Version classiqueVersion mobile

Cultures temporaires et féodalité

 | 
Roland Viader
, 
Christine Rendu

Les cultures temporaires en Cerdagne à l’Époque moderne

Sources, rythmes, dynamiques

Marc Conesa

Texte intégral

  • 1 Les aménagements et les pratiques agricoles de la montagne cerdane ont été l’objet de recherches in (...)

1L’objectif de cette enquête est d’analyser les cultures temporaires du xvie au xviiie siècle à travers les sources qui les renseignent, les rythmes qui les distinguent et les dynamiques qui les transforment. L’étude s’est limitée à quelques finages de Cerdagne. Cette région de la montagne méditerranéenne est située sur la bordure orientale de la chaîne pyrénéenne. Elle est formée d’une plaine située en moyenne à 1 000 m d’altitude, ceinturée de massifs culminant à près de 3 000 m. L’économie est agropastorale. Les finages sont composés d’une aire d’agriculture régulière en plaine et d’une mosaïque de cultures et de pacages sur les versants (jusqu’à 2 000 m environ). Aujourd’hui, l’agriculture sur ces zones d’altitude n’existe plus qu’à l’état de traces et d’indices archéologiques1. Une séparation des activités s’est opérée au terme d’un processus généralisé en Europe de fermeture des communaux à l’agriculture et à la partie la plus pauvre de la population. En Cerdagne comme ailleurs, l’étude des cultures temporaires permet d’observer une autre structuration sociale des espaces agraires et de leurs dynamiques, en adoptant une approche globale qui ne soit pas seulement technique, économique ou foncière. En effet, la documentation incite à considérer les cultures temporaires comme un « fait social total », tant les différentes institutions se préoccupent directement ou indirectement de cette forme de mise en valeur des terres qui interroge leur fonctionnement, leurs revenus et leurs stratégies. Si aucune source ne suffit à en saisir la complexité, tous les types de documents sont nécessaires et leur analyse constitue un impératif préalable avant d’envisager la caractérisation des cultures temporaires dans un régime agraire en pleine mutation.

Les sources

  • 2 A.D. Pyrénées-Orientales : recensement de 1694 et de 1775 : 1C1418, 1C2046-2047, 2076-2097 ; enquêt (...)
  • 3 Cette enquête permet de mesurer de fortes variations entre les terroirs de plaine (minimum à Hix : (...)
  • 4 Le chiffre est tiré de l’analyse statistique des recensements agraires de 1694, 1730 et 1775. Il co (...)

2La documentation fiscale sur les espaces agricoles est tardive. La Cerdagne est une terre frontière. Au traité des Pyrénées (1659), une partie du territoire est concédée au royaume de France. L’administration royale se met lentement en place. La demi-douzaine d’enquêtes et de recensements agraires (1694, 1725, 1730, 1773 et 1775)2 participe de la connaissance et de la fiscalisation de cette région. Les cultures temporaires sur les communs sont ignorées. Pratiquées hors du régime de la propriété d’un contribuable particulier, elles ne peuvent être imposées. Rien ne justifie donc qu’elles figurent dans la documentation fiscale. L’intérêt de ce type de sources est de brosser un tableau général de la population, des propriétés et des ressources. La Cerdagne est caractérisée par des montagnes couvrant les deux-tiers des superficies des communautés3, tandis que les exploitations agricoles, cultivant le seigle de manière quasi-exclusive, demeurent de faible taille (environ 3 ha)4. Malgré cette exiguïté, la population de la Cerdagne double à l’Époque moderne.

  • 5 Par exemple le subdélégué Poeydavant affirme en 1778 que « tout ce qui était défrichable l’a été et (...)

3La documentation fiscale livre ainsi à l’état brut tous les ingrédients d’une aporie apparente : une forte croissance démographique dans un paysage de propriétés lilliputiennes que surplombent de vastes communaux. L’équation ne se résout qu’en se penchant sur une agriculture partie à la conquête des versants, ce que les recensements fiscaux taisent, mais que les mémoires des administrateurs mentionnent parfois pour condamner le mouvement5.

  • 6 Les hermes et les vacants sont placés sous la juridiction du seigneur haut justicier, ce qui n’empê (...)
  • 7 Par exemple : A.D. Pyrénées-Orientales, 1B414, Manuale Curie X, fol. 31 v. (1494) ; 1B343, Manuale (...)

4Les registres seigneuriaux ne permettent pas non plus de saisir directement les cultures temporaires. Celles-ci ne constituent pas une catégorie juridique sui generis du droit féodal. Mais dès lors qu’elles sont une pratique agraire dépendant des modalités d’accès, d’usage et d’appropriation des vacants sous juridiction seigneuriale6, ces sources deviennent indispensables. Une série de procès et d’arbitrages royaux de la fin du xve siècle et du début du xvie siècle inaugure d’abord un changement lourd de conséquences sur le long terme. En quelques années, les vacants s’ouvrent à tous les habitants d’une seigneurie7. La décision favorise l’éclosion de nouvelles cellules d’exploitation censées augmenter la rente seigneuriale. La mise en culture temporaire de la montagne hors du régime de la tenure explique que les terriers n’en gardent aucune trace. Elle ne figure dans les terriers, appelés capbreus, que lorsque le tenancier reconnaît la terre au seigneur, paie une censive annuelle et d’éventuels droits de mutation, bref lorsque la parcelle est fixée juridiquement dans son patrimoine. Dans ce cas, l’entrée dans les registres est un terminus ante quem qui révèle brutalement des cultures qui cessent d’être temporaires.

  • 8 La propriété est d’abord une question de sources : ici, la terre est possédée dans la seigneurie lo (...)

