Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

À la reconquête d’une œuvre : des manuscrits aux éditions humanistes

7. La grande aventure de la philologie vue par Érasme

Mathieu Minet

Texte intégral

« Érasme de Rotterdam au noble et jeune Charles Mountjoy, salut. »

1Cette formule de salutation ouvre une lettre d’Érasme placée en tête de deux éditions exposées, celles parues à Bâle en 1543 et à Lyon en 1553. La date qu’on lit en bas de l’épître indique toutefois qu’elle avait été rédigée des années auparavant : Apud Friburgum Brisgoiae, calend[is] Martiis, Anno M.D.XXXI (« à Fribourg-en-Brisgau, le 1er mars 1531 »).

21531 est une date cruciale dans l’histoire de la réception – ou plutôt de la reconquête – de l’œuvre de Tite-Live : cette année-là parut à Bâle, chez le libraire-imprimeur Froben, une édition de l’Ab Urbe condita enrichie de cinq nouveaux livres (XLI-XLV), retrouvés dans l’abbaye de Lorsch par l’érudit allemand Simon Grynaeus (ca 1494-1541), humaniste principalement connu pour ses travaux menés dans le domaine de l’hellénisme. L’épître dédicatoire placée en ouverture de cet ouvrage devait initialement être une lettre de Grynaeus au philosophe, philologue et réformateur Philippe Melanchthon, mais celle-ci fut remplacée par la lettre d’Érasme en question. On a attribué ce revirement au souci du libraire-imprimeur de ne pas heurter les lecteurs catholiques en mettant en exergue un texte dédié à un partisan de la Réforme – ce qui nous amène à rappeler que Réforme et humanisme ont longtemps cheminé main dans la main : la sola scriptura, c’est-à-dire le primat donné aux textes sacrés sur les dogmes, n’est-elle pas avant tout un scrupule de philologue ? Mais peut-être les tensions religieuses ne sont-elles pas la seule raison de ce changement éditorial : il est permis de penser aussi que le grand Érasme ne dédaigna pas d’être associé à une publication appelée à faire date. En outre, du point de vue commercial, afficher ce nom célèbre assurait une publicité non négligeable au nouvel ouvrage.

Portrait d’Érasme issu de : Gudeman, Imagines philologorum […]. Berlin - Leipzig, 1911

3La lettre d’Érasme est adressée au jeune noble anglais Charles Blount (1516-1544). L’adolescens, âgé de quatorze ans au moment de la rédaction de l’épître, est le fils de William Blount (ca 1478-1534), quatrième baron Mountjoy, qui était tout à la fois élève et patron de l’humaniste, et lui avait offert l’opportunité de plusieurs séjours en Angleterre – au cours desquels Érasme se lia d’amitié avec Thomas More, dédicataire de l’Éloge de la Folie. Sous le prétexte d’honorer son jeune « émule », Érasme nous livre dans cette épître à Charles Mountjoy un témoignage intéressant sur les temps héroïques où la philologie s’apparente encore à une « grande aventure » : la collation des manuscrits, leur déchiffrement et tout le travail d’édition qui doit in fine mener à l’impression des textes classiques repose en effet sur les épaules d’aventuriers prêts à parcourir l’Europe, à retourner chaque bibliothèque, à écrire à chaque monastère, pour trouver tel chapitre manquant, telle version alternative, telle glose permettant de compléter le champ des connaissances à l’instar de pionniers explorant une terra incognita. Dans le cas du texte livien, ces têtes brûlées se montraient même prêtes à gagner, au prix d’un long et inconfortable voyage, les contrées lointaines où des rumeurs plus ou moins fondées situaient des fragments de l’Ab Urbe condita :

Atque utinam faxit Deus Opt. Max. ut hic autor totus et integer nobis restituatur. Eius rei spem nonnullam praebent rumores per ora quorundam uolitantes : dum hic apud Danos, ille apud Polonos, alius apud Germanos, haberi Liuiana quaedam nondum edita iactitat.

