Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Tite-Live en son temps

1. Tite-Live, une Histoire romaine de 2000 ans

Pierre Assenmaker

Texte intégral

« L’historien de Rome n’a pas d’histoire »1

  • 1 H. Taine, Essai sur Tite Live, Paris, 1904 (1ère éd., 1856), p. 1.
  • 2 Ibid., p. 3.

1Ce que nous connaissons de la vie de Tite-Live tient en quelques lignes. Son existence couvre une époque charnière de l’histoire romaine, à cheval sur la fin de la Res publica libera (ce que nous appelons la République) et l’émergence d’un régime monarchique, le Principat, mis en place au long d’un demi-siècle d’exercice du pouvoir par Octavien-Auguste (63 av. - 14 apr. J.-C.). Tite-Live est né et mort à Padoue, cité prospère de l’Italie romaine, dont les habitants passaient dans l’Antiquité pour des modèles d’austérité et de sérieux (seueritas). On a pu écrire au xixe siècle que « dans cette vaste corruption romaine, les villes provinciales gardaient mieux les anciennes maximes de l’esprit italique »2. Aujourd’hui, en osant l’anachronisme, on serait tenté de conclure que Tite-Live était issu d’une ville de province bourgeoise et vaguement réactionnaire. À l’époque troublée et violente qui est celle de la jeunesse de notre historien, la tranquillité du quotidien padouan devait d’ailleurs être plus propice à la formation intellectuelle qu’une Rome en proie aux troubles de la guerre civile, qui ne s’éteindront qu’après la victoire du futur Auguste sur Marc Antoine (31-30 av. J.-C.).

2Nous ignorons quand Tite-Live est allé à Rome et combien de temps il y vécut. Il dut y effectuer des séjours prolongés (sans doute y possédait-il une résidence) puisqu’il était un proche du Prince et avait ses entrées dans la domus impériale : on nous raconte qu’il encouragea le futur empereur Claude, alors jeune homme, à se mettre à l’écriture de l’histoire. Le silence de nos sources suggère que Tite-Live eut une vie rangée et studieuse – parfaitement en phase avec la restauration des mœurs entreprise par le nouveau régime. Nous savons qu’il eut au moins une fille et un fils. À ce dernier, il recommanda de se consacrer avant tout à l’étude de Démosthène et de Cicéron – preuve, s’il en fallait, de l’importance fondamentale de la rhétorique dans sa construction intellectuelle. À cela s’ajoutait un intérêt prononcé pour la philosophie, ce qui nous indique que le futur historien avait suivi le précepte cicéronien d’une éducation vaste embrassant diverses disciplines – et dont l’œuvre livienne deviendrait bientôt un socle.

3Pour le reste, tout ou presque de l’existence de Tite-Live nous échappe, jusqu’à ses dates exactes de naissance et de mort. En introduction à un ouvrage conçu pour célébrer le bimillénaire livien de 2017, on ne peut faire l’économie d’un traitement un peu plus approfondi de cette question controversée – belle occasion d’inviter le lecteur à pénétrer un instant dans l’atelier des historiens de l’Antiquité.

2017, bimillénaire livien ?

4Les dates « canoniques » de naissance et de décès de Tite-Live sont 59 av. J.-C. et 17 apr. J.-C. Elles nous sont fournies par deux arides notices issues de la Chronique de saint Jérôme (ca 350-420), traduction latine (augmentée) d’une chronologie universelle rédigée en grec par le Père de l’Église Eusèbe de Césarée (ca 260-339). À l’année 1958 après la naissance d’Abraham (soit 59 av. J.-C. dans notre comput), on lit le commentaire suivant : Messala Coruinus orator nascitur et Titus Liuius Patauinus scriptor historicus (« Naissance de l’orateur Messala Corvinus et de l’historien Tite-Live de Padoue »). La notice relative à l’année 2033 (17 de notre ère) mentionne à nouveau Tite-Live : Liuius historiographus Pataui moritur (« L’historiographe Tite-Live meurt à Padoue »).

5De prime abord, l’affaire semble entendue. Mais la critique a depuis longtemps mis en évidence le problème posé par le témoignage de la Chronique de Jérôme, qui est lié à la date de naissance indiquée pour l’orateur et homme politique M. Valerius Messala Corvinus. Ayant pris part à la bataille de Philippes (42 av. J.-C.) et exercé le consulat en 31 av. J.-C., celui-ci n’est très vraisemblablement pas né en 59, mais plutôt en 64 av. J.-C. De fait, dans le système de datation romain, qui désignait une année par les noms des deux consuls en exercice, il était facile de confondre les années 64 (Caesare et Figulo) et 59 (Caesare et Bibulo). Dès lors, si l’on considère que la coïncidence des années de naissance de Messala et de Tite-Live repose sur une tradition ancienne et fondée, il faut faire remonter de cinq ans la naissance du Padouan. En revanche, si l’on admet que Jérôme (ou sa source) s’est trompé dans la datation de la naissance de Messala et a introduit un synchronisme erroné, on peut conserver pour l’historien la date de 59 av. J.-C.

