Version classiqueVersion mobile

Balade patrimoniale en médecine, pharmacie et sciences biomédicales

 | 
Yves Poumay

Corps, âme et esprit

Jacqueline Delville, Martin Desseilles, Michel Mercier et Anne Roekens

Texte intégral

Guillaume Lamy (1644-1682)

Explication mechanique et physique des fonctions de l’ame sensitive, ou des sens, des passions, et du mouvement volontaire où l’on a ajoûté une Description des organes des Sens. Discours sur la generation du laict. Dissertation contre la nouvelle opinion, qui prétend que tous les animaux sont engrendrez d’un oeuf. Réponse aux raisons par lesquelles le sieur Galatheau prétend établir l’empire de l’homme sur tout l’Univers

A Paris : chez Lambert Roulland, 1681

SJZ.8.0637

1Parcourir le livre du docteur Lamy est un régal. On se trouve immergé dans le xviie siècle, au cœur de polémiques quant au fonctionnement du corps humain, de l’esprit et de l’âme, et on découvre que des connaissances qui nous paraissent à l’heure actuelle des évidences ont fait l’objet de recherches, de réflexions, et d’âpres discussions.

2Si l’auteur est fier de ses découvertes au sujet de l’anatomie fine de l’oreille, il ne manque pas d’humour pour railler ses confrères qui se gonflent de leurs découvertes.

« Qui de ceux qui ont vû les moindres ouvrages d’anatomie de Monsieur Mery, pourra se persuader qu’un chien, à la pate de qui on attacheroit un instrument propre pour dissequer, s’en aquiteroit avec plus d’adresse. » (préface)

3J’ai sélectionné le chapitre sur « les passions », que nous désignerions plutôt actuellement par le terme « émotions ». Y surgit pour moi un côté poétique, qui résonne avec l’approche psychosomatique contemporaine.

« On donne pourtant à l’ame differens noms, suivant qu’elle est appliquée à diverse parties du corps, où elle a des actions differentes. Ainsi dans l’œil on l’appelle la veuë, dans le nez l’odorat [...].
Il faut remarquer que l’Ame sensitive apperçoit ses objets, qu’elle panche vers eux, ou s’en détourne, suivant qu’ils sont agréables ou fâcheux, & qu’elle remuë le corps pour s’y unir ou pour s’en éloigner. » (p. 4-5)

4L’auteur décrit ce qui se passe lorsque l’homme est saisi de « passion ».

« On y remarque, en y faisant reflexion, un mouvement extraordinaire dans les arteres & dans le cœur, un changement dans les yeux & dans la couleur du visage, & chacun ressent un je ne sçay quoy dans chaque passion, sans pouvoir précisément déterminer où se fait ce sentiment.
Cependant il est vraysemblable que c’est dans le cœur, & mesme dans les Passions violentes les plus idiots le déterminent en montrant l’endroit de la poitrine où ils sentent plus d’agitation ». (p. 136-137)

5Il tente ensuite une explication des mécanismes.

« C’est donc par conjecture que je dy que l’ame revestuë de l’idée d’un objet agreable est déterminée à couler dans le cœur qu’elle dilate plus qu’à l’ordinaire, qu’elle rarefie le sang contenu dans ses ventricules, augmente son mouvement, & en exalte la couleur : Ce qui fait que les yeux brillent davantage, et que le teint est plus éclatant.
Au contraire quand l’ame a l’idée d’un objet fâcheux, elle coule moins dans le cœur que dans un estat d’indifference, ce qui fait que le cœur se resserre, & cela cause un sentiment douloureux. » (p. 143)

6Nous terminons ce petit voyage par une conclusion en forme de cœur.

« Comme on dit que l’ame voit avec les yeux, flaire avec le nez, gouste avec la langue ; Il faut dire de mesme qu’elle aime, qu’elle haist, qu’elle desire, qu’elle espere, avec le cœur. » (p. 151)

Charles Bonnet (1720-1793)

Essai de psychologie et écrits divers

A Neuchatel : de l’Imprimerie de Samuel Fauche, 1783

SJB.4.415B.19

7D’aucuns diraient de Charles Bonnet, né en 1720 et mort en 1793, s’ils le rencontraient aujourd’hui, qu’il s’agit d’un personnage curieux. Entomologiste réussissant la démonstration expérimentale de la parthénogenèse du puceron, s’intéressant à la régénération du limaçon ou des pattes d’écrevisses, il fut également un passionné de physiologie végétale qui réalisait d’innombrables expériences sur l’orientation des tiges et des feuilles en fonction de la lumière, de la chaleur ou de l’humidité. À partir du moment où il ne put plus se servir d’un microscope pour des raisons de santé, il se tourna vers l’observation de l’âme, et fit intervenir dans ses réflexions complexes des considérations théoriques, philosophiques et religieuses. Charles Bonnet est alors convaincu que la valeur du savoir obtenu découle du respect des règles de la logique et de la méthode ainsi que de la connaissance des mécanismes de la sensation, de la perception et de la connaissance intellectuelle. Le syndrome que Charles Bonnet remarque – et qui portera ensuite son nom – dérive de l’observation de son grand-père qu’il relate en 1760. Son aïeul, âgé de 87 ans, était en fait atteint d’une cataracte sévère et se plaignait d’hallucinations visuelles où il disait percevoir des personnages, des oiseaux et divers motifs plus ou moins complexes.

