Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

À la reconquête d’une œuvre : des manuscrits aux éditions humanistes

10. Tacite ou Tite-Live ?

Le choix de Juste Lipse

Lambert Isebaert

Texte intégral

Juste Lipse (1547-1606)

Iusti Lipsii Epistolicarum quaestionum libri V. In quîs ad varios scriptores, pleraeque ad T. Livium, Notae

Antverpiae : Ex officina Christophori Plantini, Architypographi Regii, 1577

R16A0167

Juste Lipse (né à Overijse, le 18 octobre 1547 et mort à Louvain, le 23 mars 1606), un des représentants majeurs de l’humanisme savant en Europe, est célébré principalement pour ses travaux de critique textuelle, d’histoire ancienne et de philosophie morale et politique. Il a été professeur aux universités d’Iéna (1572-1574 : chaire d’histoire), de Louvain (1576-1578 : histoire et institutions romaines), de Leyde (1578-1591 : « professor historiarum & iuris ») et à nouveau de Louvain (1592-1606 : chaires d’histoire et de philologie latine).

L’historien romain préféré de Juste Lipse est sans conteste Tacite, dont il a procuré au total sept éditions critiques, à partir de 1574. Les Histoires et les Annales offrent à ses yeux la quintessence de l’historiographie, qui n’est autre que l’utilité morale, la faculté de fournir une clef de compréhension pour l’époque contemporaine. De ce point de vue, Tacite est jugé nettement supérieur à Tite-Live. Dès 1572, dans un discours à Iéna, Juste Lipse déclare :

Nam ut de Liuio dicam, si quisquam est qui scriptorem eum admiretur et amet eundem, me imprimis profiteor : thesaurus nimirum antiquitatis et e cuius purissimis scriptis liquidum flumen eloquentiae manat. Sed tamen quod ad rem publicam et mores nostros attinet, quid afferre Liuius potest praeter bella, exercitus et seditiones tribunitiae ? Iucundum auribus fateor ; sed ego aurium uoluptatem cum animi utilitate coniunctam desidero.

« Car, pour parler de Tite-Live, s’il y a bien une personne qui admire et affectionne cet auteur, c’est moi assurément. Il est en effet un trésor d’antiquités et une source d’écrits très purs d’où jaillit un fleuve limpide d’éloquence.

Cependant, pour ce qui est de notre vie politique et sociale, que peut apporter Tite-Live, si ce n’est des guerres, des armées et des rébellions de tribuns ? Il est agréable aux oreilles, je l’avoue ; mais pour ma part, je souhaite que le plaisir des oreilles aille de pair avec l’utilité morale. »

Deux ans plus tard, dans la lettre dédicatoire à l’empereur Maximilien II placée en exergue de sa première édition critique des œuvres de Tacite (1574), Juste Lipse s’exprime d’une semblable façon :

Iam uero princeps historicorum audit Liuius. Si magnitudinem operis et uarietatem rerum spectamus, recte ; sed tamen (quod more maiorum liceat) a Liuii lectione semper commotior surrexi, non semper melior aut ad uitae casus instructior.

« Il est vrai que Tite-Live a la réputation d’être le prince des historiens. Ce jugement est fondé si on regarde l’ampleur de son œuvre et la variété des sujets traités ; cependant (pour parler à la façon des Anciens), si la lecture de Tite-Live m’a toujours rendu plus sensible, pour autant je ne suis pas toujours devenu meilleur ni plus armé pour affronter les épreuves de la vie. »

Rentré à Louvain, fin octobre 1575, pour terminer ses études de droit (il est proclamé « licentiatus utriusque iuris » le 23 janvier 1576), Juste Lipse se voit attribuer la charge d’un cours d’histoire ancienne à l’université et donnera, deux années durant, des leçons sur l’Ab Urbe condita de Tite-Live (1576-1578). Nous possédons un reflet direct de ces leçons, grâce aux notes de cours d’un élève, Daniel Suys dit « Susius », fils de l’humaniste Jacob Suys (1520-1592), dont on a gardé le support original : il s’agit d’une édition du livre III de la première décade, parue à Louvain en 1545, qui contient une foule d’annotations manuscrites, les unes sous la forme de notes marginales ou interlinéaires, d’autres consignées sur des feuilles insérées. Ces notes, portant sur les chapitres 1 à 33 du texte livien, traitent de questions de philologie et de vocabulaire mais, pour l’essentiel, fournissent des éclaircissements sur les institutions politiques, religieuses, militaires ou judiciaires.

Dans les années qui suivent immédiatement, Juste Lipse publie deux ouvrages qui portent l’empreinte directe de sa fréquentation intense de Tite-Live à cette époque de sa vie : un recueil de notes textuelles (1577), dont la BUMP possède un exemplaire, et l’édition critique du premier livre de Tite-Live (1579).

