Versión clásicaVersión móvil

Balade patrimoniale en médecine, pharmacie et sciences biomédicales

 | 
Yves Poumay

Maladies et remèdes en tout genre

Yves Poumay, Marc Tomas, Catherine Lambert de Rouvroit, Charles Nicaise, Bruno Flamion, Marielle Boonen, Isabelle Hamer, Martin Desseilles, Jean-Pierre Gillet y Caroline Canon

Texto completo

Philippe Gherincx (1549-1604)

Description de la nature & facultez des fontaines acides de Spa

A Liege : chez Nicolas vander Hulst, [1599]

Rés. Varia41 (1599)

1Voici un ouvrage publié à Liège en toute fin de xvie siècle. Il traite d’un sujet qui semble d’abord plutôt régional, mais qui se retrouve lié à la médecine et à son histoire via le thermalisme et la recherche d’une compréhension des propriétés médicinales (« vertus et miraculeux effets » dit l’auteur) de certaines fontaines acides de Spa. De façon très intéressante, l’auteur y relate des approches quasiment expérimentales visant à identifier ces « vertus » médicinales qui ont depuis lors apporté aux eaux spadoises une solide réputation mondiale. Cette réputation explique notamment que le mot « spa », qui a littéralement intégré la langue anglaise, compte parmi les définitions de ce début de xxie siècle fournies par l’Oxford Dictionary : l’appellation commune d’une « source d’eau minérale aux propriétés bienfaisantes pour la santé ». Beaucoup d’honneur dès lors pour ce village ardennais, situé à l’ouest des Hautes-Fagnes, et pour ce mot dont le sens ne cesse de s’étendre dans la langue de Shakespeare.

2À l’époque de la publication de ce livre, deux sources spadoises aux propriétés acides sont particulièrement fréquentées : la source du Pouhon, située au marché (centre) du village et la source de la Sauvenière, localisée sur les hauteurs du village, le long de la route qui s’éloigne vers l’est en direction de Stavelot, au pied du plateau humide des Hautes-Fagnes (plus précisément, au pied de la Fagne dite de « Malchamps »). Bien que l’auteur signale l’existence de nombreuses autres sources aux vertus médicinales dans la région des Ardennes au sens large, il décrit ici comment il a profité du savoir-faire d’un médecin-distillateur parisien pour isoler, analyser et identifier de multiples sels minéraux dissous dans l’eau de ces deux sources. On y apprend ainsi qu’espérant y trouver de l’or, l’auteur a dû admettre avoir été abusé par la présence du soufre qui colore particulièrement les sels purifiés à partir de ces sources, y découvrant notamment ce qu’on dénomme alors de la « coperose » (couperose), un nom ancien donné à des sulfates de fer, de zinc et de cuivre.

3Moins expérimental, le texte raconte diverses suppositions apportées à l’époque quant aux phénomènes de dissolution des sels minéraux présents dans les sols par les eaux qui y transitent, mais rapporte aussi avec beaucoup d’intérêt les exhalaisons diverses qui émanent de ces fontaines. Retournant à l’expérience, l’auteur s’interroge notamment sur la question essentielle de savoir qui, des sels minéraux purifiés par distillation, ou des substances volatiles qui émanent de ces eaux et qui échappent à ses investigations, se trouve responsable de leurs propriétés médicinales. Une approche rationnelle se trouve dès lors proposée, faisant suite à une observation précise : alors que les eaux étudiées semblent efficaces, les sels isolés ne le sont pas, même s’ils se trouvent à nouveau dissous dans une eau différente. Argumentant de plus sur la perte rapide d’odeur et donc des « matières volatiles et spiritueuses » de l’eau immédiatement prélevée à la source, l’auteur conclut que ce sont donc les contenus volatiles qui rendent ces eaux « médicinales ».

4À la suite de cette approche encore convaincante aujourd’hui, l’auteur s’enthousiasme parfois et se lance dans des suppositions gratuites et allégoriques d’effets obscurs sur les vaisseaux sanguins ou sur les caractéristiques physico-chimiques du cerveau. Toutefois, généralement beaucoup plus réaliste, il admet vaine une argumentation raisonnable, capable d’expliquer les effets observés, à cause du manque de technologies de l’époque et des impossibilités qui y sont liées d’analyser finement les substances exhalées de ces eaux. Dès lors, la nécessité de consommer ces eaux localement, sous peine d’en perdre les propriétés bénéfiques, en devient la conclusion évidente. Très humblement tout compte fait, l’auteur conclut sur son incapacité d’apporter un soutien « scientifique » à la véritable action de l’eau de ces sources et admet qu’il s’agit d’un remède qui reste empirique puisqu’il ne peut malheureusement apporter d’explication suffisante par ses investigations. Pour compléter le volet chimique, signalons enfin l’intérêt particulier de l’auteur pour prouver la présence de « vitriol » (sulfate de fer ou acide sulfurique, à l’époque) dans l’eau des deux sources étudiées.

