Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Tite-Live en traductions et en images aux xvie et xviie siècles

13. Roemsche Historie : la Renaissance néerlandaise en marche

Elisabeth Leijnse, Laurence Mettewie et Michel Lefftz

Texte intégral

Tite-Live

Titus Livius, Dat is, de Roemsche historie oft Gesten, doer den alderwelsprekensten en[de] vernaempsten historiescrivere Titum Liviu[m] bescreven [...] nu eerstmael in onser Nederlantscher spraken ghedruckt

Tantwerpen : [Jan Grapheus voor Jan Gymnicus], 1541

R16B0022

1Roemsche Historie, la première traduction en néerlandais de Tite-Live, est considérée comme un point de référence dans l’historiographie de la langue néerlandaise. C’est en effet la première fois qu’une œuvre classique est intégralement publiée en néerlandais. On est alors en l’an 1541, à peine cinq ans après le décès d’Érasme, l’humaniste de Rotterdam, qui ne s’exprima qu’en latin et n’a laissé aucun écrit dans sa langue maternelle. La Renaissance néerlandaise est en marche.

2Roemsche Historie (qui se prononce roomse) doit sa place proéminente dans l’histoire du néerlandais au long préambule, qui constitue le plus ancien manifeste en faveur de l’usage de la langue néerlandaise à des fins scientifiques et d’érudition classique. Jan Gymnick, libraire et imprimeur, justifie son choix de la publication de l’œuvre légendaire de Tite-Live dans la langue des « gens ordinaires » (den ghemeynen man) de manière presque polémique :

  • 1 Folio 1 et verso.

« J’ai mûrement réfléchi à la question de comprendre comment il se fait qu’en notre époque tous les pays sont inondés de toute sorte d’érudition et de science, non seulement en hébreu, grec et latin, mais non moins dans pratiquement toutes les autres langues : l’italien, l’espagnol, l’allemand et le français. Je ne parviens pas à comprendre pourquoi notre langue néerlandaise se voit considérée comme à ce point pauvre, dépourvue de beauté et désemparée. […] Car où pourrions-nous trouver une langue qui puisse être plus pauvre que la langue latine, alors même que penseurs et scientifiques l’estiment aujourd’hui si absolue, opulente et aboutie qu’on puisse y traiter de tous les sujets, non seulement d’une manière, mais également de manières pratiquement infinies ? En soi, la langue ne dispose pas de cette perfection, mais on lui a apposé diverses formes – appelées figurae – afin de combler ces carences et d’arriver ainsi à la perfection. De plus, on a eu l’intelligence d’y intégrer des mots étrangers lorsque les mots latins faisaient défaut. Ainsi, si on ôte au latin toutes ces figurae et ces emprunts, il apparaîtrait alors dans tout son dépouillement et son imperfection ! Dès lors, si la langue latine a atteint cette perfection par la connaissance, la pratique et la sagacité, pourquoi donc nous laissons-nous convaincre que le néerlandais ne puisse atteindre ce degré de quintessence ? Pourtant, bien plus que cette conviction, peut-être est-ce simplement la difficulté de la traduction elle-même, qui nous a retenus de traduire vers le néerlandais ? Si tel est le cas, honte à nous pour ce retard ! Nous aurions, pour cause de quelques labeurs et d’efforts, privé les gens ordinaires d’importants et précieux trésors1. »

3On ne sait que peu de chose de l’auteur de ces paroles enflammées. Sans doute ce Jan Gymnick descend-il d’une lignée d’imprimeurs de Cologne connue sous le nom de « Gymmich », latinisé en Gymnicus (on recense au moins quatre imprimeurs dans la région rhénane aux xvie et xviie siècles portant le nom de Johannes Gymnicus). Lui, ou son père, doit être un des nombreux imprimeurs à s’être installés pour des raisons commerciales à Anvers, alors métropole de l’impression.

