Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

À la reconquête d’une œuvre : des manuscrits aux éditions humanistes

11. Une nouvelle édition critique, malgré la guerre (et une morsure de chien)

Pierre Assenmaker, Lambert Isebaert et Michel Lefftz

Texte intégral

Tite-Live

T. Livii Patavini, historicorum omnium Romanorum longe uberrimi, et facile principis libri omnes, quotquot ad nos pervenere, nove editi, et recogniti, et ad vetustissimorum manu exaratorum codicum Fuldensium, Moguntinensium & Coloniensium fidem emendati a Francisco Modio Brugensi [...]

Francofurti : impensis Sigism. Feyrabendii & sociorum, 1588

R16C0054

1Cet imposant volume in-folio s’ouvre sur une page de titre à la disposition typographique très dense, mais rythmée par une série de lignes imprimées en rouge qui permettent au lecteur de s’orienter dans les abondantes informations livrées sur le contenu de l’ouvrage. Celui-ci est le fruit d’une ambitieuse entreprise éditoriale menée par le plus important imprimeur francfortois de la seconde moitié du xvie siècle, Sigmund Feyerabend (1528-1590), et ses associés (socii) de l’époque, dont les noms ne figurent que sur les deuxième et troisième pages de titre, et dans le colophon : Heinrich Thack et Peter Fischer. L’impression du livre fut confiée à Johann Wechel.

2Cette société d’éditeurs, qui avait publié l’année précédente des œuvres d’Ovide, s’attaqua en 1588 à celle de Tite-Live, « de loin le plus riche de tous les historiens romains, et facilement le premier d’entre eux ». Le titre démarre donc en fanfare, pour ainsi dire : Feyerabend et ses associés ne se contentent pas de l’expression habituelle historicorum Romanorum – ou Latinae historiae, comme dans plusieurs autres éditions – facile princeps, mais renchérissent en qualifiant le Padouan de longe uberrimus (« de loin le plus abondant, le plus riche ») parmi les historiens latins – en clin d’œil à la lactea ubertas (« l’abondance laiteuse »), la célèbre formule par laquelle Quintilien avait caractérisé le style de Tite-Live. À cette amplification oratoire dans la formule de titre semble correspondre le haut degré d’ornementation des images qui parent les trois pages de titre du volume.

Les gravures des pages de titre : illustration et allégorie

3À la différence des autres éditions anciennes du texte latin de Tite-Live présentées dans ce catalogue, qui ne sont pratiquement pas illustrées, celle de Francfort présente trois xylogravures remarquables, disposées sur les trois pages de titre des différentes parties du volume. Dans des médaillons encadrés de bordures de style maniériste, on voit, dans la première, une scène de combat, puis dans celles des deux tomes suivants, un groupe de trois figures allégoriques féminines de vertus. La première gravure représente le célébrissime combat d’Horace contre les trois Curiaces, comme l’indiquent le nombre de protagonistes et les inscriptions Alba et SPQR sur les bannières qui flottent au vent au second plan. Les deux autres estampes n’illustrent pas l’œuvre livienne, mais sont la marque commune des trois éditeurs associés. Les trois allégories féminines autour d’un globe représentent Fama (la Renommée, avec ses trompettes), Fides (la Foi, qui porte la croix) et Labor (le Travail) – ou plutôt Sedulitas (l’Application) ? – symbolisé par une femme portant un rameau d’olivier et une ruche. Ces figures sont accompagnées d’une devise (un distique élégiaque latin) inscrite dans le cadre du médaillon entourant la scène : Sedulus instar apum si sis Fideique probatus, spes bona, quod super hinc aethera notus eris (« Si l’on est aussi laborieux que les abeilles et recommandé par la Foi, il y a bon espoir que l’on sera connu jusqu’aux cieux »).

4Ces estampes témoignent d’un travail de gravure expérimenté dans la production en série, par le contour incisif des figures ou des éléments du décor, comme par le rendu des clairs-obscurs. Les ornements du cadre de la première vignette, avec ses enroulements et ses découpages, évoquent directement le style dit des « cuirs découpés » et des « ferronneries », connus aux Pays-Bas et en Allemagne sous la dénomination de rol (l) werk. Agrémentés de grappes de fruits et légumes, ces ornements furent systématiquement utilisés par deux des meilleurs représentants de la « grotesque flamande », Pierre Coeck et Corneille Floris, tandis que leur large diffusion fut assurée par les recueils de modèles de Cornelis Bos puis de Hans Vredeman de Vries.

Le maître d’œuvre de l’édition : un philologue itinérant

5La page de titre qui ouvre le volume annonce fièrement que le texte de Tite-Live a été établi à nouveaux frais (libri omnes […] noue editi, et recogniti) par « Franciscus Modius Brugensis ».

  • 1 À ne pas confondre avec le célèbre comte d’Egmont (Lamoral de son prénom) décapité en 1568 à Bruxel (...)

