Version classiqueVersion mobile

Tite-Live, une histoire de livre

 | 
Pierre Assenmaker

Tite-Live dans le Grand Siècle

27. Une « belle infidèle » habillée à la hâte

Michel Brix

Texte intégral

Tite-Live

Les Décades de Tite-Live

A Amsterdam : Chez André de Hoogenhuysen, 1722 (8 volumes)

SJZ.6.175F.1-8

1Les huit élégants petits volumes présentés dans cette notice composent l’édition d’une traduction française de l’Ab Urbe condita, sobrement intitulée Les Décades de Tite-Live et imprimée à Amsterdam en 1722 chez André de Hoogenhuysen. L’éditeur a cherché à conférer un certain prestige à l’ouvrage : la gravure de la page de faux-titre présente une scène allégorique regroupant la déesse Roma victorieuse, le dieu Tibre et la louve allaitant les jumeaux, tandis que la page qui se trouve en regard du début du livre I est ornée d’une effigie de Tite-Live (voir ci-dessus p. 17), dont le front haut et le nez proéminent ne sont pas sans rappeler le portrait « officiel » de Padoue reproduit dans d’autres éditions. Cette représentation n’est toutefois pas d’une grande qualité artistique (et on n’insistera pas non plus sur l’exécution franchement maladroite de la première gravure). Les pages de titre des huit volumes indiquent que la présente version française est due à Pierre Du Ryer (1605-1658). La première édition de cet ouvrage avait paru en 1653, en deux volumes, et était dédiée à Christine de Suède, « la Reine des Sciences ». Outre le texte de Tite-Live, les volumes de 1653 contenaient la traduction des suppléments de l’érudit allemand Johannes Freinshemius [Johann Freinsheim] pour la deuxième décade – on les retrouve, dûment identifiés, dans le tome III de l’édition amstellodamoise : le traducteur attire l’attention, dans l’« Avis au lecteur », sur cette innovation éditoriale, qui anticipe l’intégration complète de la version latine originale des Suppléments dans l’édition de Tite-Live « à l’usage du Dauphin ».

2Né en 1605, Pierre Du Ryer est presque l’exact contemporain de Pierre Corneille, lequel vit le jour l’année suivante. Du Ryer fit ses études au Collège de Clermont et devint en 1626 le secrétaire du duc de Vendôme, fils légitimé d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées. Peu après, Du Ryer entama une double carrière d’auteur dramatique et de traducteur. À la scène, il est notamment l’auteur de nombreuses tragédies et tragi-comédies, parmi lesquelles figurent un Saül (1642) – première tragédie classique à sujet religieux, représentée quelques mois avant Polyeucte –, ainsi qu’une Esther (1644) et une Bérénice (1645), dont Jean Racine se souviendra. Écrivain impécunieux, Du Ryer se mit aussi à la solde des libraires-éditeurs-imprimeurs parisiens, à qui il fournit – sur leur demande – des traductions d’auteurs grecs et latins. Ainsi, pour le libraire Antoine de Sommaville, il rédigea des versions françaises de Cicéron, de Sénèque, d’Ovide, d’Hérodote, de Salvien… et de Tite-Live. Après la publication de ce dernier ouvrage, Du Ryer passa dans « l’écurie » du libraire Augustin Courbé, sous l’enseigne duquel il donna des versions de Quinte-Curce et de Polybe.

3Pierre Du Ryer était devenu en 1646 membre de l’Académie française, avant Corneille (pour entrer dans l’illustre compagnie, Du Ryer avait dû se détacher de César de Vendôme, qui était l’ennemi de Richelieu). On note que la traduction était un aspect important de l’activité des premiers académiciens – en particulier les traductions des écrivains grecs et latins (un des préceptes de l’esthétique classique en train de s’établir recommandait d’« imiter les Anciens »). Les modèles de ces versions étaient proposés à l’époque par celles que l’on devait à la plume de Nicolas Perrot d’Ablancourt (1606- 1664), qui privilégiait l’imitation « créatrice » (i. e. celle qui ne vise pas à copier les paroles, mais prétend imiter la conception, le dessein, du texte de départ) et pour lequel a été créée l’expression de « belle infidèle » : plutôt que de traduire littéralement, Perrot s’efforçait de transposer les beautés du texte original, de leur trouver des équivalents en français, de rendre les auteurs anciens tels qu’ils auraient écrit s’ils avaient vécu au xviie siècle, bref de les « habiller à la mode française ».

  • 1 Lettre publiée en 1690 dans le recueil d’Antoine Furetière, Essais de lettres familières sur toutes (...)

4Du Ryer admirait le génie de Perrot d’Ablancourt, mais ne peut être comparé à ce dernier : poursuivi par le besoin, Du Ryer traduisait avec hâte et précipitation, et se contentait souvent de remanier ou de démarquer des traductions existantes. Il l’a d’ailleurs explicitement admis lui-même, dans une lettre adressée à un érudit non nommé qui, pour lui plaire, avait fait en 1648 l’éloge de sa version des Epistres de Sénèque1 :

« Quoi ! vous louez ma traduction de Seneque. À d’autres ! Vous ne m’y rattraperez pas. Sçachez, Monsieur, que je l’ai faite en six mois, et qu’il faudroit six ans pour la faire comme il faut. Ma traduction est une traduction de [Michel de Marolles, abbé de] Villeloin. La seule différence qu’il y a entre luy et moy, c’est qu’il croit faire bien et ne sçauroit faire mieux ; mais pour moy, je connois mes fautes et pourrois faire mieux.

Oui, j’ai cette vanité de croire que je pourrois être d’Ablancourt ou Vaugelas, et je suis devenu Marolles. Ô fortune, fortune ! »

Notes

1 Lettre publiée en 1690 dans le recueil d’Antoine Furetière, Essais de lettres familières sur toutes sortes de sujets, p. 16 ; dans cette lettre, Du Ryer évoque Michel De Marolles, abbé de Villeloin (figure emblématique, à l’époque, du traducteur-compilateur médiocre), ainsi que l’illustre grammairien Claude Favre de Vaugelas, dont le rôle fut insigne dans la fondation de la langue française classique.

© Presses universitaires de Namur, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search