Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Entre littérature, philosophie et politique : présences (et absences) liviennes dans la trame culturelle des Temps Modernes

25. Les Considérations de Montesquieu, ou comment penser l’histoire romaine (presque) sans Tite-Live

David Engels

Texte intégral

Charles-Louis de Secondat Montesquieu (1689-1755)

Considérations sur les causes de la grandeur des Romains, et de leur décadence

Lyon : [s.n.], 1807

SJZ.6.252F.11

1La « Querelle des Anciens et des Modernes », qui, en 1687, avait opposé, avec comme protagonistes Boileau et Perrault, les défenseurs d’une stricte imitation de l’Antiquité et ceux réclamant le droit à l’innovation artistique, avait contribué dans une certaine mesure à briser le monopole que détenait le modèle gréco-romain dans le domaine des arts et de la pensée. En effet, bien que, dans l’art baroque, la pensée mathématique ou encore le domaine du roman, la civilisation européenne se fût déjà engagée sur un chemin bien différent de celui de l’Antiquité, la formulation des idées sous-tendant ces innovations était encore restée largement dépendante des approches théoriques développées par les Grecs et les Romains. La fin du « Grand Siècle » de Louis XIV et de la rigidité quelque peu anachronique qui le caractérisait, surtout vers la fin, la libération artistique liée au développement de l’art rocaille, l’expansion massive de l’Europe vers les autres continents et finalement la (re)découverte de la réalité matérielle de l’Antiquité par les fouilles à Pompéi et en Grèce – tous ces éléments contribuèrent à scinder, dans la conscience des contemporains, le monde européen moderne et l’Antiquité classique et permirent, dès lors, la relance d’un intérêt scientifique pour cette époque non plus dans un esprit de continuité ou d’imitation, mais de philosophie historique. L’un des exposants les plus influents de cette nouvelle approche fut Montesquieu, dont les antiquisants retiennent essentiellement les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence.

2La vie de Charles-Louis de Secondat, baron de Montesquieu, est bien connue, et nous n’en retracerons ici que les éléments les plus essentiels pour la compréhension du contexte de son œuvre. Né en 1689, et ayant reçu une solide formation en latin et en histoire avant d’entamer des études de droit à Bordeaux, il fut reçu, en 1714, conseiller au Parlement de Bordeaux, dont il occupa dès 1716 la charge de président à mortier, héritée, au même titre que le nom de « Montesquieu », de la part de son grand-père par le biais d’un oncle décédé. L’an 1721 vit la publication (de manière anonyme et à Amsterdam) de ses Lettres persanes, véritable manifeste des « Lumières », qui le rendirent vite célèbre, notoriété accrue par la publication, en 1724, du roman pastoral Le Temple de Gnide. Montesquieu vendit en 1726 sa charge au Parlement de Bordeaux, s’installa plus durablement à Paris et fut reçu, en 1728, à l’Académie française, après avoir échoué une première fois. Les années jusqu’en 1731 furent occupées essentiellement par de nombreux voyages en Autriche, Hongrie, Italie, Allemagne, Hollande et Angleterre, qui lui permirent de se faire une image immédiate de la situation politique et sociétale de l’Europe contemporaine et d’être admis à la fois à la Royal Society de Londres et dans de nombreux réseaux de franc-maçonnerie. Ayant renoncé à son rêve de carrière diplomatique et après des années d’études érudites, Montesquieu se lança, en 1734, dans la publication des Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, d’abord publiées aux Pays-Bas, puis, après une série d’altérations permettant de rencontrer les arguments de la censure royale, à Paris. Le livre fut d’ailleurs préparé intellectuellement et scientifiquement par une série d’études préalables sur l’Antiquité, notamment la Dissertation sur la politique des Romains dans la religion (1716), le Dialogue de Sylla et d’Eucrate (1725), les Réflexions sur la sobriété des habitants de Rome comparée à l’intempérance des anciens Romains (1732) et enfin les Réflexions sur la Monarchie universelle (1734), où l’Empire romain joue un rôle clef. En 1747, Montesquieu, qui s’était forgé un solide réseau d’amitiés européennes, fut admis à l’Académie royale de Prusse, et en 1748, il publia son œuvre phare, De l’esprit des lois, détournant à nouveau la censure française par une impression à Genève, bien que le livre fût mis à l’index dès 1751 et y soit resté en dépit d’une Défense de l’esprit des lois publiée en 1751. Montesquieu entama également une révision des Considérations et mourut en 1755 à Paris.

