurs ne sont pas en général inventées par les poètes, mais simplement agréées et enregistrées par eux, certaines d’entre elles, au lieu de s’établir triomphalement, battent en retraite •devant les formes régulières et ne connaissent qu’une faveur assez éphémère.

419Pareillement les nouveautés sont innombrables. Elles s’imposent pour des raisons qui sont précisément inverses des précédentes. Ou bien des termes d’emprunt, si fréquents à partir du xive siècle, viennent grossir des listes déjà existantes, sans parler des dérivés, qui sont pour la langue un procédé d’enrichissement permanent. Ou bien on constate que des changements phonétiques font passer des groupes entiers d’une série à l’autre et même en créent de nouvelles. Enfin des analogies l’emportent en refoulant tout ce qui leur faisait obstacle et finissent, après une lutte quelquefois vive, par s’installer définitivement dans la morphologie. Ce sont partout des invasions, des collisions de formes, des tumultes et des mêlées où le plus fort profite toujours de sa victoire pour installer sa domination définitive sur la raine de ses adversaires. Les poètes, se rendant parfaitement compte qu’ils ont affaire à un organisme vivant, ne considèrent pas que le dictionnaire des rimes soit fixé pour toujours. En principe, et sans doute avec quelque retard, ils riment selon la langue qu’ils entendent parler autour d’eux, et ils enregistrent, tout au moins à l’origine, les sons de leur dialecte à l’exclusion des autres. Comme la science linguistique leur fait totalement défaut, ils ne résistent pas à l’analogie, et le contraire aurait de quoi nous surprendre ; mais ils savent que la fidélité phonétique est le fondement même sur lequel doit reposer leur versification et le système qui la justifie logiquement.

V. Les Dérogations aux Lois de la Rime.

420Malheureusement cette médaille a son revers. Si les poètes ont besoin de règles, la versification offre des difficultés qu’ils s’efforcent de surmonter par tous les moyens, licites et même illicites. C’est déjà une contrainte pour eux que de renfermer leur pensée dans un nombre déterminé de syllabes ; c’en est encore une bien plus grande que de découvrir les mots dont les timbres, s’accordant exactement entre eux, trouveront légitimement place à la fin de leurs vers. Il s’agit pour eux de toucher ce but, faute de quoi leurs autres peines auront été inutiles. Donc, sans attaquer la règle, il leur est indispensable de la tourner autant qu’ils le peuvent. Tricher avec elle est un jeu qu’ils apprennent très vite, puisque nous en découvrons déjà des signes manifestesdans la Chanson de Roland ; sans de longues études, ils y acquièrent en peu de temps une magnifique virtuosité et donnent ainsi à leurs successeurs des leçons dont le fruit n’a jamais été perdu. Certains d’entre eux, ostensiblement négligés, soit parce qu’ils méprisent les conventions établies ou parce qu’ils sont très peu doués, maltraitent la rime avec un cynisme brutal ou même se révoltent ouvertement contre elle. D’autres, infiniment plus habiles, rusent avec elle, s’attaquent à ses points faibles pour les utiliser à leur profit, se l’asservissent tout en ayant l’air de lui obéir et livrent à la phonétique, à la morphologie ou à la syntaxe, des combats sournois au cours desquels ils leur portent des coups redoutables. Pour mener à bien leur entreprise de facilité, qui la plupart du temps d’ailleurs ne peut réussir que grâce à la complicité largement escomptée de leurs lecteurs, ils mettent en oeuvre des procédés aussi divers que soigneusement choisis, et parviennent de la sorte à se procurer les fins de vers homophones qui autrement leur feraient cruellement défaut. Ce sont toutes ces infractions à la règle que nous allons maintenant examiner.

421Il est inutile de s’appesantir longtemps sur les rimes inexistantes, dans lesquelles, avec la meilleure volonté du monde, on ne peut découvrir aucun accord de sons. Elles sont particulièrement nombreuses chez certains poètes du Sud-Est, particulièrement chez Priorat, et résistent à toutes les explications phonétiques. Cette incorrection est antérieure à la poésie rimée, puisque, dans le Charroi de Nîmes, au cours d’une longue laisse en è (1. 40), on trouve à l’assonance des mots en a, rivages, armes, Fierebrace, masse, taie, guionnage, puis d’autres mots assez disparates, aille, viaige, traire, pailes, taillent, menait, autre, heaumes, faible : il est évident que tout cela ne va pas ensemble. J. Vising, dans son étude sur la versification anglo-normande, a cité des fins de vers qui n’ont aucun rapport de consonance, comme virent : ourent. Priorat n’a pas reculé devant des associations comme sèches : roches, abrégèrent : seurenl, tranchent : bochent, antrenl : metent, metent : ostent, estuàia-rent : orent, faible : estauble, où, avec une extrême indulgence, on peut peut-être découvrir un premier essai de ce que Tristan Derème, à notre époque, a appelé des « contre-assonances ». L’auteur de la Passion du Palatinus a fait rimer poine : persone, fiex (filins) : feïs (fecisti) ; il a écrit :

Si li ren si ne s’enfuit,
Ains char d’asne tant n’en reçut (v. 937-8)

  • 82 Introd., p. xxv
  • 83 F. Tanquerey, Evolution du v., p.772.

422Cependant de telles infractions sont trop grossières pour qu’elles aient été pratiquées avec beaucoup de constance. En effet, pour sortir des difficultés auxquelles ils se heurtaient, les poètes ont disposé de procédés plus raffinés auxquels allait toute leur faveur. Une autre incorrection sur laquelle nous passerons encore rapidement est celle qui consiste à transformer les rimes féminines en rimes masculines, selon les besoins, en ne tenant nul compte de Ye muet posttonique, qui peut être écrit ou non écrit. « Un exemple curieux de la chute de e final, a noté G. Paris en tête de son édition d’Orson de Beauvais82, est la forme mi pour mie à la rime (v. 1 iéo ; la laisse est en effet en i masculin) : toute singulière qu’elle paraisse, elle se retrouve dans Raoul de Cambrai (v. 7946), dans le Girart de Roussillon comtois (v. 2264). On doit sans doute apprécier de même benei, qui, au v. 1086 (à la rime), semble être pour beneïe.» Cette liberté, parfois désignée sous le nom de picarde, est également fréquente en Angleterre. « Toutes les muettes finales qui suivent une consonne, remarque F. Tanquerey83, peuvent disparaître en anglo-français ; c’est surtout aux troisièmes personnes du singulier du présent de l’indicatif des verbes de la première conjugaison que cette chute a lieu le plus souvent et le plus tôt. Les premiers exemples que nous en ayons rencontrés datent du commencement de la seconde moitié du xiie siècle. « Or ce n’est pas seulement derrière une consonne que les poètes ne tiennent pas compte de l’e muet ; c’est aussi derrière une voyelle. Tantôt ils écrivent dir au lieu de dire, trair au lieu de traire ; tantôt ils apparient -é : -te ; ailleurs on trouve l’orthographe -ée pour l’é masculin. Dans Jordan Fantosme, J. Vising a relevé en fin de vers paie ? (paiée), estroei (estroée), gravent {graventè). On peut de même citer dans Guide Warewic, poème dont le syllabisme est d’ailleurs incertain, les cas suivants :

    • 84 Pour acravente, agravente.

    E par mil e par cent
    Les feluns Sarazins agraveni84. (v. 3527-8)

    • 85 Même remarque.

    E del healme plat tut ensement
    Jusqu’à la terre tut àgravent85 (Ib., v. 10415-6)

  • Puis s’en issent de la cité
    Tuit en conrei od gent serré. (Ib., v. 3363-4)

  • Puis vient en la sale marbrin,
    Le duc demande e le pèlerin. (Ib., v. 10299-300)

423D’autre part la Résurrection du Sauveur unit avalé : mouillée la Passion du Palatinus démené : passée et ‘merci : mie ; certains de ces exemples peuvent d’ailleurs être considérés comme des infidélités aux règles de la syntaxe, autre’artifice dont il sera question plus loin.

424Cependant des faits d’une bien autre gravité vont maintenant nous retenir. L’un d’eux a déjà été signalé précédemment, mais il revêt une telle importance qu’il est utile qu’on s’y appesantisse quelque peu. Il s’agit du nombre invraisemblable des assonances qui, jusqu’à la fin du Moyen Age, parsèment les poèmes rimes. En d’autres termes, lorsque les versificateurs sont à court, ils font appel à un système plus ancien que celui dont ils usent habituellement, sans se soucier de déparer leurs oeuvres par des taches qui attestent leur impuissance. Assurément il en est qui tiennent à rester corrects. Beaucoup ou contraire ont recours à ce subterfuge. Il y a des assonances dans le Roman de Troie, dans les Narbonnais, dans Robert le Diable, dans le Mystère d’Adam, dans Guillaume de Dôle, chez Gautier de Dargies, chez J. Bodel, chez Rutebeuf, chez J. Renart, chez Ph. Mousket, dans Gautier d’Aupais, dans la Passion du Palatinus, dans la Guerre de Metz, chez Froissart, pour ne citer que ces exemples qui s’ajoutent à ceux déjà donnés. Certaines d’entre elles sont très caractérisées, comme serre : resne, trive : vile dans l’Escoufle, accordent : loent dans Robert le Diable, glaives : plaes (plgas) dans la Passion du Palatinus, braies : damaiges dans la Guerre de Metz, salue : lune dans Froissart. Ph. Mousket en présente un grand nombre d’analogues, marine : envie, martirs : primitif, enivrent : habitent, délivre : fille, tailles : Caries, Jake : Arge, patriacle : sale, longes : coulombts, Gersonde : Saisogne, coses : personnes, moulent : donnent, frères : vallées, vienent : logierent, Auguste : Pampelune.

425Au contraire d’autres assonances, parfois dénommées rimes imparfaites, frisent l’homophonie sans l’atteindre. Elles sont savamment calculées pour paraître ce qu’elles ne sont pas, et les poètes y déploient une ingéniosité, une science phonétique qui forcent l’admiration. Que la voyelle tonique soit identique dans les deux vers accouplés, voilà qui est très simple ; mais le grand art est de faire suivre cette voyelle tonique de sons voisins l’un de l’autre, de telle sorte qu’une oreille distraite ne soit pas frappée par leur discordance, et que celle-ci puisse être facilement dissimulée par une prononciation quelque peu indistincte : ainsi, à l’audition, la faute ne sera pas très apparente, si même elle est clairement perçue. Prenons donc quelques exemples. Benoît de Sainte-More associe tienent : criement, Athènes : teles, espaules : aunes ; dans la première de ces assonances, il n’y a que la différence d’une consonne nasale à l’autre ; •dans la seconde et la troisième, l’n et l’l possèdent le même point d’articulation et sont dissemblables seulement par la voie d’émission qu’utilise le souffle. De même c’est raime que l’auteur de Robert le Diable unit à fontaine, non pas graisse ou faire, qui seraient plus éloignés de ce dernier mot. On relève d’autres approximations analogues, hermites : homecides, croire : faloise, priesse : avierse, dans le même poème ; l’Estoire du Graal apparie donne : homme ; Ph. Mousket viles : salines, ire : Marsile, tremble : angle, aspre : Lascre, esquieles : entières, Europe : note : Froissart ensamble : example, endoivle : foible, propre : obprobre. Ces listes pourraient être allongées à l’infini.

  • 86 G. Mari, I Trattati medievali, pp.100 et 113.