5On peut aujourd’hui bien sûr s’amuser des propriétés accordées jadis à ces substances volatiles, souvent nommées « esprits », qui selon l’auteur confèrent à l’eau de la Sauvenière une « légèreté » supérieure à l’autre. On peut aussi voir dans quelques chapitres de cet écrit un plaidoyer, certes vraisemblablement involontaire, pour amener dans la région et le village même les curistes de l’époque. Ceci est en effet intéressant au regard du maintien de la réputation touristique de la ville et de sa région.

6La consultation de cet ouvrage est par ailleurs particulièrement révélatrice pour le lecteur de notre époque qui apprend, par de nombreux détails, que ces eaux permettent d’expurger ce qu’on appelle alors « les mauvaises humeurs » (ou liquides corporels nocifs) sans recourir à la médecine d’alors qui, comme le mentionne lui-même l’auteur, ne peut obtenir les mêmes effets sans endommager les corps des patients (on pense ici bien sûr aux célèbres et trop nombreuses saignées auxquelles nous échappons aujourd’hui). Suivent d’ailleurs quelques exemples de guérisons. Les noms des patients y sont cités quand ils sont connus de l’auteur, avec tous les détails de leurs maux, remèdes et rémissions, obtenues parfois après quatre étés passés au village de Spa, comme pour ce gentilhomme qui pouvait se permettre ce type de séjour. Évidemment, au regard de la grande diversité des conditions traitées, le lecteur actuel accordera sa bienveillance aux conseils distribués par l’auteur au travers des exemples fournis et de leurs issues heureuses. Cependant, on reste également sceptique devant autant de propriétés bénéfiques, internes surtout, mais s’étendant parfois à des applications externes, capables de traiter diverses maladies cutanées infectieuses ou simplement inflammatoires.

7Plus de quatre cents ans nous séparent de ces écrits. Le tourisme de la région a bien profité d’une telle publicité, et même si l’auteur recommande toujours une consultation chez le médecin avant de recourir aux eaux de Spa, il préconise ensuite au curiste un à deux jours de repos dans le village afin de profiter au mieux des bienfaits des thermes.

8Paradoxalement, à la fin de son ouvrage, Gherincx réfute les détracteurs des fontaines acides pour qui le bon air de la région et l’offre d’exercices physiques qu’on y trouve procurent autant de réconfort que la consommation des eaux, en évoquant de son côté le besoin d’une vie et d’une table équilibrée. On s’amusera du fait qu’il cible particulièrement les buveurs de vin alors qu’il recommande lui-même bien avant dans son ouvrage la consommation de vin du Rhin pour les curistes qui séjournent à Spa !

9Concluons ce tour des qualités de Spa et de ses fontaines en signalant que les eaux des sources commercialisées aujourd’hui ne sont pas celles qui ont fait la réputation initiale de la ville. La source de la Reine par exemple, pourtant proche de la source de la Sauvenière, produit une eau non gazeuse qui a relativement peu séjourné dans le sol des Fagnes et qui se trouve de ce fait très peu chargée en sels minéraux, une de ses plus grandes qualités.

10À noter : l’imprimatur donné en latin à l’issue de l’ouvrage par l’autorité religieuse (Jean Chapeauville (1551-1617) à Liège.

L’Escole des Medecins de Salerne qui enseigne comme il faut sainnement & longuement vivre, par la connoissance qu’elle donne des Facultez, de tous les aliments qui entrent au corps humain. Enrichie de plusieurs beaux & doctes discours, sur les choses naturelles, non naturelles, & contre nature… Augmentée de l’epistre, que Diocle Carystien envoya à Antigon Roy d’Asie, […]

A Roüen : chez Antoine Ferrand, 1660

SJA.8.1105

11L’école de médecine de Salerne est la première école de médecine créée en Europe vers le xe siècle, « la source et la fontaine de la médecine » selon Pétrarque. Fondée par un Latin, un Grec, un Arabe et un Juif, proche du monastère de Mont-Cassin, elle était ouverte à toutes les nations et toutes les religions.

12Ce livre est d’une actualité saisissante. Il reprend tout ce que l’on peut trouver aujourd’hui, dix siècles plus tard, dans les recommandations scientifiques en termes de prévention, de préservation de la santé et du bien-être : se connaître soi-même, éviter les colères, le besoin d’exercice régulier et de combattre la sédentarité, le rôle que joue notre système digestif dans l’équilibre de notre santé et les meilleurs conseils diététiques.

