Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Tite-Live et l’émergence de la science historique moderne

38. Une « étude critique et oratoire sur le génie de Tite Live » : les premières armes d’un historien positiviste

Nathalie Richard

Texte intégral

Hippolyte-Adolphe Taine (1828-1893)

Essai sur Tite Live

Paris : Hachette, 1904 (7e édition)

LILA12/11509

1Paru en 1856 chez l’éditeur parisien Louis Hachette, et réédité à de nombreuses reprises, l’Essai sur Tite Live est l’un des premiers ouvrages d’Hippolyte Taine (1828-1893). Son auteur devint par la suite l’une des figures intellectuelles les plus influentes de la seconde moitié du xixe siècle. Dans ses travaux de critique littéraire, d’esthétique (Philosophie de l’art, 1881), de psychologie théorique (De l’intelligence, 1870) et d’histoire (Les Origines de la France contemporaine, 1875-1893), il élabora une science globale de l’homme fondée sur l’établissement scientifique des faits et sur la détermination de leurs causes. Cette approche rationaliste, déterministe et synthétique de l’humain le fit classer, au côté d’Émile Littré et d’Ernest Renan, parmi les représentants français du positivisme. Elle influença profondément des philosophes, tel Nietzsche, de même que les fondateurs des sciences humaines et sociales modernes, Émile Durkheim pour la sociologie et Théodule Ribot pour la psychologie, par exemple. Elle fit aussi beaucoup pour accroître le prestige de la critique littéraire.

  • 1 La question posée figure au début de l’Essai sur Tite Live, p. I.

2L’Essai sur Tite Live est un écrit de circonstance. Pour des raisons politiques, Taine n’a pas obtenu la position universitaire à laquelle il aspirait dans la France du début du Second Empire. N’ayant pas de fortune familiale, il lui faut vivre de sa plume. Il collabore à plusieurs périodiques prestigieux, telle La Revue des deux mondes, et entreprend de se faire connaître. Le sujet proposé par l’Académie française pour son concours de 1854 lui en fournit l’occasion. Il est demandé aux candidats une « étude critique et oratoire sur le génie de Tite Live » dans laquelle il s’agira de faire connaître « dans quelles conditions de lumières et de liberté » il composa son œuvre, de « résumer les présomptions d’erreur et de vérité qu’on peut attacher à ses récits » et de « faire ressortir par des analyses, des exemples bien choisis et des fragments étendus de traductions, les principaux mérites et le grand caractère de sa narration, ses vues morales et politiques et son génie d’expression »1. Taine remporte le prix en 1855, à la suite de quoi il publie son essai, dont la page de titre (des premières éditions) signale qu’il a été « couronné par l’Académie française ». Toutefois, bien plus qu’il ne contribue à une meilleure connaissance de l’historien romain, cet ouvrage fournit à un auteur débutant l’occasion d’esquisser le projet intellectuel ambitieux qu’il développera par la suite.

  • 2 « L’homme, dit Spinoza, n’est pas dans la nature ‘comme un empire dans un empire, ’ mais comme une (...)

3Une courte préface met en effet l’accent sur le fait que Tite-Live n’est qu’un prétexte au déploiement d’une démarche critique que Taine qualifiera de « scientifique » ou de « positive ». S’ouvrant sur une citation de Spinoza2 – alors perçu comme une référence matérialiste – ces quelques lignes sont un manifeste déterministe. L’être humain y est comparé à un organisme vivant dont toutes les parties seraient interdépendantes et dont le développement serait conditionné par le milieu. Il est décrit comme un « système » ou un « automate spirituel », mu par une « faculté maîtresse ». L’objectif de la critique est d’isoler cette force génératrice, qui explique l’œuvre. C’est ce que Taine entreprend de démontrer dans son essai :

« Spinoza a-t-il raison ? Peut-on employer dans la critique des méthodes exactes ? Un talent sera-t-il exprimé par une formule ? Les facultés d’un homme, comme les organes d’une plante, dépendent-elles les unes des autres ? Sont-elles mesurées et produites par une loi unique ? […] Y a-t-il en nous une faculté maîtresse, dont l’action uniforme se communique différemment à nos différents rouages, et imprime à notre machine un système nécessaire de mouvements prévus ?