5Les cultures temporaires sont donc éclairées de manière périphérique par la seigneurie et la monarchie. Le silence des sources à leur propos semble assourdissant, mais révèle in fine la logique profonde du système cultural. Les groupes domestiques ont tout intérêt à cultiver ce qu’ils ne possèdent pas8. Ainsi, le cultivateur ne paye ni l’impôt, ni les redevances. Ce régime cultural est à la fois possible si l’on considère l’étendue des communs qui occupent en moyenne 66 % des finages, et impératif compte tenu de la taille réduite des exploitations (moins de 3 ha) d’une part, et de la forte augmentation de la population durant l’Époque moderne d’autre part. Pour autant, les indices indirects apportés par la documentation fiscale et seigneuriale laissent beaucoup de zones d’ombres qui se dissipent en changeant de documentation.

  • 9 A.D. Pyrénées orientales, Gp149, voir : M. Conesa, « Des dîmes, des terres et des hommes. La dîme e (...)
  • 10 On dîme dans cette région à 7 et à 8, soit 13.3 % du produit agricole brut.

6Un troisième type de sources ouvre une fenêtre d’observation directe sur les cultures temporaires. Il a été l’objet d’une étude détaillée lors du colloque de Flaran sur la dîme9. On ne reviendra dessus que pour résumer ses apports. Ce document est une comptabilité décimale formée de 47 cahiers de comptes rédigés entre la fin du xviie et la fin du xviiie siècle. Le prélèvement de la dîme s’effectue, au moment des moissons, dans les champs du dimaire d’Ur. Le document détaille parcelle par parcelle, la production agricole exprimée en gerbes et le montant de la dîme, levée en nature au profit du curé (environ 7 % de la production agricole brute) et du seigneur (environ 6 %)10. Les données dépouillées portent sur 13 026 relevés de productions.

  • 11 Ces terres réputées nouvellement cultivées bénéficient d’un prélèvement décimal réduit à 10 % qui é (...)
  • 12 Compte tenu des centaines d’items, on ne les citera pas tous ; au hasard de deux cahiers, « la Buig (...)
  • 13 Les exemples abondent aujourd’hui dans la bibliographie et il faut rendre hommage pour cela au trav (...)
  • 14 23 années sont respectivement documentées de part et d’autre de 1760. Cette année correspond, par a (...)

7Sur cette base, la source permet d’abord de caractériser un espace agraire complexe et mouvant. Le dimaire d’Ur se trouve à cheval entre deux États (France et Espagne), sept terroirs, trois paroisses et compte annuellement entre 211 et 377 champs cultivés localisés entre 1 000 m et 1 800 m d’altitude. Deux types de terres sont distingués : les champs situés dans la plaine à environ 1 000 m d’altitude, et les récoltes prises sur les communs entre 1 200 et 1 800 m d’altitude. Celles-ci sont mentionnées comme novales11 et comme buigas ou bohigas12. Ces termes désignent une agriculture itinérante sur brûlis et à cycle long : une à deux récoltes sont suivies d’une longue période de friche13. Le nombre de ces champs temporaires est variable : 26 sont dénombrés en 1732, mais 99 sont identifiés en 1775. Globalement, deux phases se dessinent assez clairement de part et d’autre de 176014 : l’augmentation à l’échelle de tout le terroir du nombre de parcelles cultivées (+ 20 %) est soutenue par la très forte croissance du nombre de novales (+ 75 %). Celles-ci constituent plus du quart des parcelles mises en culture chaque année après 1760, contre 18 % dans la période précédente. Autrement dit, dans ce terroir, entre un champ sur quatre et un champ sur cinq est une culture temporaire.

  • 15 Et cela d’autant moins que la source ne renseigne pas les modalités de prise de terre et de partage (...)

8Cette dilatation de l’espace agraire permet un accroissement des récoltes de l’ordre de 10 %. Ces gains de production sont le fait de ceux qui cultivent temporairement la montagne, et les grandes exploitations comme les petites maisons, les familles bien connues comme les anonymes s’y retrouvent. La comptabilité décimale permet ainsi de dépasser les présupposés d’une montagne exclusivement cultivée par les pauvres, ou au contraire entièrement confisquée par les riches, pour rendre compte d’une réalité nuancée dans laquelle les oppositions sociales ne constituent pas toujours une grille de lecture pertinente15. En revanche, la question des cycles culturaux et la gestion des complémentarités entre cultures temporaires et régulières constituent des clefs de compréhension de cet espace agraire complexe et à géométrie variable.

Les rythmes

9La caractérisation des cycles culturaux est nécessaire à la définition du régime agraire. Dans le schéma « classique » d’un assolement biennal, le nombre de terres mises en culture chaque année devrait être identique : celles qui ne sont pas moissonnées la première année, le sont la deuxième année. La comptabilité décimale d’Ur permet de mesurer la distance entre le modèle et les pratiques en analysant les différents cycles de mise en culture.

10L’héritage del Castell d’Ur constitue une entrée en matière qui a le mérite de la clarté. Cette exploitation, de taille moyenne, est composée d’un stock de 49 parcelles répertoriées entre 1735 et 1775. Dans le cadre théorique d’un assolement biennal, cet héritage devrait cultiver chaque année 25 parcelles. Dans la réalité, il n’utilise en moyenne que 6,5 terres par an, soit quatre fois moins. De plus, le nombre de parcelles mobilisées varie fortement. Il oscille entre trois en 1748 et douze en 1754. Sur l’ensemble du stock de terres, la moyenne d’utilisation des parcelles est d’une récolte tous les quatorze ans ; moins de 5 % des parcelles sont cultivées selon un rythme biennal, 40 % portent une récolte dans un intervalle de deux à dix ans, et 55 % des terres sont exploitées moins d’une fois par décennie.

