Version classiqueVersion mobile

Cultures villageoises au Moyen Âge et à l’époque moderne

 | 
Frédéric Boutoulle
, 
Stéphane Gomis

Partie 1. Scolarisation et diffusion du savoir

La culture de l’écrit dans la société rurale normande (xive-xve siècle)

Isabelle Bretthauer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parmi les différents aspects couverts par la notion de « culture », la culture de l’écrit est celle qui a connu le plus de développements dans l’historiographie depuis le début du XXIe siècle1, entendue au sens le plus large, proche du sens de l’anglais « literacy », comprenant à la fois la capacité à lire et à écrire jusqu’à la mise en contact des populations les plus humbles avec tout objet portant un écrit (document mais aussi affiche ou objet du quotidien). La réévaluation de la place de l’écrit dans la société médiévale est au cœur de nombreuses études2 mais le poids de l’écrit dans les sociétés rurales reste finalement un peu à l’écart des travaux, faute de sources3. C’est cette culture de l’écrit au sein de la société rurale normande de la fin du Moyen Âge que cet article souhaite éclairer.

Ma réflexion est issue de la lecture comparée de deux enquêtes, celle de Corinne Parmentier sur les usages du livre chez les paysans normands des environs de Vimoutiers à l’Époque moderne e...

© Presses universitaires du Midi, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search