Version classiqueVersion mobile

L’homme dans le style, et réciproquement

 | 
Philippe Jousset

Ethos contemporain, ethos expérimental

L’ethos sur Facebook

L’autofiction en interaction1

Laurence Rosier

Texte intégral

  • 1 Une version remaniée de ce texte est parue sous le titre : « L’ethos sur Facebook : de l’interactio (...)

Imaginez-vous, à me lire, que je fais mon portrait ?
Patience : c’est seulement mon modèle.
Colette, La Naissance du jour, 1928

  • 2 Dominique Cardon, « Réseaux sociaux de l’Internet », Communications 1/88, 2011, p. 141-148.

1Les réseaux sociaux représentent une formidable opportunité pour observer des faits discursifs dans une configuration matérielle contraignante, polysémiotique et interactive. Je m’intéresserai dans cette contribution au réseau social Facebook (désormais FB) comme « nouveau » genre discursif permettant des jeux sur l’ethos numérique construit par les membres du réseau. Je m’attacherai à pointer les composantes techniques et scripturales dans cette construction que je nomme autofictionnelle : on se construit une identité numérique « avatar » par l’interaction, qui mêle sur le réseau FB, l’échange conversationnel, individuel et l’échange de contenus, social2. Je commencerai par un préambule méthodologique afin de mettre au clair les problèmes posés par l’étude d’un réseau social comme FB. Ensuite je ferai un focus sur le rapport à sa propre identité et à sa subjectivité telles qu’elles sont mises en scène sur le réseau et interprétées dans les travaux contemporains qui se penchent sur ces réseaux. Enfin, je terminerai par des questionnements sur le rôle social de ces identités reconfigurées et relativement « fictives ».

Problèmes méthodologiques : une participation auto-observante ?

2Travailler sur les réseaux sociaux suppose des contraintes méthodologiques qui ont, ce faisant, des répercussions épistémologique et éthique. En effet la constitution du corpus passe obligatoirement par une observation participante, je dirais même une participation observante : en clair, il faut être actif sur le réseau pour pouvoir l’observer. Le paradoxe de l’observateur cher à Labov est tout à fait mis à mal puisqu’on se met à occuper des places que normalement en tant que chercheur on ne peut que marginaliser comme le rappelait Françoise Gadet :

  • 3 Erwing Goffman, « Footing », Semiotica no 25, p. 1-29.
  • 4 Françoise Gadet, « Derrière les problèmes méthodologiques du recueil des données ». Texto ! juin-se (...)

En effet, si la présence de l’observateur est regardée comme un handicap, il va falloir s’efforcer de le marginaliser en tant que participant à l’échange de paroles. Les initiatives méthodologiques concernent donc toutes les places que peut occuper un acteur social dans la structure de participation à l’échange verbal décrite par Goffman, dans un article précurseur où il décompose les différentes positions que les acteurs peuvent occuper3. L’observateur ne saurait être le locuteur (le sociolinguiste ne peut qu’occasionnellement s’observer lui-même) ; il ne faut pas qu’il soit l’interlocuteur (critique des différentes formes d’interview) ; il ne faut pas qu’il soit le destinataire principal ; et il faut même le marginaliser en tant que participant occasionnel4.

F. Gadet propose de dépasser les « arguties » auxquelles ont abouti parfois les considérations autour de ce paradoxe pour revendiquer une approche interactive assumée selon deux axes :

  • une orientation pragmatique et fonctionnelle (instrumentale), où sont privilégiés les aspects communicationnels et informationnels de la relation d’observation. Elle se conçoit dans une optique d’optimisation, à la fois de la qualité des données et de la communication verbale ;
  • une orientation normative et éthique, où la relation observateur/observé sort du cadre limité de l’échange verbal, pour prendre en compte les dimensions éthique, politique et sociale. Elle conduit à une atténuation de la dichotomie fait/valeur, puisqu’il ne s’agit pas seulement de restituer la parole dans son état naturel, mais de donner aux locuteurs un contrôle sur l’information collectée, son usage et son évaluation.

3Celui que F. Gadet appelle « le chercheur situé socialement » va, sur les réseaux sociaux, orienter considérablement le corpus même qui sera marqué sociologiquement selon les critères classique de l’âge, la région, le sexe, la classe socio-professionnelle, mais avec des ramifications et des rencontres sociologiques inédites.

4Je suis donc tout à fait consciente de présenter un corpus biaisé par le filtre qui est mon propre profil FB et la communauté discursive réduite à « mes amis » (aujourd’hui aux alentours de 700). Cette dimension a été appréhendée par certains chercheurs sous l’appellation « narcissisme », j’y reviendrai plus avant.