426Ces observations nous conduisent à étudier le système de l’acco-modation orale, qui consiste à changer légèrement les timbres de rimes inexactes pour produire l’accord exigé par la règle. Ce système est expressément préconisé au xvie siècle par les auteurs de dictionnaires de rimes, tandis qu’aucun poète français du Moyen Age n’y fait allusion. Mais il est mentionné par le Tractatus de Ritmis de Nicolò Tibino, au xve siècle, et on s’aperçoit qu’il est beaucoup plus ancien. Tibino autorise ouvertement les licences poétiques ; il distingue celles qui s’appliquent aux voyelles et celles qui ont trait aux consonnes. En ce qui concerne les premières, il s’exprime ainsi86 : « Tercia licentia est illa qua ad talem mensuram dictator poterit mutare asperitatem litterarum, sicut in hiis dictionibus tradere : reddere, vel consimilibus, quia si deberent facere consonantiam, oportet ex hac dictione reddere, hec vocalis mutare asperitatem.» Et il dit encore : « Septimus modus dicitur dictioni similitudinis adjunctio, et fit quando dictator non poterit invenire consonantiam : tune ad-ducat aliquod genus convenientis similitudinis, ut patet in exemplo :

Ut ex spinis crescit rŏsa (ó)
In mundi deliciis,
emper finis dolorōsa (ó)
Miscetur cum viciis.»

  • 87 P. 221.

427On trouve de même chŏris (ó) : decōris (o) dans les Poésies populaires éditées par E. du Méril87, et l’auteur du Slabat mater a écrit :

Sancta Mater, istud ăgas (à)
Crucifixi fige plàgas (á)
Cordi meo valide.

428De pareils faits sont très fréquents dans la poésie latine médiévale.

  • 88 Cependant on pourrait peut-être interpréter ces faits en y voyant les signes d’une évolution généra (...)

429Ils le sont également dans la poésie française. Tantôt en effet une voyelle ouverte fait écho à une voyelle fermée, et alors la parité des deux sons ne peut être obtenue qu’en forçant le timbre de l’une ou de l’autre, ou en les réduisant toutes les deux à un son moyen. J’en prends cet exemple, qui se trouve dans Priorat, pert (é= prdit) : apert (é= appret), où il faut prononcer soit è, soit é dans les deux vers pour que la rime soit exacte. On peut y ajouter toutes les fins de vers que Foerster a relevées dans l’Ysopet de Lyon, où des 0 sont associés à des ó, repose (ó) : delose (ò), bote (ó) : plote (ò), bore (ó) : restore (ò), riote (ò) : dote (ó= dŭbitat), et où une acco-modation de timbre rétablit l’accord88. Tantôt ce sont des voyelles voisines qui se correspondent d’une fin de ligne à l’autre et qu’il faut égaliser par quelque artifice de prononciation. Le Charroi de Nîmes présente cette laisse assonancée :

Par le conseill que li baron lor done,
Li cuens Guillelmes fist retorner ses homes
Par Ricordane quatorze liues longues.
Prennent les chars et les bués et les tones.
Li bon vilain qui les font et conjoignent
Ferment les tonnes et les charrues doublent.
Bertran ne chaut se li vilain en grocent :
Tieus en parla qui puis en ot grant honte,
Perdit les eulz et pendi par la goule. (l. 35)

  • 89 D’ailleurs on n’oubliera pas que, dans les dialectes du Sud-Ouest, tout e tend à devenir a.
  • 90 « Par exception, note G. Raynaud dans son édition des Cent Ballades, nous trouvons une rime en è (p (...)

430L’assonance est en ó, pur ou nasalisé. Mais, pour qu’elle soit exacte, il faut ramener à ce son les deux voyelles toniques des mots doublent et goule. De même Gaimar apparie Orgar : loer, rime qui ne devient juste que si l’on modifie l’a du premier mot et l’e du second. Voici d’autres cas où les timbres doivent être corrigés d’une manière analogue cors : dolors, cort : desconfort dans le Tristan de Béroul, cops (cŏlaphos) : chous (ecce ĭllos) dans Galeran, contes : empruntes dans le Jeu de saint Nicolas, bels : chevals dans Gui de Warewic, estre : combattre, baies : isneles, bele : apale, face : antece, baient : metent, mètre : quatre, larges : verges chez Priorat, damoiselles : baies, novele : apale dans le Manuscrit bourguignon89 pitonse : chose dans la Guerre de Metz, cols : repos chez Froissart90.

431Les consonnes elles aussi sont l’objet des mêmes approximations et exigent, de la part du diseur, des retouches semblables. Il est évident que les rimes suivantes de Gaimar, Edeling : retint, cinc : vint, ou celles-ci, janglenient : tourmens, commencemens : esmouvement, qui sont de Gautier de Dargies, si elles ne doivent pas être prises pour de franches assonances, signifient qu’on est prié de ne pas articuler la consonne finale de chacun de ces mots. En voici d’autres, de Chardry, qui invitent à ne pas prononcer l’r pénultième, turn : envirun, honurs : glorius, plusurs : dulerus, comme c’est le cas dans le Comput, où on rencontre cnrs : estrus, jurs : estrus, veirs : meis. L’l de son côté doit être vocalisée dans la combinaison volt : out qu’on découvre dans Gui de Warewic, et il faut dire € partout si l’on veut que sache : outrage, qui a été relevé chez Rutebeuf, ne soit pas une fausse homophonie. Toutes ces particularités ont déjà été expliquées. La fraude ne peut être corrigée qu’avec la connivence du lecteur, et celle-ci est largement sollicitée.

  • 91 Au lieu de ambes douz : eus (illos) dans la Résurrection duSauveur, il faut lire ambes deus, etc.
  • 92 Soit rime avec alloul (*allabat) dans Gui de Warewic ; or soit devrait être sont (= sapuit) ; il s’ (...)

432C’est justement pour le guider qu’on se trouve souvent en présence de graphies fautives, qui défigurent les mots, parfois même les mutilent, et qui n’ont d’autre raison d’être que d’extorquer le consentement du diseur, de force sinon de plein gré, aux incorrections dont le poète s’est rendu coupable. Ou bien il arrive qu’on se heurte à une orthographe ignorée du français proprement dit, mais destinée à marquer que le poète rime selon son dialecte. Ces accidents se manifestent sans aucune régularité ni constance au cours d’un même ouvrage et sont la preuve d’un travail parfois assez ; négligé. Mais ils sont si nombreux et à tel point significatifs qu’on ne saurait avoir de doute sur le motif qui les a provoqués. Faut-il en attribuer la responsabilité au scribe ou à l’auteur ? Dans certains-cas il se peut bien que le copiste ait pris l’initiative d’indiquer la réduction phonétique alors que le versificateur avait omis de le faire,, tout comme on constate que le copiste, en d’autres circonstances,, fausse par distraction une rime primitivement exacte91. Ainsi, chez. Priorat, on relève d’une part muraille : appareille, et de l’autre aparaille : bataille ; on peut croire à la rigueur que le premier exemple est tel que l’a écrit le poète, qui aurait compté sur ses lecteurs pour égaliser les timbres, et qu aparaille dans le second est une correction du copiste92, désireux d’avertir que la rime doit être en a ; mais il n’y a d’ailleurs aucune raison de ne pas croire que Priorat, écrivain peu soigneux, ne s’est pas contredit à quelques pages d’intervalle. Cependant, en général, on peut se convaincre que les modifications-graphiques sont bien dues à l’auteur lui-même, qui éprouve le besoin d’indiquer quelle prononciation rend justes ces fins de vers.

  • 93 Pour Castelle (= distille).

433Voyelles et consonnes font l’objet de ces modifications, dont quelques-unes sont assez anodines, tandis que d’autres présentent un caractère d’extrême gravité. Nous commencerons par les voyelles. Le fait que beaucoup de finales en -eut soient écrites -ant à la rime pour s’accorder avec des mots en -ant, participes présents ou autres, afin de bien montrer que le son est le même, n’a rien qui doive beaucoup étonner, non plus que -aige, souvent écrit -ege quand il rime avec des mots en -ege, surtout en Picardie. Il est assez naturel, étant donnée la prononciation anglo-normande, qu’on rencontre anguissus : plus, sus : religius, vertuus : sus dans Gui de Ware-wic, qui ailleurs laisse subsister les différences d’orthographe. Il ne l’est pas moins que les poètes du Sud-Est fassent rimer en a et écrivent ainsi des e français, place : simplace, debatre : matre (mettre) dans l’Ysopet de Lyon, sale (selle) : Castale93 dans le Manuscrit bourguignon, autres : lalres (lettres), farines : armes,pardent : ardent, place : parace, place : richace dans Priorat, qui d’autre part associe traspessent (transpssant) : cessent (cęssant), floche (flèche) : aproche, soiche (sĭcca) : coiche (subst. verbal du v. cachier). Mais ce procédé conduit les poètes à imposer des rimes tout à fait arbitraires ; on trouve blé {bleu) : gotè dans le Roman de Troie ; on y lit d’autre part :

Très par matin sa gent ordane
Assez près del temple de Diane (v. 7665-6)

434ordane représente ōrdina, et

D’icele beste fu la pane :
Basmes, encens ne tumiane... (v. 13 391-2)

435pane, venant de pĭnna, s’est substitué à pene, tandis que tumiane traduit inexactement le mot grec ίxαL’auteur wallon du Poème moral a écrit rement (remnet), au lieu de remaint, pour l’introduire à la rime dans la série commandement : apent : renient : parfitement ; il a rendu mŭltum par mut pour le faire entrer dans cette autre série, vertut : reconut : devenut : mut. Wollmöller, dans son édition du Brut de Munich, a signalé un certain nombre de tricheries aussi éhontées. Il y en a chez Etienne de Fougères, qui écrit istre au lieu de estre, ce qui lui permet de donner à ce mot le même timbre qu’à beneistre, menistre, epistre ; il traduit aussi consĭliet par conseolt, comme si la finale remontait à un latin -ŏlet, afin de le rendre homophone de deolt (dŏlet), seolt (sŏlet), veolt (vŏlet) : ailleurs c’est persoine (persǫna) qu’il apparie avec moine ; ailleurs encore il exige qu’on articule gain au lieu icgaain parce qu’il a besoin d’une rime pour Caïn, Nabaïn, train (tradimen ?) ; ou bien, pour rendre paille homophone de merveille et esconseille, il le transforme en peille. Dans les Fragments d’une Vie de saint Thomas, on découvre acuit (au lieu de aqueut, de accueillir) : conduit ; Rutebeuf présente landegrave : vave (veuve), et, par une audacieuse déformation de la première personne du verbe venir, vain (vnio) : vain (vnum). On ne recule pas devant les plus imprudents barbarismes pourvu qu’on obtienne le résultat cherché. Fions (flųmen + s) : apielons orne la Chronique de Ph. Mousket, tandis qu’à l’intérieur du vers la forme employée est toujours fluns. Froissart écrit veneur au lieu de venir, ciercle au lieu de cercle afin de rimer avec le substantif veneur et siècle. De lui encore sont ces deux vers.

