Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Tite-Live en son temps

2. Un jugement qui fera date : Quintilien et « l’abondance laiteuse » de Tite-Live

Patrick Marchetti

Texte intégral

Quintilien (ca 30-ca 96)

M. Fabii Quintiliani Oratoriarum institutionum libri duodecim, summa tum diligentia, tum iudicio, ad uetustissimorum quorunque exemplariorum fide[m] recogniti, additis simul eiusdem declamationib[us] non minus iucundis quàm utilibus

[Coloniae] : Eucharius Ceruicornus excudebat, 1527

R16B0106

1Pourquoi Quintilien dans une exposition qui célèbre le bimillénaire du Padouan Tite-Live ? La réponse est simple : Quintilien, premier professeur rémunéré sur deniers publics – et très bien rémunéré – par l’empereur Vespasien, fut chargé de former une élite intellectuelle, sur le modèle de l’honnête homme cicéronien, l’orator. Homme instruit, habile à penser et à s’exprimer oralement et par écrit, cet orator doit, grâce à son éducation à la philosophie morale et politique, être capable de se gouverner soi-même pour être en mesure de servir au plus niveau de l’État. Ceci suppose la maîtrise d’une vaste culture et des points de repère confirmés. Or, il se trouve qu’à l’époque de Quintilien – né aux environs de 30 apr. J.-C. et d’origine espagnole comme l’empereur Vespasien –, la référence en matière de langue et de culture est Cicéron (106-43 av. J.-C.) : juriste, orateur politique, ardent défenseur de la Res publica, lecteur passionné de Platon, dont il traduit le Timée, curieux de tout, grand amateur d’art et par-dessus tout artisan infatigable d’une langue latine qui, après lui, s’imposera comme l’outil exceptionnel d’un pouvoir fondé sur le droit, la justice et l’éloquence. Chargé de former les élites, c’est donc tout naturellement Cicéron que Quintilien prendra pour modèle. Le grand Arpinate, toutefois, avait laissé un terrain en friche, que le temps ne lui a pas permis de labourer : l’histoire. Il s’y était à peine exercé, non sans avoir révélé dans le De Re Publica tout le bien moral que « l’honnête homme », assoiffé de culture, pouvait tirer des leçons d’une histoire « racontée » pour servir. Il avait rêvé d’enrichir sa production littéraire d’une Ab Urbe condita, mais sa condamnation à mort, servie à la haine d’Antoine par l’opportunisme d’un jeune Octavien, avait brisé ce projet. C’est Tite-Live qui accomplit ce dessein cicéronien, en rédigeant un monument à la gloire de la République, respectueux des prescrits cicéroniens en la matière et désireux de livrer à la postérité des leçons de vie, afin que les hommes puissent apprendre du passé pour comprendre le présent, autant que pour s’en consoler.

2Tite-Live, dans le projet humaniste de Quintilien, était donc un complément idéal du modèle par excellence qu’était Cicéron, d’autant plus qu’il avait enrichi le répertoire latin d’une prose narrative aussi brillante et ample que l’avait été la prose oratoire cicéronienne. Lui-même parfait connaisseur des règles de l’art rhétorique, Tite-Live avait travaillé sa langue pour l’assouplir et en faire l’instrument d’un style approprié à son sujet. Mais tout grand créateur suscite l’envie. C’est ainsi qu’Asinius Pollion (76 av. J.-C. - 4 apr. J.-C.), un contemporain du Padouan Tite-Live, par ailleurs grand érudit, ami de Catulle, protecteur de Virgile et d’Horace, lui fit reproche de sa patauinitas – du nom latin de Padoue, Patauium –, un reproche auquel Quintilien donna quelque écho, contribuant ainsi à encombrer notre lecture de Tite-Live d’un relent de « provincialisme ». Impossible donc de célébrer Tite-Live sans évoquer sa patauinitas, d’autant plus que ce qui sonne comme un reproche ne s’accorde guère à l’admiration professée par le même Quintilien pour l’historien de Padoue dont il vantera – à l’opposé de sa patauinitas –, la… lactea ubertas (littéralement « l’abondance laiteuse », voir ci-dessous), dont l’exégèse est aussi un passage obligé de toute introduction au style et à la pensée de Tite-Live.

