Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Maîtresse de vie et d’éloquence : l’utilité de l’histoire selon la pensée humaniste

34. Les recueils de « harangues et discours » : apprendre l’éloquence chez les historiens anciens

Yann Berthelet

Texte intégral

Conciones sive orationes ex Graecis Latinísque historicis excerptae […]

[Genève] : Excudebat Henricus Stephanus, 1570

R16B0121

Conciones et orationes ex historicis Latinis excerptae […]

Amstelodami : Apud Ludovicum Elzevirium, 1652 (1653 au titre gravé)

SJZ.6.174G.22

  • 1 Sur cet ouvrage, voir M. V. Pérez Custodio, « Henri II Estienne’s Conciones siue orationes ex Graec (...)

1Ces deux florilèges d’historiens antiques sont à la fois étroitement liés l’un à l’autre et fort différents, dans leur contenu comme dans leurs destinataires. Le plus original et le plus complet est incontestablement celui publié par Henri II Estienne (Henricus Stephanus), imprimeur, philologue, helléniste et humaniste français né à Paris en 1528 et décédé à Lyon en 1598, membre de la célèbre dynastie de typographes des Estienne (il est le fils du grand Robert Estienne [1503-1559] et petit-fils d’Henri Ier Estienne [† 1520]). Lorsqu’il publie en 1570 ces « harangues ou discours extraits des historiens grecs et latins »1, Henri II Estienne, qui avait, comme son père, embrassé la foi protestante, vit depuis près de vingt ans en exil à Genève, l’ouvrage étant d’ailleurs dédié à Pompone de Bellièvre (Lyon, 1529 - Paris, 1607), alors ambassadeur du roi de France en Suisse. La position religieuse de son auteur vaudra au livre de figurer dans plusieurs éditions de l’Index librorum prohibitorum et expurgatorum de l’Inquisition espagnole au xviie siècle.

2Le recueil d’Estienne se singularise d’abord par une égale attention portée aux historiens grecs et aux historiens latins, alors que ses prédécesseurs s’étaient concentrés sur le seul Tite-Live, modèle d’éloquence par excellence. C’est ce qu’explique Estienne dans les premiers mots de la préface à Bellièvre :

Quum ego Titi Liuii conciones, ex omnibus, qui quidem ad tempora nostra peruenerunt, eius libris excerptas, & seorsum editas, nonnullis etiam uiris quorum iudiciu[m] maximi (ut par erat) facieba[m], summopere placere comperissem : magnam me ab iis aliísque quamplurimis gratiam initurum speraui, si, quod in uno unius linguae historico alii praestitissent, ipse in multis & penè uniuersis qui exta[n]t utriusque linguae historicis praestare[m].

« Comme j’avais appris que les discours de Tite-Live, extraits de tous ses livres, du moins de ceux qui sont parvenus jusqu’à notre époque, et publiés à part, plaisaient très fort à quelques-unes même des personnalités dont je faisais (comme il se devait) le plus grand cas, j’espérai me mettre dans les bonnes grâces de celles-ci et du plus grand nombre possible d’autres personnalités si, ce que d’autres avaient mis à disposition chez un seul historien d’une seule langue, je le mettais moi-même à disposition chez beaucoup et presque la totalité des historiens qui subsistent dans l’une et l’autre langues. »

3288 pages sont ainsi consacrées aux historiens grecs et 194 aux historiens latins, dont 119 pour le seul Tite-Live – auteur de référence dont le choix de discours est, comme dans le cas de Salluste, repris à des recueils antérieurs :

4Historiens grecs : Hérodote (pp. 3-47), Thucydide (pp. 48-136), Xénophon (pp. 137-248), Polybe (pp. 249-265), Arrien (pp. 266-274), Hérodien (pp. 275-288).

5Historiens latins : Salluste (pp. 1-21), Tite-Live (pp. 22-140), Tacite (pp. 141-159), Quinte-Curce (pp. 160-181), plusieurs auteurs (fictifs) de l’Histoire Auguste (pp. 182- 187), Ammien Marcellin (pp. 188-194).