13« La vraie médecine est de ne point user de médecine » dit notamment ce recueil : un plaidoyer d’une simplicité évidente pour la prévention.

14Ainsi l’ouvrage recommande d’éviter définitivement trois comportements : le travail excessif, la dépression et les excès de table. Il encourage l’exercice physique d’intensité modérée et une hydratation régulière parmi d’autres préceptes. La tranquillité du corps et de l’esprit en quelque sorte.

15Particulièrement surprenant, le ton adopté dans ce recueil est d’une actualité vibrante, très proche des méthodes de coaching utilisées de plus en plus largement aujourd’hui dans le domaine du bien-être et de la santé.

16Une lecture inspirante, douce dans son approche, qui anticipe de façon exceptionnelle ce que la médecine basée sur les preuves nous confirme aujourd’hui.

Nicolas de Blégny (1652-1722)

Le bon usage du thé, du caffé et du chocolat pour la preservation & pour la guerison des maladies

À Paris : chez la veuve d’Houry ; chez la veuve Nion, 1687

R17Z0019

17Très amusant de parcourir ce livre, pourvu qu’on ait la distance par rapport au propos et à la personnalité somme toute peu sympathique de l’auteur, qui se révèle au fil des pages. Dédicace et introduction de style flagorneur, typique de l’époque, empreint de fausse modestie. L’auteur a eu une carrière étonnante, le conduisant au sommet comme médecin des grands, puis à la disgrâce par cupidité. On peut comprendre cette évolution en lisant son texte, mélange assez bizarre de considérations compétentes, par exemple à propos de l’origine et des différentes variétés botaniques de café et de chocolat, qui reflètent un bon niveau d’informations pour l’époque. Ses connaissances en matière de thé sont plus approximatives, et correspondent à une information très superficielle sur les pays orientaux. L’auteur souffre d’une hypertrophie de l’ego pathétique, s’étendant de manière très arrogante sur l’amplitude de ses connaissances. Il fait preuve d’un sens aigu des affaires qui s’apparente à celui d’un charlatan, allant jusqu’à promouvoir des formules et préparations personnelles de breuvages censés avoir des propriétés exceptionnelles, mais dont il garde jalousement le secret. Il pousse même le trait jusqu’à décrire une nouvelle cafetière extraordinaire, dont il ne donne évidemment pas le plan détaillé. Les trois breuvages sont bons ou contre-indiqués pour une série d’affections réelles ou imaginaires, sans aucun argument logique, ce qui était peut-être le cas de la médecine et de la pharmacie de l’époque. À chaque page, de Blégny se montre bien plus préoccupé de sa promotion que de l’art de guérir. Il ne donne pas une impression d’empathie envers les patients et on n’aurait pas voulu être soigné par lui. En refermant ce livre, le lecteur d’aujourd’hui aura sans doute envie de déguster une tasse de thé, de café ou de chocolat… juste pour le plaisir.

Pierre Brisseau (1626-1717)

Traité des mouvemens simpatiques avec une explication de ceux qui arrivent dans le Vertige, l’Epilepsie, l’affection Hypocondriaque, & la Passion Hysterique

A Mons : De l’imprimerie d’Erneste de la Roche, 1692

Rés.7H.35

18D’entrée de jeu, Pierre Brisseau, médecin des hôpitaux du royaume de France, avoue publier son traité de neurologie dans la précipitation, puisque Louis XIV, en plein conflit de la ligue d’Augsbourg, ne cesse de lui envoyer des blessés de guerre suite aux sièges des villes de Mons (1691) et de Namur (1692). Cette circonstance servira à l’auteur à excuser d’éventuelles coquilles et hypothèses non fondées qu’il avance le long de l’ouvrage.

19Les fondements neurophysiologiques et la microscopie étant à l’état de balbutiement au xviie siècle, l’étude du système nerveux se limite à l’observation anatomique ; le fonctionnement du cerveau ou ses dysfonctionnements relèvent quant à eux de pures élucubrations. C’est dans ce contexte que s’inscrit le traité du docteur Brisseau, qui pour autant ne démérite pas en tentant d’expliquer la propagation de l’influx nerveux, son origine et ses altérations au cours de diverses pathologies. Même si au regard d’un profane, le discours paraît tenir la route, il est loin le temps où l’on pensait que l’âme sécrétait une liqueur à l’origine de nos émotions, de nos pensées et de nos actes.

