Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

À la reconquête d’une œuvre : des manuscrits aux éditions humanistes

8. L’accumulation du savoir humaniste

Pierre Assenmaker

Texte intégral

Tite-Live

T. Livii Patavini Latinae historiae facilè principis tres, cum dimidia, quae solae extant, Decades, longè omnium, quae hactenus exierint emendatissimae […]

Lugduni : Apud Antonium Vincentium, 1553

  • 1 La BUMP possède un second exemplaire de cette édition (Rés.1B.20).

R16C00581

  • 2 L’édition a également paru à l’identique sous le seul nom (et avec la marque typographique) de Jean (...)

1C’est à Lyon, un des grands centres de l’imprimerie humaniste, qu’a été produit ce beau volume in-folio, présentant de magnifiques lettrines à fonds noirs ornées de rinceaux et de motifs végétaux, parfois aussi de figures humaines ou fabuleuses. Il a été publié par Antoine Vincent (1500-1568), qui est issu d’une famille lyonnaise. Son père, Simon Vincent, s’était lancé dans l’édition, une activité qui avait connu un essor rapide, si bien que les Vincent étaient devenus dès les années 1530 l’une des grandes maisons qui allaient dominer pendant plusieurs décennies l’industrie du livre lyonnaise. Pour asseoir leurs affaires, ces entrepreneurs veillaient à développer un créneau spécifique. Ainsi Antoine Vincent se spécialise-t-il dans les ouvrages en latin, qui se répartissent entre les domaines juridique, médical, religieux et classique – la présence de Tite-Live dans son « catalogue » n’étonne donc pas. Comme la plupart des marchands-libraires, il confie l’impression elle-même à des maîtres imprimeurs. Antoine Vincent s’associe notamment avec les frères François et Jean Frellon, Parisiens qui s’étaient établis à Lyon vers 1535 (François meurt en 1546). Cette édition de Tite-Live est l’un des fruits de cette collaboration régulière (le colophon indique que l’impression a été réalisée par Jean Frellon : excudebat Ioannes Frellonius)2. Antoine Vincent développa en collaboration avec ses fils des succursales à Genève – où il s’établira de 1559 à 1564 – et à Bâle. Parallèlement, son implication dans la vie politique et religieuse lyonnaise fut importante : il fut à trois reprises consul de la ville de Lyon (en 1543, 1551 et 1559) et, étant de confession calviniste, il participa activement au développement de l’Église réformée de sa cité, notamment par une entreprise éditoriale d’une ampleur exceptionnelle : l’impression et le commerce du psautier réformé (1562). Son engagement religieux causa sa perte lorsqu’éclatèrent les guerres de religion : il fut arrêté en 1567 et ses biens confisqués en 1568, année de son décès.

  • 3 Nous suivons comme guide, dans la lecture de cette image, l’ouvrage de G. de Tervarent, Attributs e (...)

2La marque typographique d’Antoine Vincent, qui orne la page de titre de l’ouvrage, est un bel exemple du symbolisme érudit typique de l’iconographie humaniste : un avant-bras, entouré d’un serpent se mordant la queue, émerge d’un nuage et brandit un sceptre orné de deux rameaux et surmonté d’un œil. Si une telle image nous apparaît au premier abord bien énigmatique, l’eruditus lector de la Renaissance parvenait sans peine à en décoder les différents éléments3 : le serpent, qui forme un cercle, signifie l’éternité ; les rinceaux du sceptre sont des branches de laurier, lequel est à la fois un attribut apollinien et un symbole de victoire ; l’œil rayonnant est l’image du soleil, ce qui indique que le sceptre est celui d’Apollon, régulièrement assimilé à cet astre (le dieu est représenté tenant le même sceptre sur d’autres pages de titre de notre libraire). Quant à la légende Vincenti qui accompagne l’image, elle renvoie tout à la fois au nom de l’imprimeur (« de Vincent ») et au verbe latin uincere (« pour le vainqueur »), ce qui rejoint le symbolisme du laurier. La marque que s’est choisie Antoine Vincent représente donc la victoire éternelle d’Apollon, dieu de la lumière et des arts.

