Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Une Provinciale bis ?

Volltext

1En apparence, la seconde Provinciale est consacrée tout entière à la définition de la grâce : on y parle d'un bout à l'autre de l'efficace et de la suffisante. Pascal n'y va pourtant guère plus au fond des choses que dans la première. Dans ce débat qui met en cause la tradition, il n'apporte aucune citation des Pères de l'Église ni des grands théologiens. Saint Augustin (p. 29) et saint Thomas (p. 31, 32, 33) y sont seulement mentionnés comme les auteurs d'une doctrine qu'on leur attribue en la résumant. Ils réapparaissent tous deux dans le développement final qui rappelle au dominicain "cette grâce victorieuse, qui a été attendue par les patriarches, prédite par les prophètes, apportée par Jésus-Christ, prêchée par saint Paul, expliquée par saint Augustin, le plus grand des Pères, embrassée par ceux qui l'ont suivi, confirmée par saint Bernard, le dernier des Pères, soutenue par saint Thomas, l'ange de l'École". Cette énumération de garants, destinée à faire impression sur le public, n'ajoute rien au contenu doctrinal de la lettre. Cette fois encore, Pascal n'essaie pas de mener devant le lecteur une discussion technique qui établirait magistralement, en opposant texte à texte, la vérité de telle doctrine par rapport à telle autre. Reprenant le thème et la méthode qu'il vient d'utiliser avec succès, il cherche surtout à disqualifier les adversaires d'Arnauld.

2Il défend le bon sens face à des attitudes présentées comme extravagantes. "Que dois-je donc faire, dit son personnage, dans cette nécessité inévitable d'être ou extravagant, ou hérétique, ou janséniste ? Et en quels termes sommes-nous réduits, s'il n'y a que les jansénistes qui ne se brouillent ni avec la foi ni avec la raison, et qui se sauvent tout ensemble de la folie et de l'erreur ?" (p. 27-28). Comme dans la première Provinciale, l'auteur élude les discussions théologiques pour examiner d'un point de vue logique la situation réciproque des partis en présence. On avait comparé les sens qu'ils donnaient à l'expression pouvoir prochain. On compare maintenant ceux de l'expression grâce suffisante pour montrer de nouveau qu'entre jésuites et nouveaux thomistes l'accord reste purement verbal. On termine sur une conclusion toute semblable. La fin de la première lettre invitait "les Messieurs de l'Académie" à "bannir" un mot barbare, cause de divisions. La fin de la deuxième souhaite voir "publier à son de trompe" le sens de la grâce suffisante des jacobins. L'emploi de termes ambigus ne sert qu'à fausser les problèmes. Seules des proclamations publiques empêcheraient de confondre d'importants débats sur la grâce et de simples querelles de vocabulaire.

3Tout ce qu'exprime la seconde Provinciale était déjà contenu en puissance dans la précédente. La discussion sur la grâce suffisante est l'autre face de la discussion sur le pouvoir prochain. On se place dans un cas du côté des dons de Dieu, de l'autre de leur effet sur l'action humaine. Celui qui a la grâce suffisantes le pouvoir prochain. Selon le sens donné au premier terme, le pouvoir de faire le bien aura plus ou moins de force effective, et pourra être ou non considéré comme prochain. Il n'est donc pas étonnant que la même sorte de comparaison aboutisse aux mêmes résultats. La deuxième lettre n'est, sans le dire, que la suite et la confirmation de la première. A l'échelle d'une Provinciale tout entière, elle ressortit de la méthode pascalienne de la reprise : la diversité de la présentation sert à cacher la nécessaire répétition pédagogique.

