Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

L’éveil tardif de l’étude du grec à la fin du xve siècle

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Pour un complexe ensemble de raisons – où se mêlent l’éloignement géographique, l’histoire du peuplement, la politique, la religion et la sociologie – la connaissance du grec dans la France médiévale était donc à la fois rare et généralement imparfaite. L’hellénisme était mal vu de l’Église – qui pourtant à la même époque en faisait grand cas au-delà des Alpes1 ; suspect auprès des théologiens de la Sorbonne, il était absent de l’Université avant 14582, dédaigné des rois et des mécènes potentiels qu’étaient les grands seigneurs, et privé du secours qu’aurait apporté la présence d’immigrés s’il avait existé dans le royaume de France des colonies grecques semblables à celles de l’Italie. L’étude du grec ressortissait par conséquent à l’initiative individuelle, ou tout au plus à la tradition intellectuelle d’un foyer isolé. Les manuscrits grecs étaient, on l’a vu, rarissimes. Si l’on excepte Saint-Denis en son « âge d’or » du xiie siècle (avec Jean Sarrazin et Guillaume le Mire), la Fr...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540