Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Entre littérature, philosophie et politique : présences (et absences) liviennes dans la trame culturelle des Temps Modernes

24. L’Ab Urbe condita, laboratoire de la pensée politique de Machiavel

David Engels

Texte intégral

Machiavel (1469-1527)

Tutte le opere di Nicolo Machiavelli […] divise in V. parti

In Geneva : presso Pietro Aubert, 1550 (date fictive)

R16A0551

1L’impact de Tite-Live sur la pensée politique de la Renaissance et du début de l’époque moderne est énorme. Alors que le Moyen Âge représentait, par le biais des biographies d’empereurs telles que celles de Suétone, l’apogée de la réception, voire, d’un certain point de vue, de la continuité de l’idéologie impériale romaine, le nouveau paradigme culturel engendré aux xve et xvie siècles se nourrissait essentiellement d’un appel au retour aux sources. D’abord, un retour aux sources de la croyance chrétienne et donc une mise en cause de la hiérarchie ecclésiastique au profit de la restitution d’une simplicité paléochrétienne ; puis, un retour aux sources des institutions politiques et donc une mise en cause du modèle institutionnel de l’Empire au profit de celui de la République. La redécouverte de Tite-Live, auteur relativement peu lu au Moyen Âge et à peu près absent des grandes traditions manuscrites, s’inscrivit parfaitement dans cette double dynamique. Ainsi, d’un côté, sa religiosité nuancée, aux antipodes à la fois du faste du culte impérial et de l’intériorité moralisante du christianisme, et pourtant en apparence profondément empreinte d’un traditionalisme simple et authentique, semblait parfaitement apte à exprimer le particularisme religieux naissant de l’Italie septentrionale. Il y avait d’un autre côté sa nostalgie des débuts de l’histoire de Rome, attestée par les nombreux détails toponymiques ou prosopographiques antiquaires mentionnés avec tant d’amour, et par la description édifiante des liens immédiats entre l’excellence morale et le succès politique de la petite cité tibérine. De ce point de vue aussi, les conditions étaient idéales pour que le paradigme romain, jusque-là généralement réservé à la légitimation des grandes constructions impériales telles que le Saint Empire, puisse être investi par les nombreux États italiens de la Renaissance ; d’autant plus que le moralisme livien n’excluait nullement sa sympathie pour l’intelligence avec laquelle les Romains « aidaient » souvent les prédictions des divinités.

2Dès lors, ce n’est guère étonnant qu’un penseur de premier ordre tel que Nicolas Machiavel (1469-1527), dans sa tentative d’adopter et d’adapter la pensée antique dans le cadre de l’Italie des xve et xvie siècles, se soit penché sur Tite-Live, d’autant plus que son père, le juriste Bernardo Machiavelli, avait déjà rédigé, en 1476, un index toponymique de l’Ab Urbe condita et avait légué à son fils son exemplaire précieux de l’œuvre livienne. Nul besoin de retracer ici en détail la biographie complexe et tourmentée du grand Florentin. Né à Florence en 1469, l’année de la prise de pouvoir de Laurent le Magnifique, il jouit d’une solide formation en latin (mais non en grec) et fut contemporain des guerres d’Italie, au cours desquelles la monarchie nationale française et le Saint Empire se disputaient l’hégémonie sur les nombreux États italiens. Témoin, en 1494, après l’invasion de l’Italie par Charles VIII, de la chute de Piero de’ Medici et de l’établissement éphémère du règne du moine et prophète Savonarole, Machiavel devint, lors de la restitution de la République en 1498, secrétaire à la Deuxième Chancellerie, chargée des relations avec l’étranger et de la gestion de la guerre. Machiavel développa une intense activité diplomatique et entreprit à cet effet de nombreux voyages en Europe qui le mirent aux prises avec les types de gouvernement les plus variés. En 1509, Machiavel arriva au sommet de sa carrière en organisant la reconquête florentine de Pise. La chute, en 1512, sera d’autant plus dure, car l’ascendant espagnol amena le retour des Médicis et provoqua, avec la disgrâce des adhérents du gouvernement déchu, celle de Machiavel. Celui-ci profita de sa retraite involontaire pour se lancer, de 1513 à 1521, dans la rédaction des Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio (« Discours sur la première décade de Tite-Live »), dont il tira, en 1513, un petit précis intitulé De principatibus destiné à devenir, au terme de nombreuses révisions, le célèbre Prince (Il principe). Ses expériences dans le domaine militaire donneront également naissance, durant cette période, au traité sur l’art de la guerre (Arte della Guerra), et son intérêt pour l’histoire de sa ville natale aux Histoires florentines (Istorie fiorentine), commanditées par le pape Médicis Clément VII et achevées en 1525. Après de longues tentatives de rapprochement avec les nouveaux souverains de Florence, Machiavel réussit finalement à être réintégré dans le service de l’État, et fut chargé par les Médicis, en 1525, de surveiller le renforcement des fortifications de la ville. Néanmoins, cette nouvelle activité ne fut que de courte durée, car le sac de Rome par les troupes de Charles Quint en 1527 amena à nouveau la chute des Médicis et, par conséquent, la disgrâce de leurs adhérents, dont cette fois-ci Machiavel, qui ne se relèvera pas de ce nouveau coup du sort et mourra quelques mois plus tard dans l’indigence.

