Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

À la reconquête d’une œuvre : des manuscrits aux éditions humanistes

3. Tradition et transculturation

Manuscrits et incunables de Tite-Live conservés à la Bibliothèque royale de Belgique1

Michiel Verweij

Texte intégral

  • 1 Dédié à cet écolier de 17 ans qui allait étudier la philologie classique à Louvain. J’aimerais reme (...)

La collection la plus riche de Liuiana en Belgique se trouve – je dirais presque : évidemment – à la Bibliothèque Royale. À côté d’un (seul) manuscrit latin, on y trouve trois exemplaires de la traduction française par Pierre Bersuire – une des plus anciennes versions en langue vernaculaire –, chacun en plusieurs volumes. En outre, la Bibliothèque Royale conserve un nombre considérable d’incunables de l’œuvre de Tite-Live.

Un manuscrit latin de la première décade

  • 1 Ms. 12172 : 32,5 x 22,4 cm ; (ii) + [i] + 201 [immo : 203] + [i] + (ii) f. ; longues lignes ; 39 li (...)

Jamais utilisé dans les éditions critiques, le manuscrit latin avec la cote ms. 12172 contient la seule première décade et a été copié au xve siècle en Italie1. Sans indication explicite de provenance, il a toutes les caractéristiques d’un manuscrit italien soigné de ce siècle : belle minuscule humaniste, lettrines décorées avec bordures, portrait de l’auteur dans la seule initiale historiée. S’il est clair qu’il a été écrit dans la péninsule apennine, il s’avère beaucoup plus difficile d’attribuer ce volume à une région ou une ville précise. On a d’abord favorisé Naples comme lieu de production, mais on lui préfère aujourd’hui Ferrare.

En général, les manuscrits d’humanistes sont restés relativement dénués de décoration. En fait, ces érudits s’intéressaient surtout et d’abord au texte. D’ailleurs, l’image populaire du manuscrit médiéval décoré avec des enluminures est fausse : les miniatures sont l’exception et forment la partie la plus élevée du programme de décoration (qui inclut aussi les initiales et les bordures). Cette ornementation jouait un rôle bien précis : la décoration sert à la structuration du texte et du manuscrit, ce qui explique aussi la hiérarchie des lettrines (historiée, fleurie, champiée, filigranée, format plus grand ou plus petit, etc.). En tout cas, sauf pour les manuscrits scientifiques où la décoration correspond en fait à notre idée d’illustration, les enluminures et la décoration riche expriment surtout prestige et luxe. On les trouve dans des volumes destinés à la liturgie et dans les manuscrits des collections bibliophiles princières.

De ce point de vue, le ms. 12172 constitue un cas particulier, dans le sens que, sans être vraiment un manuscrit de grand luxe, il comporte plus de décoration que la majorité des manuscrits humanistes. Ceux-ci se contentent généralement de quelques initiales indiquant le début d’un nouveau livre ou poème et d’une bordure de tiges d’acanthe entrelacées en blanc au premier feuillet ; ils peuvent être encore plus sobres comme le ms. 14640 de la Bibliothèque Royale, contenant les élégies de Tibulle et dont la production peut être située à Ferrare en 1428-1430. L’initiale historiée de la préface de Tite-Live dans le ms. 12172 (la seule de ce type dans notre volume) montre l’auteur dans des vêtements typiques de la Renaissance italienne (fig. A). La lettrine est mise dans une bordure qui est peuplée d’un oiseau et d’un putto chevauchant ce qui semble être un loup. Chaque nouveau livre commençait à l’origine par une initiale décorée avec bordure, mais à un moment donné cette décoration a été coupée quand elle se trouvait dans la marge extérieure (aux folios 22v, 112v, 128r, 145r et 182v). Plus tard, une autre personne a essayé de réparer les trous laissés par ce vol en complétant le parchemin et en y ajoutant une décoration semblable à celle conservée. La différence de style est, par contre, très claire. L’écriture est extrêmement soignée. Ainsi, le manuscrit bruxellois de Tite-Live n’est pas un simple volume humaniste : par son ornementation – ainsi que par sa dimension – il contient presque les caractéristiques d’un codex de luxe de modeste envergure.