Si tost qu’en ma chambre entré fu,
e ne sai le pertuispar ù... (pu) (t. I, p.2)

436Les consonnes sont traitées avec la même désinvolture. On échange l’l contre l’r, d’où, chez Gaimar, apostorie : Gregorie ; de son côté Andresen a cité mire (mille’), evangire, vigire, mure (mule), conçue, employés en fin de vers par des versificateurs qui, ailleurs qu’à cette place, usent des formes correctes avec l ; inversement il a signalé bele : miserele (miserēre) dans les Ducs de Normandie et soldre : estoldre (estordre) dans le Roman de Troie. D’autres poètes mouillent des sons qui ne devraient pas être palatalisés. Voici en effet des vers de Florence de Rome qui en apportent de curieux exemples :

Li message Garsire o la chiere grifaigne
Arrivèrent au port, si drecent lor enseigne
Et geterent lor ancre, que lor vessel ne Craigne.
Les murs et les destriers traient fors en la plaigne (plaine)
Sus les somiers troverent les besans de Sartaigne.
Lor nef out commandée un borgois d’Alemaigne,
Puis acoillent lor airre très par mi la Champaigne ;
Il trespasserent Puille, n’i a cel qui ne maigne (mène)
Riche cheval en destre de Sulie ou d’Espaigne. (v. 161-9)

437Plus loin l’auteur fait entrer le mot hataigne (altna) dans une laisse en aigne et eigne, ce qui est un cas de récidive. D’une manière analogue Rutebeuf use de la forme Constantinoblc qu’on rencontre également en fin de vers chez Gautier de Coincy et chez Villon, parce qu’elle lui fournit une rime commode à vignoble ; il présente également conduisse : puisse et estre : celeslre. On découvre dans l’Ysopet de Lyon les deux vers suivants :

Li lechierres a tant s’an part ;
Li aigneax retorne en son part,

438où ce dernier mot devrait être orthographié parc. Froissart de son côté n’a pas craint d’écrire court (cŭrsus > cours) pour rimer avec court : ce qui ne le cède en rien à art (arcum) : art (artem), ou à essaut (asslit) : vessaut (vessallum), risqués par Priorat.

439Or ce ne sont encore là que des péchés passablement véniels. En d’autres circonstances les contrebandiers montrent beaucoup plus d’audace. Une consonne paraît-elle gênante ? Par une opération chirurgicale extrêmement simple, on supprime sans hésitation la lettre qui solliciterait un son importun, et on la retranche avec avec d’autant moins de remords que la victime ne fait entendre aucune plainte ; quant aux lecteurs, ils sont endurcis par l’habitude. Andresen a relevé metiesiré, carné, morte, principe, noubli, signori, Po, employés à la rime dans des poèmes qui portent ménestrel, carne !,, mortel, principe !, nonblil, seignoril, Pol, à l’intérieur du vers. Il a découvert, toujours en place utile, des mots amputés de l’f qui devrait les terminer, tri, soué, chié, anti, poesti, volenti, braidi, au lieu de tref, sotte/, cbief, antif, poestif, volentif, braidif, ces dernières formes étant réservées par les mêmes écrivains pour d’autres endroits où elles ne présentent aucune difficulté ; d’ailleurs Chrétien de Troyes a associé cer (cerf) : fer dans Erec. Mais voici de nouveaux, exemples. Benoît de Sainte-More écrit :

Un fort escu plus blanc -que neis,
O une bocle de fin or
Orné de pierres tôt le bor (R. de Troie, v. 23453-5)

440tandis qu’ailleurs il a usé de la graphie régulière bort. Quand il avait besoin de Vf, il a employé la forme tref (trbem) ; mais au contraire il a rimé tré : Gré, chié : comencié, cbaiti : Eleni. On relève sans contredi : jou di chez Ph. Mousket, à côté de contredit : dit, au participe passé, vassal : asal (assalt) dans le Roman de la Violette, tos (tŏstum) : galos dans le Castelain de Concy, legai (léger) : j’ai, may : may (met) chez Froissart, lon (lonc) : Pon chez Priorat.

441G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

  • 94 G. Mari, Tratlati medievali, p.100.

442Il y a mieux encore. Comme on s’arroge le droit de supprimer des lettres, on se permet aussi d’en ajouter pour rétablir la parité des sons. Le cas a été mentionné par Nicole Tibino : « Quarta. licentia est il la, qua dictator, tempore nectssitatis, potest superad-dere unam litteram, ut patet in hiis dictionibus profert et offert ; si una dictionum, scilicet profert, débet consonare cum hac dictione offert, oportet quod superaddatur94.» Mais les poètes n’ont pas-attendu son autorisation pour avoir recours à ce procédé. Benoît de Sainte-More, qui ailleurs écrit blé (bleu), use de bief, pour les besoins de sa rime :

N’i remainst mast, funain ne tref,
Jaune, vermeil, ne pers, ne bief (R. de Troie, v. 27593-4)

443Etienne de Fougère modifie Pilate en Pilatre pour l’associer à quatre et abatre. Ph. Mousket transforme Montmorency et Montmorencin, ce qui le rend homophone de fin. Foerster a relevé dans l’Ysopet de Lyon ces deux exemples :

  • Miez vaut soffrir pou en tirant
    Que feriren main de tirant, (v. 1234)

  • Pou a pou lo moinne on bien loint,
    Qui d’on sent lo point, d’autre l’oint, (v. 2689)

444Priorat a changé fer (ferrum) en fert pour l’accorder avec offert. Quant à Froissart, fort peu scrupuleux, il a substitué blechief à blechié (blessé) afin de trouver artificiellement un écho à brief. Mais la palme de l’habileté dans la fraude revient assurément à quelques versificateurs qui ont audacieusement restauré des sons étymologiques et les ont glissés à la place de ceux que leur apportait la langue. Philippe de Thaon a rimé César : guardar et vertat : sustrairat ; Philippe Mousket n’a pas reculé devant Henric : Warewic et festuc : duc, tandis qu’ailleurs il a correctement associé festu : tu. Ces altérations de la rime sont fondées sur un mépris très apparent des faits linguistiques les mieux assurés et révèlent chez beaucoup de poètes des capacités merveilleuses dans l’art de tricher. Nous en aurons bien d’autres preuves.

  • 95 A. Jeanroy, La Poésie lyr. des Trrub., t.I, p.267.

445Voici maintenant d’autres constatations qui sont d’un ordre différent. En principe, avons-nous dit, on rime selon son dialecte, c’est-à-dire qu’on utilise les sons et les formes de la langue qu’on parle soi-même et qu’on entend parler autour de soi. Cependant cette règle ne va pas sans subir de graves infractions. Les manuscrits voyagent, et les poètes eux non plus ne sont pas sédentaires. A. Jeanroy a relevé ce fait que les écrivains méridionaux semblent s’être assez peu aventurés dans les provinces du Nord. « Trop peu de troubadours, écrit-il95, sont connus pour avoir visité les pays de langue d’oïl : Marcabru passa dans la ville de Blois, sans doute avant que la comtesse Aélis en fit un petit centre poétique ; Bernard de Ventadour et Bertran de Born séjournèrent en Normandie, l’un à la cour d’Eléonore, en 1152-4, l’autre à celle de Henri II, en 1182 ; il peut se faire que Kicaut de Barbezieux ait visité celle de Champagne au temps de la comtesse Marie, à laquelle il dédia une de ses chansons ; Arnaut Daniel assista, en 1180, au couronnement de Philippe-Auguste ; Gaucelm Faidit parait avoir été en relations, dans le Nord même, à l’occasion des préparatifs de la quatrième croisade, avec Louis de Blois et Thibaut de Champagne.»

446Ce sont sans doute les détails biographiques qui nous manquent. Les déplacements qui nous sont connus ne sont en effet pas très nombreux. Il est pourtant possible, ainsi qu’on vient de le voir, d’en énumérer quelques-uns. Il en est de même dans le Nord. Philippe de Thaon, normand d’origine, et Marie de France ont écrit en Angleterre. Chrétien de Troyes a visité Nantes, et de là il s’est rendu en Grande-Bretagne : non seulement en effet il nous a décrit les symptômes du mal de mer, mais, par l’exactitude des détails qu’il nous donne, on constate qu’il connaissait fort bien Londres, Canterbury, Oxford, Windsor et les ports de la Manche. D’autres ont été plus loin encore : Jean de Journic a vécu à Chypre et Adam de la Halle, après avoir rejoint Charles d’Anjou en Italie, est mort à Naples en 1286 ou 1287. D’autres encore comme Conon de Béthune, ont pris part aux croisades et y ont rencontré d’autres poètes. Les contacts étaient fréquents entre les jongleurs, qui se retrouvaient dans les châteaux, les foires et les tavernes ; ils accompagnaient aussi les pèlerins, et, devant les sanctuaires, chantaient les héros des grandes épopées, Charlemagne, Roland, Huon de Bordeaux. Ils devenaient ainsi familiers avec des rimes qui n’appartenaient pas à leur dialecte propre, et, dans les cas de nécessité, ils ne se faisaient pas faute d’en user.

447Assurément toutes les formes empruntées ne l’ont-elks pas été par les auteurs, et beaucoup sont imputables aux copistes. Souvent on peut hésiter. Par exemple l’écrivain inconnu qui a versifié Florence de Rome étant originaire de l’Ile-de-France, mais d’un territoire situé sur les confins de la Champagne, et le scribe du manuscrit P étant lorrain, on peut se demander auquel des deux est due la forme avonne (v. 3284) qui fait écho à nonne et qui est en contradiction avec la langue du poème. C’est un trait lorrain, car, en lorrain moderne, ē latin libre devant consonne nasale est devenu uo, o après une labiale. La question étant ainsi posée, c’est la comparaison des autres manuscrits qui permet d’y répondre. Il arrive d’autre part que tel ou tel poète, peut être transplanté dans un pays qui n’est pas le sien, préfère écrire dans une langue qui n’est pas celle de sa province natale. Ainsi le Lai de l’Ombre, selon J. Bédier, a été composé en français du Centre par un poète qui parlait un dialecte de l’Est que nous ne pouvons déterminer avec précision. Ainsi Renaud, auteur du Biaus Desconeüs, est issu d’une famille beaujolaise, c’est-à-dire que son dialecte appartient au domaine bourguignon ; cependant son poème présente les principales particularités linguistiques du picard, bien qu’il s’efforce de s’exprimer en pur français, et, dans son picard, malgré la peine qu’il se donne, on rencontre encore des traces de sa langue maternelle. Surtout c’est la commodité qui provoque ces mélanges. Quand on est dans l’embarras et qu’on cherche une rime, il est en effet très facile de prendre celle qu’a déjà employée un confrère, celle qu’on a lue quelque part et dont on a gardé le souvenir dans l’esprit. On suppose que les lecteurs sauront toujours s’y retrouver, peut-être même qu’ils admireront la dextérité et la science de l’emprunteur.

  • 96 Galeran de Bretagne, éd. Foulet, intr., p. xiii.
  • 97 Historische französische Grammatik, t. I, p. 9, 3e é d., 1913.