3La référence, directe ou indirecte, à Tite-Live traverse l’entièreté des écrits de Machiavel et constitue une source d’inspiration permanente non seulement pour le Prince, mais aussi et surtout pour l’ouvrage dédié principalement à l’analyse politique de l’œuvre du Padouan, les Discours sur la première décade de Tite-Live. Machiavel suit ici de près le texte de Tite-Live dont il résume ou cite systématiquement les passages qui lui semblent notables en les prenant comme point de départ d’une série souvent très associative d’explications, d’analyses, de conseils et d’exemples historiques tirés à la fois de l’histoire romaine et de l’histoire italienne contemporaine. La trame du commentaire n’est pas chronologique, mais plutôt thématique : ainsi, l’œuvre est divisée en trois livres, dont le premier concerne la politique intérieure (60 chapitres), le deuxième, plus court, la politique extérieure (33 chapitres), et le troisième, des questions plus diverses (49 chapitres). Cette structure, souvent critiquée comme chaotique, prouve au contraire la volonté du Florentin de se distancier d’une approche purement scolastique et épigonale et de se poser en continuateur, non en commentateur, de la pensée politique de l’Antiquité. Ainsi, comme plus tard dans le Prince, Machiavel se démarque ici à la fois du genre littéraire de l’utopie politique, illustré par Palmieri ou Patrizi, et de celui du miroir des princes représenté par Poggio, Bracciolini ou Ficino. Il renouvelle la littérature occidentale en misant sur une approche rigoureusement dynamique et pragmatique de la réflexion politique. Machiavel ne suit pas, comme la plupart de ses homologues, la méthode déductive, mais favorise la méthode inductive en partant des cas singuliers afin d’en faire découler des maximes plus généralistes, tout en étant pleinement conscient que cette méthode, qu’il affectionne tant, de l’analogie historique entre Antiquité et monde contemporain nécessite que l’historien tienne compte des différences de contexte, de cadre et de dynamique politique et sociale.

4Comme toujours, la démarche de Machiavel est double : d’un côté, il est animé d’un intérêt historique détaché pour la pérennité des formes politiques caractérisant le passé ; d’un autre côté, comme dans le reste de son œuvre, la question de l’unification de l’Italie le porte à analyser tout témoignage historique à travers le prisme de son utilité pour l’achèvement de ce rêve. Dès lors, fort de sa lecture de Tite-Live, Machiavel considère la République comme la constitution idéale afin de donner un maximum de stabilité, de pérennité et de liberté à l’État :

  • 1 Les passages des Discours sont cités dans la traduction de J. A. C. Buchon (Œuvres complètes de N. (...)