Œuvre de culture et manuscrits de prestige : la première traduction française de Tite-Live

Par contre, les trois ensembles de manuscrits avec la traduction française de Pierre Bersuire (ca 1290-1362) sont incontestablement des volumes de classe. Tous les trois datent du xve siècle et sont donc postérieurs d’à peine un siècle à la composition de cette traduction, réalisée en 1354-1356 à la demande du roi de France Jean le Bon. Bersuire, moine bénédictin, était en effet un des intellectuels les plus éminents de son temps, et était lié d’amitié avec un autre grand passionné de Tite-Live, l’humaniste Pétrarque. Il vaut la peine de noter que cette traduction fit date d’un point de vue non seulement culturel, mais aussi linguistique : en effet, elle donna lieu à un important travail d’enrichissement du vocabulaire français, à tel point que le traducteur accompagna son texte d’un glossaire reprenant les termes qu’il avait forgés pour rendre les realia Romana.

  • 2 Mss 9049 et 9050 : 44,6 x 32,5 cm ; 256 et 359 f. ; deux colonnes ; 44-49 lignes. Cf. C. Gaspar, F. (...)
  • 3 Mss 9051, 9052 et 9053 : 48 x 34 cm ; 229, 191 et 178 f. ; deux colonnes ; 56-57 lignes. Cf. C. Gas (...)

Les mss 14621 et 14622 sont datés de 1455-1456 et contiennent des esquisses ou dessins préparatoires qui n’ont jamais été terminés. L’identité de la personne à qui ces deux tomes étaient destinés reste inconnue. Les mss 9049 et 9050, par contre, proviennent de la collection des ducs de Bourgogne2, tandis que les mss 9051, 9052 et 9053, encore plus richement décorés, ont appartenu à François de Busleyden, frère de Jérôme de Busleyden dont l’héritage à donné naissance au Collègue Trilingue de Louvain3. Par la suite, ces trois volumes sont entrés dans la collection de Marie de Hongrie, sœur de Charles Quint, d’où ils sont arrivés en 1559 dans la bibliothèque royale de Bourgogne fondée par Philippe II, roi d’Espagne. On constate que la traduction a été accompagnée d’une vraie « transculturation » et que le texte n’a pas seulement changé de langue, mais aussi de public et de statut. Au lieu d’être un texte lu par un humaniste avide du latin classique, il devient un produit de luxe de l’aristocratie des pays bourguignons.

Les mss 9049 (fig. B) et 9050 sont probablement d’origine parisienne et peuvent être datés du début du xve ou même encore de la fin du xive siècle. Ils figurent dans l’inventaire fait après le décès du duc Jean sans Peur en 1420. On a voulu les identifier avec l’exemplaire mentionné dans les comptes ducaux pour 1398, selon lesquels le duc Philippe le Hardi avait payé 500 livres à Dyne Raponde pour « un très-bel livre de l’Histoire de Titus Livius, enluminé de lettres d’or et historié d’ymaiges en plusieurs et divers lieux », mais on ne dispose pas d’éléments décisifs pour prouver cette hypothèse. Dans les inventaires faits après le décès des ducs, on cite normalement l’incipit du recto du 2e folio et celui du dernier folio, ce qui permet une identification exacte. Le ms. 9049 contient la traduction de la première décade, le ms. 9050 celle des troisième et quatrième décades. Chacune de ces parties commence par une grande miniature, tandis que les livres individuels en comportent une plus petite, ce qui est parfaitement en règle avec le principe de la structuration du texte et de la hiérarchie des éléments de décoration.