448Il ne s’agit pas ici de rimes devenues fausses, légitimées par l’autorité d’un grand nom et qui tirent de la tradition leur droit à l’existence, comme on en a de nombreux exemples à partir du xvie siècle, mais tout simplement d’expédients destinés à élargir, grâce à un matériel étranger, les ressources dont on dispose ; ces expédients ont d’ailleurs été d’usage courant jusqu’à Malherbe. Tout au plus doit-on tenir compte de ce fait que souvent certaines circonstances favorisaient ce mélange ou mieux, si l’on peut dire, cette hybridation du.langage. « Le roman de Galeran, remarque très justement L. Foulet96, est écrit dans la langue dont se servaient, vers la fin du xiie siècle et pendant la plus grande partie du xiiie, les poètes qui fréquentaient les cours... Ce qui est particulier au français écrit du xiiie siècle, c’est qu’il accueille un certain nombre de formes nettement dialectales. Ces formes, étrangères au parler de la région de Paris, viennent à l’ordinaire du Nord et du Nord-Est, et elles sont un signe, parmi bien d’autres, de l’influence qu’exerce alors la Picardie sur le développement des lettres françaises. Ces formes ne remplacent pas les formes indigènes, mais elles les doublent. C’est pour le poète ou le versificateur une commodité que sanctionne l’usage et que même les versificateurs les plus habiles ne dédaignent pas. Les doublets n’appartiennent pas toujours à deux parlers différents : plaise et place, qu’on trouve dans Galeran, sont du français de France ; mais quand chien se montre dans le même roman à côté de chiée, c’est une note picarde dans un concert français. On conçoit, du reste, qu’il puisse s’agir non seulement de formes, mais de sons, et que la prononciation, comme la grammaire, puisse prendre parfois un accent du Nord.» Meyer- Lübke, de son côté, formule les observations suivantes : « Lorsque fleurit dans les cours une vraie littérature dont les dispensateurs, au lieu d’être sédentaires, s’en allaient de palais en palais, souvent par suite des mariages contractés entre les diverses maisons prin-cières, il en résulta comme une chose presque naturelle qu’ils abandonnèrent certaines particularités de leur idiome national ou qu’ils répandirent la langue de la cour la plus brillante, la plus influente, et dont l’exemple, pour cette raison, s’imposait davantage. Tels sont les commencements de la langue littéraire. Ainsi nous voyons que dans la seconde moitié du xiie siècle, le poète le plus important de l’époque médiévale, Chrétien de Troyes, tend à user d’une langue commune. Dans son premier ouvrage, Erec, il unit fanne (femina) avec ranne (regnum) (v. 1911) et avec sanne (synodum) (v. 4021) ; plus tard il ne connaît que femme. On doit voir dans faune une forme dialectale champenoise, bien qu’aujourd’hui la limite entre famme et fanne se trouve plus au Sud. De même des poètes normands, qui suivent également leur dialecte, font rimer fanne : ranne, et il peut arriver que le Picard Guy de Cambrai, dans Barlaam et Josaphat, emploie l’homophonie femme : règne, quoique, dans son parler local et aussi dans le voisinage proche ou lointain, on ait dit de tout temps femme. Nous avons donc ici une forme dialectale, chavirée à la rime par la tradition poétique : en quoi une seule chose surprend, c’est que le romancier qui l’a rejetée est justement celui dans le pays de qui elle est usuelle97

  • 98 Certains l’ont cru champenois, à cause d’un passage du Dit de VErberie, peu concluant.
  • 99 Éd. H. Suchier, Intr., p. cxxxviii.

449Donc les emprunts de dialecte à dialecte sont très fréquents, parfois même quand ces dialectes, géographiquement, sont assez éloignés l’un de l’autre. Il convient de le montrer par quelques exemples. Etienne de Fougères traduit quelquefois ŏ + yod par ai selon la phonétique du Centre de la France, tandis que dans l’Ouest la même combinaison de sons aboutit à mi, ei, nŏctem y donnant nueit, mit au lieu de nuit. Chrétien de Troyes écrit correctement vail (vleo) : travail, en opposition avec duelent : vnelent, péril : il, péril : fil (fīli) ; en d’autres termes il use à la fois de 1’l et de formes où cette consonne a perdu sa mouillure, ces dernières domiciliées dans le Nord de la Picardie et dans le Hainaut ; c’est par le même artifice qu’au xiiie siècle le Roman de la Rose I associe fermai : mal et traval : aval, tandis que dans l’Orléanais, d’où Guillaume de Lorris est originaire, on dit fer mail et travail, ou bien encore que Gautier de Coincy, poète francien, accouple haus : consaus, chauz : vermauz (vermeil), ribaus : vermaus, fins de vers où Metzke aperçoit une influence bourguignonne ; de même encore Thibaut de Champagne, pour les besoins de son vers, écrit à la rime tantôt merveille, tantôt mervelle, sans parler de l’hésitation qu’il manifeste à l’égard de la voyelle tonique, la forme merveille se rencontrant chez lui à la même place, comme conseil y alterne avec consoil. L’auteur lorrain de Doon de la Roche use à l’assonance, tantôt des formes seïr, aseïr, chëir, veïr, qui sont du Vermandois et du Hainaut, tantôt des désinences normales en -oir. On relève à côté de moi, loi, veoir, seoir la même concurrence chez Jean Bodel, chez Adam de la Halle et chez Rutebeuf (veïr : beneïr, eu nom de mi : anemi à côté de moi, toi, veoir, seoir) ; on la relève également dans le Lai de l’Ombre (seïr : resjoïr, cheïr : oïr, mi : ami, à côté de seoir : voloir, veoir : avoir, moi : doi). Rutebeuf était-il Picard ou Parisien ? La première hypothèse expliquerait les nombreux traits picards qu’on découvre dans ses ouvrages, ce qui ne l’empêche pas, pour atteindre la rime, de rendre, à la champenoise98, l libre par ei (parleir, citei, etc.) ; il emprunte également -iens aux dialectes de l’Est, au lieu de -ions au subjonctif présent et il peut alors écrire enterriens : riens. Cenains poètes ont utilisé à la fois le e picard et le e français (cf. p.230). H. Suchier a signalé chez Ph. de Reaumanoir norices : riches, escoche : coche, diëmence : contenance, douce : atouce, flèche : treche ; « le ch français, remarque-t-il à ce propos99, est d’ailleurs assuré par la rime tonce : reproche, et le ch picard par la rime hace (hache) : place ». Non moins librement, l’auteur du Roman de la Violette mélange le picard et le francien ; il use des formes semblanche, prinche, pieche, plache en fin de vers toutes les fois qu’il en sent l’utilité ; celui du Roman du comte d’Anjou, peut-être Parisien, apparie sans embarras sentances : tances (tanches) ; nous mentionnerons encore ces exemples tirés de Galeran, qui montrent bien jusqu’où va l’audace des versificateurs :

  • Les tient ensemble longue pièce,
    Nulle chose qui tant leur siece (v. 2545-6)

  • Que s’i oublie une grant pièce ;
    Il ne voit rien qui ne lisiesse.. (v. 3231-2)

  • 100 Galeran de Bretagne, éd. L. Foulet, intr., p. xiii.

450ils ont provoqué cette observation de L. Foulet100 : « il faut prononcer pietse, sielse, ce qui est normal pour le français d’alors ; mais siece est une forme picarde qui se serait prononcée sietche dans son pays d’origine.» Tout à fait à l’Est les poètes ne montrent pas plus de scrupules ; l’auteur de Girart de Roussillon, non content d’unir à la mode septentrionale cheïr, haïr, fait appel à une forme mǫvere > meuvre, qui a la même origine et qui se trouve représentée chez Rutebeuf, pour la faire rimer avec euvre. De son côté Priorat associe aïssent (habuissent) : recueillissent en faisant appel à la phonétique wallonne.

  • 101 J. Vising, Versification anglo-norm., p.66.
  • 102 F. Brunot, Hist. de la l.fr., t. I, 4e éd., p.329.

451Comme on peut s’y attendre, certains dialectes manifestent une force d’attraction plus considérable que d’autres. A l’époque où le picard, illustré par un grand nombre d’écrivains, se trouve en position avantageuse pour établir sa prééminence sur les autres dialectes, c’est-à-dire au xiie siècle et au commencement du xiiie les traits picards abondent un peu partout. Cependant on constate de très bonne heure une infiltration lente’du francien, qui finira par s’imposer ou du moins de la langue commune dont il forme la base. Cette infiltration commence de très bonne heure. En 1189, Huon d’Oisi, originaire des environs de Valenciennes, auteur d’une Chanson de croisade écrite en 1189, y mélange les rimes en en et en an, malgré la distinction que maintient sa langue maternelle ; la même confusion se retrouvera plus tard dans Aucassin et Nicolette, qui donne entens : morant : amant, etc. à l’assonance, dans le Vrai aniel, où l’on rencontre tans (tempus) : mentans, chez Ph. Mousket et dans beaucoup d’autres poèmes. Dans l’Ouest -ōsum > eus, est un trait importé du Centre à la fin du xiiie siècle, tandis que la phonétique locale en reste à -ōsum > os, ous. En Poitou, -mus produit régulièrement -am à l’indicatif présent, mais Sainte Catherine, qui connaît cette désinence, emploie aussi la forme française -ūmus > -om, qui rime avec hom. Chez Priorat seiche (sĭccam) : saiche (sapiat) est sans doute dû, pour ce dernier mot, à l’influence de la prononciation française de ai. L’auteur du Roman de Fauvel réduit le plus souvent -iée à -te, mais quelquefois aussi il use de iée (signifiées : nommées) qui n’appartient pas à son dialecte. En Angleterre, même invasion progressive. « Il ne faut pas s’étonner, écrit J. Vising101, de rencontrer des rimes en désaccord avec le développement phonétique de l’anglo-normand des premières époques. Je regarde par exemple comme correctes les rimes suivantes, avis : peliz, parenz : sens, morz : cors dans la Continuation du Brut de Wace ; devant : gent, suant (sequentem) : gent dans le Rilhmus facture ville de Rosse ; oie (udiam) : proie, voie : joie dans le Château d’Amour, de même que les rimes suivantes se rencontrant déjà dans le Lai d’Havelok, soloit : achetoit, recevoit : lavoit, esmerveilloit : veoit, amoit : servait. L’anglo-normand, compris comme un rejeton du dialecte de Normandie et comme se développant de ses prémisses historiques ne comportait pas de telles rimes, qui ne se trouvent qu’exceptionnellement dans les plus anciens poèmes. Mais l’influence des autres dialectes français bien connus en Angleterre par le commerce constant avec la France et parla lecture de poèmes français, introduisit avec le temps dans l’anglo-saxon toutes sortes de formes étrangères.» Déjà Guernes de Pont-Sainte-Maxence, vers 1170, s’était vanté d’écrire en pur français, langue qui lui paraissait supérieure à toute autre, et, en 1188, le Lyonnais Aymon de Varenne avait renoncé à écrire dans son dialecte maternel, « sauvage aux Français », avoue-t-il ; quant à lui, il a l’ambition de « dire en lor langage al mieus qu’il a seü dire102

452On voudra bien reconnaître que cette dernière invasion, très importante au point de vue de l’histoire de la langue, et d’ailleurs tout à fait normale étant données les circonstances qui y président, est beaucoup moins intéressante, en ce qui concerne la versification, que ne le sont les emprunts interdialectaux précédemment signalés. Dans ceux-ci apparaît nettement le désir d’obtenir des rimes coûte que coûte, en faisant appel à toutes les formes qu’on a lues, a tous les parlers qu’on connaît, à toutes les prononciations qu’on a entendues. Il suffit d’examiner les fins de vers d’un Ph. Mousket pour voir qu’elles ne sont bien souvent que ce qu’il veut, sans rien de fixe, et que la phonétique y perd ses droits, parce qu’il n’y en a plus une seule, mais plusieurs, tout cela au gré du poète, qui rejette toute discipline pour imposer ses choix arbitraires et désordonnés. Si l’on considère les mots latins paucum, locum, Deutn, on constate qu’ils sont représentés successivement par des formes quelquefois très éloignées l’une de l’autre, qui ne peuvent avoir existé simultanément dans la langue de l’auteur. On trouve en effet peu : Jeu, pou : Poitou, poi : roi, pau : Hainnau, lieu : Dieu, liu : Griu, fondé : Dé, peu : Deu. Les poètes médiévaux se sont rendu compte qu’ils n’avaient pas intérêt à user d’une phonétique constante, et, sans vergogne, ils ont abondamment violé le principe qui justifiait le système de la rime.

