Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

À la reconquête d’une œuvre : des manuscrits aux éditions humanistes

5. Le premier grand recueil des œuvres latines de Pétrarque : un incunable de 1496

Renaud Adam

Texte intégral

Pétrarque (1304-1374)

[Opera Latina]

Bâle : Johann Amerbach, 1496

R15B0006

1L’imprimerie s’empara très tôt de Pétrarque et de son œuvre. Une quinzaine d’années seulement sépare la mise au point de cette technique par Johann Gutenberg à Mayence, vers 1454-1455, de la première impression de textes du père de l’humanisme par Vindelinus de Spira à Venise en 1470. Le choix de cet imprimeur se porta sur ces magnifiques monuments de la poésie italienne que sont le Canzoniere et les Trionfi, qui célèbrent la passion éternelle de Pétrarque pour son amour de jeunesse, Laure. Moins de trente ans plus tard, après la parution de près d’une centaine d’éditions en Italie, en Allemagne et dans les anciens Pays-Bas, le premier grand recueil de ses opera Latina sort enfin de presse. Cet événement majeur pour l’histoire de la littérature européenne se déroula en 1496 à Bâle, dans le Klein Basel, pas loin de la chartreuse du Val Sainte Marguerite, dans la maison de l’imprimeur Johann Amerbach – de son vrai nom Hans Frenediger –, la Kaiserstuhl.

2Ce typographe, également libraire et éditeur, est originaire de la ville d’Amorbach située en Franconie dans le diocèse de Würzburg. Après des études à l’université de Paris, où il obtint sa maîtrise en 1464, il partit en Italie, peut-être à Venise, où il se serait initié aux secrets de l’art typographique. Il rejoignit ensuite Bâle, vers 1477, où il retrouva l’un de ses anciens professeurs, Johann Heynlin von Steyn, venu se réinstaller dans la cité rhénane quelques années plus tôt. Les deux hommes collaborèrent étroitement, Heynlin rédigeant des préfaces et des commentaires pour l’imprimeur tout en l’aidant à la collation de textes et à la correction de manuscrits. L’érudit fut d’ailleurs à l’origine de l’ambitieux projet éditorial qui rendra célèbre la firme bâloise, l’édition des travaux des quatre grands Pères de l’Église, les « quatre étoiles lumineuses » : Ambroise, Augustin, Jérôme et Grégoire.

3Homme de lettres, bénéficiant d’une solide formation latine avec quelques notions de grec, Amerbach entra en relation et correspondit avec les grands intellectuels de son temps, adhérant à cet esprit de renouveau intellectuel qui secouait alors l’Europe, l’humanisme. Il n’hésita d’ailleurs pas à les solliciter pour ses propres travaux ou à s’adjoindre les services de l’un ou de l’autre occasionnellement. L’édition des œuvres de Pétrarque en 1496 illustre à la perfection le travail avec ces hommes et le rôle de passeur de culture joué par Amerbach. Il confia ainsi à l’humaniste strasbourgeois Sébastien Brant, auteur de la célèbre Nef des fous, le soin d’éditer le texte. Dans le courant de l’année 1495, il écrivit à plusieurs de ses correspondants pour obtenir des copies des œuvres de Pétrarque afin de les collationner dans l’optique de fournir la meilleure édition. À titre d’exemple, le 25 avril 1495, Jakob Wimpfeling, un autre humaniste originaire de Strasbourg, mais résidant à Spire, lui envoya une version imprimée d’un texte de Pétrarque ; non pas la version conservée à la cathédrale qui lui avait été demandée, mais une autre, de meilleure qualité, selon l’Alsacien. L’ouvrage paraît à la fin de l’été 1496, comme en témoigne une lettre écrite le 14 septembre 1496 par l’abbé de Sponheim, Johann Tritheim, dans laquelle il remercie l’imprimeur de lui avoir fait parvenir une copie.

4L’avis de Tritheim sur cette édition est élogieux puisqu’il la qualifie de « volume splendide ». L’ouvrage est en effet de belle qualité et répond aux « canons » du livre humaniste. Après une page de titre sobre énumérant les œuvres contenues à l’intérieur, le lecteur est invité à lire le texte dans un caractère romain élégant – Amerbach est d’ailleurs l’introducteur de ce type de lettres à Bâle –, disposé sur une seule colonne et bénéficiant d’une mise en page aérée encadrée par des titres courants et par une foliotation en chiffres romains. De la sorte, ce volume prend ses distances avec l’aspect formel des manuscrits médiévaux reproduits à l’aide d’une écriture gothique serrée, généralement sur deux colonnes.

5L’exemplaire conservé aujourd’hui à la bibliothèque Moretus Plantin de Namur présente encore sa reliure originale, malmenée par les siècles et ayant bénéficié d’une campagne de restauration ultérieure. Cet ouvrage n’est malheureusement pas complet, le premier feuillet (la page de titre) manque. Une consultation rapide montre que l’un de ses premiers possesseurs se l’appropria de manière savante : des lettrines et des pieds-de-mouche – qui correspondent à nos actuels sauts de paragraphe – furent dessinés à l’aide d’une encre rouge tandis que les lettres capitales furent rehaussées dans la même couleur. Ces interventions manuscrites n’avaient qu’un seul but : faciliter le lecteur dans son appropriation du contenu de la page. Dans la même optique, de petites lanières de cuir furent disposées au début de chaque pièce pour faire office de signet et ainsi permettre au lecteur de retrouver plus facilement l’un des écrits de Pétrarque contenus dans le volume. Un autre propriétaire (le même ?) inscrivit le nom de franciscus petrarcha sur la tranche de queue (le bas de l’exemplaire), signe que ce livre reposait couché dans sa bibliothèque, et non droit comme l’usage actuel le préconise. Toutes ces annotations et autres interventions furent-elles faites par cet Antonius Boreres, licencié en théologie, qui revendiqua la propriété du volume sur la première page dans le courant des xvie-xviie siècles (Ex dono M & D Antonii Boreres theologiae licentiati) ? Aucune information n’a encore été retrouvée sur la date d’entrée de cet ouvrage dans les collections de la BUMP. Nous savons juste qu’il fut pendant un certain temps la possession de la ville de Louvain et qu’il fut distrait de leur bibliothèque en 1866, comme l’indique cette inscription : « acheté à la vente des doubles, de la Bibliothèque publique de Louvain, le 7 mai 1866. »

Bibliographie

Orientation bibliographique

P.G. Bietenholz, T.B. Deutscher (éds), Contemporaries of Erasmus. ABiographical Register of the Renaissance and Reformation, 3 vol., Toronto - Buffalo - Londres, 1985-1987.

L. Febvre, H.-J. Martin, L’apparition du livre, 3e éd., Paris, 1999, pp. 211-213.

B. C. Halporn, The Correspondence of Johann Amerbach. Early Printing in its Social Context, Michigan, 2000.

A. Vanautgaerden, Érasme typographe. Humanisme et imprimerie au début du xvie siècle, Genève - Bruxelles, 2012.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search