4L’Anversois Jan Gymnick était-il donc un fervent défenseur de l’émancipation du peuple, un chantre passionné de l’ouverture de la culture classique aux classes sociales moins favorisées ? Avait-il vraiment l’intention d’élever ainsi les « gens ordinaires », paysans et artisans ? Non, évidemment. Il voulait surtout diffuser son livre au prix le plus élevé possible parmi une nouvelle élite, principalement composée de grands bourgeois actifs dans le commerce et de hauts fonctionnaires de la ville. Il est ainsi révélateur de constater que, dans son apologie du néerlandais, Jan Gymnick n’utilise jamais le terme diets, qui dans les Pays-Bas du Moyen Âge désignait la langue du « peuple » (diet). Il lui préfère le terme de Nederlandtsche tael, ou « langue néerlandaise », une langue qui aurait par nature toujours existé et sublimerait les variétés régionales (ce qui par ailleurs lui permet de camoufler le fait que la traduction est bel et bien marquée régionalement, puisque rédigée en brabançon). Outre l’absence du mot diets, on remarquera que, dans ce préambule, le terme volkstaal, ou « langue du peuple », n’apparaît pas. Gymnick introduit à la place l’expression onse moederlijke sprake, « notre langue maternelle », qui sera rapidement reprise sous la forme abrégée de moedertaal. Cependant, il apparaît très clairement que cette langue est bien loin d’être celle du peuple. C’est au contraire dans une langue truffée de constructions virtuoses qui relatent contenus classiques et allégoriques qu’est rédigée cette première traduction, parfois très maniériste, de Tite-Live.

5Autrement dit, Roemsche Historie fait apparaître dans son préambule très assertif un paradoxe intrigant, qui est caractéristique d’un courant de l’humanisme que l’on pourrait qualifier de nationaliste, à savoir qu’utiliser la langue maternelle ferait chic. En effet, cette langue permet à d’autres que les clercs et lettrés maîtrisant le latin et le grec, d’accéder à l’érudition, tout en étant – comme il se doit – suffisamment hermétique pour se préserver du vulgus et suffisamment chère dans sa publication pour rester exclusive. Ainsi paraissent, à partir de la seconde moitié du xvie siècle, des œuvres richement réalisées dans cette langue maternelle, forcée dans un moule latin qui ne lui sied pas toujours (des constructions grammaticales sur base d’un modèle latin vont artificiellement être ajoutées, comme la distinction, restée problématique au xxie siècle, entre hen et hun comme objet). De tels ouvrages sont les témoins de ce désir d’aristocratisation de la nouvelle élite urbaine.

6Toutefois cet engouement pour le néerlandais n’est pas l’apanage d’humanistes chauvins, tel Gymnick. Dans les très populaires chambres de rhétorique, on compose et proclame, depuis le xve siècle, des vers en néerlandais : les rhétoriqueurs y manient la langue avec brio (plus que poésie) et rivalisent de virtuosité technique, sans toutefois hésiter à largement agrémenter celle-ci de mots d’emprunts français censés embellir la langue « comme le soleil orne le jour et la lune la nuit », ainsi que le décrit Matthijs de Castelein dans Const van Rhetoriken (1555). Parallèlement, le xvie siècle voit la publication de nombre d’ouvrages à caractère surtout scientifique, technique ou médical dans la langue véhiculaire (un mouvement initié depuis Der naturen bloeme [1266] de Jacob Van Maerlant). Ce choix est cependant bien plus pratique qu’idéologique, il s’agit de rendre accessible une série de connaissances scientifiques et pratiques à un public certes financièrement aisé, mais ne disposant pas (toujours) des connaissances nécessaires en latin. C’est le cas du Cruiyde Boeck du botaniste malinois Dodoens (1554), des Medicynboeck (1589) et Handboek der Chirurgie (1590) du Gantois Carolus Baten, mais plus révélateurs et surtout novateurs sont les ouvrages du Brugeois Simon Stevin, dont De beghinselen der weeghconst (1586). Émigré aux Pays-Bas septentrionaux, il y enseigne par souci d’efficacité (et amour de la langue) les mathématiques en néerlandais aux troupes du génie du prince Maurits. À cet effet, il propose et diffuse une terminologie bien plus transparente que les termes grecs ou latins, tels driehoek (« triangle ») ou omtrek (« circonférence »), ce qui semble rester dans le monde scientifique une exception dont élèves et étudiants néerlandophones doivent sans doute se réjouir depuis plus de 400 ans. La langue néerlandaise, véhiculaire, est donc bel et bien présente dans des ouvrages, mais principalement à des fins de divertissement et d’enseignement, loin de l’érudition élitiste des humanistes.

