Version classiqueVersion mobile

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Le bricolage pascalien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pascal, dans la quatrième Provinciale, a découvert l'efficacité des montages de textes1. Il continue, pendant les six suivantes, d'utiliser ce procédé. L'italique le signale au lecteur du premier coup d'œil2. Quasi absentes des trois premières lettres, les citations, qui occupaient 6 % de la quatrième, passent à 17 % de la cinquième puis, selon une constante progression, à 21, 28, 32, 33 et 39 % des suivantes. Au total, elles correspondent, pour l'ensemble des Provinciales morales, à près de 900 lignes sur un peu plus de 3.000, environ 30 %. Cette multiplication des références n'est pas gratuite. Avec Vasquez et les probabilistes, explique Th. Deman, l'objet de la recherche morale s'est déplacé : "L'on s'informera de la probabilité extrinsèque [...]. D'où, notamment chez les probabilistes de l'âge suivant, cette débauche de noms propres et de citations, dont il n'y a pas d'exemples dans aucune discipline autre que la théologie morale"3. En dépeignant un jésuite qui accumule des cita...

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search