3L’objectif des Considérations, l’œuvre nous intéressant ici, est complexe, d’autant plus que l’ouvrage est curieusement dépourvu d’introduction, car bien que Montesquieu ait commencé la rédaction d’une préface (le manuscrit est toujours conservé), il semble avoir décidé de ne pas inclure ce texte dans la première impression du livre en 1734. Son contenu est pourtant révélateur de la genèse difficile de l’ouvrage :

« Je n’avais d’abord pensé qu’à écrire quelques pages sur l’établissement de la monarchie chez les Romains mais la grandeur du sujet m’a gagné, j’ai remonté insensiblement aux premiers temps de la République et j’ai descendu jusqu’à la décadence de l’Empire. »

  • 1 Salluste, Histoires, I, 16.

4En effet, ce qui semble évident à la lecture de l’œuvre, c’est qu’à la différence de Machiavel (que Montesquieu admire pourtant beaucoup et dont les Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio seront une constante source d’inspiration pour les Considérations), il s’agit non pas d’une étude institutionnelle ou morale, mais surtout philosophique. Ainsi, Montesquieu, à la différence de la plupart de ses prédécesseurs, tente de différencier les simples déclencheurs superficiels des véritables causes de l’histoire : « En un mot l’allure principale entraîne avec elle tous les accidents particuliers » (Considérations, 18). Il se démarque ainsi à la fois d’une approche plutôt mécanique de l’histoire, comme on peut la trouver chez Machiavel, et d’une analyse plutôt téléologique, voire théologique, comme chez Bossuet, autre grande source d’inspiration de Montesquieu. Ainsi, il reprend clairement les arguments de Salluste1 en expliquant :

« La grandeur de l’État fit la grandeur des fortunes particulières ; mais, comme l’opulence est dans les mœurs, et non pas dans les richesses, celles des Romains, qui ne laissaient pas d’avoir des bornes produisirent un luxe et des profusions qui n’en avaient point. Ceux qui avaient d’abord été corrompus par leurs richesses le furent ensuite par leur pauvreté ; avec des biens au-dessus d’une condition privée, il fut difficile d’être un bon citoyen ; avec les désirs et les regrets d’une grande fortune ruinée, on fut prêt à tous les attentats ; et, comme dit Salluste, on vit une génération de gens qui ne pouvaient avoir de patrimoine, ni souffrir que d’autres en eussent. » (Considérations, 10)

Portrait de Montesquieu issu de : Oeuvres complètes de Montesquieu […]. Paris, 1846

5Dès lors, bien que Montesquieu ait tendance à être nettement moins critique par rapport à ses sources que, par exemple, Saint-Évremond lui-même dans ses célèbres Réflexions sur les divers génies du peuple romain dans les divers temps de la République de 1663, l’approche souvent un peu naïve des textes anciens (notamment pour ce qui est de l’histoire de la royauté romaine) reste d’une importance relativement secondaire en raison de l’objectif essentiellement philosophique de l’ouvrage, qui tente de démontrer que les raisons de la décadence romaine étaient justement les mêmes que celles qui avaient amené auparavant sa grandeur, ouvrant ainsi l’horizon pour une perspective plus globale et dynamique de l’histoire dans sa longue durée :

« Rome était faite pour s’agrandir, et ses lois étaient admirables pour cela. Aussi, dans quelque gouvernement qu’elle ait été, sous le pouvoir des Rois, dans l’aristocratie ou dans l’État populaire, elle n’a jamais cessé de faire des entreprises qui demandaient de la conduite, et y a réussi. Elle ne s’est pas trouvée plus sage que tous les autres États de la terre en un jour, mais continuellement ; elle a soutenu une petite, une médiocre, une grande fortune, avec la même supériorité, et n’a point eu de prospérités dont elle n’ait profité, ni de malheurs dont elle ne se soit servie. Elle perdit sa liberté parce qu’elle acheva trop tôt son ouvrage. » (Considérations, 9)

  • 2 Nous n’aborderons pas le fait problématique que Montesquieu – à l’instar des savants de son temps e (...)