4Si l'idée à démontrer reste la même, la technique de la composition est différente, et la mise en scène a changé. L'enquêteur a perdu de sa naïveté. Il n'a plus le même empressement que dans la première lettre. Il ne se hâte plus dans les allées et venues qui en faisaient le piquant. La première partie se passe chez lui, et la seconde au couvent des dominicains. Il n'y a plus que deux lieux. Et, dans le même esprit de simplification, autour de l'auteur de la lettre, il n'y a que trois personnages : l'ami qui vient le visiter, le janséniste qu'il rencontre au couvent, le jacobin qu'il interroge. Dans un témoignage double, l'ami rapporte successivement la doctrine des jésuites, puis des dominicains sur la grâce efficace. L'épistolier interroge ensuite le nouveau thomiste, mais compare lui-même sa doctrine avec celle des jésuites et des jansénistes sans consulter ceux-ci directement. Les consultations ont été modifiées de façon à intérioriser, et par suite à synthétiser les convergences et les différences des diverses opinions. Au lieu de s'entrechoquer devant un témoin qui les recueille de la bouche de plusieurs personnes, elles sont présentées au provincial à partir de leur image contrastée dans la conscience unique de l'ami, puis de l'enquêteur. Le janséniste prend alors le relais. Il oblige le nouveau thomiste à comparer sa doctrine à celle des jésuites. Dans cette conférence à trois au couvent des jacobins, il tient structurellement le rôle de disciple de Le Moyne dans la première lettre. Mais, sans plus faire mine de tenir la balance égale entre les partis, Pascal n'a laissé en présence que ceux qui devraient, selon lui, être d'accord. Ce changement témoigne du glissement qu'il a subrepticement opéré : au lieu du silence volontaire des complices de la première Provinciale, un vrai dialogue s'engage entre le janséniste et celui qui devrait être son allié.

5L'auteur de la première Provinciale, qui voulait être "parfaitement instruit" (p.4), prenait "un soin particulier de s'informer". Celui de la seconde a de la chance : l'ami qui vient le voir est "très informé des questions du temps" (p. 21). Comme Pascal avait exprimé "en peu de mots" au provincial ce que cachait l'éclat de la Sorbonne, son ami lui dira "en un mot" les points "débattus entre les deux partis". L'information a cela de bon qu'elle démystifie en satisfaisant la curiosité. Elle a cela de commode que, même à propos de longues querelles portant sur des sujets difficiles, elle peut être acquise et transmise rapidement. Quelques pages suffisent (p. 21-25) : toute la substance de la deuxième Provinciale est contenue dans les explications données par le visiteur.

6Selon un schéma désormais connu, il oppose la grâce suffisante des jésuites à celle des jansénistes. Leur opposition (le "différend") apparaît clairement. Il définit alors la grâce suffisante des thomistes et la condamne bientôt au nom de la logique : les termes qu'ils emploient portent en eux-mêmes leur contradiction. Conclusion : les thomistes "sont conformes aux jésuites par un terme qui n'a pas de sens" et "ils leur sont contraires, et conformes aux jansénistes, dans la substance de la chose" (p. 22). On lisait pareillement dans la première lettre : "C'est se jouer des paroles de dire que vous êtes d'accord à cause des termes communs dont vous usez, quand vous êtes contraires dans le sens" (p. 17).

7La cause de l'attitude des thomistes n'a pas changé depuis la première Provinciale. Elle est seulement davantage développée. Leur union politique avec les jésuites vient de ce qu'ils ont, par peur, renoncé à leur traditionnelle volonté de combat. Cette alliance se retourne contre eux, puisque l'équivoque de l'expression grâce suffisante profite nécessairement aux molinistes qui emploient l'expression dans un sens immédiatement compréhensible de tout le monde. Aux luttes ouvertes du temps des congrégations de auxiliis, les jésuites ont préféré cette ruse afin de ne pas entrer de nouveau en conflit avec un ordre puissant. Pascal pourrait s'arrêter là : en quelques pages, il a parfaitement montré, avec leurs raisons, les diverses positions des trois partis par rapport à la grâce suffisante, et, indirectement, à la grâce efficace.

8La visite au couvent des jacobins n'a donc pas pour but d'informer le provincial (et le lecteur), mais de confirmer l'information. Fidèle à la méthode utilisée dans la première Provinciale, l'épistolier rapporte devant le dominicain la définition de la grâce suffisante que lui a précédemment donnée son ami. Les thomistes, lui avait-il dit, veulent "que les hommes n'agissent jamais avec cette seule grâce, et qu'il faille, pour les faire agir, que Dieu leur donne une grâce efficace qui détermine réellement leur volonté à l'action, et laquelle Dieu ne donne pas à tous" (p. 22). "Mais enfin, mon Père, interroge l'enquêteur, cette grâce donnée à tous les hommes est suffisante ? Oui, dit-il. Et néanmoins elle n'a nul effet sans grâce efficace. Cela est vrai, dit-il. Et tous les hommes ont la suffisante, continuai-je, et tous n'ont pas l'efficace? Il est vrai, dit-il" (p. 26). Pascal en tire symétriquement des effets comiques. "De sorte que, suivant cette doctrine, dit-il à l'ami, cette grâce est suffisante sans l'être. Justement, me dit-il : car, si elle suffit, il n'en faut pas davantage pour agir ; et si elle ne suffit pas, elle n'est pas suffisante" (p. 22). Et au religieux : "C'est-à-dire, lui dis-je, que tous ont assez de grâce, et que tous n'en ont pas assez ; c'est-à-dire que cette grâce suffit, quoiqu'elle ne suffise pas ; c'est-à-dire qu'elle est suffisante de nom et insuffisante en effet" (p. 26). On ne saurait ridiculiser davantage une notion évidemment vide de signification.