20Selon le docteur Brisseau, le cortex cérébral est peuplé d’innombrables petites glandes richement vascularisées filtrant le sang de l’individu. De cette filtration est extraite une liqueur, appelée « esprit animal », animée par des mouvements incessants de flux et de reflux le long des fibres nerveuses. Ces mouvements de liqueur dans les nerfs régiraient dans certains cas la contraction musculaire ou dans d’autres cas les sensations. M. Brisseau avancera des hypothèses assez fantaisistes afin d’expliquer la mécanique d’écoulement de la liqueur et les conséquences d’une perturbation de son écoulement, à l’origine de troubles comme l’épilepsie ou l’hystérie. Il justifie par la même occasion les traitements de ces maladies, parmi lesquels nous retrouvons les fameuses saignées, émétiques (vomitifs) ou autres purgatifs, destinés à purifier le corps des substances irritantes pour les fibres nerveuses.

21Une des qualités du livre est la prudence de l’auteur vis-à-vis de ses travaux ou de ceux de ses contemporains. Par ce biais-là, il fait passer un message fondamental à la communauté scientifique : « J’avoue que je ne crois pas tout ce que je lis et je trouve qu’il n’est rien de plus ridicule que d’embrasser aveuglément un Système » ; autrement dit, tout dogme ou toute hypothèse doit être remis constamment en question.

Edmond Nessel (ca 1658-1731)

Traité des eaux de Spa avec une analyse d’icelles, leurs vertus et usage

Imprimé après la copie de Liége, à Amsterdam : aux dépens de la compagnie, 1753

Rés. Varia41/2 (1753)

22Quel ouvrage étonnant, agréable à lire, illustration parfaite du rôle des médecins au xviiie siècle dans notre bon pays de Liège. On ne peut que songer à Molière, qui aimait tant se moquer de ces médecins impuissants mais hautains (N.D.R.L. : à ne pas confondre avec les chirurgiens de l’époque, tout le contraire), munis des seuls outils de la saignée et de la purge, qu’ils réservaient aux cas extrêmes. Les cas moins désespérés bénéficiaient de la prescription, jalousement gardée par ces médecins, de toutes sortes de cures, dont celle des eaux de Spa, sujet de ce petit ouvrage très amusant.

23Prescrire une cure était un véritable acte thérapeutique, depuis le choix de la dose, généralement titrée en fonction du volume présumé de l’estomac (« une pinte le premier jour, un pot le lendemain, puis jusqu’à 4 pots par jour »), jusqu’à la durée du traitement : le médecin ne lésinait pas sur la marchandise, conseillant de préférence plusieurs mois, à la grande joie des hôteliers locaux. Point crucial, la boisson curative devait être absorbée à la source ! Ainsi, le docteur Nessel critique vertement ses confrères qui « abusent innocemment leurs malades en leur ordonnant de boire des eaux minérales transportées, dont les substances minérales sont séparées et détachées de l’eau avec laquelle elles étoient incorporées, ce qui diminue beaucoup de leur bonté naturelle ». À la nuance près que, si le malade n’était pas en état de se déplacer, pour cause de « faiblesse, guerre, ou bourse défaillante », on pouvait lui faire parvenir des bouteilles « remplies en temps serein et sec, bien bouchées, et gardées dans la cave l’embouchure tournée embas ». Heureusement, la société Spadel a depuis lors trouvé le moyen de contourner ces difficultés – vive le plastique ! Précisons aussi, pour ceux qui l’auraient oublié, que les cures d’eaux de Spa « sont toujours ordonnées avec du vin, à l’exclusion absolue de bière ». De préférence du vin de Moselle (blanc) ou du paillet (rouge pâle).

24On s’ébahit de la méthode du docteur Nessel pour convaincre les « bobelins » (curistes de Spa), lesquels venaient de toute l’Europe, des bienfaits de ces eaux. L’auteur nous décrit ainsi les améliorations spectaculaires qu’il a observées chez ses propres patients, dont la réputation ne peut être mise en cause, comme « Mr Sarto, actuellement Major du Quartier d’Avroy, qui était autant atteint et incommodé de gravelle que personne puisse l’être », ou « Mademoiselle Crinier, Abbesse des Urbanistes du Tiers Ordre de Saint François au Faubourg d’Avroy, incommodée d’un flux menstruel immodéré ». Vous avez dit : secret médical ? Que la gravelle (concrétions rénales de petite taille) réponde à la cure hydrique, on n’en doute pas, mais les autres indications, dont la liste comprend « les obstructions scirrheuses de la ratte, les affections hypochondriaques, les cachexies et le scorbut », laissent rêveur.

