Desktop versionMobile Version

Balade patrimoniale en médecine, pharmacie et sciences biomédicales

 | 
Yves Poumay

De et autour des Anciens

Pierre Assenmaker, Christophe Flament, Anne-Marie Bogaert-Damin, Jean-Michel Dogné und Anne-Marie Bogaert-Damin

Volltext

Hippocrates (ca 460 – ca 377 av. J.-C)

1Ἱπποϰϱάτους Κῴου ἰατϱοῦ παλαιοτάτου, πάντων ἄλλων ϰοϱυφαίου, βιβλία ἅπαντα

2Coi medici vetustissimi, et omnium aliorum principis, libri omnes, ad vetustos Codices summo studio collati & restaurati

Basileae : [Hieronymus Froben et Nikolaus Episcopius], 1538

R16B0144

Portrait d’Hippocrate issu de : Wirsung, Ch., Medicyn-boeck […], Amsterdam, 1627 (R17B0013)

3« Je jure par Apollon médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin, de remplir selon ma capacité et mon jugement, ce serment et ce contrat… » Ainsi débute la version originelle du célèbre serment d’Hippocrate, lointain ancêtre de celui que prêtent aujourd’hui encore les jeunes diplômés en médecine avant de commencer à exercer. En dépit de la célébrité du nom d’Hippocrate, nous savons très peu de choses de celui qui allait devenir la figure tutélaire de l’art médical. Originaire de Cos, il vécut aux ve et ive siècles av. J.-C. Il se forma auprès de son père et de son grand-père, et exerça d’abord sur son île natale, avant de mener une vie de médecin itinérant, surtout en Grèce du Nord et en Thessalie, où il mourut à un âge avancé. De son vivant déjà, Hippocrate passait pour le plus grand médecin de son temps, et une véritable légende hippocratique ne tarda pas à se développer après sa mort. Cette extraordinaire renommée explique qu’on lui attribua la soixantaine de traités médicaux désignés aujourd’hui sous le nom de Corpus ou Collection hippocratique. Cet ensemble – trop diversifié pour être l’œuvre d’un seul homme – traite de tous les domaines de l’art médical : déontologie, sémiologie, étiologie, diététique, nosologie, gynécologie, chirurgie… Malgré des différences de vocabulaire et des divergences de doctrine, ces textes révèlent une même approche de la maladie et une même conception de l’art médical et de la déontologie. Avec l’école hippocratique, la médecine s’affirme comme une discipline rationnelle, qui s’oppose aux pratiques religieuses et magiques en vogue à l’époque.

4Ce rationalisme, qui allait de pair avec une réflexion sur l’homme et sa condition, exerça une influence profonde et durable sur la science médicale, depuis l’Antiquité (surtout avec Galien) jusqu’à l’époque moderne. Le livre exposé est un exemple de cette exceptionnelle postérité. Il s’agit d’une édition de « tous les livres d’Hippocrate de Cos, le plus ancien médecin et le premier entre tous », pour reprendre la formulation des titres grec et latin. L’ouvrage a paru en 1538 à Bâle, un des centres névralgiques de l’humanisme. Alors que le Moyen Âge n’avait eu connaissance de la médecine hippocratique qu’à travers le prisme de Galien, notre volume donne à lire les textes mêmes du corpus hippocratique, qui plus est directement en grec, et non en traduction latine (comme dans la première édition, parue en 1525). À la Renaissance, en effet, l’Occident redécouvre le grec. Pour éditer en langue originale les œuvres de la littérature hellénique, les imprimeurs des xve et xvie siècles ont créé de magnifiques caractères qui imitent l’écriture manuscrite et ses ligatures raffinées. La présente édition est due au savoir-faire d’une des plus célèbres dynasties d’imprimeurs-libraires de l’époque : la maison Froben. Le colophon – rédigé en grec ! – à la dernière page de l’ouvrage indique que celui-ci a été imprimé par les soins de Jérôme (Hieronymus) Froben et de Nicolaus Episcopius, son beau-frère et associé. Au centre de la page de titre, on découvre la marque de l’officina Frobeniana : deux mains émergeant de nuées qui tiennent un bâton surmonté d’une colombe et autour duquel s’enroulent deux serpents couronnés. Ce caducée est avant tout l’attribut de Mercure (ou Hermès), dieu du commerce, de l’éloquence et des arts, mais les Froben l’avaient adopté plutôt en tant que symbole de justice (la colombe représentant quant à elle la simplicité), pour illustrer leur devise : Prudens simplicitas amorque recti (« Prudente simplicité et amour de la droiture »). En tout cas, contrairement à ce qu’un lecteur d’aujourd’hui pourrait croire de prime abord, le caducée n’a pas été choisi en lien avec le contenu du livre, pour symboliser la médecine (une valeur qu’il n’acquerra qu’au xixe siècle). Comme il était d’usage à l’époque humaniste, ce livre s’ouvre par une lettre de dédicace à un puissant. L’épître – rédigée en latin, cela va sans dire – est signée par le médecin (et non moins philologue…) Janus Cornarius (1500-1558), qui explique avoir utilisé trois manuscrits anciens, procurés par Jérôme Froben, pour corriger le texte de la toute première édition du Corpus hippocratique en version originale grecque, qui avait paru à Venise douze ans plus tôt, en 1526. Notre édition de 1538, qui fit autorité jusqu’au xixe siècle, constitue ainsi un jalon important dans la réception de l’œuvre hippocratique.