9Pour rendre sa démonstration plus évidente encore, l'auteur y ajoute un exemple pédagogique, celui du prieur qui donnerait à ses moines une nourriture qui serait suffisante à condition d'y ajouter "autre chose qu'il ne donnerait pas", et qui leur déclarerait pourtant qu'ils ont eu tout le nécessaire. Cette application de la définition de la grâce suffisante des thomistes à un exemple concret permet à Pascal d'enfoncer le clou, pour la troisième fois en deux pages : "Comment donc vous laissez-vous aller à dire que tous les hommes ont la grâce suffisante pour agir, puisque vous confessez qu'il y en a une autre absolument nécessaire pour agir, que tous n'ont pas ?" (p. 27). Nul progrès dans l'idée, mais seulement dans la situation : ce n'est pas devant un ami de l'auteur, non spécialiste, mais devant un nouveau thomiste, apportant au lecteur la garantie de son savoir, que définitions et conclusions ont été répétées. Tout chrétien de bonne foi se trouve donc obligé de reconnaître que les subtilités thomistes le placent dans une situation impossible.

10Les jansénistes n'étaient intervenus jusque là qu'en l'absence de leurs adversaires. Pascal donne maintenant la parole à l'un d'eux, rencontré à la porte du couvent. Inversant la démonstration précédente, ce personnage délaisse provisoirement l'idée de la conformité profonde des jansénistes et des thomistes pour dénoncer l'entente purement verbale des dominicains et des jésuites. Il raisonne par l'absurde. A supposer qu'il y ait vraiment accord des molinistes et des nouveaux thomistes, comment se manifeste-t-il ? Seulement par des mots. Il n'aurait donc pas d'importance s'il s'agissait d'une simple dispute d'école, dans lequel chacun saurait ce que les termes recouvrent. Mais le débat étant désormais public, on ne doit pas négliger la façon dont les honnêtes gens le comprennent. C'est pourquoi il est absurde que les thomistes se servent des mêmes termes que les jésuites sans manifester publiquement leur différence d'interprétation. Par cette sorte de restriction mentale, ils privent les honnêtes gens des informations dont ils ont besoin pour juger. Conformément à sa technique de la répétition dans la variation, dans cette troisième démonstration de la même idée, Pascal insiste, par le truchement du janséniste, sur l'aspect linguistique de la querelle, noté mais non développé dans les deux parties précédentes.

11Comme l'enquêteur, le janséniste ajoute à la démonstration logique un exemple pédagogique. Il invente une parabole. Il continue d'y raisonner par l'absurde en montrant les conséquences extravagantes d'une définition déraisonnable. S'inspirant de l'Évangile du Bon Samaritain dans saint Luc, Pascal introduit, dans un contexte qui la rend toute naturelle, l'expression chère aux jansénistes de "grâce médicinale". Il a surtout créé, dans un texte d'un ton différent, une nouvelle occasion de jouer sur les trois avis qui se réduisent à deux, tantôt selon l'accord politique des jésuites et des dominicains qui trichent sur les mots, tantôt selon la logique, en raison de la conformité profonde de la doctrine des jansénistes et des thomistes.