5Un autre problème de taille est dû au caractère réputé « privé » des communautés discursives en réseau. Dès lors, citer le corpus dans sa matérialité supposerait d’avoir l’autorisation des participants à être cités, nommés, montrés. Or FB est un espace public au sens où l’entendait le philosophe Habermas pour qui un espace public minimal vient à exister à chaque conversation dans laquelle les individus privés se rassemblent pour former un public. Ainsi également, les propos racistes ou diffamatoires sont contrôlés en regard du droit comme dans l’espace public.

6Comparons cet extrait de corpus anonymisé et dépouillé de ses caractéristiques intersémiotiques :

  1. Jolie trouvaille !
  2. Merci de l’apprécier Chère Véro… j’étais justement en train de papoter avec ma voisine qui prétendait que les réseaux sociaux étaient surtout des vecteurs qui permettaient de partager des liens ou des photos qui deviennent « in »… Eh bien moi je ne vis pas cela comme ça du tout ! J’aime dénicher de rares petites perles !

Et le même situé et en contexte :

On voit ainsi que dans l’interaction, l’intervention d’Anneke Zut ne s’adresse pas à l’intervenant précédent mais à l’une de celles qui a indiqué avant qu’elle aimait son statut.

7Avoir accès aux noms et pseudonymes utilisés est aussi incontournable pour traiter de la construction de l’ethos sur FB. Ainsi l’intervenant (e ?) Texte sans faute indique clairement par son pseudonyme un intérêt grammatical prescriptif, proscriptif, et son commentaire laudatif est donc celui d’une personne « autorisée », à tout le moins qui s’est construit un ethos de spécialiste de la langue.

8De plus, les profils peuvent évoluer, par exemple la photo donnée par l’interlocutrice Anneke Zut a depuis été remplacée par une vraie photo de la dame. Il y a d’ailleurs, dans ma communauté, une tendance plutôt statique dans l’iconographie de soi pour le plus grand nombre, à côté d’adeptes du changement perpétuel (dont je suis).

  • 5 Marie-Anne Paveau, « Analyse discursive des réseaux sociaux numériques ». En ligne http://technodis (...)

9Troisième difficulté qui découle de la précédente pour le linguiste : travailler sur la dimension intersémiotique du réseau pour ne pas adopter une posture logocentrée5. Dans le cadre de cet article, je relèverai les composantes discursives et iconiques comme la photo de profil, indice sémiotique de la construction auto-fictionnelle et participant pleinement de l’ethos.

10Trois préalables théoriques enfin avant d’aborder le corpus :

  1. La manière dont j’aborde la question de l’ethos se situe dans la lignée des conceptions de Dominique Maingueneau6 qui distingue un ethos discursif d’un ethos pré-discursif. Rappelons que si l’ethos discursif se construit dans et par l’énonciation, les ethos pré-discursifs sont disponibles à la manière des prédiscours qu’on endosse (parfois malgré soi), ils sont par ailleurs la condition préalable des ethos discursifs. Sur FB, les ethos construits reposent sur un imaginaire discursif partagé par une communauté d’amis qui au fil des échanges posent pour chacun une identité numérique que j’appellerai autofictionnelle.
  2. Mon approche de FB dans cette contribution suppose une position continuiste, c’est-à-dire que je l’analyse comme prolongeant la mémoire des formes de discours, des formes de socialité et des formes d’ethos.
  • 7 Michel Marcoccia, « La communauté virtuelle : une communauté en paroles », Actes du 3ème Colloque I (...)

La sociolinguistique interactionnelle s’est penchée sur les nouveaux corpus constitués par les communautés virtuelles comme des « communautés de paroles7 » ou « communautés discursives » (terme emprunté à Maingueneau). C’est dans la lignée de la définition de la « speech community » par Gumperz (dès 1968) qu’on peut définir les interactions verbales comme des processus sociaux dans lesquels les énoncés produits sont en accord avec les normes collectivement reconnues et attendues (Marcoccia). Parmi ces normes, on fera figurer les ethos préalables comme modèles (relativement) contraignants participant à la construction de son moi numérique mais aussi comme facilitateurs des entrées en relation sur la toile.

La mise en scène de soi sur les réseaux sociaux : narcissisme, autofiction, ethos ?

11Le narcissisme des internautes sur les réseaux sociaux fait partie des critères communément admis pour caractériser l’un des usages principaux de FB : la mise en scène de soi par divers moyens sémiotiques. Relations superficielles, souci permanent de son image, agressivité envers la moindre critique…

  • 8 Cf. http://www.24matins.fr/facebook-une-etude-sociologique-analyse-les-tendances-narcissiques-de-se (...)

