Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’oral aujourd’hui : perspectives didactiques

 | 
Jean-François de Pietro
, 
Carole Fisher
, 
Roxane Gagnon

Partie III. Spécificités de l’oral et articulation oral écrit pour l’enseignement

La relation oral/écrit : un rocher de Sisyphe ?

Paul Cappeau

Texte intégral

1L’articulation entre l’oral et l’écrit a déjà fait l’objet de nombreuses publications importantes (Blanche-Benveniste, 1993a ; Gadet, 1996 ; Béguelin, 1998 ; Koch et Oesterreicher, 2001, parmi beaucoup d’autres). Cette relation protéiforme connait de multiples interprétations : elle peut être présentée comme une « simple » alternance de codes (c’est une solution que l’on retient parfois pour le marquage du pluriel dans un syntagme nominal : il s’agit de pointer les différences, dans les marques, entre le code oral et le code écrit) ou comme une césure bien plus profonde (l’oral et l’écrit sont parfois considérés comme deux langues différentes, tentation qui affleure lorsque l’on s’intéresse à la syntaxe). Au lieu de proposer une synthèse supplémentaire, on tentera, plus modestement, de recenser dans cette contribution certain nombre de faits qui apporteront, par leur cumul, quelques éclairages complémentaires sur cette question, quand on l’aborde sous un angle linguistique. Le premier point revient sur une exploitation de l’écrit qui vise à déconsidérer l’oral, ce qui souligne le déséquilibre entre les deux, le deuxième concerne la difficulté à transférer des découpages hérités de l’écrit sur la langue parlée, la troisième partie précise certaines différences dans l’utilisation des catégories ; enfin la dernière partie discute des facteurs qui paraissent, à l’oral, entraver les règles de la syntaxe.

1. QUAND L’ÉCRIT EST UTILISÉ POUR DÉPRÉCIER L’ORAL

2La question de la relation entre oral et écrit intéresse prioritairement les linguistes et les didacticiens. Elle devrait donc être envisagée avec rigueur et méthode. L’environnement culturel est toutefois moins neutre : très souvent, l’oral est utilisé afin de catégoriser les locuteurs et, parfois, l’écrit constitue un appui pour accentuer cette critique à l’endroit de certains usagers. La présentation scolaire de la langue parlée n’échappe pas à ce travers : l’écrit est là encore au service d’une dévalorisation de la langue parlée qui met à mal l’équilibre que l’on pourrait attendre.

1.1 L’écrit pour souligner des caractéristiques de la langue parlée

3Les usagers n’adoptent pas nécessairement une position neutre sur la question de l’oral et, régulièrement, une représentation écrite va servir à faire ressortir certains traits de la parole, ce qui conduit à déprécier – avec plus ou moins d’humour et de distance – l’oral du locuteur.

  • 1 Davis, Jack (1999). Tales from the Crypt. Volume 1. Plus morts que vivants ! Paris : Albin Michel.

4Cette pratique est ancienne dans la littérature où des graphies étranges servent à rattacher un locuteur à une classe sociale (et principalement à le déconsidérer). Elle se retrouve dans toutes les formes de littérature. Voici par exemple comment s’exprime un chercheur d’or dans une bande dessinée de Jack Davis1, ce qui ne laisse aucun doute sur ses caractéristiques sociales :

1) Cette rive t’un bijou, mais c’est pas ’vec ça qu’j’vais êt’ riche !

5Une émission de décryptage humoristique comme Le Petit Journal propose une autre illustration d’écrit dépréciatif. Le procédé consiste à sous-titrer les propos d’un locuteur en utilisant des suites de mots souvent peu cohérentes, mais assez proches phoniquement de l’original. Le résultat est très drôle quand il s’agit de souligner la faible compétence en anglais de certains hommes politiques français (2), les difficultés d’un entraineur sportif étranger dans sa maitrise du français (3) ou la méconnaissance de noms propres par des passants (4) :

  • 2 Ce qui en standard donnerait : I agree with you Mister Vice Prime Minister. La vidéo est disponible (...)
  • 3 Voici une version plus standard des propos tenus : Oui Moutinho c’est une situation d’un joueur qui (...)

2) I eugri ouise you misteur vaïce priministrree2
3) Oui mais Tignes c’est une situation d’un jour karaté pour acheter à moi3.
4) DRUMP/RHUM/DRUM (pour désigner Donald Trump, lorsqu’il était le candidat républicain aux élections présidentielles américaines de 2016).

6L’écrit n’entretient pas, dans de tels cas, une relation équilibrée avec l’oral, mais sert à pointer l’erreur et décuple l’impression négative. Par ce procédé, l’oral de certaines personnes précises est moqué, ce qui conduit à dévaloriser les locuteurs concernés.

1.2 L’écrit comme mètre étalon

7Ce rôle dépréciatif de l’écrit se retrouve de façon plus inattendue dans certains ouvrages scolaires, quand il s’agit de faire travailler les élèves sur la relation oral/écrit. Ainsi dans un manuel de CM2, à destination d’enfants de 10-11 ans, un tableau oppose une version orale et une version écrite d’une production d’enfant :

Tableau 1. « Langage oral, langage écrit, quelles différences ? » (Hébrard, 2004)

Tableau 1. « Langage oral, langage écrit, quelles différences ? » (Hébrard, 2004)

8L’opposition semble, en apparence, honnête et conduite avec rigueur. Mais elle aboutit, de façon peut-être en partie involontaire, à stigmatiser l’oral à travers des graphies non standard (pasque, qu’je…), une abondance de points de suspension et en donnant à voir les hésitations et répétitions. Le cumul inhabituel de tous ces éléments semble destiné à susciter une réaction de rejet de la part d’un public jeune qui acquiert les marques de l’écrit (ponctuation, majuscules, graphies normatives…). En face, un écrit que l’on prétend attribuer à un enfant même s’il s’avère fictif – puisque sans rature, sans erreur d’orthographe, sans répétition – déséquilibre encore plus la pseudo comparaison. Ce qui pouvait apparaitre comme un exercice de sensibilisation s’apparente à une manipulation. La suite de la page confirme ce jugement puisque, dans le paragraphe intitulé « À quoi reconnait-on le langage oral ? », ne sont présentés que des traits négatifs (phrases incomplètes, hésitations, tournures de phrases peu variées, répétitions de la même idée, façons de parler qui seraient incorrectes à l’écrit).

