Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Tite-Live en traductions et en images aux xvie et xviie siècles

12. Un exilé florentin traduit Tite-Live : une œuvre de combat pour la République et la langue du peuple

Anna Constantinidis

Texte intégral

Tite-Live

Le Deche delle Historie Romane di Tito Livio Padovano

In Venetia : [nella stamparia degli heredi di Luc’Antonio Giunti Fiorentino], 1540

R16B0180

  • 1 On retrouve cette même marque typographique dans le colophon, p. 485, précédée du texte : « In Vene (...)
  • 2 À l’encre plus claire.

1Le volume ici présenté (31 x 21 cm) contient la traduction en italien des Décades de Tite-Live réalisée par l’historiographe florentin Jacopo Nardi (1476-1563). Comme signalé par la page de titre, c’est chez les héritiers de Luc’Antonio Giunti que cette traduction vit le jour, à Venise, en 1540. Le lys représenté au centre de la page de titre est la marque typographique de cette famille d’imprimeurs d’origine florentine implantée à Florence et à Venise1. De part et d’autre de l’illustration, on peut lire des notes manuscrites d’appartenance, dont les deux premières lignes sont biffées (« Di Paolo / Signoretti » ; « WLA / J ») ; la troisième, probablement rédigée par la même main qui biffa les possesseurs précédents2, signale que « Questo libro è di Benedeto » (« Ce livre appartient à Benoît »). En haut de page se trouve le titre du livre, suivi de plusieurs informations sur son contenu :

« Le Deche delle Historie Romane di Tito Livio Padovano, Tradotte nuovamente nelle lingua Toscana, da Jacopo Nardi cittadino Fiorentino, con le postille aggiunte nelle margini del libro, dichiaranti molti vocaboli delle cose vecchie, più degne di cognitione: et in quelle, molti nomi di paesi, et città, fiumi, monti et luoghi, illustrati co’ nomi moderni : Et appresso la valuta delle monete Romane, ridotta al pregio di quelle de’ tempi nostri : insieme con la dichiaratione di tutte le misure, quanto è stato necessario alla piena intelligenza dell’Auttore. »

« Les Décades des Histoires Romaines du Padouan Tite-Live. Traduites nouvellement en langue toscane par le Florentin Jacopo Nardi, avec des notes ajoutées dans les marges du livre, indiquant de nombreuses appellations de choses anciennes, les plus dignes de connaissance : et parmi celles-ci, de nombreux noms de pays, et villes, fleuves, monts et lieux, illustrés avec leurs noms modernes : et après, la valeur des monnaies romaines, réduite à la valeur de celles de notre temps : avec l’explication de toutes les mesures, tant qu’il a été nécessaire à la pleine intelligence de l’Auteur. »

  • 3 Un tableau d’équivalences est également consultable en fin de préface.

2Comme cette présentation l’indique, les marges du livre contiennent des notes : celles-ci sont tantôt des rubriques, tantôt des explications de termes latins dignes d’être commentés, surtout des toponymes, des noms de fleuves ou de montagnes, mais aussi des monnaies, dont Nardi donne l’équivalence avec les monnaies contemporaines3.

3Les 485 pages de traduction sont dédiées à Don Alfonso d’Avalos d’Aquino, marquis del Vasto et condottiere, « capitano generale della Cesarea Maiestà in Italia » (« capitaine général de sa Majesté l’Empereur en Italie »). La vie fastueuse que d’Avalos menait avec sa femme lui permettait de protéger artistes et lettrés, comme le Titien, qui peignit son portrait, ou encore l’Arétin, qui lui dédia des poèmes chevaleresques. Mais surtout, il était depuis 1538 le plus haut dignitaire de l’armée de Charles Quint en Italie ; Charles Quint à qui Nardi s’était adressé directement dans l’Orazione a Carlo V (1536), plaidant pour la cause de tous les exilés florentins de la seigneurie médicéenne, dont il faisait partie. La dédicace à d’Avalos, qui exprime donc à elle seule un positionnement politique et idéologique, constitue la première partie d’une préface – occupant les trois premières pages (non numérotées) – qui est un véritable texte programmatique : politique et linguistique. Politique d’abord, car si Nardi s’intéresse à Tite-Live, grand classique de la culture républicaine, et ce en 1540, à l’apogée du grand-duché de Toscane et de la toute-puissance des Médicis, ce n’est certes pas un anachronisme, et encore moins un hasard. Derrière ce choix de traduire en langue vulgaire l’œuvre livienne réside la vision politique d’un ardent défenseur des valeurs passées de la République florentine, opposé au pouvoir médicéen, et qui s’exila à Venise en 1533 suite à la nomination d’Alexandre de Médicis au titre de duc de Florence (1532). C’est en exil que se développera une grande partie de son activité polémique contre le parti des Médicis et en faveur d’un rétablissement de la République (1534 : Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino ; Discorso fatto in Venezia dopo la morte di papa Clemente Settimo l’anno 1534 ; 1548 : Vita di Antonio Giacomini). Et c’est après avoir traduit les Décades de Tite-Live, mais aussi le Pro Marcello de Cicéron, que Nardi écrira les Istorie della città di Firenze, chroniques de la ville du lys évoquant le passé républicain et les derniers événements de cette époque désormais révolue (Istorie restées incomplètes et publiées à titre posthume, en 1582, à Lyon). La position idéologique de Nardi apparaît en filigrane tout au long de la dédicace à d’Avalos.

