Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

10. Thèses soutenues au couvent de Saint-Jacques, sous la direction du P. Jean Nicolaï, les 7, 8 et 9 mars 1656

Testo integrale

1Nicolaï reprochait à Jansénius de confondre l'invisible motion de Dieu en toutes choses avec les délectations sensibles de l'expérience religieuse (2e thèse). Tout de suite, il marquait que l'universalité de la motion divine immobile, qui continue la création dans l'être, est absolument différente de cette création qu'elle cause et qui est la liberté humaine de spécification et d'exercice. Cette liberté est une réalité que la causalité divine est loin de détruire puisqu'elle la cause (3e thèse). Comment Dieu vient-il d'une manière plus spéciale au secours de cette liberté ? Nicolaï juge raisonnable de penser que c'est au moins par des illuminations de l'intelligence, par des affections de la volonté, par des sollicitations de la conscience morale (4e thèse). Est-ce à dire que cette intuition de Dieu affecte brusquement dans notre vie morale un caractère dès l'abord despotique ? Nicolaï ne voit pas la nécessité logique de cette violence (5e thèse). On peut, au contraire, en fait, résister à des grâces actuelles, soit qu'elles se présentent comme des sollicitations extérieures de Dieu, soit que Dieu y parle au fond de notre cœur. Nicolaï cite l'exemple piquant des jansénistes qui résistent à cette grâce actuelle suffisante qu'est la parole du Souverain Pontife (7e thèse). Pour être catholique et thomiste, il faut admettre qu'une telle résistance à la grâce se fait par le libre jeu de la volonté humaine (10e thèse). Une fois que le cœur ainsi préparé par la grâce actuelle suffisante aura donné ses premières marques encore superficielles d'acquiescement, une grâce suprême sera nécessaire, grâce efficace en fait, pour mettre en acte à plein, pour faire passer de la puissance à l'acte le fond de la personnalité humaine (12e thèse). Mais considérer cette grâce concluante comme une sorte de violence subie, c'est janséniste et hérétique (13e thèse). De même, faire résider son efficacité dans le simple consentement humain et non dans l'actualisation divine est une témérité moliniste (14e thèse). Dieu ne refuse jamais la grâce actuelle suffisante aux hommes. Cette grâce est toujours offerte à tous les consentements humains (17e thèse). Ainsi, la Passion du Christ est un fait qui est une grâce sollicitante pour tous les hommes, mais ce n'est pas une violence qui les sauve tous (21e thèse).

2(Résumé donné par M. Gorce, "Nicolaï et les jansénistes ou la grâce actuelle suffisante", Revue thomiste, 1932).

© Presses universitaires de Provence, 1985

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540