L’exécution des mss 9051 (fig. C), 9052 et 9053 est encore plus luxueuse que celle des volumes précédents. On attribue leur production à un atelier normand vers 1470-1480. Selon des notices sur les feuillets de garde dans les volumes 9052 et 9053, cet ensemble aurait été donné à François de Busleyden par Charles de Saveuse, capitaine de Gravelines et gouverneur de Saint-Omer, en 1497. On ignore comment ces volumes sont arrivés à la cour : ils figurent dans l’inventaire de la bibliothèque de Marguerite d’Autriche, établi en 1523. Marie de Hongrie a hérité d’une grande partie de ses manuscrits et livres imprimés, et l’ex-libris de la sœur de Charles Quint prouve que ceci vaut aussi pour les trois volumes concernés. Par décret royal daté du 12 avril 1559, Philippe II crée la bibliothèque royale de Bourgogne ou des Pays-Bas, prédécesseur de la Bibliothèque royale de Belgique actuelle, en y rassemblant tous les livres qui ont appartenu à la ligne ducale directe (Philippe le Bon, Charles le Téméraire) ou à d’autres membres de la famille. Ainsi, les trois tomes figurent dans le premier inventaire de la bibliothèque établi par Viglius van Aytta van Zwichem en 1577. Confisqués par les troupes révolutionnaires françaises en 1794, les volumes sont retournés à Bruxelles en 1815. Comme dans les mss 9049 et 9050, chaque décade est précédée d’une grande miniature, tandis que les livres individuels s’ouvrent sur une enluminure plus petite.

  • 4 Mss 14621 et 14622 : 38,9 x 28,4 cm ; (ii) + 314 + (ii) et (ii) + 199 + (ii) f. ; deux colonnes ; 4 (...)

Comparés aux deux ensembles précédents, les mss 14621 (fig. D) et 14622, limités aux décades I et IV seulement, font plus modeste figure4. Ce manuscrit sur papier en deux volumes contient plusieurs dessins qui n’ont jamais été coloriés ni terminés, ajoutés sur parchemin (support mieux adapté à recevoir la peinture). Comme dans les volumes décrits ci-devant, ces dessins indiquent le début d’un livre. L’exécution moins raffinée apparaît surtout dans la qualité de la décoration des initiales, limitée ici à de simples lombardes rouges rehaussées avec quelques jeux de plume au début d’un livre. Le premier folio du second volume manque : peut-être a-t-il été coupé pour son dessein. Contrairement aux deux autres séries de la traduction de Pierre Bersuire à la Bibliothèque Royale, les mss 14621 et 14622 sont datés et localisés. Dans le ms. 14622 se trouve au f. 199va le colophon suivant : « Cestuy liuure fut encommencie lan mil / iiiic. l.v. et le xxiiiie jour de mars et / fut feny lan mil iiiic.l.vj et le vie jour / de feuurier p[ar] moy Jehan Fayure et / fit escript a saint george desperenche / ou chastel lan mil iiiic lvj. » Saint-Georges-d’Espéranche est une commune dans le département de l’Isère, ce qui place la production de ce manuscrit à une distance considérable du centre du pouvoir bourguignon sous Philippe le Bon. En fait, le château de Saint-Georges-d’Espéranche appartint aux comtes de Savoie, aïeux de Philibert de Savoie, mari de Marguerite d’Autriche. Malheureusement, les registres d’acquisitions de la Bibliothèque Royale antérieurs à 1832 ne sont plus complets et il manque d’autres éléments qui pourraient suggérer un propriétaire. Par contre, comme l’indique le numéro de la cote, il est sûr que ce manuscrit a été ajouté à la collection entre 1815 et 1832 et qu’il ne faisait plus partie de la Bibliothèque de Bourgogne au moment de la grande confiscation par les troupes révolutionnaires françaises de 1794.

  • 5 Cf. M. Debae, op. cit., pp. 35-36, n° 16 et 17.
  • 6 « Le procès est encore pendant » (Horace, Art poétique, 78).

