Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Vers les éditions modernes : mises en page et formats du xviie siècle

30. Le texte et (presque) rien que le texte

Michiel Verweij

Texte intégral

Tite-Live

Titi Livii Patavini, Romanae historiae principis libri omnes, quotquot ad nostram aetatem pervenerunt, iuxta varias doctorum virorum emendationes, et veterum et recentium exemplarium collatione summa fide ac diligentia recogniti, & ad publicam utilitatem denuò editi […]

Aureliae Allobrogum : Excudebat Petrus de la Roviere, 1609

R17B0178

1Cette édition genevoise parue chez Petrus de la Rovière (« Petrus Quercetanus », actif entre 1599 et 1623) présente le texte de Tite-Live sans commentaire, mais précédé et suivi de quelques textes préliminaires et supplémentaires. Parmi ceux-ci figure un résumé des mesures et poids romains. Le dernier livre survivant est suivi des épitomés attribués ici – mais erronément, comme dans d’autres éditions – à Lucius Florus, historien du IIe siècle apr. J.-C. (pp. 513-527). La page 529 est une deuxième page de titre qui annonce la Chronologia in Titi Liuii Historiam basée sur les Tabulae Capitolinae (dont la rédaction finale est attribuée à Verrius Flaccus) et illustrée par des annotations qui montrent les variations dans les noms des consuls chez les différents auteurs. Verrius Flaccus, un affranchi de l’époque d’Auguste, était précepteur des petits-fils adoptifs du premier princeps, Gaius et Lucius, et publia plusieurs ouvrages dont seuls des fragments nous sont parvenus, notamment le De uerborum significatu. Le terme Tabulae Capitolinae désigne en fait les Fasti consulares, découverts en 1546- 1547 sur le Forum Romain et publiés en 1557 par Onofrio Panvinio (1530-1568), qui contiennent une liste des consuls romains établie au début du principat. Les fragments sont toujours conservés dans la salle de la louve au Palazzo dei Conservatori au Capitole à Rome.

2La Chonologia est précédée d’une lettre de dédicace par Ioachimus Grellius à Leonmannus Schiller de Herdern (Thurgovie, Suisse), assesseur à la Chambre impériale à Spire, datée du 1er novembre 1568. Cette lettre nous révèle le vrai état des choses. En fait, le livre imprimé par Pierre de la Rovière est une réédition du texte de Tite-Live publié par le même Grellius à Francfort en 1568 (avec la Chronologia) et même déjà en 1552 (pour le texte seul). Comme souvent à cette époque, une édition est simplement reprise par d’autres imprimeurs : la notion de copyright n’existait pas et le terme « plagiat » avait un autre sens qu’actuellement. Les éditions pirates abondaient…

3La Chronologia est suivie par plusieurs autres textes avant qu’un index ne conclue le volume. Parmi ces textes, on retrouve un traité d’Andrea Alciati (1492-1550) sur les magistrats romains (pp. 581-583) et le De regionibus urbis Romae libellus de P. Victor (pp. 584-586 ; une liste des constructions importantes ou remarquables ordonnée suivant les régions augustéennes), ainsi qu’une autre liste, Romae descriptio ex notitia utriusque imperii (pp. 587- 588). Le supplément le plus intéressant est, sans doute, la dissertation de Francesco Robortello (1516-1567), De conuenientia supputationis Liuianae qui compare Tite-Live avec les Fasti consulares du Capitole (pp. 575-580). Ainsi, il semble que l’éditeur ait concentré son attention sur la table chronologique et la discussion autour des Fasti consulares qui venaient d’être découverts, sans reprendre la tradition des commentaires humanistes dans sa totalité. Ceci fait de la version de Grellius, réimprimée par de la Rovière, un exemple d’un second type d’édition humaniste, dépourvue d’une surabondance de commentaires, qui offre un texte plus sobre, enrichi par quelques instruments de travail. Ces outils sont, eux aussi, plus « scientifiques » et systématiques et doivent moins à la tradition millénaire des commentaires.

4D’un point de vue matériel, le lecteur est frappé par l’existence d’une deuxième page de titre (p. 529), après laquelle la pagination continue sans interruption. (Par contre, comme d’habitude, les textes préliminaires et l’index ont leurs propres signatures et – éventuellement – pagination.) La Chronologia qui est annoncée déjà à la première page de titre est traitée en texte indépendant. En fait, cet état de choses permettait au lecteur de pourvoir les textes de deux reliures différentes, une pour chaque partie. Ainsi, il pouvait plus facilement consulter la Chronologia pendant sa lecture du texte de Tite-Live. Par contre, un lecteur qui ne voulait leur consacrer qu’une seule reliure ne voyait pas interrompue la numérotation du volume (avec les conséquences éventuelles moins pratiques pour l’index). Une autre caractéristique est le système de référence aux livres distincts. Si l’usage actuel (qu’on trouve aussi dans l’édition parisienne de Michael Sonnius de 1573 et dans celle parue à Francfort en 1588) consiste en une numérotation continue des livres, l’édition de Genève, par contre, compte les décades et les livres au sein de celles-ci : Decad. V liber I, « le premier livre de la cinquième décade ».

5Le titre assure que l’édition a été faite sur la base des émendations des plus grands érudits et après une collation des exemplaires anciens et récents, mais on ne trouve nulle part une explication de la méthode philologique suivie. Au contraire, le premier texte introductif, par Simon Grynaeus, parle de l’utilité de lire les historiens. En fait, la formule utilisée dans le titre ne nous apprend pas grand-chose sur l’édition de Genève de 1609 : elle se trouvait déjà sur la page de titre de l’édition de Grellius de 1552 et a été copiée littéralement, elle aussi. La pratique suivie pour préparer une édition doit beaucoup aux connaissances philologiques des humanistes éditeurs. Sans faire une recension plus ou moins systématique – comme c’est l’habitude depuis le début du xixe siècle – on donnait le texte trouvé dans un manuscrit, éventuellement comparé avec les leçons de quelques autres codices qui se trouvaient pratiquement sous les yeux, mais surtout complété sur la base d’autres éditions et corrigé par les éditeurs eux-mêmes.

6Le texte, sur deux colonnes, a été rendu plus accessible par l’addition des lettres A - G au milieu. Celles-ci réapparaissent dans l’index où les références sont structurées comme suit : page, colonne, lettre (par ex. « Saturni aedes 181.1.a »), ce qui permet de retrouver le sujet en question très rapidement.

7Comparée à l’édition parue chez Sonnius, qui donnait une impression plus encyclopédique dans la mesure où une plus grande quantité de commentaires était insérée dans le texte, l’édition de Genève est beaucoup plus sobre : le texte et presque rien que le texte. De même, la partie explicative est aussi plus restreinte et se limite à la seule Chronologia avec ses suppléments. En fait, la partie finale tourne autour des Fasti consulares, discutés d’une façon scientifique, auxquels deux listes topographiques ont été ajoutées. De cette façon, l’édition de Genève a son propre caractère érudit sans une pléthore de commentaires, tels que les affectionnaient les éditions humanistes et les incunables. Peu à peu, la science de l’Antiquité change. Au lieu d’un commentaire courant comme l’avaient préféré les humanistes, on ajoute au texte des instruments d’un caractère plus factuel, destinés à être consultés en complément au texte et eux-mêmes sujet d’une discussion scientifique.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search