Version classiqueVersion mobile

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Une démystification mythique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La seconde partie de la première Provinciale est largement imitée d'un ouvrage généralement attribué à Pierre Nicole : Défense de la proposition de M. Arnauld touchant le droit contre la première Lettre de M. Chamillart, docteur de Sorbonne1. Pascal en a tiré le sujet de sa comédie : le pouvoir prochain. Il y a trouvé le principe de son raisonnement : "C'est le propre des erreurs de se combattre elles-mêmes aussi bien qu'elles combattent la vérité". Unis pour "flétrir" Arnauld par la censure de la Sorbonne, thomistes et molinistes sont en total désaccord sur le sens de l'expression qui leur sert de machine de guerre. On était persuadé à Port-Royal que l'entente de leurs parties ne subsisterait que dans le silence. L'auteur de la Défense leur donne donc longuement la parole. Alphonse Le Moyne et le père Nicolaï y exposent contradictoirement leurs idées :"M.Le Moyne répondra [...] mais le père Nicolaï l'interrompra [...] M.Le Moyne doit répondre au père Nicolaï selon ses principes [.....

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search