Parmi les livres mentionnés dans les inventaires de la bibliothèque de Marguerite d’Autriche dressés en 1516 et 1523 figurent d’ailleurs deux volumes d’un Tite-Live qu’on n’a pas encore pu identifier ou retrouver5. Le fait que ces volumes seraient « de parchemin » (inventaire de 1516) ne doit pas nécessairement former un obstacle à une identification avec les mss 14621 et 14622. Plus problématique, par contre, est le fait que le deuxième volume aurait contenu les décades III et IV, ce qui ne correspond pas à l’état des choses dans le ms. 14622. Adhuc sub iudice lis, comme disait Horace6...

  • 7 Cf. H. Wijsman, Luxury Unbound : Illustrated Manuscript Production and Noble and Princely Book Owne (...)

En conclusion : les trois ensembles de la traduction par Pierre Bersuire conservés à la Bibliothèque Royale ont été copiés en France et aucun d’eux ne semble avoir été commandé par un membre de la dynastie bourguignonne ou par l’aristocratie liée à celle-ci. Il s’agit de produits d’importation et leur production doit être interprétée dans le cadre d’un engouement plus général pour ce texte, typique de la noblesse française. Ces dernières années, plusieurs auteurs ont étudié les collections de livres des nobles et fonctionnaires qui entouraient les ducs7. Le texte de Tite-Live ne semble pourtant pas avoir bénéficié d’un intérêt particulier à la cour de Bourgogne, les auteurs classiques favoris étant Valère-Maxime et Quinte-Curce.

Dans l’étude des manuscrits de la collection ducale, l’accent est traditionnellement mis sur les seules miniatures. La partie textuelle reste presque exclue de cet intérêt scientifique. Néanmoins, il semble important d’attirer l’attention sur le fait que c’est bien la traduction en langue vernaculaire – et pas le texte latin – qui a été copiée dans ces manuscrits luxueux et qui était en vogue à la cour et parmi l’aristocratie. La traduction du latin en français est accompagnée par une production de plus haute qualité et d’une richesse qu’on ne trouve pas dans les manuscrits latins. Tite-Live n’est pas le seul exemple de ce processus : on peut le constater pour plusieurs textes latins et ceci vaut, d’ailleurs, aussi pour les manuscrits de Valère-Maxime et Quinte-Curce. La traduction et le changement d’aspect indiquent aussi un autre public : tandis que le texte latin, au xve siècle, était lu par un public érudit d’humanistes, la version française semble avoir été assez populaire parmi l’aristocratie. Il n’est pas toujours facile d’établir quels motifs dominaient chez cette dernière, mais la situation en soi est claire. Apparemment, il existait au xve siècle un public varié ainsi que plusieurs façons de lire les textes classiques latins et (surtout) les historiens romains.

Au « berceau » de l’imprimerie : les éditions incunables

  • 8 Cf. Catalogue of Books Printed in the xvth Century now in the British Museum, V. Venice, Londres, 1 (...)

Cette différence apparaît encore plus clairement si l’on compare ces manuscrits de prestige avec les plus anciennes éditions imprimées. La première de celles-ci parut à Rome en 1469. Malheureusement, la Bibliothèque Royale n’en possède pas d’exemplaire. Par contre, elle peut se targuer d’avoir (au moins en partie) la deuxième édition, qui vit le jour à Venise chez Wendelinus de Spire en 14708. L’exemplaire à la Bibliothèque Royale (INC C 402) commence au livre XXXI et est resté sans commentaire ou décoration, même si d’autres copies comportent des gravures sur bois, notamment pour les initiales. L’imprimeur s’identifie dans un poème à la fin du livre qui sert de colophon. Le format in-folio, la belle mise en page, les excellents caractères utilisés, l’espace prévu pour des initiales en gravure ou ajoutées manuellement, font, en fait, de cette édition un produit assez similaire au ms. 12172 et différent des exemplaires plus annotés. Le texte est imprimé en longues lignes, conformément à la pratique des manuscrits italiens du Quattrocento. (Pour mémoire : tous les manuscrits de la traduction de Pierre Bersuire discutés ci-dessus étaient sur deux colonnes.) Contrairement aux manuscrits qui contiennent la traduction de Bersuire, cette édition vénitienne ne contient pas d’illustrations et ne laisse aucune possibilité d’en ajouter.