5L’exemplaire conservé à la BUMP est aussi un témoin singulier de l’usage qui pouvait être fait d’un tel ouvrage. Un certain Simon du Fresne, a inscrit son nom à deux reprises sur les feuilles de garde. L’écriture permet de situer ce propriétaire aux xvie-xviie siècles. Celui-ci s’est véritablement approprié le contenu du livre, notamment en insérant dans le sommaire les numéros de page correspondant aux titres grecs des traités et à leur traduction latine. Il n’est pratiquement pas une page (sur les 562 que compte le volume) qui ne soit annotée de la même main, laquelle a souligné des phrases, noté des rubriques (en latin) dans les marges, ou encore inséré des renvois à d’autres passages. À la toute fin de l’ouvrage, en dessous du colophon, on lit encore, toujours dans la même écriture, une table d’unités de mesure des liquides. Cet Hippocrate imprimé à Bâle, qui fut un temps la possession des capucins d’Amiens (comme l’indique la mention manuscrite Capucinis Ambianensibus sur la page de titre), avant d’être intégré au patrimoine de l’ordre jésuite, conserve ainsi le souvenir émouvant d’heures studieuses passées à apprendre l’art médical dans le texte grec du « père de la médecine ».

Jérémie Thriveris (1504-1554)

Hieremiae Thriveri Brachelii novi et integri commentarii in omnes Galeni libros de Temperamentis-[epitome]

Lugduni : apud Godefridum & Marcellum Beringos, fratres, 1547

R16A0249

6Né à Pergame (Asie Mineure) au iie s. de notre ère, Galien (Γαληνóς) peut être tenu, au même titre qu’Hippocrate, comme l’un des fondateurs des grands principes de la médecine moderne. Il officia notamment à Rome où il fut appelé à la cour des empereurs Marc-Aurèle et Commode.

7Ses œuvres écrites s’apparentent à une véritable encyclopédie qui comportait non seulement des traités médicaux – pas moins de 150 titres ! –, mais aussi de rhétorique, de philologie et de philosophie. Une bonne partie d’entre eux disparurent malheureusement dans un incendie survenu à Rome en 192.

8Galien ayant fréquenté les plus grands centres d’études médicales (Pergame, Smyrne, Corinthe et Alexandrie), ses traités de médecine offrent un très bon aperçu des principaux courants doctrinaux de son époque. Mais Galien est loin d’être un simple compilateur : à partir des éléments puisés à ces doctrines et de ses propres recherches, il est parvenu à proposer un système explicatif global et foncièrement original, incluant toutes les parties d’un art médical qu’il s’est efforcé d’élever au rang de véritable science.

9La méthode de Galien est fondée sur l’observation anatomique (on lui doit ainsi des descriptions extrêmement détaillées des os, des muscles et des nerfs). Mettant au premier plan l’expérimentation dans ses recherches, il procéda à des vivisections sur les animaux, dont certaines – sur le fonctionnement des artères notamment – furent très célèbres.

10L’œuvre de Galien commentée dans l’ouvrage présenté ici, le De Temperamentis, relève de la physiologie et représente certainement la partie la moins innovante de ses travaux. Elle n’en est pas moins intéressante, dans le sens où elle illustre parfaitement le poids de la philosophie – Galien avait initialement suivi une formation philosophique –, plus particulièrement de la pensée aristotélicienne, dans le raisonnement du savant lorsqu’il devait intégrer ses observations et ses expérimentations dans un système explicatif global.

