Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Maîtresse de vie et d’éloquence : l’utilité de l’histoire selon la pensée humaniste

35. Un professeur de Leyde défend Tite-Live contre ses détracteurs anciens et modernes

Lambert Isebaert

Texte intégral

Gerardus Joannes Vossius (1577-1649)

Gerardi Joannis Vossii Duo Tractatus Aurei, Vnus de historicis Latinis Alter de historicis Graecis

Francofurti ad Moenum : Sumptibus & Typis Wendelini Moewaldi, 1677

R17A1295

1Geert Jansz. Vos (« Gerardus Joannes Vossius »), né à Heidelberg en mars 1577 et mort à Amsterdam le 17 mars 1649, est un représentant emblématique de l’encyclopédisme érudit (polymatheia), caractéristique de l’humanisme tardif. Versé dans les différentes disciplines de la philosophie, de la grammaire, de la théologie et de l’histoire (profane aussi bien qu’ecclésiastique), il s’acquit une réputation et une autorité considérables dans toute la communauté savante de son temps. S’il ne fut pas un penseur original, il excella dans la critique des connaissances et l’élaboration de synthèses judicieuses et équilibrées.

2Après sa formation à Dordrecht et à Leyde, Vossius est nommé, en 1600, recteur de l’école latine de Dordrecht. De 1615 à 1619, il est régent au Collège des États à Leyde, où sont accueillis les étudiants boursiers qui se préparent au ministère de prédicateur. En 1622, il devient professeur à l’Université de Leyde, où il occupe la chaire d’éloquence et de chronologie (histoire générale) et, trois ans plus tard, également celle de philologie grecque. En 1629, il entreprend un voyage en Angleterre (Oxford, Cambridge et Canterbury), qui influencera durablement sa pensée. Deux ans plus tard, il est nommé professeur d’histoire à l’Athenaeum Illustre d’Amsterdam et prononce un discours inaugural intitulé De historiae utilitate (8 janvier 1632) ; il y restera actif jusqu’à la fin de sa vie.

3Les travaux historiques les plus marquants de Vossius datent de l’époque de son professorat à Leyde. En 1623, il publie un traité méthodologique Ars historica siue de historiae et historices natura historiaeque scribendae praeceptis, commentatio, qui offre en premier lieu une réflexion théorique sur l’enquête historique (historia) et l’art de l’écriture historique (historice), puis une foule de recommandations pratiques pour l’historien. Cet ouvrage se fonde sur une définition remarquable de l’histoire, qui n’est autre que la cognitio singularium quorum memoriam conseruari utile sit ad bene beateque uiuendum, la « connaissance des faits particuliers qu’il est précieux de garder en mémoire pour vivre dans la vertu et le bonheur ». Aux faits particuliers en question, Vossius attribue un rôle d’exempla, dans la mesure où ils doivent non seulement conduire, par induction, à l’établissement de lois universelles mais encore contribuer à diriger la vie morale des individus et à promouvoir la prudentia, la « sagesse pratique ».

4De cette conception de l’histoire découle la nécessité d’une étude exhaustive et critique des sources, qui seule peut garantir l’authenticité des faits exemplaires. Dans la même année 1623 paraît l’ouvrage De historicis Graecis, un lexique historiographique divisé en quatre livres, qui propose (dans l’ordre chronologique) des notices sur les historiens grecs des époques classique et byzantine. Ce travail fut accueilli très favorablement et son succès encouragea l’auteur à préparer un livre semblable pour couvrir cette fois-ci le monde latin.

5Ce second ouvrage, fruit de recherches scrupuleuses, sortira en 1627 avec pour titre De historicis Latinis ; divisé en trois livres, il aligne des notices fouillées sur plus de 1600 historiens latins, depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge. Plus encore que l’ouvrage consacré aux historiens grecs, cette somme d’érudition historiographique est un véritable guide critique de la recherche historique, qui n’est pas limité aux auteurs considérés comme importants, mais s’intéresse également aux auteurs dits « mineurs », voire à ceux dont il ne reste aucun écrit.

6La notice sur Tite-Live (pp. 92-98 de l’édition exposée) illustre parfaitement le but et la démarche de Vossius. L’auteur fait une mise au point critique sur plusieurs questions controversées, ainsi notamment le lieu exact où est né l’historien, la date de rédaction des livres ab Urbe condita ou, encore, l’authenticité douteuse de tel fragment attribué à Tite-Live. La majeure partie de ces pages porte toutefois sur la défense de l’écrivain padouan, qui fut, depuis l’Antiquité, la cible d’un certain nombre de détracteurs. En se réclamant de Sénèque et de Quintilien et rappelant le jugement fameux de ce dernier sur la « fécondité lactée », la lactea ubertas livienne, Vossius doit défendre d’abord le style de Tite-Live contre Asinius Pollion, qui regrettait la présence de traits dialectaux (patauinitas), et contre Juste Lipse, qui épingle ce qu’il appelle la négligence et la froideur de l’écriture livienne, ainsi que son caractère tautologique ; mais à cet égard, Vossius ne peut s’empêcher de vilipender le style de Lipse lui-même.

Portrait de Vossius issu de : Gudeman, Imagines philologorum [...].
Berlin - Leipzig, 1911

7À un commentateur qui reproche à Tite-Live d’avoir rapporté tant de prodiges et d’histoires surnaturelles, Vossius rétorque que, pour un païen, la superstition est préférable à l’athéisme.