« En somme et pour conclure, les monarchies et les gouvernements populaires, pour avoir une longue durée, ont eu besoin les uns et les autres, d’être liés et retenus par des lois. Un prince qui n’a pour règle que sa volonté est un insensé, un peuple qui peut faire tout ce qu’il veut n’est pas sage ; mais, si vous comparez un prince et un peuple liés et enchaînés par des lois, vous verrez toujours plus de vertus dans le peuple que dans le prince. Si vous les comparez tous les deux affranchis de toute contrainte des lois, vous verrez moins d’erreur dans le peuple que dans le prince ; ses torts seront moins grands, il sera plus facile d’y remédier1. » (I, 58)

  • 2 Tite-Live, Histoire romaine, I, 14, 3 ; Plutarque, Romulus, 23.

5Mais Machiavel est bien conscient que la fondation d’une telle République ne peut s’effectuer que dans un cadre historique précis et qu’elle nécessite, dès lors, une main forte afin de protéger ses débuts de ses adversaires potentiels – en cela aussi, il adopte l’interprétation que donne Tite-Live, à la suite de Cicéron et de sa République, des origines de la cité romaine. Ainsi, l’on notera que c’est non seulement dans le Prince, mais aussi dans les Discours que Machiavel considère qu’une certaine mesure d’amoralité peut s’avérer nécessaire et même légitime quand il s’agit de lancer un tel projet républicain. La dispense qu’il accorde à Romulus pour avoir à la fois assassiné Remus et toléré le meurtre de Titus Tatius, le roi sabin avec qui il avait partagé le trône (complicité d’ailleurs absente chez Tite-Live comme chez Plutarque2), se situe dans une continuité directe avec certains courants de la pensée de l’Antiquité et montre clairement que, contrairement à une idée reçue, il n’y a pas de contradiction profonde entre les Discours, réputés républicains, et le Prince, considéré comme monarchique :

« Qu’un fondateur de république, comme Romulus, mette à mort son frère, qu’il consente ensuite à celle de Titus Tatius, associé par lui à la royauté ; ces deux traits, aux yeux de bien des gens, passeront pour être d’un mauvais exemple. Ne serait-ce pas décider que les citoyens peuvent, d’après la conduite de leur prince, par ambition ou désir de commander, se défaire de leurs rivaux ? Ce jugement serait fondé si l’on ne considérait la fin que se proposait Romulus par cet homicide. Mais il faut établir comme règle générale que jamais, ou bien rarement du moins, on n’a vu une république, une monarchie, être bien constituées dès les commencements, ou parfaitement réformées depuis, que par un seul individu ; il est même nécessaire que celui qui a conçu le plan fournisse lui seul les moyens d’exécution. » (I, 9)

6Néanmoins, il est notable que Tite-Live lui-même, en tant qu’auteur individuel avec sa personnalité propre, sa vision politique spécifique, ses particularités d’historien, n’apparaît que de manière fort secondaire dans les Discours, dont Machiavel, dans l’introduction, décrit l’objectif en ces termes laconiques :

« Aussi la plupart de ceux qui la lisent (i. e. l’histoire) s’arrêtent-ils au seul plaisir que leur cause la variété d’événements qu’elle présente ; il ne leur vient pas seulement en pensée d’en imiter les belles actions ; cette imitation leur paraît non seulement difficile, mais même impossible ; comme si le ciel, le soleil, les éléments et les hommes eussent changé d’ordre, de mouvement et de puissance, et fussent différents de ce qu’ils étaient autrefois. C’est pour détromper, autant qu’il est en moi, les hommes de cette erreur, que j’ai cru devoir écrire sur tous les livres de Tite-Live, qui, malgré l’injure du temps, nous sont parvenus entiers, tout ce qui, d’après la comparaison des événements anciens et modernes, me paraîtra nécessaire pour en faciliter l’intelligence. Par-là, ceux qui me liront pourront tirer les avantages qu’on doit se proposer de la connaissance de l’histoire. » (Introduction)

  • 3 Sénèque, Questions naturelles, V, 18, 4.

