Version classiqueVersion mobile

Balade patrimoniale en médecine, pharmacie et sciences biomédicales

 | 
Yves Poumay

Médecine

Vie quotidienne, art, histoire et pratiques religieuses

Charles Delhez, Tanguy De Thier, Vinciane de Bergeyck, Michel Lefftz, Annie Degen, Morgane Belin, Pierre Devos et Axel Tixhon

Texte intégral

David de La Vigne (ca 1614-1684)

Miroir de la bonne mort, tiré de la Passion et de la mort de Notre Sauveur dans lequel le malade qui ne peut lire verra representé par images tout ce qu’il doit faire durant le cours de sa maladie afin de bien mourir [...]

[S.l.] : [s.n.], [17e siècle]

R17B0046

1Au xviie siècle, l’« art de bien mourir », l’ars moriendi, consistait non à mourir inopinément, sans souffrance, mais à prendre le temps de s’y préparer. Il s’agissait de réussir ce passage difficile, le diable étant aux aguets pour tenter le mourant ! A partir des années 1640, on voua un culte particulier à saint Joseph, patron de la bonne mort : ne s’en était-il pas allé, entouré, de la Vierge Marie et de Jésus ?

2Le miroir de la bonne mort, lit-on dans l’introduction, « montre au Malade ce qu’il doit faire afin de mourir heureusement ». Il est dédié au « Fils de Dieu, Premier-né d’entre les morts ». C’est lui le « miroir très parfait de la bonne mort » que nous montre le Père. Et l’auteur de citer Jésus lors du lavement des pieds : « C’est un exemple que je vous ai donné » (Jn 13, 15).

3Le père David de la Vigne, né en Hainaut ou en Flandre française, avait déjà commis un livre sur ce sujet, mais il voulut le résumer et le mettre en images pour ceux qui, à l’approche de la mort, ne peuvent plus lire, sinon difficilement. Saint Grégoire, qu’il cite, ne disait-il pas que les images enseignent mieux que ne le font les livres ? La culture de la BD s’annonçait déjà !

4Dans ces pages, dont la traduction de l’espagnol fut autorisée en Belgique en 1673, le religieux franciscain y suit pas à pas la Passion de Jésus, du Jeudi saint jusqu’au moment où, sur la croix, il remet son esprit dans les mains de son Père. Il accompagne ainsi le mourant au long des trois « termes » de la maladie : « son commencement, sa croissance et sa fin par la Mort ».

5Trente-neuf « images » baroques de Romeyn de Hooghe (Pays-Bas, 1645-1708) représentent chacune la chambre du malade et le malade lui-même, au lit, entouré des siens et de visiteurs. Un ange indique du doigt un tableau accroché au mur, illustrant une étape de la Passion du Christ. Au-dessous de la page, on peut lire : « Regarde et fais suivant cet Exemplair ».

6Les éléments de chaque scène évangélique sont autant de conseils pour réussir le grand passage. Ainsi, le lavement des pieds évoque la nécessité de « nettoyer son âme par la Pénitence », c’est-à-dire la confession générale des péchés. Le partage du pain par Jésus invite à recevoir la communion en « viatique » pour le dernier voyage, et le mont des Oliviers permet de parler de l’« Extrême-Onction » avec l’huile du sacrement des malades. La Vierge Marie, au pied de la croix, invite le malade à s’adresser à elle « afin quelle lui procure une bonne mort ».

7Que les temps ont changé !

Denis Diderot (1713-1784) Jean Le Rond d’Alembert (1717-1783)

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers

A Paris [e.a.] : chez Panckoucke [e.a.], 1751-1780

SJC.0.407C.1-35 (35 volumes)

8Lorsqu’il commença à écrire l’Encyclopédie en 1746 aidé par son ami, le mathématicien D’Alembert, Diderot n’avait que 32 ans. Il consacra plus de 20 années de sa vie à l’élaboration de cette œuvre majeure du xviiie siècle dont la constitution ne se déroula pas sans heurts, au point que les derniers volumes durent être publiés dans la clandestinité.

9Cette encyclopédie rassemblera finalement 17 volumes de texte auxquels s’ajoutent 11 volumes de planches, 5 volumes de suppléments et 2 volumes de tables. Près de 200 collaborateurs contribuèrent à faire de cette publication une œuvre majeure de son temps, entre autres dans le domaine de la médecine, mais pas seulement. Cela confirme la nécessaire collaboration et le travail toujours d’actualité.