3Pour associer Quintilien à Tite-Live, quoi de plus naturel que d’extraire de la réserve précieuse de la bibliothèque Moretus Plantin le bel exemplaire d’une édition ancienne, qui ne manque pas d’intérêt ?

À propos du livre exposé

4L’ouvrage relié contient trois œuvres : l’Institution oratoire de Quintilien, les Nuits attiques d’Aulu-Gelle et le Songe de Scipion (extrait du De Re Publica de Cicéron) transmis par Macrobe. Seul nous intéressera ici le traité de Quintilien.

  • 1 J. Bade latinisa son nom en Jodocus Badius Ascensius, d’où le nom de son atelier : l’officina Ascen (...)
  • 2 Voir la liste, considérable, de ses oeuvres imprimées dressée par Ph. Renouard, Bibliographie des i (...)
  • 3 Celui-ci s’attribue l’impression matérielle de l’ouvrage : Eucharius Ceruicornus excudebat.

5Quintilien occupe une place d’exception entre Cicéron qui est son maître à penser et tous ceux qu’il inspirera après lui, chaque fois qu’il sera jugé utile et nécessaire de créer une élite intellectuelle. Il fut ainsi l’un des grands inspirateurs de tous les programmes de formation « classique » en Europe, d’où les éditions précoces de son œuvre. Le nombre même des manuscrits (plus de 250 !) révèle, en amont, l’importance qui lui était reconnue dès le Moyen Âge. L’édition imprimée que conserve la bibliothèque Moretus Plantin date de 1527. Elle n’est pas la plus ancienne : l’editio princeps de Quintilien (un incunable de 1470) fut réalisée par l’évêque Campanus, qui la fit publier à Rome (la même année, vraisemblablement, celui-ci faisait paraître également à Rome, chez l’imprimeur Udalricus Gallus, une des toutes premières éditions de Tite-Live). L’exemplaire de Quintilien exposé ici est, en réalité, une réédition de l’ascensiana parue à Paris en 1516 chez Josse Bade1, un éditeur né à Asse (près de Bruxelles) et formé à Louvain, qui travailla essentiellement en France, notamment à Paris où il mourut2. On lui doit d’ailleurs une des plus anciennes éditions de Tite-Live. Le texte de Quintilien édité par Bade a été reproduit en plusieurs endroits, et donc notamment à Cologne sur les presses d’Eucharius Cervicornus (latinisation de son nom Hirtzhorn, littéralement « corne de cerf »)3. Cet imprimeur-libraire est par ailleurs connu pour son édition de la première Bible traduite en anglais, celle de Miles Coverdale qu’il imprima en 1535.

  • 4 Le titre de l’ascensiana de 1516 se lit ainsi : M. Fabii Quintiliani Oratoriarum institutionum lib. (...)

6Mais l’édition de Quintilien ici présentée n’est pas une reprise telle quelle de l’ascensiana. Son titre est différent4. Par ailleurs, elle a été revue (jusqu’à quel point ?) et augmentée de declamationes par Gerardus Bucoldianus, que les catalogues présentent pour cette raison comme le second auteur, à côté de Quintilien, ou encore, un peu rapidement, comme « l’éditeur scientifique ». On lui doit surtout l’épître adressée à Gottfried Hittorp (en latin « Godefridus Hittorpius » ou « Hydorpius »), qui en est le commanditaire ou « l’éditeur commercial » et dont le nom réapparaît dans un colophon à la fin de l’ouvrage (impensa M. Godefridi Hydorpii). Le nom de Gerardus Bucoldianus apparaît ici pour la première fois dans un ouvrage imprimé ; il écrira, quelques années plus tard, un De inuentione et amplificatione oratoria (imprimé à Lyon en 1534). L’intérêt très précoce qu’il manifeste pour l’Institution oratoire de Quintilien n’est donc pas surprenant. Dans son épître, il se dit affligé du peu d’intérêt manifesté par les imprimeurs pour la « restitution » des œuvres classiques, eux qui, par appât du gain, sont trop pressés d’imprimer (et sans doute vise-t-il l’ascensiana originelle) et témoignent d’une rare désinvolture notamment dans les transcriptions du grec ancien… Pour démontrer sa science en ce domaine il double sa « lettre » à Hittorpius d’un poème en grec.