En 1577 paraissent donc les Epistolicae Quaestiones, un ouvrage de critique textuelle, dans la veine des publications antérieures qu’étaient les Variae Lectiones (1569) et les Antiquae Lectiones (1575), mais qui présente la particularité d’adopter le genre épistolaire comme forme d’expression. L’ouvrage, divisé en cinq livres, contient 126 lettres, pour la plupart fictives, adressées par Juste Lipse à ses amis et savants contemporains : ainsi par exemple à Joseph-Juste Scaliger, Augerius Busbequius, Marc-Antoine Muret, Christophe Plantin, Henri Estienne, etc. L’auteur y propose toutes sortes de conjectures et de corrections aux éditions de textes anciens ; dans l’avertissement au lecteur, nous apprenons qu’un titre comme « Epistolicae Correctiones » eût été plus adéquat, car Lipse ne recherche pas de solutions philologiques, il les affirme comme vraies (or quaestiones signifie « recherches »). Dans un tiers des cas, les corrections et modifications (151 au total) se rapportent au texte livien et nous trouvons des titres comme « Liuius corrigitur », « Liuius fide libri restitutus », « Liuianae emendationes », « Emendatur Liuius », « Liuii defectus suppletus », « Notae ad Liuium », etc. Il faut remarquer à cet égard que Juste Lipse, en 1576, a pu faire l’acquisition d’un précieux manuscrit de Tite-Live, présentant un grand nombre d’excellentes leçons, qui lui ont permis de résoudre beaucoup de problèmes textuels rencontrés par d’autres philologues.

Le recueil contient quatre lettres adressées à l’humaniste Carlo Sigonio (1522/23-1584), célèbre éditeur de l’Histoire romaine de Tite-Live, que Lipse a rencontré personnellement durant un séjour à Rome (1568-1570) ; il s’agit des lettres I, 3 (pp. 4-5), II, 11 (pp. 58-59), III, 4 (pp. 94-95) et V, 1 (pp. 190-191). Nous citons ci-dessous un extrait de la première de ces lettres, où Juste Lipse relate, non sans humour, l’achat du manuscrit cité plus haut, dont le propriétaire précédent vient de décéder :

Liuium manuscriptum, Carole Sigoni, his diebus e media morte eripui, modico pretio e uespillonum manibus extortum. Non possum aliud dicere in ea emptione quam deos mihi adfuisse. Perbonum enim exemplar est et, ut ex notis aliquot eius linguae coniecturam ineo, ex Hispaniis olim aduectum. Caroli Viruli fuisse titulus ait, illius quem acerbe Erasmus exagitauit. Aude mihi credere, Sigoni : rarae ex tuis libris, rarae ex Vallae aut Rhenani emendationes sunt quas non reperiam in isto. Non paucae et praeter illas eruuntur, quas tamen modice coniecturis adiuuemus.

« Cher Charles Sigonio, ces jours-ci j’ai sauvé du trépas un Tite-Live manuscrit, arraché pour un prix modique à un croque-mort. Je ne peux pas le dire autrement : les dieux ont été avec moi. Car il s’agit d’un exemplaire excellent, provenant d’Espagne, comme je le suppose d’après quelques notes dans cette langue. La page de titre nous apprend qu’il a appartenu jadis à Carolus Virulus [Karel Menneken (1413- 1493), professeur à l’Université de Louvain], celui qu’Érasme a si durement harcelé. Tu peux me croire, Sigonio : rares sont les corrections issues de tes travaux, de ceux de [Lorenzo] Valla ou de [Beatus] Rhenanus que je ne trouve pas dans ce manuscrit. En dehors de celles-là, j’en découvre plusieurs autres, qu’il faudra étayer quelque peu avec des conjectures. »

Portrait de Juste Lipse issu de : Gudeman, Imagines philologorum […].
Berlin - Leipzig, 1911

La lettre III, 16 (pp. 112-113), adressée par l’auteur à son ancien professeur Cornelius Valerius ab Auwater (1512-1578) et, plus encore, la toute dernière lettre du recueil (V, 26 : pp. 228-229), écrite à l’attention du lecteur, sont célèbres dans la mesure où Juste Lipse y justifie sa nouvelle manière d’écrire, qui marque un tournant dans sa carrière littéraire : abandonnant le modèle stylistique cicéronien, il opte pour une écriture concise, elliptique et asymétrique qui sera désormais sa marque propre :

Non excusabo in scribendo breuitatem. Nam, ea, me iudice, propria est materiae huius. An in syllabis corrigendis aut litteris commutandis periodos adhibeam et illum ambitum Ciceronianae orationis ? […] Qui aberrauit ab itinere, quaerit compendio ad uiam duci, non per amoena loca circumagi.

« Je ne présenterai pas d’excuses pour la brièveté de mon écriture. Car, à mon estime, elle est propre à la matière que je traite. Ou faudrait-il que, pour corriger des syllabes ou modifier des lettres, j’utilise de longues périodes, ces détours typiquement cicéroniens ? […] Celui qui a perdu sa route aspire à se faire remettre sur le bon chemin par la voie la plus courte et non à être promené par des endroits charmants. »

D’autre part, Juste Lipse professe dans ce texte sa prédilection pour l’emploi de mots rares et archaïques (en premier lieu plautiniens), ce qui sera une autre caractéristique durable de son écriture :

At in uerbis fui, quam debui, antiquior. Iam enim is sermo aures meas tetigit. Et Plautum, inquiunt, potius sapit quam Ciceronem. Utinam uerum dicerent!

