Version classiqueVersion mobile

Balade patrimoniale en médecine, pharmacie et sciences biomédicales

 | 
Yves Poumay

Anatomie, embryologie et tératologie

Alain Rosière, Pierre Garin, Jacques Gilloteaux, Florence Libert, Catherine Charles, Yves Poumay, Erwin Schroeder, Charles Nicaise, Cédric Jurysta, Pierre Garin, Jean-François Nisolle, François D’Udekem, Isabelle Maystadt et Damien Lederer

Texte intégral

Juan Valverde de Hamusco (ca 1525- ca 1588)

Vivae imagines partium corporis humani aereis formis expressae

Antverpiae : Ex Officina Christophori Plantini, 1572 [i.e. 1579]

R16B0026

1Cet ouvrage de Juan Valverde de Hamusco est précieux à plus d’un titre.

2D’abord, son auteur a manifesté beaucoup d’audace et de courage pour le rédiger et le faire publier. Malgré l’humanisme de la Renaissance initié au xive siècle, les premiers anatomistes dont fait partie Valverde ont rencontré les plus grandes difficultés pour se procurer des cadavres pour la dissection et l’étude de l’anatomie humaine. Particulièrement à Rome où a étudié Valverde, les papes se montraient réticents et l’Inquisition exerçait un contrôle vigilant. Heureusement, grâce à la protection de certains princes éclairés et à l’appui des plus grands peintres et sculpteurs de l’époque, les persécutions dont les anatomistes étaient l’objet s’atténuèrent rapidement. Ce n’est certainement pas sans arrière-pensée que Valverde a dessiné une des figures devenue la plus célèbre de cet ouvrage : la figure représente un homme et sa musculature tenant dans une main sa peau et dans l’autre un couteau de dissection. Pour l’anecdote, si vous avez la chance de visiter la chapelle Sixtine au Vatican, regardez-y attentivement la représentation du Jugement dernier peint par Michel-Ange entre 1534 et 1541. Saint Barthélemy, un des douze apôtres du Christ, tient dans une main un couteau et dans l’autre sa peau écorchée similaire à la gravure de Valverde. Michel-Ange a fait preuve de beaucoup d’audace et de courage et son œuvre a d’ailleurs fait scandale car tous les personnages, y compris le Christ, y figuraient entièrement nus. Valverde a vraisemblablement voulu ainsi rendre un hommage à cette audace.

3Ensuite, cet ouvrage est précieux car il est moderne. Les dessins sont précis et même si les légendes et leurs abréviations sont un peu ardues à comprendre au début, leur usage devient rapidement évident car il s’agit toujours des mêmes sigles pour les mêmes structures. L’ostéologie est abordée dans un premier chapitre puis la myologie (l’étude des muscles), la vascularisation, et enfin l’étude des organes. En 2017, c’est encore dans cet ordre-là que nous enseignons l’anatomie à nos étudiants et tous les manuels d’anatomie actuels sont rédigés suivant le même schéma. De plus, ce livre est écrit en latin, tout comme la nomenclature internationale en anatomie de nos jours. Bien entendu, il y a des erreurs et notamment le fait que le sang artériel y est représenté provenant du cerveau et le sang veineux s’y dirigeant. La physiologie du cœur et celle du foie n’étaient pas encore connues au xvie siècle. Il faudra attendre 1628 avec William Harvey pour avoir une description précise du cœur et 1816 avec François Magendie pour une description fiable du foie. C’est aussi en cela que ce livre est précieux : il démontre que nous devons rester enthousiastes car beaucoup de choses restent à découvrir.

4Enfin cet ouvrage est précieux car il a été imprimé en 1579 par Plantin à Anvers. L’officina Plantiniana est la plus grande imprimerie d’Europe au xvie siècle et Christophe Plantin avait la réputation de n’éditer que des ouvrages de qualité en homme d’affaires avisé qu’il était. Quel plaisir de manipuler un ouvrage ancien de près de 450 ans en très bon état de conservation ! Combien d’étudiants ont étudié l’anatomie en prenant ce livre comme référence ? Cela me rappelle une anecdote que le professeur Luc Michel – mon chef de service dans le service de chirurgie générale et digestive aux Cliniques Universitaires de Mont-Godinne – m’a racontée. Il a été le premier dans l’institution à faire l’acquisition d’un ordinateur personnel au début des années 1980. Cet ordinateur lui servait pour la rédaction de tous ses travaux scientifiques dont il faisait une sauvegarde sur les toutes premières disquettes dites « 8 pouces ». Quelques années plus tard, il a fait l’acquisition d’un nouvel ordinateur plus puissant de la même marque. Quelle ne fut pas sa surprise de constater que cet engin, était incapable de lire les disquettes « 8 pouces » sur lesquelles étaient enregistrées des centaines d’heures de travail ! Il lui était donc impossible d’y copier ses travaux. Il a dû garder jusqu’à la dernière minute son tout premier ordinateur pour consulter ses premiers ouvrages. Nous avons tous chez nous de vieux films au format Super 8 alors que les derniers projecteurs Super 8 sont défaillants, nous avons tous des cassettes vidéo des années 1990 qui tressautent quand nous les regardons avec nos magnétoscopes s’ils sont encore opérationnels. Par contre, le papier traverse les âges et même si de nombreux ouvrages ont péri dans des incendies, il reste toujours quelque part un exemplaire intact. Je vous encourage à garder tous vos manuscrits et tous vos livres car ils vous survivront. Ils persisteront aussi certainement à vos ordinateurs, à vos tablettes et à vos smartphones qui deviendront rapidement inopérants.