3Conformément à la pratique de l’époque, la page de titre de notre volume affiche une série d’informations sur le contenu de l’ouvrage destinées à convaincre d’emblée l’acquéreur potentiel de la grande valeur de l’ouvrage. Le premier de ces « arguments de vente » concerne le texte lui-même : ces Décades seraient « de toutes celles qui ont paru jusqu’alors, celles ayant reçu de loin le meilleur travail de correction » (longè omnium, quae hactenus exierint emendatissimae). En réalité, tout indique qu’Antoine Vincent s’est contenté de reprendre le texte établi par Beatus Rhenanus et Sigismundus Gelenius pour l’édition bâloise de 1535. Le premier sous-titre attire ensuite l’attention sur la présence de notes marginales indiquant la conversion des sommes d’argent mentionnées par Tite-Live ad nostri temporis rationem, « dans le système de notre temps » (en couronnes, comme il apparaît à la lecture du livre). Last but not least, la page de titre signale pour finir l’ajout de travaux – lucubrationes : littéralement, le fruit des labeurs nocturnes, accomplis à la lueur (lux) de la lampe – dus à plusieurs savants, « dont la page suivante donnera la liste » (quarum catalogum sequens pagina indicabit).

4Le verso de ce premier folio présente en effet un sommaire ne contenant pas moins de seize intitulés d’écrits humanistes et (dans une moindre mesure) classiques, de tableaux et index divers. À parcourir le volume, on constate d’ailleurs que cette liste n’est pas tout à fait exhaustive et n’attire l’attention que sur les contributions majeures. Ces commentaires et documents, placés avant et après le texte de l’Ab Urbe condita, constituent un imposant appareil érudit, comme deux contreforts sur lesquels s’appuierait l’édifice de l’œuvre livienne. Les nombreuses pièces qui précèdent celle-ci forment une vaste introduction disparate fournissant le bagage nécessaire pour aborder l’œuvre de Tite-Live dans ses aspects les plus divers : synthèses sur l’histoire romaine et ses acteurs, liste des discours qu’ils auraient prononcés (voir ci-dessous), traité sur les mesures et les poids grecs et romains (le De mensuris et ponderibus de Celio Secundo Curione, 1503-1569), etc. À la suite des Décades (580 pages numérotées) et des épitomés (attribués à Florus) des livres XLVI-CXL, le lecteur dispose d’un ensemble de documents complémentaires destinés à accompagner sa lecture au fil du texte – la présence d’une nouvelle page de titre suggère d’ailleurs que ce volume pouvait être relié à part pour faciliter la consultation.

5L’ouvrage s’ouvre sur une lettre d’Érasme, dont il a été question dans la notice précédente, qui dressait un monument aux pionniers de la reconquête du texte livien. Ainsi rééditée au seuil du volume, cette épître semble placer l’entreprise éditoriale sous les auspices du Prince de l’humanisme – décédé depuis un peu plus de quinze ans au moment de l’impression.

6Vient ensuite un bref essai intitulé De utilitate legendae historiae (« L’utilité de lire l’histoire »), signé par le savant auquel le monde humaniste devait la découverte d’une demi-décade perdue, Simon Grynaeus. On retrouve aussi dans cette édition lyonnaise un autre grand nom qui avait fait la célébrité des éditions bâloises des années 1530 et 1540 : Henricus Glareanus. L’érudit suisse a les honneurs de la page de titre qui ouvre la dernière section de l’ouvrage. Celle-ci annonce les deux contributions majeures de Glareanus aux études historiques et liviennes : ses Annotationes aux Décades (publiées pour la première fois en 1540 et dédiées au « très auguste et invincible empereur » Charles Quint) et sa chronologie de l’histoire romaine.