Portrait de Tite-Live issu de : Les Décades de Tite-Live. Tome I. Amsterdam, 1722

6L’incertitude qui entoure la date de naissance de Tite-Live a également jeté le doute sur l’année exacte de sa mort. Jérôme (ou sa source) n’aurait-il pas établi lui-même la date de 17 apr. J.-C. en se fiant à une indication de la durée de la vie de l’historien et en partant de la date de naissance – potentiellement erronée – de 59 av. J.-C. ? Auquel cas, il faudrait également remonter cette date de cinq ans, et situer le décès de l’historien en 12 apr. J.-C. Tel était l’avis de Sir Ronald Syme, l’un des plus grands historiens de Rome du xxe siècle, auquel se sont ralliés plusieurs spécialistes depuis. Mais cette date, antérieure à la mort de l’empereur Auguste (14 apr. J.-C.), contredit à première vue une indication qu’on lit – dans quatre manuscrits seulement… – en sous-titre de la periocha (« abrégé ») du livre CXXI de l’œuvre livienne, livre qui editus post excessum Augusti dicitur (« qui fut édité, dit-on, après le décès d’Auguste »). Au-delà de la question de l’authenticité de cette phrase, rien n’interdit de penser que Tite-Live ait voulu faire preuve de tact – ou de prudence ? – vis-à-vis de l’empereur en demandant qu’on ne publie qu’après la mort de ce dernier les ultimes livres de son œuvre qui relataient les années du principat d’Auguste, et notamment ses débuts sanglants…

7On le voit, la discussion est loin d’être close, et les deux camps ont de bons arguments à faire valoir. Sans doute sommes-nous donc condamnés à nous satisfaire de convictions davantage que de certitudes concernant la date de la mort de Tite-Live. Ce n’est pas un cas isolé : quiconque s’est frotté de près à l’histoire de l’Antiquité connaît la frustration des questions à jamais pendantes.

« Les Décades qui se trouvent de Tite-Live »3

  • 3 Titre donné à la traduction française de l’œuvre livienne par Blaise de Vigenère, dont est présenté (...)

8Tite-Live n’est donc plus pour nous qu’une figure évanescente. Ce qui a traversé les vingt siècles qui nous séparent de lui, ce sont quelques centaines de pages de l’œuvre à laquelle il avait dédié son existence : une gigantesque histoire romaine en 142 livres depuis la fondation de Rome, les Ab Urbe condita libri CXLII. Y étaient racontés, année par année – dans la tradition de l’historiographie latine –, les événements intérieurs et extérieurs (domi militiaeque) de la vie de l’Urbs jusqu’en 9 av. J.-C. Tite-Live a entrepris la rédaction de ce monument à la grandeur de Rome, et aux vertus qui l’avaient rendue possible, entre 27 et 25 av. J.-C., précisément dans les années où Auguste entamait son œuvre de restauration morale et politique. L’écrivain a travaillé jusqu’à sa mort à un rythme soutenu : en moyenne trois à quatre livres par an.

9Les philologues ont tenté de reconstituer la structure complète de l’œuvre. La tâche est ardue, car même pour les parties conservées, la logique de composition reste hypothétique. Le plan de la partie conservée (dans laquelle manquent toutefois les livres XI-XX) peut être exposé ainsi :

  • Livres I-XV : de l’arrivée d’Énée en Italie (donc avant la fondation de Rome, en fait…) jusqu’à la veille de la première guerre contre Carthage
    (265 av. J.-C.).

  • Livres XVI-XXX : l’époque des deux premières guerres puniques (264-201 av. J.-C.).

  • Livres XXXI-XLV : l’époque des guerres en Orient, jusqu’à la chute du royaume de Macédoine (201-166 av. J.-C.).

10Plus que par groupes de quinze livres, il semble que dans cette partie de son œuvre, Tite-Live avait procédé par ensembles de cinq livres (des « pentades »), comme l’indiquent les préfaces des livres VI, XXI et XXXI. Ces pentades sont aussi rassemblées en blocs de dix livres – appelés « décades » – présentant une unité thématique, par exemple les livres XXI-XXX (la troisième décade) qui traitent de la deuxième guerre punique. Sans doute Tite-Live n’avait-il pas appliqué à l’ensemble de l’Ab Urbe condita une subdivision rigide et uniforme, mais avait adopté différents « modules », qui lui permettaient de varier les rythmes et de suivre au mieux le fil de l’Histoire.