25Enfin, le lecteur hydrologue ou géologue raffolera également de cet ouvrage qui détaille sur de nombreuses pages la composition chimique des eaux de Spa, car leurs effets thérapeutiques sont attribués à leur abondance en minéraux et métaux. Au risque de dévoiler un secret, sachez qu’un des meilleurs atouts des eaux de Spa est le vitriol de Mars (plus prosaïquement, le sulfate de fer), en particulier à la source du Pouxhon.

26Je vous souhaite une juteuse lecture, suivie, qui sait, d’un joyeux bobelinage.

Jean Adrien Helvetius (1662-1727)

Traité des maladies les plus frequentes et des remedes specifiques pour les guerir avec la methode de s’en servir pour l’utilité du Public & le soulagement des pauvres

A Liège : chez Jean-François Broncart, 1711

R18Z0316

27Avec ce précieux ouvrage, nous remontons le temps jusqu’au xviiie siècle et découvrons la médecine et la pharmacologie du passé à travers les yeux d’un médecin passionné et désireux de partager son savoir avec ses contemporains.

28Selon l’ouvrage de Jean-Noël Paquot, intitulé Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas, de la principauté de Liège et de quelques contrées voisines, Helvétius se serait attiré les faveurs de la cour du roi Louis XIV en administrant son « remède spécifique » pour la dysenterie au Dauphin. Ce remède aurait ensuite été testé dans les Hôpitaux de Paris et sa composition, à base de racine d’ipécacuanha, rendue publique peu après sur ordre de Louis XIV suite aux effets positifs constatés. Le xxe siècle révélera que cette racine est riche en émétine, une molécule amibicide efficace contre l’une des causes de dysenterie, le parasite Entamoeba histolytica. De ce fait, Helvétius peut être considéré comme le médecin qui, à défaut d’avoir découvert cette racine et tous ses bienfaits, aura su promouvoir son utilisation et démontrer son utilité dans le traitement de la dysenterie.

29Dans son traité, Helvétius nous dévoile comment il perçoit toute une série d’afflictions telles que la fièvre, les troubles digestifs, la pleurésie, l’insomnie, la dysenterie ou encore la petite vérole. Au gré de cette lecture, nous découvrons avec intérêt, et parfois avec surprise et amusement, les ingrédients des remèdes d’antan tels que les bouillons, la poudre corrective universelle, la quintessence d’absinthe et l’or potable. Il est saisissant de voir se révéler plusieurs principes de base de la pharmacologie au fil des pages : une composition spécifique des remèdes, des doses qui doivent être ajustées selon l’âge, prises à intervalles déterminés et souvent avec un véhicule particulier (bouillon, tisane, vin) pour faciliter l’administration. La rigueur avec laquelle Helvétius s’attelle à coucher sur le papier ses observations faites au chevet des patients et les moindres détails de ses préparations médicinales traduisent son désir d’enseigner son savoir, comme il le souligne lui-même :

« J’ai cru aussi, qu’en donnant quelques méthodes qui apprendraient à connaître parfaitement le caractère et les causes des maladies et le temps convenable à donner les remèdes, je contenterais davantage les malades et ceux qui les traitent… parce que sur les moindres doutes qui surviendront, on n’aura qu’à les lire pour s’éclaircir ».

William Buchan (1729-1805)

Médecine domestique, ou Traité complet des moyens de se conserver en santé, & de guérir les Maladies, par le régime & les remedes simples

À Paris : chez Froullé, 1789

R18A0006/01-05 (5 volumes)

30William Buchan est un médecin écossais (1729-1805) auteur de plusieurs ouvrages dont le plus célèbre est Médecine domestique ou Traité complet des moyens de se conserver en santé, de guérir et de prévenir les maladies par le régime et les remèdes simples. Ce livre, écrit en 1769, a été traduit dans plusieurs langues. Il est divisé en deux parties, l’une est consacrée à la médecine prophylactique et décrit les moyens de conserver la santé et d’éloigner les maladies ; l’autre est consacrée à la description et au traitement de nombreuses maladies.