10À l’heure du numérique et de l’Internet, qu’aurait pensé Denis Diderot si on lui avait expliqué que l’intégralité de son œuvre pouvait être contenue dans une simple tablette ?

11Et pourtant, la vue de cette Encyclopédie monumentale, le froissement du papier, l’odeur d’imprimerie et l’observation des planches parfois naïves nous rappellent que l’art médical a été et reste toujours basé sur quatre de nos cinq sens à savoir observer, sentir, écouter, examiner.

12Même si la médecine a traversé les siècles pour être devenue aujourd’hui un monde de technologie et de découvertes effrénées, n’oublions jamais tous ces précurseurs qui nous permettent désormais de soigner nos patients en s’appuyant sur une solide base scientifique, mais aussi dans le respect et l’intimité d’un dialogue singulier déjà mis en évidence par ces illustres auteurs.

Robert James (1703-1776)

Dictionnaire universel de medecine, de chirurgie, de chymie, de botanique, d’anatomie, de pharmacie, d’histoire naturelle, & c. Précédé d’un Discours Historique sur l’origine & les progres de la Medecine

A Paris : chez Briasson, David l’aîné, Durand, 1746-1748

R18C0044/01-06 (6 volumes)

13Robert James (1703-1776), médecin diplômé de l’université de Cambridge, est surtout célèbre pour avoir inventé une poudre contre la fièvre, la « poudre diaphorétique » à laquelle il donna son nom. Dès 1746, l’éditeur britannique John Newbery a commercialisé ce remède, en a fait la publicité dans ses publications et en a ainsi tiré profit. Cette substance a rencontré un grand succès au milieu du xviiie siècle, mais son efficacité n’a pu être démontrée.

14Robert James est également connu comme étant l’auteur du dictionnaire médical A medicinal dictionary, including physic, surgery, anatomy, chymistry and botany. Cette œuvre a été numérisée et est disponible en ligne. Elle est principalement basée sur des textes de référence des différentes disciplines abordées. De nombreux écrits remontent à l’Antiquité : Hippocrate, Caelius Aurelianus, Claude Galien, Aetius, Aulus Gellius, Pythagore, Pline le Jeune, Aristote etc. D’autres sont plus récents : Averroès, Paracelse, Herman Boerhaave etc. Le docteur James a sélectionné, traduit et agencé les informations qu’il souhaitait transmettre. À ce savoir, le médecin a ajouté de nouveaux renseignements. T. Osborne a publié le premier fascicule du dictionnaire le 4 février 1742 et le dernier le 17 août 1745. L’ensemble représente un peu plus de 3 300 pages. Il est relié sous forme de 3 volumes illustrés in-folio. Le premier date de 1743 et les suivants de 1745.

15Trois libraires parisiens, Antoine-Claude Briasson, Michel-Antoine David et Laurent Durand, s’associent au milieu des années 1740 pour publier la traduction du Medicinal Dictionary de Robert James. Antoine-Claude Briasson ayant fait plusieurs fois appel à Denis Diderot comme traducteur, le sollicite à nouveau. Diderot s’adjoint deux collaborateurs : Marc-Antoine Eidous et François-Vincent Toussaint. Julien Busson, docteur-régent de la faculté de médecine à Paris, a été chargé par les libraires de la révision et de la correction de cette traduction. Il a fait les additions et les retranchements qu’il jugeait nécessaires. Ceux-ci sont substantiels : le Dictionnaire universel de médecine, de chirurgie, de chymie, de botanique, d’anatomie, de pharmacie, d’histoire naturelle, & c. a paru en 6 volumes illustrés in-folio publiés entre 1746 et 1748. Chaque tome comporte près de 860 pages. Ils ont également été numérisés et sont accessibles sur le site de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé de Paris.

16En 1746, l’éditeur parisien André Le Breton s’associe avec les 3 libraires qui ont publié le Dictionnaire universel de médecine. Ils proposent à Denis Diderot et Jean Le Rond D’Alembert de traduire en français les 2 tomes illustrés de la Cyclopaedia d’Ephraim Chambers parus à Londres en 1728. Le projet initial a considérablement évolué. L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers comporte 17 volumes de texte, 11 volumes de planches, 5 volumes de suppléments et 2 volumes de tables. Ils ont été publiés entre 1751 et 1780.