11Sa théorie des tempéraments se rattache fondamentalement à celle des humeurs. En effet, dès le ve s. avant notre ère la théorie des quatre éléments que sont l’air, la terre, l’eau et le feu, fut appliquée au corps humain. Ces éléments sont caractérisés chacun par une qualité première (respectivement le froid, le sec, l’humide et le chaud) et produisent les quatre principales humeurs de l’organisme : le sang, le phlegme, la bile jaune et la bile noire (ou atrabile). Ces quatre éléments se retrouvent à quantités égales dans le sang ; dans les autres humeurs en revanche, un élément prédomine : l’eau dans le phlegme, le feu dans la bile jaune, la terre dans la bile noire. Selon que l’une des quatre humeurs est prépondérante chez un individu, la théorie des tempéraments (déjà ébauchée, en réalité, dans le traité hippocratique intitulé Sur la nature de l’homme) la range dans un des quatre groupes physiologiques : sanguin, phlegmatique, colérique et mélancolique. Aujourd’hui encore, le vocabulaire courant a conservé ces termes pour désigner le « tempérament » des individus.

12Après la chute de l’Empire romain, l’œuvre de Galien transita d’abord par Byzance et le monde arabe, avant de réapparaître en Europe occidentale au xie s. En raison de l’universalité de son œuvre, les théories de Galien domineront ensuite la médecine occidentale jusqu’au xviiie s., comme l’illustrent d’ailleurs les commentaires que consacra à ses traités Jérémie Trivère (Triverius), professeur de médecine à l’université de Louvain au xvie s., à qui l’on doit l’ouvrage présenté ici.

Portrait de Claude Galien issu de : Wirsung, Ch., Medicyn-boeck […], Amsterdam, 1627 (R17B0013)

Dioscorides Pedanius

Pedanii Dioscoridis Anazarbei, De medicinali materia libri sex, Ioanne Ruellio Suessionensi interprete. Singulis cùm stirpium, tum animantium historijs, ad naturae aemulationem expressis imaginibus, seu uiuis picturis, ultra millenarium numerum adiectis : non sine multiplici peregrinatione, sumptu maximo, studio atque diligentia singulari, ex diversis regionibus conquisitis. Additis etiam Annotationibus sive Scholijs brevissimis quidem, quae tamen de Medicinali materia omnem controuersiam facile tollant. Per Gualtherum Riuium, Argentinum, Medicum. Accesserunt priori editioni, Valerii Cordi Simesusii Annotationes doctissimae in Dioscoridis de Medica materia libros. Euricii Cordi Simesusii Iudicium de Herbis & Simplicibus Medicinae : Ac eorum quae apud Medicos controvertuntur explicatio. Herbarum nomenclaturae, variarum gentium, Dioscoridi adscriptae, secundum literarum ordinem expositae. Aut. Conrado Gesnero, Medico. Cum Indice quintuplici copiosissimo : quorum primus omnium ferè simplicium, quibus passim utuntur Medici, nomenclaturas Graecas : alter Latinas, Officinis, Herbarijs, & Arabum Familiae vulgares : tertius Gallicas : quartus Germaniae superioris & inferioris, Saxonicae item linguae nomina : quintus Curationes & Remedia morborum, miro ordine complectitur

Franc[ofurti] : apud Chr. Egenolphum, 1549

R16B0508

13Dioscoride est originaire de Anazarba, près de Tarse, dans la province romaine de Cilicie en Turquie. Il y vit au ier siècle de notre ère. De nos jours, il est toujours connu comme l’auteur d’un livre d’exception : le De materia medica, ou Traité de matière médicale, un vaste recueil décrivant près de 700 végétaux, animaux et minéraux qui sont alors utilisés en thérapeutique.