6Franciscus Modius, de son vrai nom François de Maulde, est né dans une famille noble à Oudenbourg (près d’Ostende), le 4 août 1556. Après avoir conquis le titre de docteur en droit à l’Université de Douai (1573), il poursuit des études de lettres à Louvain, notamment auprès du latiniste Cornelius Valerius ab Auwater (1512-1578), qui compta aussi Juste Lipse parmi ses élèves. En 1579, les troubles politiques le forcent à renoncer à une carrière de juriste et à quitter les Pays-Bas. Il se rend à Cologne où il jouit de la protection du comte Charles d’Egmont1 et peut entrer en contact avec le monde savant des philologues et historiens. De 1581 à 1584, nous le retrouvons à Würzburg, où il est secrétaire du prélat catholique Érasme Neustetter (1523-1594), qui le nomme à la tête d’une des plus riches bibliothèques d’Allemagne. Entre 1585-1587, il travaille à Francfort comme correcteur auprès des imprimeurs Sigmund Feyerabend et André Wechel – ce qui explique que son édition de Tite-Live parut apud Ioannem Wechelum impensis Sigismundi Feyrabendii.

7En 1590, Modius reçoit une prébende de chanoine au chapitre de Saint-Pierre à Aire-en-Artois (actuellement Aire-sur-la-Lys, près de Saint-Omer), et se consacre désormais à la littérature et aux études philologiques, encouragé vivement par Juste Lipse ; il y meurt le 22 janvier 1597. Sa vie entière aura été placée sous le signe de la recherche inlassable et de l’examen approfondi de manuscrits, qui l’ont conduit à travers toute l’Allemagne et d’autres pays d’Europe.

8Franciscus Modius a laissé une œuvre littéraire et philologique abondante : poésies latines (Poemata Varia, Würzburg, 1583), études d’histoire du droit, éditions critiques d’auteurs latins (Quinte-Curce, Végèce, Frontin, Justin, etc.). Ses Nouantiquae lectiones (Francfort, 1584), qui offrent une foule de corrections critiques aux textes latins (Silius Italicus, Cicéron, Martial, etc.), constituent sa contribution la plus importante à la recherche philologique.

9En 1588, donc, il procure à ses frais l’édition complète de Tite-Live, en trois tomes, qui fait l’objet de cette notice. Dans la lettre dédicatoire, assez peu conventionnelle, à Charles Comte d’Egmont, François Modius relate une aventure qui a fâcheusement compromis et ralenti la finalisation de son édition de Tite-Live. Le 22 décembre 1587, comme il était de passage à Bonn et s’apprêtait à rejoindre son protecteur qui se trouvait alors dans le Hainaut, la ville fut envahie, à la suite sans doute d’une trahison, par les troupes du capitaine Martin Schenk ; gravement blessé et dépouillé de son argent et de ses biens, Modius fut jeté en prison où il resta enfermé pendant deux mois avant d’être racheté par un bienfaiteur. Son état de santé précaire – et une vilaine morsure de chien peu après sa sortie de prison – l’ayant condamné à une longue revalidation, il ne put dès lors apporter à l’édition de l’œuvre livienne tous les développements et tout le soin qu’il aurait souhaités.

L’arsenal critique et historique

10Dans les trois tomes qui composent l’ouvrage est rassemblé un imposant appareil de textes complémentaires qui s’inscrit dans la tradition des éditions humanistes. La plupart d’entre eux figuraient déjà dans celle parue chez Antoine Vincent à Lyon trente-cinq ans plus tôt. Ainsi, dans le premier tome (avant le texte livien), on retrouve le tableau des discours (classés selon les catégories rhétoriques) et le De mensuris et ponderibus de Celio Secundo Curione ; dans le troisième tome, les annotationes de Henricus Glareanus (pp. 1-78), la disputatio et les emendationes de Lorenzo Valla (pp. 347-359), les annotationes de Marcantonio Sabellico (pp. 359-362) et de Ioannes Velcurio (pp. 363-406), et bien sûr celles de Beatus Rhenanus et de Sigismundus Gelenius (pp. 407-464), les deux maîtres d’œuvre de l’édition bâloise qui avait fait date.

11Mais dans les quelques décennies qui séparent l’édition lyonnaise (1553) de celle qui nous occupe ici, les études liviennes s’étaient enrichies, à la faveur de la sensationnelle découverte des Fasti Capitolini, d’une contribution majeure : l’édition et les commentaires de Carlo Sigonio, parus pour la première fois en 1555. L’ouvrage, publié par le célèbre atelier vénitien des Manuce, prenait le contre-pied des usages éditoriaux d’Europe du Nord : seuls les Scholia et la chronologie de Sigonio accompagnaient le texte de l’Ab Urbe condita, pour ainsi dire débarrassé du poids de la tradition exégétique humaniste. Cette édition, plusieurs fois révisée et rééditée (1566, 1572 et 1592), ouvrait une ère nouvelle. Dans la seconde moitié du xvie siècle, seules les éditions de Feyerabend sont en mesure de rivaliser avec celle-ci. En 1568, le libraire francfortois avait déjà publié le texte de Tite-Live établi par Wilhelmus Godelevaeus (réimprimée en 1578), dont notre volume de 1588 reprend les Obseruationes ex uariis autorum scriptis collectae (tome III, pp. 238-346).

