Version classiqueVersion mobile

Balade patrimoniale en médecine, pharmacie et sciences biomédicales

 | 
Yves Poumay

Médecine

Vie quotidienne, art, histoire et pratiques religieuses

Charles Delhez, Tanguy De Thier, Vinciane de Bergeyck, Michel Lefftz, Annie Degen, Morgane Belin, Pierre Devos et Axel Tixhon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

David de La Vigne (ca 1614-1684)

Miroir de la bonne mort, tiré de la Passion et de la mort de Notre Sauveur dans lequel le malade qui ne peut lire verra representé par images tout ce qu’il doit faire durant le cours de sa maladie afin de bien mourir [...]

[S.l.] : [s.n.], [17e siècle]

R17B0046

Au xviie siècle, l’« art de bien mourir », l’ars moriendi, consistait non à mourir inopinément, sans souffrance, mais à prendre le temps de s’y préparer. Il s’agissait de réussir ce passage difficile, le diable étant aux aguets pour tenter le mourant ! A partir des années 1640, on voua un culte particulier à saint Joseph, patron de la bonne mort : ne s’en était-il pas allé, entouré, de la Vierge Marie et de Jésus ?

Le miroir de la bonne mort, lit-on dans l’introduction, « montre au Malade ce qu’il doit faire afin de mourir heureusement ». Il est dédié au « Fils de Dieu, Premier-né d’entre les morts ». C’est lui le « miroir très parfait de la bonne mort » que nous montre le Père. Et l’auteur de cite...

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search