12Les tendances en matière de réseau se déclineraient en 1) de l’exhibitionnisme et en 2) de l’exploitation d’autrui. Il en résulterait des conséquences sur le bien être psychologique des étudiants, population objet de l’enquête8.

13Cette face sombre de l’usage des réseaux et la question de la mise en scène de soi est au centre des réflexions de la linguiste Marie-Anne Paveau qui a également accolé le terme « narcissique » à la pratique facebookienne selon le principe suivant :

  • 9 M.-A. Paveau, La pensée du discours, en ligne. Pour les travaux de Marie-Anne Paveau, je me permets (...)

Je parle d’une forme de communication qui met le sujet du discours au centre de sa propre parole et de celle des autres, et qui utilise l’internet comme une source permanente et toujours disponible de confirmation narcissique. Une source qui répond même au doigt (du clavier) et à l’œil (de cet incroyable panopticon qu’est devenu le réseau social sur l’internet). Facebook, mon beau Facebook, dis-moi que j’existe9.

  • 10 Hervé Bommelaer, Booster sa carrière grâce au réseau, Paris, Éditions Eyrolles, 2012.

Le ton ironique (permis en raison du médium et de la forme chronique) dissimule mal un parti pris éthique et social selon lequel « on ne parle pas de soi », et elle assimile alors les pratiques facebookiennes à une sorte d’exhibitionnisme. Comme le remarquait le consultant Hervé Bommelaer dans Booster sa carrière grâce au réseau10, l’éducation classique ne nous apprend pas à être de bons networkers : on ne parle pas à table, on ne parle pas aux inconnus, on ne parle pas de soi, on ne demande pas, on se contente de ce que l’on a… Bref tout cela, le réseautage nous le demande ; il est bien entendu possible de minimiser la part de soi selon diverses modalités (adoption d’un pseudonyme, absence de photos, liens plus ou moins impersonnels, inactivité ou passivité) mais le réseau a besoin de ces personnalités volontiers épancheur/ses d’elle-mêmes car elles lui sont constitutives. L’énonciation y est aussi collective, il s’agit bien d’un réseau social.

14Paveau assoit ensuite discursivement ce narcissisme ; le support technologique du site impliquerait la forme monologique grâce à un procédé, l’aphorisation :

  • 11 M.-A. Paveau, La pensée du discours, op. cit.

L’aphorisation est donc contrainte, et la contagion spécifique au réseau social fait le reste (1) : sur Facebook, tout le monde aphorise, produit des petites phrases, par obligation technologique. Et l’aphorisme, c’est une des formes énonciatives les moins dialogiques, puisque c’est un énoncé bref à objectif généralisant (présent de vérité générale, déterminations généralisantes, décontextualisation, etc.)11.

Moins contraint que le réseau Twitter, FB favorise en effet les petites phrases, de soi ou d’autrui, sur des évènements politiques, sociaux, culturels ou familiaux. Ainsi, la pratique discursive de l’aphorisation est bien représentée sur le réseau, mais elle est multiple dans ses effets pragmatiques et médiologiques : un aphorisme en statut peut être aimé, partagé et/ou commenté. Le commentaire permet les interventions à valeur :

  1. laudative (souvent hyperboliques : Super avec surajouts de grasses, smileys, ponctuation démultipliée)
  2. critique à polémique
  3. méliorative (à la façon d’un conseil : tu devrais)
  4. ludique (jeux de mot à partir du statut posté)
  5. épistémique (véracité/fausseté de l’information)
  6. mise en avant de son point de vue (comme contrepoint ou consolidation de celui énoncé dans le statut)12.
  • 13 Dominique Cardon et Hélène Delaunay-Tétérel, « La production de soi comme technique relationnelle » (...)

Ensuite, le post de statut n’est pas la seule fonction dialogale de FB : les possibilités de chatter, d’envoyer des messages privés montrent un dispositif qui multiplie au contraire les possibilités de polylogue (je ne m’interroge pas en tant que linguiste sur les impacts en termes de communication et de rapports humains dits superficiels). Le sociologue Dominique Cardon parle, lui, à propos des blogs d’une « production de soi comme technique relationnelle13 », privilégiant la dimension dialogale et interactionnelle à la conception « narcissique » du réseau. Ma position est donc que la dimension relationnelle et publique prime sur le réseau.

