Version classiqueVersion mobile

Balade patrimoniale en médecine, pharmacie et sciences biomédicales

 | 
Yves Poumay

Les plantes et leurs vertus

Philippe Martin, Monique Tits, Luc Angenot, Jean-Baptiste Vanderpas, Jonathan Douxfils, François D’Udekem et Philippe Martin

Texte intégral

Otto Brunfels (1488-1534)

Herbarium Oth. Brunfelsii tomis tribus, exacto tandem studio, opera & ingenio, candidatis medicinae simplicis absolutum, quorum contenta, index cuiusque tomorum suo loco explicat

Argent[orati] : apud Ioannem Schottum, 1536-1540

R16B0505

1Otto Brunfels est né à Mayence, où il étudiera la philosophie et la théologie, dans la mouvance luthérienne. Il enseigne ensuite à Strasbourg, tout en étudiant la médecine, dont il sera diplômé quatre ans avant sa mort à Berne. Son ouvrage scientifique majeur, Herbarum vivae eicones, paraît en trois volumes, en 1530, 1532 et 1536, et sera réédité par la suite. Lexemplaire de la BUMP, sous une reliure rassemblant les trois volumes, correspond à une version de 1537, augmentée et corrigée. En effet, dans la version originale, l’illustration de l’aristoloche est absente de la rubrique Aristolochia, et y est remplacée par une corydale qui n’a aucun lien cité dans le texte. Sur plus de six cents pages, il y traite des principales plantes médicinales connues à l’époque, avec de nombreuses illustrations attribuées à Hans Weiditz (1495-1537), réalisées ad naturae imitationem.

2Beaucoup de livres traitant de botanique médicale ont été écrits avant l’Herbarium vivae eicones, avec une iconographie qui a été, de tout temps, un vecteur essentiel de l’information, notamment dans la transmission du savoir médical, et de la botanique qui lui était associée. Mais jusqu’à la Renaissance, la tradition réservait à l’image une valeur symbolique qui la déviait sensiblement d’une réalité objective, et d’autant plus altérée que les copies étaient manuscrites et largement compilées.

3Otto Brunfels change de cap, annonçant l’émergence d’une science descriptive, ce qui fait de lui, avec Leonhart Fuchs, l’un des fondateurs de la botanique allemande. L’originalité de son ouvrage repose surtout sur l’efficacité de l’illustration, d’une qualité hors du commun grâce à une importante émulation entre le scientifique et l’artiste, en rigueur et en talent, conduisant à la production d’ouvrages de plus en plus réalistes.

4Les commentaires botaniques et thérapeutiques de Brunfels, médecin fidèle à la tradition, ne sont pas innovants, mais ils compilent avec beaucoup de sérieux et de sens critique les allégations des auteurs anciens, principalement Dioscoride, mais aussi Avicenne, Galien, Pline ou Théophraste. Les descriptions sont accompagnées de tables et index qui reprennent les parties utiles des plantes et les indications de celles-ci en fonction des diverses pathologies.

5Parmi les nombreuses plantes évoquées, l’aristoloche (Aristolochia clematitis L., sub Aristolochia longa) est emblématique de la pharmacopée ancienne. Brunfels y consacre sept pages, rassemblant les données d’une dizaine d’auteurs. Vantée depuis l’Antiquité pour faciliter l’accouchement, ce que rappelle son étymologie (du grec aristos, meilleur, et lockeia, accouchement) cette plante présente des fleurs dont le profil évoquait, selon les Anciens, l’utérus. Il n’en fallait pas plus, selon la Théorie des signatures en vogue depuis l’Antiquité, pour créer un lien de cause à effet entre la forme d’un organe végétal et ses propriétés thérapeutiques supposées, dans une finalité divine. Non seulement il n’en est rien, mais la présence d’acide aristolochique dans ces plantes les rend redoutablement néphrotoxiques.

Rembert Dodoens (1517-1585)

Histoire des plantes, en laquelle est contenue l’histoire entière des herbes, c’est à dire, leurs especes, forme, noms, temperament, vertus & operations : non seulement de celles qui croissent en ce pais, mais aussi des autres estrangeres qui viennent en usage de medecine

En Anvers : de l’imprimerie de Iean Loë, 1557

R16B0504

6La constitution de dictionnaires de matière médicale et d’herbiers s’est développée en Europe à partir de la Renaissance et a coïncidé avec les grandes explorations maritimes du monde et le développement de l’imprimerie. L’engouement pour le savoir scientifique se doubla d’une passion pour la botanique et toucha d’abord les médecins et les apothicaires ainsi que les aristocrates amateurs de plantes exotiques en provenance d’Asie et d’Amérique.