6Quant à la place de Tite-Live dans les Considérations, elle reste, somme tout, assez discrète. Tout d’abord, le nombre de références à des auteurs de l’Antiquité est finalement assez restreint ; Montesquieu ne les cite généralement qu’en cas de désaccord entre ses sources, pour relayer un bon mot ou pour renvoyer à des faits moins connus du grand public. L’objectif principal n’est en effet ni une narration historique des faits et gestes, ni une étude de la mentalité des Anciens, mais bien une suite de considérations philosophiques constamment nourries par l’exemple de l’Antiquité romaine. Ensuite, en ce qui concerne les références à Tite-Live proprement dites, force est de constater que statistiquement, Montesquieu se réfère nettement plus à Tacite et à Cicéron, pourtant beaucoup moins utiles pour une étude de la « longue durée » de l’histoire de Rome que le Padouan, d’autant plus qu’à cette époque, l’ouvrage qui aurait pu justifier le plus ce choix, le De re publica cicéronien, n’était connu, à l’exception du songe de Scipion, que par des citations venant d’autres auteurs. Le peu de place qu’occupe finalement Tite-Live dans les Considérations est d’autant plus marquant quand on considère que Montesquieu, lorsqu’il le peut, préfère se référer aux auteurs grecs qu’à Tite-Live pour l’histoire républicaine, si bien que, pour les origines de Rome, il utilise surtout Denys d’Halicarnasse, et pour l’époque classique, essentiellement Appien et Polybe, les références à Tite-Live concernant surtout les livres IV à X et certaines questions d’histoire militaire. Il y a à cela évidemment des raisons pratiques. Ainsi, tout d’abord, Denys était beaucoup plus complet que Tite-Live, Polybe plus lisible dans l’organisation de son récit, et Appien plus commode à cause de la trame géographique et non annalistique de son œuvre. L’on a spéculé aussi sur la possibilité que cette répartition eût pu avoir également des raisons linguistiques, les traductions latines de ces auteurs grecs – Montesquieu ne semble pas avoir maîtrisé le grec – étant d’une lecture nettement plus facile que celle de Tite-Live, mais nous nous garderons de rentrer ici dans le débat complexe sur le degré de facilité avec lequel Montesquieu maniait le latin. Outre cet aspect pratique, le constat d’un relatif délaissement de Tite-Live s’explique probablement aussi par l’utilité somme toute fort réduite des parties conservées de l’Ab Urbe condita en tant que source immédiate d’analyses ou d’aphorismes concernant non pas les raisons de la « grandeur » de Rome, mais celles de sa « décadence », laquelle est clairement le véritable centre d’intérêt de Montesquieu, en dépit du titre de l’œuvre2. Cette hypothèse est d’ailleurs confirmée par la fréquence plus importante de références concrètes à Tite-Live dans l’Esprit des Lois (40) que dans les Considérations (18) : alors que ces dernières sont centrées sur l’idée du déclin, le premier ouvrage élargit l’horizon à l’histoire constitutionnelle et juridique de Rome et se caractérise donc par une approche nettement plus centrée sur la République que sur l’Empire (à une époque où le droit républicain ne trouvait guère d’adeptes en France). Outre ces aspects assez généraux expliquant la position occupée par Tite-Live dans les Considérations, mentionnons aussi que Montesquieu ne semblait pas apprécier particulièrement le style de Tite-Live, qu’il jugeait comme trop rhétorique :

« Je m’imagine qu’Annibal disait très peu de bons mots et qu’il en disait encore moins en faveur de Fabius et de Marcellus contre lui-même. J’ai du regret de voir Tite-Live jeter ses fleurs sur ces énormes colosses de l’antiquité ; je voudrais qu’il eût fait comme Homère, qui néglige de les parer, et qui sait si bien les faire mouvoir. » (Considérations, 5)

7Ce jugement assez sévère – qui contraste avec l’admiration que l’on professait depuis la Renaissance pour les discours liviens – se trouve d’ailleurs reflété dans les Pensées, où l’on peut lire le compliment suivant, visiblement ironique :

« Tite-Live est un peu déclamateur, et, ce qu’il y a d’admirable, il ne l’est pas dans ses belles harangues : c’est que là on ne le paraît pas tant. » (Pensée 881)

8Dans un premier temps, les Considérations furent en somme assez mal reçues par les critiques avant de développer tout leur effet, et ce pour plusieurs raisons. D’abord, les contemporains critiquaient leur concision excessive, dont la nature souvent aphoristique frôle régulièrement l’obscurité, du moins pour le lecteur qui, au lieu de relever le défi de rejoindre Montesquieu en méditant indépendamment de l’auteur les événements décrits, s’attend à un traitement plus pédagogique et explicite du sujet. Ensuite, les lecteurs furent frappés par ce qui parut être un certain désordre dans l’organisation de la matière, car bien qu’à la surface, les Considérations suivent le récit chronologique de l’histoire, l’analyse que l’auteur en fait, ainsi que les maximes qu’il en tire, parurent nettement plus associatives que systématiques. Enfin, il ne faut pas oublier que l’expérience de la censure française obligeait Montesquieu (en dépit de la publication initiale des Considérations aux Pays-Bas) à condenser sa réflexion tout en laissant de nombreuses conclusions découlant inévitablement de ses analyses à la discrétion du lecteur au lieu de les verbaliser explicitement. Néanmoins, et en dépit des réserves des critiques, l’impact des Considérations sur l’image que les contemporains et la postérité se firent de l’histoire romaine fut immense, et le nombre d’auteurs qu’elles inspireront légion, notablement Edward Gibbon et sa History of the Decline and Fall of the Roman Empire (1776). Signalons aussi, parmi beaucoup d’autres, l’influence majeure qu’exercèrent les Considérations sur la pensée de Frédéric le Grand, qui annota copieusement sa version de l’ouvrage, l’édition de 1734, et consigna par exemple, en marge des remarques de Montesquieu sur la Macédoine au chapitre 5, une remarque souvent exploitée par la suite afin de démontrer l’existence, déjà au xviiie siècle, du projet d’une unification allemande par la Prusse :