14L’œuvre de Dioscoride est remarquable à plusieurs titres : d’abord parce qu’elle est la somme des connaissances de l’époque sur les vertus de « mille drogues » dont les trois cinquièmes sont des plantes. Elle mentionne leur nom en différentes langues ; elle les décrit brièvement, ainsi que leur habitat et leur distribution géographique, particulièrement utiles aux herboristes ; elle les classe selon leurs propriétés médicinales fondées sur une expérimentation personnelle et directe qu’il peut réaliser grâce à ses nombreux voyages probablement comme médecin militaire. Cette étude comprend six livres : les cinq premiers sur des matières médicales et le sixième sur les poisons. Dans ce traité, Dioscoride expose successivement : les substances aromatiques, les onguents et les huiles d’origine végétale, les arbres et les fruits, les drogues d’origine animale, les céréales et herbes d’un goût acide et amer, les herbes et les racines, les vins et drogues d’origine minérale, et les poisons. Des index mentionnant le nom des plantes, des maladies et des remèdes en cinq langues en permettent une utilisation rapide et efficace par les praticiens.

15Le De materia medica est surtout exceptionnel parce qu’il fera autorité en pharmacologie pendant quinze siècles, de l’époque romaine jusqu’à la Renaissance, de l’Empire byzantin jusqu’à l’Europe de Paracelse. Des parchemins de l’époque romaine jusqu’au livre imprimé, l’ouvrage sera maintes fois réécrit, réédité, annoté. À l’origine sans illustrations, il est complété dès le iie siècle par des dessins des végétaux, des minéraux et des animaux étudiés, ainsi que par des mises en scène des drogues utilisées, qui contribuèrent à en assurer le succès.

16En Europe, durant le Moyen Âge, le Traité n’eut pas la même diffusion que dans le monde byzantin et ce n’est qu’avec les travaux des humanistes de la Renaissance que l’on redécouvre non seulement la statuaire et la littérature antique, mais aussi les traités de médecine et de science en général. Dès avant la chute de l’Empire byzantin en 1453, des médecins grecs arrivèrent en Italie y introduisant le traité de Dioscoride. La langue grecque recommence à être enseignée, sa diffusion s’accélère en Italie, si bien qu’à la fin du xve siècle, de nombreuses bibliothèques en possèdent un exemplaire. Quelques grands humanistes italiens en entreprennent alors l’étude. Une première édition, en grec, paraît à Venise en 1499.

17L’exemplaire de la BUMP est une traduction en latin, langue véhiculaire de l’époque, établie par Jean Ruel de Paris et publiée par Christian Egenolff, à Francfort, en 1549. Cette édition est particulièrement complète et importante : elle devient la source et l’origine de la botanique scientifique jusqu’au début du xviie siècle. De nombreuses fois republiée, elle est, dès le départ et à chaque fois, complétée d’additions et d’annotations de savants qui faisaient état de leurs propres interprétations, observations, identification des plantes et synthèses botaniques. L’invention de l’imprimerie accélère la diffusion de cette somme médicale qui connaît un succès énorme pour l’époque. Cependant, le tirage limité et la fréquente manipulation et utilisation des ouvrages expliquent que peu d’exemplaires soient arrivés jusqu’à nous. Le texte est complété et éclairé de nombreuses illustrations : 786 gravures y sont insérées. Or, à l’époque, les gravures étaient faites sur des plaques de bois travaillées dans le sens du fil. Ce procédé coûteux et laborieux ne permet pas de rendre la finesse des détails qui apparaîtra avec la gravure sur cuivre. Souvent, l’imprimeur réemployait dans plusieurs publications les mêmes bois gravés. Ainsi, ce Dioscoride ferait-il abondamment usage des illustrations d’un autre livre publié par Egenolff : le Krauterbuch de Rösslin (1533) ? Lattrait de l’exemplaire présenté ici est renforcé par les couleurs des illustrations qui furent appliquées à la main dans les cinq premiers livres.

18D’autres traductions en latin paraissent aussi à la même époque, ainsi que des commentaires publiés séparément, certains ayant pour but de rectifier les identifications des plantes, d’autres l’exploitation pharmacologique. En 1520, une première traduction est réalisée en langue vernaculaire : le flamand. Les autres traductions en d’autres langues n’apparaissent qu’à partir de 1542. Au total, à la Renaissance, on compte près de 78 éditions de Dioscoride.

19La présentation des remèdes par Dioscoride est entourée des préjugés de l’époque romaine : des connaissances, de la religion, de l’alchimie. Tantôt dans la tradition populaire encore vivante aujourd’hui, tantôt concrets et actuels, tantôt magiques, comme en attestent quelques exemples.