17L’illustration ci-contre est la cinquième planche issue du deuxième tome du Dictionnaire universel de médecine. Elle représente le réseau artériel. Les vaisseaux sont étalés pour souligner les ramifications de leur structure arborescente. On retrouve cette gravure dans plusieurs ouvrages notamment dans le deuxième volume d’Anthropologia nova de James Drake paru en 1707 et le premier volume de planches de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers édité sous la direction de Diderot et D’Alembert paru en 1772. Les planches sont accessibles en ligne. L’exemplaire tiré du Dictionnaire universel de médecine est à l’envers par rapport à ceux des deux autres ouvrages : les côtés gauche et droit sont inversés.

Albrecht Dürer (1471-1528)

[Les quatre livres d’Albert Durer peinctre & geometricien tres excellent, de la proportion des parties & pourtraicts des corps humains]

[À Paris] : [Chez Charles Perier], [1557]

R16C0023

18De son vivant déjà, Albrecht Dürer (1471-1528) jouissait d’une immense réputation qu’il devait à son activité de graveur. Ainsi, lorsqu’il effectua un voyage dans les anciens Pays-Bas en 1520-1521, on organisait des banquets en son honneur et les meilleurs peintres lui offraient des cadeaux. Cette renommée de Dürer tenait à sa virtuosité technique, mais aussi à une immense fécondité dans l’invention des compositions des scènes représentées. De là vient que ses estampes étaient fort prisées puisqu’elles fournissaient aux artistes des modèles dont ils pouvaient s’inspirer pour renouveler leur propre stock de composition. Mais l’ambition de Dürer était ailleurs, puisque c’est comme peintre qu’il voulait être reconnu. C’est certainement avec cette intention qu’il s’attela à la réalisation d’un traité artistique qui n’aboutit jamais. C’est aussi dans ce contexte qu’il faut appréhender le Traité des proportions du corps humain (1528) présenté ici dans sa traduction française de 1557, tout comme son traité sur la géométrie : Instruction sur la manière de mesurer (1525), qui contient sa théorie sur la perspective, largement inspirée de la Costruzione legittima d’Alberti ou des traités de géométrie de Piero della Francesca. Car c’est bien au contact des peintres italiens que Dürer aura eu l’idée de développer un discours théorique sur sa pratique artistique. Comme Léonard de Vinci, Dürer avait donc l’ambition de devenir un artiste universel et il développa même ses compétences dans l’ingénierie, tel qu’en témoigne son Traité sur la fortification des villes, châteaux et bourgs (1527).

19Fortement influencé par les grands peintres italiens du Quattrocento et de la Haute Renaissance dans sa quête de la beauté idéale, Dürer entreprit dans un premier temps de construire les corps humains sur base des figures géométriques simples (triangle, cercle, carré).

20Son traité des proportions du corps humain témoigne de l’évolution de sa pensée puisqu’il y envisage des rapports de proportions adaptés à différents types humains. Dans le Livre I de son traité, il propose ainsi quatre types basés sur le rapport entre la hauteur de la tête – incluant le cou – dans la hauteur totale du corps ; ces rapports sont de 7, 8, 9 et 10. Dans les autres parties de l’ouvrage, Dürer établit également son système sur une division proportionnelle du corps humain, mais en prenant pour base des mesures plus fines.

21Dans l’exemple illustré, la hauteur totale de la tête s’inscrit huit fois dans la hauteur totale du corps.