12A deux reprises, pour le montrer, Pascal évoque les circonstances historiques des progrès du molinisme et les efforts des dominicains pour s'y opposer. "Si vous aviez, explique l'ami, la connaissance des chose qui se sont passées sous les papes Clément VIII et Paul V, et combien la Société fut traversée par les dominicains dans l'établissement de sa grâce suffisante, vous ne vous étonneriez pas de voir qu'elle évite de se brouiller avec eux" (p. 24). Et le dominicain lui-même : "Tout ce que je vous puis dire en un mot est que notre ordre a soutenu autant qu'il a pu la doctrine de saint Thomas, touchant la grâce efficace... Ignorez-vous ce qui se fit sous Clément VIII et Paul V, et que, la mort prévenant l'un et quelques affaires d'Italie empêchant l'autre de publier sa bulle, nos armes sont demeurées au Vatican ?" (p. 31-32). Cette fois encore, en reprenant ce qui avait déjà été dit quasi dans les mêmes termes, le nouveau thomiste confirme la vérité de ce que Pascal avait affirmé au début de la Provinciale.

13Le thomiste de la première lettre était obligé de se taire sur l'injonction d'un moliniste disciple de Le Moyne en raison de l'accord passé entre les deux ordres. En l'absence de ses alliés d'occasion, le thomiste de la seconde lettre s'exprime librement. Mais c'est pour être de nouveau réduit au silence : un vrai dialogue avec un janséniste le contraint d'avouer qu'il se fourvoie. Il va jusqu'à reconnaître ouvertement qu'il n'est pas libre : appartenant à une communauté, il doit suivre les consignes qu'on lui donne. Le thomiste de la deuxième Provinciale ne parle que pour être contredit ou pour confirmer qu'on l'a réduit au silence.

  • 1 Voir le texte dans les documents n° 9, a.

14La deuxième lettre apparaît ainsi comme une nouvelle illustration de la collusion, toute politique, des ennemis d'Arnauld. Elle confirme, à propos de la grâce suffisante, ce qui avait été montré à propos du pouvoir prochain. Elle le fait à trois reprises, selon une progression d'autant plus contraignante qu'à l'évidence des propos d'un ami informé se joignent les conclusions d'une enquête personnelle, puis la reconnaissance des faits par un représentant de l'ordre mis en cause. Quand le lecteur entend ses aveux, il oublie que cette succession d'évidences n'est que le résultat d'une mise en scène. Entre la consultation initiale de l'ami et le dialogue final avec le dominicain, seule a changé la forme que l'auteur a donnée à une même fiction. Dans des situations apparemment différentes, c'est toujours la même idée qu'il répète, ou mieux qu'il représente. Comme le pseudo-épistolier, l'ami, le janséniste et même le nouveau thomiste ne sont que des avatars de Pascal. On le voit bien si l'on ouvre l'Avis imprimé du père Nicolaï. On y trouve curieusement la parabole du Bon Samaritain utilisée contre la proposition d'Arnauld1. Les mêmes textes prennent des sens opposés selon les auteurs qui les utilisent.

  • 2 A partir du 20 décembre, pour assurer l'ordre des débats troublés par les interventions intempesti (...)
  • 3 A la date du 22 janvier, il y avait eu 23 docteurs concluant à la censure et 6 seulement contre.
  • 4 Sur la question de fait, d'après le compte de la première Provinciale, il y eut 208 docteurs prése (...)

15Entre les deux premières Provinciales, du 23 au 29 janvier, il s'était passé bien des événements en Sorbonne. A l'initiative du doyen Mincé, on avait décidé le 17, au moment de commencer le débat sur le point de droit, que chaque docteur ne disposerait que d'une demi-heure pour donner son avis. Chose jamais vue à la Sorbonne, on avait apporté un sablier. Le pouvoir voulait empêcher les discours fleuves et les manœuvres dilatoires. Les jansénistes protestèrent contre cette mesure, mais on l'appliqua sans rigueur, et il n'y eut pas de difficultés jusqu'au 22 janvier. Ce jour-là, le docteur Bourgeois occupa à lui seul toute la séance. Il fallut la lever pour le faire taire. Le 24, pour le débat suivant, le chancelier Séguier vint lui-même présider l'assemblée pour y assurer le respect des règlements2. Invité à conclure, Bourgeois voulut reprendre une partie de son discours pour en retrouver le fil. Le chancelier l'obligea à finir. On écouta encore huit avis, dont ceux de deux docteurs favorables à Arnauld. Mais les jansénistes prirent prétexte de l'incident pour ne plus revenir siéger. Ils savaient bien que les jeux étaient faits. Un quart des avis seulement leur avait été jusque là favorable3. En se retirant, ils prenaient acte qu'ils n'avaient plus la majorité à la Sorbonne et portaient eux aussi le débat ailleurs, comme l'avait fait Arnauld, comme le faisaient les Provinciales. Ils fondaient leur départ sur la violence qu'on avait, disaient-ils, exercée contre leur droit d'expression. Cette sécession d'une forte minorité revenait en fait à refuser une autorité légitime dès lors qu'elle ne leur donnait pas raison. Cette révolte avait sa grandeur. Elle n'en était pas moins une sorte de schisme4.