15J’y ajouterai une troisième dimension du réseau, sa dimension métadiscursive fondamentale et cette réflexivité a, on le verra, des répercussions sur la construction inters, ubjective de soi sur FB.

  • 14 Hugues de Chanay et Laurence Rosier, « Caesar fecit pontem : la construction de l’ethos sur FB », i (...)

16La métadiscursivité de FB est inscrite dans le medium même comme l’ont remarqué Hugues de Chanay et moi-même14. Mais comme destinatrice (l’instance FB), elle joue principalement, pour les énoncés directifs (« Publier ») ou pour certaines requêtes implicites (Publier que j’aime), un rôle de factotum, accomplissant les tâches qu’elle a proposé expressément ou non à l’usager de lui ordonner pour les lui faire faire (publier un énoncé ou manifester qu’on aime quelque chose). Soit en exemple (partie grisée) :

C’est une métadiscursivité matérielle, technologique.

17La seconde facette de la métadiscursivité facebookienne, personnelle celle-là, est effectuée par les membres du réseau eux-mêmes : on compte en effet beaucoup d’autodérision, d’autoanalyse, de commentaires méta sur leurs (nos) propres pratiques. Le médium a donc réussi à créer, en parallèle avec la pratique, une réflexion « métadiscursive » (je réfléchis à ce que je fais/dis), ce qu’illustrent par exemple la journée « statut à la con », les posts précisément consacrés au narcissisme ou un grand nombre d’interrogations récurrentes : est-ce que je reste ou pas sur la toile ? Est-ce que je trie mes amis ou pas ?

Exemples :

Cette pratique d’inclusion/exclusion des « amis » est le fait de certaines personnes qui adoptent une position haute dans le jeu des interactions (donc un ethos de socialité). La conversation écrite sur le réseau FB forme des sortes de salons, à la manière des salons mondains du xviie siècle (d’autant que dans ma communauté, les jeux sur la langue et ses normes y sont légion comme divertissements), avec ses régulations plus intimes, puisqu’un échange mené collectivement sur un mur peut coexister avec un ou plusieurs échanges intimes par mail ou par chat. Pratiquer l’effet d’annonce du possible tri, à la manière d’un roi ou d’une reine qui choisit ses favoris, produit un effet de communauté attentive à voir qui figurera parmi les « amis » éjectés et selon quel(s) critère(s).

18En être ou pas… . on voit là déjà se dessiner des ethos de l’interaction entre les « leaders » (ceux qui posent constamment, que l’on suit par abonnement et qui sont suivis, aimés, commentés) et les « suiveurs », qui peuvent également se hiérarchiser entre celui qui commente systématiquement, celui qui se sert de la parole de l’autre pour produire un effet comique par exemple, celui qui relaie systématiquement… et celui ou celle qui se contentent d’aimer le statut. La métadiscursivité relève donc clairement aussi de la dimension « ethos ».

19Après ce schéma général de l’interaction, venons-en à la diversité des opérations techniques sur le médium qui contribuent à construire un ethos discursif, à partir des ethos prédiscursifs, des postures ou des archétypes.

  • 15 Mat Hild, Et toi, t’es qui ? Petite typologie des profils facebook, Paris, Flammarion, 2012.

20Le petit essai humoristique de Mat Hild, Et toi, t’es qui ? Petite typologie des profils facebook15, repose sur des catégorisations pratiques (au sens où elles reposent sur des pratiques techniques comme le bloqueur ou le compulsif du statut) recoupant des catégories sociales, professionnelles, culturelles, politiques (le chercheur CNRS, le beauf, le poète) et des caractéristiques psychologiques, voire « ontologiques » (ou données comme telles) : le dragueur, la nympho, le pédophile, le mytho. En ce sens, l’ouvrage fait office de sociologie spontanée, et qui fréquente le réseau admirera la justesse certes sarcastique de la typologie qui superpose, ethos, stéréotypes et archétypes.

21Comment se construisent les ethos sur FB ? Selon moi, les dimensions « narcissique » et métadiscursive vont s’articuler pour développer, selon des communautés sociologiques particulières, un ethos interactif : l’ethos préalable va s’approfondir, s’infléchir, voire se modifier en vertu de l’attente du groupe dans lequel le membre de la communauté fonctionne. Examinons plus avant les éléments constitutifs progressifs de cet ethos en interaction.

Des ethos en autofiction : moi comme un(e) autre…

  • 16 Dominique Cardon, « Le design de la visibilité. Un essai de typologie du web 2.0 », 2008, en ligne (...)

