Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Maîtresse de vie et d’éloquence : l’utilité de l’histoire selon la pensée humaniste

36. Une Histoire romaine du Siècle des Lumières

Olivier Latteur

Texte intégral

Charles Rollin (1661-1741)

Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium

Paris : chez la Veuve Estienne, 1738-1748 (16 volumes)

sjz.6.253e.1-16

  • 1 Sur Charles Rollin, on pourra notamment consulter H. Ferté, Rollin : sa vie, ses œuvres et l’univer (...)
  • 2 C. Rollin, Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium, c’est-à-dire (...)

1Charles Rollin (1661-1741)1 est un intellectuel français principalement connu pour avoir publié un Traité de la manière d’étudier et d’enseigner les Belles-Lettres, parfois également intitulé Traité des études (1726-1728). Cet ouvrage consacré à la didactique est le fruit de l’expérience accumulée par son auteur en enseignant la rhétorique et l’éloquence, notamment à l’Université de Paris où il occupa les fonctions de professeur et de recteur. Cette publication rencontra un important succès et lui valut l’estime de Voltaire et de Montesquieu. Charles Rollin accordait une place particulièrement importante à l’histoire dans son enseignement, estimant qu’elle pouvait servir à l’édification morale de ses élèves. Il vante notamment les qualités des Romains : outre leur piété et leur amour de la patrie, il loue leur modération dans le gouvernement et la façon dont ils augmentèrent leur population par les naissances et par l’intégration des peuples conquis. Il souligne aussi l’importance de l’intervention divine dans l’ascension de Rome, Dieu ayant pour dessein qu’un puissant empire se constitue afin que sa parole puisse s’y répandre plus facilement2.

  • 3 Sur Crévier : H. Ferté, op. cit., pp. 42-44 et 375-377.

2Il n’est donc guère étonnant que Rollin ait également travaillé à la rédaction de travaux historiques – et notamment sur l’histoire de Rome – destinés à un large public. Il compose dans un premier temps, entre 1730 et 1738, une Histoire ancienne qui reçoit un bon accueil. Il publie ensuite, en seize volumes, une Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium (1738-1748) qui retient ici notre attention. Seuls les volumes 1 à 8 ont été rédigés par Rollin lui-même : celui-ci étant décédé, les volumes suivants (9-16) sont l’œuvre de l’un de ses disciples, M. Crévier, professeur de rhétorique à l’Université de Paris3.

  • 4 Ibid., p. 374.
  • 5 Ces cartes sont insérées dans les volumes 1, 3, 7, 8, 9 et 12.
  • 6 Jean-Baptiste-Bourguignon d’Anville (1697-1782) fut nommé géographe du roi dès l’âge de 22 ans. Trè (...)

3Les différents auteurs antiques ayant traité de l’histoire de la monarchie et de la République romaine (Denys d’Halicarnasse, Tite-Live, César, Plutarque, etc.) constituent les sources principales et sont référencés de manière précise dans les marges de l’ouvrage. Le témoignage de Tite-Live est celui auquel Rollin a le plus souvent recours4, ce qui s’explique notamment par le fait que les cadres chronologiques adoptés par les deux auteurs concordent parfaitement. La publication, sobrement présentée, est agrémentée par six cartes représentant l’Italie, la Gaule ou encore la Numidie5 : la plupart d’entre elles sont l’œuvre de Jean-Baptiste-Bourguignon d’Anville, l’un des géographes français les plus renommés du xviiie siècle6.

4Dans la préface du deuxième volume de son Histoire romaine, Charles Rollin livre une « Réflexion sur les harangues de Tite-Live », c’est-à-dire sur les discours que l’auteur latin place dans la bouche d’hommes politiques romains en certaines circonstances exceptionnelles. Ces passages comptaient parmi les pages les plus lues de Tite-Live depuis la Renaissance, comme l’attestent entre autres les recueils de discours d’historiens anciens, qui faisaient la part belle aux conciones du Padouan. Dans cette préface, Rollin répond aux reproches de certains de ses contemporains qui critiquaient son choix d’avoir intégré ces « harangues » au sein son ouvrage, jugeant leur longueur excessive :

  • 7 C. Rollin, op. cit., vol. 2, Paris, chez la veuve Estienne, 1739, pp. xix-xx.

« J’ai cru cette réflexion nécessaire, non seulement pour la défense de Tite-Live à qui l’on fait souvent un crime de ses harangues, mais aussi pour ma propre justification lorsque je les insère dans mon Histoire7. »

  • 8 Ibid., p. xviii.
  • 9 Ibid., pp. xvii-xviii (cf. Tite-Live, Histoire romaine, IV, 3-5 et V, 51-54). Il cite en outre la h (...)

5Rollin prête aux discours liviens un intérêt historique indéniable : les « harangues », qu’il compare aux discussions qui agitent à son époque « les Chambres Haute & Basse » dans le royaume britannique voisin, permettent en effet, selon lui, de comprendre les raisons qui ont conduit les Anciens à prendre des décisions qui se sont avérées capitales pour l’histoire romaine8. Rollin cite plusieurs exemples afin d’illustrer son propos, notamment le discours de Camille conduisant à la décision de reconstruire Rome plutôt que d’émigrer à Véies, suite au sac de la ville par les Gaulois dirigés par Brennus, ou encore celui du tribun de la plèbe Caius Canuleius visant à autoriser les mariages mixtes entre plébéiens et patriciens9.

Notes

1 Sur Charles Rollin, on pourra notamment consulter H. Ferté, Rollin : sa vie, ses œuvres et l’université de son temps, Paris, 1902, pp. 1-96 ; A. Brou, « Rollin », dans G. Grente (éd.), Dictionnaire des Lettres françaises. Le Dix-huitième siècle, t. 2, Paris, 1960, pp. 460-461 ; A. Genty, « Rollin (Charles) », dans F. Hoefer, Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. 42, Paris, 1863, col. 569-571.

2 C. Rollin, Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium, c’est-à-dire jusqu’à la fin de la République, vol. 1, Paris, chez la veuve Estienne, 1737, pp. vii-lxxxviii ; voir également C. Grell, Le Dix-huitième siècle et l’antiquité en France, t. 1, Oxford, 1995, pp. 23-24 et 40-42.

3 Sur Crévier : H. Ferté, op. cit., pp. 42-44 et 375-377.

4 Ibid., p. 374.

5 Ces cartes sont insérées dans les volumes 1, 3, 7, 8, 9 et 12.

6 Jean-Baptiste-Bourguignon d’Anville (1697-1782) fut nommé géographe du roi dès l’âge de 22 ans. Très apprécié de ses contemporains, il est l’auteur de 211 cartes et plans et de 78 ouvrages ou mémoires imprimés. M. Prévot, « Anville (Jean-Baptiste-Bourguignon d’) », dans M. Barroux, M. Prevost (éds), Dictionnaire de biographie française, t. 3, Paris, 1939, col. 84-86.

7 C. Rollin, op. cit., vol. 2, Paris, chez la veuve Estienne, 1739, pp. xix-xx.

8 Ibid., p. xviii.

9 Ibid., pp. xvii-xviii (cf. Tite-Live, Histoire romaine, IV, 3-5 et V, 51-54). Il cite en outre la harangue du tribun militaire à pouvoir consulaire Appius Claudius visant à obliger les soldats romains à hiverner lors du siège de Véies (ibid., V, 2-6).

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search