453On en a d’autres preuves. Le français et ses dialectes, ainsi qu’il a été dit, ont rapidement évolué pendant les premiers siècles de notre littérature. Donc, à toutes les époques, il y a eu des sons qui étaient en voie de transformation, de telle sorte que deux prononciations se trouvaient en présence, l’une ancienne et vouée à la disparition, l’autre nouvelle, destinée à la remplacer définitivement, mais qui n’en avait pas complètement triomphé. Alors la conjoncture favorable s’offrait tout naturellement aux versificateurs dans l’embarras ; ils entendaient bien profiter de cette prodigieuse aubaine qui leur permettait de rimer comme il leur convenait, à la fois selon la phonétique ancienne et selon la moderne, à quelques pages, même à quelques lignes d’intervalle, sans que cette contradiction les gênât le moindrement du monde. Ils ne s’en sont pas privés, même au risque de paraître archaïques dès le temps qu’ils écrivaient, pourvu qu’ils pussent échapper à l’étreinte de cette loi d’airain •qu’ils avaient l’air d’accepter, mais dont ils sentaient la lourde tyrannie. Ainsi c’étaient eux qui se la soumettaient et non pas elle qui s’imposait à eux ; ils lui substituaient leur autorité, qu’ils faisaient connaître à leurs lecteurs par la graphie, ou tout simplement par l’assemblage où ils faisaient entrer le mot qu’ils avaient choisi.

  • 103 Déjà, dans la Chanson de Roland, le mot hŏmo a deux traitements opposés ; quelquefois il est uen, a (...)
  • 104 On sait que dans le Nord de la France él + consonne est devenu iau, eau, ou au. Donc, dans le Roman (...)
  • 105 Peut-être pourtant faut-il y voir la permutation de ã et de õ.

454Cette liberté est très ancienne et les poètes n’ont pas eu besoin d’une longue pratique pour découvrir la possibilité de cet artifice. Déjà dans la Chanson de Roland, ai assone tantôt en e (l. 4), tantôt en a (l. 20), c’est-à-dire que cette dernière prononciation, qui est la plus ancienne (y), maintient la diphtongue, tandis que la première la réduit, et de son côté l’auteur d’Aucassin et Nicolelte fait encore figurer menace, Cartage, parage dans une laisse en ai. Le passage de l’accent du premier au second élément des diverses diphtongues a fourni aux versificateurs une précieuse occasion de rimer selon leur bon plaisir. Dans Doon de la Roche, on constate que tuit, fruiz, bruit, etc. figurent dans des laisses en u, mais que puis et bruit tiennent leur place dans d’autres laisses en i. Ces deux accentuations coexistent dans une foule de poèmes tels que Jourdain de Blaivies, Aiol ; on la retrouve encore dans l’Ysopet de Lyon, car c’est à l’Est que l’accentuation descendante s’est le plus longtemps maintenue. Sur tous les points du domaine français on relève des faits du même ordre. En Bretagne, lŏcum donne lou, qui passe ensuite à leu, alors que lieu est importé ; mais Etienne de Fougères emploie à son gré l’une ou l’autre de ces trois formes. Guiot de Provins rend prǭdem tantôt par prou, tantôt par preu à la fin du vers. Ph. Mousket diphtongue parfois lŏ devant consonne nasale, tandis qu’ailleurs il ne le fait pas ; d’une part il écrit le suen et fait rimer buens avec quens ; de l’autre il associe le son : Charlon, et bon : Odon103 ; il va de -ǭrem > -or, -our à -ǭrem > eur, de -ǫsum > -os, -011s à -ǫsum > eus ; mais le plus souvent il ne se sert de -eus que pour l’accorder avec autreteus (lter tlis). Rutebeuf versifie lui aussi selon sa commodité ; tantôt il écrit Toulouse : goulouse : doulouse ou irons : vous, ou Parrousse : religiouse ; tantôt il apparie Tholeuze : goleuse. Et Jean de Meung, qui présente presque partout -ǭrum > eur, revient à l’ancienne désinence -our dans clamour : amour. Le suffixe -lem produit.régulièrement -el, tandis que -al est savant ou appartient à la phonétique normande ; mais l’auteur de Gui de Warewic emploie -el et –al à tour de rôle ; on relève en effet chez lui morial : vassal et mortel : ciel. Dans le Sud-Est, tout e français tend à devenir a104 ; Priorat en profite ; à côté de partent : matent, de pardent : ardent, de balle (belle), il unit bele : iceles, cervelle : aiquielle (icitelle) tout comme Girart de Roussillon unit tour à tour lairmes : fermes et larmes : armes. Dans la même région ē libre évolue en éy > èy > y > ǫy, avec réduction éventuelle de la diphtongue, qui peut perdre son second élément ou devenir monophtongue, tandis que + nasale, normalement ᾷy, peut aboutir à ã ou à ẽ : d’où des formes comme plaine à côté de ploine (plēnam), moment (mĭnant) à côté de mené, germene à côté de germane et tant d’autres semblables, que Priorat, Girart de Roussillon ou la Guerre de Metz utilisent tour à tour à la rime, où règne la plus belle anarchie qui soit au monde. D’ailleurs, si aucune phonétique ne justifie la fin de vers, les poètes faussent le son délibérément : on découvre dans l’Ysopet de Lyon some (sēminat)105 : some (sŭmma) et courrouce : bloce (blesse). L’accent lui-même, de gré ou de force, doit se plier à la volonté du versificateur ; J. Vising a signalé en Angleterre maternent : feriręnt, soleyęnt : gent dans les Political Songs et vie : estorie chez Gaimar. Il y a toujours moyen de se tirer d’affaire pourvu qu’on possède quelque audace, et le plus souvent on n’en manque pas.

455La morphologie elle aussi se prête à des jeux semblables, puisqu’elle a varié depuis les origines de notre langue : en conséquence les poètes mettent également à contribution les richesses qu’elle leur offre. On sait que les fautes contre la présence obligatoire de ïs au cas sujet des substantifs sont de bonne heure fréquentes ; mais elles ont très souvent un caractère d’utilité que de simples statistiques font nettement ressortir ; il suffit en effet de remarquer, par exemple, que Jean Bodel, dans la Chanson des Saxons, l’omet 120 fois à la rime, mais 20 fois seulement à l’intérieur du vers. C’est surtout dans la conjugaison du verbe que la multiplicité des formes, grâce aux créations analogiques, offre aux poètes un champ infini. Dans Raoul de Cambrai, on trouve il va, d’après il a, à côté de va(d)it > vait, selon les exigences de la rime. Les premières personnes du pluriel, dans ce même ouvrage, sont tantôt en -on, tantôt en -ons à la fin des vers, selon qu’elles figurent dans des tirades en -on ou en -ons, de même qu’on relève dans le Poème moral homes : parlommes, en opposition avec dons : demorons. Aux deuxièmes personnes pluriel du futur, pendant tout le temps que la désinence étymologique -eiz, -oiz essaie de se maintenir contre la finale analogique -ez, les poètes usent tour à tour de l’une et de l’autre : Raoul de Cambrai présente tantôt orrois, porrois, tantôt orrez, ferrez, verrez ; Rutebeuf use de -ez quand il lui faut rimer en -ez, tandis qu’il écrit ailleurs revendroiz : droiz, averoiz : feroiz, sauroiz : destroiz : froiz. Voici d’autre part des cas, à l’indicatif présent, où le balancement de l’accent, fautivement utilisé, a favorisé des fraudes profitables : c’est agenoille ; rnoille à côté de vueille : mueille, cette dernière seule forme correcte, dans le Roman de la Rose II ; et ame : larme, au lieu de aime, d’après nous amons, chez Froissart. « La fin justifie les moyens », dit un vieil adage dont on ne saurait trop admirer l’immoralité tranquille. On s’en aperçoit bien si l’on considère qu’au milieu du xiiie siècle, alors que l’ancien imparfait occidental de la première conjugaison en -oue, -oe, -out, -ot, etc. a presque complètement disparu devant l’imparfait analogique en -eie, -oie, eit, -oit, etc., les Miracles de Notre-Dame de Chartres, qui font partout usage de celui-ci, reprennent encore le premier dès qu’il s’agit de faire écho à un substantif en -ot ou à la troisième personne du parfait du verbe avoir, comme le prouvent les exemples kabilot : ot, amoi : mot, quisot : ot, et ne le font -que dans ce cas ; on notera encore que jevoi, au lieu de je vois(vdo + is), paraît à l’auteur de Sainte Catherine suffisamment légitimé par l’existence de je voi (du verbe voir) dès qu’il s’agit d’obtenir une rime pour/oi (de joïr) et soi (spui) ; que dans la Chanson de Traillebaston, gésir devient gyser pour s’accorder avec demorer, tandis que dans les Political Songs on trouve enmoistez : oyez, au lieu de oïs au participe passé, et, dans les Plaintes sur la mort d’Edouard I, soustenir : plurir : teisir : sonir, au lieu de plorer et soner.

456A ces irrégularités de la morphologie il faut enfin ajouter celles de la syntaxe, qui sont également très nombreuses. Beaucoup de poètes, quand ils y avaient avantage, ont échangé, dans la déclinaison des substantifs, le cas sujet contre le cas régime, ou inversement. Déjà Saint Brendan use de graindre comme complément direct pour le rimer contre plaindre. Gaimar en fait autant de sire, qu’il apparie avec dire ; mais au contraire traitur et seignur reçoivent chez lui la fonction du cas sujet dans ces deux exemples traitur : deshonur et seignur : honur. Andxesen a relevé un grand nombre de cas semblables, qui ont déjà été signalés. Dans Sainte Catherine on trouve un cas régime pluriel employé pareillement comme cas sujet, que ant (habent) païens : porpens. Au xive siècle, comme la déclinaison n’existe déjà plus, les Cent Ballades de Jean le Séneschal la font revivre pour les besoins de la rime, ainsi qu’on le constate dans les exemples suivants, et s’en servent parfois d’une manière indue :

  • S’avez droit, car je ne saroie
    Deviser un plus doulx mestiers.
    Ainsi Amours en ses dangiers... (I, v. 11-13)

  • Car Amours, que si chier tenoie
    Me fist de ses biens parsonniers
    Et me fu vraiz et droicturiez. (I, v. 19-21)

  • Se celui passes, je t’ottroy
    De vaillance li haulx renoms
    Mais qu’ainsi toutes les saisons... (VII, v. 29-31)

  • 106 Tobler, V. F., p.154, n.

