Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Vers les éditions modernes : mises en page et formats du xviie siècle

31. La division en chapitres, œuvre d’un philologue d’Heidelberg

Lambert Isebaert

Texte intégral

Tite-Live

Titi Livii Patavini historicorum Romanorum principis, Libri omnes superstites, recogniti et emendati ad manuscriptorum Codicum Fuldensium, Moguntinensium et Coloniensium fidem, à Francisco Modio, nunc etiam comparati cum membranis Bibliothecae Palatinae Electoralis, melioresq[ue] facti curâ tertiâ Iani Gruteri […]

Francofurti ad Moenum : Excusi typis Guolphgangi Hofmanni, Impensis Haeredum Iacobi Fischeri p.m., 1628

SJC.6.186B.2

1La page de titre de l’ouvrage exposé unit les noms de deux humanistes natifs des anciens Pays-Bas, Franciscus Modius (1556-1597) et Janus Gruterus (1560-1627), amis l’un et l’autre de Juste Lipse, et qui ont partagé la même passion pour les antiquités romaines, en particulier pour la recherche et la conservation de manuscrits anciens. Modius avait publié en 1588 une édition complète de l’œuvre de Tite-Live, dont un exemplaire est également exposé. C’est sur la base de ce travail que Gruterus réalisa sa propre édition.

2Jan de Gruytere ou « Janus Gruterus », né le 3 décembre 1560 à Anvers, passe toute sa jeunesse à Norwich, en Angleterre, où sa famille s’était réfugiée à cause des guerres de religion. En 1577, il étudie le droit à Cambridge et, à partir de 1578, poursuit sa formation à Leyde, où il est l’élève d’Hugues Doneau (en droit) et de Juste Lipse (en histoire romaine). Promu docteur en droit en 1584, il rentre à Anvers mais, à cause du siège de la ville, il doit s’éloigner des Pays-Bas ; des voyages d’étude le mèneront en Allemagne, en France, en Italie et en Suisse. Au cours de ces pérégrinations, il est chargé d’un cours d’histoire à l’Université de Rostock (1586-1588).

3En 1590-1592, Gruterus se voit attribuer la chaire d’histoire à l’Université de Wittemberg, où il s’était rendu à l’invitation du comte Christian Ier de Saxe, Électeur palatin.

4En 1592, répondant à l’appel du Prince Électeur François IV, il est nommé « professor historiarum » à l’Université Palatine (Heidelberg). Dix ans plus tard, en 1602, il devient préfet de la Bibliothèque Palatine, où il trouvera un terrain extrêmement propice à ses travaux philologiques, historiques et littéraires. Mais en 1622, les troupes de Jean comte de Tilly ravagent le Palatinat et prennent la ville de Heidelberg ; Gruterus doit se réfugier à Bretten (Bade-Wurtemberg), chez son gendre, puis à Tübingen. Une grande partie des collections de livres et de manuscrits de la Bibliothèque Palatine est confisquée par le légat du pape, Leone Allacci, et emportée au Vatican comme butin de guerre ; quant à la bibliothèque privée de Gruterus (y compris ses documents personnels), qu’il croyait avoir mise à l’abri dans la Bibliothèque Palatine, elle fut en grande partie dispersée. En 1625, revenant à Heidelberg, Gruterus retrouve sa maison saccagée et pillée.

5Janus Gruterus est mort, le 10 ou le 20 septembre 1627, à Bierhelder Hof (près de Heidelberg), où il s’était retiré, malade et épuisé, quelques jours à peine après avoir mis la dernière main à la troisième édition des œuvres complètes de Tite-Live. Il laissa une œuvre de premier plan, dans plusieurs domaines du savoir : poésie latine, histoire et antiquités romaines, éditions critiques d’auteurs anciens.

6Gruterus a grandement mérité de la poésie néolatine, tant par ses créations personnelles (cinq livres d’élégies latines, publiés sous le nom de Pericula et Pericula Secunda à Heidelberg, en 1587 et 1590) que par la compilation de quatre anthologies de poètes latins d’Italie de France, d’Allemagne et des Pays-Bas (Delitiae […] poetarum huius superiorisque aeui illustrium, Francfort, parues entre 1608 et 1614 et réunissant 600 œuvres au total).