16Tout alla désormais très vite. Du 25 au 29 janvier, les docteurs demeurés en séance, tous favorables à la censure, exposèrent brièvement leur avis. Au total, cent quarante-deux docteurs opinèrent, dont cent trente-trois contre la proposition d'Arnauld. Soixante docteurs avaient pris son parti en refusant de siéger, dont neuf seulement avaient eu le temps d'opiner en sa faveur. A la date de la seconde lettre, la censure, qui restait à rédiger, était donc déjà prononcée. L'auteur le dit dans une sorte de post-scriptum: "En fermant ma lettre, je viens d'apprendre que la censure est faite ; mais comme je ne sais pas encore en quels termes, et qu'elle ne sera publiée que le 15 février, je ne vous en parlerai que par le premier ordinaire". C'est la seule allusion directe de cette Provinciale à l'actualité. Pascal l'avait prise comme point de départ de sa première lettre. Il choisit dans la seconde d'affecter de l'ignorer.

  • 5 Nicole traduit illum ipsum quem nuper, comme s'il s'agissait du même docteur que dans la première (...)

17Il n'y attaque personne directement. On n'y parle ni de Le Moyne ni de Nicolaï, ni même d'Arnauld dont le nom ne figure pas dans l'annonce de la censure. L'auteur a voulu dénoncer les manœuvres des molinistes et les contradictions des thomistes en général et sans considération de personne. Même le jacobin, qui joue un si grand rôle dans cette lettre, y reste aussi anonyme que "l'ancien ami très informé" ou le bon ami "grand janséniste" : "Je demandai, écrit Pascal, un de mes nouveaux thomistes. Il fut ravi de me revoir". Ce religieux s'exprime au nom de la collectivité sans qu'on sache si c'est ou non le même que celui de la Provinciale précédente5. On ne le présente plus comme un disciple du père Nicolaï: on commence à penser que celui-ci n'est pas représentatif de la doctrine que les jansénistes attribuent à son ordre.

18En séance, l'ennemi d'Arnauld avait été pris par le temps. Pressé par les docteurs jansénistes de poursuivre sa démonstration malgré le nouveau règlement, il n'était pas tombé dans le piège afin de ne pas créer un précédent qui aurait profité à ses adversaires. Il n'avait prononcé que la première partie de son Avis, réservant l'autre pour l'impression. Pascal en tire une scène amusante : "N'est-ce pas, lui demande-t-on, l'opinion de votre école ? Oui, dit le bon Père ; et je l'ai bien dit ce matin en Sorbonne. J'y ai parlé toute ma demi-heure ; et, sans le sable, j'eusse bien fait changer ce malheureux proverbe qui court déjà dans Paris : Il opine du bonnet comme un moine en Sorbonne". Et d'avouer piteusement qu'on ne parle plus "tant qu'on veut", mais qu'on parle "aussi peu qu'on veut" (p. 26). Nul réalisme dans ce passage : Nicolaï a parlé le 21, non le 29. Mais une sorte de clin d'œil au lecteur averti, qui voit un moment se profiler, derrière le thomiste penaud de la Provinciale, l'ombre de l'arrogant professeur de théologie de la rue Saint-Jacques. Volontairement négligé, le débat de Sorbonne est, par ce biais, présent dans la deuxième lettre. Et le sablier y trône comme un symbole : on entrave l'ordinaire liberté d'expression des docteurs. A défaut d'occuper le premier plan, les circonstances forment la toile de fond de la nouvelle Provinciale.

19Un glissement s'est produit, dès les premières lignes, qui montre qu'elle est loin d'être aussi théorique qu'on aurait pu le croire.