  • 4 Meunier, André et Paul, Joëlle (Éds) (2003). Grammaire 3e. Paris : Bordas.

9Le même déséquilibre se retrouve plus tard dans la scolarité. Ainsi, dans un manuel de 3e (pour des collégiens de 14 ans)4, la disqualification de l’oral est certes moins marquée (les phrases nominales ou inachevées sont nombreuses), mais les commentaires portant sur l’écrit visent à assurer sans ambigüité sa supériorité (l’usage correct de la langue est en général respecté et les phrases sont plus complexes qu’à l’oral).

10Ces exemples soulignent les travers de toute mise en correspondance entre l’oral et l’écrit, dans un cadre scolaire notamment : l’oral est bien souvent représenté par le truchement d’une trace écrite dans laquelle sont présentes des particularités considérées comme typiques. Mais par contrecoup, ces écarts (par rapport à l’usage écrit standard) auront tendance à être interprétés comme une déformation de l’usage habituel et recevront une interprétation négative.

11Une présentation moins simplificatrice est néanmoins envisageable. Elle consiste à ne pas forcément chercher à caractériser l’oral à travers le filtre de l’écrit (en relevant une liste de dysfonctionnements) mais plutôt à recenser les traits propres à chaque colonne du tableau. C’est ce que propose Cheng (2012). En voici quelques exemples :

Tableau 2. Les caractéristiques de l’oral et de l’écrit (à partir de Cheng : 2012)

  • 5 On traduit ici spoken language/written language par langue parlée/langue écrite, même si l’on s’est (...)
Caractéristiques de la langue orale Caractéristiques de la langue écrite5
plus interactive organisation monologale
des énoncés (plutôt que des propositions et des phrases) des propositions et des phrases (plutôt que des énoncés)
nombreuses occurrences de marqueurs de discours (ouais, alors, d’accord, bon…) utilisation de la ponctuation
référence à la modalité, la subjectivité du locuteur (je crois, je pense…) densité lexicale importante variété lexicale importante

1.3 Les nouvelles pratiques d’écriture

12De nouvelles formes de communication (SMS, courriels, etc.) sont apparues dans les dernières années et ont pu donner parfois l’impression que la frontière devenait difficile à tracer entre oral et écrit. Cette difficulté peut être levée si l’on s’inscrit dans la tradition allemande (voir notamment Koch et Oesterreicher, 2001) où l’on dédouble l’opposition afin de distinguer le médium (canal) et la conception (l’ossature linguistique). Dans le cas d’un courriel ou d’un forum, on pourra identifier un médium écrit qui impose certaines contraintes (répétitions contigües rares des mêmes éléments sauf avec valeur intensive, absence de euh, utilisation de lettres avec leur valeur phonique, etc.) et une conception orale (qui favorise le recours à des raccourcis, à certaines tournures syntaxiques, à du lexique familier…). Les exemples (5) et (6) illustrent de tels cas :

5) G tjrs aimé le cinéma de Snyder aussi et ca été vraiment consternant d’etre temoin d’un tel linchage médiatique autour de ce film. (Site : ecranlarge.com ; 8/08/16)
6) visiteur> arguments ? non zéro ? ok ben merci la gratuité pour quelqu’un qui se considère supérieur intellectuellement

  • 6 Sans déc est une abréviation de l’expression sans déconner.

13Anatune>sans dèc6 le film est excellent (Site : ecranlarge.com ; 30/09/16)

14En revanche, l’écriture SMS offre souvent des exemples d’utilisation iconique de l’écrit (Anis, 2000) qui n’ont pas de réel lien avec l’oral. MDR (pour mort de rire) illustre cette logique propre à l’écriture et n’est en rien le résultat d’une influence de l’oral ou de la volonté de déconsidérer les utilisateurs. Se révèlent d’ailleurs des scripteurs experts – souvent jeunes – qui maitrisent ces codages (7) qu’on peut clairement distinguer des locuteurs, généralement plus âgés, qui restent plus proches (sauf parfois pour l’orthographe…) des standards de l’écrit conventionnel (8) :

  • 7 Voici les équivalents de ces abréviations : LOL = (je) rire aux éclats, MDR = (je suis) mort de rir (...)

7) LOL MDR PTDR LOL XDR7 (Garçon de 11 ans)
8) non rien a voir… il ne mon pas parler de sa… simplement pour eux je net pas le niveau (Homme 50 ans)

15La comparaison entre oral et écrit apparait finalement assez conflictuelle. Dans la pratique ordinaire, l’écrit peut assez facilement servir à appuyer sur certaines caractéristiques de l’oral des locuteurs. Dans le cadre de l’enseignement, l’opposition tourne facilement à la confrontation dont l’enjeu est de faire ressortir la supériorité de l’écrit. Cette attitude empêche de mieux apprécier les spécificités (et non les travers) de l’oral et de mieux comprendre certaines utilisations originales de l’écrit. La partie suivante portera sur les problèmes de découpage qui peuvent surgir quand l’oral est mal appréhendé.

2. Quand les découpages ne coïncident pas

16La trace écrite s’avère bien souvent indispensable pour permettre la réflexion sur la langue et le découpage en unités (Goody, 1993). Mais le transfert ou la projection des unités de l’écrit vers l’oral soulève de nombreuses questions, que ce soit au niveau du mot ou de la phrase. La difficulté principale consiste à ne pas prendre la trace (écrite) pour l’objet lui-même (l’oral) et à ne pas projeter les propriétés de l’une sur l’autre. Le lien entre oral et ponctuation illustrera ce dernier point.

2.1 Le découpage en mots

17L’exploration de la relation oral/écrit a souvent été vue comme une approche judicieuse pour aider à la maitrise de l’écrit. Ainsi, sous l’influence des travaux, déjà anciens, de Dubois (1965), il a pu paraitre satisfaisant de comparer oral et écrit pour mieux comprendre la répartition des marques du pluriel. Si l’on s’en tient au groupe nominal (GN), la présentation ressemblait à ceci :

Marques du pluriel à l’écrit

Marques du pluriel à l’écrit

Marques du pluriel à l’oral

Marques du pluriel à l’oral
  • 8 Ces remarques n’ont pas pour but de condamner la comparaison oral/écrit telle qu’elle est parfois e (...)