457« L’s finale, observe A. Tobler106 , est assez souvent négligée à la rime déjà même en ancien français :

  • U fust a pais u fust a gierre
    ……………..de piusiors terre ; (Ph. Mousket, 2477)

458cités : d’antiquités, 4213, où la seconde s n’a pas de raison d’être, pas plus que dans levés : par vérités, 4519 ; autresi : preus et hardi, 5231 ; le diable : mençognes et fable, 5343 ; atacie : banieres lacie, 29215 ; et de même fort souvent :

  • …….sa valor.
    Ne ja n’ameré tricheor
    Qui ont le siegle mis a mal. (Joufrois, 99) »

459Enfin bien des accords exigés par les lois de la grammaire sont négligés pour la commodité de la rime. En voici plusieurs exemples qu’a cités Andresen :

  • Dex m’en doint tel venjance qu’ancor soit découvert
    Leur maie traïson. (Berte aux grands pieds, 52)

  • Au Loheraiu fu la nouvele dit (Garin, II, 205)

  • Tant c’une vois a entendue
    D’une aloe qui ot tendue (= tendues)
    Ses ailes et va aletant. (Roman de la Violette, 199)

460Il a fait mieux encore, en employant une troisième personne quand la première eût été nécessaire :

Comment que désirs m’assaille,
Qui me baille
Nuit et jour temaint assaut
Dont tressant
Et frémis pour la bataille... (t. II, p.259)

461Mais l’auteur du Lai du Cor lui avait montré la voie en usant d’un indicatif qui lui apportait une profitable finale féminine, tandis que le subjonctif attendu la lui aurait refusée :

Onc n’i out dameisele...,
Ne tant fort seneschal,
Tant proz ne tant vassal,
Qui ne cliiet ou chancelé
Por quei port escuele. (v. 85-98)

462Ainsi les poètes, avec une singulière hardiesse, ont réussi à plier la rime au gré de leurs commodités. Dès qu’ils ont été en possession de leur instrument, ils se sont préoccupés de le réduire à leur convenance, et, à côté de la règle, ils ont introduit la licence, qui corrigeait l’extrême rigueur des lois métriques et qui était comme la revanche tumultueuse ou sournoise de leur liberté. Qu’il y ait une étrange contradiction à solliciter une contrainte et en même temps à se révolter contre elle, voilà qui est l’évidence même, et qui prouve à quel point la logique gouverne peu la conduite des hommes. Il semble pourtant que personne n’en ait été choqué, et que tout le monde ait pris son parti de ces infractions répétées aux principes de la versification, puisque nul avertissement, pendant les longs siècles du Moyen Age, n’en a interrompu la pratique. A quoi bon en effet obéir strictement à des exigences qui n’étaient pas en rapport avec l’importance peut-être assez minine qu’il fallait accorder à l’observation sévère de lois aussi dures, et n’y avait-il pas, sur ce même terrain de la métrique, d’autres prescriptions qui méritaient plus d’égards, d’autres jeux où l’adresse et le savoir-faire devaient être plus appréciés, alors qu’ici l’apparence et surtout l’à-peu-près parfois pouvaient suffire ? Certains, bien entendu, se montraient plus scrupuleux et d’autres plus négligés, mais chez tous les poètes la licence de la rime a joué un rôle, si mince fût-il. Il a fallu très longtemps pour que, sur ce chapitre, une stricte discipline pût s’établir. On n’y est arrivé, incomplètement d’ailleurs, que grâce aux interventions successives de quelques poètes respectés et autoritaires, qui, de loin en loin, par leurs préceptes et leurs exemples, ont restreint les abus ou tenté de les restreindre, sans jamais y parvenir tout à fait. Et en effet il en reste encore, à notre époque, qui ont leur origine lointaine dans l’ingéniosité de nos plus anciens versificateurs, pour qui les chaînes les plus dorées n’étaient pourtant que des chaînes dont l’éclat brillant pouvait bien les flatter, mais dont la pesanteur, à la longue, leur semblait souvent importune.

Notes

1 La matière se divise en deux parties. L’une embrasse l’ancien français proprement dit et s’étend jusqu’au milieu environ du xiv siècle. L’autre comprend la période du moyen français et va de cette dernière époque jusqu’à la Pléiade. La première est celle qui présente le plus de difficultés, parce que c’est alors que se forment les habitudes que les poètes se sont léguées de génération en génération ; à quoi il faut ajouter que l’élément dialectal joue un grand rôle dans les fins de vers, sans parler encore de la lutte qui se continue pendant fort longtemps entre l’assonance et la rime. Pour mon exposé, j’ai eu recours aux introductions, généralement excellentes, des éditions de textes versifiés publiées par la Société des anciens Textes français et par la collection des Classiques français du Moyen Age, dirigée par M. Roques. A ces ouvrages, j’en ai ajouté quelques autres comme le Cligès de Chrétien de Troyes, en tête duquel W. Foerster a examiné la langue et la technique du poète, ou bien encore la Guerre de Metz. J’ai utilisé également un certain nombre de monographies, le plus souvent des dissertations allemandes dont on retrouve le titre dans la notice bibliographique, consacrées à la versification de tel ou tel écrivain, ainsi que quelques études générales qui m’apportaient des exemples empruntés à des œuvres intéressantes. Mon but n’a pas été de cataloguer tous les cas qui peuvent se présenter. Aussi bien cela aurait-il été impossible : le monumental travail d’e. Langlois sur les rimes du Roman de la Rose, qui est un modèle, ne saurait être étendu à toute notre littérature du Moyen Age sous peine de consumer plusieurs existences. J’ai seulement voulu rassembler des documents en nombre suffisant pour qu’il me fût permis d’en tirer des conclusions générales, et montrer ainsi d’une part quel était le système, peu strict d’ailleurs, auquel s’étaient ralliés les poètes, de l’autre quelle avait été l’évolution de la rime au cours de longs siècles. Je n’ai pas cru utile, sauf dans quelques cas spéciaux, de donner des références minutieuses, avec le numéro d’ordre des vers qui présentaient les associations de sons que je citais ; il sera toujours facile de les retrouver en se reportant aux introductions des éditions ou aux monographies que j’ai consultées.
Les textes sur lesquels je me base se distribuent sur environ quatre siècles que j’ai divisés, pour obtenir une échelle assez sensible, en tranches de vingt-cinq années, c’est-à-dire par quarts. Dans chacune de ces tranches, ces textes sont classés par ordre alphabétique, afin qu’on puisse les retrouver plus facilement. On ne se dissimulera pas que les attributions de dates, sauf quand nous possédons des indications précises, sont parfois assez approximatives ; beaucoup sont discutées : il me suffit de rappeler que les divergences des critiques, en ce qui concerne Aucassin et Nicollette, varient entre deux points extrêmes qui embrassent un espace de soixante-quinze années à peu près. Sous le bénéfice de cette observation, le classement chronologique des principaux poèmes auxquels je renvoie s’établit comme suit :
975-1000. Saint Léger ; La Passion du Christ (éd. G. Paris, Romania, t. II).
1050-1075. Saint Alexis (éd. G. Paris et L. Pannier, Bibl. Éc. des Hautes- Etudes, t. VII ; éd. abbé Meunier).
1100-1125. La Chanson de Roland (éd. L. Gautier) ; Le Pèlerinage de Charle-magne (éd. KosChwitz) ; Philippe de Thaon, le Comput (éd. Mall) et le Bestiaire (éd. Walberg) ; Saint Brendan (éd. E. G. R. Waters).
1125-1150. Le Charroi de Nimes ; Le Couronnement de Louis ; L’Épitre farcie saint Etienne, L’Estoire des Engleis, de Gaimar.
1150-1175. Cligés, de Chrétien de Troyes (éd. Foerster) ; La Guerre d’Écosse, de Jordan Fantosme (éd. Fr. Michel) ; Marie de France (éd. Warucke) ; Le Moniage Guillaume, première rédaction ; Pyrame et Tisbé, Le Roman de Troie, de Benoît Sainte-More ; Le Roman d’Éracle, de Gautier d’Arras (éd. E. Lôseth).
1175-1200. Aucassin et Nicolette (éd. Suchier) ; Aiol, Doon de la Roche, L’Es-coufte, de Jean Renart ; La Folie Tristan, Galeran, de Jean Renart (cf. Guillaume de Dole et le Lai de l’Ombre, du même auteur) ; Le Jeu de Saint Nicolas, de Jean Bodel ; Le Livre des Manières, d’Étienne de Fougères ; Le Moniage Guillaume, deuxieme rédaction ; Orson de Beauvais ; La prise de Cordres ; Robert le Diable Raoul de Cambrai ; Les Vers de la Mort, de Hélinand.
1200-1225. Aimeri de Narbonne, de Bertrand de Bar-sur-Aube ; Li Biaus Desconeùs, de Renaud de Beaujeu ; Les Enfances Guillaume ; L’Évangile de Nicodème, d’André de Coutances ; Florence de Rome ; Fragments d’une Vie de saint Thomas de Cantorbery (éd. P. Meyer) ; Gautier d’Aupais ; Gautier de Coincy ; Gautier de Dargies ; Les Narbonnais ; Le Poème moral (éd. Cloetta, Rom. Forsch., t. III) Roman de l’Estoire dou Graal, de Robert de Boron ; Le Siège de Barbastre, de Bertrand de Bar-sur-Aube ; Vie de Mgr Saint-Martin de Tours, de Péan Gatineau (cf. E. Görlich) ; Vie de saint Eustache ; Ysopet de Lyon (éd. Foerster ; éd. J. Bastin). 1225-1250. La Chronique rimée de Philippe Mousket ; Durmart le Gallois ; Gui de Warewic ; Le Miracle de Théophile, de Rutebeuf ; Le Roman de la Violette ; Roman de la Rose I, de Guillaume de Lorris ; Les trois Aveugles de Compiègne, de Cortebarbe ; Vie de sainte Catherine ; Thibaut de Champagne.
1250-1275. Philippe de Beaumanoir ; La Résurrection du Sauveur.
1275-1300. Li dis dou Vrai Aniel (éd. A. Tobler) ; Li Abrejance de l’Ordre de Chevalerie, de Jean Priorat de Besançon ; Le Jeu de Robin et de Marion, d’Adam de la Halle ; Le Roman du Castelain de Coucy ; Le Roman de la Rose II, de Jean Meung.
1300-1325. Le Bastard de Bouillon ; Chronique rimée, de Geoffroy de Paris ; La Guerre de Metz en 1324 (éd. E. de Bouteiller et F. Bonardot) ; Le Livre de la Passion ; La Passion du Palatinus ; Le Roman de Fauvel ; Le Roman du Comte d’Anjou, de Jehan Maillart ; Les Estampies françaises.
1323-1350. Girart de Roussillon (version comtoise).
1350-1375 et au delà. Froissart.
Cependant tous ces textes proviennent de régions différentes et présentent des traits dialectaux particuliers. Il est donc indispensable de les classer selon leurs provinces d’origine. C’est à cette nécessité que répond la liste qu’on trouvera ci-dessous. J’y indique, quand il y a lieu, après chaque titre ou chaque nom de poète, l’auteur de la monographie que j’ai utilisée, et, après chaque division, l’étude, s’il en existe, consacrée au parler de la région dont il s’agit. Je termine enfin par l’énumération de quelques ouvrages généraux. Ici encore on n’oubliera pas qu’il n’y a pas unanimité entre tous les critiques, et que les localisations varient parfois de l’un à l’autre dans des limites assez grandes : on doit d’ailleurs bien se rendre compte qu’une épithète est toujours forcément un peu vague, que l’expression « texte normand » peut s’appliquer à un poème écrit sur les limites de la Bretagne, comme à un poème composé beaucoup plus au nord, et que celui-ci se rapproche forcément du picard, ce qui, à défaut d’indication exacte de provenance, peut l’avoir fait désigner par d’autres comme origiuaire de la Picardie. Enfin il faut parfois faire la part des corrections peut-être apportées par un copiste étranger aux formes qui appartenaient à la langue de l’auteur. Les choses ne sont donc pas simples. Quoiqu’il en soit, et en rangeant les textes, sous chaque rubrique, selon leur date approximative d’ancienneté, le classement régional est le suivant :
Ile-de-France. Saint Alexis ; Le Pèlerinage de Charlemagne ; Le Charroi de Nîmes Le Couronnement de Louis ; Le Moniage Guillaume I et II ; Florence de Rome ;Gautier de Coincy ; Le Miracle de Théophile (L. Jordan) ; La Chronique rimée, de Geoffroy de Paris ; La Passion du Palatinus ; Le Roman du Comte d’Anjou, de Jehan Maillart.
[Cf. E. Metzke, Der Dialekt von Ile de France...]
Beauvaisis. Orson de Beauvais ; Les Vers de la Mort, de Hélinant ; Gautier de Dargies ; Philippe de Beaumanoir.
Angleterre. Saint Brendan (Birkenhoff) ; Le Comput et le Bestiaire, de Philippe deThaon ; L’Estoire des Engleis, de Gaimar ; Marie de France ; La Guerre d’Escosse, de Jordan Fantosme ; La Folie Tristan ; Gui de Warewic ; Fragments d’une Vie saint Thomas de Cantorbery (P. Meyer).
[Cf. J. Vising, Dialecte anglo-normand et Versification anglo-normande O.-H. Prior, Remarques...; E. Busch, Laut. und Formenlehre...; F. Tanquerey, Lettres anglo-françaises et Verbes anglo-français.]
Normandie. La Chanson de Roland (L. Gautier, p.485 ; G. Raynaud, Romania, 1874, p.290 ; A. Rambeau) ; Galeran et l’Escoufle, de Jean de Renart ; L’Évangile de Nicodème, d’André de Coutances ; Vie de saint Eustache ; Le Roman de Fauvel.
[Cf. Th. Pohl sur les rimes de Wace.]
Picardie. Le Roman d’Eracle, de Gautier d’Arras ; Aucassin et Nicolette ; Aiol ; Jeu de Saint Nicolas, de Jean Bodel ; Robert le Diable ; Raoul de Cambrai ; Li Desconeüs (W.-J.-K. Bidder) ; Gautier d’Aupais : Durmart le Gallois ; Le Roman de la Violette ; Les trois Aveugles de Compiègne ; Li dis dou Vrai Aniel ; Le Robin et de Marion ; Le Roman du Castelain de Coucy ; Le Livre de la Passion Bastard de Bouillon.
[Cf. G. Raynaud, Dialecte picard...; C.-Th. Gossen, Die Pikardie als Sprach-landschaft der Mittelalters, Diss., Zurich, 1942.]
Wallonie. Les Enfances Guillaume ; Le Poème moral ; Le Roman de l’Estoire Graal ; La Chronique rimée, de Philippe Mousket (Th. Linck) ; La Guerre de Metz en 1324 ; Froissart.
Lorraine. Doon de la Roche ; Les Estampies françaises.
Franche-Comté et Bourgogne. Ysopet de Lyon ; Li Abregeance de l’Ordre de Chevalerie, de Jean Priorat (Wendeborn) ; Girart de Roussillon comtois (G.-M. Bréner).
[Cf. E. Görlich, Der burgundische Dialekt... P. Meyer, Notice sur un manuscrit bourguignon...]
Champagne. Cligès, de Chrétien de Troyes ; La Prise de Cordres ; Aimeri de Narbonne, de Bertrand de Bar-sur-Aube ; Le Siège de Barbastre ; Les Narbonnais ; Thibaut de Champagne.
Centre de la France. Le Roman de Troie, de Benoît de Sainte-More ; Vie de Mgr Saint-Martin de Tours, de Péan Gatineau ; Le Roman de la Rose I, de Guillaume de Lorris, et II, de Jean de Meung (E. Langlois).
[Cf. E. Görlich, Die nordwestlichen Dialekte...]
Sud-Ouest de la France, Vie de sainte Catherine (F. Tendering).
[Cf. E. Görlich, Die sÜdwestlichen Dialekte...]
Ouest de la France ; Le Livre des manières, d’Étienne de Fougères (J. Kremer). [Cf. E. Görlich, Die nordwestlicben Dialekte...]
Ouvrages généraux à consulter : F. Brunot, Hist. de la langue franc., t. I ; E. Bourciez, Phon. franç.; Mlle K. Pope, From Latin to French, Manchester, 1934. Schwan-Behrens, Altfranz. Grammatik ; Suchier, Les voyelles toniques du vieux français ; Orth, Ueber Reim u. Strophenben...; H. Andresen, Ueber den Einfluss von Metrum, Assonanz u. Reim...; W. Köritz, Ueber das s vor Konsonant ; L. Jordan, Altfranzösisches Elementabuch.
Pour la seconde période, il n’est pas besoin de classements aussi minutieux. Alors la rime a définitivement triomphé de l’assonance, qui pourtant parsème encore certains textes ; la langue, qui a beaucoup évolué, est beaucoup moins différente de la nôtre qu’elle ne l’était dans le haut Moyen Age ; elle s’est d’ailleurs largement unifiée dans les œuvres littéraires, et, si les formes dialectales sont loin d’être rares, du moins les connait-on déjà suffisamment pour qu’il ne soit pas nécessaire de s’y attarder beaucoup : il est au surplus notable que les poètes s’écartent de plus en plus de celles qui pourraient par trop surprendre des lecteurs français. Les exemples que je cite sont tirés d’un assez grand nombre d’auteurs, Machaut, E. Deschamps, Froissart, Jean Le Sénéchal (Les Cent Ballades), Alain Chartier, Christine de Pisan, Martin Lefranc, Charles d’Orléans, Georges Chastellain, Villon, Martial d’Auvergne (né et mort à Paris), les frères Greban, Jacques Milet, Coquillart, J. Marot, Jean Molinet, Guillaume Alexis, Meschinot, Octavien de Saint-Gelais, Jean Lemaire de Belges, Guillaume Cretin, Jean Bouchet, Éloi d’Amerval, Roger de Collerye, Gringore, Melin de Saint-Gelais, Cl. Marot, sans parler des textes anonymes comme le Mystere de Saint-Quentin, la collection des Sotties du Recueil Trepperel éditée par E. Droz, ainsi que d’autres ouvrages dont on trouvera l’énumération dans la bibliographie de l’étude consacrée à la versification de cette époque par mon ami, le très regretté Henri Chatelain, mort dans les tranchées du front en 1915, et dont je salue ici la mémoire. Quelques-uns de ces exemples sont le résultat de lectures personnelles ; le plus grand nombre cependant m’a été fourni par les travaux de Fr. Blume sur Froissart, de Ch. Oulmont sur P. Gringore, de A. Hamon sur Jean Bouchet, surtout par l’étude de H. Chatelain ci-dessus désignée et par les dictionnaires de rimes contenus dans le Recueil des Arts de seconde Rhétorique d’E. Langlois. Pour les ouvrages de critique brièvement indiqués ici, je renvoie à ma propre bibliographie.