5Pour conclure, je veux rendre hommage à tous les écrivains, à tous les éditeurs et à tous les bibliothécaires pour les trésors qu’ils nous donnent et qu’ils conservent avec soin. L’écriture est un des fondements de notre humanisme et de notre civilisation, et cela est très précieux.

Johann Ludwig Remmelin (1583-1632)

Cum Deo, Johannis Remmelini [...] Catoptrum microcosmicum, suis aere incisis visionibus splendens, cum historia & Pinace de novo prodit

Augustae Vindelicorum : typis Davidis Francki, 1619

R17D0001

6Publié en 1619, l’ouvrage est centré sur trois grandes planches anatomiques, associées chacune à une légende détaillée.

7Au premier coup d’œil, c’est la déception : quel bric-à-brac ! Un mélange d’organes divers éparpillés autour d’un sujet entier, vu de face ou de dos, homme ou femme, le tout mélangé à des signes cabalistiques, à des bribes de phrases en hébreu, à des symboles ésotériques… Et que font là, dans des schémas anatomiques, des représentations religieuses, des drapés qui cachent les parties honteuses du corps ? Nous sommes bien au début du xviie siècle, les Lumières n’ont pas encore éclairé la démarche scientifique.

8Mais au moment de refermer le livre, dépité, un miracle se produit : une petite feuille se soulève. Tiens, qu’est-ce donc ? Et voilà le trésor qui se révèle : chaque dessin anatomique est en soi un petit livret, où 5, 6… 10 feuillets se superposent exactement. Et nous avons sous les yeux le film d’une dissection anatomique précise, réalisée plan après plan. Le lecteur tourne le premier feuillet : la peau est enlevée. La page suivante soulevée, nous sommes dans le plan des muscles, et ainsi de suite.

9Quelle merveille ! Deux aspects sont frappants : d’abord, la prouesse technique des artistes, des imprimeurs et des relieurs ! Ensuite, voici sous nos yeux l’application de l’anatomie topographique, celle qui examine, dans chaque région du corps, la façon dont les différents éléments se superposent les uns aux autres.

10Aujourd’hui encore, les étudiants en médecine, après avoir analysé chaque organe, chaque système séparément, en font une grande synthèse par l’étude de l’anatomie topographique. Cet ouvrage est au livre imprimé, ce qu’un film en trois dimensions est à l’illustration anatomique du xxie siècle. Et dire que nos contemporains croient tout devoir à l’informatique…

Thomas Bartholin (1616-1680)

T[h]omae Bartholini Casp. fil. Anatomia, ex Caspari Bartholini parentis institutionibus, omniumque recentiorum & propriis observationibus tertiùm ad sanguinis circulationem reformata, cum iconibus novis et accuratissimis

Hagae-Comitis : ex typographia Adriani Vlacq, 1665

SJA.7.701F.22

11Ce traité d’anatomie humaine publié en latin, est la troisième de cinq éditions successives ; elles sont basées sur des notes de cours antérieures à 1640 avec révisions. L’ouvrage comporte 645 pages, est divisé en 4 « livres », 119 chapitres, agrémentés de 74 illustrations en taille-douce. Certaines sont adaptées d’autres auteurs (Vésale, Casserio, Vesling, Bauhin). Le système vasculaire provient de Harvey (1628). Ce livre couvre toute la matière alors enseignée de l’anatomie humaine, en ce compris le développement fœtal. Au fil des pages, on trouve d’intéressantes annotations en marge sous forme de questions soulignant des points, qui restent pour l’auteur, sujets à réflexion ou postulant des éclaircissements, parfois des incises historiques voire même mythologiques. L’ouvrage détaille la topographie anatomique du système lymphatique chez l’homme puisqu’il est conforté par un appendice publié en 1640 par Jan de Wale expliquant comment la vivisection canine a pu démontrer la topographie fonctionnelle et anatomique de la lymphe chez l’homme. La lymphe (du latin lympha, « eau de fontaine », ou « le sang clair » des Grecs (λέμφος/lemphos) maintient un bon équilibre des fluides corporels interstitiels de déchets des organes et de son chyle (latin : chylus ou grec : χυλός/khulos ou « sang blanc »), draine surtout les graisses et d’autres nutriments absorbés au niveau du tube digestif vers le système circulatoire veineux via les conduits thoraciques, comme décrit chez l’animal en 1653 dans Vasa lymphatica nuper hafniae in animalibus inventa et hepatis exsequiae (Mathurini Du Puis, Paris). Thomas Bartholin permit à la médecine de comprendre que le système lymphatique est séparé du système sanguin.

12Comme il le fit pour toutes les autres éditions, Thomas Bartholin préfaça et dédicaça ce traité à son père Caspar, tout en expliquant les bienfaits qu’il devait à son université et à ses collègues danois et étrangers. Il y rend aussi hommage à son tuteur, Ole Worm, médecin et beau-frère de son père, qui l’avait élevé à la mort de ce dernier, survenue alors que Bartholin était encore adolescent.