20Les doctrines s'y incarnent dans des hommes. On avait parlé dans la première lettre des molinistes, c'est-à-dire des disciples de Molina soutenant ses opinions. Alphonse Le Moyne, leur chef de file, était un docteur de Sorbonne, à laquelle, comme on sait, les jésuites n'avaient pas accès. La deuxième Provinciale ne parle que des jésuites, communauté organisée, dont l'ami de l'auteur, dès le premier paragraphe, prétend "connaître le secret". On passe donc définitivement de la Faculté de théologie, où siègent des individus, au monde des ordres religieux où règnent l'intrigue et la cabale.

21Les jésuites ne sont pourtant pas encore la cible principale des Provinciales. Après avoir fait la part à peu près égale aux thomistes et aux molinistes, Pascal avait, dans sa première lettre, conduit le lecteur au couvent de la rue Saint-Jacques, présenté comme le centre du complot. Il l'y conduit à nouveau dans la seconde. Mais la comédie qui terminait la première Provinciale se transforme à la fin de celle-ci en une sorte de sermon éloquent et pathétique : les thomistes ont trahi la cause de la grâce. Ils ont surtout trahi Arnauld: sans ce que ses partisans considèrent comme une défection, il n'y aurait pas eu à la Sorbonne de majorité pour la censure. Par ce biais, les objurgations au dominicain de la rue Saint-Jacques appartiennent elles aussi à l'actualité. Pascal y a déjà trouvé les accents qu'il utilisera à la fin de la dixième lettre pour reprocher pareillement au casuiste jésuite d'avoir failli à sa mission. La reprise des mêmes idées, qui tait de cette seconde Provinciale une sorte de Provinciale bis, se trouve donc contrebalancée par des variations de ton qu'on ne trouvait pas dans la première lettre. La parabole imitée de l'Évangile va dans le même sens. Au plaisant, l'auteur a cette fois mêlé beaucoup plus de sérieux.

22Malgré des expressions ou des épisodes comiques, la nouvelle lettre ne traite pas de la grâce suffisante comme la précédente avait traité du pouvoir prochain. Elle suppose le lecteur intéressé d'avance à la dispute qu'on lui soumet. On n'a plus à faire à un journaliste avide d'interview, mais à un honnête homme, déjà grosso modo informé, qui se plaît à approfondir ses connaissances près de bons spécialistes. On demeure toujours à la surface des choses, puisque l'on se borne à comparer des définitions sans en chercher le pourquoi et le comment dans les textes des Pères, mais on a l'impression que l'auteur cherche désormais moins à plaire qu'à instruire. A y regarder de près, la seconde Provinciale n'a guère de contenu théologique, mais Pascal a eu l'habileté de donner l'impression qu'elle en a beaucoup. Puisqu'il avait d'une lettre à l'autre à peine renouvelé sa matière, il devait bien à son lecteur d'avoir un peu changé de manière.

Anmerkungen

1 Voir le texte dans les documents n° 9, a.

2 A partir du 20 décembre, pour assurer l'ordre des débats troublés par les interventions intempestives des docteurs jansénistes, le chancelier Séguier était venu présider les disputes de Sorbonne sur la question de fait. Il avait cessé de venir après la première censure. Il revint le 24 après l'obstruction du docteur Bourgeois et cessa de nouveau d'assister aux séances après le départ des docteurs jansénistes.

3 A la date du 22 janvier, il y avait eu 23 docteurs concluant à la censure et 6 seulement contre.

4 Sur la question de fait, d'après le compte de la première Provinciale, il y eut 208 docteurs présents (dont 7 évêques).On recueillit 122 avis hostiles à Arnauld, 71 favorables, 15 docteurs étant restés "indifférents". Sur la question de droit, d'après le compte de Beaubrun, il y eut au début des débats 202 docteurs (dont 5 évêques). Le parti d'Arnauld se trouva réduit aux 60 docteurs qui renoncèrent à siéger. L'évêque de Saint-Brieuc, seul prélat qui lui avait été favorable sur le point de fait, ne revint pas quand commença le débat sur le point de droit. Tout cela montre combien la situation d'Arnauld ne cessait de se dégrader en Sorbonne.

5 Nicole traduit illum ipsum quem nuper, comme s'il s'agissait du même docteur que dans la première Provinciale. Pascal avait préféré laisser planer un doute.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540