Version classiqueVersion mobile

Le droit peut-il se passer de Dieu ?

 | 
Paul Martens

Prologue

Paul Martens

Texte intégral

« Presque toutes les œuvres sont faites avec des éclairs d’imitation, avec des frissons appris et des extases pillées. »
Cioran

1Le règlement de la Chaire Francqui prévoit que des savants peuvent être invités à donner des enseignements dans une université belge et qu’ils y exposent leurs recherches « à l’exclusion de tout enseignement à tendances professionnelles comme de tout cours de vulgarisation ».

2En portant son choix sur le signataire des réflexions qui vont suivre, les sociétaires de la Fondation Francqui n’ont pas fait preuve d’une fidélité rigoureuse à la lettre de leur règlement.

  • 1 M. Weber, Sociologie du droit, Paris, P.U.F., 1986, p. 147.

3Le soussigné n’a rien d’un savant : il n’est qu’un praticien ; c’est déjà le flatter que le qualifier d’artisan et on sait qu’il faut se méfier de l’artisan qui prétend enseigner car il obéit à ses besoins pratiques, « va du particulier au particulier » et est incapable de « dégager des concepts de façon formaliste et rationnelle par des interprétations logiques et signifiantes »1.

4En outre, il ne parlera que de sa profession et des réflexions qu’elle lui a inspirées alors que, sur le tard de sa vie, il fut amené à enseigner la sociologie du droit et sa théorie.

5Enfin, il y aura, tout au long de ces réflexions, une telle persistance à vouloir enlever son mystère à la façon de faire le droit que l’entreprise paraîtra quelquefois relever de la vulgarisation.

6Artisanat et non science pure, souvenirs professionnels au lieu de recherche académique, vulgarisation du savoir plutôt qu’ésotérisme des concepts : nous voilà trois fois à la marge des instructions réglementaires.

  • 2 R. Barthes, Leçon, Paris, Seuil, 1978, p. 46.

7Le règlement précité est muet sur l’âge du titulaire de la chaire mais on pourrait espérer qu’il s’agisse d’un penseur dans la fleur de l’âge, indemne des amollissements qu’inflige à la pensée l’accumulation des ans. Ici aussi, il faut déchanter : c’est dans la dernière année de sa longévité académique que l’orateur présent est invité à s’exprimer. Mais peut-être cette vétusté permet-elle de faire de la chose juridique une lecture détachée, car c’est l’âge qui procure ce que Roland Barthes appelait « sapientia » et qu’il décrivait ainsi : « Nul pouvoir, un peu de savoir, un peu de sagesse, beaucoup de saveur »2.

8S’il ne dit rien sur le temps du conférencier, le règlement, par contre, s’explique sur l’espace de sa prestation : c’est un orateur délocalisé. Il s’exprime ailleurs que dans les universités où il fonctionne, ce qui peut impliquer un décalage, voire une incompréhension, pire : une hostilité entre orateur et auditoire.

9Heureusement, l’intéressé ne se sent pas dépaysé dans les murs de l’institution qui l’héberge : il en fréquente assidûment la bibliothèque, l’une des plus accueillantes et des mieux « rangées » du pays, et il a lui-même été formé par les Jésuites, n’ignorant donc pas les détours de la scolastique ignatienne.

10Néanmoins, chargé de cours dans des universités dont l’une se réclame du libre examen, l’autre se donnant la neutralité incolore du service public organique, il va s’exprimer dans un lieu patronné par la Vierge, avec cette particularité aggravante qu’il est question de Dieu dans ce qu’il va dire : sur un sujet apparemment théologique, le mécréant qu’il est réputé devenu va parler devant les dévots que vous êtes censés être encore !

11Mais quelle est donc l’interrogation qui se cache derrière un intitulé qu’on croirait emprunté à un télévangéliste ? C’est ce qui fera l’objet de la première leçon.

  • 3 J. Carbonnier, Sociologie juridique, Paris, P.U.F., « Quadrige », 1994, p. 227.
  • 4 Ibidem, p. 254.
  • 5 Ibidem, p. 230.
  • 6 R. Barthes, op. cit., p. 18.
  • 7 J. Carbonnier, op. cit., p. 243.

12Attention : l’ambition de ces leçons n’est pas de réinventer une croyance, de fabriquer une théorie ou de préconiser un système. Elles voudraient relier le droit à des savoirs contigus que souvent il ignore et quelquefois méprise – et cet isolement le dessèche. Puisque le droit a toujours existé, on présume qu’il rend des services3, mais il a grand besoin qu’un regard collatéral, une espèce d’Uylenspiegel, de miroir aux alouettes lui révèle ses défauts4 ou, à tout le moins, fasse craquer son vernis et nous rende le contact avec des réalités perdues5. On ira donc picorer des idées chez des penseurs qui ne sont pas juristes, pour s’imprégner de leur savoir et décoaguler le nôtre. On fera même, et c’est plus coupable encore, quelques incursions dans la littérature. Mais n’est-ce pas une manière d’aérer une discipline qui sent parfois le renfermé depuis qu’elle se croit scientifique : « La science est grossière, la vie est subtile et c’est pour corriger cette distance que la littérature nous importe »6. Il est vrai qu’une société, à travers ses écrivains, rit volontiers de son droit ; mais sans doute est-ce pour elle un besoin d’hygiène mentale7.

13Au fond, l’ambition de l’auteur de ces leçons, c’est de servir de passeur entre les grands penseurs de ce temps et les juristes de demain que vous êtes, espérant vous donner le goût d’aller les lire. Son objectif serait atteint s’il pouvait vous inciter à lire ou relire Carbonnier, Gauchet ou Panofsky.