13Sa réputation d’enseignant et de chercheur dépassa Copenhague (Hafnia). Le fait qu’il souffrit tout au long de sa vie de lithiase rénale après une tuberculose pulmonaire poussa Thomas Bartholin à étudier au vu des découvertes de son temps, l’équilibre des « humeurs » ou fluides corporels, air, sang, eau et bile de la médecine hippocratique. L’influence de Johan Vesling (1598-1649) et des débats qui eurent lieu à Leyde concernant les découvertes de William Harvey sur la mécanique cardiaque et la circulation sanguine (publiées en 1628, dans Exercitatio Anatomica de Motu Cordis et Sanguinis in Animalibus) stimulèrent la poursuite des recherches anatomiques. C’est aussi à Leyde, que Jan de Wale (1604-1649) aida l’auteur dans sa vocation de recherche expérimentale et de clinique anatomique puisque, rentré au Danemark, Bartholin obtint la permission du roi Christian IV d’utiliser les cadavres de deux criminels. Appliquant les techniques de ligatures apprises à Leyde, Thomas Bartholin put compléter la connaissance de la topographie et de la fonction anatomique des vaisseaux lymphatiques de divers organes humains. Il comprit le tracé des conduits thoraciques humains qu’il relatait dans De lacteis thoracis in homine brutisque nuperrime observatis, oubliant cependant l’existence des citernes que Pecquet (Paris, 1651) et le suédois Olof Rudbeck (Uppsala, 1652) ajoutèrent plus tard. En concluant sa préface, Thomas Bartholin prouve qu’il connaissait le succès de son livre d’anatomie car il y écrit : « Toi, bienveillant lecteur, reçois ce monument, fruit de notre labeur, entièrement fait dans ton intérêt ; honore-le des éloges que tu réservas naguère aux autres éditions de ce traité d’Anatomie car, très vite, celui-ci étendra par ses mises à jour tes connaissances sur le sujet ».

14Auteur prolifique, Bartholin publia au moins 22 ouvrages relatifs à l’anatomie et ses particularités, à la prévention infectieuse et aux soins du dispensaire chez l’enfant. Il inventa une forme d’anesthésie par réfrigération et créa deux revues médicales et philosophiques. Devenu médecin du roi Christian V, Thomas Bartholin abandonna sa charge au bienheureux Niels Stensen (1638-1686), anatomiste et futur évêque, à qui succéda un de ses fils, Caspar Bartholin le Jeune (1655-1738), initiant ainsi avec plusieurs autres membres de sa famille la célébrité de leur alma mater danoise.

Constant Crommelinck (1814-1884)

Nouveau manuel d’anatomie descriptive et raisonnée, avec un atlas de 34 planches noires, coloriées et découpées

Bruxelles : Delevingne et Callewaert, 1841

R19B0641/01-02 (2 volumes)

15Originaire de Courtrai, Constant Crommelinck (1814-1884) a étudié la médecine et la chirurgie. Après avoir exercé à Bruges, sa ville d’adoption, ce médecin est parti enseigner à Paris et à Bruxelles.

16Doté d’un esprit curieux, l’auteur s’est intéressé à plusieurs domaines des sciences médicales. Il a notamment publié sur des sujets tels que les démences, l’anatomie, l’hygiène, les processus infectieux, ou encore la syphilis.

17L’ouvrage présenté ici est un manuel d’anatomie descriptive. Il se compose de deux volumes. Un volume de texte accompagné d’un atlas de 34 planches.

18Dans sa préface datée du 1er août 1841, Crommelinck explique l’utilité et l’aspect novateur des planches découpées et superposées : « Elles sont d’autant plus utiles qu’elles mettent le lecteur à même d’examiner les organes sur leurs deux faces, en même temps que par leur superposition elles donnent une idée parfaite de leur situation et de leurs rapports réciproques ».

19En effet, plusieurs d’entre elles sont composées de volets amovibles découpés à la main et coloriés manuellement à la gouache. Les lithographies ont été exécutées à Bruxelles, pour certaines par M. Heger, mais la plupart sortent des ateliers de M. Degobert. Les pièces mobiles constituées de deux feuilles imprimées et collées dos à dos permettent d’obtenir des parties anatomiques recto verso en couleurs.

20Les volets peuvent être totalement libres et mobiles ainsi que l’illustre la planche xiv où la cavité buccale, l’œsophage, l’estomac et la suite du tube digestif se trouvent fixés par une languette finement glissée dans une découpe au verso de la page.

21La planche xvii représente une observation latérale du visage ainsi qu’une série de vues illustrant plusieurs parties de l’oreille par trois volets successifs. Les pièces sont numérotées et renvoient au cahier d’explications des planches par lequel débute l’atlas.

22Nul doute qu’il s’agit d’un travail délicat et complexe réalisé avec soin. L’auteur conclut humblement son introduction par ces quelques mots : « Au reste, l’utilité qu’une seule personne pourra retirer de mon ouvrage me dédommagera amplement de mille critiques ; car le souvenir d’un résultat aussi rare qu’heureux touchera beaucoup plus mon cœur, que le blâme n’affectera mon esprit ».

Jean-Nicolas Corvisart (1755-1821)

Essai sur les maladies et les lésions organiques du coeur et des gros vaisseaux ; extrait des leçons cliniques

A Paris : de l’imprimerie de Migneret, 1806

R19A0976

23Cet ouvrage, dédié à Napoléon Ier, empereur des Français et roi d’Italie, nous offre un bel état des lieux de la médecine au début du xixe siècle en France.

24L’ouvrage rapporte l’expérience d’un grand clinicien en la personne du professeur J.N. Corvisart, professeur honoraire de l’École de médecine de Paris et du Collège impérial de France, et bénéficie des observations cliniques et des autopsies faites par l’auteur à l’hôpital de la Charité.

25Dans la préface, le docteur Horeau – élève du professeur J.N. Corvisart – insiste d’abord sur l’originalité des observations cliniques du maître et accuse « les larcins qui ont publié sur ces maladies, sans le citer, des faits, des opinions, des considérations, des fragments de doctrine qui lui sont entièrement propres ».