7On ne peut que se réjouir en découvrant cet exemplaire très rare du Cruydt-boeck rédigé en flamand (bas allemand) par Rembert Dodoens, médecin malinois devenu ensuite médecin de cour de l’empereur d’Autriche et finalement professeur de médecine à l’université de Leyde. Cet ouvrage fut publié pour la première fois à Anvers en 1554.

8Il faut toutefois souligner qu’il s’agit d’une nouvelle édition, la traduction française, publiée en 1557, est réalisée par Charles de l’Escluse (Carolus Clusius en latin), ami de l’auteur qui le remercie chaleureusement dans la préface en latin. Charles de l’Escluse avait également étudié la médecine et la botanique à Montpellier. Devenu médecin de cour et responsable du jardin impérial de Maximilien II, il voyagea dans toute l’Europe avant de devenir professeur de botanique à l’université de Leyde où il créa un jardin botanique. L’édition de 1557 est un peu plus importante que l’édition flamande de 1554. En effet, elle contient 544 chapitres au lieu de 523, décrit davantage d’espèces (1033 au lieu de 980) et comporte 800 figures au lieu de 715. De surcroît, il a complété cette édition par un Petit recueil de 35 pages.

9L’histoire des plantes de Dodoens est en grande partie inspirée de l’herbier du médecin allemand Leonhart Fuchs paru à Bâle en 1542 et traduit en néerlandais dès 1543, mais il s’en distingue par l’ajout de plantes de la flore des Pays-Bas signalées ici pour la première fois. Cet ouvrage est très complet et pratique car on y trouve non seulement une « Table alphabétique des propriétés et vertus des Plantes contenues dans cet Herbier » mais également plusieurs index alphabétiques : noms grecs, noms latins, appellations et nomenclatures utilisées dans les officines pharmaceutiques, chez les Arabes et dans les herbiers contemporains, noms français, appellations et noms brabançons et néerlandais, et enfin le registre des noms en allemand des plantes. De nombreuses plantes médicinales y sont décrites : des plantes toxiques (if, colchique…), des plantes toujours utilisées en phytothérapie avec des indications similaires à celles de notre époque ou très différentes. On y trouve aussi de nombreuses plantes alimentaires (persil, cresson, roquette, asperges…) et des épices (p.ex. poivre).

10L’ouvrage se singularise également par la description de quelques plantes américaines placées à cette époque parmi les espèces inconnues et potentiellement dangereuses. C’était justifié pour la pomme du Pérou ou pomme « espineuse » qui s’est avérée être la stramoine (datura stramonium), riche en substances toxiques (atropine, scopolamine) mais pas pour les « pommes d’amour » qui ont été finalement connues sous le nom de tomates (solanum lycopersicum). Toutefois des plantes comme l’ananas, le cacaoyer, la pomme de terre ou le tabac ne sont pas encore décrites dans cette édition de 1557.

11Les monographies végétales se présentent uniformément de la façon suivante : Les Espèces, La Forme, Le Lieu, Le Temps (époque de floraison, de récolte…), Les Noms et Synonymes, Le Tempérament et Les Vertus (Théorie des Humeurs), Les Opérations (mode d’utilisation), et le cas échéant, Les Nuisances, voire La Correction pour atténuer certaines toxicités ou effets indésirables (anis et gingembre ajoutés au séné).

12Quant aux illustrations des planches imprimées, elles proviennent de gravures sur bois tantôt empruntées à l’ouvrage de Fuchs, tantôt originales quand elles représentent de nouvelles espèces végétales. Ces gravures sont beaucoup plus précises que les dessins médiévaux déformés issus de la tradition copiste qui s’était écartée d’une représentation naturaliste. Le lecteur admirera également le très beau titre-frontispice où figurent Apollon, Esculape, Artémis, Lysimaque et Mithridate au jardin des Hespérides !

13À la fin de l’ouvrage, le recueil ajouté par Charles de l’Escluse est fort appréciable pour l’histoire de la pharmacie. Il y décrit une cinquantaine de produits végétaux exotiques (cannelle, camphre, cardamone, clou de girofle…) se trouvant au xvie siècle dans le commerce « on se sert és Boutiques, » aux Pays-Bas espagnols (Hollande, Belgique, Nord de la France). Il est intéressant de voir que le gingembre tellement utilisé à l’heure actuelle pour améliorer la digestion y est déjà cité avec les mêmes indications. L’auteur attire aussi l’attention sur des substitutions à éviter conduisant à des succédanés inefficaces voire toxiques (p.ex. racines de curcuma parfois remplacées par celles de chélidoine, toutes deux étant jaunes !).