Philippe Hecquet (1661-1737)

De l’indecence aux hommes d’accoucher les femmes : et de l’obligation aux meres de nourrir leurs enfans ; ouvrage dans lequel on fait voir par des raisons de Physique, de Morale, & de Médecine, que les Meres n’exposeroient ni leurs vies, ni celles de leurs enfans, en se passant ordinairement d’Accoucheurs & de Nourrices

A Trevoux : de l’Imprimerie de S.A.S., 1744

Et se vend à Paris : chez la Veuve Ganeau, 1744

R18Z0509

22Célèbre figure de la médecine au tournant des xviie et xviiie siècles, Philippe Hecquet livre dans cet ouvrage deux traités distincts. Le premier est un véritable plaidoyer contre le métier d’accoucheur. L’auteur y démontre, récits bibliques et références historiques à l’appui, que l’accouchement a toujours été une « affaire de femmes », qui ont exercé cet art depuis des temps immémoriaux. Selon lui, la profession d’accoucheur est tout à fait contraire aux règles les plus élémentaires de la morale chrétienne et de la pudeur. Dans son second traité, P. Hecquet défend avec vigueur l’importance de l’allaitement maternel et expose les dangers que courent les mères qui ne nourrissent pas, ainsi que les mille périls guettant les enfants envoyés par leur mère chez une nourrice.

23En tant que médecin du xxie siècle, on s’étonnera de constater combien, dans les deux traités, les sentences morale et religieuse prévalaient alors sur les arguments purement médicaux qui, aujourd’hui, sont les seuls qui doivent guider le travail du personnel soignant.

24Ne jugeons pas P. Hecquet trop sévèrement : il était, comme l’immense majorité de ses contemporains, profondément religieux. Très pieux, marqué par le jansénisme, il était tout bonnement un homme et un médecin de son époque, se faisant l’écho des préjugés les plus tenaces qui tenaient les chirurgiens éloignés de la pratique de l’obstétrique.

25Et pourtant, à partir de la première moitié du xviiie siècle, de plus en plus de chirurgiens se font accoucheurs, alliant leurs connaissances théoriques à la pratique qui leur faisait défaut jusque-là. La position de P. Hecquet apparaît donc comme « réactionnaire » à un moment où le corps de métier des chirurgiens s’implique de plus en plus dans ce domaine, au détriment des « matrones » qui en avaient précédemment le monopole.

26S’il s’érige en défenseur des sages-femmes et de leur savoir-faire, P. Hecquet culpabilise par contre sans ménagement les mères qui envisageraient de ne pas nourrir elles-mêmes leurs enfants. Il présente l’absence d’allaitement maternel comme une cause de décadence des familles et des états, un acte qui « aliène les cœurs et avilit les esprits ». Des exemples des plus effrayants sont utilisés pour le démontrer : l’empereur Caligula, selon lui « le plus dénaturé des empereurs », aurait été le résultat des pratiques douteuses de sa nourrice, qui aurait frotté ses mamelons dans le sang avant de le faire boire…

27En parcourant les traités de P. Hecquet, le médecin d’aujourd’hui fait un voyage dans le temps et dans l’histoire, mais également à travers les mentalités : il découvre la manière dont médecine et obstétrique se concevaient à une époque qui nous semble à la fois si proche et si éloignée de la nôtre.

Joseph Antoine Toussaint Dinouart (1716-1786)

Abrégé de l’embryologie sacrée, ou Traité des devoirs des prêtres, des médecins, des chirurgiens & des sages-femmes envers les enfans qui sont dans le sein de leurs meres

A Paris : Chez Nyon, 1766

R18A0538

28Il est important de se situer il y a deux siècles et demi dans un contexte où l’emprise doctrinale de l’église romaine sur les consciences était énorme. On se trouve à une époque où le manque d’hygiène entraînait beaucoup de décès au moment de l’accouchement.

29En résumé, la vision des théologiens de l’époque est celle de deux naissances. La première, in utero, correspond à la conception de l’enfant : « c’est à ce moment que Dieu crée l’âme ». La seconde, ex utero, correspond à la naissance, « lorsque l’enfant a atteint la perfection nécessaire pour voir le jour ».

30Ce livre de petit format est un assemblage d’éléments religieux et techniques qui s’adresse aux prêtres, aux chirurgiens et aux sages-femmes face aux problèmes liés à la vie des embryons, avec le but essentiel de sauver l’enfant et, si ce n’est pas possible, de le baptiser pour éviter qu’il aille en enfer. Il est écrit par un chanoine romain, l’abbé Dinouart et est une traduction, destinée au royaume de France, de ce qui a été écrit pour le royaume de Naples. L’auteur fait confiance à l’habileté des chirurgiens mais l’autorité ecclésiastique dominante est bien réelle avec le paradoxe de la signature : « Votre très humble et très obéissant serviteur ».