26L’auteur met en évidence l’importance des autopsies, souvent ordonnées par des médecins « qui craignent de ne pas y trouver ce que l’on y suppose et qui redoutent de rencontrer ce qu’ils ne cherchent pas », d’après l’auteur. Le professeur Corvisart supervisait dès lors lui-même ses autopsies. Ainsi, l’observation n° 10 traite d’un patient avec le diagnostic clinique d’une tamponnade péricardique traitée par une approche chirurgicale par quatre ( !) chirurgiens alors que l’autopsie réalisée au jour 4 met en évidence un épanchement pleural enkysté. L’auteur garantit l’authenticité des observations – qui font la base de l’ouvrage présent – « bien au-dessus de celles des observations dont beaucoup d’auteurs ont grossi les leurs », allusion non déguisée au plagiat.

27Dans le chapitre « discours préliminaire », l’auteur clame que les maladies du cœur sont les plus fréquentes parmi toutes les maladies organiques, hormis la phtisie pulmonaire ; il avance même un facteur 100 sur base des observations à l’hôpital de la Charité et de la ville. La cause de la fréquence des affections cardiaques est mise sur le compte de l’action de l’organe même et des passions des hommes. Il décrit le cœur comme « le grand ressort » de la machine humaine. Déjà dans l’introduction, il affirme qu’ « il est possible de prévenir quelquefois la maladie du cœur et, de la guérir, jamais ».

28L’Essai sur les maladies du cœur (484 pages) comporte 5 grands chapitres. Lauteur nous rapporte 76 cas d’autopsie et leurs histoires cliniques. Curieusement, aucun dessin (planches anatomiques) n’illustre ce bel ouvrage – probablement pour des raisons de coûts de production…

29Le premier chapitre traite des affections des enveloppes membraneuses du cœur, telles que la péricardite aiguë et chronique. Le deuxième chapitre concerne les affections de la substance musculaire du cœur. On y décrit les anévrysmes du cœur (anévrysme = dilatation d’une structure cardiaque ou vasculaire). L’auteur décrit les conséquences sur les cavités cardiaques suite aux obstacles à l’éjection (sténose aortique calcifiée, sténose mitrale calcifiée par exemple). Le troisième chapitre concerne les affections des parties tendineuses ou fibreuses du cœur. On y trouve une explication physiopathologique des dilatations des cavités cardiaques en fonction de la localisation de l’obstacle valvulaire. Le quatrième chapitre traite des affections qui intéressent divers tissus du cœur (rupture des piliers valvulaires et les communications interauriculaires et interventriculaires entre autres) avec des descriptions physiopathologiques des shunts intracardiaques. Le dernier chapitre concerne les anévrysmes de l’aorte. L’auteur avance l’hypothèse que la dilatation de l’aorte s’explique soit par la force impulsive du cœur, soit par des obstacles en aval. Dans ce chapitre, on nous décrit les traitements de l’époque : cure selon « Valsalva » (amener le patient via des saignées répétées à un état d’exténuation, en espérant que l’anévrysme diminue en fonction de l’affaiblissement du patient). Comme autres traitements, on propose un régime sévère, des exercices modérés, une tranquillité de l’esprit, des saignées fréquentes, des bains des bras, des pédiluves, etc.

30Enfin, sous le titre « Corollaires », l’auteur explore les différentes causes des maladies. Il cite l’hérédité, la pathologie congénitale, des causes extérieures et des causes morales. L’origine infectieuse des pathologies cardiaques n’est pas encore connue à cette époque.

31L’examen clinique ne comprend pas encore l’auscultation cardiaque, qui va être décrite en 1816 par le docteur Laënnec. Les médecins à l’époque se rendaient compte bien sûr de la faible efficacité des traitements proposés jusque-là. « Que reste-t-il en effet à désirer dans les connaissances des signes et du pronostic de ces maladies (du cœur) ? Certes bien peu de choses. » L’auteur reconnaît dès lors son impuissance thérapeutique et il avoue que « les moyens ne sont propres qu’à retarder ou à rendre plus supportables les derniers instants de la vie ».

32Après la lecture contemporaine de ce livre, on réalise les progrès thérapeutiques qui ont été faits durant le dernier demi-siècle dans la prise en charge médicamenteuse, chirurgicale et interventionnelle de la majorité des pathologies cardiaques, jadis grevées d’un très mauvais pronostic. Mais nous sommes confrontés aujourd’hui à de nouveaux défis dans le traitement de certaines pathologies cardiovasculaires, comme le coût de certains médicaments ou de medical devices (dispositifs médicaux) avec le danger réel de ne pas pouvoir garantir l’accessibilité des soins ni la pérennité de notre système de sécurité sociale.

Apoléoni Préterre (1821-1893)

Traité pratique des maladies des dents : dentition, hygiène des dents, moyens d’assurer leur conservation, poudre et élixir dentifrices, névralgie dentaire, maladies des dents, carie, déchaussement, ébranlement, maladies des gencives, extraction des dents sans douleur dents et rateliers artificiels, divisions palatines, restaurations buccales, etc. etc.

Paris : Asselin, 1869

R19A0977

33Le docteur A. Préterre, chirurgien-dentiste établi à Paris au xixe siècle, nous livre un traité de vulgarisation des maladies des dents dont le but est double. D’une part, sensibiliser le lecteur aux soins à apporter à l’organe dentaire afin de se prémunir de diverses pathologies. D’autre part, dénoncer de manière ironique les soins prodigués par les charlatans de la profession, tout en faisant publicité pour ses propres préparations thérapeutiques.