2 Les sons dialectaux sont classés à la suite des sons français au moyen de lettres grecques.

3 J’ai suivi l’ordre alphabétique en me basant sur l’écriture. Cette classification est bien évidemment superficielle, puisqu’elle divise la matière d’après des lettres et non d’après des sons, que je m’efforce d’ailleurs de préciser autant qu’il est possible. Mais elle a l’avantage d’être claire et de faciliter la consultation de cette partie du présent livre. Tous les faits de nasalité sont groupés dans les pages où j’étudie les voyelles nasales, même quand il s’agit de la rime d’un son oral et d’un son nasal.

4 Thurot, Pron. Franç., t. I, p.292.

5 Wahlgren, Sur la question de l’i parasitique dans l’ancien français dans Mélanges J. Vising. 1925.

6 Cependant une laisse en e des Enfances Guillaume contient le mot volage à l’assonance (v. 1794), à moins que, dans ce texte wallon, il ne faille lire volaige.

7 Fr. Brunot, t. I, 4e éd., p.333.

8 En Champagne, vŏlet est rendu par vialt, viaut, dŏlet par dialt, diaut. Chez Péan Gatineau, on trouve la rime hostau : itau ; elle a au contraire été refaite sur les cas où l se trouve devant ; le même poète écrit en effet correctement itaux : esperitaux.

9 Th. de Bèze nous dit au xvie siècle qu’on prononce bęaos en Normandie ; Meigret indique tchevos (chevaux).

10 Il en est de même dans le Poème moral.

11 A. Tobler, V. F., p.187, n.

12 Romanische Studien, t. IV, p.564.

13 A. Tobler, V. F., p.187, n.

14 F. Brunot, Hist. de la l. fr.,t. I, p.312.

15 Alors celle-ci pourrait bien être le fait du copiste.

16 Cf. supra, t. II, p.102 sqq.

17 Éd. Patrice Henry (S. D. A. T. F.), Introduction, p. xxiii.

18 Le passage de rium à ier fait difficulté. Plusieurs explications ont été proposées, qui se heurtent à de fortes objections. On les trouvera énumérées et discutées dans l’article de P. Fouché, de l’Action dilatoire du YOD en gallo-roman (Romania, 1943). Lui-même veut partir de *-airio, qui rendrait compte à la fois du français et du provençal.

19 Cf. supra, t. II, p.104-105.

20 C’est là ce qui explique l’imparfait de l’indicatif usité dans tout l’Ouest pour la première conjugaison, terminé en -oue, oues, -out, -ouent, Vu avait une valeur consonantique et qui assonait en ò. Il faut admettre que dans ambam, devenu amava à l’époque mérovingienne, le v, par un phénomène assez singulier, avait dégagé devant lui un u, d’où *amuva > amòve > amòue. Dans quelques régions de Normandie, -out a évolué en -eut ; mais généralement les désinences de cet impariait se sont allégées en -oe, -oes, -ot, -oent où le timbre était réguliè-ment ouvert (ò).

21 Les rimes de Girart de Roussillon que cite Görlich, secoire (subcurrat) : moure, plore : demoire sont évidemment monophtongues avec un oi où l’i n’a pas de valeur phonétique.

22 Ed. Chr. Storey.

23 Romania, t. XI, p.608. Cependant Metzke a relevé dans des documents franciens, dès la fin du xiie siècle ou le début du xiiie des formes comme seent (soient), vendret (vendroit), Aise (Oise), feble (foible), metet (metoit) etc.

24 C’est ce que soutient L. Jordan Altfr. Elementarbuch, p.92.

25 L. Havet, 01 et UI français, dans Romania, 1874, p.332.

26 VB., p.59 et 151.

27 Pour plus de détails, je renvoie à mon article la Nasalisation des Voyelles françaises, publié dans les Annales de la Faculté des Lettres d’Aix.

28 Quand j’écrirai voyelle + n, cela devra s’entendre également de voyelles + n ou + m.

29 Fr. Diez, Grammaire des langues romanes, 3e éd., trad. A. Brachet et G. Paris, 1874, t. I, p.202-3 ; D’Arbois de Jubainville, Romania, t. I, p.325 ; H. Engelmann, Ueber die Entstehung der Nasalvokale, Diss., Halle, 1872 ; Suchier Altfr. grain, p.61-62.

30 Publié par A. Neubauer dans les Romanische Studien, t. I, p.166 sq.; les traductions latines placées entre parenthèses sont celles du Glossaire.