31Contrairement à d’autres livres de médecine parus à l’époque, cet ouvrage ne contient pas d’observations anatomiques ou de termes techniques rébarbatifs. Son but est de diffuser le plus largement possible des informations sur les causes des maladies et sur les pratiques à suivre pour conserver la santé. L’auteur s’en explique dans la préface. Il trouve que les progrès de la médecine sont trop lents parce que c’est un art fondé principalement sur l’observation et étudié par un trop petit nombre de personnes qui veillent jalousement sur elle. Selon W. Buchan, il faudrait que toute personne de bon sens et instruite apprenne un minimum de notions pour préserver sa santé, pour éviter des maladies liées au travail et pour éviter de recourir à des charlatans. Les discussions entre hommes éclairés et médecins permettraient à l’art de la médecine de faire des progrès parce qu’elles permettraient de multiplier les observations et obligeraient les médecins à s’instruire davantage. De plus, elles réduiraient la méfiance des patients vis-à-vis des médecins et élimineraient le charlatanisme. En lisant ces lignes, on ne peut pas s’empêcher de faire un parallélisme avec les informations médicales qui sont dorénavant disponibles sur Internet et qui permettent aux patients de discuter de façon plus éclairée avec leur médecin. Il y a beaucoup de bon sens dans ce « manuel » de médecine prophylactique mais il y a aussi des conseils qui font sourire et d’autres qui devraient nous inspirer aujourd’hui. Selon W. Buchan, les parents doivent nourrir, élever et former le corps, l’esprit et le cœur de leurs enfants. Ils doivent fortifier leur « constitution » et écarter ce qui pourrait les affaiblir. Dès leur plus jeune âge, il faut les habituer à manger sainement et juste en quantité nécessaire, à faire des exercices, à dormir suffisamment (mais ne pas faire de grasses matinées), à aérer leur chambre, à se laver, à s’habiller légèrement même en hiver et changer régulièrement de vêtements… Pour leur donner le goût au travail, il faut leur confier des occupations faciles (comme le jardinage ou l’art pour les garçons, et le ménage pour les filles) mais il ne faut pas exagérer sinon ils haïront le travail et deviendront faibles une fois devenus adultes.

32Après ce long chapitre consacré à l’enfance, l’auteur donne des précautions à prendre pour éviter des maladies spécifiques à certaines professions comme des métiers liés à l’industrie, à la terre, à la cuisine ou à l’artisanat, ainsi que des métiers sédentaires. Par exemple, les chimistes devraient ouvrir leur laboratoire sinon ils pourraient attraper la toux, de l’asthme et la « phtisie » (ancien terme pour désigner la tuberculose). Les personnes qui exercent un métier sédentaire, par exemple les gens de lettres, ne devraient pas travailler plus de 3 à 4 heures d’affilée. De plus, ils devraient éviter la posture courbée pour prévenir les maladies nerveuses et les maladies de la peau. Il leur conseille d’interrompre leur activité, non pas pour aller s’asseoir au cabaret et boire des bières ou jouer aux cartes mais pour faire des exercices en plein air tels que se baigner, se promener ou mieux monter à cheval ou jouer au golf. À moins d’avoir un cheval chez soi, il me paraît difficile de faire de l’équitation tous les jours mais je trouve que les employeurs devraient encourager les employés à se promener ou à faire du jogging sur le temps de midi plutôt que de manger à la cafétéria ou d’organiser des réunions entre midi et 13 heures.

33En résumé, pour rester en bonne santé, W. Buchan nous conseille de manger sainement, de vivre dans la propreté, d’aérer nos locaux et surtout de faire des exercices. Le mieux étant d’en faire le matin parce que cela nous rend plus gai et plus serein pour commencer la journée. Selon lui, ces préceptes devraient s’appliquer dès le plus jeune âge parce que c’est dans l’enfance que s’établissent les fondements d’une bonne ou d’une mauvaise constitution. Que du bon sens !

Samuel Auguste André David Tissot (1728-1797)

L’onanisme, dissertation sur les maladies produites par la masturbation

A Lausanne : chez Marc Chapuis & Compagnie, 1791

R18A0694

34Samuel Auguste André David Tissot, est un médecin suisse né en 1728 à Grancy et mort en 1797 à Lausanne. Il a eu une notoriété extraordinaire dans toute l’Europe et l’on dit de lui qu’il fut « le médecin des princes et le prince des médecins » avec entre autres des soins apportés au roi de Pologne et au prince-électeur de Hanovre.

35Sa célébrité et sa réputation européenne ne commencent vraiment qu’avec ses ouvrages consacrés aux méfaits de l’onanisme.

36Le nom de l’onanisme désigne l’« ensemble des pratiques, notamment des pratiques autoérotiques, utilisées pour parvenir à l’orgasme en dehors du coït normal ». Son étymologie vient de Onan, nom d’un personnage biblique qui, contraint par la loi du lévirat d’épouser la veuve de son frère, refusa une postérité qui ne serait pas la sienne en « laissant perdre à terre » (Gen., 38, 6-10).

37Son ouvrage, Lonanisme, dissertation sur les maladies produites par la masturbation, est ainsi une pièce d’intérêt majeur pour un médecin au parcours hors normes.

38Samuel Auguste Tissot y prône une médecine fondée sur un régime de vie en accord avec la nature, et sur des remèdes à base de plantes. Il révèle la hantise des miasmes, met en avant l’importance des facteurs psychologiques dans l’évolution des maladies et introduit les statistiques fondées sur le calcul mathématique pour étudier la mortalité.