  • 16 Ce délai nécessaire à la reconstitution de la couverture végétale est lié à la faible production de (...)

11À l’échelle de tout le dimaire, les hiatus documentaires et l’ambiguïté des dénominations des parcelles et des personnes sont trop importants pour procéder à un suivi longitudinal aussi serré. Une série continue apparaît néanmoins entre 1738 et 1742. 53 novales sont mises en culture la première année, 85 % ont disparu du radar documentaire en 1740. Elles ne semblent pas réapparaître pendant les quarante années qui suivent. Le temps de friche est donc long (40 ans), voire très long (c’est-à-dire hors de la fenêtre d’observation documentée), ce qui laisse supposer une combustion de la végétation jusqu’aux racines avant la première, et souvent la dernière, mise en culture16. Les champs de la plaine ont un rythme plus régulier, mais qui n’est pas pour autant biennal. Sur 226 parcelles cultivées en 1738, un tiers n’est cultivé qu’une fois, un autre tiers est exploité un an sur deux, le dernier tiers est dans un rythme plus resserré (trois années sur cinq).

12Globalement, deux éléments sont donc à retenir : certaines parcelles sont de véritables météorites culturales : elles apparaissent, elles produisent, elles disparaissent de la documentation. Elles donnent toute la mesure du caractère itinérant de cette agriculture, mais d’autres sont soigneusement cultivées tous les deux ans, formant la colonne vertébrale d’une agriculture sédentaire. Mais ces deux types d’agriculture sont comme les deux faces d’une médaille, elles ne peuvent pas être considérées sans l’apport des autres.

  • 17 Le même phénomène touche les cultures régulières, tout en étant moins prononcé (environ 25 %). De p (...)

13Les rythmes et les cycles ne prennent sens qu’en examinant la production agricole. Si celle-ci suit, globalement, le nombre des parcelles cultivées, la règle n’est pas systématique. En effet, et en reprenant l’exemple commode de l’heretat del castell, peu de parcelles exploitées peuvent donner d’abondantes récoltes, comme en 1758 et en 1769 (fig. 1). L’inverse se vérifie aussi. À production égale, le nombre de terres cultivées peut varier du simple au double. Ainsi, environ 2300 gerbes sont récoltées en 1733 et en 1743. Mais dans un cas neuf parcelles sont exploitées, et quatre dans l’autre. C’est dire toute la plasticité de ce système de production. Cet effet ciseaux est lié à la gestion différenciée des ressources foncières. Une bohiga donne un grand coup de fouet à la production, mais seulement pour une récolte, rarement plus. Au-delà, la terre s’épuise, les rendements s’effondrent de plus de la moitié lorsque deux récoltes se succèdent17.

  • 18 La définition de la jachère doit être précisée ; contrairement à une idée reçue, ce n’est pas la fr (...)

14Mais ce seul écobuage peut maintenir la production pendant que les autres terres sont mises en friche ou en jachère18. Le rapport entre le nombre de cultures temporaires et le nombre de cultures régulières peut donc varier fortement : dans l’heretat del castell, en 1761, comme en 1748, la moitié des parcelles cultivées est formée de terres régulières ; l’autre moitié est constituée de cultures temporaires. Mais en 1735, les premières dominent largement les secondes (6/2), tandis qu’en 1734, c’est le contraire (2/6). La production repose ainsi sur les complémentarités entre les différents types de terres, en fonction de la connaissance de l’état des parcelles et du nombre de récoltes qu’elles ont portées. Les paysans gèrent donc plusieurs cycles différents, en répartissant la force de travail et la fumure entre les deux types de cultures. Le système agraire est à la fois extensif, il est capable de s’étendre d’un coup sur davantage d’espace, et intensif : une même parcelle peut être l’objet de tous les soins pour s’assurer de bonnes récoltes répétées, en particulier sur les parcelles proches des exploitations pour lesquelles les améliorations sont capitalisées.

  • 19 Ester Boserup a calculé qu’il fallait 230 hommes par jour et par hectare pour défricher entièrement (...)

15Au contraire, si les cultures temporaires nécessitent bien du travail pour la préparation du champ (délimiter le champ, surveiller le brûlis, piétiner les cendres etc.), celui-ci ne peut être capitalisé, puisque le sol est abandonné après une ou deux récoltes. De plus, approprier ces terres dans la durée serait aller à l’encontre de leurs avantages (des rendements élevés au regard du coût de production) pour les faire entrer dans un régime cultural où les fumures seraient indispensables en quantité, où la houe ne suffirait plus, où, pour résumer, le paysan ne pourrait se passer de l’araire et de sa vache. Le défrichement de la terre sur les vacants devrait alors être complet pour enlever les souches d’arbres et les rochers, de même que seraient nécessaires la construction de terrasses de pierres sèches pour éviter le glissement du sol agricole d’une part, et le creusement de structures de drainages pour empêcher les eaux stagnantes d’autre part. Or il faut dix fois plus de temps de travail pour défricher une terre que pour la préparer temporairement pour une récolte19.

  • 20 Voir l’étude de A. Chayanov, L’organisation de l’économie paysanne, 1925, trad. fr., Paris, 1990, 3 (...)