11Dans les manuscrits contenant des parties de l’œuvre au Moyen Âge – plus de 450 au total –, c’est la division en décades qui s’est imposée et qui a déterminé la transmission du texte livien. Durant cette période et encore à la Renaissance, l’œuvre sera ainsi communément désignée sous le nom de Décades, comme l’indique le titre des plus anciennes éditions imprimées présentées dans ce catalogue : T. Liuii Patauini Latinae historiae principis Decades, « Les Décades de Tite-Live de Padoue, Prince de l’histoire latine ».

Et o si totus michi contingeres !

  • 4 Pétrarque, Lettres familières, XXIV, 8 (« À l’historien Tite-Live »), 5.
  • 5 Dont Mineo 2006 a proposé une séduisante reconstitution.

12« Ah, si je t’avais en entier ! » s’exclamait déjà le père de l’humanisme, Pétrarque (1304-1374), dans une lettre qu’il adressait à Tite-Live4. Des 142 livres que comptait l’œuvre livienne, nous n’en avons en effet conservé que 35 (I-X et XXI-XLV), soit moins d’un quart. Au-delà de l’année 166 av. J.-C., nous sommes donc privés du « premier historien latin » (autre traduction de Latinae historiae princeps) pour écrire l’histoire de la fin de la République et de ses grandes figures : Marius et Sylla, Pompée et César, Marc-Antoine et Octavien… En fait, ce récit, c’est surtout en grec que nous le lisons, chez Appien et Dion Cassius, des auteurs de l’époque impériale. La perte est doublement frustrante : non seulement elle nous prive d’une source détaillée sur une époque cruciale, mais en outre elle nous empêche de percevoir clairement la vision globale qu’avait Tite-Live de l’histoire romaine, de ses cycles, de ses phases ascendantes et descendantes5. On aurait aussi aimé lire les livres que le Padouan avait consacrés aux guerres civiles et à la période trouble des premiers pas du futur Auguste sur la scène politique. Nous savons seulement que l’empereur qualifiait – amicalement – Tite-Live de « pompéien » en raison de ses vibrants éloges de l’adversaire malheureux de Jules César, dont Octavien avait combattu le fils, Sextus Pompée. Bien qu’adhérant sur le fond au programme augustéen, ce qui rend improbable un portrait au vitriol d’Auguste, l’historien avait à l’évidence gardé une certaine liberté d’expression.

13L’œuvre de Tite-Live fut victime de son ampleur. Dès l’Antiquité, les livres qui la composaient firent l’objet d’abrégés (periochae) et d’extraits (excerpta). La dernière attestation d’un lecteur ayant l’ensemble de l’œuvre livienne sous les yeux remonte à l’année 401. À cette époque déjà, on lisait le récit de l’histoire de la Rome royale et républicaine dans des ouvrages plus courts (mais souvent truffés d’approximations ou d’erreurs), dont l’Ab Urbe condita était bien sûr la source principale (mais pas unique). Parmi ces œuvres de format plus maniable, une des plus anciennes était celle de Lucius Annaeus Florus, un auteur du iie siècle, qui embrassait en quatre livres la même période que les 142 livres liviens. La plupart des manuscrits qui nous l’ont transmise lui donnent le titre – apocryphe et trompeur – d’Epitoma de Tito Liuio (« Résumé de Tite-Live »). C’est à ce Lucius Florus qu’étaient attribuées, au Moyen Âge et à la Renaissance, les Periochae : des sommaires, ou parfois des résumés un peu plus développés, de chaque livre de l’œuvre livienne, dont on ne connaît ni l’auteur, ni la date de composition (à situer vraisemblablement au iiie ou au ive siècle). Si cette attribution avait déjà suscité des doutes chez l’un des meilleurs érudits de l’âge humaniste, Carlo Sigonio, ce n’est qu’au xixe siècle, avec Barthold Georg Niebuhr, qu’elle fut définitivement abandonnée. Toutes les éditions anciennes de Tite-Live dont il sera question reproduisent le texte des Periochae, attribuées à Florus et intitulées Epitome (« Résumé »).

« On dit certaines pieces estre en Italie, les autres en Allemagne, d’autres en Dannemark, d’autres ailleurs »6

  • 6 « Antoine de La Faye aux Lecteurs », dans Histoire romaine de Tite Live Padouan […], [Genève], 1582

14L’existence d’ouvrages historiques brefs et de résumés fut fatale à la conservation de l’œuvre de Tite-Live. Au Moyen Âge ne circulent plus que les première, troisième et quatrième décades, le plus souvent séparément. Dans la première moitié du xive siècle, à Avignon, Pétrarque rassemble les membra disiecta de cette partie de l’Ab Urbe condita. S’il n’est pas le premier à le faire – la recherche récente a en effet mis en lumière des précédents significatifs –, cet épisode n’en compte pas moins parmi les grandes heures de l’histoire culturelle occidentale.