7Dès lors, Tite-Live ne fait figure, finalement, que de fil rouge formel permettant au lecteur de retracer de manière aisée le déroulement de la formation de l’État romain, et l’on peut difficilement éviter l’impression que le choix de Tite-Live par Machiavel semble moins dû à l’intérêt particulier que revêt cet historien qu’à sa commodité en tant que source (latine) à la fois cohérente et quasiment unique pour toute l’époque en question. Ainsi, décrire les origines de Rome à partir de Tite-Live n’est pas, pour Machiavel, un choix, mais une nécessité sans véritable alternative, et son traitement s’en ressent quelque peu. Dès lors, l’on cherchera en vain une quelconque confrontation des visions historiques du Padouan avec celles d’autres témoins de l’histoire républicaine (que Machiavel connaissait pourtant relativement bien, du moins Polybe, Salluste, Cicéron et Plutarque). Généralement, l’auteur se contente de citer (le plus souvent avec approbation) des sententiae de Tite-Live, soit en latin, soit en paraphrase italienne. Et bien que Machiavel ne suive pas Tite-Live sur tous les points, mais s’oppose quelquefois à son interprétation des faits, il s’agit ici essentiellement de questions de psychologie ou de moralité politique et non de discussions du déroulement des faits eux-mêmes. Ainsi, afin d’illustrer l’un ou l’autre propos, il le contredit dans son jugement (négatif) sur Hannibal, dont la prétendue cruauté, si chère à la propagande romaine, ne serait, selon Machiavel, que le fruit d’une pure nécessité stratégique (III, 21). De manière similaire, Machiavel porte un jugement plutôt positif sur le conflit des ordres à Rome, dont l’éclatement fut nécessaire et le résultat finalement bénéfique pour la stabilité de l’État (I, 4), contredisant ainsi quelque peu la vision plus clivée qu’en avaient les Romains eux-mêmes, telle qu’elle se reflète chez Tite-Live, qui utilisait conjointement des sources favorables aux populares et aux optimates (les deux orientations politiques antagonistes de la fin de la République). Finalement, mentionnons aussi le jugement extrêmement critique que porte Machiavel sur César (I, 10), bien que le contraste avec la position relativement neutre de Tite-Live soit probablement involontaire, le passage en question s’étant essentiellement conservé chez Sénèque3. Néanmoins, au-delà de ces quelques points, c’est clairement l’histoire romaine dans son (hypothétique) déroulement historique, dont Tite-Live ne semble être perçu que comme le chroniqueur impartial, qui se trouve au centre de l’intérêt de Machiavel, si bien que la réception livienne proprement dite reste, somme toute, fort marginale. À l’évidence, l’esprit de l’auteur est orienté, comme celui de toute son époque d’ailleurs, davantage sur la réappropriation rapide et souvent éclectique du savoir de l’Antiquité que vers une analyse systématique et détaillée des auteurs et idées dans leurs individualités personnelles et leurs contextes historiques respectifs.

  • 4 Voir B. Colson, L’art de la guerre de Machiavel à Clausewitz dans les collections de la Bibliothèqu (...)

8Bien que publiés, tout comme le Prince, quelques années seulement après la mort de leur auteur, les Discours, qui circulaient déjà depuis un certain temps sous la forme de copies manuscrites, devinrent rapidement un ouvrage de première importance dans la lente élaboration d’une théorie politique moderne inspirée à la fois par le témoignage des Anciens et par les nouvelles réalités politiques et sociales : l’Europe commençait justement à s’émanciper de la double tutelle de l’Antiquité classique et du christianisme médiéval pour s’acheminer vers la construction de l’État absolutiste et le renouvellement de la pensée par la Réforme, la Contre-Réforme et les Lumières. Cette réception des Discours n’allait d’ailleurs pas sans peine, car, souvent édités conjointement avec le Prince, ils souffrirent beaucoup de la réputation sulfureuse de ce dernier. Ces écrits furent imprimés pour la première fois respectivement en 1531 et 1532 avec privilège du pape Clément VII, mais furent mis à l’index en 1559 par Paul IV, ce qui motiva par la suite de nombreux imprimeurs à antidater leurs éditions pour contourner la censure. L’exemplaire des œuvres complètes de Machiavel présenté dans l’exposition est l’une de ces publications clandestines : il a été imprimé à Genève dans la première moitié du xviie siècle et porte la date – fictive – de 1550. Ces éditions genevoises sont dites alla testina en raison du portrait – peu flatteur – de Machiavel qui orne leur page de titre4.