18Cette représentation aboutissait à l’observation que le nombre de marques dans la langue écrite est plus grand ou au moins égal au nombre de marques de la forme parlée (Dubois, 1965 : 21). L’écrit y apparaissait comme redondant puisque, dans de nombreux cas, chaque mot portait une marque de pluriel. À l’inverse, à l’oral les marques étaient souvent peu nombreuses. On pouvait facilement glisser de l’idée de différence à celle de défaillance, à travers deux facteurs. D’une part, l’efficacité semble être du côté de la redondance : l’optimum du système n’est pas celui où l’information est donnée par une seule marque (Dubois, 1965 : 23). D’autre part, la mise en correspondance – favorisée par le découpage en plusieurs cases – incite à repérer que l’oral cumule des « moins ». La démonstration a pu séduire (notamment dans l’enseignement) par son caractère en apparence rigoureux. Toutefois, on peut aisément prévoir les malentendus que cette présentation contient en germe : une nouvelle fois, la comparaison est orientée en faveur de l’écrit et conforte les préjugés liés à l’oral. Ainsi, on aurait pu imaginer de conclure que, puisque la compréhension est satisfaisante à l’oral, celui-ci illustre qu’une marque s’avère suffisante et que l’écrit est, de fait, bien lourd ou inutilement répétitif… Mais c’est surtout le découpage proposé qui pose problème8. S’il n’y a rien de choquant à compter 3 mots dans la langue écrite, il est discutable de plaquer ce découpage sur l’oral. L’unité de décompte la plus naturelle conduit à identifier un groupe unique à l’oral dans lequel on ne détache pas d’unité plus petite – sauf à parler de façon artificielle. Chaque médium possède ses spécificités et la comparaison doit en tenir compte. La présentation s’en trouve alors chamboulée et conduit à des commentaires bien différents. À l’écrit tout comme à l’oral, chaque unité est marquée : les mots à l’écrit, le groupe à l’oral. La disparité surgie avec la présentation précédente disparait :

19D’autres faits incitent d’ailleurs à s’interroger sur la pertinence du mot à l’oral. L’un est tiré de l’expérience des linguistes qui transcrivent des enregistrements et sont confrontés à de nombreuses difficultés (Cappeau, 2011). L’autre concerne la frontière entre mots et locutions qui dans certains cas s’avère plutôt délicate à tracer (Sinclair, 1991 ; Schmale, 2013).

  • 9 Même si la taille des corpus est indiquée en nombre de mots… Mais cela tient surtout aux outils inf (...)
  • 10 Il s’agit bien évidemment d’une véritable erreur relevée lors de la correction d’une transcription. (...)

20La difficulté à identifier une séquence sonore (que l’on observe dans la vie courante et fréquemment dans l’activité plus technique de transcription) semble indiquer que le raisonnement de l’usager opère au niveau du syntagme plus que du mot9. Ainsi, lorsqu’un transcripteur croit identifier ma crise haleine au lieu de Mathusalem10, on peut penser qu’il s’appuie sur la perception de certains sons communs aux deux versions : [ma… zalɛ…]. Ce n’est pas le mot qui oriente son choix, mais la recherche d’une séquence qui puisse intégrer les sons dégagés, même si le résultat frôle parfois l’absurde.

  • 11 Il s’agit d’interviews de collégiens et lycéens. Le corpus contient 63 000 mots.

21La réalité du mot semble forte à l’écrit où la présence de blancs apporte une identification convaincante mais, à l’oral, il parait assez factice de découper en mots des locutions telles que [pask] ou [tutafɛ]. La mise à jour de nombreuses collocations (Sinclair, 1991 ; Halliday Teubert, Yallop, et Cermáková, 2004) à partir du travail sur les corpus tend aussi à réduire l’importance accordée au mot au profit d’unités plus larges. Ainsi, dans un petit corpus oral11, le mot peu se rencontre dans 35 % des cas sous la forme à peu près ou un petit peu (cette dernière locution est, à l’inverse, difficile à trouver dans le corpus littéraire Frantext). Bref, un mot isolé dans l’écriture est bien souvent un fragment d’un groupe.

2.2 Le découpage en phrases

22La phrase constitue à nos yeux contemporains une unité de découpage du texte peu discutable : elle est formellement bien reconnaissable (à l’aide de la ponctuation) et régulière (par une structure que l’on peut cerner). L’observation de productions orales peut dérouter (car elle fait perdre certains repères) et la phrase a bien du mal à conserver son statut d’unité. Il n’est sans doute pas nécessaire de reprendre en détail des critiques déjà bien connues (Blanche-Benveniste, 1993b). Plus intéressante sans doute, l’observation de quelques extraits de transcription qui permettent de mieux comprendre comment est organisé l’oral. L’exemple (9) semble reposer sur une phrase et ne montre pas de différence très importante avec l’écrit. Mais si on élargit le contexte (10), la structure s’amplifie et la correspondance avec la phrase « classique » ou canonique de l’écrit est moins apparente, notamment parce que le passage les gens qui viennent à l’entrainement le vendredi vous porter les maillots semble se greffer de façon assez lâche au reste de l’énoncé, comme une sorte d’ajout après-coup. Le passage est pourtant fortement structuré, comme la représentation en grille (Blanche-Benveniste, 2010 ; Blasco-Dulbecco et Auriac-Slusarczyk, 2010) en témoigne.

  • 12 Les exemples tirés de corpus oraux sont identifiés par des lettres qui renvoient à la ville où ont (...)

9) je parle aussi pour les gens qui viennent euh à huit heures le matin vous préparer euh la bouffe (CLER03)12
10) mais là je je parle aussi pour les gens qui viennent euh à huit heures le matin vous préparer euh la bouffe vous préparer euh vos maillots vous préparer + les gens qui viennent à l’entrainement le vendredi vous porter les maillots (CLER03)

Mise en grille de l’exemple (10)

Mise en grille de l’exemple (10)

23L’unité phrase apparait souvent bien étriquée à l’oral où des reprises, des parallélismes concourent à faire enfler la séquence pertinente. Ainsi, en (11), c’est l’ensemble du passage qui constitue l’unité de découpage la plus pertinente, unité que l’on peut hésiter à appeler phrase ; et en (12), l’extrait commence par ils ont créé une, construction interrompue par une explication avant d’être reprise et développée, ce qui soulève la question du traitement à prévoir pour l’ensemble (le premier morceau est en lien avec la partie finale).