20L’urine est conseillée comme un remède dans de nombreuses affections. Boire son urine est recommandé en cas de diverses morsures : vipère, scorpion… Elle guérit de multiples éruptions cutanées et infections, nettoie les cicatrices dans les yeux et soulage les douleurs dans les oreilles. Cette pratique est encore traditionnelle dans certains pays : une campagne a été lancée récemment au Cameroun pour avertir de ses effets nocifs.

21Le dentifrice (sic dans l’index en français) est confectionné avec des coquilles de crustacés ou des os de seiche qui sont broyés finement et réduits en poudre. Cette préparation est utilisée pour nettoyer et blanchir les dents. Bien sûr aujourd’hui les grandes marques utilisent d’autres ingrédients, mais voilà des idées pour de nouvelles campagnes de marketing…

22Le superbe Draco marinus ou dragon marin (la vive) est un poisson de petite taille qui vit en eau peu profonde, souvent enfoui sous le sable. Son corps est couvert d’épines (aiguillons venimeux) de la tête à la queue. Ses piqûres sont redoutables : elles injectent à leur victime un venin très puissant. Le dragon marin, chez Dioscoride, est lui-même le remède aux piqûres de ses épines : il doit être ouvert, détaillé, pour être appliqué sur les blessures qu’il vient d’infliger. Aujourd’hui, nous savons que ce venin est détruit par une chaleur supérieure à 40-50 degrés.

Pietro Andrea Mattioli (1500-1577)

Les commentaires de M.P. André Matthiole, medecin siennois, sur les six livres de la matiere medecinale de Pedacius Dioscoride, Anazarbéen

A Lyon : chez Iean-Baptiste de Ville, 1680

R17C0103

23L’œuvre de Dioscoride est commentée par un nouvel auteur : Pietro Andrea Mattioli (1500-1577), médecin siennois. Comme il le fait justement remarquer, les six livres de la matière médicinale de Pedacius Dioscoride s’adressent sans conteste aux « curieux de la médecine ».

24Ce livre détaille et actualise la liste des maladies connues. Pour y remédier, il entraîne le lecteur dans la découverte des vertus des produits de la nature au sens large, des plantes médicinales aux extraits d’origine animale ou minérale. Ainsi, à titre d’exemple, on retrouve, dans le chapitre consacré aux membres génitaux et « parties honteuses », le safran pris en breuvage comme remède pour exciter le jeu de l’amour, ou la fleur de sel pulvérisée et saupoudrée pour le traitement des ulcères des parties honteuses. Contre les inflammations du foie sont proposés l’usage du camphre enduit ou le lait de melon pris en breuvage. Contre la « dureté de la rate », le chou mangé en vinaigre ou une décoction de germandrée semblaient adaptés.

25Mattioli précise avoir corrigé de nombreuses erreurs et comblé des manques tant dans le texte que dans les tables. Il ajoute un grand nombre de plantes dont il décrit les propriétés médicinales. Il restera célèbre pour ces apports qui feront encore longtemps de ce traité le meilleur ouvrage de pharmacologie.

26Une illustration réaliste basée sur le retour vers l’observation de la nature et non sur la copie de celle des auteurs précédents épaule le texte. Ces gravures sur bois sont souvent réutilisées d’une édition à l’autre. C’est le cas ici.

27L’édition en français de 1680 est bien la dernière. Près de 120 ans la séparent de la première en 1561. De la toute première édition publiée en italien à Venise, en 1544, jusqu’à celle-ci, 18 éditions se succèdent, et connaissent un grand succès : 32 000 copies des premières éditions auraient été vendues ! En latin comme en d’autres langues, une soixantaine de versions sont connues.

28On ne peut s’empêcher de citer un passage de l’auteur qui nous confie ceci : « Le grand Maître de l’Univers qui n’a rien jetté à l’avanture, qui a tout fait pour de bonnes fins, & qui a enfermé dans la plus petite des graines, le pouvoir de s’élever en de hautes branches, a donné à chaque espece, des qualitez differentes pour reparer les fâcheuses breches que le peché a faites à nôtre chair ».

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Portrait d’Hippocrate issu de : Wirsung, Ch., Medicyn-boeck […], Amsterdam, 1627 (R17B0013)
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 71k
Bildunterschrift Portrait de Claude Galien issu de : Wirsung, Ch., Medicyn-boeck […], Amsterdam, 1627 (R17B0013)
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/pun/docannexe/image/4273/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 249k

© Presses universitaires de Namur, 2017

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search