  • 9 Cf. M.-L. Polain, Catalogue des livres imprimés au quinzième siècle des bibliothèques de Belgique, (...)

Également sans commentaires, l’édition attribuée à Lucas Porrus, qui parut chez Johannes Rubeus (Giovanni Rosso) de Vercelli à Treviso en 1485, s’ouvre sur une lettre de dédicace par Giovanni Andrea Bussi (1417-1475), évêque d’Aleria, au pape Paul II, suivie par les épitomés attribués (mais erronément) à L. Florus9. Bussi avait préparé l’editio princeps de Sweynheim et Pannartz de 1469 et son texte introductif a été réimprimé par ses successeurs. L’exemplaire conservé à la Bibliothèque Royale (INC B 928) contient, au moins dans sa première partie, une grande quantité de notes marginales manuscrites, rehaussées de jaune, qui sont, en fait, des lemmes qui indiquent globalement le contenu des paragraphes. En outre, dans ce volume les initiales ont été ajoutées manuellement : des lombardes rouges avec un peu de blanc. Datées encore du xve siècle, leur forme suggère – comme l’écriture gothique tardive – plutôt l’Europe du Nord-Ouest (Nord de la France, anciens Pays-Bas, Allemagne) que l’Italie. Ceci fait supposer que cet exemplaire a été acheté par un lecteur (malheureusement anonyme) venant de cette partie de l’Europe qui, par le type de ses annotations et de sa lecture, mérite d’être classé parmi les préhumanistes ou même parmi les humanistes au sens propre du mot. Ce profil est encore confirmé par la présence, avant le texte imprimé, d’une liste d’abréviations romaines avec leur résolution, écrites sur un feuillet isolé. Ces éléments personnalisés font que, souvent, l’incunable est encore très proche du manuscrit.

  • 10 Cf. M.-L. Polain, op. cit., V, Bruxelles, 1978, p. 399, n° 4528.

L’édition parue chez Uldericus Scinzinzeler (aux frais d’Alessandro Minuziano) à Milan en 1495 présente les mêmes caractéristiques : des initiales ajoutées manuellement, des notes marginales qui indiquent le contenu et qu’on retrouve sous cette forme aussi dans certains manuscrits, etc.10. Le texte de cette impression milanaise reprend, de nouveau, celui de Bussi. La différence principale entre l’exemplaire conservé à la Bibliothèque Royale (INC C 395 – fig. E) et le précédent est que l’écriture des notes ainsi que les initiales dans le premier sont de type humaniste et suggèrent un propriétaire (et lecteur) italien. Un possesseur postérieur a laissé son nom au folio Ai : Johannes Adam Gienger de Wolfsegg (xvie ou xviie siècle) qu’on peut sans doute identifier avec Hans Adam Gienger von Wolfseck (1558-1623), lieutenant pour la Haute-Autriche de 1590 à 1621. Comme Gienger a fait un voyage d’étude en Italie après 1579, ceci permet de supposer qu’il a acquis ce livre pendant ce déplacement.

  • 11 Cf. M.-L. Polain, op. cit., V, p. 400, n° 4530.
  • 12 Cf. M.-L. Polain, op. cit., III, pp. 52-53, n° 2500.