11) et j’étais une gamine de sept ans dans une ferme de du Poitou où il y avait papa et maman qui étaient fermiers qui s’occupaient de la du travail de la ferme du bétail de la nourriture enfin de de ren- de faire rentrer de l’argent pour pouvoir payer le terme de de la le terme c’est pas exact ça la le montant de la ferme (POI10)
12) et ils ont créé une il s’appelait Baudin et avec euh pa- mon père son frère et ce ce garçon je dis ce garçon il était assez âgé déjà euh ils ont créé leur propre affaire de construction de ponts métalliques (POI11)

2.3 Ponctuation et oral

24Le terme d’oral recouvre des réalités bien disparates qui peuvent brouiller le raisonnement. Ainsi, le lien entre les signes de ponctuation utilisés à l’écrit (Bessonnat, 1991) et le découpage d’un passage oral se vérifie largement dans le cas où on lit à voix haute un texte écrit. On peut alors chercher à faire correspondre de brèves pauses avec des points ou des virgules. Mais, dans un oral spontané, il n’est plus envisageable d’établir ce type de correspondance. Les pauses (marquées par un + dans les transcriptions proposées) peuvent se produire dans des emplacements où aucune ponctuation ne serait acceptée. C’est ce qu’illustre (13). Inversement, des passages dans lesquels on attendrait des pauses peuvent être produits de façon continue (14) :

13) j’ai vu le + un peu la capitale du vaudou au Bénin (POI16)
14) alors j’ai acheté du matériel j’ai essayé toute seule quatre petits fuseaux du maté- un petit catalogue j’ai essayé mes fuseaux se désembobinaient j’essayais toute seule je n’y arrivais pas et puis j’avais pas le moral à zéro pour autant mais bref je me dis faut que j’arrive à trouver la solution et un jour ma mère qui est à Bordeaux me téléphone (POI16)

  • 13 De là découle que la formulation ponctuation de ou à l’oral semble peu adaptée. Sur la question des (...)

25C’est une nouvelle fois la non-dissociation du médium et de la conception qui favorise un raisonnement inadapté aux faits observés. L’oral lu est, en général, de conception écrite. Or, les découpages et regroupements (par la prosodie) de l’oral spontané ne peuvent plus être appréhendés à partir d’un système (la ponctuation) qui est conçu avant tout pour l’œil dans nos pratiques contemporaines13. L’entrée ponctuer dans le Trésor de la langue française informatisé (TLFi) reflète bien cette évolution puisque le sens de 1404 « accentuer en lisant » se transforme en 1550 en « mettre la ponctuation dans un texte », même si la première valeur « souligner par des gestes, des exclamations ce que l’on est en train de dire » reste vivante en 1833.

26La comparaison entre oral et écrit peut être involontairement faussée ou mal appréhendée quand on tente de retrouver à l’oral des unités et des signes régulièrement utilisés à l’écrit. Et la non-coïncidence constitue souvent un argument à charge contre l’oral : celui-ci en ressort défaillant et mal organisé. Chaque médium impose de fait aux utilisateurs des contraintes spécifiques qui nécessitent des adaptations pour qu’une comparaison rigoureuse puisse être proposée. À cette condition, l’oral n’a plus vocation à être associé avec des termes péjoratifs (lacune, défaillance, etc.). Les parties suivantes, plus centrées sur la syntaxe (les classes de mots et les relations syntaxiques), se situent dans cette orientation : l’oral n’a rien de déroutant ou d’inhabituel pour peu que l’on sache comment l’observer.

3. Des classes de mots avec des répartitions différentes

27Certaines classes de mots présentent une affinité plus grande avec l’oral ou avec l’écrit, ce qui a des incidences sur d’autres aspects syntaxiques comme l’emploi de pronoms ou de certaines prépositions. Cette approche à priori technique (linguistique) trouve cependant, comme nous le verrons, un prolongement dans des présentations orales qui reposent sur des documents écrits.

3.1 L’emploi du nom et du verbe

28Parmi les classes de mots identifiées dans les grammaires, deux présentent des emplois différenciés selon que l’on se situe dans une conception orale ou écrite : le verbe et le nom (Halliday, 1985 et 1987). Le nom joue un rôle bien plus important à l’écrit. L’abondance de noms se retrouve tant en littérature (15) que dans certains écrits techniques (16) ou administratifs (17) qui usent, notamment, de nominalisations : utilisation et insertion en (16), observations, consultation, indications, renouvellement en (17). À l’oral, c’est le verbe qui joue un rôle important, comme on le vérifie en (18) qui contient 8 verbes conjugués. Pour faciliter le repérage, ont été mis en gras les noms dans les exemples écrits (15 à 17) et les verbes dans l’exemple oral (18) :

15) Ce lundi-là, le 10 octobre, un Clair Soleil de Victoire perça les nuées grises, qui depuis une semaine assombrissaient Paris. Toute la nuit encore, il avait bruiné, une poussière d’eau dont l’humidité salissait les rues ; mais, au petit jour, sous les haleines vives qui emportaient les nuages, les trottoirs s’étaient essuyés ; et le ciel bleu avait une gaieté limpide de printemps.

29Aussi, le Bonheur des Dames, dès huit heures, flambait-il aux rayons de ce clair soleil, dans la gloire de sa grande mise en vente des nouveautés d’hiver. (Zola. Au bonheur des dames)

  • 14 http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html, circulaire n° 2014-081 du 18/6/2014.