14Il faudra attendre deux siècles avant que les plantes ne soient décrites avec la dénomination binomiale internationale proposée par Linné en 1758. Les personnes intéressées trouveront ces renseignements dans le fac-similé de cet ouvrage édité en 1978 par le Centre National d’Histoire des Sciences – Bibliothèque royale Albert Ier à Bruxelles et réalisé par J.E. Opsomer qui a ajouté un index de concordance des noms de plantes citées en 1557 avec la terminologie scientifique moderne.

Garcia da Orta (1499-1568)

Aromatum, et simplicium aliquot medicamentorum apud Indos nascentium historia : Ante biennium quidem Lusitanica lingua per Dialogos conscripta […]

Antverpiae : Ex Officina Christophori Plantini, 1567

R16A0700

15Issu d’une famille de juifs espagnols expulsés d’Espagne puis convertis au christianisme (marranes) – époque de Philippe II. Confronté à l’Inquisition, il migrera vers les Indes (Goa) où il rédige en portugais un manuel consacré aux produits aromatiques exotiques – aussi bien végétaux que minéraux.

16C’est son œuvre majeure. Elle se caractérise par une compilation touffue de descriptions sommaires (quelques lignes, grands caractères) en botanique, minéralogie, et zoologie. On remarque qu’une telle étendue de connaissances n’est pas classée par domaine logique d’expertise, mais par simple ordre alphabétique. On y trouve de très nombreuses digressions sur les propriétés attribuées à tel ou tel produit.

17Cette étendue de sujets disparates rappelle un marché aux puces ou un souk. De temps en temps, dans la masse, on déniche une info précieuse : il se pourrait que sa description clinique d’une gastro-entérite aiguë fréquemment mortelle corresponde au choléra – à tort ou à raison – on lui en attribue la paternité de première description clinique.

18Le choléra… Ah oui ! Robert Koch, 1883. Après avoir identifié le bacille de la tuberculose sur des tranches de pomme de terre, il identifie aussi la bactérie cholérique. On n’est plus dans la compilation, mais bien dans l’approche raisonnée : un expert, un domaine très restreint d’expertise. C’est le fossé qui existe entre l’appropriation des connaissances de Garcia de Horta, érudit féru d’exotisme du xvie siècle, et celle d’un savant d’un domaine très pointu de fin du xixe siècle : quatre siècles pour passer d’une description clinique noyée dans un volume de plusieurs centaines de pages à l’identification de l’agent causal d’une maladie épidémique.

Nicolas-François Regnault (1746 - ca 1810)

La botanique mise à la portée de tout le monde ou Collection des plantes d’usage dans la médecine, dans les alimens et dans les arts, avec des notices instructives puisées dans les auteurs les plus celebres contenant la description, le climat, la culture, les proprietes et les vertus propres a chaque plante

A Paris : [chez l’auteur], 1774-[1780]

R18D0081/01-03 (3 volumes)

19L’ouvrage de Nicolas-François Regnault, botaniste et physicien, est probablement le livre de botanique français le plus impressionnant de sa période.

20Les illustrations sont réalisées en grande majorité par Geneviève de Nangis Regnault (1746-1802) et complétées par son mari. Les époux sont à la fois auteurs du dessin, de la gravure et du coloriage. Ils y décrivent avec une précision minutieuse une collection de plantes utiles à l’époque en y référant une classification qui est encore en partie d’application aujourd’hui.

21Les trois volumes sont admirablement bien conservés dans une reliure d’époque.

22Initialement limité aux plantes médicinales, l’ouvrage s’est vu également consacré aux plantes comestibles ou pour lesquelles l’utilisation humaine était répandue. Les planches donnent une description macroscopique de la plante, de ses racines, fruits et fleurs et répertorient l’usage usuel en se rapportant aux travaux de savants de l’époque. Il est à la fois curieux et rassurant de voir que bon nombre d’indications sont toujours de pratique courante. Ainsi on peut y lire que le basilic, plante culinaire qui croît naturellement en Inde, était déjà utilisée pour « chasser les vents », que le radis peut être « employé dans les maladies du rein et de la vessie causées par du gravier » ou encore que le pavot rouge, communément appelé coquelicot, servait dans les maladies de poitrine mais que son usage devait se faire avec circonspection à cause de ses qualités sédatives.

23Les planches sont tout simplement saisissantes de minutie, et passé les premières sensations d’admiration qu’invoque un travail de cette ampleur, le lecteur ne peut qu’imaginer le temps et la patience qui ont été nécessaires pour la réalisation de cet ouvrage dont les 472 planches gravées à l’eau-forte sont rehaussées à la main d’un coloris d’époque.