34France, 1869. À une époque où la profession de dentiste souffre d’un défaut de considération (il n’existe ni chaire de dentisterie dans les facultés de médecine, ni sociétés savantes, ni réunions ou publications scientifiques sérieuses), des dentistes expatriés fraîchement diplômés des écoles dentaires du Nouveau Monde reviennent sur le Vieux Continent. Ils constatent le fossé existant entre les formations médicales américaines et européennes, mais surtout la différence d’éducation à l’hygiène bucco-dentaire. Alors qu’on inculque au citoyen américain dès le plus jeune âge l’importance de fréquenter les cabinets dentaires tous les 6 mois, un Français moyen rechigne à consulter même si une dent le fait considérablement souffrir. Il est vrai que la plupart des gens croient qu’un dentiste ne sert qu’à arracher des dents dans d’atroces souffrances, qui plus est, en dépouillant le patient de son argent. M. Préterre s’efforce de démonter ces croyances populaires, qui, avouons-le, sont encore répandues dans notre société. Il mettra l’accent sur une dentisterie nouvelle, moins douloureuse, plus rigoureuse, orientée vers la prévention et vers la préservation de l’organe dentaire.

35Fort de ses connaissances acquises aux U.S.A., le docteur Préterre fonde le premier journal professionnel, L’Art Dentaire, dont une partie du présent recueil est tiré ; il participera à l’édition d’autres revues reconnues internationalement, dont le Dental Cosmos. Ces journaux se destineront à vulgariser les procédés américains récemment développés tels que l’anesthésie gazeuse ou la prothèse dentaire.

36Nous apprendrons au travers de cet ouvrage des concepts aussi novateurs, pour l’époque, que le lien entre certains maux d’estomac et des pathologies dentaires, l’existence d’un microbiote buccal, la possibilité d’user de gaz anesthésique lors des soins dentaires ou les procédés de fabrication de prothèses afin de corriger des défauts de dentition.

37Ce livre s’adresse à toute personne curieuse d’en savoir plus sur les dents et sur les traitements contemporains de leurs affections. C’est aussi une apologie de l’hygiène bucco-dentaire : brossage après chaque repas, gargarismes en tout genre et visite a minima annuelle chez un dentiste professionnel. Avez-vous consulté votre dentiste cette année ? Si non, chez le docteur Préterre, « Les consultations ont lieu de 2 à 4 heures. – Les extractions [dentaires] au protoxyde d’azote ont plus particulièrement lieu à 3 heures. »

38À vos carnets de rendez-vous !

Viktor Urbantschitsch (1847-1921)

Traité des maladies de l’oreille

Paris : Masson, 1881

R19B0640

39En 1881, le docteur Calmettes réalise la traduction en français du Traité des maladies de l’oreille que le célèbre professeur Urbantschitsch vient de publier à Vienne.

40En effet, déjà à cette époque, certains médecins spécialistes en oto-rhino-laryngologie avaient décidé de concentrer toutes leurs activités sur l’otologie, considérant que « les maladies de l’oreille doivent être, aujourd’hui, de la part d’un chirurgien instruit, l’objet d’une attention aussi sérieuse que les maladies de tout autre organe ».

41S’il en fallait une preuve, l’auteur insiste sur une « règle générale dont il ne faut jamais se départir, c’est que l’assurance sur la vie doit être refusée à toute personne atteinte d’inflammation suppurative de l’oreille » ! Comment expliquer une telle affirmation, si ce n’est en la replaçant dans son contexte ?

42En cette deuxième moitié du xixe siècle, l’exercice de la médecine au quotidien n’est pas facile : aucun antibiotique, pas d’imagerie médicale, pas d’endoscope pour examiner ni de microscope pour opérer… Une simple otite aiguë tourne vite en mastoïdite ou en abcès cérébral, et la mort guette.

43Comme tout cela nous paraît lointain, insensé… C’est ainsi que ce livre retient l’attention du lecteur d’aujourd’hui : il permet de se rendre compte de tous les progrès accomplis. À l’époque, l’examen du tympan se fait à l’œil nu, en utilisant un miroir pour réfléchir la lumière ambiante et la focaliser vers l’oreille. Pour les consultations du soir, il est conseillé d’ajouter un peu de camphre dans la lampe à pétrole de son cabinet, cet additif rendant la lumière artificielle un peu plus blanche ; cependant, « en otologie, le meilleur éclairage est la lumière du jour réfléchie par un mur blanc ou par les nuées ». Cher patient, revenez donc demain matin, s’il fait beau…

44Et les tests auditifs ? Pour mesurer le degré de surdité d’un malade, « on a recours ordinairement à la montre, au diapason et à la voix ».

45Le chapitre consacré à la thérapeutique est à l’avenant, bien que s’y retrouvent des principes encore d’actualité : le médecin doit « se préoccuper beaucoup de l’hygiène des malades » et leur interdire « l’usage des boissons spiritueuses et du tabac ». Même le tabagisme passif est évoqué : « dans tous les cas, les malades ne pourront dormir dans une pièce où on aura fumé ». Par contre, d’autres passages semblent tirés du Malade imaginaire de Molière : « pour provoquer la contraction de la carotide, Winternitz recommande l’usage de mouchoirs pliés en cravate et trempés dans de l’eau glacée » ; en effet, voilà qui glace le sang !

46Pour le reste, il faut saluer l’ordre et la clarté de chaque chapitre, qui traite successivement de l’anatomie, de la physiologie puis de la pathologie des différentes parties de l’oreille.

47Une surprise m’attend vers la fin de l’ouvrage : « La perte de l’ouïe a des conséquences incalculables chez les enfants (…) et peu à peu la mutité s’associe à la surdité ; l’enfant qui était sourd est devenu sourd-muet. Le traitement consiste (…) à améliorer la perception du nerf auditif. Sous ce rapport, c’est à la galvanisation qu’il faut s’adresser tout d’abord. Comme je m’en suis assuré, le traitement galvanique ramène quelquefois la perception des voyelles. C’est là un résultat bien modeste, cependant il est d’une certaine importance pour l’instruction des sourds-muets et pour l’articulation de la voix ». Ce passage est frappant, en quelque sorte prémonitoire, vu qu’aujourd’hui les enfants sourds peuvent bénéficier d’un implant cochléaire, et que grâce à des stimulations électriques dans l’oreille interne, ils recouvrent une audition fonctionnelle et développent normalement leur langage.