39Tissot propose également des remèdes anaphrodisiaques, visant donc à diminuer ou à supprimer les désirs sexuels : le camphre, le lait au beurre et le vin dilué dans l’eau. Il suggère également d’aller au lit uniquement pour dormir, de ne pas y rester trop longtemps quand on se réveille et de faire de l’exercice. Il sera vice-président du Collège des médecins à Lausanne où il sera chargé d’organiser les examens des médecins et des chirurgiens et de rechercher les moyens d’améliorer les études de médecine.

40Le docteur Tissot voulut faire de la médecine une démarche strictement scientifique, mais toutefois, sa lutte « acharnée » contre la masturbation ne se fonde pas sur des observations rigoureuses. Il fonde sa démarche sur des anecdotes et sur l’extrapolation de déductions métaphoriques d’un concept plus large d’équilibre du corps. Selon ce concept, la masturbation conduirait à une mort rapide et inévitable causée par le déséquilibre résultant d’une perte séminale plus importante que les apports en énergie. Le corps est ainsi pareil à une machine, faisant écho à l’« animal-machine » de René Descartes au xviie siècle. Cette conception selon laquelle les animaux seraient des assemblages de pièces et rouages sans conscience ni pensées est une vision mécaniste du réel.

« La trop grande perte de semence produit la lassitude, la débilité, l’immobilité, des convulsions, la maigreur, le dessèchement, des douleurs dans les membranes du cerveau ; émousse le sens, et surtout la vue ; donne lieu à la consomption dorsale, à l’indolence et à diverses maladies qui ont de la liaison avec celles-là. »

une incapacité d’action. Epuifés enfin par une fatigue continuelle, ces malades tombent dans toutes les maladies du cerveau, mélancolie, catalepfie, épilepfie, imbécillité, perte des fens, foibleffe du genre nerveux, & une foule de maux femblables (I). Cette

41Si de telles affirmations peuvent prêter à sourire, il ne faut pas ignorer l’impact ahurissant qu’elles eurent sur les contemporains de Tissot et sur l’ensemble du xixe siècle. Pensez aux soixante-trois éditions de cet ouvrage entre 1760 et 1905 !

42Ce n’est que très récemment que les Kinsey Reports (Sexual Behavior in the Human Male en 1948 et Sexual Behavior in the Human Female en 1953) du docteur Alfred Kinsey ont apporté une assise scientifique à l’étude de la sexualité humaine dont ils marquent le début.

43Concernant la masturbation, Kinsey la décrit comme une des pratiques les plus communes car presque tous les hommes et 62 % des femmes y auraient recours selon lui. De plus, si c’est très vrai à l’adolescence, cela le serait un peu moins après le mariage. Kinsey insiste amplement sur l’absence de séquelles physiques ou psychologiques chez toutes les personnes rencontrées, y compris celles qui passent à l’action plusieurs fois par jour ! Son livre a servi à calmer de nombreuses craintes comme celles liant la masturbation à l’apparition de boutons sur le visage ou au cancer des testicules… Il a permis de relativiser le discours de Samuel Auguste Tissot et ainsi de tenter de mettre fin à la diabolisation d’une activité somme toute ordinaire.

Docteur Dubois

Du tabac : troubles physiologiques et maladies de ceux qui en abusent : hygiène et thérapeutique

Namur : Wesmael-Charlier, 1885

R19A0984

Planche issue de : Chaumeton, F.-P., Flore médicale, Paris, 1833-1835 (R19B0075/06)

