Version classiqueVersion mobile

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

10. Thèses soutenues au couvent de Saint-Jacques, sous la direction du P. Jean Nicolaï, les 7, 8 et 9 mars 1656

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nicolaï reprochait à Jansénius de confondre l'invisible motion de Dieu en toutes choses avec les délectations sensibles de l'expérience religieuse (2e thèse). Tout de suite, il marquait que l'universalité de la motion divine immobile, qui continue la création dans l'être, est absolument différente de cette création qu'elle cause et qui est la liberté humaine de spécification et d'exercice. Cette liberté est une réalité que la causalité divine est loin de détruire puisqu'elle la cause (3e thèse). Comment Dieu vient-il d'une manière plus spéciale au secours de cette liberté ? Nicolaï juge raisonnable de penser que c'est au moins par des illuminations de l'intelligence, par des affections de la volonté, par des sollicitations de la conscience morale (4e thèse). Est-ce à dire que cette intuition de Dieu affecte brusquement dans notre vie morale un caractère dès l'abord despotique ? Nicolaï ne voit pas la nécessité logique de cette violence (5e thèse). On peut, au contraire, en fait, rés...

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search