Après la version de Bussi et ses réimpressions, une nouvelle étape dans les éditions de Tite-Live est liée au nom de Marcantonio Sabellico (1436-1506). La Bibliothèque Royale possède même deux exemplaires de l’édition par Sabellico qui vit le jour à Venise en 1498. Après la lettre de Bussi (toujours) et les épitomés, suivent quelques remarques critiques et conjectures de Sabellico qui ainsi précèdent le texte de Tite-Live, ce qui, en fait, ne facilite pas la consultation de ces notes textuelles. Contrairement aux éditions décrites jusqu’ici, la version parue chez Filippo Pincio (INC B 1772) contient des initiales décorées imprimées ainsi que des gravures illustrant des moments importants du récit11. Le début des décades est même orné d’une page de titre gravée (fig. F). L’exemplaire bruxellois possède une reliure qui consiste en un feuillet d’un grand manuscrit d’un lectionnaire (xve siècle, d’origine italienne, lombardes rouges et bleues, rubriques, deux colonnes). Le dos porte une étiquette : un « Q », tandis que sur le parchemin est écrit : « Venetiis / 1495 » (la date est erronée), mais malheureusement on ne connaît pas le nom du propriétaire de l’ouvrage avant que celui-ci n’entre dans les collections de la Bibliothèque Royale. Une deuxième version de la même édition parue la même année aussi à Venise, mais chez Bartolomeo de Zanis (INC B 1126), présente le même texte, mais sans les illustrations12. La présence d’initiales et de notes marginales imprimées dans ces deux éditions illustre le développement du livre qui se libère de plus en plus du passé manuscrit pour devenir un produit toujours plus standardisé.

Le texte de Sabellico sera réimprimé dans d’autres éditions après 1501. Parmi les postincunables conservés à la Bibliothèque Royale, il convient de mentionner la version publiée par Judocus Badius Ascensius (Josse Bade) à Paris en 1513, réimpression de son édition de 1511 (INC B 591). Cet émigré brabançon, né à Asse, près de Bruxelles, a fait précéder son édition par un index alphabétique, des règles que Tite-Live aurait suivies, une explication de mots difficiles, les épitomés attribués à Florus et, finalement, par les annotations de Sabellico. Le texte même de Tite-Live comporte toujours ses indications de contenu marginales. Même si l’édition de Badius ne contient pas de commentaires au fil du texte, on constate que, de plus en plus, des instruments commencent à accompagner le texte proprement dit, annonçant les éditions humanistes. En outre, le livre publié par Badius se distingue par de belles initiales imprimées.

  • 13 Cf. W. Nijhoff, M. E. Kronenberg, Nederlandsche bibliographie van 1500 tot 1540, ‘s-Gravenhage, 192 (...)

Après Badius, le centre de gravité pour les éditions liviennes se déplacera vers l’Allemagne et la Suisse. Il convient néanmoins de mentionner encore une édition « belge ». En 1517 – exactement 1500 ans après la mort de Tite-Live – fut fondé à Louvain, à l’initiative d’Érasme, le Collège Trilingue, une institution pour l’enseignement du latin, du grec et de l’hébreu. Le premier professeur de latin était l’humaniste Adrien Barlandus (1486-1538) qui, toutefois, démissionna après un an. Surtout connu pour ses chroniques des ducs de Brabant, Barlandus était aussi responsable d’une édition du premier livre de Tite-Live, richement annotée (Anvers : Michiel Hillen, ca 1520 ; II 18.064 A – fig. G)13. Comme l’a démontré Étienne Daxhelet dans son importante monographie consacrée à Barlandus, celui-ci a repris l’édition parue chez Jean Schoeffer à Mayence en 1518 comme texte de base, qu’il reproduit à quelques exceptions près. La nouveauté de son ouvrage réside dans son commentaire bien fourni qui explique notamment les institutions romaines et dans lequel Barlandus cite parfois des passages considérables des auteurs classiques comme Virgile ou Ovide. Dans sa préface, Barlandus fait référence à son activité de professeur qui l’aurait (presque) empêché de terminer son livre. La structure du volume est curieuse : les annotations suivent le texte et ceci pour le règne de chaque roi, avec pour conséquence que le commentaire se mêle au récit de Tite-Live. Si dans cette édition les initiales sont imprimées, elles ont été coloriées à la main par la suite par un propriétaire inconnu qui, sans doute, était aussi responsable du rehaussement et des paraphes en rouge.

  • 14 Cf. M.-L. Polain, op. cit., III, pp. 58-60, n° 2501.
  • 15 Cf. B. Bousmanne, ‘Item à Guillaume Wyelant aussi enlumineur’. Willem Vrelant. Un aspect de l’enlum (...)

