Version classiqueVersion mobile

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

L'art de faire plus court

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Fontaine s'inspire d'Esope. Racine prétend suivre Aristote et Euripide. Pascal, dans la dix-septième Provinciale, reprend le sixième chapitre de la deuxième partie de la Lettre d'Arnauld à un duc et pair1. L'art classique est un art d'imitation. La symétrie, pourtant, n'est qu'apparente. A l'abri de leurs modèles, Racine et La Fontaine, ou La Bruyère et Molière, peuvent inventer et transformer : les Anciens n'ont pour s'exprimer que le truchement des doctes et, en matière d'orthodoxie littéraire, les applaudissements du public tiennent lieu de profession de foi. Il n'en est pas de même lorsque Pascal utilise un texte d'Arnauld2, dont l'auteur est là, bien vivant, docteur de Sorbonne qualifié pour surveiller la plume de celui que ses adversaires rabaissent au rang de simple "secrétaire de Port-Royal". Dernier venu dans l'entreprise collective de défense de Jansénius, il sait que ses lettres ne seront livrées à l'impression qu'une fois reconnues conformes à l'orthodoxie des amis de...

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search