  • 3 Ibid., pp. VII-VIII.

J’essaye de répondre oui, et par un exemple3. »

4Analysant en premier lieu l’époque, la vie et l’œuvre de Tite-Live, Taine s’appuie sur une longue tradition qui a mis en exergue les discours compris dans l’Histoire romaine pour conclure que la « formule » de la faculté maîtresse est, pour cet auteur, « historien orateur ». Le reste du volume développe les conséquences de cette double qualité. Historien, Tite-Live l’est au sens où il s’efforce, avec les moyens dont on dispose alors, d’établir les faits de manière critique et de les organiser ; orateur, il l’est par son style et au sens où il met cette science du passé au service des passions politiques de son temps :

  • 4 Ibid., p. 2.

« Ses défauts et ses mérites viennent d’une qualité dominante, l’éloquence ; [il] a de l’orateur le don et le goût des développements, la suite et la clarté des idées, le talent d’expliquer, de prouver et de conclure, l’art d’éprouver et de remuer toutes les passions, de ne penser et de ne sentir qu’au profit de sa cause, de revêtir ses raisons du plus ample et du plus noble style, en homme qui tous les jours parle au peuple assemblé des grands intérêts de l’État.4 »

5Cet argumentaire, émaillé de comparaisons avec des auteurs modernes, autorise Taine à dresser de l’historien un portrait idéal :

  • 5 Ibid., pp. 357 et 360.

« Dans l’historien, il y a le critique qui vérifie les faits, l’érudit qui les recueille, le philosophe qui les explique ; mais tous les personnages restent cachés derrière le poète qui raconte […]. Les passions, étant les causes des événements, sont la substance même de l’histoire […]. Maintenant une peinture de passions, sans l’expression parfaite, est fausse ou froide. Pour être historien, il faut donc être un grand écrivain.5 »

6En définitive, l’Essai sur Tite Live est consacré à la définition de l’histoire comme synthèse de la science et de l’art. D’un côté, l’histoire est comparable aux sciences physiques, en ce qu’elle isole les faits, les compare, les classe et dévoile les lois générales qui les causent ; de l’autre, elle est un art, un savoir sur l’homme qui doit rendre perceptibles les passions humaines en empruntant ses procédés narratifs aux écrivains. L’œuvre de Tite-Live est évaluée de manière nuancée à l’aune de cette définition idéale que Taine réitérera dans de nombreux autres essais portant, par exemple, sur Jules Michelet et sur Thomas Babbington Macaulay.

7L’Essai sur Tite Live apparaît ainsi comme un laboratoire d’un projet intellectuel global qui en transcende l’objet autant que les circonstances de rédaction. Taine y esquisse sa définition d’une science positive de l’homme appelée histoire dont les méthodes sont comparables à celles du chimiste et du naturaliste. Analysant les faits afin d’en isoler les composants primaires, cette science vise à les rapporter à des causes de nature psychologique (les passions humaines), elles-mêmes conditionnées par le milieu – principalement le contexte social –, la race – l’ensemble des traits de caractère hérité du groupe – et le moment – entendu au sens physique de vitesse acquise, déclin ou progrès. Comme l’y invitait la question posée par l’Académie française, Taine réfléchit également à cette occasion au style propre d’une telle science. Il met l’accent sur la part artistique des récits dans lesquels elle se formule, la distinguant sur ce point des sciences expérimentales qui lui servent de modèle méthodologique.

Bibliographie

Orientation bibliographique

N. Richard, Hippolyte Taine. Histoire, psychologie, littérature, Paris, 2013.

H. Taine, Essai sur Tite Live. Présentation de J. Grondeux, Paris, 1994.

Notes

1 La question posée figure au début de l’Essai sur Tite Live, p. I.

2 « L’homme, dit Spinoza, n’est pas dans la nature ‘comme un empire dans un empire, ’ mais comme une partie dans un tout » (Essai sur Tite Live, p. VII).

3 Ibid., pp. VII-VIII.

4 Ibid., p. 2.

5 Ibid., pp. 357 et 360.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search