24Je laisse donc au lecteur curieux et intéressé le soin de découvrir par lui-même la beauté de cet ouvrage que je qualifierais d’œuvre d’art.

François-Pierre Chaumeton (1775-1819)

Flore médicale

Paris : Panckoucke, 1833-1835

R19B0075/01-06 (6 volumes)

25Ce livre est une édition originale de l’un des herbiers (c’est-à-dire un traité de botanique et un répertoire d’iconographie végétale) les plus importants du début du xixe siècle. Il est écrit en français et comporte 360 planches en couleurs de fleurs et de fruits réparties au sein de 6 volumes.

26La Flore médicale contient la description de plus de 350 plantes officinales et des informations sur leurs vertus et usages médicaux.

27Les illustrations ont été gravées au pointillé d’après les dessins de Pierre-Jean-François Turpin et Ernestine Panckoucke, élève de Redouté et femme de l’éditeur de la Flore médicale. L’impression en couleurs est faite selon le procédé « à la poupée » popularisé par Pierre-Joseph Redouté (1759-1840).

28François-Pierre Chaumeton est un médecin et botaniste français né le 20 septembre 1775 à Chouzé-sur-Loire et mort à Paris le 10 août 1819.

29Son père est un chirurgien peu fortuné. Chaumeton vient à Paris étudier la médecine et se passionne pour l’histoire naturelle. Il devient chirurgien militaire mais ne supportant pas la brutalité de ce métier, il préfère devenir pharmacien au Val-de-Grâce.

30Il visite l’Italie et se passionne pour la littérature antique, notamment grecque. Mais un incendie détruit sa bibliothèque et toutes ses notes. Il devient docteur en médecine en 1805 à Strasbourg avec une thèse intitulée Essai d’entomologie médicale. D’abord affecté à l’armée de Hollande, il accompagne ensuite les troupes en Prusse et en Autriche mais, malade, il doit revenir à Paris.

31Il y travaille pour le Magasin encyclopédique, la Bibliothèque médicale, le Journal universel des sciences médicales et diverses autres publications.

32Il participe à la Flore médicale aux côtés de Jean Louis Marie Poiret (1755-1834). Mais son style et les critiques qu’il profère contre certains de ses confrères lui valent des inimitiés farouches et finissent par avoir raison de sa santé déjà précaire.

33François Chaumeton s’applique à faire la description de la plante dans le détail, pour s’attacher ensuite à son utilisation à des fins médicales depuis l’Antiquité.

34Le vocabulaire, pour désigner ces maladies, est très amusant parce que désuet mais aussi teinté de mystère et de relents de sorcellerie. En voici quelques exemples qui touchent tant au diagnostic, généralement assez flou, qu’aux substances employées, qui portent souvent des noms réservés aux initiés : l’hystérie, les sueurs colliquatives, l’hypocondrie, la leucophlegmasie, les scrofules, la vertu dépurative, l’action corroborante sur l’économie animale, les apostèmes, les emplâtres diaphorétiques, l’onguent des Apôtres, les apozèmes alexitères, la thériaque d’Andromaque, l’opiat de Salomon et ainsi de suite.

35À noter aussi que l’auteur affirme le caractère personnel de ses études en contestant parfois les indications de ses prédécesseurs ou en les jugeant dangereuses parce que n’ayant pas fait la preuve d’une efficacité suffisante. Il traite de charlatans ou de cupides ceux qui reproduisent aveuglément les préceptes anciens, sans vouloir se faire une opinion suffisamment étayée. Ainsi, au sujet du ginseng, on peut lire :

« Et sur la cupidité des négocians hollandais, très-flattés d’une erreur qui leur permet de vendre une seule de ces racines jusqu’à cent cinquante florins. De sorte qu’on serait en quelque sorte fondé à considérer le ginseng comme une drogue superflue, s’il n’était plus prudent, d’après les vœux de M. Vaidy, de déterminer avant tout, par des expériences cliniques, ses effets sur l’économie animale ».

36Cet herbier apporte une connaissance de base des plantes couramment rencontrées même dans nos régions, tant du point de vue de leur morphologie que de leur usage en médecine. Il fournit aussi quelques recettes de cuisine (voir p. ex. « oignon »), toujours d’actualité ! Par ailleurs, il offre une critique ou une actualisation au début du xixe siècle de l’usage empirique de plantes qui ont été employées en médecine depuis l’Antiquité.

37En le lisant, on prendra conscience de la notion, perdue aujourd’hui en grande partie, que les maladies se déclinaient non pas en termes d’étiologie, puisqu’encore inconnue, mais à partir des symptômes qu’elles occasionnaient.