7En 1602, Gruterus fait paraître à Heidelberg un recueil d’inscriptions latines et grecques, intitulé Inscriptiones antiquae totius orbis Romani, composé avec l’aide et sous les auspices de Joseph-Juste Scaliger et de Marc Velser ; durant plus de deux siècles, cet ouvrage restera la référence des recherches en épigraphie, jusqu’à la parution du Corpus Inscriptionum Graecarum (Aug. Boeckh, 1825) et du Corpus Inscriptionum Latinarum (Th. Mommsen, 1853).

8Mais le nom de Janus Gruterus reste avant tout attaché aux travaux de critique textuelle, inaugurés en 1591 par la publication des Suspicionum libri IX […] in quibus uaria scriptorum loca, praecipue uero Plauti, Apuleii et Senecae philosophi emendandi inlustrandi conatus (Wittemberg, 1591). Pendant trois décennies, l’auteur procurera un grand nombre d’éditions d’auteurs classiques (notamment Stace, Martial, Sénèque, Velleius Paterculus, Florus, Salluste, Pline le Jeune, Cicéron, Plaute), en bénéficiant considérablement de son accès privilégié aux manuscrits et livres rares. Dans ces travaux, l’œuvre de Tite-Live occupe une place de choix, vu qu’elle a donné lieu à trois éditions successives en l’espace de vingt ans :

91° 1608 : T. Liuii Historicum Romanorum principis, Libri omnes superstites recogniti et emendati ad manuscriptorum codicum Fuldensium, Moguntinensium et Coloniensium fidem a Francisco Modio nunc uero etiam ad membranas Bibliothecae Palatinae a Iano Grutero. Accedunt obseruationes, emendationes, annotationes uariae uariorum… Francoforti ad Moenum, ex typographeo Joannis Saurii impensis heredum Petri Fischeri, 1608. — On notera, aux pp. 420-488, la reprise des annotations d’éditions antérieures : « Francisci Modii Brugensis in Titum Liuium Notae, partim ab eo scriptae, partim ex Lipsii, Brissonii, etc. eruditissimis ingenii monumentis exscriptae. »

102° 1619 : Titi Liuii Patauini Historicorum Romanorum principis, Libri omnes superstites post aliorum omnium emendationes nunc praeterea castigati ad fidem uetustissimorum manu exaratorum codicum Bibliothecae Palatinae a Iano Grutero. Accessit index rerum et uerborum copiosissimus. Editio secunda et melior. Francoforti, e typographeo Nic. Hoffmanni, sumptibus haeredum Jac. Fischeri, 1619.

113° L’édition de 1628 est précisément l’ouvrage exposé : dans la tradition des éditions humanistes, elle offre en amont du texte livien une longue série de chapitres connexes, notamment une liste de témoignages d’auteurs anciens sur Tite-Live, un tableau des harangues et des discours, un exposé sur les poids, mesures et monnaies chez les Grecs et les Romains, des descriptifs sur les antiquités romaines et la topographie de la Ville éternelle ainsi que l’épitomé de Tite-Live par Florus. — L’édition proprement dite (T. Liuii libri omnes superstites), qui comporte 623 pages numérotées à part, propose le texte en deux colonnes, en faisant apparaître en caractères italiques les discours (qu’ils soient en style direct ou indirect). Les livres sont numérotés non par décades, comme dans la tradition humaniste, mais de façon continue, selon l’usage encore en vigueur aujourd’hui. — Vient ensuite une nouvelle série de chapitres complémentaires concernant les livres manquants (pp. 624-645), un fragment de texte édité en 1616 par Caspar Lusignanus Venetus (pp. 646-651) et la chronologie de l’œuvre livienne par Carlo Sigonio (pp. 652-656).

