Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Entre littérature, philosophie et politique : présences (et absences) liviennes dans la trame culturelle des Temps Modernes

23. « Peu de latin et moins de grec » ?

Comment Shakespeare accéda à l’histoire romaine

Nathalie Borrelli et Dirk Delabastita

Texte intégral

William Shakespeare (1564-1616)

Shakespeare traduit de l’anglois

A Paris : Chez la Veuve Duchesne [e.a.], 1776-1782 (20 volumes)

A Paris : Chez l’auteur ; Chez Mérigot Jeune, 1778 (tome III)

R18A0252/1-20

1La dépendance de Shakespeare (1564-1616) à l’égard des sources classiques fut d’emblée un sujet très discuté. Son collègue, rival et ami Ben Jonson (1572-1637), de quelques années son cadet, faisait déjà remarquer en 1623 que Shakespeare avait « small Latine, and less Greeke » (« peu de latin et moins de grec »). Cette boutade célèbre se trouve dans l’hommage poétique « To the Memory of My Beloved the Author, Mr. William Shakespeare and What He Hath Left Us » (« À la mémoire de mon auteur bien-aimé, M. William Shakespeare, et de ce qu’il nous a légué ») en avant-propos du Premier Folio des pièces de théâtre de Shakespeare. Un argument similaire a été avancé par Leonard Digges dans un poème d’éloge inclus dans l’édition des Sonnets de John Benson en 1640 :

  • 1 Cité d’après J. Bate, The Genius of Shakespeare, Londres, 1997, p. 30.

« […] look through
This whole book, thou shalt find he doth not borrow
One phrase from Greeks, nor Latins imitate,
Nor once from vulgar languages translate,
[…] All that he doth write
Is pure his own : plot, language exquisite1. »

« Parcourez / tout ce livre, vous remarquerez qu’il n’emprunte/aucunephrasedesGrecs, qu’iln’imitepaslesLatins/ et qu’il ne traduit rien des langues vulgaires, / […] Tout ce qu’il écrit / N’est qu’à lui : intrigue, langage exquis. »

2L’absence même d’une culture classique est mise en évidence pour confirmer la grandeur de Shakespeare en tant que poète – une grandeur qui découlerait de son génie « naturel » et « originel », une grandeur qui l’impose comme un véritable poète national anglais pleinement émancipé. C’est étrange d’entendre de telles opinions plus d’un siècle et demi avant la percée du romantisme !

3D’autre part, il y a ceux qui soutiennent que Shakespeare faisait partie d’une tradition européenne profondément enracinée dans l’Antiquité classique. Leur argument est que, bien qu’il n’eût pas profité d’une éducation universitaire et qu’il n’étalât jamais son érudition, l’instruction procurée par la grammar school de Stratford le munit de bases solides en latin et lui permit d’absorber la culture classique et de devenir un représentant du grand héritage occidental basé sur les lettres classiques. Les défenseurs de cette position soulignent le fait que Shakespeare – qui, en effet, a bien dû lire Homère et Plutarque en traduction – avait un accès direct aux textes originaux d’Ovide et de Sénèque. Sa fascination pour le monde classique sera telle qu’il y situe ses deux longs poèmes narratifs (Vénus et Adonis, Le Viol de Lucrèce) et un tiers de ses pièces de théâtre !

4L’étendue de la connaissance qu’avait Shakespeare des classiques est restée sujette à controverse jusqu’à présent. On comprend aisément qu’il ne s’agit pas simplement d’une question d’intérêt « académique », puisque la question suscite des sentiments nationaux autant que des prises de position très opposées dans des conflits poétologiques (comme dans la Querelle des Anciens et des Modernes). Inutile de dire que ce débat fut très mouvementé en France dans la deuxième moitié du xviiie siècle, en particulier lorsque Voltaire (1694- 1778), sur ses vieux jours, abandonna ses louanges et son admiration initiales et se retourna contre Shakespeare en l’accusant d’une ignorance barbare complète. Un des principaux motifs de ce revirement fut précisément le succès de la traduction en prose de Pierre Le Tourneur – Shakespeare traduit de l’Anglois, Dédié Au Roi (20 volumes, 1776-1782) :

  • 2 Cité d’après T. Besterman (éd.), Voltaire on Shakespeare (Studies on Voltaire and the Eighteenth Ce (...)

« Ce qu’il y a d’affreux, c’est que le monstre [i.e. Shakespeare] a un parti en France [i.e. Le Tourneur] ; et pour comble de calamité et d’horreur, c’est moi qui autrefois parlai le premier de ce Shakespear [sic] ; c’est moi qui le premier montrai aux Français quelques perles que j’avais trouvées dans son énorme fumier2. »

  • 3 La même remarque s’applique à l’historien grec Denys d’Halicarnasse, qui est, avec Tite-Live, une d (...)

5Mais à quel point Tite-Live était-il visible sur le radar classique de Shakespeare ? À vrai dire, l’auteur latin n’eut qu’une influence mineure3.