7Quant à Roemsche Historie, il s’agit indubitablement d’un livre pompeux – pour plaire à ce public à la recherche de prestige – imprimé en caractères gothiques, orné de xylogravures dont certaines, par exemple les illustrations de batailles ou de discours de tribuns, se retrouvent dans différents folios (voir ci-dessous). Le traducteur, lui, nous est inconnu ; Jan Gymnick n’était que le commanditaire de la traduction et l’auteur de la préface. Des recherches ont par ailleurs montré que cette traduction repose non pas sur une, mais bien sur deux langues sources : le latin et l’allemand. Même si certains passages ont été directement traduits du latin, la plupart ont été rédigés à partir d’une traduction allemande. En effet, dès la première moitié du xvie siècle, on ne compte pas moins de douze éditions de Tite-Live publiées en allemand, ce qui témoigne de l’avance irréfutable de l’humanisme allemand sur celui des Pays-Bas, en partie grâce au travail philologique de Martin Luther. De plus, toutes les illustrations de Roemsche Historie (1541) se retrouvent dans l’édition allemande de Tite-Live la plus récente de l’époque, celle parue en 1538 à Mainz chez Ivo Schöffer. Ces gravures sur bois furent fidèlement reciselées, à quelques adaptations près, pour le marché brabançon. Ce qui, par contre, est tout à fait original dans le texte en néerlandais, ce sont les traductions de dénominations latines de realia que le traducteur s’est appliqué à transcrire dans une terminologie contemporaine de l’époque. Ainsi a-t-il traduit consul par burgemeester (« bourgmestre/maire »), tribunus plebis par deken (« doyen/bâtonnier »), milites par ridders (« chevaliers »), et même templum par kerk (« église »). Ce même présentisme se retrouve dans les illustrations où les Romains se promènent vêtus comme des bourgeois rhénans du xvie siècle.

8Reste à savoir pourquoi Jan Gymnick a précisément choisi Tite-Live comme première traduction de prestige d’une œuvre classique en néerlandais. Il justifie son choix dans sa préface, en affirmant que Tite-Live était sans conteste l’historien le plus éloquent et d’ores et déjà reconnu et salué par Pétrarque et Boccace. Mais cet auteur latin lui semble également incontournable pour acquérir sagesse et vertu, puisque la manière dont il retrace l’histoire est la cristallisation de centaines d’années d’expérience. Selon Gymnick – et cette conception ne lui est évidemment pas propre –, l’œuvre de Tite-Live demeure donc très utile à tous princes, régents et hauts fonctionnaires, en temps de guerres et de paix, qui chercheraient à s’instruire sur les affaires d’État et de gouvernance.

9Roemsche Historie ne connut qu’une seule réimpression au xvie siècle, sans illustrations cette fois, et quelque cinquante ans plus tard : à savoir en 1585, l’année où Anvers est définitivement prise par les Espagnols aux troupes de Guillaume d’Orange (qui vient d’être assassiné) et où commence le grand exode d’intellectuels réformés, de commerçants et d’artistes qui migrent vers les Pays-Bas septentrionaux. Cette réédition est dès lors très logiquement publiée à Leyde et, dans l’avant-propos, Jan Gymnick y est injustement repris comme étant le traducteur. D’autres éditions paraîtront dans les Pays-Bas septentrionaux en 1596, 1614 et 1635. Il n’y a plus alors de doute que Tite-Live fasse, également en néerlandais, partie du canon des auteurs classiques et de même, il est devenu obsolète de plaider la cause de l’utilisation du néerlandais pour la publication d’œuvres classiques dans cette nouvelle République, où le néerlandais devient un des ciments symboliques de la jeune nation. Pourtant, ce ne sera que près de cent ans après cette première traduction en néerlandais de Roemsche Historie que d’autres historiens latins seront traduits : les Commentarien de Jules César ne seront diffusés pour la première fois aux Pays-Bas qu’en 1614 et les Historien de Tacite devront attendre 1616 pour voir le jour en traduction néerlandaise. Ils auront longtemps été éclipsés par ce géant qu’est Tite-Live.

