Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Tite-Live en traductions et en images aux xvie et xviie siècles

14. Fidélité au texte et édification morale : la traduction française d’un théologien protestant

Olivier Latteur

Texte intégral

Tite-Live

Histoire romaine de Tite Live Padouan : assavoir les trente-cinq livres, restans de tout l’œuvre continué dès la fondation de Rome iusques au temps d’Auguste. […] Tome Premier.

II. volume de Tite Live Padouan, contenant les sommaires de la seconde Decade, & la troisieme Decade entiere, en laquelle est descrite la seconde guerre Punique faite par Annibal contre les Romains

[Genève] : De l’Imprimerie de Iacob Stoer, 1582 (2 volumes)

Rés.28D.1-2

  • 1 La vie et l’œuvre d’Antoine de La Faye sont relativement mal documentées. Les éléments biographique (...)

1Cette traduction française de l’Histoire romaine de Tite-Live est l’œuvre du théologien protestant Antoine de La Faye († 1615). D’origine française, il se réfugie à Genève où il enseigne au collège de 1564 à 1576. Il intègre ensuite la prestigieuse Académie genevoise, centre intellectuel majeur du protestantisme de la fin du xvie siècle : il y enseigne le droit et la philosophie (1576-1580), en devient recteur (1580- 1584) et obtient, en 1584, la prestigieuse chaire de théologie. Il y fréquente certains grands esprits de son temps, notamment Théodore de Bèze (1519-1605) avec lequel il se lie d’amitié. À partir de 1587, il rédige, en étroite collaboration avec celui-ci, l’introduction de la traduction de la Bible en français. Outre ses écrits théologiques et polémiques, Antoine de La Faye a composé deux traductions d’auteurs antiques : l’Histoire des Juifs (Antiquités judaïques) de Flavius Josèphe (1560) et l’œuvre qui nous occupe ici, l’Histoire romaine de Tite Live Padouan (1582), dont la BUMP possède les deux premiers tomes de l‘édition en trois volumes1.

  • 2 Toutes les citations et les exemples mentionnés proviennent de la préface non paginée de l’ouvrage (...)
  • 3 Pierre Bersuire († 1362), premier traducteur de l’œuvre livienne en français, insistait également s (...)

2Cette traduction de l’Ab Urbe condita rencontra un certain succès et fut réimprimée à plusieurs reprises jusqu’au début du xviie siècle. Dans son avis au lecteur, le théologien protestant indique proposer une traduction de Tite-Live la plus respectueuse possible du texte original, « mettant au loin toute affectation de nouveauté & bigarreure estrange »2. Il précise également avoir établi le texte latin à partir de plusieurs manuscrits, dont l’un était si ancien qu’il était rédigé sur parchemin. D’après lui, l’œuvre de Tite-Live a pour principale vocation de faciliter l’édification morale de ses contemporains3. L’histoire romaine livre en effet les portraits de nombreuses figures pouvant, selon lui, servir de modèles : elle « est le recueil & sommaire de toutes les sortes de exemples, qui peuvent avenir au monde ». Ainsi, les dirigeants pourront prendre exemple sur les rois romains, « un Romulus & un Tullus gens actifs & habiles aux armes ; un Numa doux & paisible ; un Ancus, un Priscus, un Servius accors & politiques », tout en se gardant bien d’imiter « un Tarquin tyran meschant & cruel » (il s’agit bien sûr de Tarquin le Superbe). Le traducteur précise ensuite que le récit de Tite-Live abonde en personnages pouvant servir d’exemples à ses contemporains, qu’ils soient soldats (Scipion, Marcellus, Horatius Cocles, Caius Mucius Scaevola…) ou bons citoyens (notamment les fondateurs de la République romaine, Brutus et Publicola). Les femmes y trouveront également des modèles en matière de courage et de chasteté (Lucrèce, Hersilie, Virginie, Clélie), tout comme la démonstration des défauts dont il conviendra de se prémunir (Tullia). Antoine de La Faye précise enfin que le témoignage de Tite-Live se révèle particulièrement intéressant pour le lecteur francophone car il livre de nombreuses informations inédites sur les Gaulois, alors considérés comme les ancêtres des Français.

Notes

1 La vie et l’œuvre d’Antoine de La Faye sont relativement mal documentées. Les éléments biographiques collectés à ce sujet sont tirés de F. Comte, « La Faye ou Fajus, Fayus (Antoine de) », dans M. Prevost et al. (éds), Dictionnaire de biographie française, t. 19, Paris, 2005, col. 118-119 ; M. Nicolas, « Lafaye (Antoine) », dans F. Hoefer (éd.), Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. 28, Paris, 1859, col. 686-687 ; E. et É. Haag, La France protestante, t. 6, Paris - Genève, 1856, pp. 186-188 ; R. Crescenzo, Vigenère et l’œuvre de Tite-Live. Antiquités, histoire, politique, Paris, 2014, pp. 47-48.

2 Toutes les citations et les exemples mentionnés proviennent de la préface non paginée de l’ouvrage intitulée « Antoine de la Faye au lecteur ».

3 Pierre Bersuire († 1362), premier traducteur de l’œuvre livienne en français, insistait également sur sa « dimension exemplaire ». R. Crescenzo, op. cit., pp. 12-13.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search