22Cet ethos « en étage » est d’abord, de façon minimale, ancré dans des biographèmes censés décrire ce que Cardon nomme l’identité civile16 : la rubrique à propos permet de détailler son parcours scolaire et professionnel (à l’origine FB était destiné à retrouver les amis de sa ou ses communautés scolaires) ; résidence indique son lieu de vie et sa ville d’origine ; la rubrique relation permet de décrire son statut amoureux et sa famille (dans laquelle on peut à l’envi indiquer des gens qui ne relèvent pas de la vraie famille au sens des liens du sang et du nom, mais des amis considérés comme de la famille ; ces indications doivent être avalisées par les personnes citées avant publication). Enfin une rubrique intitulée informations générales reprend la date de naissance, le sexe, la situation amoureuse, les opinions politiques et religieuses. En outre, vous pouvez décider de marquer des événements de votre biographie sur les différents plans déjà cités.

23Ensuite vous avez la possibilité de compléter votre profil et de marquer vos goûts en matière culturelle (livres, musiques, films, séries télé) par des envois explicites ou des mentions j’aime, qu’il s’agisse de plats, d’activités, de restaurants, de sports… Deux catégories viennent encore compléter le portrait : à propos de vous et citations favorites.. Il est à noter que ces informations ne doivent pas être vraies, ni obligatoirement remplies ; elles peuvent donc être humoristiques (comme pour opinion religieuse annoncer œnologie).

24C’est la forme du classique curriculum version FB. C’est la première constitution biographique qui vous inscrit dans un réseau potentiellement actualisable puisque ces données vont aboutir par exemple à des suggestions par l’instance Facebook d’amis, de pages, d’activités. Mais on voit que les paramètres peuvent être plus ou moins fictifs ou laissés dans l’ombre, ce qui finalement donne aussi une dimension fictionnelle. L’autofiction commence là. Et l’ethos aussi selon la manière dont les rubriques ont été remplies

25Une fois cet ethos installé, l’interpellation ou la mention du nom propre du facebookien sur une photo par tag vient le confirmer. Voici quelques exemples me mettant personnellement en interpellation

  1. Je suis sûre que Laure Rosier-Van Ooteghem va adorer en parler à M. Bescherelle vendredi !
  2. L’injure : le point de vue d’un psychanalyste
    blogs.mediapart.fr
    à Laure Rosier-Van Ooteghem… un autre angle
  3. Voilà une question pour les linguistes, soumise par Monsieur Hubert. « On est tous noirs quelque part » ou « On est tous noir quelque part »… Laure Rosier-Van Ooteghem, Xavier Dessaucy, Carine Thévenet, un peu de lumière dans ce trou noir ?

Dans ces trois exemples, c’est la facette publique et professionnelle de linguiste (affirmée et revendiquée bien évidemment par moi-même) qui est directement sollicitée. Mais il existe aussi une série de tags de mon nom propre via des photos où l’on va trouver pêle-mêle mes supposées références intellectuelles (souvent justes d’ailleurs, puisque ceux qui taguent le font en connaissance de cause), mes supposées caractéristiques en tant que femme, mes goûts en matière de cuisine, d’humour, de lecture… Ce feuilleté identitaire extrêmement riche, construit en interaction et en fiction, me fait choisir l’étiquette d’autofiction pour caractériser l’identité facebookienne. Cette identité ressemble à un patchwork superposant des univers extrêmement diversifiés, où Gaspard de Vidame d’Urfé voisine avec des crocus fraîchement éclos et l’essayiste anticolonialiste Franz Fanon avec l’origine du monde de Courbet.

26C’est précisément ce patchwork construit à l’aide d’un système plurisémiotique interactif qui a retenu mon attention dans la construction de l’ethos. L’interpellation via mon nom propre instaure généralement une discussion (à moins que la question ne soit rhétorique) à partir d’une demande de solution ou de réaction de ma part : il y a donc un jeu sur les assignations identitaires. Pratiquant par ailleurs des collages de photos sur la toile, je tague les gens toujours de manière valorisante selon l’un des traits les plus saillants que la personne a choisi de mettre en avant. C’est là qu’intervient l’ethos, qui va en quelque sorte unifier dans la réception ces identités dispersées sous un ethos stéréotypé.

27L’ethos s’ancre dans la désignation de soi : en effet certains choisissent de ne pas mettre leur vrai nom mais un pseudonyme, plus ou moins transparent. Le pseudonyme lui-même peut être une sorte de « faux nom » (pas toujours identifiable comme tel s’il « sonne » comme un patronyme) ou un pseudonyme à visée comique, plus ou moins opaque, jouant sur le signifiant et/ou le signifié (par exemple San San Lau pour Sandrine Lauwereys). Orphée poète, Ptite Pimousse, Susplu gas, Jo Bassin… La communauté universitaire par exemple prend en charge majoritairement sa désignation civile réelle, ce qui va influer sur la manière de se mettre en scène sur le réseau pour garder la face universitaire.