16Pour autant, ces pratiques agraires ne sont pas étanches. Certaines cultures temporaires deviennent « régulières », notamment parce qu’établies au milieu des pacages, elles supposent des protections contre les troupeaux, des terrassements contre la pente et des possibilités de fumure. Les aménagements vont d’un extrême, trois sillons concentriques autour de la terre cultivée pour signifier sa mise en défens, à l’autre, sous la forme de véritables enceintes de pierres sèches délimitant de grandes terrasses. Ces marques témoignent des différents degrés d’appropriation et d’utilisation : certaines terres cultivées de manière très éphémère sont recouvertes par la friche en quelques années, d’autres, exploitées de manière plus régulière (ce qui ne veut pas dire biennale) apparaissent comme des îlots cultivés dans un océan de pacages, alternant courtes récoltes et longs cycles de friche entrecoupés de mise en herbage. Ce spectre ouvert de possibilités multiples donne une grande souplesse au système productif, fondé sur l’accès aux vacants. Il permet de répondre rapidement aux effets de la conjoncture démographique et familiale. Cultures temporaires et cycles familiaux doivent aussi être appréhendés de manière concomitante20. Davantage de bouches à nourrir, un crédit à rembourser, une vache à acheter, une fille à doter, voilà autant de défis à relever pour une cellule domestique. Les prises de terre sur les vacants permettent d’adapter la surface cultivée à la taille du ménage, et non l’inverse, comme elles sont un moyen de franchir certaines difficultés conjoncturelles sans avoir recours à la dette ou au marché foncier.

  • 21 Ce cas de figure ne semble pas spécifique à la Cerdagne. En Ariège, Patrice Poujade souligne la tai (...)

17Les plus petits exploitants sont davantage dépendants des cultures temporaires. Ils sont d’ailleurs les principaux acteurs, mais pas les seuls, de l’augmentation du nombre de novales dans la seconde moitié du xviiie siècle, puisque les deux tiers des nouvelles cultures sont réalisés en dehors des grandes et moyennes propriétés. Les revenus de ces habitants reposent en partie sur l’utilisation agricole des terres qu’ils ne possèdent pas et dont le nombre est inversement proportionnel à la taille des exploitations21. De facto, la structure foncière élaborée à partir de la documentation décimale est moins inégale que dans les sources fiscales et seigneuriales.

18Cette pression des humbles, mais pas seulement, sur les vacants ne tient-elle pas au manque de terres dans la plaine ? Et n’est-elle pas menacée par les restrictions et les limitations de l’accès aux communs qui s’accumulent lorsque le système agraire paraît atteindre ses limites ? En effet, l’augmentation de la population, que l’ouverture des versants a favorisée, accroît les besoins en céréales. Le temps de la friche ne doit-il pas se réduire pour assurer la subsistance de tous ? Le besoin en bétail ne devient-il pas alors indispensable pour amender le sol ? Enfin, la fiscalité ne joue-t-elle pas un rôle central dans la dénonciation de ce système productif par les élites rurales ? En effet, seules les terres possédées sont imposées. Mais l’impôt est estimé à l’échelle de toute la communauté, incultes compris. Les grandes maisons ne cherchent-elles pas, dès lors, à se réserver les vacants pour leur seul usage ?

Les dynamiques

19Trois dynamiques participent d’une marginalisation croissante des cultures temporaires jusqu’à leur disparition, et permettent de saisir la mécanique d’un changement global de l’organisation sociale et économique.

  • 22 Le motif de la vente est pécuniaire : la famille des seigneurs est largement endettée pour plusieur (...)
  • 23 Arxiu Comarcal de Cerdanya (Puigcerdà), désormais : acce, capbreu d’Enveig, fol. 1 r. ; fol. 3 v. l (...)
  • 24 a.c.c e., capbreu d’Enveig, fol. 3.
  • 25 a.p.d.p., Acte du 2 janvier 1539.

20La première concerne la fixation des cultures temporaires dans les patrimoines familiaux. Elle peut apparaître brutalement dans la documentation ou se manifester dans la longue durée. Dans la montagne d’Enveig par exemple, un capbreu de 1622, rédigé à la veille de la vente de la seigneurie par la Dona Casilda de Paguera y Guilla à François de Pastors22, procède d’un seul coup à la reconnaissance des cultures taillées sur les vacants. Le capbreu est même raturé et biffé à l’excès, ce qui témoigne d’une rédaction hâtive à la suite de négociations tardives. Bohigas23, artigas, et des champs explicitement pris dans les hermes, comme ce « campum qui olim erat hermus et per me noviter extractus » défilent dans le document24. Le pouvoir seigneurial y trouve évidemment son intérêt : une dîme augmentée, des censives et des droits de mutations supplémentaires et surtout le remboursement d’une dette de 2 000 livres contractée par la famille seigneuriale auprès de la communauté du lieu25. Mais ces prélèvements sont acceptés sans coup férir par des propriétaires qui y puisent la confirmation de leurs droits sur des terres tenant les passages de la montagne. En dépit des apparences, le capbreu renforce ainsi la position dominante de ces maisons au détriment des autres parties prenantes, dont le nouveau seigneur qui découvre, à son arrivée, une situation contraire à ses intérêts.

  • 26 A.D. Pyrénées orientales, 7J34-36, 3E56/418-419, 3E56/13-17.
  • 27 Artigues : terres défrichées ; cortals : structures bâties en altitude (1600 m. en moyenne) et les (...)
  • 28 Ceci est particulièrement le cas à Estavar, dont les vacants s’étendent sur environ 300 ha et ne so (...)
  • 29 Les criées (règlements de police rurale) abondent et éclairent cette dynamique de fermeture, voir M (...)