12Cette troisième édition est la seule où Gruterus propose un commentaire personnel sur l’œuvre livienne, intitulé « Notae maxima parte Politicae » et qui s’étend sur 69 pages numérotées à part. Il s’agit d’un commentaire analytique linéaire, portant tantôt sur l’établissement du texte et le choix des leçons (« notae criticae »), tantôt sur l’exégèse proprement dite (« notae politicae »), avec des considérations psychologiques et morales appuyées sur le témoignage d’auteurs anciens. À titre d’exemples, nous reproduisons des extraits de trois notices de la page 3 (relatives à la Préface de Tite-Live) :

« Ab exiguis profecta initiis] Sic est : non urbium modo imperiorumque, sed omnium ubique rerum principia parua sunt. Videsis Liuium lib. 7, cap. 2 p[rincipio]. De Roma hac, sic cecinit Claudianus, lib. 3 Stiliconis, v. 139 : […] paruaque a sede profecta, | dispersit cum Sole manus […]. »

  • 1 Tite-Live, Histoire romaine, Préface, 4 : « […] après un début fort modeste (ab exiguis profecta in (...)

« Partie de débuts modestes]1 Cela est vrai : les débuts, non seulement des villes et des empires mais de toutes les choses partout, sont humbles. Veuillez voir Tite-Live, livre VII, chap. 2, au début. Sur cette Rome, voici ce que dit le poète Claudien, Sur le consulat de Stilicon, livre III, v. 139-140 : partie d’un humble berceau, [Rome] a disséminé ses troupes suivant la marche du soleil. »

« Aequo animo] Ita loquitur tanquam mentium omnium interpres. Sed ei non inepte forsan responderetur illud Antigonae ad Creontem e Sophocle v. 515 : His omnibus hoc placere dici posset, nisi linguam clauderet metus. Sed tyrannis, cum aliis in rebus beata est, tum quia licet ei dicere et facere quae uult. Quod ipsum quoque sicut apud Senecam Atreus Thyestes v. 204 : Maximum hoc regni bonum est quod facta domini cogitur populus sui quam ferre tam laudare. Cui uere reponit Seruus : Quos cogit metus laudare, eosdem reddit inimicos metus. At qui fauoris gloriam ueri petit, animo magis quam uoce laudari uolet. […] »

  • 2 Tite-Live, Histoire romaine, Préface, 7 : « […] la gloire militaire de Rome est assez grande pour q (...)

« Avec résignation]2 Tite-Live parle ici comme s’il était l’interprète de la pensée de tous. Mais non sans raison, on pourrait lui rétorquer cette parole d’Antigone adressée à Créon (Sophocle, Antigone, v. 515) : Tous ceux-ci diraient que j’ai bien fait, si la crainte ne fermait leur bouche ; mais si la tyrannie est bénie en toutes choses, c’est avant tout parce qu’elle peut dire et faire ce qu’elle veut. On trouve la même idée chez Sénèque (Thyeste, v. 2014), qui fait dire à Atrée : Le plus grand avantage de la royauté, c’est que le peuple est forcé non seulement de souffrir mais encore de louer les actions de son maître. À quoi le serviteur a raison de répliquer : Ceux que la crainte pousse à la louange, elle en fait aussi des ennemis. Mais celui qui recherche la gloire d’une faveur véritable, souhaitera plus la louange du cœur que la louange de la langue. […] »

« Velut desidentes] Aliae editiones dissidentes et pro eo pugnat Robortellus. Frustra, nam et alterum extat in Palat. 12 et ms. Theod. Morelli. Propugnatque ipsa ratio, quae respicit ad uulgatum illud : Nemo fit malus repente uel bonus ; mora est opus. […] »

  • 3 Ibid., 9 : « Puis, avec le relâchement insensible de la discipline, on suivra par la pensée d’abord (...)

« [La moralité] qui pour ainsi dire se relâchait]3 Les autres éditions donnent dissidentes (‘s’écartait’) et c’est la leçon défendue par Francesco Robortello. En vain, car l’autre leçon se trouve dans le Palatinus 12 et dans le manuscrit de Th. Morelli. D’autre part, la raison elle-même est de notre côté, qui prend en considération cette parole répandue : Personne ne devient bon ou mauvais d’un seul coup ; il faut du temps pour cela. […] »

13La préface à l’édition de 1628 est également digne d’intérêt. Après avoir rappelé les malheurs qui se sont abattus sur François Modius au moment où celui-ci préparait son édition de Tite-Live, Gruterus se plaint lui aussi des coups du sort à son égard : le naufrage de sa bibliothèque qui l’empêche de rédiger des notes de commentaire plus étendues, la faiblesse de sa vue et son état de santé général, et surtout l’assassinat de son secrétaire par trois soldats français, alors qu’il acheminait à Heidelberg une cargaison de livres.