16) L’utilisation de votre téléphone nécessite l’insertion de votre carte SIM. La coque arrière du téléphone est fixée avec des clips. (Guide Wiko Lenny3)
17) Les observations faites lors de la consultation nationale menée à l’automne 2013 sur les programmes de l’école primaire de 2008 doivent être prises en compte. La présente circulaire a pour objectif d’apporter un certain nombre d’indications pour la mise en œuvre des programmes de l’école élémentaire, en attendant leur renouvellement à compter de la rentrée scolaire 201614.
18) alors moi je suis sage-femme euh et euh je cherchais du travail et euh ils avaient besoin de de sages-femmes là-bas pour leur maternité et euh j’ai la chance d’avoir un métier qui est assez universel euh je peux exercer partout dans le monde euh et euh j’avais envie de me connaitre un peu aussi la culture locale et et s- proposer mon aide si je pouvais là-bas (POI16)

30C’est bien la conception orale ou écrite qui est en cause plus que le médium lui-même. Dans l’extrait (19), un médecin s’exprime à la radio, le médium est donc constamment oral. Mais la première partie de son intervention contient du langage technique, de spécialiste et relève d’une conception écrite : les noms y sont nombreux (risque, acouphène, source, focalisation…) et les verbes possèdent une valeur informative faible (a, puisse devenir). La deuxième partie (à partir de c’est-à-dire) est une reformulation de conception orale dans laquelle les verbes prennent une grande importance (sait, va se coucher, va la gêner, va attendre, peut devenir). L’information qui, dans la partie précédente, passait par des noms est maintenant exprimée par le biais de verbes :

19) il y a bien sûr un risque théorique que l’acouphène existant cet acouphène puisse devenir en lui-même une source de focalisation d’attention pathologique c’est-à-dire elle sait que le soir elle va se coucher ça va la gêner donc elle va pratiquement attendre attendre son acouphène et ça peut devenir de à partir de ce moment-là gênant (Europe 1. Sept. 2005).

3.2 Les syntaxes associées

31Bien évidemment, privilégier le nom ou le verbe a des incidences sur les autres classes de mots : par exemple les adjectifs ou les déterminants (en relation avec le nom) et les pronoms (en lien avec les verbes) vont se rencontrer plus fortement dans l’un ou l’autre cas.

32La différence est sensible quand on peut observer des informations organisées selon une conception orale ou écrite. Ainsi, un récit de film à l’oral (20) et une critique écrite (21) illustrent à la fois le tropisme en faveur du verbe ou du nom, mais aussi les répercussions afférentes. Par exemple, l’oral privilégie des énoncés courts qui servent à introduire des référents nouveaux (nombreuses constructions en il y a…), la mise en place du cadre de l’histoire est progressive et détaillée et repose sur des répétitions. À l’écrit, les contraintes de place conduisent à une syntaxe plus compacte (par exemple dans la dernière phrase, avec un complément initial), les noms favorisent le recours à des adjectifs qualificatifs. Pour autant, il serait incongru de hiérarchiser ces productions. Chacune est adaptée au médium dans lequel elle est produite et adopte une conception orale non préparée pour la première, écrite retravaillée pour la seconde. Chaque production courrait le risque d’être considérée comme déplacée si elle empruntait trop les caractéristiques de l’autre.

20) il y a euh la mère euh les deux fils et euh la fille qui est plus jeune les deux fils sont à peu près du du même âge euh il y en a un qui est qui est P.D.G. d’une entreprise et l’autre qui est euh patron d’un d’un bar et en fait tss il est patron du bar où euh se situe tout le film euh c’est un bar restaurant où ils déjeunent tous les vendredis euh + donc ils se rencontrent tous les vendredis (POI97).
21) Pierre le fantasque et Benoît le raisonnable sont les meilleurs amis du monde, même s’ils s’agacent réciproquement. Voilà vingt ans que Pierre multiplie les excentricités et que Benoît paie les notes. Restauratrice de tableaux anciens, la discrète Marie cherche l’homme de sa vie. (Gérard Lenne - La saison cinématographique - 1996 - p. 140)

  • 15 La tournure de la description (avec présence de l’article) constitue un obstacle supplémentaire. On (...)

33À l’écrit, le recours à des noms tend aussi à favoriser l’emploi de prépositions qui vont permettre de réaliser des compléments nominaux. Il en résulte une abondance de compléments introduits par de qui, très vite, peuvent rendre les phrases opaques. En voici un exemple emprunté à un mémoire d’étudiant (22), avec un enchainement bien peu digeste de 3 occurrences de la préposition de15 :

22) Le fait de les étiqueter ou les classer comme marqueurs de discours n’est que le début de la tâche de la description de leur fonctionnement au sein du texte oral. (Mémoire M1)

  • 16 Ces exemples sont tirés des dépositions d’avocats devant la commission parlementaire Outreau.

34À l’oral, les verbes se rencontrent souvent dans des assemblages (formés avec des modaux par exemple) que l’on peut appeler des séquences verbes (Bilger et Campione, 2002) comme en (23). Le jargon propre à un usage professionnel fournit souvent de telles séquences, parfois fort complexes, avec un lexique spécifique comme on l’observe en (24) et (25)16 :

23) je vais avoir beau chercher dans tous les magasins je vais pas trouver ce que je veux (POI09)
24) la chambre de l’instruction à un moment donné va se fâcher en disant on n’a eu de cesse d’ordonner la production de cette pièce (POI07)
25) au motif qu’ils pourraient se concerter et organiser leur défense (POI07)

35Les différences indiquées ici ne sont cependant en rien des arguments pour considérer qu’oral et écrit sont deux langues distinctes. Les faits relevés pourraient se rencontrer dans l’une ou l’autre des productions. C’est leur récurrence qui finit par en faire un paramètre marquant de la conception orale ou écrite.

3.3 Implications concrètes

36Présenter par oral ce n’est pas oraliser un écrit. L’exemple le plus frappant concerne les présentations appuyées sur des logiciels du type PowerPoint. Elles combinent à la fois de l’écrit (le texte des diapositives) et de l’oral (la verbalisation). Qui n’a pas succombé (au moins d’ennui) en entendant un orateur lire le texte projeté ? Outre la différence de vitesse entre lecture silencieuse et lecture à haute voix qui peut provoquer un décalage entre l’auditeur et l’orateur, c’est aussi le choix des classes de mots et en particulier le rapport entre noms et verbes qui explique le caractère généralement rébarbatif d’un exposé produit dans ces conditions. Voici à titre d’exemple, quelques termes qui pourraient figurer dans une diapositive. Il s’agit de noms, et souvent de nominalisations :

  • Réalisation
    • Observation du contexte
    • Évaluation des besoins
    • Amélioration du produit
    • Personnalisation des demandes

37La formulation orale peut conserver certains termes, comme réalisation, mais la compréhension de l’auditoire sera certainement plus aisée si des verbes sont utilisés dans la suite de la présentation, comme on a observé… (on cherche à observer, il a fallu observer…) on a évalué… on a amélioré… on a personnalisé. Là encore, il n’est pas possible de hiérarchiser ou d’ordonner les deux versions proposées, chacune semble plus en adéquation avec la situation de production. Une diapositive avec de nombreuses formulations verbales (on a observé…) serait chargée et inutilement couteuse pour trouver l’information utile, une explication orale à l’aide de nominalisations est moins aisée à suivre.