« Ces rois de Macédoine étoient ce qu’est un roi de Prusse et un roi de Sardaigne de nos jours. »

9Pour la petite histoire, cette version annotée tomba d’ailleurs dans les mains de Napoléon Ier lors de son séjour à Sanssouci en 1806 et de son inspection de la bibliothèque personnelle du Grand Frédéric. Napoléon, succombant à une tentation bibliophile et usant du droit du vainqueur, emporta cet exemplaire dans sa poche en quittant le château, et c’est ainsi que le précieux livre fut rapporté en France. L’histoire ne s’arrête pas là : l’exemplaire privé de Frédéric II semble avoir été prêté ensuite (volontairement ou involontairement) à Talleyrand, qui, lui aussi, « oublia » de le restituer à la bibliothèque des Tuileries, si bien que les remarques de Frédéric II permettant de retracer le dialogue intellectuel entre les auteurs romains, Montesquieu et le grand roi prussien ne furent livrées au public que par une édition de 1876.

10Dès lors, il n’est guère étonnant que les Considérations aient conservé, pendant tout le xixe siècle, leur statut de classique, bien qu’à un degré moindre que L’Esprit des lois. C’est justement dans ce contexte que s’inscrit aussi l’exemplaire présenté dans l’exposition. Comme le démontre la succession de notes et de cachets sur les premières pages, le livre, imprimé en 1807 à Lyon, fut d’abord remis, le 19 août 1824, comme 2e prix (l’on aurait aimé connaître le 1er – peut-être Bossuet ?) dans un concours de rhétorique française, à un élève dont le nom n’a malheureusement pas survécu au vieillissement de l’encre. Ensuite, il tomba dans les mains d’une autre personne qui semble l’avoir acquis à Liège le 7 mars 1852, fait commémoré par non moins de cinq courtes mentions de la même plume, qui tint aussi à identifier cette ville par son toponyme germanique (« Lüttig », aujourd’hui « Lüttich »). L’ouvrage semble d’ailleurs être resté dans cette région frontalière entre la Belgique et ce qui allait devenir l’Allemagne, car un cachet indique que l’ouvrage devint propriété du collège des Jésuites de la ville de Verviers (« Bibliotheca Magistrorum collegii S.J. Verviensis »), fondé en 1855, avant d’aboutir, finalement, au « Centre de Documentation et de Recherche Religieuses » namurois, dont le fonds a été intégré il y a peu à celui de la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin – habent fata sua libelli.

Bibliographie

Orientation bibliographique

L. Althusser, Montesquieu, la politique et l’histoire, Paris, 2003.

A. Cambier, Montesquieu et la liberté, Paris, 2010.

P. M. Martin, « Tite-Live et Montesquieu », dans R. Chevallier, R. Poignault (éds), Présence de Tite-Live. Hommage au Professeur P. Jal, Tours, 1994, pp. 155-168.

E. Mass (éd.), Montesquieu zwischen den Disziplinen. Einzel- und kulturwissenschaftliche Zugriffe, Berlin, 2010 (voir surtout V. de Senarclens, « Montesquieus historische Herangehensweise am Beispiel Roms », pp. 125-133).

P. Postigliola (éd.), Storia e ragione, Naples, 1986.

V. de Senarclens, Montesquieu historien de Rome : un tournant pour la réflexion sur le statut de l’histoire au XVIIIe siècle, Genève, 2003.

R. Shackleton, Montesquieu, bibliographe critique, Grenoble, 1977.

Notes

1 Salluste, Histoires, I, 16.

2 Nous n’aborderons pas le fait problématique que Montesquieu – à l’instar des savants de son temps et des siècles précédents – considérait l’œuvre de Florus comme un simple abrégé de Tite-Live et croyait donc relater les avis de ce dernier en citant le premier à propos de la République tardive.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Portrait de Montesquieu issu de : Oeuvres complètes de Montesquieu […]. Paris, 1846
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 483k

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search