« Mais pour le vocabulaire, j’ai été plus archaïsant qu’il n’aurait fallu. Car cette critique est déjà venue à mes oreilles. Et mon écriture, dit-on, a plus la saveur de Plaute que de Cicéron. Plût au ciel que cela fût vrai ! »

Dans une lettre à son ami brugeois Janus Lernutius (1545- 1619), datée du 13 juin 1577, Juste Lipse s’informe de la manière dont le recueil des Epistolicae Quaestiones a été reçu et revient une fois de plus sur sa nouvelle manière d’écrire :

De quibus quid iudicaturi sitis timeo. Alia enim quaedam a prioribus meis haec scriptio, cui nitor ille abest et luxuria et Tulliani cincinni : pressa ubique nec scio an quaesita nimis breuitas. Timanthem pictorem celebrant, quod in eius operibus plus semper aliquid intellegeretur quam pingeretur : uelim in mea scriptione.

« Je suis inquiet de savoir comment vous jugerez les Quaestiones. Car mon écriture ici est différente de celle de mes ouvrages antérieurs : elle n’a pas l’éclat, l’exubérance, la symétrie de Cicéron ; partout, il y a une densité et une brièveté peut-être trop recherchées. On loue le peintre Timanthe, parce qu’il y a dans ses œuvres toujours plus à comprendre que ce qui est figuré : je voudrais qu’on en dise autant pour mon écriture. »

En 1579, Juste Lipse publie l’édition critique du premier livre de l’histoire livienne :

T. Livii Historiarum ab Urbe condita Liber Primus. Recensuit I. Lipsius. Antverpiae, Ex officina Christophori Plantini Architypographii Regii, 1579.

Cet ouvrage bénéficie naturellement de l’intense travail philologique des années qui précèdent ; il propose 88 variantes textuelles en fin de volume (« Variae lectiones », pp. 76-79). La lettre dédicatoire à Christophe Plantin nous apprend que Juste Lipse a l’intention de procurer une édition de toute l’œuvre conservée de Tite-Live, du moins si les vicissitudes du temps et son travail prioritaire sur Tacite le lui permettent :

In textu ipso pleraque correcta ex codicum fide, additae breues notae ad lectionum uarietatem. Breues, non quia grauiora mihi non essent (aliter experientur qui me audient), sed ne hac leui et quasi praecidanea opera praeciperem aliquid ex iusto labore quem debere uideor huic scriptori. Nam uniuersum eum edendi et animus mihi est et (nihil uanum dicam) facultas. Tempora haec tantum obstant iniqua nobis et Commentarii Corneliani, quibus peccem in Fidem et Genium meum, siquid praeuertam.

« Dans le texte même, beaucoup de passages ont été corrigés sur la foi des manuscrits ; de brèves notes sur des leçons différentes sont données en annexe. Elles sont brèves, non pas que je trouve ces questions sans importance (ceux qui m’écouteront feront une autre expérience), mais je m’en voudrais que ce travail secondaire et pour ainsi dire préliminaire soustraie quelque chose au travail légitime que je crois devoir consacrer à cet historien. Car j’ai l’intention de l’éditer dans sa totalité et (soit dit sans vanité) j’en ai les moyens. Le seul empêchement, c’est le contexte actuel qui nous est défavorable ainsi que le Commentaire de Tacite : si je faisais passer avant un autre travail, je commettrais un péché vis-à-vis de moi-même et de mon engagement. »

1Ce projet d’édition complète de l’œuvre livienne, que Lipse rappellera plusieurs fois dans sa correspondance, ne sera jamais réalisé.

Bibliographie

Orientation bibliographique

M. Crab, « Lipsius en Livius. Klassieke filologie in de zestiende eeuw », dans Handelingen der Koninklijke Zuidnederlandse Maatschappij voor Taal- en Letterkunde en Geschiedenis, 65, 2011, pp. 149-162.

G. Tournoy, J. Papy, J. de Landtsheer (éds), Lipsius en Leuven. Catalogus van de tentoonstelling in de Centrale Bibliotheek te Leuven, 18 september – 17 oktober 1997 (Supplementa Humanistica Lovaniensia, 13), Leuven, 1997. Voir les notices n° 11a, pp. 59-61 et n° 11b, pp. 61-62 (G. Tournoy) sur les Epistolicae Quaestiones et sur l’édition critique du Ier livre de l’Ab Urbe condita par Juste Lipse, et la notice n° 46, pp. 160-163 (L. IJsewijn-Jacobs) sur le cours de Juste Lipse consacré à Tite-Live en 1576, d’après les notes prises par Daniel Susius.

G. Tournoy, « Lipsius commentator van Livius », dans Ex Officina, 11, 1998, p. 2.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search