7Les Annotationes de Glareanus consistent en un volumineux commentaire historique et philologique suivant le fil du texte de l’Ab Urbe condita (jusqu’au dernier livre de la quatrième décade). Les notes sont parfois accompagnées de tableaux synthétiques (surtout dans la première décade), de généalogies (celles des Tarquin et des Scipions), et même d’un remarquable plan de la bataille (racontée au livre XXXVII) qui opposa les armées de Rome et du roi Antiochos III à Magnésie du Sipyle en 189 av. J.-C. Quant à la Chronologia de Glareanus, dont le contenu a été présenté à propos d’une autre édition, la page de titre rédigée par le libraire lyonnais affirme – nouvelle accroche publicitaire ! – qu’elle est ici « pour la première fois révisée, non sans profit » (nunc primùm non sine foenore recognita). Antoine Vincent attire aussi l’attention, dans le premier sous-titre de cette page, sur un complément à la table chronologique de Glareanus : une liste alphabétique des magistrats et autres personnages mentionnés dans l’Ab Urbe condita avec l’indication des dates de leurs charges ou de leurs actions majeures. Ce précieux elenchus – lointain ancêtre des actuels instruments de travail des historiens, tel The Magistrates of the Roman Republic de T. R. S. Broughton – est dû à un imprimeur-libraire qui avait également publié l’œuvre livienne, Jodocus Badius Ascensius.

8En réalité, bien que la deuxième page de titre du volume mette en exergue le nom de Glareanus, la volumineuse section qui suit le texte de Tite-Live rassemble les commentaires de bien d’autres érudits. Sans surprise, on retrouve les abondantes notes de critique textuelle de Beatus Rhenanus et Sigismundus Gelenius, reprises aux éditions bâloises. Ces annotationes sont directement précédées du commentaire aux livres I-II de Ioannes Velcurio (Johannes Bernhardi, ca 1490-1534), professeur de rhétorique et de physique à l’Université de Wittenberg. Ses Explicationes, publiées pour la première fois à titre posthume à Strasbourg en 1545, accordent une grande attention aux aspects juridiques : chaque section du commentaire, structuré par règne puis par année consulaire, contient un catalogue des leges et instituta du roi ou des consuls en question.

9Mais l’édition lyonnaise de 1553 se signale surtout, par rapport à celles des décennies précédentes, par la présence – voire la réapparition – de plusieurs grands noms de l’humanisme italien. Cette orientation est perceptible dès le début du volume, où l’on trouve, juste après les écrits d’Érasme et de Simon Grynaeus dont il a été question, un texte de Bartolomeo Marliani (1488-1566) intitulé De origine urbis Romae : il s’agit en réalité du premier chapitre de l’œuvre majeure de cet érudit, l’Antiquae Romae topographia, qui avait connu une renommée européenne dès sa première édition en 1534 et qui allait rester une référence en matière de topographie romaine jusqu’au xviiie siècle. Remontant le cours de la tradition, la seconde page de titre de notre ouvrage affiche les noms de deux humanistes italiens du xve siècle : Lorenzo Valla (1407-1457) et Marcantonio Sabellico (1436-1506). Du premier est d’abord imprimée une disputatio, qui se présente sous la forme d’une lettre au roi de Naples Alphonse d’Aragon, dont Valla était le secrétaire, dans laquelle l’auteur – célèbre pour son vigoureux talent de polémiste – entreprend de réfuter Tite-Live (I, 46, 4) à propos de la généalogie des Tarquins. Suit la contribution la plus importante de Valla aux études liviennes, parue en 1447 : les Emendationes sex librorum T. Liuii de secundo bello punico (« Corrections aux six livres de Tite-Live sur la deuxième guerre punique »). S’appuyant sur le manuscrit jadis annoté par Pétrarque, ce champion du bon usage latin qu’était Valla y livre un examen critique du texte des livres XXI-XXVI, dont certaines conjectures sont adoptées aujourd’hui encore par les philologues. À la suite de cette œuvre viennent les brèves annotationes que Marcantonio Sabellico avait rédigées en accompagnement de son édition de Tite-Live parue à Venise en 1498.