38Le même type de commentaire pourrait être envisagé à propos des journaux télévisés qui utilisent parfois simultanément des informations écrites (quelques mots, des flèches, etc.) et un commentaire oral. Les pratiques sont loin d’être uniformes. Les formulations orales sont plus accessibles pour peu que quelques noms écrits soient reformulés oralement sous forme de verbes. Voici un exemple du journal de M6 (daté du 31 mars 2005) où de petits ajustements peuvent être observés :

Texte écrit progressivement à l’écran Commentaire oral d’accompagnement
Chômage
Mars -> + 0,3 %
+ 6700 demandeurs d’emploi
le chômage une nouvelle fois en hausse au mois de mars de zéro trois pour cent par rapport à février ça représente 6700 demandeurs d’emploi en plus en France
Total -> 2 487 800
demandeurs d’emploi
2 487 000 personnes sont actuellement à la recherche d’un travail
  • 17 C’est un problème auquel sont confrontées de nombreuses sociétés. Ainsi, la SNCF a-t-elle dû retrav (...)

39Les verbes et les noms ne se répartissent pas de façon exclusive selon la conception orale ou écrite, mais chacune de ces classes de mots conduit à développer des systèmes syntaxiques différenciés. Le nom construit des compléments souvent à l’aide de prépositions (de est surreprésenté) et s’associe avec des adjectifs, le verbe nécessite un sujet (fréquemment pronominal à l’oral) et des compléments directs ou avec des prépositions plus variées. L’information semble présentée de façon plus compacte à l’écrit, d’où la difficulté à conserver les mêmes formulations dans des présentations qui associent oral et écrit17. D’autres aspects liés à la syntaxe vont être signalés dans la dernière partie.

4. Des liens distendus ?

40De nombreux malentendus sont liés à notre perception de la syntaxe. L’oral semble parfois dépourvu d’organisation. Avec les outils d’analyse adéquats, c’est plutôt l’inverse qui émerge : certains apparents dérèglements se plient à une régularité inattendue et des marqueurs grammaticaux « absents » n’induisent pas une absence de relation syntaxique.

4.1 Pour une extension de la syntaxe ?

41Les livres de grammaire recensent un ensemble de règles (et d’exceptions) qui sont fondées sur la description de la langue écrite. Les exemples fournis sont soit fabriqués, soit extraits d’œuvres littéraires et constituent le modèle plus ou moins implicite qu’il convient de reproduire ou d’approcher. Les exemples dits oraux proviennent de pièces de théâtre ou de dialogues de romans. L’oral de corpus est, pour l’instant, le grand absent. La description grammaticale ne s’intéresse qu’à l’écrit bien formé. Pourtant, en syntaxe, une fracture entre oral et écrit n’est bien souvent pas pertinente, une grande part des règles d’organisation des énoncés concernent le français dans sa globalité, quel que soit le médium utilisé (Blanche-Benveniste, 2010).

42D’où vient alors ce sentiment, très répandu, que l’oral s’écarte de la syntaxe habituelle du français ? Cela tient, pour partie, à de nombreux phénomènes qui déroutent le lecteur d’une transcription (26) et donnent le sentiment que de nombreux petits segments sont mal assemblés :

26) mais tant qu’on ne mettra pas un peu d’humanisme dans ce métier un peu de re- de respect de reconnaissance à tous les ni- z-é- tous les étages eh bien on on ira droit encore vers l’échec (POI13)

43Sous l’expression « mode de production » on regroupe divers phénomènes qui peuvent être observés quand un locuteur cherche la formulation la plus adaptée : bribes ou réitération de mots grammaticaux (on on), amorces (de re- de respect), répétitions (à tous les niz-é- tous les étages), pauses vides ou remplies (euh). Une représentation comme la mise en grille (dont on a vu en 2.2. qu’elle permettait de retrouver la cohérence d’ensemble d’un passage) peut neutraliser ces difficultés. Elle repose sur le principe que les éléments qui occupent un emplacement syntaxique identique seront placés dans le même paradigme. Les nombreux éléments qui, à la lecture, peuvent faire perdre de vue la construction d’un passage sont alors regroupés et la progression du texte devient bien plus compréhensible (et lisible).

Mise en grille de l’exemple (26)

Mise en grille de l’exemple (26)
  • 18 La forte densité des réitérations peut être un indicateur pour identifier certains troubles (comme (...)

44Même les « erreurs » semblent respecter des règles ou du moins des régularités et des tendances. Ainsi, pour les exemples (27) et (28), seuls ceux du type (a) sont attestés dans un corpus d’un million de mots oraux. Les versions (b) n’y ont pas été trouvées. De tels faits invitent à s’interroger sur les mécanismes de la production langagière18 et à envisager une extension du domaine de la syntaxe, qui régule plus de phénomènes qu’on ne pouvait d’abord l’imaginer.

27) a. quand ils ont ils ont été en âge d’avoir des relations (POI16) b.? quand ils ont ont été en âge
28) a. lui il va il va franchir la frontière (POI16) b.? lui il va va franchir la frontière

4.2 Des liens à retrouver

  • 19 C’est par exemple de cette période que date la réitération de la préposition dans des exemples tels (...)
  • 20 Les analyses macrosyntaxiques fournissent un cadre théorique pour décrire ces organisations. Voir D (...)

45En français, l’écrit nécessite un marquage explicite des liens syntaxiques, héritage des grammairiens et Remarqueurs des 17e et 18e siècles qui fondaient une part de la « clarté française » sur la présence de marques grammaticales19. C’est pourquoi on n’imagine pas possible de se passer de la préposition à dans le groupe à la prison en (29). Dès lors, les exemples tels que (30) ou (31), dans lesquels les groupes en gras sont construits sans préposition, vont être considérés comme mal formés. Ils sont pourtant attestés à l’oral où la prosodie va permettre d’établir un lien entre deux constituants juxtaposés20 (on pourrait attendre dans pour le premier exemple, dans ou en ce qui concerne pour le second).