8Ce qui nous frappe lorsque l’on considère son huitième tome faisant partie de la série des Œuvres d’histoire naturelle et de philosophie intitulé Essai de psychologie et écrits divers, c’est sa soif d’apprendre, de connaître et de savoir, autrement dit sa libido sciendi. C’est aussi la diversité de ses domaines d’intérêt et le parcours varié d’une personne érudite, qui cherche, qui s’instruit toujours, qui lit, qui médite, qui met par écrit les méandres de ses pensées pour penser plus loin encore, pour favoriser l’émulation. C’est une personne qui partage ses idées, qui expérimente autant qu’elle réfléchit, qui observe le monde et les autres tout autant qu’elle semble s’interroger sur elle-même, qui passe de la biologie à la philosophie. En d’autres termes, c’est un savant.

9Ce terme semble étrange aujourd’hui. Que reste-t-il de cet esprit savant ? Les savants se trouvent-ils encore à l’université ? L’université met-elle toujours en place les conditions pour que les savants puissent s’y installer et s’y épanouir ? Luniversité est-elle un lieu ou une communauté de personnes ? Les savants ne sont-ils pas l’université ? Ces questions sont importantes ; ce livre et le parcours singulier de Charles Bonnet nous appellent à tenter d’y répondre d’autant plus que ces questions cruciales sont toujours d’actualité. Dans son allocution s’intitulant « Une idée de l’université » prononcée le 18 novembre 2005 à l’Université Catholique de Louvain à l’occasion du doctorat honoris causa qu’il reçut, Simon Leys disait que « Luniversité a pour objet la recherche désintéressée de la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences, l’extension et la communication du savoir pour lui-même, sans aucune considération utilitaire ». À l’aune de cette définition, Charles Bonnet incarne l’université. Cette dernière « requiert quatre facteurs en ce qui concerne son mode d’opération », poursuit Simon Leys. Premièrement, une communauté de savants, deuxièmement, une bonne bibliothèque, troisièmement, des étudiants – un élément important mais pas toujours indispensable dit-il : « Il n’est pas souhaitable de les attirer à tout prix par tous les moyens et sans discrimination » – quatrièmement des ressources matérielles. Simon Leys rapporte à travers une anecdote que le corps professoral n’est pas employé par l’université mais qu’« il est l’université ». Les administrateurs professionnels sont les seuls « employés » et ne dirigent pas les universitaires mais sont à leur service. Un des facteurs les plus menacés à l’époque actuelle est le caractère désintéressé de l’université, l’absence de marchandisation des diplômes et des étudiants : « L’utilité supérieure de l’université et son action efficace sont entièrement fonction de son apparente « inutilité »» nous dit encore l’éminent sinologue.

10Charles Bonnet : un savant ? Un universitaire ? Assurément ! La diversité de ses thématiques de recherche et de ses écrits, ainsi que « l’inutilité apparente » de ses quêtes théoriques, personnelles, botaniques, entomologiques, sont là pour en témoigner. L’université est-elle encore apte à proposer aux étudiants d’aujourd’hui de devenir qui ils sont vraiment ? L’université est-elle capable de ce désintérêt qui permet aux savants de savoir, et encore plus de savoir qu’ils doivent continuer à chercher ? Permet-elle aux universitaires de faire que les lieux qu’ils habitent s’appellent en vérité « université » ? L’université est-elle toujours susceptible d’identifier qui elle emploie véritablement au service de ceux qui lui permettent de porter ce nom d’ « université » ? La vie et l’œuvre de Charles Bonnet nous invitent ainsi à des réflexions forcément actuelles sur la notion d’enseignant et d’université. Simon Leys disait encore : « L’université n’est pas une usine à fabriquer des diplômés, à la façon des usines de saucisses qui fabriquent des saucisses. C’est le lieu où une chance est donnée à des hommes de devenir qui ils sont vraiment. » Suivons l’exemple du savant Charles Bonnet et essayons d’être le lieu où tout le monde peut devenir ce qu’il est vraiment.

Alexandre Rodenbach (1786-1869)

Coup d’œil d’un aveugle sur les sourds-muets

Bruxelles : chez Louis Hauman, 1829

SJA.8.0983

11Alexandre Rodenbach, industriel, homme politique et philanthrope, est né en 1786 à Roulers en Belgique. Il brille par sa perspicacité, sa créativité et son sens de l’humain. Aveugle depuis l’âge de 11 ans, il se passionne pour l’éducation des jeunes déficients sensoriels. Il décède en 1869, laissant à la postérité deux ouvrages qui ont leur place dans la littérature pédagogique du xixe siècle.

12En 1828, il édite Lettre sur les aveugles qui fait écho à Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient publiée en 1749 par l’encyclopédiste Denis Diderot.