  • 5 Au bas de cette page figure, dans un cadre gravé, la marque d’Eucharius.

7On retrouve aussi dans cette édition colonaise la vie de Quintilien qui accompagnait le texte de l’ascensiana5. On y affirme que Quintilien est né à Rome, alors qu’aujourd’hui on s’accorde à situer sa ville de naissance en Espagne, à Calagurris. Pour le reste, cette biographie de Quintilien est avant tout nourrie d’informations fournies par Quintilien lui-même.

  • 6 Il ne peut s’agir, comme on l’écrit parfois, de Dionysos ; mais qui se cache derrière Dionysius : D (...)
  • 7 Sur certains encadrés de pages de titre dus à H. Holbein (dont celui remployé par Eucharius pour or (...)
  • 8 H. Holbein, ami d’Érasme, illustrera aussi par de nombreuses vignettes l’Éloge de la Folie.

8Le titre de l’édition est intégré à un cadre gravé, dessiné par Hans Holbein le Jeune, en 1523, qui montre sur les côtés des personnages, parmi lesquels un certain Dionysius (identifié par un cartouche que la figure tient en main6), et dans la vignette inférieure, le suicide de Cléopâtre, thèmes qui n’ont aucun rapport avec l’œuvre de Quintilien. En réalité cette gravure7 a été utilisée en 1523 pour encadrer le titre de la première édition des œuvres de saint Hilaire de Poitiers par Érasme8, imprimée à Bâle, chez le célèbre Jean Froben (Frobenius) qui fit plus d’une fois appel au talent de H. Holbein. Il est a priori étonnant de retrouver le même cadre remployé ici par Eucharius Cervicornus, imprimeur à Cologne. Comme on le retrouve aussi sur la page de titre de l’Institutio principis christiani d’Érasme – œuvre inspirée d’une exhortation d’Isocrate au roi de Chypre Nicoclès –, imprimée à Cologne chez le même Eucharius précisément, le lien entre Bâle et Cologne est donc Érasme lui-même. Ce qui ne manque pas de piquant : Érasme, au début de sa carrière, quand il était édité exclusivement à Bâle par Jean Froben, avait eu maille à partir avec Eucharius.

Le jugement de Quintilien sur Tite-Live

L’admiration avant tout

  • 9 Cette lettre est perdue et nous n’en connaissons le contenu que grâce à Quintilien (X, 1, 39).

9Quintilien, à la différence de ses prédécesseurs, a le souci d’une éducation précoce et n’hésite pas à conseiller les meilleures lectures aux débutants. Quand il s’interroge sur le choix des auteurs qui leur conviennent le mieux (ainsi en II, 5, 19-20), il ne peut que recommander les meilleurs, ceux dont le style « fleuri » (floridium genus) fait l’agrément des lecteurs, mais aussi les plus « éblouissants » (candidus quisque) comme… Tite-Live, d’abord, et Cicéron, puis ceux que recommandait Tite-Live lui-même dans une lettre à son fils9.

10Cet intérêt pour Tite-Live s’inscrit toutefois dans une sympathie plus large pour les historiens en général, dont la lecture par les débutants ne peut, pour Quintilien, qu’être profitable. Il les recommande aux apprentis oratores en ces termes (X, 5, 15) : « l’abondance (ubertas ! nous y reviendrons) qu’apporte l’histoire doit parfois, au cours de nos exercices de style, être exploitée » (Quapropter historiae nonumquam ubertas in aliqua exercendi stili parte ponenda), de même qu’il faut se laisser aller à la liberté de la forme dialoguée ou se délasser en composant des vers…

  • 10 Tite-Live, Histoire romaine, I, 9, 3.

11Du début de l’Ab Urbe condita, dont il a par ailleurs évoqué plus d’une fois la préface, Quintilien reprend – en IX, 2, 36-37, pour illustrer le goût de certains écrivains pour les abstractions et les prosopopées – ce passage : « les Villes aussi, comme tout le reste, ont d’humbles origines ; puis, celles qui prennent appui sur leur courage et qu’aident les dieux se construisent grande puissance et grand nom »10, en précisant que chez Tite-Live la prosopopée prend parfois, comme ici, la forme d’une narration. Mais il ne fait aucun doute que l’exemple est retenu en raison, aussi, de la valeur « morale » des propos du Padouan.