38On sourira aussi de l’utilisation d’un vocabulaire digne du Malade imaginaire de Molière, avec des termes alambiqués très savoureux mais aujourd’hui oubliés ou relégués à la brocante.

39Finalement, on appréciera l’intelligence du docteur Chaumeton, qui remet en question l’usage aveugle et traditionnel des plantes en médecine et demande, dès le début du xixe siècle, davantage d’études cliniques et statistiques.

Ernest Sonnet (1840-1901)

Herbier des plantes vénéneuses de la Belgique composant seize familles

Bruxelles : chez l’auteur, 1881

HERB/SON/001

40Cet herbier des plantes vénéneuses de la Belgique, édité en 1881 par Ernest Sonnet (1840-1901), botaniste-préparateur au Jardin botanique de Bruxelles, s’inscrit dans une tradition séculaire où la botanique faisait partie intégrante de la médecine. Car le chasseur-cueilleur préhistorique, le guérisseur, puis le médecin ont puisé leurs ressources thérapeutiques dans l’immense laboratoire de synthèse du monde végétal. Les médecins de l’Antiquité, grecs, arabes et chinois, plus que les Romains peu ouverts à la médecine, ont finalement jeté les bases d’un système thérapeutique où le végétal était incontournable, rendant ainsi l’étude de la botanique indissociable de celle de la médecine.

41Mais la transmission de ce savoir était surtout orale. Un des rares vestiges écrits qui nous soit parvenu est le De Materia medica, véritable compendium dans lequel Dioscoride décrit, en 77 apr. J.-C., quelque 800 espèces végétales exploitées à l’époque dans l’art de guérir. Ce sera la référence quinze siècles durant.

42À la fin du Moyen Âge, l’enseignement de la médecine se structure, avec l’école de Salerne, la première faculté de médecine européenne, puis ses émules prestigieuses qui s’épanouissent à la Renaissance : Bologne, Montpellier, Padoue et Paris. On y apprend forcément à reconnaître les plantes curatives dans des jardins médicinaux, largement pourvus des simples qui forment l’essentiel de la pharmacopée du moment. Malheureusement, l’hiver interrompt chaque année cet apprentissage. Pour y remédier, Luca Ghini (1490-1556), professeur de médecine à Bologne, presse et sèche des plantes dans du papier, conservant ainsi durablement le matériel végétal et ses principales caractéristiques morphologiques, inventant l’Hortus siccus, l’archétype des herbiers actuels. Dès lors, l’étude de la botanique médicale n’est plus une affaire de saisons. Son herbier a disparu, mais il existe encore quelques herbiers de ses élèves ou de contemporains comme celui de Girault, conservé au Muséum de Paris.

43Par la suite, les progrès de la gravure, puis de la photographie permettront de fixer sur papier l’iconographie indispensable pour la didactique botanique en médecine, et l’herbier prendra une autre direction, non moins importante, comme support à l’étude de la systématique végétale. Le lien privilégié entre botanique et médecine se réduira progressivement pour se limiter pratiquement à la seule pharmacognosie. Des herbiers monographiques subsisteront parfois, à l’adresse de tous les niveaux d’enseignement d’ailleurs, traitant par exemple des plantes vénéneuses, comme celui présenté ici.

44Le lien entre plantes et médecine est illustré dans l’exposition par trois plantes emblématiques, connues déjà dans l’Antiquité, et dont la frontière entre le médicament et le poison est subtile. Ainsi le pavot, Papaver somniferum, dont le latex contient la morphine, antalgique majeur mais dont l’usage médical est souvent dévoyé comme psychotrope via l’opium, ou un de ses dérivés artificiels, l’héroïne. Le colchique d’automne, Colchicum autumnale, est une autre plante phare. La colchicine qu’elle produit est utilisée encore aujourd’hui dans le traitement de la goutte, mais elle n’en est pas moins un poison mortel si les doses thérapeutiques, bien faibles, sont dépassées. Une synthèse de ces alcaloïdes n’est pas possible, et l’approvisionnement en morphine et en colchicine est toujours tributaire de l’exploitation des plantes, en culture pour le pavot, ou à la cueillette pour le colchique. Enfin, la troisième espèce évoque l’extrême toxicité de certains végétaux : Aconitum napellus, l’aconit casque de Jupiter, surnommé l’arsenic végétal, et utilisé pendant des millénaires comme poison de flèches. Contrairement aux deux autres, aucun usage thérapeutique n’est encore envisageable actuellement pour cette plante dont l’empoisonnement fatal intervient à des doses de l’ordre de 3 mg, soit 2 à 4 g de racine.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4343/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search