48In fine, le lecteur se dit : quel bonheur que de vivre au xxie siècle…

Etienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844)

Philosophie anatomique des organes respiratoires sous le rapport de la détermination et de l’identité de leurs pièces osseuses

Bruxelles : Culture et civilisation, 1968 (reproduction de 1818 et 1822)

SJA.8.1102-1103 (2 volumes)

49On ne peut pas comprendre le sens de ces deux ouvrages sans avoir lu le livre d’Hervé Le Guyader intitulé Geoffroy Saint-Hilaire, un naturaliste visionnaire dans lequel on apprend que Geoffroy Saint-Hilaire était non seulement le fondateur de l’anatomie comparée mais également de l’embryologie expérimentale, de la tératologie et de la paléontologie évolutive.

« Il est évident que la seule généralité à appliquer dans l’espèce est donnée par la position, les relations et les dépendances des parties, c’est-à-dire par ce que j’embrasse et ce que je désigne sous le nom de connexions. Ainsi la portion de jambe appelée la main dans l’homme (ce qui est généralement entendu par le mot pied), est la quatrième partie du rameau dont se compose le membre antérieur ; la portion terminale de cette tige, la plus éloignée du centre de l’individu et la plus susceptible de variations ; la partie la plus spécialement affectée aux communications de l’être avec tout ce qui l’entoure ; le tronçon qui vient à la suite de l’avant-bras. »

50Ainsi Geoffroy Saint-Hilaire détaille-t-il sa méthode en anatomie comparée dans le premier tome de la philosophie anatomique des pièces osseuses des organes respiratoires. Il y décrit ses quatre principes de base de l’observation des êtres vivants, à savoir l’existence d’un plan unique pour l’organisation du vivant, la loi des connexions, la loi de balancement des organes rudimentaires et l’importance des organes rudimentaires, ceci permettant la comparaison entre les êtres au départ d’une même espèce.

51Cet extrait tiré du premier tome en page xxv illustre l’application de certaines de ces lois, notamment celle des connexions, en comparant l’opercule des poissons osseux ou plaque osseuse recouvrant les branchies aux osselets de l’oreille moyenne chez l’homme. « Je compare directement l’opercule des poissons aux quatre osselets du tympan chez l’homme (...). Le marteau est isolé (...) tandis que l’étrier, le lenticulaire et l’enclume forment plus spécialement une chaîne de pièces, à laquelle le marteau ne se joint vers le haut que par sa grosse tubérosité. C’est un arrangement semblable que montrent les os operculaires chez le poisson. » Selon Geoffroy Saint-Hilaire, le plan d’organisation de l’opercule des poissons et de l’oreille moyenne de l’homme est identique tant en ce qui concerne le nombre de pièces qu’en ce qui concerne leur géométrie et donc leur connexion. Leur fonction est cependant différente selon la loi de balancement des organes.

52Dans son deuxième tome, Philosophie anatomique des monstruosités humaines, il démontre que les monstres ne sont que des variations d’un plan d’organisation à celui attribué à la normalité ; on peut donc classer les déviations tératologiques de manière rationnelle, comme on classe les espèces, en appliquant le principe des connexions. Ce qui est monstruosité ou anormalité dans une espèce peut être la normalité dans une autre espèce. Ainsi l’idée de la malformation venant en punition des péchés commis par les parents perd tout son sens.

53Pourquoi Geoffroy Saint-Hilaire est-il plus connu dans le monde anglo-saxon qu’en France ? Comment est née sa grande idée : l’organisation du vivant selon un plan unique ? Quelle controverse l’a opposé à Cuvier en 1830 et pourquoi est-il resté dans l’oubli jusqu’à la fin du xxe siècle ? A-t-il anticipé la théorie de l’évolution ? Pourquoi ses travaux sont-ils une source d’inspiration pour les scientifiques d’aujourd’hui ? Comment les interpréter à la lumière de la biologie moléculaire ?

54Les réponses à toutes ces questions sont à découvrir avec curiosité et étonnement dans le livre d’Hervé Le Guyader à lire en parallèle avec l’ouvrage présenté ici.

Henri Picard

Traité des maladies de la prostate et des vésicules séminales

Paris : Carré, 1896

R19A0985

55Ce livre, écrit il y a à peine plus de cent ans en 1896 par le docteur Henri Picard, rappelle combien les connaissances des pathologies prostatiques étaient encore limitées à cette époque. Seule l’anatomie semble bien connue, suite aux études sur des cadavres menées depuis Vésale au xvie siècle et à la pratique de la dissection. Il n’y a que peu de changements par rapport au traité sur les pathologies du système urinaire écrit au milieu du xviiie siècle par P. J. Desault et révisé par M. F. X. Bichat, un de ses élèves, en 1813.

Fig. 4. – Coupe entéro-postérieure des organes génito-urinaires, du testicule et du rectum.

56En revanche, l’étiologie des maladies semble encore largement ignorée, même si l’on distingue déjà les causes infectieuses des causes tumorales, et qu’apparaissent des notions plus approfondies de bactériologie.

Fig. 21. – Sillons formés par la prostate hypertrophiée.

57L’hypertrophie de la prostate si fréquente et d’expression variable fait l’objet de descriptions ainsi que de quelques dessins très simples et très schématiques.