« Fasse Dieu Tout-Puissant que cet auteur nous soit restitué dans sa totalité et dans son intégralité ! Des bruits qui volent sur la bouche de certaines gens en offrent un certain espoir : celui-ci au Danemark, celui-là en Pologne, un autre en Allemagne, prétend qu’il existe des pans de Tite-Live encore inédits. »

4Plus prosaïque mais tout aussi essentiel que l’établissement du texte est le travail des savants qui, pour faciliter la lecture d’un texte aux dimensions importantes, le dotent d’indications chronologiques ou prosopographiques utiles au lecteur. Outre les cinq nouveaux livres, le Tite-Live bâlois de 1531 se signalait ainsi par une monumentale « annexe » au texte : la chronologie des civilisations anciennes établie par l’humaniste suisse Henricus Glareanus. Érasme rend un bel hommage à l’infatigable activité (indefatigabilis industria) de ce savant, et à travers lui à tous ceux qui éclairent pour les autres le labyrinthique chemin du Savoir :

Ea Chronologia commonstrat temporum ordinem, bellorum species, ac personarum nomina, in quibus hactenus fuit mira confusio, scribarum ac sciolorum uitio inducta. Atqui haec erat unica historiae lux. Quòd si haec absit cynosura, caeca prorsus est in historiarum pelago nauigatio: & nisi hoc adsit filum, inextricabilis error inuoluit lectorem etiam eruditum, in his rerum gestarum labyrinthis.

« Cette chronologie reprend les époques successives, les faits saillants des guerres et les noms de personnages, à propos desquels régnait jusqu’ici une formidable confusion, introduite par la faute de scribes et de demi-savants. Or la chronologie est l’unique lumière de l’histoire. Sans cette étoile Polaire, c’est véritablement à l’aveuglette qu’on navigue sur l’océan des histoires ; à défaut de ce fil, le lecteur même érudit erre sans fin à la ronde dans ce labyrinthe d’événements. »

Extrait de : T. Livii Patavini […] tres cum dimidia, quae solae extant, Decades […]. Lyon, 1553

5Enfin, et parce qu’Érasme, sans cela, ne serait pas Érasme, l’éloge des philologues se joint à l’admonestation des puissants : plutôt que de financer la prospection de gisements d’or ou d’argent, comme ils seraient mieux inspirés de contribuer à la plus belle des chasses au trésor, celle de la Connaissance !

Vehementer enim absurdum uidetur homines, ut parum auri argentiue inueniant, tantis impendiis tantisque periculis ad ipsos pene inferos terrae uiscera perfodere: et huiusmodi thesauros, tanto illis preciosiores quanto corpore praestantior est animus, prorsus negligere, nec ulla uestigatione dignos iudicare.

« Car il semble fort absurde que les hommes, dans le but de trouver un peu d’or ou d’argent, se mettent en si grands frais et dangers pour creuser – presque jusqu’aux enfers ! – les entrailles de la terre, alors qu’ils négligent les trésors de cette sorte [i. e. les manuscrits], qui sont d’autant plus précieux que l’esprit l’emporte sur le corps, sans les juger dignes de la moindre expédition. »

6L’image employée en renfort de ce souhait est parlante, et fait écho aux accents les plus satiriques de l’Éloge de la Folie paru vingt ans plus tôt : les princes mal inspirés sont comparés à Midas, roi lydien que perdit sa cupidité et qui, en châtiment de sa bêtise, se vit affubler d’oreilles d’âne…

7Une République des Lettres, des princes de la Renaissance éclairés par l’Histoire : tel est le programme érasmien pour une Europe humaniste et pacifique.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Voir le texte complet (en traduction française) de l’épître d’Érasme à Charles Blount dans B. Beaulieu, H. Vannerom, Y. Remy, La correspondance d’Érasme […]. Volume IX. 1530-1532, Bruxelles, 1980, n° 2435, pp. 205-208.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search