21À l’inverse, la série de sept terriers d’Estavar éclaire le caractère très progressif de la fixation des cultures temporaires dans le patrimoine des maisons26. Les artigues, les boigas ou les terres des cortals sont lentement intégrées dans les déclarations des tenanciers27. Le mouvement est timide au xvie siècle, avec une dizaine d’hectares, il s’accélère ensuite puisque 15 à 20 ha pris sur les communs sont reconnus à chaque capbreu du xviie siècle. Cette dynamique de fixation s’épuise progressivement au xviiie siècle : en 1741, 6 ha sont encore déclarés dans les communs, mais plus rien en 1782. Cette érosion du mouvement de fixation est la conséquence d’un monde plein, approprié et cultivé jusque dans ses moindres recoins28 ; c’est aussi l’effet des restrictions pesant au xviiie siècle sur les espaces collectifs, imposant un accès aux espaces collectifs au prorata des terres possédées et réservant les vacants aux troupeaux devenus indispensables pour fumer les terres cultivées29.

  • 30 L’analyse repose sur l’exploitation de la série 2C (contrôle des actes) et sur les sept terriers d’ (...)
  • 31 On ne développera pas ici les caractéristiques de ce marché foncier, voir M. Conesa, D’herbe, de te (...)
  • 32 L’idée est démontrée par F. Boudjaaba, Des paysans attachés à la terre ?…, p. 473-476.
  • 33 Selon le contrôle des actes (A.D. Pyrénées orientales, 2C947-2C959, 321 actes), les habitants brass (...)

22Ces restrictions accélèrent un changement social visible dans la transformation de la structure foncière. Tant que les vacants peuvent être cultivés, ils constituent une variable d’ajustement liée à la taille des ménages, pour prendre ou laisser des terres. Le recul des cultures temporaires, parce qu’elles sont fixées dans les patrimoines des particuliers ou qu’elles sont proscrites par les criées, change la donne. Les familles doivent désormais vendre ou acheter des terres au lieu de les prendre ou de les rendre aux espaces collectifs30. Mais la position des acteurs sur le marché foncier n’est pas équitable31. Les petites exploitations (moins de 2,5 ha) sont plus dépendantes du marché. En effet, elles sont constituées à plus 40 % de biens qu’elles ont dû acheter à un moment donné de leur cycle familial. Cette proportion témoigne avant tout de leur faible marge de capitalisation : ce qui est acheté quand le ménage s’agrandit (les naissances impliquent d’agrandir l’exploitation), devra être vendu lorsqu’il se rétracte, pour payer la dot d’une fille à marier ou la légitime d’un cadet à placer. L’échange de terres est intégré de manière structurelle dans la logique de reproduction de ces maisons. Mais ces petites maisons s’exposent ainsi aux effets de conjoncture : elles peuvent être contraintes de vendre à bas prix ou d’acheter lorsqu’ils sont élevés. Au contraire, plus l’exploitation est grande et plus la dépendance au marché foncier est faible. Le stock de terres disponibles permet d’attendre le bon moment pour intervenir. Ces exploitations tirent clairement leur pouvoir de leur capacité à dépasser la contrainte du cycle de vie32 et leur position se renforce considérablement durant l’Époque moderne. Elles achètent 15 % des superficies mises en vente au xvie siècle, 40 % au xviie siècle et 60 % au xviiie siècle. Mais au lieu de les remettre en jeu, elles les conservent. Leur patrimoine s’épaissit, tandis que celui des petites exploitations s’amoindrit. Cette logique de capitalisation des terres disponibles a pour effet l’augmentation des prix : ils doublent entre 1721 et 179033, rendant impossible l’accès à la ressource foncière pour nombre de ménages.

23L’inégalité foncière s’accélère donc à mesure que les possibilités de faire des cultures temporaires reculent. À Estavar, les petits propriétaires constituaient 40 % des effectifs en 1568, mais près de 75 % en 1782. La base de la structure foncière s’est considérablement élargie tandis que le sommet s’est enrichi : les grandes maisons (plus de 10 ha) détenaient la moitié des terres cultivées au xvie siècle, et plus des deux tiers à la fin du xviiie siècle. Cet accroissement des inégalités montre, en négatif, le rôle structurant des cultures temporaires dans une société agraire fondée sur l’usage des biens collectifs et qui bascule progressivement, via un système d’échange inégal de terres en nombre limité, vers une société où la propriété est la mesure étalon des positions sociales et de la production agricole. Ce basculement explique en grande partie le raidissement des pratiques successorales. Ce ne sont donc plus seulement les pratiques agraires ou la hiérarchie foncière qui sont structurées par la transformation des cultures temporaires, mais c’est le fonctionnement de la société dans son ensemble.

  • 34 On ne s’attardera pas sur l’historiographie des systèmes successoraux pyrénéens, particulièrement p (...)
  • 35 Conesa (Marc), D’herbe, de terre et de sang…, op. cit., p. 332.

24À l’encontre des idées reçues34, le régime de dévolution des biens dans les Pyrénées connaît des périodes de partage du patrimoine foncier. Au xvie siècle, 12 % des parcelles échangées dans le terroir d’Estavar servent à payer des dots et des légitimes à des cadets et offrent ainsi aux jeunes couples un petit avoir foncier à partir duquel peut se développer une nouvelle cellule domestique, dépendante de l’accès aux communs. Mais à cette phase d’ouverture succède un temps de fermeture. Le nombre de dots formées de biens fonciers ou immobiliers s’écroule. Les biens maternels (dot, augment de dot et biens paraphernaux) sont l’objet de donations aux héritiers qui les intègrent aux patrimoines familiaux. Le paiement des dots et des légitimes s’effectue en numéraire et constitue autant de prix à l’exclusion. Au xviiie siècle, 63 % des terres sont transmises d’héritiers en héritiers. Les maisons s’instituent en autant de petites forteresses successorales. Ce raidissement des pratiques de dévolution du patrimoine rend difficile l’accès à la terre pour une grande partie des cadets et des foyers. Une partie de la population se tourne vers le salariat agricole dont le développement est manifeste. Ne représentant que 4 à 5 % des signataires de contrats de mariage entre le milieu du xviie et le milieu du xviiie siècle, les journaliers se sont multipliés jusqu’à atteindre près de 20 % des contractants masculins dans les années 1740-175035. La même dynamique est observée dans les capbreus d’Estavar, où le nombre de travailleurs est multiplié par deux tandis que celui des pages (c’est-à-dire les « paysans », ceux qui vivent de leurs biens propres) est divisé de moitié entre 1741 et 1782. Cette seconde moitié du xviiie siècle apparaît ainsi comme une période de fortes recompositions sociales, qui entérine les transformations de la structure foncière. Elle généralise en lieu et place du pagès, qui constituait la norme sociale, la figure du travailleur ou du brassier. Les relations sociales dans les communautés villageoises sont profondément transformées par l’augmentation visible du dénivelé social entre les propriétaires et les autres.