28Dans la dimension interactive de l’ethos interviennent également les boutons aimer, partager et commenter (le technodiscursif, pour reprendre le terme de M.-A. Paveau). Voir défiler sur la droite de l’écran les activités de ses amis contribue aussi à la construction de l’ethos « mondain » : partager des informations ou des photos, recommander un article, aimer une page culturelle ou publicitaire…, c’est une dimension pratique de l’ethos in situ correspondant à l’identité agissante chez Cardon.

29Venons-en alors à la dimension plurisémiotique que constituent les photos : je me centrerai exclusivement sur la photo de profil et de couverture mais le post de photographies personnelles, médiatiques ou patrimoniales participe aussi à cette dimension plurisémiotique. Précisons que la mise en page de FB change à intervalles irréguliers et a notamment servi à compléter la mise en scène de soi par le dédoublement du profil en une photo de couverture et une photo de profil. La première est davantage utilisée comme une « une » et nous en dit donc plus sur les positions culturelles, sociales, politiques, esthétiques, éthiques liées à l’actualité que sur l’histoire personnelle de la personne. Elle fait aussi office de décor plus statique (vues de paysages, de végétaux)

30La photo de profil est un vecteur plus ou moins fixe dans la construction symbolique de soi. Il y a d’abord l’absence de photo et l’emploi du logo fourni par FB qui ne donne qu’une seule identité : le genre.

  • 17 Ce morcellement du corps trouve sa version intime dans la réduction aux parties sexuelles lors du s (...)

La photo de profil est extrêmement intéressante dans la construction de soi car elle est souvent, grâce aux caméras intégrées dans les ordinateurs (photo booth, par exemple), un autoportrait contraint par les conditions matérielles de production et qui joue avec les applications permises pour des « effets » à vocation esthétique, humoristique (effet assommée, miroir déformant effet écureuil, grenouille) et permettant aussi de se dévoiler tout en se dissimulant (sépia, crayon de couleur, pop art, bande dessinée, caméra thermique…). La photo de profil possède donc bien des contraintes matérielles de genre de discours avec la possibilité de se modifier sémiologiquement. L’une des caractéristiques par exemple est la réduction métonymique de soi à un partie de son visage ou de son corps, de nouveau comme un jeu sur le dévoilement et la préservation de soi17.

Je l’ai déjà mentionné, Facebook avait pour vocation principale de permettre aux membres du réseau de retrouver les amis perdus de vue après le parcours scolaire : mettre une photo de soi enfant ou adolescent permettait de favoriser ce contact tout en préservant une relative confidentialité sociale (ne pas exposer une photo de soi contemporaine et identifiable immédiatement). Dès lors, un grand nombre de personnes mettent régulièrement une photographie argentique rephotographiée avec un appareil numérique ou scannée de soi enfant ou adolescent. La temporalité, la mémoire autobiographique s’inscrit dans cette dimension icônique du « portrait » familial ou scolaire (photos individuelles ou de classe, en groupes).

31Poursuivant cette lignée, un grand nombre de photos relèvent du genre autoportrait, ce qui explique le cadrage commun dû à la pratique : les appareils numériques ou les Iphone et Blackberry permettent très facilement la pose bras tendu. Les photos en miroir avec la présence effective de l’appareil illustrent la dimension « pratique narcissique », ce qui augmente la valeur ajoutée d’une photo de soi prise par un autre.

32Affirmer et mettre en avant une dimension identificatrice première de son identité en réseau passe par le recours à des images publiques et médiatiques : mettre en photo de profil Karl Marx indique logiquement un militantisme de gauche, comme la mise en avant d’un slogan politique. Parfois l’engagement est plus ponctuel : le signe égal sur fond rouge (ci-dessous) a envahi momentanément la toile au moment où se débattait en France la loi pour le mariage pour tous, en signe de soutien au dit mariage.

33Ce n’est pas toujours aussi évident lorsqu’il s’agit d’un artiste ou d’un personnage imaginaire (ci-dessous la princesse rebelle de Disney ou Mafalda, l’héroïne du dessinateur Quino), les interprétations peuvent être davantage multipliées. Les images fonctionnent de façon métaphorique, analogique ou métonymique. Dans les images reprises ci-dessous, le corps nu étendu doit-il être compris comme une métaphore du corps réel, une idéalisation ou une liberté sexuelle ? Le paysage marin comme le reflet d’une attitude, un clin d’œil à ses origines ? Une part cachée, susceptible d’interprétation peut donc amener à des relations plus personnalisées et le dévoilement de soi se fait par paliers et non de façon brute.