14Dans la première leçon (« Qu’eût pensé Tocqueville d’Adolf Eichmann ? »), on se demandera où risque de nous amener – où nous a déjà conduits – un droit désenchanté qui abandonne l’homme à l’aridité de sa solitude et à la voracité des puissances et des pouvoirs. On s’interrogera sur la possibilité de trouver une ferveur de substitution. On fera une incursion dans les disciplines non juridiques, constatant qu’elles ont sacrifié elles aussi au désenchantement du monde. On fera un bref détour par la théorie et la sociologie du droit pour leur emprunter des outils de réflexion, ce qui nous permettra de rencontrer quelques auteurs dont la fréquentation est hautement recommandée : Alexis de Tocqueville, Hannah Arendt, Norberto Bobbio, Marchel Gauchet, Jean Carbonnier, François Ost.

15Dans la deuxième leçon (« Qu’eût pensé Rousseau de l’arrêt La Flandria ? »), on analysera les effets de la désublimation de la puissance publique et, après avoir constaté que l’État a vu, comme le Roi, s’évanouir son corps mystique, que le Code civil nous a trompés sur son humanisme prétendu, que l’actualité jurisprudentielle aggrave la dévaluation de la chose publique, que l’ État -Providence a été une diversion passagère et le totalitarisme une perversion fatale, nous nous demanderons si, vraiment, le droit peut se passer de ce qui le précède et le dépasse. Et nous rencontrerons comme auteurs majeurs : Ernst Kantorowicz, Xavier Martin, François Ewald.

16Dans la troisième leçon (« Qu’eût pensé Charlermagne de l’arrêt ‘Le Ski’ » ?), nous verrons le droit à nouveau submergé par des valeurs qui, jusque-là, étaient censées le précéder sans prétendre appartenir à son champ normatif : le droit qualifié, souvent péjorativement, de naturel, s’invite dans les textes des conventions internationales, fabriquant ce paradoxe : un droit naturel positif ! La Constitution elle-même, plus ornementale qu’effective quand aucun juge ne pouvait censurer sa méconnaissance, devient à son tour un instrument de dégradation des lois écrites. Le juridique commence à lorgner vers le juste et le juste lui-même se met à ressembler au bien alors qu’on s’était épuisé depuis quelques siècles à les séparer. Nos guides seront : Cornélius Castoriadis, Michel Villey, Jürgen Habermas.

17Dans la quatrième leçon (« Qu’eût pensé André Gide de l’arrêt ‘Fretté’ » ?), on verra réapparaître, à côté et au-dessus de ces valeurs qui se veulent toutes argumentatives, délibératives, communicationnelles et donc transigeantes, des valeurs transcendantes qui se disent au-dessus des lois des hommes et interdisent à ceux-ci de les contredire. On se demandera alors si on n’assiste pas à un réenchantement du monde, dans un domaine où, depuis environ trente ans, les interdits de naguère ont vu décliner leur tyrannie. En démocratisant jusqu’aux pratiques dissidentes de la sexualité et de la famille, a-t-on attenté à ce qui fait l’essence même de la nature humaine et faut-il renouer avec ses significations symboliques ? Là, nous rencontrerons Pierre Legendre, François Rigaux et… André Gide, lu par Carbonnier.

18La cinquième leçon (« Qu’eût pensé Fichte de l’arrêt ‘Happart’ » ?), nous invitera à visiter une sorte de ferveur qu’on croyait révolue depuis qu’elle avait ensanglanté l’Europe : le nationalisme. Et parmi les fanatismes à l’ombre desquels se blottissent des communautés restreintes, on étudiera ce communautarisme linguistique qui n’est pas de chez nous mais avec lequel il nous faut bien composer puisqu’il agite la communauté avec laquelle nous cohabitons encore. À travers des décisions de justice, on s’interrogera sur la signification de nos querelles communautaires et sur l’avenir de la belgitude. On fréquentera Fichte, non comme modèle mais comme prétexte, puis on fera allusion à des penseurs plus recommandables : Michael Sandel, Paul Ricœur, Léo Strauss.

19Enfin, dans la sixième leçon (« Qu’eût pensé Kelsen de l’arrêt ‘Wackenheim’ – ‘Lancer de nain’ » ?), on parlera de cette nouvelle norme issue de la morale et qui a fait une entrée fracassante dans le droit : la dignité humaine. On la verra se répandre dans la jurisprudence, connaissant à la fois la gloire d’être promue, en toute matière, comme une composante de l’ordre public et la disgrâce de se trouver quelquefois évincée par des normes concurrentes. Et on s’interrogera sur cette intrusion de la morale dans le droit, se demandant si une éthique de la sollicitude ne pourrait rendre à celui-ci une humanité que les positivistes nous avaient persuadés de bannir. Et on rencontrera Bernard Edelman, Robert Musil, encore et toujours Jean Carbonnier et François Rigaux, avouant un faible pour la pensée des féministes américaines qui pourraient peut-être nous aider à la trouver finalement, cette ferveur de substitution…

20Octobre 2006

Notes

1 M. Weber, Sociologie du droit, Paris, P.U.F., 1986, p. 147.

2 R. Barthes, Leçon, Paris, Seuil, 1978, p. 46.

3 J. Carbonnier, Sociologie juridique, Paris, P.U.F., « Quadrige », 1994, p. 227.

4 Ibidem, p. 254.

5 Ibidem, p. 230.

6 R. Barthes, op. cit., p. 18.

7 J. Carbonnier, op. cit., p. 243.

© Presses universitaires de Namur, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search