6Les parties grecque et latine, dont les paginations sont autonomes, sont séparées par deux indices alphabétiques des personnages censés avoir prononcé les discours sélectionnés. Parmi les discours liviens, le lecteur retrouvera bien sûr tous les grands personnages, Romains ou adversaires de Rome, des débuts mythiques de l’Urbs comme de ses temps historiques : Horace, Publius Valerius Publicola, Mucius Scaevola, Coriolan, Caton, Scipion, Hannibal, Paul-Émile, Persée…

  • 2 Sur ce texte, voir J. Villalba Álvarez, « Prefaces in Anthologies of Contiones », dans J. C. Iglesi (...)

7Chacun de ces extraits est précédé d’une présentation, en latin, de la matière du discours (argumentum). Tous ces résumés, à l’exception de ceux des discours de Salluste et de Tite-Live, repris à des publications antérieures, sont rédigés par Iobus Veratius († 1571), qu’Henri II Estienne, dans l’adresse au lecteur qui suit la dédicace à Pompone de Bellièvre, présente en termes élogieux comme un doctissimus uir, et cum aliarum bonarum artium, tum uerò rhetorices peritissimus (« grand savant, versé entre autres bonnes disciplines dans celle de la rhétorique »). Dans une épître au lecteur2 qui suit celle d’Estienne, Veratius souligne combien l’éloquence est nécessaire à l’activité politique :

[…] quòd nec industria sola, ea maximè quae in publicis rebus gerendis uersatur, dicendi usu spoliata, satis munus suum tueri possit.

« […] parce que l’activité seule, surtout celle qui concerne la gestion des affaires publiques, ne peut, si elle est dépourvue de l’usage de la parole, assumer pleinement son rôle. »

8Or l’éloquence, poursuit-il, s’apprend plus aisément chez les historiens antiques que chez Démosthène et Cicéron, dont les discours sont moins concis :

Tableau issu de : Conciones sive orationes ex Graecis Latinísque historicis excerptae […]. Genève, 1570

[…] ut orationum copiosè dictarum habemus exempla uel apud Demosthenem, uel apud Ciceronem, ita huius artificii breuiter co[m]prehensi nobis exempla ex his orationibus pete[n]da sunt, quas Stephanus noster è laudatissimis historicis decerptas in corpus unum redegit.

« […] de même que nous possédons des exemples de discours abondamment développés tant chez Démosthène que chez Cicéron, l’expression brève de cet art, nous devons en chercher les exemples dans ces discours que notre cher Estienne a extraits des historiens les plus renommés et rassemblés en un seul volume. »

9Les extraits des historiens grecs sont quant à eux non seulement donnés en langue originale, mais aussi systématiquement traduits en latin – interpretationes latines qui ne sont pas, sauf exceptions, de la plume d’Henri II Estienne, mais reprises à des publications antérieures, comme celui-ci s’en explique dans son épître au lecteur : non tam quòd haec [sc. Latina interpretatio] in earum [sc. Graecarum concionum] plerisque mihi satisfaceret, quàm quod ad scribendam nouam non satis otii suppeteret (« non pas tant parce que [cette traduction latine] me donnait satisfaction pour la plupart de [ces discours grecs], que parce que le loisir me manquait pour en écrire une nouvelle »). Certaines traductions latines (de Thucydide et de Xénophon) sont dues à Iobus Veratius.

10Dans cette même épître, Estienne affirme avoir corrigé, lorsqu’il le jugeait nécessaire, le texte grec ou latin, en particulier pour les discours tirés de Polybe, d’Arrien et de Tite-Live. Pour les extraits d’historiens latins, ceux du Padouan en particulier, il déclare même avoir retenu la meilleure leçon possible :

Ad Latinas uerò conciones quod attinet, praesertímque Liuianas, ubi diuersae lectiones se obtulerunt, melior, uel optima (quantum quidem extemporali iudicio ualere potuimus) in contextum recepta fuit.

« En ce qui concerne les discours latins, principalement ceux de Tite-Live, lorsque différentes leçons se présentaient, c’est la meilleure possible (dans la mesure, certes, où notre jugement spontané a pu avoir de la valeur) qui fut intégrée au texte ».