Si l’on reprend les composantes avancées jusqu’ici dans la construction de l’ethos sur FB, on trouve donc

  • un ethos construit par la posture adoptée dans l’interaction, assimilable à un taxème,
  • un ethos construit par des biographèmes offerts par l’instance FB, préalable à l’activité sur le réseau (mais modifiable), en ce compris la dimension iconique,
  • un ethos dans l’interaction régulière et les possibilités en termes de praxis et de pratiques.
  • 18 Laurent Jenny, « L’autofiction », 2003 ; en ligne : http://www.unige.ch/lettres/framo/enseignements (...)

Ces ethos se construisant avec la parole, les images, les posts de l’autre en miroir aboutissent à une sorte d’autofiction au sens où l’avatar de FB, c’est « soi en mieux » : c’est le bon mot au bon moment, la bonne indignation, le bon relais médiatique, le bon indice de culture. C’est aussi pratiquer l’autodérision, prendre de la distance avec des aspects négatifs de la vie quotidienne, voire les transcender par une dimension philosophique. La dimension autofictionnelle peut prendre un aspect linguistique (la possibilité de parler de soi à la troisième personne par exemple qui constitue l’un des ressorts possibles de l’autofiction), mais ce n’est pas obligatoire. L’intention biographique donne un sens à l’abondance des informations postées par les membres du réseau : on construit « en live », par du discours, une lignée performative, en isolant soit des données individuelles soit des faits sociaux, politiques, culturels… Mais cela suffit-il à accréditer une dimension fictive, comme se le demande par exemple Laurent Jenny18 ? Le principe de l’aphorisation donne davantage corps à une dimension fictionnelle, qui crée l’écart entre les évènements réels et les évènements racontés : je cite ici Alain Robbe-Grillet cité par Laurent Jenny qui illustre cette pratique :

  • 19 Le miroir qui revient, p. 17, cité par L. Jenny, ibid.

Quand je relis des phrases du genre Ma mère veillait sur mon difficile sommeil, ou Son regard dérangeait mes plaisirs solitaires, je suis pris d’une grande envie de rire, comme si j’étais en train de falsifier mon existence passée dans le but d’en faire un objet bien sage conforme aux canons du regretté Figaro littéraire : logique, ému, plastifié. Ce n’est pas que ces détails soient inexacts (au contraire peut-être). Mais je leur reproche à la fois leur trop petit nombre et leur modèle romanesque, en un mot ce que j’appellerais leur arrogance. Non seulement je ne les ai vécus ni à l’imparfait ni sous une telle appréhension adjective, mais en outre, au moment de leur actualité, ils grouillaient au milieu d’une infinité d’autres détails dont les fils entrecroisés formaient un tissu vivant. Tandis qu’ici j’en retrouve une maigre douzaine, isolés chacun sur un piédestal, coulés dans le bronze d’une narration quasi historique (le passé défini lui-même n’est pas loin) et organisés suivant un système de relations causales, conforme justement à la pesanteur idéologique contre quoi toute mon œuvre s’insurge19.

Plus avant, Jenny cite également Marie Darrieussecq pour qui « l’autofiction est une assertion qui se dit feinte et qui dans le même temps se dit sérieuse ». Cette dimension s’applique bien, je trouve, au fait qu’on a l’habitude de caractériser la toile comme un univers virtuel et que, dès lors, la question de l’adéquation entre ce qui est dit, montré et ce qui existe dans le « réel » se pose toujours (tel qui, par exemple, demande à l’autre de la voir en vrai pour savoir si les photos sont celles d’une personne « réelle »). Cette identité-là est une identité narrative qui va superposer l’identité civile et l’identité agissante pour construite une identité numérique, ancrée dans un ethos interactif et toujours possiblement mouvant.

En guise de conclusion

34Je l’ai dit en introduction, l’étude des réseaux sociaux constitue un corpus extrêmement pertinent pour étudier la mouvance de nos identités multiples. Les autodéfinitions voisinent avec les assignations identitaires et révèlent une multiplicité subjective dans l’interaction. La présentation maîtrisée de soi doit laisser la part belle à l’hétéro-construction des autres qui vous configurent (voire vous restreignent) à une ou à des identités stéréotypées. Car l’autofiction fonctionne ainsi : être un ou une autre, c’est quand même toujours pouvoir être identifié selon des catégories dites « universelles » (archétypales) mais aussi culturalisées (ethno-socio-sexuo-typées). La citation de Colette mise en exergue de cet article le dit bien : notre construction individuelle se fait au travers de modèles qui sont nécessaires à la communication. Et qui en quelque sorte l’accréditent en la nommant.