Jusqu’ici, nous nous sommes penchés seulement sur les éditions latines. Cependant, la version par Pierre Bersuire semble avoir été tellement populaire qu’une première édition de cette traduction française parut déjà en 1486-1487 à Paris chez Antoine Caillaut et Jean Du Pré. Curieusement, cette édition en trois volumes (dont deux seulement sont à la Bibliothèque Royale, INC B 508 et INC B 509-51014) suit les caractéristiques matérielles des manuscrits liviens en langue vulgaire (fig. H) : le texte est imprimé sur deux colonnes, dans une écriture gothique bâtarde. Ces volumes portent également une décoration modeste : de simples gravures sur bois au début de chaque livre des décades prévues par Bersuire. Après le récit de Tite-Live suit – toujours en traduction française – l’ouvrage De bello Punico de Leonardo Bruni († 1444), humaniste italien qui composa cette œuvre pour combler la lacune laissée par la perte des livres XI à XX de Tite-Live. Cette traduction a connu son propre essor. La Bibliothèque Royale en conserve un magnifique exemplaire manuscrit de la collection de Philippe le Bon, enluminé par Willem Vrelant (ms. 10777)15.

Il est clair que cette édition parisienne se range dans la tradition des manuscrits en langue vernaculaire, comme les versions en latin suivent la tradition latine. Ceci suggère une continuité qui est liée à la langue plutôt qu’au fait qu’il s’agit d’un texte classique. À partir du xiiie siècle, la plupart des manuscrits dans nos contrées sont écrits sur deux colonnes, avec quelques notables exceptions pour des livres d’heures de petit format et des romans chevaleresques. Par contre, les manuscrits italiens des auteurs classiques latins du Quattrocento se présentent en principe sur une seule colonne : la terminologie française « longues lignes » cache, en fait, un peu cette différence. Les premières éditions imprimées restent dans ces traditions : ainsi, les versions en latin reprennent la forme des manuscrits italiens du Quattrocento, tandis que l’édition parisienne de la traduction de Pierre Bersuire imite la forme des volumes en français, y inclus les illustrations. Le fait mérite d’être signalé.

Entre la tradition latine et celle en langue vernaculaire, il y a plusieurs différences. De langue d’abord (et évidemment), mais aussi d’aspect général et, par là, de public : les manuscrits en français sont des produits de luxe, illustrés, écrits dans des lettres gothiques bâtardes propres aux volumes en français du xve siècle, sur deux colonnes, souvent sur parchemin, tandis que les codex latins sont en écriture humaniste, sur de longues lignes et quasi sans décoration. Ceci traduit une différence de public et, ainsi, de statut du texte : à côté d’un public érudit d’humanistes intéressés d’abord par Tite-Live en tant que source pour l’histoire romaine écrite dans un style qui est devenu le modèle pour l’historiographie humaniste latine, on trouve des lecteurs en français provenant de l’aristocratie qui, sans doute, lisaient Tite-Live d’un point de vue moral et chevaleresque. Cette double tradition témoigne aussi de la richesse de Tite-Live comme auteur : historien, certes, mais aussi auteur d’un récit plus que lisible et plein d’action, de verve et de suspense, en d’autres mots, un écrivain vraiment classique.

Notes

1 Ms. 12172 : 32,5 x 22,4 cm ; (ii) + [i] + 201 [immo : 203] + [i] + (ii) f. ; longues lignes ; 39 lignes. Contenu : f. [i]r : liste des œuvres de Virgile avec le nombre de vers ; f. 1ar-201v : Tite-Live, Ab Urbe condita, I-X ; f. [ii]v : note sur Pietro Strozzi (en italien). Cf. P. Thomas, Catalogue des manuscrits de classiques latins de la Bibliothèque royale de Bruxelles, Gand, 1896, p. 79, n° 235 ; M. de Schepper, A. Kelders, J. Pauwels (éds), Les seigneurs du livre, catalogue d’exposition, Bruxelles, 2008, pp. 60-61, n° 22.