11Afin de mettre en valeur la grande variété des genres oratoires présents chez les historiens – variété qui favorise, comme le note Iobus Veratius dans sa préface, l’apprentissage de l’éloquence –, l’ouvrage d’Estienne propose un classement des discours en fonction du genre de causes (délibératif, judiciaire ou démonstratif) et même du sous-genre dont ils relèvent – ainsi l’accusatio ou la defensio pour le genre judiciaire. Qualifié d’artificiosissimus (« fait dans les règles de l’art ») et d’utilissimus (« très utile »), cet index est clairement affiché comme une fierté de l’auteur, qui a cependant pu en trouver le modèle dans des recueils précédents, comme celui de Joachim Périon, Titi Liuii Patavini conciones, cum argumentis et annotationibus (Paris, 1532). Ce classement des discours établi sur la base des catégories de la rhétorique se retrouve aussi dans plusieurs éditions de Tite-Live contemporaines, ainsi dans celle publiée chez Antoine Vincent, à Lyon, en 1553 ou dans celle parue à Francfort en 1588.

  • 3 Voir M. V. Pérez Custodio, art. cité, p. 227.
  • 4 La BUMP possède aussi un exemplaire de l’édition de 1672, publiée par Daniel Elzevier, également à (...)

12L’objectif du florilège Conciones et orationes ex historicis Latinis excerptae publié à Amsterdam par la prolifique maison d’édition Elzevier – dont l’exposition présente aussi une édition de Tite-Live en trois volumes – est plus modeste3. À la différence de l’ambitieux ouvrage d’Henri II Estienne, qui ne connut qu’une seule édition, le recueil des Elzevier fut édité à de nombreuses reprises ; l’ouvrage exposé est l’édition de 1652, imprimée par Louis Elzevier4. Conçu comme un manuel de rhétorique à destination des écoles de Hollande et de Frise occidentale (opus recognitum recensitumque in usum Scholarum Hollandiae et Westfrisiae), cet élégant petit volume, présentant une belle page de faux titre gravée, ne contient que des extraits d’historiens latins : Salluste, Tacite, Quinte-Curce et bien sûr Tite-Live qui, avec 239 pages sur 407, se taille une fois de plus la part du lion. Un index final reprend la liste des discours retenus. Ceux-ci sont la plupart du temps repris au mot près, y compris pour les argumenta introductifs, aux recueils antérieurs de Périon et d’Estienne – la préface de Iobus Veratius à ce dernier recueil est d’ailleurs reproduite telle quelle (à quelques adaptations près) dans les éditions des Elzevier. Certains extraits ont cependant été ajoutés et d’autres retranchés, notamment plusieurs discours de la fin de l’œuvre de Tite-Live en raison de leur piètre qualité stylistique :

Quin et ipsius Liuii quasdam expunximus, quae in postremis libris erant, in quibus ita friget iacetque ille autor et penitus sibi dissimilis est, ut nihil minus quam Liuium agnoscas.

« Bien plus, nous en avons aussi retranché certains [sc. des discours] de Tite-Live lui-même, qui se trouvaient dans les derniers livres, où cet illustre auteur se traîne avec langueur et sans vie et est tout à fait dissemblable à lui-même, au point qu’on n’y reconnaît absolument pas Tite-Live. »

13Ainsi, l’historien de l’Ab Urbe condita fut certes un modèle d’éloquence incontournable mais l’on jugeait bon, toutefois, de le compléter par certains de ses collègues latins, plus rarement grecs. On allait, parfois, jusqu’à le censurer – mais seulement, il est vrai, lorsqu’on assurait qu’il n’était plus lui-même...

Notes

1 Sur cet ouvrage, voir M. V. Pérez Custodio, « Henri II Estienne’s Conciones siue orationes ex Graecis Latinisque historis excerptae », dans J. C. Iglesias-Zoido, V. Pineda (éds), Anthologies of Historiographical Speeches from Antiquity to Early Modern Times. Rearranging the Tesserae, Leyde, 2017, pp. 213-237.

2 Sur ce texte, voir J. Villalba Álvarez, « Prefaces in Anthologies of Contiones », dans J. C. Iglesias-Zoido, V. Pineda (éds), op. cit., pp. 173-193, partic. pp. 184-186.

3 Voir M. V. Pérez Custodio, art. cité, p. 227.

4 La BUMP possède aussi un exemplaire de l’édition de 1672, publiée par Daniel Elzevier, également à Amsterdam (R17A0005).

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search