58Origines multiples : libations copieuses, excitations génésiques prolongées, coït répété ou incomplet, éjaculation en dehors des organes génitaux de la femme, érections et désirs persistants non satisfaits, abstinence subite après excès, masturbation.

59Les conseils proprement médicaux s’adressent aux pratiques de vie ayant un rapport avec la sphère urinaire, au régime. Même l’habillement est concerné.

60Les œufs, le lait, le beurre, les légumes verts, les asperges, l’oseille, les tomates et les aubergines exceptées, car elles sont très nuisibles, les fruits cuits, qui agissent efficacement contre la constipation, sont des aliments de choix.

61On boira du vin de Bordeaux avec beaucoup d’eau. La seule boisson véritablement bonne pour le prostatique est le Bordeaux de quatre à cinq ans, coupé par deux tiers d’eau. On n’envisage que peu de traitements physiques (lavements, sangsues), peu de manipulations chirurgicales (sondages, ponctions, taille hypogastrique), et surtout pas de vraie chirurgie, car le risque vital est trop important. L’auteur relate quelques expériences novatrices d’outre-mer, dont il dit qu’elles sont surtout à éviter (il s’agit de castrations chirurgicales, chose impensable pour un Français !).

62On ajoutera de grands bains à 32 degrés ; chez les pléthoriques, cinq ou six sangsues appliquées, l’une après l’autre, en avant de l’anus, au moment des crises, et suivies, le lendemain, d’un purgatif salin.

63Le traitement radical de l’hypertrophie prostatique a tenté les chirurgiens depuis longtemps, et c’est à lui que nous devons les inciseurs et les exciseurs prostatiques de Mercier. Quels que soient, d’ailleurs, les résultats donnés par ces instruments, ils doivent être laissés de côté.

64Le cancer de la prostate existe bien sûr, mais avec une incidence moindre qu’à notre époque, en partie parce que la longévité est nettement moindre. Et, sans les moyens de détection dont nous disposons, ce cancer se découvre à un stade évolué, métastatique. Seul le traitement symptomatique s’indique à ce moment-là, analgésie, sondage, soutien alimentaire et psychologique.

65Le traitement radical, tenté jadis plusieurs fois, ne serait plus aujourd’hui, avec ce que nous savons de l’évolution et de la diffusion rapides du cancer prostatique, qu’une folie opératoire. Le rôle du chirurgien se bornera au cathétérisme, soit pour délivrer la vessie d’une rétention, soit pour la laver si l’urine s’altère.

66La tuberculose occupe une place importante dans ce traité. Le bacille de Koch qui en est la cause n’a été identifié qu’en 1882. Sa fréquence donne froid dans le dos, mais plus encore l’absence totale de traitement causal. Les tuberculostatiques ne sont apparus que dans les années 1950. Le traitement se limite dès lors à des conseils hygiéno-diététiques.

67Il se trouvera bien de passer les mauvais mois et la première moitié du printemps dans l’une ou l’autre de nos stations hivernales du sud-ouest mieux appropriée aux urinaires que celui du littoral méditerranéen dont l’atmosphère sèche et agitée par le vent du nord augmente les envies d’uriner.

68L’alimentation, comme celle de tout tuberculeux, devra être aussi substantielle que possible, mais pas excitante.

69Au sujet des vésicules séminales, nous n’en sommes alors qu’aux balbutiements de la bactériologie. Les moyens sont très limités et il y a de quoi palpiter rien qu’à lire les tortures qu’infligeaient les médecins par leurs instillations à l’aide de grosses seringues de permanganate ou de nitrate d’argent dans les urètres et les vessies. Lauteur nous rappelle au passage que l’urologie a été pionnière de l’endoscopie.

Fig. 54. – Miroir uréthroscopique.

70Il aborde aussi quelques désordres fonctionnels du système génital qui à cette époque sont souvent attribués à des névroses.

71Mais c’est à vaincre son trouble, à dominer son émotion, que l’homme devra, dans certaines circonstances heureuses, mais difficiles, concentrer son énergie. En affrontant hardiment le plus impressionnant regard, la victoire couronnera son audace.

72Autrement dit : « Aide-toi et le Ciel t’aidera » !

Jan Palfijn (1650-1730)

Description anatomique des Parties de la femme, qui servent à la generation ; avec un Traité des monstres, de leur Causes, de leur Nature, & de leur differences : et une Description anatomique, de la disposition surprenante de quelques Parties Externes, & Internes de Deux Enfans Nés dans la Ville de Gand, Capitale de Flandres le 28. avril 1703. & c. & c.

A Leide : chez la Veve de Bastiaan Schouten, 1708

R18A0696

73Jan Palfijn est un chirurgien belge renommé du xviie siècle. Né à Courtrai en 1650, il a perfectionné plusieurs techniques chirurgicales et a inventé un instrument toujours utilisé de nos jours par les obstétriciens : le forceps. Il est mort à Gand à l’âge de 80 ans.

74Dans son traité au titre fleuve, Description anatomique des parties de la femme, qui servent à la generation ; avec un Traité des monstres, de leur causes, de leur nature, & de leur differences : et une Description anatomique, de la disposition surprenante de quelques parties externes, & internes de deux enfans nés dans la ville de Gand, capitale de Flandres le 28. avril 1703. & c. & c., publié en 1708, il nous propose une description anatomique des organes génitaux féminins, ainsi qu’un catalogue de malformations basé sur les gravures publiées par Fortuni Liceti dans son traité latin De monstrorum caussis, natura et differentiis.

75Fort heureusement, nos connaissances scientifiques et notre vocabulaire médical ont bien évolué ! Ainsi, réjouissons-nous de ne plus donner le titre de « parties honteuses de la femme » aux organes génitaux externes féminins, et de ne plus nommer « monstres » les êtres humains porteurs de malformations congénitales !