31Les titres des cinq livres qui composent ce traité en disent long. Livre 1 : Moyens d’empêcher les avortements, baptême des avortons. Citons à titre exemplatif : « Les secours apportés à la mère ne doivent pas nuire à l’enfant », « Baptême aux avortons dès les premiers jours de la grossesse ? », « Instruire les sages-femmes de la manière de baptiser les avortons ». Le livre 2 contient des réflexions très techniques cette fois sur la césarienne mais cela reste mêlé à la doctrine. Le livre 3 parle des accouchements difficiles ou désespérés. Le livre 4 traite de l’amour de Dieu pour les enfants qui ne sont point nés ou qui sont abandonnés. Le livre 5 est un recueil des règlements du royaume de Sicile et des îles proches à propos des thèmes traités ci-dessus. Il comporte aussi une synthèse des recherches sur l’opération césarienne (documents de l’Académie royale de chirurgie). Cela va jusqu’à la description d’une chaise percée servant pour les accouchements.

32Ce livre est intéressant comme reflet d’une époque où Église et État règlent fortement la vie des sujets de leur Royaume. Un élément positif est l’attention portée à la recherche scientifique pour améliorer la vie de la mère et de l’enfant.

Antoine Depage (1862-1925)

Pages écrites à La Panne en 1917

Bruxelles : Impr. Bothy, 1918

VARI08/07127

RCP IX La 318 (carte postale)

33Dès avant la Première Guerre mondiale, le docteur Antoine Depage figure parmi les plus illustres chirurgiens belges. Diplômé de l’Université Libre de Bruxelles en 1887, il se heurte au modèle hospitalier dominé alors par les congrégations religieuses. En 1905, il crée l’Institut chirurgical Berkendael à Ixelles où les soins ne sont prodigués que par des infirmières laïques. Face à la carence de ce type de personnel, il met sur pied une école spécialisée dont la direction est confiée à son épouse, Marie Picard et à Edith Cavell, une « nurse » anglaise.

34Lorsque la Belgique est envahie par les troupes allemandes, dès août 1914, le roi Albert confie au docteur Depage le soin de diriger le principal hôpital militaire du pays. Celui-ci est finalement aménagé dans l’hôtel « L’Océan » à La Panne. Près de 20 000 soldats y seront soignés durant la durée de la guerre. Les équipements les plus modernes y sont installés. Le personnel médical et infirmier est recruté avec minutie. De nouvelles techniques de lutte contre l’infection y sont appliquées comme la méthode Carrel-Dakin à base d’une solution d’hypochlorite. Les transfusions sanguines y sont largement employées et l’établissement est doté d’un service de radiologie. Le taux de mortalité y aurait été le plus bas parmi tous les hôpitaux chirurgicaux militaires de la Grande Guerre.

35Plus que dans toutes les armées, le soldat belge est, en effet, précieux. N’ayant pratiquement aucun moyen de recruter de nouveaux combattants dans un pays presque entièrement envahi, le roi Albert ne peut compter que sur les troupes mobilisées en août 1914. Comme l’écrit Depage en 1917 : « Jamais l’utilité de récupérer le capital santé ne s’est manifestée avec autant d’évidence que chez le soldat blessé (…). En temps de guerre, les conséquences économiques du traitement des soldats blessés sont immédiates ». Pour maintenir son armée à un effectif respectable, la Belgique n’a d’autre choix que de remettre rapidement sur pied ses combattants blessés.

36Dans ses réflexions de 1917, le docteur Depage insiste donc pour étendre, après la fin de la guerre, les leçons tirées des succès obtenus à La Panne en généralisant ce qu’il nomme « l’industrialisation des hôpitaux [qui] est, malgré ses apparences, plus humanitaire, que leur gestion au nom de la charité, puisque le système que nous proposons guérit un plus grand nombre de malades, les guérit mieux, les guérit plus vite ».

37Si le conflit offre, donc, à la Belgique l’opportunité de moderniser considérablement son modèle hospitalier, il coûtera, par contre, au docteur Depage une double perte. Son épouse, Marie Picard, sera une des victimes du torpillage du paquebot Lusitania, en mai 1915, tandis que sa fidèle adjointe, l’infirmière en chef Edith Cavell, sera fusillée par les Allemands, le 12 octobre de la même année.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search