De l’admiration, mais aussi de la réserve…

  • 11 Quintilien, Institution oratoire. Tome VI. Livres X et XI. Texte établi et traduit par J. Cousin (C (...)

12Si le futur orator doit lire les historiens, il doit aussi se garder de la plupart de leurs qualités, car, dit-il, très proche de la poésie, l’histoire « est écrite pour raconter, non pour prouver » (non ad probandum) et aurait le défaut « de n’être pas composée pour produire un effet réel ou livrer un combat immédiat, mais pour rappeler les faits à la mémoire de la postérité et conquérir la renommée pour l’écrivain » (X, 1, 32, trad. J. Cousin11). Et il faut autant éviter la fameuse breuitas sallustienne que la lactea ubertas livienne, celle-ci produisant trop de beauté et du même coup trop peu de crédibilité ! Mais encore convient-il d’en comprendre le sens et la portée : c’est aux « grands » élèves que cette recommandation est faite ; les plus jeunes, comme nous le verrons, ne pourront qu’être fortifiés par la lactea ubertas.

… et des jugements problématiques ou ambigus

13Ainsi la fameuse patauinitas.

14À Rome, seul le latin de la capitale a droit de cité et il était de bon ton de refuser qu’on y introduise des mots étrangers. C’est à ce propos que Quintilien rappelle (I, 5, 56) qu’Asinius Pollion blâmait chez Tite-Live sa « patavinité », autrement dit des « défauts » de langue, jugés tels en tout cas d’un point de vue romain. Un tel reproche surprend, car qui lit Tite-Live a bien de la peine à y retrouver la trace de provincialismes, d’où le nombre important d’études consacrées à cette question. La patauinitas serait-elle, dès lors, un « reproche » qu’endosserait Quintilien, comme la dénonciation d’une manière d’écrire peu romaine ? En réalité, l’herméneutique interne offre des éléments de réponse assez limpides.

15Dans un autre passage (I, 7, 24), Quintilien dénonce le fait que dans beaucoup de textes, on trouvait des formes comme sibe et quase (pour sibi et quasi)… comme chez Tite-Live, ainsi que le lui apprend le grammairien Pedianus, tout en ajoutant « qu’aujourd’hui nous écrivons un – i en finale ». Cette manière de prononcer et d’écrire devait relever, sans aucun doute, de la patauinitas, mais comme ces formes avaient déjà été gommées à l’époque de Quintilien, il en découle que les « aspérités patavines » de Tite-Live, déjà lissées quelques décennies après la mort du Padouan, ne sont a fortiori plus repérables aujourd’hui, car toutes les éditions liviennes que nous lisons dépendent d’une recension entreprise au ive siècle apr. J.-C. Il serait donc vain de les rechercher. D’autres exemples de corrections apportées au texte de Tite-Live sont encore signalés par Quintilien lui-même. Quand il proscrit (IX, 4, 74) de commencer une phrase par des rythmes qui rappellent l’hexamètre, il cite le début de la préface de Tite-Live : Facturusne operae pretium sim (« Vais-je accomplir une œuvre qui vaille la peine… »), en ajoutant que telle est la phrase écrite par Tite-Live, préférable en soi à la correction qu’on en a faite (nam ita edidit, estque id melius quam quo modo emendatur). Le seul intérêt de la remarque de Quintilien sur la patauinitas livienne est de nous apprendre que Tite-Live, de son vivant, avait conservé quelques manies de langage qui trahissaient sa province, mais de manière bien anecdotique, car tout ce que nous lisons de la prose livienne est du meilleur latin qui soit.

16Il est possible que Tite-Live, de son vivant, en fît parfois trop pour cacher ses origines provinciales, à l’exemple de Théophraste (l’élève et successeur d’Aristote, originaire de Lesbos) qui, à un seul mot pédant qu’il employa, se fit reconnaître d’une vieille athénienne comme étranger à sa cité parce qu’il parlait nimium attice, « en usant d’un langage trop attique » (VIII, 1, 3). Il n’est pas fortuit que Quintilien prolonge l’anecdote relative à Théophraste en précisant que malgré la qualité admirable de la langue de Tite-Live, Asinius Pollion n’avait pu s’empêcher de lui trouver une certaine « patavinité ». Asinius Pollion, contemporain de Tite-Live, l’avait entendu s’exprimer, comme la vieille Athénienne de Théophraste et peut-être évoquait-il, en parlant de patauinitas, quelque souvenir de colloques avec l’historien, où ses origines patavines transparaissaient à l’audition dans une certaine affectation, sans laisser d’autre trace dans ses textes.