14Néanmoins, pour satisfaire aux instances de sa maison d’édition qui depuis plusieurs années annonce à la foire du livre de Francfort son ouvrage sur Tite-Live, il se résout à publier le livre en l’état, même avec des notes peu développées : Et alioquin nec primus sum, nec ultimus ero qui discesserit relicto post se opere imperfecto (« De toute façon, je ne suis pas le premier ni le dernier à s’en aller en laissant derrière lui une œuvre inachevée »). Ce n’est pas pour autant que le livre manquera d’atouts : à la fin de sa préface, Gruterus est fier de rappeler qu’il est à l’origine de la subdivision de l’œuvre livienne en paragraphes numérotés, ce qui, espère-t-il, rendra la recherche et la consultation nettement plus efficaces. Son espoir ne sera pas déçu : nos éditions modernes, par exemple celle de la Collection des Universités de France, ont conservé telle quelle cette division en chapitres. Elles sont à cet égard les héritières directes du travail de Gruterus. Le philologue d’Heidelberg avait ainsi accompli son idéal de vie :

Nihil enim mihi tota uita magis fuit in uotis quam prodesse literis et literatis ; nedum ut ab eo more recedam iam moriturus, etc. Deproperabam animo ac corpore aeger, fine Augusti mensis, MDCXXVII. Heidelbergae.

« Car de toute ma vie je n’ai aspiré qu’à être utile aux lettres et aux gens de lettres, et ce n’est pas au moment de mourir que j’abandonnerai ce principe. Malade de corps et d’esprit, j’ai fait diligence. À Heidelberg, à la fin du mois d’août 1627. »

Bibliographie

Orientation bibliographique

T. Liuii Patauini Historiarum ab Urbe condita libri qui supersunt omnes cum […] excerptis Petr. Nannii, Justi Lipsii, Fr. Modii, Jani Gruteri […] curante Arn. Drakenbosch, t. XV continens Varias dissertationes, dedicationes et praefationes. Pars prior, Stuttgart, 1827. Voir pp. LXXX-LXXXIV sur les travaux de Ianus Gruterus ; pp. 569-573 : « Praefatio editionis Gruterianae anni 1628 » (« Praefatio ad Lectorem »).

C. Heesakkers, M. de Schepper, J. De Landtsheer, « Janus Gruterus (1560-1627). Biografica en relatie met Lipsius », dans J. De Landtsheer, D. Sacré, C. Coppens (éds), Justus Lipsius (1547-1606). Een geleerde en zijn Europese netwerk (Supplementa Humanistica Lovaniensia, 21), Louvain, 2006, pp. 404-409 (biographie de Janus Gruterus et ses rapports avec Juste Lipse).

W. Kühlmann, V. Hartmann, S. El Kholi (éds), Die deutschen Humanisten. Dokumente zur Überlieferung der antiken und mittelalterlichen Literatur in der Frühen Neuzeit. Abt. I : Die Kurpfalz. Band I, 1-2. Marquard Freher – Janus Gruter (Europa Humanistica : Die deutschen Humanisten), Turnhout, 2005.

Notes

1 Tite-Live, Histoire romaine, Préface, 4 : « […] après un début fort modeste (ab exiguis profecta initiis), l’État romain s’est accru au point de plier aujourd’hui sous sa propre grandeur. » Ce passage et ceux des notes suivantes sont cités dans la traduction de G. Baillet (Collection des Universités de France), Paris, 1940.

2 Tite-Live, Histoire romaine, Préface, 7 : « […] la gloire militaire de Rome est assez grande pour que, quand elle attribue sa naissance et celle de son fondateur au dieu Mars de préférence à tout autre, le genre humain accepte cette prétention sans difficulté (aequo animo), tout comme il accepte son autorité. »

3 Ibid., 9 : « Puis, avec le relâchement insensible de la discipline, on suivra par la pensée d’abord une sorte de fléchissement des mœurs (uelut desidentis primo mores), puis un affaissement progressif […]. » L’établissement du texte de ce passage pose encore problème aux philologues modernes, comme l’atteste l’apparat critique de l’édition de la CUF.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search