76À l’époque, de nombreuses représentations mettaient en scène des hybrides, issus du croisement de deux espèces animales, ou d’un animal et d’un être humain. L’imagination de l’auteur, et de son maître à penser Liceti, était de toute évidence très fertile et influencée par les récits des philosophes de la Grèce antique (Plutarque, Aristote...). Nul ne doute qu’ils pourraient aujourd’hui gagner la Palme d’Or à Cannes, dans la catégorie science-fiction !

77D’autres gravures détaillaient des jumeaux parasites, ou des jumeaux siamois, dont on sait maintenant qu’ils sont la conséquence d’une séparation incomplète du disque embryonnaire, entre le 13e et le 15e jour de gestation, dans les grossesses monochoriales monoamniotiques.

78Enfin, certaines planches illustraient des syndromes malformatifs humains. À l’époque, la cause suspectée était « une faute de matière », « une faiblesse ou une imbécillité de l’agent », ou encore « une matrice trop resserrée que pour pouvoir contenir toutes les parties dans le temps de la conception ». Il est inutile de rappeler que les termes « chromosomes » et « gènes » n’avaient pas encore vu le jour ! Aujourd’hui, on sait que la majorité de ces syndromes ont une origine génétique. Ainsi par exemple, serions-nous tentés de poser le diagnostic de « SHFLD syndrome » (Split-Hand/Foot malformation with Long bone Deficiency) chez le sujet atteint de malformations des quatre membres illustré à la page 72 du chapitre consacré aux monstres.

79En fin de compte, ce livre soulève une question fondamentale : que penseront les scientifiques de nos publications dans 300 ans ?

Fortunio Liceti (1577-1657)

Fortunius Licetus De monstris. Ex recensione Gerardi Blasii, M.D. & P.P Qui monstra quaedam nova & rariora ex recentiorum scriptis addidit

Amstelodami : sumptibus Andreae Frisii, 1668

R17A0047

80Fortunio Liceti est né en 1577 à Rapallo dans la république de Gênes et est mort en 1657 à Padoue. Philosophe, médecin, universitaire et savant, il s’intéresse à la vie sous toutes ses formes. Ses différents ouvrages traitent de l’origine de la vie, des malformations chez les animaux et les humains mais également de l’âme des animaux ou de la luminosité de la lune.

81Liceti définit les monstres comme « ce qui naît, entre les animaux, avec une disposition et un arrangement de membres tout différent et tout contraire à la nature de ceux qui les ont engendrés ». Il recherche dans les monstres la détermination de la cause qui a perturbé la formation naturelle des êtres vivants. Il associe régulièrement l’art et la nature pour définir l’origine des monstres : « de l’art qui imite les défauts de la Nature, à quoi même cette dernière contribue ».

82Ce livre est rédigé en latin. Voici une traduction de l’introduction qui explique son point de vue sur les monstres :

« Ayant donc à parler de la génération des monstres en particulier, voyons premièrement de combien de sortes il y en a, et quelle est leur commune Origine, et leur Cause. Sur quoi nous croyons qu’on en peut fort bien concevoir trois sortes de productions. La première surnaturelle, que Dieu permet et procure, pour punir les hommes des péchés et des crimes qu’ils ont commis, comme la S. Écriture nous apprend qu’il est arrivé à Nabuchodonosor. La seconde au-dessous de la nature, lorsque le diable fait illusion aux sens des hommes, comme cela se voit en ceux qui sont transformés en d’autres par Sorcellerie. Et la troisième est purement naturelle, et vient de quelque défaut, ou de quelque empêchement, qui se trouve dans les principes qui sont naturellement destinés à former les corps des hommes. Nous n’entreprendrons pas d’examiner ici l’Origine miraculeuse des Monstres, ni celle que le diable procure par ses illusions. Nous parlerons seulement que de la naturelle. »

83Un chapitre est néanmoins consacré aux œuvres du diable par l’influence qu’il peut avoir sur la nature en créant une illusion : « la cause de ce monstre, à proprement parler, est à la vérité naturelle : mais le diable en est le ministre et l’artisan. »

84(Traduction : La nature et les prodiges : L’insolite au xvie siècle, Jean Céard).

85Si beaucoup de représentations de ce livre sortent probablement de l’imagination des hommes (hybrides hommes-animaux), certains syndromes élucidés au xxe siècle y sont représentés. Page 135, on retrouve très probablement un enfant avec une trisomie 13 caractérisée par une cyclopie et un proboscis (structure tubulaire au milieu du visage).

86Page 158, sont représentés différents hommes avec une pilosité abondante et une répartition particulière typique d’une mosaïque où une mutation génétique est apparue après la fécondation, ce qui explique que seulement une partie du corps soit affectée. De nombreuses illustrations sont consacrées à la description, parfois très détaillée, des jumeaux siamois (jumeaux reliés par une partie du corps). Ce phénomène est causé par une séparation incomplète de jumeaux monozygotes (vrais jumeaux) lors de la séparation de l’embryon commun.

87Cet ouvrage n’est pas le premier à traiter des malformations mais il est un des plus influents et il a suscité l’intérêt pour les « monstruosités » à la Renaissance. Si ce livre est surtout connu pour ses représentations, c’est également une réflexion sur l’origine des anomalies de la nature.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 4. – Coupe entéro-postérieure des organes génito-urinaires, du testicule et du rectum.
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 21. – Sillons formés par la prostate hypertrophiée.
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 54. – Miroir uréthroscopique.
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4288/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteurs

Département de Médecine, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

Faculté de Médecine, Université Libre de Bruxelles

Département de Médecine, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

Département de Médecine, Université de Namur

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search