35Il faudrait maintenant envisager d’analyser la manière dont des profils sur du long terme négocient avec cette identité autofictionnelle, comment celle-ci interagit avec l’identité civile et si elle permet de déterminer une identité agissante particulière. J’ai dans cet article plutôt traité des mécanismes identificatoires premiers constitutifs de l’ethos en interaction, la suite sera de mener la recherche sur la progression narrative de l’identité autofictionnelle facebookienne.

Notes

1 Une version remaniée de ce texte est parue sous le titre : « L’ethos sur Facebook : de l’interaction à l’autofiction », Johannes Angermuller et Gilles Philippe (dir.), Analyse du discours et dispositifs d’énonciation. Autour des travaux de Dominique Maingueneau, Limoges, Lambert-Lucas, 2015.

2 Dominique Cardon, « Réseaux sociaux de l’Internet », Communications 1/88, 2011, p. 141-148.

3 Erwing Goffman, « Footing », Semiotica no 25, p. 1-29.

4 Françoise Gadet, « Derrière les problèmes méthodologiques du recueil des données ». Texto ! juin-septembre 2003 [en ligne]. Disponible sur : <http://www.revue-texto.net/Inedits/Gadet_Principes.html>. Consulté le 5 avril 2013.

5 Marie-Anne Paveau, « Analyse discursive des réseaux sociaux numériques ». En ligne http://technodiscours.hypotheses.org/431. Consulté le 12 mai 2013.

6 Dominique Maingueneau, « L’ethos, de la rhétorique à l’analyse du discours ». En ligne, http://dominique.maingueneau.pagesperso-orange.fr/intro_c. s.d. Consulté le 14 mai 2013.

7 Michel Marcoccia, « La communauté virtuelle : une communauté en paroles », Actes du 3ème Colloque International sur les Usages et Services des Télécommunications : e-usages, Paris 12-14 juin 2001, Paris, ADERA/ENST/France Telecom, p. 179-189.

8 Cf. http://www.24matins.fr/facebook-une-etude-sociologique-analyse-les-tendances-narcissiques-de-ses-utilisateurs-12191)

9 M.-A. Paveau, La pensée du discours, en ligne. Pour les travaux de Marie-Anne Paveau, je me permets de renvoyer à son très riche blog de recherche que je suis régulièrement et où elle poste billets d’humeur, conférences, articles dont sont issus les extraits cités dans l’article : http://penseedudiscours.hypotheses.org.

10 Hervé Bommelaer, Booster sa carrière grâce au réseau, Paris, Éditions Eyrolles, 2012.

11 M.-A. Paveau, La pensée du discours, op. cit.

12 Déborah Meunier et Laurence Rosier, « La recette cvommentée sur la toile : un genre renouvelé ? », Bergen : Arena Romanistica 14, 2014, p. 224-243.

13 Dominique Cardon et Hélène Delaunay-Tétérel, « La production de soi comme technique relationnelle », Réseaux, 38, 2006, p 15-71

14 Hugues de Chanay et Laurence Rosier, « Caesar fecit pontem : la construction de l’ethos sur FB », intervention au colloque Le français parlé des médias, Montpellier 24-26 juin 2013 (à paraître).

15 Mat Hild, Et toi, t’es qui ? Petite typologie des profils facebook, Paris, Flammarion, 2012.

16 Dominique Cardon, « Le design de la visibilité. Un essai de typologie du web 2.0 », 2008, en ligne http://www.internetactu.net/2008/02/01/le-design-de-la-visibilite-un-essai-de-typologie-du-web-20/comment-page-1/. Consulté le 26 juin 2013.

17 Ce morcellement du corps trouve sa version intime dans la réduction aux parties sexuelles lors du sexting ou l’envoi des parties sexuelles de son propre corps dans des interactions de séduction érotique.

18 Laurent Jenny, « L’autofiction », 2003 ; en ligne : http://www.unige.ch/lettres/framo/enseignements/methodes/autofiction/afintegr.html#af020000. Consulté le 15 mai 2013.

19 Le miroir qui revient, p. 17, cité par L. Jenny, ibid.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/10346/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k

© Presses universitaires de Provence, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search