  • 4 C. et M. Martindale, Shakespeare & the Uses of Antiquity, Londres, 1990, pp. 61-62.

6L’influence éventuelle de Tite-Live a été retrouvée dans deux œuvres de Shakespeare. L’une est The Rape of Lucrece [Le Viol de Lucrèce] (publié en 1594), habituellement classé parmi ses œuvres « mineures ». Ce long poème narratif (1855 vers) raconte l’histoire de Sextus Tarquin, fils du roi de Rome Tarquin le Superbe, qui – envahi de désir – viole Lucrèce, la femme vertueuse de son cousin, Tarquin Collatin, homme militaire et aristocrate éminent, en 509 av. J.-C. Lucrèce, dévastée, se confie à son mari, lui fait promettre qu’il vengera ce crime et aussitôt se suicide. La source principale de Shakespeare était les Fastes d’Ovide (II, 685-852). Shakespeare les a probablement lus en latin – dans l’édition de Paulus Marsus (Venise, 1482) – puisqu’aucune traduction anglaise de ce poème n’était disponible à l’époque.4 Mais il semble avoir utilisé Tite-Live (I, 57-60) comme source secondaire. Il y a de fortes chances qu’il l’ait découvert à travers la traduction de William Painter, qui l’avait inclus dans son recueil de contes The Palace of Pleasure (1566-1567). Il est toutefois impossible d’illustrer ce point à l’aide de la traduction française de Le Tourneur, puisque ce dernier ne rassemble que les pièces de théâtre, ce qui exclut donc Le Viol de Lucrèce ainsi que les autres textes non dramatiques.

7L’autre œuvre de Shakespeare qui est associée à Tite-Live est Coriolanus [Coriolan] (1608). Cette pièce de théâtre dépeint Caius Marcius (qui sera par la suite appelé Coriolan), un général semi-légendaire banni de Rome au début de l’époque républicaine, en 491 av. J.-C., donc peu après les événements auxquels Shakespeare fait allusion dans Le Viol de Lucrèce : c’est effectivement suite à ce viol que les habitants de Rome se révoltent, que le roi Tarquin est banni et que la République est fondée. Mais ici aussi, les chapitres 33 à 40 du deuxième livre de Tite-Live n’étaient pas la source primaire de Shakespeare, qui suit principalement la Vie de Coriolan, une des Vies Parallèles de Plutarque. Shakespeare lit cette œuvre dans la traduction de Thomas North de 1579, une version elle-même fondée sur le texte français de Jacques Amyot. Mais quelques détails laissent entendre que Shakespeare connaissait également la version livienne de l’histoire de Coriolan, qu’il aurait, à ce moment-là, pu lire dans la traduction de Philemon Holland (The Romane Historie, 1600).

8Étant une pièce de théâtre, Coriolan est dûment inclus dans l’édition française de Pierre Le Tourneur, dont elle ouvre le troisième volume (1778), tandis que les notes sur la pièce (« Sur la Tragédie de Coriolan ») se trouvent dans le volume VII (1780). Les traductions de Le Tourneur furent la première version française complète du théâtre de Shakespeare. Comparées aux versions disponibles à l’époque – y compris les traductions d’extraits par Pierre-Antoine de la Place dans son anthologie Le théâtre anglois (1746-1749) et les adaptations libres de quelques-unes des grandes tragédies par Jean-François Ducis (à partir de 1769) –, elles représentèrent une avancée énorme, offrant au lecteur le théâtre quasi-complet de Shakespeare (il y a un certain nombre de « retranchements ») et faisant preuve d’une fidélité aux textes de départ et d’un scrupule philologique bien plus grands que ses prédécesseurs. Les introductions et les annotations de Le Tourneur montrent sa familiarité avec les grands éditeurs et critiques anglais. Voici son jugement mesuré à propos de la dette de Shakespeare envers ses sources classiques :

  • 5 « Sur la Tragédie de Coriolan », Tome VII, p. lxv.

« Les Critiques contemporains de Shakespeare ont beaucoup écrit sur les connoissances de ce poëte. Ce n’est point ici le lieu de discuter cette question ; je n’en fais mention que parce que l’on a cru trouver dans les Tragédies tirées de l’Histoire Romaine, une preuve de ces connoissances dans les langues. Le fonds de cette Pièce [Coriolan] a évidemment été pris des Vies de Plutarque ; mais c’est précipiter son jugement, que de soutenir que Shakespeare les a lues dans les originaux grecs, ou dans la traduction latine. Richard Farmer a démontré, que Shakespeare a eu sous les yeux l’ancienne traduction Angloise de Plutarque, par Thomas Vorth [sic], qui parut en 1576 [sic], & qui a été traduite du Français d’Amyot5. »

9Tite-Live n’est pas mentionné ici – mais il obtient ce qui lui revient dans une note en bas de la page suivante :

  • 6 Ibidem, p. lxvi.