La lactea ubertas

17L’entrée Liuiana hubertas lactea dans l’index de l’édition de Quintilien exposée révèle que dès le xvie siècle cette formule par laquelle Quintilien qualifiait le style de Tite-Live avait été dûment relevée et nous renvoie à ce passage de l’œuvre (X, 1, 32) :

  • 12 Tel est le texte donné dans l’édition exposée (avec la graphie hubertas au lieu de l’orthographe cl (...)

… neque illa T. Liuii lactea hubertas12 satis docebit eum qui non specie expositionis, sed fidem quaerit.

18La phrase est ainsi rendue dans la célèbre Collection des Universités de France :

« quant à l’abondance crémeuse de Tite-Live, elle n’instruira pas suffisamment un auditeur, qui, dans un exposé, cherche la crédibilité, non la beauté. » (Trad. J. Cousin)

  • 13 Voir B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

19Tout de même que la patauinitas, cette formule embarrasse les philologues qui la traduisent au mieux par « abondance laiteuse », au pire par « abondance crémeuse » : qu’est-ce, en effet, qu’une abondance « crémeuse » pour qualifier le style d’un historien ? C’est assurément la marque d’une admiration sincère que l’éloge de la lactea ubertas livienne. Pour comprendre ce qu’il faut entendre par là, on gagne, ici aussi, à analyser de plus près l’emploi que fait Quintilien des deux termes : lactea d’une part, ubertas de l’autre. Ce dernier terme – éminemment cicéronien – évoque l’abondance certes, mais plus encore la fécondité, celle d’un ventre maternel, à l’image de la fécondité naturelle de la terre, et par métonymie celle d’un grand écrivain capable d’animer tout événement ou récit en lui (re)donnant vie, en l’enchaînant dans ses causes et conséquences, en prêtant la parole aux protagonistes pour orner par un dialogue pathétique ou tragique une péripétie qui autrement serait anecdotique et donc sans relief. L’amplitude des périodes narratives, mais aussi l’organisation de la matière en grands cycles construits sur des mouvements croissants et décroissants, avec des alternances de grandeur et de décadence13 ou encore l’étonnante qualité des discours qui émaillent l’œuvre et la font respirer, sont autant d’effets concrets de cette fécondité propre au talent de l’historien Tite-Live.

20Pour comprendre plus précisément le sens que donne Quintilien au mot ubertas il suffit de lire ce passage (X, 1, 109) à la gloire de Cicéron, que précède une louange adressée à l’abondance de Platon (copia Platonis) : « il [Cicéron] n’a pas seulement atteint par l’étude à ce qui était le meilleur en chacun d’eux [Démosthène, Platon et Isocrate], mais c’est de lui-même qu’il a tiré toutes les qualités, ou du moins la plupart d’entre elles, grâce à la bienheureuse fécondité (beatissima ubertas) de son immortel génie » (trad. J. Cousin). Ubertas est une qualité de Platon et de Cicéron. Quel plus bel éloge pouvait-on faire du génie de Tite-Live que de l’associer à ces deux grands devanciers ?

21La clef de l’adjectif lactea est livrée en un autre extrait où est, à nouveau, vantée l’ubertas cicéronienne, après qu’il eut été question du « lait » dont se nourrissent les enfants au sein de leurs nourrices ! Il suffit de citer tout le passage (II, 4, 5-6) pour saisir le sens précis que donne Quintilien à la lactea ubertas de Tite-Live. Il encourage les professeurs à imiter les nourrices et :

« à laisser les jeunes esprits (tenerae mentes) se nourrir à satiété du lait (lac), pour ainsi dire, d’un enseignement (disciplina) plus léger. Le corps en sera, pour un temps, quelque peu dodu, mais retrouvera bien vite ses formes à l’âge adulte. On peut en espérer de la robustesse. […] À cet âge (tendre) on doit oser davantage, chercher et se réjouir de ses découvertes loin encore des œuvres plus sèches et sévères. Il est facile de remédier à l’abondance (ubertas), tandis qu’on ne peut venir à bout de la stérilité (sterilia nullo labore uincuntur). »