9Tout au long des xvie et xviie siècles, les antagonistes politiques les plus divers, mais avant tout les partis catholique et protestant, se reprochaient mutuellement de faire preuve de « machiavélisme », de telle sorte que le nom de l’auteur devint rapidement synonyme d’une approche amorale et cynique du pouvoir. Ainsi, encore au xviiie siècle, Frédéric II se lança dans la rédaction d’un Antimachiavel tentant de réfuter, point par point, les enseignements du Prince, alors que Diderot choisit de lire cet ouvrage non pas comme une instruction destinée aux princes, mais plutôt comme un enseignement adressé aux citoyens afin de démasquer les souverains. La naissance du nationalisme permit d’intégrer à l’analyse de l’ouvrage de Machiavel le contexte historique dans lequel il avait vu le jour, afin de le lire, avec Herder et Hegel, comme un témoin de la volonté de l’unification italienne, ou, suivant Fichte, comme une source d’inspiration dans la guerre populaire contre Napoléon et la lutte pour l’unification allemande. Dès lors, Machiavel jouit d’une immense popularité au xixe siècle, en bien comme en mal. D’un côté, il apparaît comme la personnification du cynisme en politique, par exemple en France, où le célèbre Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu de Maurice Joly (Bruxelles, 1864) servit de pamphlet littéraire aux opposants de Napoléon III (cet écrit sera par ailleurs la source d’inspiration des infâmes Protocoles des Sages de Sion). D’un autre côté, Machiavel est célébré comme le champion de l’unité italienne, surtout en Italie, où il deviendra l’un des pères spirituels du nouvel État-nation, et sera encore considéré au xxe siècle, par le régime fasciste, comme source d’inspiration positive. Ainsi, l’on notera sans surprise que Mussolini rédigea une préface aux œuvres de Machiavel, essentiellement basée sur le Prince, et dont la teneur générale devait, d’ailleurs, être contestée par le libéral Piero Gobetti, qui s’appuya – fait intéressant – surtout sur la lecture des Discours

Bibliographie

Orientation bibliographique

G. Bock, Q. Skinner, M. Viroli (éds), Machiavelli and Republicanism, Cambridge, 1990.

R. Chevallier, « Machiavel lecteur de Tite-Live », dans Id., R. Poignault (éds), Présence de Tite-Live. Hommage au Professeur P. Jal, Tours, 1994, pp. 113-126.

E. Garin, Machiavelli fra politica e storia, Turin, 1993.

D. Hoeges, Niccolò Machiavelli. Die Macht und der Schein, Munich, 2000.

Th. Rossi Leidi, « L’histoire cyclique. Machiavel et l’aristotélisme de la Renaissance », dans D. Engels (éd.), Von Platon bis Fukuyama, Bruxelles, 2015, pp.160-180.

H. Mansfield, New Modes and Orders. A Study of the Discourses on Livy, Chicago, 2001.

M. Viroli, Machiavelli, Oxford, 1998.

E. Weibel, Machiavel. Biographie politique, Paris, 2012.

Chr. Wurm, « Die Römer nicht bewundern, sondern nachahmen – Machiavelli als Leser des Titus Livius », dans Forum Classicum, 4, 2011, pp. 278-284.

Notes

1 Les passages des Discours sont cités dans la traduction de J. A. C. Buchon (Œuvres complètes de N. Machiavelli, t. I, Paris, 1837).

2 Tite-Live, Histoire romaine, I, 14, 3 ; Plutarque, Romulus, 23.

3 Sénèque, Questions naturelles, V, 18, 4.

4 Voir B. Colson, L’art de la guerre de Machiavel à Clausewitz dans les collections de la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin, Namur, 1999, pp. 29-30.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search