8Mais c’est surtout l’objectivité et la fiabilité de Tite-Live que Vossius veut défendre contre les accusations de parti pris et de malhonnêteté attribuées par Suétone à l’empereur Caligula, et souvent répétées depuis lors – ainsi notamment par l’historien étruscophile Annius de Viterbe (1432-1502) et par le savant napolitain Lucio Giovanni Scoppa (mort vers 1543) :

Sed […] Titi Liui scripta et imagines paulum afuit quin ex omnibus bibliothecis amoueret, [quem] ut uerbosum in historia neglegentemque carpebat (Suétone, Caligula, 34).

« Mais [Caligula] était près d’enlever de toutes les bibliothèques les œuvres et les portraits de Tite-Live, qu’il critiquait pour sa verbosité dans l’histoire et sa négligence. »

9Par « négligence », dit Annius, il faut comprendre que Tite-Live a passé sous silence certains faits pourtant avérés ; par « verbosité », qu’il a avancé des faits sans apporter de preuves et sans s’appuyer sur des autorités :

Constat equidem illum non ignoratione scientiae, sed malignitate naturae in historia neglexisse dicenda et uerbose dixisse subticenda.

« Quant à moi, il est certain que ce n’est pas par incompétence, mais par la malveillance de son caractère qu’il a omis des faits qu’il fallait affirmer, et qu’il a affirmé gratuitement des faits qu’il fallait taire. »

10À tous les détracteurs qui mettent en cause la bonne foi de Tite-Live, Vossius oppose l’impertinence de leurs arguments et leur manque de critique vis-à-vis des sources sur lesquelles ils se fondent ; pour sa part, il avance des arguments positifs et se prévaut de jugements d’auteurs au-dessus de tout soupçon :

Quam enim Liuius ueritati studuerit, uel ex eo coniecturam capere possumus, quod in descriptione belli ciuilis ne Augusto quidem in tantum uoluerit gratificari, ut aliter res narraret quam factum sciret. Audiamus quae Cremutius Cordus apud Tacitum dicat Annalium lib. 4 [cap. 34] : Titus Liuius, eloquentiae ac fidei praeclarus imprimis, Cn. Pompeium tantis laudibus tulit ut Pompeianum eum Augustus appellaret ; neque id amicitiae eorum offecit. Scipionem, Afranium, hunc ipsum Cassium, hunc Brutum, nusquam latrones et parricidas, quae nunc uocabula imponuntur, saepe ut insignis uiros nominat.

« À quel point en effet Tite-Live eut le souci de la vérité, nous pouvons le conjecturer aussi à partir de ce fait : en décrivant la guerre civile, il n’a même pas cherché à plaire à Auguste en proposant un récit qui s’écarterait de sa connaissance des faits. Écoutons ce que dit Crémutius Cordus chez Tacite (Annales, IV, 34) : Tite-Live, célèbre entre tous par son éloquence et sa bonne foi, a couvert Pompée de tant d’éloges, qu’Auguste l’appelait un pompéien ; et cela n’a rien enlevé à leur amitié. Quant à Scipion, Afranius, Cassius lui-même et Brutus, il ne les a jamais traités de brigands et de parricides, noms qu’on leur donne aujourd’hui ; souvent même il les désigne comme des personnes remarquables. »

11Dans cette notice comme dans le reste de son œuvre, Vossius ne cache pas son admiration pour Tite-Live : plus qu’en Salluste ou d’autres historiens romains, il reconnaît en lui le pédagogue et le maître par excellence, ainsi qu’il le dit avec force dans un écrit important sur la formation intellectuelle de l’honnête homme :

Ante alios Liuius, qui praeterquam quod pure adeo et perspicue scribat quodque exempla ac praecepta adfert quae Dei prouidentiam doceant ac prudentiam augeant moralem ac ciuilem, etiam orationes habet in uario admodum argumento multum profuturas eloquentiae studioso (De studiorum ratione dissertatio gemina, dans Opera IV/4, p. 79).

« [Il faut aborder] Tite-Live avant tous les autres historiens : outre le fait qu’il écrit dans une langue tout à fait pure et claire et qu’il offre des exemples et des préceptes qui révèlent la providence divine et développent la vertu morale et sociale, il a également inséré des discours sur des thèmes extrêmement variés qui seront très utiles au futur orateur. »

Bibliographie

Orientation bibliographique

T. Liuii Patauini Historiarum ab Urbe condita libri qui supersunt omnes cum […] excerptis Petr. Nannii, Justi Lipsii, Fr. Modii, Jani Gruteri […] curante Arn. Drakenbosch, t. XV continens Varias dissertationes, dedicationes et praefationes. Pars prior, Stuttgart, 1827, pp. 1-5 : « Vita Titi Livii ex Gerardo Joh. Vossio de Historicis Latinis, Lib. I, Cap. XIX. »

C.S.M. Rademaker (ss.cc.), Leven en werk van Gerardus Joannes Vossius (1577-1649), Hilversum, 1999 (version remaniée de l’ouvrage du même auteur, Gerardus Joannes Vossius (1577-1649), Zwolle, 1967, qui avait été traduit en anglais : Life and Works of Gerardus Joannes Vossius (1577-1649), Assen, 1981).

G.A.C. vanderlem, C.S.M. Rademaker (ss.cc.), Inventory of the Correspondance of Gerardus Joannes Vossius (1577-1649) (Respublica Literaria Neerlandica, 7), Assen, 1993.

N. Wickenden, G.J. Vossius and the Humanist Concept of History (Respublica Literaria Neerlandica, 8), Assen, 1993.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search