22D’où la lactea ubertas, la « laiteuse abondance » : si l’on se souvient que Quintilien préconisait la lecture des historiens pour stimuler surtout les plus jeunes esprits, on comprend sans peine que l’ubertas livienne, comme le lait maternel pour les enfants, nourrit les apprentis oratores, qu’un embonpoint précoce à ce stade n’affaiblit pas, car elle leur fournit les aliments qui les fortifieront et les antidotes qui les protégeront. En vantant la lactea ubertas de Tite-Live, Quintilien en fait pour ses jeunes élèves une source de vie, tout simplement. Il invite donc ses émules à le lire et à s’en abreuver pour y puiser autant un modèle d’écriture que – n’en doutons pas – la force morale qui leur sera indispensable pour devenir une élite cultivée certes, mais au service des hommes.

La lactea ubertas, c’est donc une « abondance riche », comme le lait, nourrissante à ce titre, une « fécondité stimulante », une « exubérance d’écriture exemplaire », un modèle dont il convient de nourrir les jeunes esprits.

Notes

1 J. Bade latinisa son nom en Jodocus Badius Ascensius, d’où le nom de son atelier : l’officina Ascensiana.

2 Voir la liste, considérable, de ses oeuvres imprimées dressée par Ph. Renouard, Bibliographie des impressions et des œuvres de Josse Badius Ascensius, imprimeur et humaniste 1462-1535, Paris, 1908.

3 Celui-ci s’attribue l’impression matérielle de l’ouvrage : Eucharius Ceruicornus excudebat.

4 Le titre de l’ascensiana de 1516 se lit ainsi : M. Fabii Quintiliani Oratoriarum institutionum lib. XII. Una cum annotationibus Raphaelis Regii : Georgii Merulae : et Jodoci Badii Ascensi : in depravationes earumdem. Et tabula per alphabeti seriem : tam in contextu quam in scholiis adnotandorum aucta & recognita per eumdem Ascensium qui ad codicem quem Laurentius Valllen. Et possedisse : et emendasse magnis argumentis convincitur sexcentos locos restituit. À comparer avec celui de l’édition exposée qui signale qu’à l’œuvre de Quintilien ont été ajoutées des declamationes qu’on attribuait à Quintilien, mais qui sont tenues aujourd’hui pour apocryphes.

5 Au bas de cette page figure, dans un cadre gravé, la marque d’Eucharius.

6 Il ne peut s’agir, comme on l’écrit parfois, de Dionysos ; mais qui se cache derrière Dionysius : Denys l’Aréopagite, cet Athénien que Saint Paul convertit au christianisme ? Les œuvres qui lui furent attribuées ont été des sources importantes pour la théologie médiévale, mais Érasme s’est employé à démontrer, après d’autres et avec d’autres, qu’elles étaient pseudépigraphes.

7 Sur certains encadrés de pages de titre dus à H. Holbein (dont celui remployé par Eucharius pour orner notre édition) et leurs antécédents italiens, voir F. Hieronymus, « Das Aufkommen der Renaissancemotive und -Formen in Basel », dans Gutenberg-Jahrbuch, 61, 1986, p. 68-80.

8 H. Holbein, ami d’Érasme, illustrera aussi par de nombreuses vignettes l’Éloge de la Folie.

9 Cette lettre est perdue et nous n’en connaissons le contenu que grâce à Quintilien (X, 1, 39).

10 Tite-Live, Histoire romaine, I, 9, 3.

11 Quintilien, Institution oratoire. Tome VI. Livres X et XI. Texte établi et traduit par J. Cousin (Collection des Universités de France), Paris, 1979

12 Tel est le texte donné dans l’édition exposée (avec la graphie hubertas au lieu de l’orthographe classique ubertas). L’édition de J. Cousin dans la Collection des Universités de France (op. cit.) donne illa Liui lactea ubertas.

13 Voir B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

Auteur

Département de Langues et littératures classiques,
Université de Namur

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search