Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Tite-Live sur les bancs de l’école et de la fac

39. L’Ab Urbe condita revue et simplifiée pour les besoins de la cause pédagogique

Paul Pietquin

Texte intégral

Charles François Lhomond (1727-1794)

Des hommes illustres de la ville de Rome depuis Romulus jusqu’à Auguste

Paris : Hachette, 1877

SA03403/008

1Jeté en prison en 1792 par les révolutionnaires pour avoir refusé de soutenir par serment (obligatoire) la nouvelle organisation du clergé, l’abbé Charles François Lhomond (1727-1794) ne dut son salut qu’à l’intercession d’un de ses anciens élèves, Jean-Lambert Tallien (un jacobin qui vota en faveur de l’exécution de Louis XVI). Déjà avancé en âge, l’abbé devait succomber à peine deux ans plus tard, et serait probablement tombé dans l’oubli s’il n’avait laissé à la postérité des manuels de latin voués à une grande et longue célébrité, en particulier le De uiris illustribus urbis Romae a Romulo ad Augustum (« Les hommes illustres de la ville de Rome, de Romulus à Auguste » [1775], mieux connu par la suite sous la forme abrégée De uiris), abondamment cité et utilisé dans les livres scolaires jusqu’au milieu du xxe siècle.

2Ce succès tient d’abord à l’expérience pédagogique de l’auteur, qui refusa, vingt années durant, les promotions qui l’auraient éloigné de la classe de sixième – c’est-à-dire la première du cursus – à laquelle il enseignait avec dévouement au collège du Cardinal-Lemoine (Paris). Sa connaissance des difficultés rencontrées par les débutants l’a guidé pour choisir, parmi les épisodes d’histoire romaine contés par Tite-Live, Valère Maxime ou Florus, des sujets adaptés à leur curiosité naturelle mais exprimés dans une langue plus simple et abordable, quoique d’une écriture des plus authentiquement latines.

3L’ouvrage se présentait dès lors naturellement comme le « chaînon manquant » entre les traditionnelles « chrestomathies » (anthologies de phrases ou courts récits) employées en classe d’initiation et les biographies beaucoup plus élaborées de l’auteur latin Cornélius Népos, abordées dès l’année suivante.

  • 1 Abbé Lhomond, De viris. Les grands hommes de Rome. Latin/français, traduit et présenté par J. Gaill (...)

4Cette place privilégiée dans le cursus scolaire explique sans doute à elle seule le paradoxe qui fait figurer Lhomond en bonne place parmi « Les Auteurs latins » de la célèbre collection de traductions « juxtalinéaires » (voir ci-dessus p. 202) publiées par la Librairie Hachette à partir du milieu du xixe siècle. Dans son principe même, la méthode « nouvelle » de cette collection – qui consiste à bouleverser la disposition des mots latins pour les mettre en regard d’une traduction française littérale – n’est pas sans rappeler la démarche de Lhomond, qui avouait dans sa préface avoir été « obligé de couper les phrases trop longues, de déranger un peu l’ordre des mots latins, quand il s’éloignait trop de la marche de notre langue1… » Dans les deux cas, il s’agit de répondre à un problème pédagogique très concret, que les Encyclopédistes français du xviiie siècle avaient déjà analysé comme celui du passage d’une langue « transpositive » (le latin) à une langue « analogue » (le français), l’ordre des mots de la seconde étant en l’occurrence considéré par eux comme censément plus proche de la « succession naturelle des idées ».

  • 2 Ibid., pp. 13-14.

5Il y a toutefois une différence de taille : là où la traduction juxtalinéaire détruit en quelque sorte systématiquement la disposition de l’œuvre originale, le manuel de Lhomond propose une immersion progressive dans le génie de la langue latine. Comme l’a bien vu Jacques Gaillard2, « si les premières pages offrent des phrases qui ressemblent furieusement à des phrases françaises, on en vient assez vite à des constructions plus “latines” […], et ensuite le texte finit par devenir… difficile ! »

Notes

1 Abbé Lhomond, De viris. Les grands hommes de Rome. Latin/français, traduit et présenté par J. Gaillard, Arles, 1995, p. 22.

2 Ibid., pp. 13-14.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search