25La troisième dynamique est évidente. La séparation de la production agricole et des activités pastorales est déjà manifeste dans les cadastres dits napoléoniens, levés dans le premier tiers du xixe siècle. Les paysages ont changé et semblent figés. Les prés longent les cours d’eau. Les champs s’étendent sur la plaine. Les pâturages les surplombent. Chaque activité a son étendue, sans superposition et sans enclave. Les terres privées ne portent pas d’autres droits que ceux du propriétaire. Les vacants sont considérés comme des biens gérés par les communes. Les usurpations sont punies par la loi. Les cultures temporaires sont prohibées. Le paysage s’est considérablement appauvri et avec lui le champ des possibles d’une société complexe.

***

26Dans les Pyrénées de l’Est, la documentation, pourtant foisonnante, peine d’abord à saisir les cultures temporaires. Néanmoins, la confrontation de sources différentes, de portée inégale, les unes à grande échelle, les autres à petite échelle, certaines limitées au xviiie siècle, alors que d’autres se déploient entre le xvie et le xviiie siècle, permet de saisir par petites touches l’importance des cultures temporaires dans le régime agraire et son rôle dans la transformation sociale et spatiale d’un territoire. Dans un premier temps, le système agraire est adossé aux vacants. Ceux-ci permettent le développement d’une agriculture temporaire et itinérante à rendements élevés. Mais chaque « parcelle » ne peut être cultivée qu’une à deux fois avant d’être longuement abandonnée. Cultiver et posséder ne sont donc pas systématiquement liés. Ce type de culture permet également de concentrer les fumures et le travail sur les terres de la plaine. Le cycle grossièrement biennal ne doit pas occulter l’extraordinaire diversité de la gestion des rythmes et des terres. Le paysan n’est pas cet animal routinier et cyclothymique qui est parfois décrit. La distinction entre cultures « temporaires » et cultures « régulières » vaut surtout pour la critique explicite d’une historiographie arc-boutée sur la question aveuglante des rotations biennales ou triennales. Par ailleurs, ce régime agraire est ouvert du point de vue social. Toutes les maisons ont le droit de cultiver de manière épisodique les vacants, en fonction de leurs besoins domestiques et de leurs possibilités, ce qui favorise la croissance démographique.

27Le changement vient de la progressive intégration de ces cultures temporaires dans le patrimoine des maisons. Le système agricole se transforme. Il repose de plus en plus sur la propriété, la culture régulière des sols et les amendements en fumier. Les besoins en bétail augmentent proportionnellement, ce qui pousse à réserver les vacants à l’usage des troupeaux. De plus, le nombre de terres disponibles n’est plus variable. Il se fixe progressivement. Le marché foncier gagne de l’importance. Puisque les habitants ne peuvent plus prendre ou laisser des terres, ils les achètent ou les vendent. Mais ce marché est inégal. Les fluctuations de la conjoncture ou les modifications de la taille des ménages impliquent soit de céder ses biens, soit d’en acquérir, quels que soient les prix. Or, rien que pour le xviiie siècle, ceux-ci doublent. Les grandes maisons ont la capacité de différer leurs transactions pour intervenir au meilleur moment. Elles ont aussi la possibilité de conserver la terre. Dès la fin du xviie siècle, elles se taillent la part du lion dans les finages.

28Face à la limitation des cultures temporaires et au risque de perdre la terre sur le marché foncier, les familles rigidifient considérablement leur système de dévolution du patrimoine, en renforçant la part des biens qui vont à l’héritier unique. Mais l’essentiel est peut-être ailleurs. Ce n’est plus la terre qui constitue la variable d’ajustement du système social, mais les hommes. L’histoire fondée sur des textes n’est donc ni démunie ni démissionnaire pour saisir un changement social chevillé à la complexité d’une agriculture pas si routinière et pas aussi durable qu’il y paraît.

Notes

1 Les aménagements et les pratiques agricoles de la montagne cerdane ont été l’objet de recherches interdisciplinaires, voir : C. Rendu, La montagne d’Enveig, Une estive pyrénéenne sur la longue durée, Perpignan, 2003 ; M.P. Ruas, C. Rendu, « Glanes et cultures en haute montagne d’après les restes de graines et de fruits carbonisés de deux sites médiévaux de Cerdagne et du Capcir (Pyrénées-Orientales) », A. Catafau (éd.), Exploitation, gestion et appropriation des ressources montagnardes du Moyen Âge aux Temps Modernes, Perpignan, 2005, p. 147-184.

2 A.D. Pyrénées-Orientales : recensement de 1694 et de 1775 : 1C1418, 1C2046-2047, 2076-2097 ; enquête du vingtième de 1725 : 1C2040 ; 1C2058 ; 1C2044 ; recensement de 1730 : 1C2045 ; enquête sur les récoltes et les bestiaux de 1773 : 1C2018.