44La lecture de cet ouvrage nous plonge pour quelques heures à la fin du xixe siècle dans un environnement rural de la province du Luxembourg. À cette époque, l’usage du tabac y est généralisé. Il est utilisé pour ses prétendues propriétés thérapeutiques mais surtout récréatives. Il est fumé, chiqué ou prisé. Le docteur Dubois, praticien généraliste, ne peut que constater les méfaits du tabac sur la santé de sa patientèle. Il notera tout au long de quatorze années de pratique, ses observations cliniques réalisées sur un grand nombre de patients ayant abusé des produits dérivés de la plante de tabac. Ses observations le pousseront à rédiger ce livre. « Ces notions cliniques pourront être utiles à bien des personnes pour empêcher des accidents prévus désormais, et à beaucoup de confrères dont l’attention n’a pas été jusque maintenant attirée sur ces points et qui doivent, par là même, juger les clients intoxiqués dont nous parlons comme des malades imaginaires ou porter sur eux un diagnostic faux. (…) Nous montrerons une telle multiplicité de points de l’organisme affectés que l’on comprendra que la pratique médicale de tous les jours a besoin de se rappeler constamment l’existence commune de cette intoxication et les hygiénistes, la nécessité d’y parer. On devra bien reconnaître avec nous qu’une monographie spéciale est actuellement indispensable. » Cet ouvrage n’est pas seulement un recueil de cas cliniques liés à l’abus du tabac. Il va beaucoup plus loin et en particulier lorsque le docteur Dubois propose un certain nombre de recommandations destinées à l’État, dont la création d’une commission de surveillance qui serait en charge d’analyser les différentes espèces de tabacs et d’en autoriser, ou non, la mise sur le marché. Il proposera également des recommandations précises quant à la préparation du tabac, la nature des pipes à utiliser afin de réduire l’intoxication due à la fumée. Enfin, il recommandera que « l’on répande dans les petits livres des écoles la connaissance des dangers du tabac pris en excès et du tabac fort ». Lexercice auquel s’est prêté le docteur Dubois est remarquable et je ne peux m’empêcher de penser à son rôle de pionnier qui nous mènera soixante-trois ans plus tard à la création de l’Organisation Mondiale de la Santé.

45Ignoti nulla cupido.

Samuel Auguste André David Tissot (1728-1797)

Avis au peuple sur sa santé, ou Traité des maladies les plus fréquentes

A Paris : aux dépens de P. Fr. Didot le jeune, 1764-1765

SJA.8.0746-0747 (2 volumes)

46Médecin suisse du siècle des Lumières, Samuel Tissot a marqué l’histoire de la médecine, notamment, par la rédaction de plusieurs ouvrages dont un Avis au peuple sur sa santé.

47Tel l’écho (pas si) lointain de l’écoulement de la rivière depuis sa source, cet Avis au peuple sur sa santé charrie jusqu’à notre époque des concepts en perpétuels débats et ajustements.

48L’acte médical serait non-solitaire, il s’inscrit dans une démarche communicante avec les différents acteurs du système de santé. Le titre de l’ouvrage parle de lui-même, l’objectif est d’informer principalement les habitants de la campagne (« cette partie du peuple la plus nombreuse et la plus utile de l’humanité ») sur leur santé et leurs éventuelles maladies. L’idée est de former des personnes relais (« des personnes intelligentes et charitables de la campagne ») qui pourront prendre en charge les personnes malades qui ne sont pas en mesure, par l’éloignement géographique notamment, de disposer des conseils d’un médecin.

49Le patient serait lui-même acteur de ce réseau de soins. Samuel Tissot interroge la relation médecin/patient, entre une vision très paternaliste du médecin et une vision de partenariat égalitaire : la relation serait plutôt inscrite dans un dialogue, où le plus souvent le médecin aurait le dernier mot. D’autre part, Tissot établit, comme d’autres médecins du xvie au xixe siècle, un dialogue médical épistolaire avec ses patients. Ils ouvrent la voie aux téléconsultations dans notre réseau de santé actuel.

50L’avis de Samuel Tissot concerne la santé puis les maladies. C’est à nouveau un concept qui traverse les âges de la médecine : la prévention, d’abord et avant tout. Elle est d’ailleurs l’objet de son premier chapitre.

51Les chapitres suivants traitent d’entités pathologiques classées sous l’angle de la clinique. S’il est vrai que d’un point de vue mécanistique et par conséquent thérapeutique, l’Avis au peuple sur sa santé montre bien des erreurs et approximations, liées au développement des sciences et technologies médicales de l’époque, il n’a rien à envier au xxie siècle concernant la richesse du langage en général et du langage clinique en particulier. L’ouvrage regorge de descriptions précises, détaillées et documentées (Tissot tracerait la route de la médecine factuelle) des symptômes et signes cliniques.

52La lecture de cet ouvrage est l’occasion de se souvenir combien les découvertes capitales pour la pratique médicale actuelle (en microbiologie, en biologie cellulaire et moléculaire etc.) sont récentes, technodépendantes et permises par les acquis et leurs remises en question de ceux qui nous ont précédés.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 215k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 219k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 95k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 143k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 65k
Leyenda Planche issue de : Chaumeton, F.-P., Flore médicale, Paris, 1833-1835 (R19B0075/06)
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-15.jpg
Archivo image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-16.jpg
Archivo image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-17.jpg
Archivo image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-18.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4373/img-19.jpg
Archivo image/jpeg, 178k

Autores

Département des Sciences Biomédicales, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

Département des Sciences Biomédicales, Université de Namur

Département des Sciences Biomédicales, Université de Namur

Faculté de Médecine, Université de Namur

© Presses universitaires de Namur, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search