L’illustration : des scènes répétées et combinées

10L’abondante illustration de ce volumineux ouvrage repose en grande partie sur l’usage souvent répété de blocs de bois gravés et combinés entre eux. Ainsi, les deux scènes de batailles qui s’étalent sur toute la largeur du haut et du bas de la page de titre jalonnent l’ouvrage de part en part, selon les nécessités. Il en est de même pour les deux groupes de soldats armés disposés de part et d’autre de cette même page de titre. Des compléments de pur décor sont parfois combinés aux scènes figurées, selon un procédé fréquemment mis en œuvre à partir du xvie siècle. Il s’agit de donner plus d’importance à la narration par des bordures et des encadrements, mais aussi, et le fait est plus rare, d’étendre l’espace narratif, par exemple au moyen d’un ciel nuageux animé d’un vol d’oiseaux. Les plus grandes illustrations sont celles qui traduisent en images les scènes de sièges de ville, certaines d’entre elles dépassant la moitié de la page. Si l’on considère la taille des illustrations, viennent ensuite les scènes de triomphes, avec char, trompette et troupe armée, puis les batailles navales. Le procédé figuratif médiéval consistant à donner à voir, dans une vue de ville, l’intérieur d’une maison ou d’un palais par une sorte de fenêtre délimitée au moyen d’une arcade se retrouve également (p. CII) mais l’arcade est aussi surtout utilisée ici de manière isolée, comme une sorte d’encadrement permettant de juxtaposer côte à côte différentes scènes, comme si elles se déroulaient derrière un portique. Il arrive même quelquefois que l’une de ces scènes soit combinée avec une scène délimitée d’un simple cadre rectangulaire. Si l’association des images se fait généralement par combinaison de blocs de bois gravés de mêmes dimensions (hauteur ou largeur), on trouve aussi des combinaisons moins heureuses à cause des ruptures d’échelle.

11Comme il a été souligné plus haut, les illustrations du présent volume sont reprises de la traduction allemande, à partir de laquelle la traduction néerlandaise a été rédigée : Römische Historien (éditions 1523, 1533, 1538). Leur auteur a laissé dans certains culs-de-lampe une marque qu’il s’agirait d’identifier. Son style très stylisé, rapide et efficace dans l’organisation spatiale et dans le rendu des actions atteste une maîtrise technique et une habitude à produire rapidement.

Bibliographie

Orientation bibliographique

B. Besamusca, G. Sonnemans, De crumen dit volc nieten eten en mochte. Nederlandse beschouwingen over vertalen tot 1550, ’s-Gravenhage, 1999, pp. 123-129.

H. Pleij, Het gevleugelde woord. Geschiedenis van de Nederlandse literatuur 1400-1600, Amsterdam, 2007, pp. 669-717.

J. F. Vanderheyden, De Livius-vertaling van 1541 (Koninklijke Vlaamse Academie voor Taal- en Letterkunde, IV, 15), Gent, 1959.

N. van der Sijs, R. Willemyns, Het Verhaal van het Nederlands, een geschiedenis van twaalf eeuwen, Amsterdam, 2009, pp. 208-222.

Notes

1 Folio 1 et verso.

Auteurs

Département de Langues et littératures germaniques,
Université de Namur

Département de Langues et littératures germaniques,
Université de Namur

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search