29) À la prison, Fléchard trouva Bluette, tourmenté, inquiet et, contrairement à son habitude, de fort méchante humeur. (A. Allais)
30) par exemple un comité d’entreprise eh bien le les gens ne se connaissent pas (POI96)
31) la pâtisserie il y a toujours eu un effort esthétique (POI08)

46Comme on l’a indiqué précédemment, si l’on raisonne à partir de l’écrit, les exemples oraux risquent d’être considérés comme mal formés. On pourrait pourtant facilement inverser le raisonnement et considérer que, à l’oral, deux organisations sont envisageables (sans ou avec préposition dans les exemples cités), alors que l’écrit est plus limité et n’accepte que les constructions explicitement marquées. Cette décentration du point de vue peut s’avérer bénéfique : au lieu de rechercher des écarts par rapport à un modèle de l’autre médium, elle conduit à mieux faire émerger les propriétés constitutives d’une production envisagée en elle-même.

47La difficulté à établir des liens entre les constituants se manifeste dans les transcriptions (moins dans les enregistrements, qui contiennent des indices prosodiques), où les récits sont souvent entrecoupés de commentaires, précisions, explicitations, etc. qui peuvent faire perdre le fil (au descripteur du moins et bien plus rarement à l’interactant). Dans l’extrait (32), ont été mises en gras les séquences qui ne contribuent pas à faire avancer le récit. Le phénomène pointé ici est assez habituel à l’oral :

32) donc on courait je courais avec mes parents et je me souviens qu’une c’est arrivé une fois il fallait toujours que j’emmène ma poupée et je me souviens cette rue Jussieu où je courais avec mes parents où on courait il y avait énormément de voisins tout le monde courait de se mettre aux allait se mettre aux abris + et euh j’ai fait tomber ma poupée et comme on courait maman n’a pas voulu que je revienne sur mes pas pour la chercher (POI12)

48Le caractère prétendument décousu de la syntaxe de l’oral découle en grande partie d’une perception déformée liée à l’écrit mais aussi du fait qu’on ne se soucie pas de l’interaction et du processus de production. On observe en effet des régularités même dans les « perturbations » que favorisent les divers ajustements auxquels se livrent les locuteurs. Certaines séquences connaissent des modes de rattachement plus variés (par exemple avec ou sans préposition dans des contextes particuliers). Enfin, la fluidité d’un récit et sa continuité sont parfois moins aisées à retrouver à l’oral où s’entrelacent commentaires et narration.

5. Conclusion

49Traiter de la relation oral/écrit soulève une difficulté de taille : elle conduit à s’enferrer dans une opposition réductrice. Dans plusieurs des exemples retenus, l’écrit est considéré comme le mètre-étalon qui fournit les repères et les unités pour approcher l’oral. Les conséquences de cette orientation sont néfastes pour l’oral puisque les manques semblent alors s’accumuler (manque de phrase, manque de marqueurs syntaxiques, manque d’organisation, etc.) et que l’on envisage en termes de correspondance « simple » le passage de l’oral à l’écrit.

50Il existe plusieurs solutions alternatives qui ont le mérite d’ouvrir de nouvelles pistes. La première consiste à caractériser les productions sans chercher nécessairement à les opposer. Cela conduit à prêter une plus grande attention aux conditions de production, au rôle éventuel des interactants, aux différents outils de découpage (la ponctuation à l’écrit, certains termes comme quoi ou alors, à l’oral). Une deuxième possibilité est de dissocier le médium (ou canal utilisé) et la conception (la trame linguistique). Cette approche s’avère éclairante pour classer des productions qui semblent emprunter à l’oral et à l’écrit (comme des répliques de théâtre, des courriels, etc.). Elle fait émerger aussi des questions nouvelles ou plus nuancées puisque la conception peut être vue comme un continuum dont les extrémités sont l’oral et l’écrit mais qui connait toute une gradation. Ainsi, selon les auteurs et selon les passages, les répliques de théâtre peuvent plus ou moins s’approcher d’une conception orale ou écrite. Enfin une troisième possibilité, qui n’a pas été traitée dans ces pages, consiste à se tourner vers la notion de genre. On sort alors de l’opposition oral/écrit pour mettre en relation du matériau langagier et des pratiques verbales socialement codifiées (Maingueneau, 2004). Ainsi, des visites guidées peuvent être des manifestations aussi bien orales qu’écrites. Dans les deux cas, divers faits de langue communs peuvent être repérés : l’emploi abondant de pronoms de 3e personne (il(s), elle(s)), l’utilisation de passifs (le château a été détruit en 1790), des participes présents (des peintures représentant deux thèmes). Cette approche, sous l’impulsion du travail sur corpus, s’avère prometteuse (Biber et Conrad, 2009). Ces trois regards, en partie complémentaires, illustrent l’intérêt de ne pas s’enfermer dans une dichotomie (oral/écrit) : au lieu de raisonner en blanc et noir, mieux vaut s’intéresser aux nuances de gris…

Bibliographie

Références bibliographiques

ANIS, J. (2000). Vers une sémiolinguistique de l’écrit. Linx, 43, 29-44. Consulté le 21 avril 2017 dans : http://linx.revues.org/1046

BÉGUELIN, M.-J. (1998). Le rapport écrit-oral : tendances dissimilatrices, tendances assimilatrices. Cahiers de linguistique française, 20, 229-253.

BESSONNAT, D. (1991). Enseigner la « ponctuation » ? ( !). Pratiques, 70, 9-45.

BIBER, D. & CONRAD, S. (2009). Register, gender and style. Cambridge : CUP.

BILGER, M. & CAMPIONE, E. (2002). Propositions pour un étiquetage en « séquences fonctionnelles ». Recherches sur le français parlé, 17, 11-37.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (1993a). Les unités : langue écrite, langue orale. Dans C. Pontecorvo & C. Blanche-Benveniste (Ed.), Proceedings of the workshop on orality versus literacy : concepts, methods and data (pp. 139-187). Strasbourg : European Science Foundation.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (1993b). Faire des phrases. Le français aujourd’hui, 101, 7-15.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (2010). Le français : usages de la langue parlée. Leuven : Peeters.

BLASCO-DULBECCO, M. & AURIAC-SLUSARCZYK, E. (2010). Interpréter des copies : l’intérêt des mises en grille syntaxique. Synergie, Pays Scandinaves. Acquisition et enseignement en production écrite. Revue du GERFLINT, 5, 31-48.

CAPPEAU, P. & GADET, F. (2010). Transcrire, ponctuer, découper l’oral : bien plus que de simples choix techniques. Cahiers de linguistique, 35 (1), 187-202.

