Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Vers les éditions modernes : mises en page et formats du xviie siècle

32. L’Histoire romaine en poche

Cécile Arnould

Texte intégral

Tite-Live

Titi Livii Patavini Historiarum libri

Amsterdami : Apud Ioannem Ianssonium, 1635

SJZ.6.173G.23

1Le xviie siècle voit l’explosion non seulement du nombre d’ouvrages imprimés, mais aussi de livres adoptant de plus petits formats. Cette véritable révolution éditoriale ne s’est pas produite sans raison et a marqué son temps et toute l’histoire de l’objet-livre.

2Ces éditions – qu’on peut appeler « de poche » – se multiplient et s’adressent à une clientèle non seulement plus large, mais aussi différente. À l’image d’un monde qui s’ouvre et dont les atlas géographiques commencent à rendre compte, un marché du livre élargi se dessine. Il va sans dire que plusieurs imprimeurs-libraires s’efforceront de l’alimenter en proposant à la vente une production variée, à un format adapté et répondant aux nouvelles demandes du lectorat.

3Dès cette époque, chaque éditeur-libraire doit pouvoir proposer à sa clientèle les textes bibliques, des écrits contemporains et d’actualité, mais aussi des auteurs classiques. Au premier rang de ceux-ci, les historiens de Rome – dont César et Tite-Live, bien entendu – ne seront pas oubliés dans ces nouvelles pages. Ces ouvrages étaient destinés directement au client, en boutique ou par l’intermédiaire d’un catalogue. Plusieurs libraires ne manquent pas de fréquenter les foires, dont celle de Francfort, la plus réputée. Certains parviennent à créer des succursales dans d’autres centres urbains. Décidément, le livre n’est plus l’apanage d’un milieu académique ou religieux, ou encore d’un cercle de lettrés privilégiés gravitant autour d’un mécène protecteur et bibliophile.

  • 1 Martin 1969, p. 376.
  • 2 Ibid., p. 315.

4Mais le xviie siècle est aussi un siècle traversé par des guerres. Ces conflits, peu favorables au commerce, touchent directement le monde de l’édition, notamment en influant sur le prix du papier et de son transport. À titre d’illustration, la composition d’un gros in-folio de 1200 pages réclamait le travail d’un ouvrier à temps plein durant deux ans. Une année supplémentaire était nécessaire pour le tirage1. En réduisant le format d’un livre, ses éditeurs diminuaient de trois quarts les coûts liés à sa fabrication2. Afin d’amoindrir ces frais, plusieurs éditeurs hollandais vont se montrer inventifs et composeront de très belles éditions, à l’instar des Elzevier d’Amsterdam et des Blaeu de Leyde qui se spécialisèrent dans ce format novateur. Le succès fut immédiat, au point que plusieurs éditeurs français tentèrent, avec moins de bonheur, de les imiter, favorisant la diffusion et la postérité du format de poche.

5Si une concurrence existait entre les différentes maisons d’édition, la majorité des familles d’éditeurs étaient liées entre elles. Johannes Janssonius (1588-1664) avait épousé en premières noces Elisabeth Hondius, fille de graveur, et travailla en association avec son beau-frère. Durant les années 1630, ils publieront ensemble l’Atlas de Mercator, en l’augmentant de nombreuses nouvelles cartes. Aux générations suivantes, les alliances continuent, à l’exemple de la petite-fille de Janssonius qui épousera Abraham Elzevier.

  • 3 Catalogus librorum, exhibens supellectilem in omni facultate, arte, literaturâ, variisque linguis l (...)

6La production de Janssonius est bien connue grâce à l’édition de plusieurs catalogues3 reprenant les livres et les gravures qui étaient proposés à la vente à Amsterdam ou dans l’une des boutiques qu’il avait ouvertes à Francfort, Dantzig, Stockholm, Copenhague, Berlin, Königsberg, Genève et Lyon. Ces listes nous confirment la place importante des cartes, mais aussi des ouvrages religieux et des auteurs classiques dans son stock. L’histoire et, plus particulièrement, les descriptions géographiques et historiques de nos régions y sont aussi présentes, à l’exemple du volume Respublica Lutzenburgensis, Hanoniae, et Namurcensis (Amsterdam, 1634) qui collationne les textes de Jean Bertels (1544-1607), de Lodovico Guicciardini (1521-1589) et de J.-B. Gramaye (1579-1635).

7Dans l’édition in-16 du texte de Tite-Live qui est exposée, dès la page de titre, c’est le principe d’économie qui prévaut. Ainsi, l’intitulé est abrégé : Titi Liuii Patauini Historiarum libri – sa version complète (Titi Liuii Patauini historiarum ab Urbe condita) est lisible sur la première page de texte. Le titre occupe un cartouche central qui prend la forme d’une colonne entourée à gauche par un ange et à droite par une vestale. Au-dessus, une représentation de Rome, casquée et trônant au milieu d’attributs de victoire et de pouvoir. En bas, dans le piédestal soutenant la colonne, est suggéré un bas-relief sculpté de la louve nourrissant les jumeaux Romulus et Rémus. Au milieu de la colonne, une belle place est réservée à la marque de l’éditeur : une sphère armillaire. Cet instrument de mesure astronomique ne manque pas d’évoquer l’activité de Janssonius dans le domaine de l’édition géographique.

8L’œuvre de Tite-Live n’est accompagnée d’aucune préface. Nous n’apprenons donc rien sur l’établissement du texte latin. Celui-ci, dénué de tout commentaire, est composé en caractères romains et disposé en deux colonnes sur les 1052 pages que compte le volume. Au début de chaque livre, un court résumé (breuiarium) est imprimé en italique – il s’agit des épitomés attribués à L. Florus. À partir du livre XXV (p. 458), pour gagner de la place, l’interligne des breuiaria est resserré et les caractères sont plus petits.

9Ainsi, ce petit volume de 12,5 cm de haut, et d’à peine 7 cm de large, éclaire un moment particulier de l’histoire du livre, en plus de procurer l’ensemble du texte livien en moins de 6 cm d’épaisseur. Une véritable prouesse !

Bibliographie

Orientation bibliographique

Y. Johannot, Quand le livre devient poche : une sémiologie du livre au format de poche, Grenoble, 1978.

H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, 1969.

Notes

1 Martin 1969, p. 376.

2 Ibid., p. 315.

3 Catalogus librorum, exhibens supellectilem in omni facultate, arte, literaturâ, variisque linguis locupletissimam. quae venalis extat in officina Joannis Janssonii, bibliopolae Amstelodamensis, Amsterdam, 1640.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search