« On trouve dans Plutarque & dans Tite-Live, l’apologie que Menenius employa pour faire comprendre au Peuple l’absurdité de la révolte6. »

  • 7 P. Brockbank (éd.), Coriolanus. The Arden Shakespeare, Londres, 1976, pp. 29 et 105 (note).

10Comme les critiques contemporains s’accordent à le reconnaître, les vers 134-139 de la scène I, 1 de Coriolan (cités ci-dessous) proviennent de Tite-Live – bien qu’à travers la traduction de Holland. Il s’agit de l’épisode célèbre – dont s’inspirèrent aussi Érasme et La Fontaine – où Menenius apaise le peuple en révolte en comparant la relation entre la plèbe et le Sénat de Rome à celle entre les membres du corps et l’estomac. Certes, on retrouve le discours où le patricien recourt à cette fable ancienne chez Denys d’Halicarnasse (VI, 86) aussi bien que chez Plutarque (Vie de Coriolan, 6, 3-5) et Tite-Live (II, 32). Mais seul ce dernier utilise l’image de la nourriture qui est redistribuée par l’estomac dans le corps entier au moyen du sang qui coule dans ses veines. Philip Brockbank7 attire l’attention sur le choix des mots spécifiques dans la traduction du texte de Tite-Live par Holland :

  • 8 P. Holland, The Romane historie written by T. Livius of Padua, Londres (« printed by Adam Islip »), (...)

« Seeing that by working and concocting the meat throughlie, it [i.e., the belly] digesteth and distributeth by the veines into all parts, that fresh and perfect blood whereby we live, we like, and have our full strength8. »

11Ceux-ci résonnent dans la formulation de Shakespeare, qui présente l’idée de la manière suivante :

  • 9 Cité d’après l’édition de P. Brockbank, op. cit., pp. 105-106.

« ‘I [i.e. the belly] send it through the rivers of your blood
Even to the court, the heart, to th’seat o’th’brain;
And through the cranks and offices of man,
The strongest nerves and small inferior veins
From me receive that natural competency
Whereby they live. And though that all at once,
You, my good friends, ’ – this says the belly, mark me – »
(Coriolanus, I, 1, 134-140)9

12Le Tourneur, à son tour, traduit les vers de Shakespeare (tome III, p. 12) en conservant cette même image :

« ‘Je [i.e. l’estomac] le fais couler avec le sang jusqu’au cœur, la cour auguste où l’ame tient ses conseils ; de-là, remonter au cerveau, & circuler dans une multitude de canaux, pour les besoins & les fonctions de l’homme : pas un nerf qui ne me doive sa force ; pas une veine, jusqu’aux plus petites, qui ne reçoive de moi la substance qui lui donne la vie : & vous, membres amis, quoique vous ne puissiez pas voir… ’ (Faites attention à ce que dit ici l’estomac). »

13Comme si souvent avec Shakespeare, un examen minutieux du texte – Coriolan en l’occurrence – révèle des emprunts et des généalogies intertextuelles complexes. Du côté des sources de la pièce, il apparaît que Shakespeare a utilisé Tite-Live plutôt modestement ; du côté de la réception, cette dette est dûment reconnue par Le Tourneur, dont l’édition complète de Shakespeare traduit de l’Anglois, Dédié Au Roi est certainement un des joyaux de la collection de la BUMP.

Notes

1 Cité d’après J. Bate, The Genius of Shakespeare, Londres, 1997, p. 30.

2 Cité d’après T. Besterman (éd.), Voltaire on Shakespeare (Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 54), Genève, 1967, p. 175.

3 La même remarque s’applique à l’historien grec Denys d’Halicarnasse, qui est, avec Tite-Live, une des principales sources sur l’histoire des débuts de la République romaine. Selon T. W. Baldwin dans son Shakespeare’s Small Latine and Lesse Greeke, Urbana, ILL, 1944, on ne peut pas exclure la possibilité qu’une édition (latine) des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse ait été disponible et connue à la grammar school de Stratford. Mais les spécialistes considèrent comme peu probable que cet ouvrage ait servi de source directe à Shakespeare. Voir aussi P. Legouis, « Titus Andronicus, III, i, 298-9 », dans Shakespeare Survey, 28, 1975, pp. 71-74.

4 C. et M. Martindale, Shakespeare & the Uses of Antiquity, Londres, 1990, pp. 61-62.

5 « Sur la Tragédie de Coriolan », Tome VII, p. lxv.

6 Ibidem, p. lxvi.

7 P. Brockbank (éd.), Coriolanus. The Arden Shakespeare, Londres, 1976, pp. 29 et 105 (note).

8 P. Holland, The Romane historie written by T. Livius of Padua, Londres (« printed by Adam Islip »), 1600, p. 65. Version digitale sur http://quod.lib.umich.edu/e/eebo/A06128.0001.001/1:46.3.250?rgn=div3;view=toc (consulté le 28/06/2017).

9 Cité d’après l’édition de P. Brockbank, op. cit., pp. 105-106.

Auteurs

Département de Langues et littératures germaniques,
Université de Namur

Département de Langues et littératures germaniques,
Université de Namur

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search