4Le peuple romain y est présenté comme un modèle pour la patrie :

« Mentre che con la lettione delle historie, considerando la vanità delle cose humane, consolava me stesso, harò punto giovato al mondo, o almeno alla patria [nous soulignons] : a cui primieramente (com’io debbo) desidero, dopo la Cristiana pietà, la imitatione d’ogni vera virtù del Popolo Romano, onde ella nacque. »

« Alors que je me consolais moi-même en considérant la vanité des choses humaines avec la leçon des histoires, j’aurai quelque peu été utile au monde, ou au moins à la patrie : à qui je souhaite avant tout (comme je le dois), après la piété chrétienne, l’imitation de chaque vraie vertu du Peuple Romain, dont celle-là [la patrie] est issue. »

« Et così a far più comuni le magnifiche opere del Popolo Romano : avvisando, che pubblicandole sotto il suo chiaro nome, oltra ch’ei se le faceva manifesto, quale principalmente sarebbe stata la mia volontà [...] gliene risulterebbe pure alcuno honore. »

« Et ainsi de rendre plus communes les magnifiques œuvres du Peuple Romain : en prévenant qu’en les publiant sous votre illustre nom, outre le fait que vous les fassiez vôtres, ce qui serait ma principale volonté […], vous puissiez en retirer aussi quelque honneur. »

  • 4 « [...] onde i privati cittadini, et i magistrati : onde i soldati, et i Capitani, a casa, et fuori (...)
  • 5 « [...] più efficacemente la religione, la giustitia, la osservanza della fede, il dispregio del do (...)

5Un modèle dont pourront tirer profit « les citoyens privés, les magistrats, les soldats, et les capitaines, chez eux, et à l’étranger, envers les amis, et envers les ennemis »4, et grâce auquel ils pourront apprendre « plus efficacement la religion, la justice, le respect de la foi, le mépris de la douleur, et de la mort, l’amour de la liberté et la charité de la patrie »5.

6Le peuple et la patrie sont, on le voit, des notions fondamentales pour Jacopo Nardi, dont la vision politique va de pair avec une vision linguistique, développée dans l’adresse aux lecteurs (« A gli lettori ») suivant la dédicace.

  • 6 « [...] non mi è paruto dovere essere superstitioso osservatore di tutte le voci, et modi di parlar (...)

7Dans cette adresse, les questions de traduction mettent en lumière des questions fondamentales liées à l’histoire de la langue. Rien d’étonnant à cela : nous sommes en plein Cinquecento, siècle de la questione della lingua et de la codification de la langue italienne par Pietro Bembo. Afin de répondre à d’éventuelles objections, Nardi explique dans un premier temps l’esprit de sa traduction, son objectif (« il mio intendimento ») : celui-ci est de rendre « il senso del senso », le sens du sens. Nardi ne s’en tiendra donc pas mot pour mot à sa source, mais travaillera en tant que « libero espositore », c’est-à-dire en tant qu’interprète libre plus que comme « simple » traducteur (« schietto traduttore »). Quant à la langue, elle s’éloignera de son modèle : « il ne m’a pas paru devoir être un observateur superstitieux de tous les mots et façons de parler de nos auteurs anciens6. » Nardi entend explorer les potentialités du toscan, même en place de mots généralement utilisés en latin par ses prédécesseurs ou ses contemporains. Le toscan est une langue vivante, nous dit-il : de nouveaux mots peuvent y naître tous les jours, comme c’était le cas par le passé pour le latin et le grec. Cette caractéristique ne peut par contre pas être celle des langues mortes, « qui ne sont plus nulle part parlées par le peuple » (« che non si parlano popolarmente più in luogo alcuno ») [nous soulignons]. Nardi n’a donc pas utilisé les « vocaboli antichi », les mots antiques, comme certains voudraient pourtant que cela se fasse, mais bien des « voci nuove », c’est-à-dire des mots toscans, quand ceux-ci lui paraissaient pertinents et aptes à exprimer le sens recherché. Ainsi, différents termes toscans ont parfois remplacé le même terme latin, en fonction de la signification qu’il possédait dans le contexte. Et la langue qui en ressort est selon Nardi si variée et abondante qu’il serait peut-être possible de traiter grâce à elle « toutes sortes de nobles disciplines » (« ogni maniera di nobile disciplina »).

8Cette défense de la langue vivante, qui peut être interprétée comme le pendant de la défense du peuple chère à Nardi, situe l’historiographe florentin dans la pleine lignée de la réaffirmation de la langue vulgaire au xvie siècle en Italie, face au recours généralisé au latin et aux latinismes qui avait amplement marqué le siècle précédent.

Notes

1 On retrouve cette même marque typographique dans le colophon, p. 485, précédée du texte : « In Venetia nella stamparia degli heredi di Luc’Antonio Giunti Fiorentino, Nell’anno MDXL del mese di Maggio. »

2 À l’encre plus claire.

3 Un tableau d’équivalences est également consultable en fin de préface.

4 « [...] onde i privati cittadini, et i magistrati : onde i soldati, et i Capitani, a casa, et fuori : verso gli amici, et verso i nimici, possino i migliori, et più santi officii di vita imparare. »

5 « [...] più efficacemente la religione, la giustitia, la osservanza della fede, il dispregio del dolore, et della morte, l’amore della libertà et la charità della patria. »

6 « [...] non mi è paruto dovere essere superstitioso osservatore di tutte le voci, et modi di parlare de’ nostri antichi autori. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

Département de Langues et littératures françaises et romanes,
Université de Namur

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search