Version classiqueVersion mobile

Repenser l’écriture et son évaluation au primaire et au secondaire

 | 
Catherine Brissaud
, 
Martine Dreyfus
, 
Bernadette Kervyn

Partie 2. Repenser la production écrite en interrogeant le lien lecture écriture

Par l’autre bout de la lorgnette : enseigner l’écriture par et dans ses effets aux cycles 2 et 3

Pierre Sève

Résumé

Dans la recherche-action dont il est rendu compte, l’écriture est pleinement considérée comme une activité langagière. De même qu’un jeune enfant développe sa compétence à parler parce qu’il est entendu et qu’il constate les effets de sa prise de parole, les élèves sont mis en situation de mesurer les effets des textes qu’ils produisent. Quatre pratiques d’écriture (variation, complètement, insertion, « dans le fil ») paraissent suffisantes pour assurer des progrès consistants. Ces quatre démarches, en léger décalage par rapport aux pratiques d’enseignement ordinaires, se prêtent à une mise en œuvre relativement légère.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est recommandé depuis longtemps de faire pratiquer l’écriture aux élèves avant même qu’ils dominent l’art de la lecture. Mais les ignorances de ces jeunes esprits ou la fragilité de leurs compétences, telles qu’elles se manifestent effectivement entre les classes de CE1 et de CM, embarrassent souvent les maitres, peut-être parce qu’elles bousculent leur propre représentation de ce qu’il faudrait maitriser pour pouvoir produire des textes et qu’ainsi elles leur semblent devoir empêcher toute production de cette sorte. Cependant un rapport de l’Inspection Générale (2013) constate que les enseignants « ne sont que 52 % à avoir un jugement favorable sur leur pratique de rédaction ». Même si parfois sont mis en place des « cahiers d’écrivains » ou des « carnets de route » – le plus souvent dans des zones d’éducation prioritaire comme le précise le rapport – « l’enseignement de l’écriture est très limité : les élèves sont mis en situation de produire et, sans travail supplémentaire de ...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search