CAPPEAU, P. (2011). La transcription et ses entours. Dans J. Chuquet (Éd.), Le langage et ses niveaux d’analyse : cognition, production de formes, production du sens (pp. 113-123). Rennes : PUR.

CHENG, W. (2012). Exploring corpus linguistics : language in action. Abingdon : Routledge.

DEBAISIEUX, J.-M. (Éd.). (2013). Apports linguistiques des analyses sur corpus : subordination et insubordination en français. Paris : Hermès.

DUBOIS, J. (1965). Grammaire structurale du français : nom et pronom. Paris : Larousse.

GADET, F. (1996). Une distinction bien fragile : oral/écrit. Tranel, 25, 13-27.

GOODY, J. (1993). Entre l’oralité et l’écriture. Paris : PUF.

HALLIDAY, M.A.K. (1985). Spoken and written language. Oxford : Oxford University Press.

HALLIDAY, M.A.K. (1987). Spoken and written modes of meaning. Dans R. Horowitz & S.J. Samuels (Ed.), Comprehending oral and written language (pp. 55-82). New York : Academic Press.

HALLIDAY, M.A.K., TEUBERT, W., YALLOP, C. & CERMÁKOVÁ, A. (2004). Lexicology and corpus linguistics : an introduction. London : Continuum.

HÉBRARD, J. (2004). Les savoirs de l’école. Paris : Hachette.

KOCH, P. & OESTERREICHER, W. (2001). Langage parlé et langage écrit. Dans G. Holtus, M. Metzeltin & C. Schmitt (Hrsg.), Lexikon der Romanistischen Linguistik (vol. I-2) (pp. 584-627). Tübingen : Max Niemeyer.

MAINGUENEAU, D. (2004). Retour sur une catégorie : le genre. Dans J.-M. Adam, J.-B. Grize & M.A. Bouacha (Éd.), Texte et discours : catégories pour l’analyse (pp. 107-108). Dijon : EUD.

SCHMALE, G. (2013). Qu’est-ce qui est préfabriqué dans la langue ? Réflexions au sujet d’une définition élargie de la préformation langagière. Langages, 189, 27-45.

SINCLAIR, J. (1991). Corpus concordance collocation. Oxford : Oxford University Press.

Notes

1 Davis, Jack (1999). Tales from the Crypt. Volume 1. Plus morts que vivants ! Paris : Albin Michel.

2 Ce qui en standard donnerait : I agree with you Mister Vice Prime Minister. La vidéo est disponible à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=IWpss8R-jrU

3 Voici une version plus standard des propos tenus : Oui Moutinho c’est une situation d’un joueur qui a raté presque un mois. La vidéo est consultable ici : http://www.dailymotion.com/video/x36xsvl_lundi-ballon-le-petit-journal-du-14-09-canal_sport

4 Meunier, André et Paul, Joëlle (Éds) (2003). Grammaire 3e. Paris : Bordas.

5 On traduit ici spoken language/written language par langue parlée/langue écrite, même si l’on s’est bien gardé de recourir à cette formulation qui induit qu’il existe deux langues distinctes. On se situe plutôt dans la perspective d’une seule langue qui connait des réalisations différentes.

6 Sans déc est une abréviation de l’expression sans déconner.

7 Voici les équivalents de ces abréviations : LOL = (je) rire aux éclats, MDR = (je suis) mort de rire, PTDR = (je suis) pété de rire, XDR = (je suis) explosé de rire.

8 Ces remarques n’ont pas pour but de condamner la comparaison oral/écrit telle qu’elle est parfois envisagée dans l’enseignement mais d’attirer l’attention sur les biais involontaires que cette démarche est susceptible d’introduire.

9 Même si la taille des corpus est indiquée en nombre de mots… Mais cela tient surtout aux outils informatisés qui détectent plus facilement les blancs entre les mots que les syntagmes.

10 Il s’agit bien évidemment d’une véritable erreur relevée lors de la correction d’une transcription. On pourrait multiplier les exemples. En voici un, que m’a signalé Roxane Gagnon, dans le cadre de séances de transcription avec des enseignants : kamishibaï était devenu caniche qui baille.

11 Il s’agit d’interviews de collégiens et lycéens. Le corpus contient 63 000 mots.

12 Les exemples tirés de corpus oraux sont identifiés par des lettres qui renvoient à la ville où ont été édités les corpus (CLER > Clermont-Ferrand, POI > Poitiers) et à une date (03 > 2003, 16 > 2016).

13 De là découle que la formulation ponctuation de ou à l’oral semble peu adaptée. Sur la question des signes utilisés pour découper les transcriptions, voir Cappeau et Gadet (2010).

14 http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html, circulaire n° 2014-081 du 18/6/2014.

15 La tournure de la description (avec présence de l’article) constitue un obstacle supplémentaire. On mesure plus facilement la « difficulté » d’un tel exemple en le lisant à haute voix ou en ralentissant sa lecture. Ces énoncés sont habituels dans l’écrit universitaire et les lecteurs experts finissent par les trouver naturels…

16 Ces exemples sont tirés des dépositions d’avocats devant la commission parlementaire Outreau.

17 C’est un problème auquel sont confrontées de nombreuses sociétés. Ainsi, la SNCF a-t-elle dû retravailler des annonces orales initialement trop proches de l’écrit, qui étaient difficilement compréhensibles par les usagers. (Merci à Françoise Gadet pour cette information.)

18 La forte densité des réitérations peut être un indicateur pour identifier certains troubles (comme le bégaiement).

19 C’est par exemple de cette période que date la réitération de la préposition dans des exemples tels que il se hasarda à grimper de nouveau et à jeter un coup d’œil (Zola).

20 Les analyses macrosyntaxiques fournissent un cadre théorique pour décrire ces organisations. Voir Debaisieux (2013) pour plus de détails.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. « Langage oral, langage écrit, quelles différences ? » (Hébrard, 2004)
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/6652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Marques du pluriel à l’écrit
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/6652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9k
Titre Marques du pluriel à l’oral
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/6652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4k
Titre À l’écrit
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/6652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0k
Titre À l’oral
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/6652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1k
Titre Mise en grille de l’exemple (10)
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/6652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Mise en grille de l’exemple (26)
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/6652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 10k

Auteur

Université de Poitiers, Département Master Sciences du langage, FoReLLA

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540