31 Grundriss, t. I, p.576.

32 Zur Frage von den nasalierten Vokalen.

33 Zeitschrift f. röm. Phil., t. XXII, p.539 (Herzog); Kritischer Jahresbericht, t. VII, I. p.232 sq. (Rydberg).

34 C.-H. Grandgent, Introduzione..., p.165.

35 De la nasalité en italien (1904), p.87 sq.

36 Il est pourtant deux faits qu’on pourrait être tenté d’invoquer contre l’hypothèse d’une nasalisation très précoce de la voyelle ; c’est d’abord la persistance de la consonne nasale devant l’s de flexion, tandis que tout autre consonne disparaît : bŏnus > bons, et au contraire vīvus > vis ; et en second lieu le changement de consonne qui se manifeste du singulier au pluriel dans des mots comme cmpum > champ, cmpos > chans. Or il ne semble pas qu’on puisse en tirer argument. Dans le premier cas, l’n est maintenue parce qu’il s’agit de bien montrer que la voyelle n’est pas une voyelle ordinaire, mais ne prouve même pas qu’une nasalisation partielle laisse subsister la consonne. Dans le second on pourrait croire que l’m est exigée par assimilation au p, et l’n par assimilation à l’s, donc qu’il y a nécessairement persistance de la consonne. Cependant une telle explication ne tiendrait pas compte de la tradition graphique, établie depuis l’époque latine, et selon laquelle on écrit m devant m, b, p, mais n devant les autres consonnes. En outre on observera que, malgré cette tradition, des hésitations apparaissent dans les manuscrits entre m et n devant b et p. Le Dictionnaire de Godefroy indique ombre et onbre, semble et senble, membre et menbre, nomble (nombril), nenbre et ninbre, camp et canp, sempre et senpre. Quelle conclusion tirer, sinon que la consonne n’avait pas d’existence propre, mais n’était que le signe de la nasalisation complète de la voyelle antécédente dans les régions où 1’n ne substituait à l’m ?
G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

37 Rousselot, Précis de prononciation française, 1902, p.47, fig. 37.

38 G. Panconcelli-Calzia, op.cit., p.87 sq.

39 L. Jordan, Altfranzösische Elementarbuch, p.60.

40 Cf. supra, t. II, p.105.

41 Meyer Lübke, Historische Grammatik der französischen Sprache, p.70.

42 L’abbé Rousselot a observé qu’à une certaine distance la nasalité n’était pas entendue et que l’on percevait seulement le timbre oral de la voyelle, cf. Principes, p.1038, 1041-1041, 1052.

43 Principes, p.571.

44 Romania, t. XXVII, p.300-I.

45 La dénomination d’à fermé, avait reconnu l’abbé Rousselot, est sujette à la critique, car plusieurs ont le sentiment qu’ils ouvrent la bouche pour cet ά plus que pour l’a moyen de patte. Cela peut être vrai, mais, dans ce cas, l’ouverture des lèvres est toujours moins grande par rapport à la capacité buccale pour ά que pour a. Une expérience facile rend la chose sensible à l’oreille : maintenez la voyelle a, et, en même temps, fermez la bouche avec les doigts, vous entendrez ά. Donc a est un a fermé par rapport à a. Cf. d’autre part M. Grammont. Traité pratique de la prononciation française, 2e éd. 1920, p.25.

46 Ces chiffres et ceux qu’on trouvera plus loin ont été donnés par l’abbé Rousselot (Précis, p.48). Je les reproduis pour rendre plus manifestes les différences qui existent entre les variétés d’une même voyelle. Il ne faut pourtant pas les prendre pour des valeurs absolues. Un a fermé peut être en effet plus ou moins fermé, un a ouvert plus ou moins ouvert selon les prononciations.

47 Abbé Rousselot, Précis, p.44, fig. 15 A1 et 18 B1.

48 Je liens à rappeler le texte de G. Paris (Remania, t. XXVII, 1898, p.303) « L’e de ie ne s’est pas nasalisée, soit parce qu’à l’origine l’accent était sur l’i, soit...».

49 H. Suchier, Altfri. Gram., p.75.

50 D’une manière analogue, c’est un a fermé qu’a laissé apparaître à quand il s’est dénasalisé dans les mêmes conditions (cf. ãme, grãme, Jeanne, flamme), fait qui comporte quelques exceptions (femme, gemme, qui ont assoné en à). Quant à yè, il s’est dénasalisé en è, cf. tienne, vienne, etc.

51 Au xviie siècle, on prononçait cependant eucore ĩ et ũ dans certaines provinces. Cf. Thurot, t. II, p.480 et 545.

52 Cette dernière interprétation paraît être la meilleure. Aun en effet n’abolit pas complètement an, et il arrive que ces deux finales soient réunies par la rime.

53 On notera en effet que la mouillure disparaissait devant l’s de flexion ou devant une autre consonne (jūnium > juing, mais jūnius > juinz et testimōniet > tesmoint).

54 Thurot, Pron. franc., t. II, p.495.

55 Ici l’n est mouillée. Cette n disparaît dans les désinences masculines et se maintient dans les féminines ; seing devient donc sein (se), cf. AING, p.207.
G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

56 Il y a cependant quelques flottements. Un passage de Palliot (1608) cité par Thurot (II, p.527) nous laisse comprendre qu’on a parfois prononcé par wę Soloigne, besoigne, Bourgoigne.

57 On écrit encore ce t au xive siècle en Picardie. À la même époque, le scribe des Estampies françaises, texte lorrain, rend -atem tantôt par tantôt par eit ; cf. V, 1, donei : biautei : volentei : serrei : anfermeit : amprisonei : uzeit : loialteit : faucetei : crualteit : santeit, etc. Évidemment il ne devait pas être prononcé.

58 Le Roman de la Rue II, rejette volontiers la tradition graphique ; il écrit entouche : bouche, au lieu de entousche : (intoxicat). En Poitou au contraire. Sainte Catherine introduit parfois une s injustifiée, oit : dist (dīgit pour dīcit), sufrit : fist ; de même on trouve chez Priorat poeste (poetam) : geste.

59 Il arrive que ces règles sont troublées par diverses analogies : torkere (cl. torquere), d’abord tortre, est devenu tordre sous l’influence de mordre.

60 On en a des exemples en anglo-normand. Cf. alme : dame (3557) dans Gaimar. En Beauvaisis, Philippe de Beaumanoir écrit volt : prevost, gros : fols, roussignos : bos, mortes : bendés. A signaler chez Froissart ytels : cités, Venus : mels, tels : vantés, cils : ravis.

61 Je classe les consonnes par ordre alphabétique.

62 Je renvoie aux ouvrages de K. Beetz, Ch. Joret, G. Raynaud sur le c dans le dialecte picard ; on y trouvera une délimitation exacte du phénomène

63 Et aussi devant l’e et l’i toniques, position dont je ne m’occupe pas ici.

64 Cf. Mussafia, dans Remania, 1889, p.529 sq. Les [formes verbales qui présentent les mêmes terminaisons obéissent naturellement à la même loi : faciam > face. Par analogie de nombreux subjonctifs qui n’y avaient pas droit ont pris cette désinence en ce, comme mece (de mettre), perce (deperdre), etc., cf. Fouché, pp.183 et 205. Fn Lorraine, le son était ts.

65 G. Raynaud, Étude sur le dial. picard, p.323. « Cette particularité, dit F. Brunot à propos du picard (t. I, p.310), s’observe à partir d’une ligne qui commence vers Caen, passe par Lisieux, Evreux..., puis remonte au Nord par Saint-Quentin, Valenciennes, Mons, jnsqu’au pays flamand.»

66 Cf. P. Fouché, p.206.

67 Tobler, VB., p.151.

68 T. VI de son éd., p.129.

69 L’apparition d’une « inorganique à la finale de certains mots, comme amīcum > ami, parfois écrit amin, marque que l’m nasalisait l’i. La rime est en i ; cf.Estampies françaises, V, 58, X, 34, XII, 48, XIX, 75.

70 Même devant la tonique ; en effet Raoul de Cambrai donne connoissatis : nuissans, au lieu de nuisans.

71 Ou presque rien. A peine peut-on faire remarquer qu’en finale posttonique, le t latin appuyé subsiste ou passe à d dans des conditions qu’il serait fort long d’exposer. Le traitement varie. On en jugera par ces exemples : rŭpta > route, vēndita > vente, cŭbitum > coude, dŏmitat > doute ; naturellement tous les t riment ensemble, et tous les d ensemble. Le cas de nïtida > nete, putida > pute est particulier.

72 Cf. P. Fouché, p.184.

73 R. Bacon, Opus niajus, III, 44.

74 Chrétien de Troyes emploie, selon son dialecte, les formesvaing, taing, praing à l’indicatif, vaingne, taingne, praingne au subjonctif.

75 Lū de la première personne fui (l. fūï, class. fŭī ») a été transporté aux autres personnes pour conserver l’a tonique dans tout le paradigme.

76 Même phénomène au Nord-Est, où poeir fait au parfait tu poïs, nous poïmes, etc., deveir, tu desvis, nous desvimes, vous desvistes, etc.

77 Et aussi, par analogie, aux deuxièmes personnes du pluriel des parfaits, ainsi qu’à dites, faites, truites, qui n’auraient pas droit à l’l.

78 D’où saison : faison chez Péan Gatineau, et, au futur, l’esperon : feron chez le même poète, etc.

79 Ce changement a été extrêmement avantageux pour les poètes, qui ont pu faire accorder ensemble tous les imparfaits, de toutes les conjugaisons.

80 Il est parfois étendu aux autres conjugaisons. Cf. corroient : soient, soffroienl : voilloient, traoient : envient dans Girart de Roussillon.

81 Autres exemples dans H. Wolterstorff, Dus Perfekt der ^weiten sclnuachen Conjuration im Altfranzösischen, Diss., Halle, 1882.

82 Introd., p. xxv

83 F. Tanquerey, Evolution du v., p.772.

84 Pour acravente, agravente.

85 Même remarque.

86 G. Mari, I Trattati medievali, pp.100 et 113.

87 P. 221.

88 Cependant on pourrait peut-être interpréter ces faits en y voyant les signes d’une évolution générale de la prononciation, cf. p.172.

89 D’ailleurs on n’oubliera pas que, dans les dialectes du Sud-Ouest, tout e tend à devenir a.

90 « Par exception, note G. Raynaud dans son édition des Cent Ballades, nous trouvons une rime en è (près) au milieu des rimes en e’s (72), et une rime en ère (conseillerre, pour conseillierè) au milieu de rimes en ère (97) », Introd., p. xxix.

91 Au lieu de ambes douz : eus (illos) dans la Résurrection duSauveur, il faut lire ambes deus, etc.

92 Soit rime avec alloul (*allabat) dans Gui de Warewic ; or soit devrait être sont (= sapuit) ; il s’agit ici d’une mauvaise interprétation du scribe.

93 Pour Castelle (= distille).

94 G. Mari, Tratlati medievali, p.100.

95 A. Jeanroy, La Poésie lyr. des Trrub., t.I, p.267.

96 Galeran de Bretagne, éd. Foulet, intr., p. xiii.

97 Historische französische Grammatik, t. I, p. 9, 3e é d., 1913.

98 Certains l’ont cru champenois, à cause d’un passage du Dit de VErberie, peu concluant.

99 Éd. H. Suchier, Intr., p. cxxxviii.

100 Galeran de Bretagne, éd. L. Foulet, intr., p. xiii.

101 J. Vising, Versification anglo-norm., p.66.

102 F. Brunot, Hist. de la l.fr., t. I, 4e éd., p.329.

103 Déjà, dans la Chanson de Roland, le mot hŏmo a deux traitements opposés ; quelquefois il est uen, assouant avec suer, cuer,puet, etc.; quelquefois il est au contraire om, et il assone alors en ó.

104 On sait que dans le Nord de la France él + consonne est devenu iau, eau, ou au. Donc, dans le Roman de la Violette, ĭllos est traduit soit par aus, iaus, scit par eus, consĭlios tantôt par consaus, tantôt par conseus.

105 Peut-être pourtant faut-il y voir la permutation de ã et de õ.

106 Tobler, V. F., p.154, n.

© Presses universitaires de Provence, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search