15Dans la transmission des œuvres antiques, les éditions imprimées ne jouent le plus souvent aucun rôle – ou qu’un rôle mineur : elles reprennent, non sans le corriger certes, un texte que l’on pouvait déjà lire in extenso dans les manuscrits. Il en va tout autrement dans le cas de l’Ab Urbe condita. À l’époque où sont réalisées les premières éditions critiques du xvie siècle a lieu la redécouverte de parties substantielles de l’œuvre. La plus sensationnelle a lieu en 1526 : c’est alors toute une demi-décade (livres XLI-XLV) qui réapparaît ! Les ouvrages imprimés vont dès lors donner à lire un texte de Tite-Live qu’aucun manuscrit ne fournit dans son intégralité. Les magnifiques éditions anciennes dont il sera question dans les pages qui suivent ne présentent donc pas seulement un intérêt esthétique et antiquaire : leur publication constitue l’un des épisodes les plus fastes de l’histoire de la philologie classique.

16Des découvertes ont encore lieu aux siècles suivants – même si elles sont moins spectaculaires. En 1615, un manuscrit exhumé à Bamberg livre enfin le début du livre XXXIII (les chapitres 1-17), qui manquait encore. Le « nouveau » texte paraît à Rome dès l’année suivante. À peine un an plus tard, en 1617, une maison d’édition parisienne qui republie une traduction française de Tite-Live peut déjà annoncer sur la page de titre de l’ouvrage l’ajout de la traduction de ces chapitres. En 1772, c’est un fragment du livre XCI qui est révélé par un palimpseste de la Bibliothèque vaticane. La dernière découverte en date remonte à 1986 : une quarantaine de mots du livre XI, sortis de l’oubli par la grâce d’un papyrus conservé dans le sable égyptien.

17Une part importante de ce que nous connaissons de l’œuvre livienne est donc le fruit d’une véritable chasse aux manuscrits à laquelle les humanistes se sont livrés aux quatre coins de l’Europe. Érasme a relaté un épisode de cette aventure philologique dans une préface à une édition de Tite-Live, justement. Aujourd’hui, l’âge des « grandes découvertes » est bien sûr révolu, et l’on songe avec une pointe de nostalgie à cette époque où tous les rêves étaient permis, et où un traducteur de l’Histoire romaine pouvait, sans se rendre ridicule, se faire l’écho des rumeurs les plus merveilleuses :

  • 7 Ibid.

« J’espère qu’vn jour ce qui defaut pourra estre suppleé, en atte[n]dant que le bris de ce naufrage se ramasse : do[n]t on dit certaines pieces estre en Italie, les autres en Allemagne, d’autres en Dannemark, d’autres ailleurs. Co[m]me il me souuient qu’esta[n]t à Padoue, & deuisant auec les ho[m]- mes sçaua[n]s de ceste ville-la, […] le docte & excellent vieillard Paul Iu. Crasso disoit auoir receu nouuelle que deda[n]s la Golete en Barbarie toute l’histoire de T. Liue s’estoit trouuee entiere escrite en langue Arabique7. »

Bibliographie

Orientation bibliographique

M. von Albrecht, La littérature latine de Livius Andronicus à Boèce et sa permanence dans les lettres européennes. Tome I, Louvain - Namur - Paris - Walpole, MA, 2014, pp. 852-886.

R. Chevallier, R. Poignault (éds), Présence de Tite-Live. Hommage au Professeur P. Jal, Tours, 1994.

P. Laurens, Histoire critique de la littérature latine. De Virgile à Huysmans, Paris, 2014, pp. 111-121.

B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

Id. (éd.), A Companion to Livy, Chichester - Malden, MA - Oxford, 2015.

Notes

1 H. Taine, Essai sur Tite Live, Paris, 1904 (1ère éd., 1856), p. 1.

2 Ibid., p. 3.

3 Titre donné à la traduction française de l’œuvre livienne par Blaise de Vigenère, dont est présenté un exemplaire publié à Paris en 1617.

4 Pétrarque, Lettres familières, XXIV, 8 (« À l’historien Tite-Live »), 5.

5 Dont Mineo 2006 a proposé une séduisante reconstitution.

6 « Antoine de La Faye aux Lecteurs », dans Histoire romaine de Tite Live Padouan […], [Genève], 1582.

7 Ibid.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search