3 Cette enquête permet de mesurer de fortes variations entre les terroirs de plaine (minimum à Hix : 16 % d’inculte) et ceux des piémonts (maximum dans la vallée du Carol : 80 %).

4 Le chiffre est tiré de l’analyse statistique des recensements agraires de 1694, 1730 et 1775. Il concerne un millier de ménages pour les deux premiers et 1782 exploitations pour le second. Ces documents comptabilisent toutes les terres imposées ; sur la base d’un assolement biennal, il faut diviser par deux les superficies réellement cultivées, soit environ 1,5 ha par année pour des ménages moyens comptant de trois à quatre individus.

5 Par exemple le subdélégué Poeydavant affirme en 1778 que « tout ce qui était défrichable l’a été et au-delà ». Il énumère ensuite les dangers provoqués par les essartages et les risques encourus par les populations : ravinements, glissements de terrains et inondations : P. de Poeydavant, Le Roussillon à la fin de l’Ancien régime, E. Desplanque et M. Pratx (éd.), Perpignan, 1987, p. 311-314.

6 Les hermes et les vacants sont placés sous la juridiction du seigneur haut justicier, ce qui n’empêche pas certaines communautés d’en être les gestionnaires de fait. En ce domaine toutefois, la diversité et la complexité des situations sont la règle, voir M. Conesa, D’herbe, de terre et de sang. La Cerdagne du xive au xixe siècle, Perpignan, 2012, p. 209 et suiv. ; p. 394 et suiv.

7 Par exemple : A.D. Pyrénées-Orientales, 1B414, Manuale Curie X, fol. 31 v. (1494) ; 1B343, Manuale Curie XIV, fol. 187, r.-v. (1511). soit environ 1,5 ha par année pour des ménages moyens comptant de trois à quatre individus.

8 La propriété est d’abord une question de sources : ici, la terre est possédée dans la seigneurie lorsqu’elle est reconnue dans les terriers et paie les redevances et les services qui s’y rattachent ; du point de vue fiscal, le paiement des impositions détermine également la propriété.

9 A.D. Pyrénées orientales, Gp149, voir : M. Conesa, « Des dîmes, des terres et des hommes. La dîme et la question des espaces agraires en Cerdagne (xviie-xviiie siècle) », R. Viader (éd.), La dîme dans l’Europe médiévale et moderne, Flaran 30, Toulouse, 2010, p. 256-269.

10 On dîme dans cette région à 7 et à 8, soit 13.3 % du produit agricole brut.

11 Ces terres réputées nouvellement cultivées bénéficient d’un prélèvement décimal réduit à 10 % qui échoit au seul curé ; le cultivateur, moins taxé, a tout intérêt à favoriser ce type de terres.

12 Compte tenu des centaines d’items, on ne les citera pas tous ; au hasard de deux cahiers, « la Buiga petita de Torrent Oliva, tot noval », cahier de 1762, fol. 6r. ; f° 7 r. « la buiga de Joando » ; cahier de 1783, fol. « las boigas de viader ». Le terme apparaît polysémique dans l’Alcover (dictionnaire historique de Catalan, fondé sur des archives et des textes anciens). Il désigne tout à la fois (a) un système technique consistant à brûler du bois sur un terrain inculte pour faire de l’engrais, (b) l’engrais organique, (c) un espace nouvellement défriché et cultivé sans titre, (d), une brûlure ayant perforé un vêtement ; le Diccionari de la llengua catalana de l’Institut d’Estudis Catalans mentionne également un contrat agraire où la terre est concédée pour être mise en culture selon cette technique utilisant le brûlis pour amender le sol.

13 Les exemples abondent aujourd’hui dans la bibliographie et il faut rendre hommage pour cela au travail novateur de F. Sigaut, L’agriculture et le feu. Rôle et place du feu dans les techniques de préparation du champ de l’ancienne agriculture européenne, Paris-La Haye, 1975.

14 23 années sont respectivement documentées de part et d’autre de 1760. Cette année correspond, par ailleurs, à une assez nette flexure des productions agricoles et des revenus décimaux. L’analyse poursuivra l’utilisation de cette ligne de partage entre deux séries d’égale durée.

15 Et cela d’autant moins que la source ne renseigne pas les modalités de prise de terre et de partage des espaces entre les différents ayant-droit : tirage au sort ? cantonnement ? Laisser-faire ? Prorata des terres cultivées ? Certains secteurs situés au carrefour de plusieurs territoires communaux comme la costa de Belloch sont cultivés par des individus originaires des différents villages alentours, formant une communauté originale de voisinage. Il apparaît ici fondamental de poursuivre le sillon de ces recherches en tâchant de spatialiser finement ces prises de terres à partir d’une documentation qui demeure à trouver.

16 Ce délai nécessaire à la reconstitution de la couverture végétale est lié à la faible production de biomasse dans une région de montagne aux sols maigres et au climat sec. Cette variable est nécessaire pour comparer les cycles culturaux entre régions.

17 Le même phénomène touche les cultures régulières, tout en étant moins prononcé (environ 25 %). De plus, la taille des grandes parcelles pose problème. Cultivés une année sur deux, certains champs produisent plus d’un millier de gerbes à chaque récolte, mais on suppose que tout le champ n’est pas nécessairement cultivé une année sur deux ; l’unité décimale n’est pas toujours l’unité culturale.

18 La définition de la jachère doit être précisée ; contrairement à une idée reçue, ce n’est pas la friche. Elle constitue le temps du labour et précède les semailles et les récoltes, voir la mise au point de F. Morlon, F. Sigaut, La troublante histoire de la jachère. Pratiques et cultivateurs, concepts de lettrés et enjeux sociaux, Dijon-Versailles, 2008, en particulier la première partie, p. 15-104.