10L’édition lyonnaise réalisée par Antoine Vincent et Jean Frellon donne ainsi à voir la constitution progressive, pour ainsi dire strate par strate, de la tradition ecdotique et exégétique de l’époque humaniste. À l’attention de leur lectorat français, les libraires-imprimeurs réunissent dans ce volume plusieurs figures de proue de l’humanisme italien et germanique dans un esprit d’accumulation des commentaires – une tendance qui ira s’accentuant jusqu’à la fin du xvie siècle. Mais il ne s’agit pas seulement d’afficher de grands noms : plusieurs documents « anonymes », souvent repris à des ouvrages antérieurs, inventorient et ordonnent les foisonnantes données glanées à chaque page de l’Ab Urbe condita. Dans cette édition comme dans celle parue à Bâle dix ans plus tôt, on trouve un volumineux – copiosissimus ! – index et une liste des magistrats (ainsi que des rois et grands pontifes) décade par décade (Elenchus regum, consulum, dictatorum…). Mais concernant ce type d’instruments aussi, l’évolution est sensible. Si l’édition bâloise contenait déjà un index des discours liviens, celui-ci suivait simplement l’ordre dans lequel ils figuraient dans l’œuvre. Dans l’ouvrage publié à Lyon, en revanche, les discours font l’objet d’un classement plus élaboré, conçu sur la base des catégories de la rhétorique. On trouve d’abord un tableau de l’ensemble des discours uelut generis diuisionem in species complectens (« comprenant pour ainsi dire la subdivision du genre en espèces »), où est adoptée la répartition traditionnelle en deliberatio – demonstratio – iudicium, que l’on retrouvera par exemple dans le recueil publié par Henri Estienne en 1570. L’index qui suit (contenant les résumés de chaque harangue) se conforme au classement exposé dans ce tableau, ce qui en fait un outil d’une grande valeur didactique : le lecteur pouvait prendre connaissance en un coup d’œil de tous les passages de Tite-Live qui pouvaient lui offrir des modèles classiques de suasio ou de dissuasio, d’adhortatio ou de dehortatio, d’accusatio ou de defensio

11Tite-Live comme professeur de rhétorique ? Ce mélange des genres peut nous paraître singulier. Or, telle fut une des raisons majeures – sinon la première – de l’exceptionnelle fortune dont l’historien latin jouit dans l’enseignement des siècles durant. Le volume qui fait l’objet de cette notice nous en fournit une preuve éclairante : sur la feuille de garde, une inscription manuscrite – en latin – nous apprend qu’en 1701, la ville de Namur offrit ce livre à un certain Jacques Sanglier comme premier prix de… rhétorique !

Bibliographie

Orientation bibliographique

A.H. Mcdonald, « Livius, Titus », dans P.O. Kristeller, P.E. Cranz (éds), Catalogus translationum et commentariorum : Mediaeval and Renaissance Latin Translations and Commentaries. Annotated Lists and Guides, vol. II, Washington, 1971, pp. 331-348.

N. Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », dans H.-J. Martin, R. Chartier (éds), Histoire de l’édition française. Tome I. Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Paris, 1983, pp. 255-277.

Notes

1 La BUMP possède un second exemplaire de cette édition (Rés.1B.20).

2 L’édition a également paru à l’identique sous le seul nom (et avec la marque typographique) de Jean Frellon : Lugduni, Apud Ioannem Frellonium, 1553.

3 Nous suivons comme guide, dans la lecture de cette image, l’ouvrage de G. de Tervarent, Attributs et symboles dans l’art profane. Dictionnaire d’un langage perdu (1450-1600), Genève, 1997, pp. 403-404.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search