12Sigmund Feyerabend avait aussi décidé de prendre position dans la controverse qui opposait l’impétueux Sigonio à Glareanus et Francesco Robortello sur le terrain de l’établissement du texte de Tite-Live et de la chronologie romaine. Feyerabend publie évidemment les Scholia et la Chronologia de Sigonio (tome III, pp. 81-237), mais dans un avis au lecteur (p. 80), il signale qu’il a inséré dans le texte même de Sigonio (ou dans les marges) les réponses de Glareanus aux attaques de son jeune collègue. On lit par exemple, à la page 234 : Glareanus hunc habet annum, ac nescit quid sibi uelit Sigonius (« Glareanus indique bien cette année, et il ne voit pas où veut en venir Sigonio »).

13C’est dans le contexte de cette controverse qui défrayait les cercles humanistes depuis plusieurs décennies que s’inscrit la nouvelle édition de Franciscus Modius. À la suite de tous les documents évoqués ci-dessus s’ajoute un nouveau commentaire philologique rédigé par Modius, qui reprend en partie le contenu d’études d’autres humanistes : notae, partim ab eo scriptae, partim ex Lipsii, Brissonii, & c. eruditissimis ingenii monimentis exscriptae (tome III, pp. 485-544). Il est à remarquer que ces notae comportent la reproduction exacte des 88 Variae lectiones ajoutées par Juste Lipse dans son édition du premier livre de l’Ab Urbe condita en 1579. Les notes critiques de Modius serviront de base aux travaux de Janus Gruterus, dont il est question dans une autre notice.

14Outre les nombreux commentaires à caractère philologique, la volumineuse édition francfortoise octroie une grande place à des contributions éclairant l’histoire romaine en général, ce qui confère à l’ouvrage un caractère encyclopédique. Le deuxième tome est ainsi occupé par deux traités qui réexaminent la chronologie de la Rome républicaine à la lumière des Fastes capitolins : d’une part (pp. 3-53) la Chronologia in Titi Liuii historiam, accomodata ad tabulas Capitolinas Verri Flacci de Joachim Grellius (parue en 1568), d’autre part (pp. 54-59) le De conuenientia supputationis Liuianae ann[orum] cum marmoribus Romanis, quae in Capitolio sunt, opuscule rédigé en 1557 par l’adversaire de Sigonio, Francesco Robortello. Ces deux écrits seront à nouveau publiés dans une édition de Tite-Live parue à Genève en 1609.

15Autre caractéristique notable de notre volume : l’attention accordée aux antiquités de Rome, pour lesquelles le monde savant et les aristocraties européennes se passionnent de plus en plus à partir du milieu du xvie siècle. Parmi les pièces liminaires du premier tome figurent ainsi deux classiques de la littérature topographique : le De urbis Romae regionibus et locis (pp. 50-52) de l’auteur ancien Publius Victor (ive siècle) et le De antiquitatibus urbis Romae libellus (pp. 14-18) de l’humaniste Pomponio Leto (1428-1498). Un autre grand nom enrichit cette section, celui de Bartolomeo Marliani (1488-1566), dont est publié (pp. 18-49) l’épitomé de la célèbre Antiquae Romae topographia.

16Cette édition de 1588 peut ainsi être considérée comme l’aboutissement de la tradition des éditions humanistes à vocation encyclopédique, qui accumulaient pièces liminaires et commentaires. Les éditions du siècle suivant, sans renoncer à l’érudition philologique, ne présenteront plus de tels appareils exégétiques et ouvriront la voie à nos ouvrages modernes.

Bibliographie

Orientation bibliographique

T. Liuii Patauini Historiarum ab Vrbe condita libri qui supersunt omnes cum […] excerptis Petr. Nannii, Justi Lipsii, Fr. Modii, Jani Gruteri […] curante Arn. Drakenbosch, t. XV continens Varias dissertationes, dedicationes et praefationes. Pars prior, Stuttgart, 1827. Voir pp. LXXVII-LXXIX sur les opera Liuiana de Fr. Modius ; pp. 562-565 : « Dedicatio et praefatio Modiana anni 1588 » (dédicace à Charles Comte d’Egmont ; avertissement au lecteur).

A. H. Mcdonald, « Livius, Titus », dans P. O. Kristeller, P.E. Cranz (éds), Catalogus translationum et commentariorum : Mediaeval and Renaissance Latin Translations and Commentaries. Annotated Lists and Guides, vol. II, Washington, 1971, pp. 331-348 (spécialement pp. 347-348 sur Fr. Modius).

Notes

1 À ne pas confondre avec le célèbre comte d’Egmont (Lamoral de son prénom) décapité en 1568 à Bruxelles sur ordre du duc d’Albe.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search