19 Ester Boserup a calculé qu’il fallait 230 hommes par jour et par hectare pour défricher entièrement une terre, mais seulement 25 pour une culture temporaire. E. Boserup, Évolution agraire et pression démographique, Paris, 1970, p. 42.

20 Voir l’étude de A. Chayanov, L’organisation de l’économie paysanne, 1925, trad. fr., Paris, 1990, 344 p. ; Fabrice Boudjaaba propose un exemple particulièrement intéressant d’analyse du rapport au marché foncier en fonction du cycle des ménages : F. Boudjaaba, Des paysans attachés à la terre ? Familles, marchés et patrimoines dans la région de Vernon (1750-1830), Paris, 2008.

21 Ce cas de figure ne semble pas spécifique à la Cerdagne. En Ariège, Patrice Poujade souligne la taille réduite des propriétés. Elle atteint, en moyenne 2,4 ha à Orlu, 1.28 hectares à Massat et 0.88 ha à Rabat-les-trois-seigneurs. P. Poujade, « Les paysans et la terre dans le pays de Foix et la vallée de l’Ariège au xviiie siècle », J.L. Laffont, Le notaire, le paysan et la terre dans la France méridionale à l’Époque moderne, Toulouse, 1999, p. 65-100, ici p. 72. La Vésubie est également concernée. Les recensements analysés par Éric Gili montrent des exploitations minuscules. Mais, il décrit également des « territoires communaux mités par des éléments disparates, tels que des prés, des champs, et les pâturages sont complantés d’arbres fruitiers » ; en 1518, les habitants de Saint-Martin sont autorisés à cultiver en forêt trois années consécutives et renouvelables une fois. Tout indique des cultures temporaires. E. Gili, Familles et patrimoines à Saint-Marti-Vésubie (xvie-xixe siècles), Thèse, Université de Nice-Sophia-Antipolis, 2003, p. 33, 39 et 52-54.

22 Le motif de la vente est pécuniaire : la famille des seigneurs est largement endettée pour plusieurs milliers de livres. Le roi, au nombre de ses créanciers, exige le remboursement des sommes dues. La famille est acculée à la vente. Voir Archives Privées De Pastors, no I, Calaix 3. « Venda y possession de la Senyoria y vervessoria de Enveig y Sta Eularia ab totas las dependencias »

23 Arxiu Comarcal de Cerdanya (Puigcerdà), désormais : acce, capbreu d’Enveig, fol. 1 r. ; fol. 3 v. l’une est même héréditaire : acce, capbreu d’Enveig, fol. 5 v.

24 a.c.c e., capbreu d’Enveig, fol. 3.

25 a.p.d.p., Acte du 2 janvier 1539.

26 A.D. Pyrénées orientales, 7J34-36, 3E56/418-419, 3E56/13-17.

27 Artigues : terres défrichées ; cortals : structures bâties en altitude (1600 m. en moyenne) et les terres qui s’y rattachent, véritable poste avancé de la conversion des espaces collectifs en terre agricole. Voir : É. Bille, M. Conesa, R. Viader, « L’appropriation des espaces communautaires dans l’est des Pyrénées médiévales et modernes : enquête sur les cortals », Les espaces collectifs dans les campagnes, xie-xxie siècle, Clermont-Ferrand, 2007, p. 177-194.

28 Ceci est particulièrement le cas à Estavar, dont les vacants s’étendent sur environ 300 ha et ne sont donc pas extensibles au même titre que les territoires des communautés intégrant les parties de massifs et atteignant aisément de 3 000 ha (Enveig) à 10 000 ha (communauté de la vallée de Carol).

29 Les criées (règlements de police rurale) abondent et éclairent cette dynamique de fermeture, voir M. Conesa, « Espaces en partage et partage des espaces. Organisation et acteurs de la transhumance et de l’estivage dans les Pyrénées de l’est. (Cerdagne, xve-viiie siècle) », P.Y. Laffont, Transhumance et estivage en Occident, Flaran 26, Toulouse, 2006, p. 307-326.

30 L’analyse repose sur l’exploitation de la série 2C (contrôle des actes) et sur les sept terriers d’Estavar, renseignant la transmission de génération en génération des 500 parcelles qui composent ce terroir. Cette documentation permet ainsi d’observer 3564 transmissions, dont 807 actes de mutations foncières.

31 On ne développera pas ici les caractéristiques de ce marché foncier, voir M. Conesa, D’herbe, de terre et de sang…, p. 277 suiv.

32 L’idée est démontrée par F. Boudjaaba, Des paysans attachés à la terre ?…, p. 473-476.

33 Selon le contrôle des actes (A.D. Pyrénées orientales, 2C947-2C959, 321 actes), les habitants brassent plus de 100 000 livres entre 1721 et 1790, soit 340 livres en moyenne. La valeur des transactions double néanmoins entre la première et la deuxième partie du xviiie siècle (209 livres contre 476). De manière encore plus précise, les prix augmentent progressivement jusqu’en 1770. Mais ils chutent brutalement entre 1770 et 1780. Les valeurs échangées reviennent au niveau de 1730-1740. Mais à cette brutale dépression succède une vertigineuse ascension des prix qui culminent à la veille de la Révolution.

34 On ne s’attardera pas sur l’historiographie des systèmes successoraux pyrénéens, particulièrement prolifique depuis Frédéric Le Play : l’idée que les successions sont établies en ligne masculine, en respectant l’ordre de primogéniture de manière à garantir l’indivisibilité et l’inaliénabilité des patrimoines paysans, s’est largement imposée avant d’être désormais nuancée.

35 Conesa (Marc), D’herbe, de terre et de sang…, op. cit., p. 332.

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search