2 Mss 9049 et 9050 : 44,6 x 32,5 cm ; 256 et 359 f. ; deux colonnes ; 44-49 lignes. Cf. C. Gaspar, F. Lyna, Les principaux manuscrits à peintures de la Bibliothèque royale de Belgique, I, Bruxelles, 1984 = Paris, 1937, pp. 430-433, n° 179.

3 Mss 9051, 9052 et 9053 : 48 x 34 cm ; 229, 191 et 178 f. ; deux colonnes ; 56-57 lignes. Cf. C. Gaspar, F. Lyna, Les principaux manuscrits à peintures de la Bibliothèque royale de Belgique, III, édité par C. Pantens, Bruxelles, 1989, pp. 33-37, n° 248 ; M. Debae, La bibliothèque de Marguerite d’Autriche. Essai de reconstitution d’après l’inventaire de 1523-1524, Louvain - Paris, 1995, pp. 227-231.

4 Mss 14621 et 14622 : 38,9 x 28,4 cm ; (ii) + 314 + (ii) et (ii) + 199 + (ii) f. ; deux colonnes ; 42 lignes. Cf. A. Bayot, Catalogue des manuscrits français de la Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, s.d., dactylographié ; F. Masai, M. Wittek (éds), Manuscrits datés conservés en Belgique, Bruxelles, t. III, 1978, p. 76, n° 348, pl. 622-624.

5 Cf. M. Debae, op. cit., pp. 35-36, n° 16 et 17.

6 « Le procès est encore pendant » (Horace, Art poétique, 78).

7 Cf. H. Wijsman, Luxury Unbound : Illustrated Manuscript Production and Noble and Princely Book Ownership in the Burgundian Netherlands (1400-1550), Turnhout, 2010 ; C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (ca 1420-1520), Turnhout, 2014.

8 Cf. Catalogue of Books Printed in the xvth Century now in the British Museum, V. Venice, Londres, 1924, p. 154.

9 Cf. M.-L. Polain, Catalogue des livres imprimés au quinzième siècle des bibliothèques de Belgique, III, Bruxelles, 1978 = 1932, p. 52, n° 2499.

10 Cf. M.-L. Polain, op. cit., V, Bruxelles, 1978, p. 399, n° 4528.

11 Cf. M.-L. Polain, op. cit., V, p. 400, n° 4530.

12 Cf. M.-L. Polain, op. cit., III, pp. 52-53, n° 2500.

13 Cf. W. Nijhoff, M. E. Kronenberg, Nederlandsche bibliographie van 1500 tot 1540, ‘s-Gravenhage, 1923, p. 494, n° 1378 ; É. Daxhelet, Adrien Barlandus, humaniste belge 1486-1538. Sa vie, son œuvre, sa personnalité (Humanistica Lovaniensia, 6), Louvain, 1938 = Nendeln, 1967, pp. 62-66 ; voir aussi ma notice concernant cet exemplaire dans le catalogue de l’exposition Collegium Trilingue 1517-2017, Louvain, 2017 (sous presse).

14 Cf. M.-L. Polain, op. cit., III, pp. 58-60, n° 2501.

15 Cf. B. Bousmanne, ‘Item à Guillaume Wyelant aussi enlumineur’. Willem Vrelant. Un aspect de l’enluminure dans les Pays-Bas méridionaux sous le mécénat des ducs de Bourgogne, Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Bruxelles - Turnhout, 1997, pp. 176-177 et 233-234 ; voir aussi la notice d’A. Dubois dans B. Bousmanne, M. Verweij, P. Schandel, I. Hans-Collas (éds), Miniatures flamandes 1404-1482, catalogue d’exposition, Bibliothèque royale de Belgique et Bibliothèque nationale de France, Bruxelles - Paris, 2011, pp. 248-249, n° 47.

Notes de fin

1 Dédié à cet écolier de 17 ans qui allait étudier la philologie classique à Louvain. J’aimerais remercier ma collègue Carine Versari pour la correction du français.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search