13En 1829, il publie Coup d’œil d’un aveugle sur les sourds-muets. Il y présente une ébauche de sa propre méthode pour l’éducation des jeunes sourds, qui se situe dans une perspective « inclusive » avant la lettre : « Je dirais qu’un des premiers, je me suis élevé contre les institutions spéciales pour les sourds-muets ; qu’un des premiers, j’ai réclamé pour eux une instruction analogue à leur situation dans le monde, j’ai démontré l’avantage qu’ils tireraient, pendant le cours de leur éducation, de ne pas être isolés de la société de ceux qui voient et qui entendent. » p. 216.

14L’auteur s’inscrit dans le mouvement du siècle des Lumières, qui a mis en évidence les possibilités d’éducation et de développement intellectuel des personnes tributaires de handicaps sensoriels. Dans une perspective clinique et humaniste, il décrit de nombreux cas de progrès éducatifs. Il cherche à dénoncer les préjugés et à changer les représentations concernant les déficients auditifs et visuels, en se basant sur des entretiens avec des personnes concernées.

15Alexandre Rodenbach rend compte des apports de différents pionniers dans le domaine de l’éducation spécialisée. Citons notamment : Valentin Haüy, qui fait le pari de l’éducation et invente les premiers outils de calcul et d’alphabet pour les aveugles ; Louis Braille, qui développe l’alphabet qui porte son nom ; l’abbé de L’Épée et l’abbé Sicard, qui codifient et diffusent la langue des signes jusqu’en Amérique ; Jean Itard, qui se consacre à l’éducation des enfants ayant des retards intellectuels.

16Il rend également hommage au chanoine Triest, fondateur des congrégations des Frères et des Sœurs de la Charité de Gand. Ces congrégations sont à l’origine d’institutions d’accueil pour enfants et adolescents déficients sensoriels : en 1820, une école pour filles sourdes ; en 1825, une école pour garçons sourds et en 1835, à Bruxelles, un institut spécialisé, devenu l’Institut Royal pour Sourds et Aveugles (IRSA), qui existe encore aujourd’hui.

17Le chanoine Triest initie également le développement des soins psychiatriques en Belgique : Les Frères de la Charité de Gand fondent l’Institut Saint-Bernard à Manage et l’Institut Saint-Martin à Dave, ainsi que l’Institut Saint-Lambert à Bonneville, qui accueille des personnes déficientes mentales.

18Pour information, en 1836, Monsieur Rodenbach a créé la brasserie qui porte son nom et produit une bière encore consommée aujourd’hui. À votre santé !

Petrus Maes (1806-1877)

Considérations sur les maisons d’aliénés en Belgique

Bruges : Vandecasteele-Werbrouck, 1845

HIBE12/05908

19En tant que directeur de l’asile Saint-Julien de Bruges, le chanoine Petrus Maes (1806-1877) rédige, en 1845, ses Considérations sur les maisons d’aliénés en Belgique et prend ainsi part au débat public qui anime le Parlement belge autour du statut des institutions psychiatriques. Il réagit point par point au rapport rédigé trois ans plus tôt par une commission d’experts qui se sont prononcés en faveur d’une intervention étatique forte dans la prise en charge des malades mentaux. Criminologues et médecins y ont plaidé pour une laïcisation et une médicalisation du champ psychiatrique.

20Dans son ouvrage, le chanoine Maes démonte méthodiquement les propositions avancées par ladite commission. Il y soulève nombre d’écueils organisationnels, en particulier, le mode de financement dit inopérant des asiles. Du point de vue thérapeutique, le chanoine attribue un rôle central à la religion comme moyen de traitement moral des aliénés. L’asile calme, isolé, vaste, bien aéré et religieusement administré est présenté comme le lieu de vie idéal pour les malades mentaux. Afin d’illustrer cet argumentaire, figurent en annexe les plans des institutions de Bruges et de Courtrai hissées au rang de modèles du genre. Contrairement au primat accordé à l’environnement spatial et à l’encadrement religieux, le pouvoir du médecin est cantonné à un rôle subsidiaire, dans la mesure où Maes juge que le traitement thérapeutique des maladies mentales a finalement peu évolué depuis l’Antiquité. « La médecine moderne, écrit-il, a le talent de s’entourer de l’appareil séduisant des grands mots et des phrases sonores ; mais allez au fond : bien souvent ce sont les mêmes idées avec plus de prolixité, plus de développement, et moins de simplicité, de clarté et de précision. » (p. 74). Et de conclure : « S’il fallait […] opter entre […] une maison d’aliénés sans médecins ou une maison d’aliénés […] sans terres, notre choix ne serait pas douteux : nous nous déciderions pour la première et le résultat prouverait que nous avons raison. » (p. 125)

21En écho à de telles prises de positions, la loi sur le régime des aliénés, adoptée en 1850, constitue un compromis entre les partisans d’une laïcisation des institutions psychiatriques et les défenseurs du statu quo. Elle met certes en place une forme de contrôle étatique sur les asiles mais consacre surtout, sous la pression de l’opinion catholique, le principe de l’initiative privée dans ce secteur. Les institutions religieuses préserveront, pour des décennies encore, leur position dominante dans le champ du soin des âmes.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search