Version classiqueVersion mobile

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Deux doctrines pour trois partis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme la seconde partie de la première Provinciale, la deuxième lettre est bâtie sur un double présupposé. Au sujet de la grâce suffisante (comme sur le pouvoir prochain), il y a trois partis : jansénistes, thomistes, molinistes, mais il n'y a que deux doctrines. A considérer honnêtement les points litigieux, on doit conclure que jansénistes et thomistes sont en profondeur d'accord contre les molinistes. La conclusion s'impose : le vote de la Sorbonne, qui a vu la coalition des thomistes et des molinistes contre les jansénistes, ne peut être que le fruit d'une alliance tactique et contre nature. Cette argumentation, constamment reprise par Arnauld et Nicole, a été largement popularisée par Pascal. Elle prend dans leurs écrits les allures de l'évidence. Il faut pourtant se poser la question : est-ce si simple ? et les jansénistes, en exposant les doctrines molinistes et thomistes, les ont-ils fidèlement reproduites ? Rien ne garantit en effet l'exactitude des accords et désaccords qu...

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search